Il était une fois dans l’Ouest : à la découverte de Portland et de la GSA

Date : 03-06/10/2019
Lieu : Portland, USA

Aurélie Cachera (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

L’opportunité de participer à la 43e conférence de la GSA à Portland en octobre 2019 a été déterminante dans mon parcours de fin de thèse et je tiens à remercier les membres du CIERA qui ont rendu cela possible.

La préparation de la conférence en France

L’encadrement du CIERA s’est révélé particulièrement précieux et fécond. L’organisation d’une journée de formation sur la rédaction d’un abstract en anglais, la réflexion sur ce que signifie écrire et penser dans une langue étrangère, m’a permis d’apporter un nouvel éclairage sur mon propre travail, et ce à six mois du rendu de ma thèse. J’ai compris que le monde de la recherche anglophone nécessitait que j’adopte une approche plus directe et concrète de mon travail et que je sois capable de résumer mon sujet en peu de mots. Il fallait que l’abstract soit plus « séduisant » dans son titre et dans son contenu que les résumés français, ce qui a tout d’abord entraîné quelques réticences de ma part. Malgré mes hésitations premières, j’ai vite compris que j’apprenais ainsi à rendre mon travail plus accessible et attrayant. L’aide d’une chercheuse américaine dans la conception de l’abstract et de son titre, la manière dont elle comprenait mon sujet et les termes anglais qu’elle a employés, ont entraîné chez moi une réflexion nouvelle qui m’a permis de rédiger la dernière partie de ma thèse en y ajoutant d’autres éléments et une perspective légèrement différente. Le passage par une langue étrangère a provoqué un pas de côté bénéfique suscitant une meilleure appréhension de mon propre sujet.

De plus, la présentation générale de nos papers à un mois de la conférence fut un moment passionnant pendant lequel nous avons pu découvrir nos travaux respectifs et nous donner mutuellement des conseils dans une ambiance bienveillante. Cela a été l’occasion d’apprendre à mieux nous connaître et de resserrer les liens entre participants avant le départ. Organiser une telle répétition générale un mois avant la date de la conférence a eu un autre avantage : nous étions certains d’être prêts pour le jour J et de ne pas faire les choses à la dernière minute. En outre, les retours et encouragements des chercheurs français confirmés, présents lors de cette journée, m’ont été précieux.

La conférence à Portland

La conférence de la GSA a été à la fois l’occasion de rencontrer des chercheurs internationaux et de discuter plus amplement avec les chercheurs français qui nous ont accompagnés. J’ai trouvé particulièrement étayant de ne pas être « noyée » dans la masse de chercheurs inconnus et dans l’agitation un peu folle que représente une conférence internationale d’une telle ampleur. Pouvoir m’appuyer sur la délégation française que nous avions constituée au préalable était très agréable et ne m’a toutefois pas empêché d’assister seule à des panels et de discuter avec d’autres chercheurs anglophones. J’ai ainsi pu rencontrer un chercheur américain que j’avais abondamment cité dans ma thèse. Ce fut une sensation plaisante qui m’a donnée l’impression que ma recherche, loin des amas de livres et des bibliothèques, était en réalité un projet bien vivant et dynamique. Participer à la GSA permet, en outre, de se rendre compte des sujets « en vogue » en Études Germaniques dans d’autres pays et de tisser des liens avec des chercheurs travaillant sur des sujets similaires, mais avec des approches différentes.

J’ai également apprécié de pouvoir échanger avec les doctorants français du CIERA sur leurs centres d’intérêt (et pas seulement en matière de recherche !). Ainsi, Romain Becker m’a fait découvrir le travail passionnant de l’auteure Nora Krug, Anne-Sophie Hillard m’a donné des conseils avisés sur comment traiter les migraines (avis aux connaisseurs), Lucia Aschauer, déjà docteure, m’a apaisée concernant le processus de fin de thèse (j’étais alors à un mois du dépôt), Louise Barrière m’a plongée dans le monde des festivals punk-féministes et a attisé ma curiosité pour les drag shows. Et j’ai également aimé renouer contact avec Philipp Jonke, perdu de vue depuis l’agrégation, avec qui j’ai eu la joie de faire ressurgir quelques bons (et moins bons) souvenirs de nos années d’études.

Le but n’est pas de sombrer dans la mièvrerie, les liens se sont depuis notre retour en France à nouveau distendus, chacun étant largement occupé par son propre travail. Mais je repense avec beaucoup de plaisir à cette aventure outre-Atlantique et j’accueillerai avec joie toute opportunité future de travailler avec eux. Il me semble que c’est peut-être là que se situe pour moi l’atout majeur de cette initiative du CIERA : la création d’un réseau et d’une communauté de jeunes chercheurs. Nous connaissons à présent bien nos sujets de recherche respectifs et je ne manquerai pas de faire appel aux uns et aux autres lors de projets à venir.

 Enfin, il peut sembler un peu déraisonnable de participer à une telle conférence si peu de temps avant son rendu de thèse. Je voudrais toutefois préciser que malgré le jetlag, la fatigue et les migraines, ce séjour m’a permis de prendre un peu de distance et m’a donné le coup de fouet et la motivation nécessaire pour mener à bien ce premier travail de recherche. Avec le recul, cette conférence m’a fait l’effet d’une bouffée d’oxygène salvatrice alors que j’étais en plein tunnel et que je n’en voyais pas vraiment le bout. Je remercie donc vivement le CIERA pour cette belle opportunité.  


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.