Migration dans un monde global : défis en Allemagne, au Brésil et aux États-Unis

International South School 2019
Date : 30/09/-07/10/2019
Lieu : Porto Alegre

Alice Lacoue-Labarthe

L’école internationale du Sud 2019 sur la « Migration dans un monde global : défis en Allemagne, au Brésil et aux États-Unis » a réuni des étudiant.e.s du monde entier ; les centres de recherche liés au DAAD à Georgetown, Toronto, Haïfa, Saint-Pétersbourg, Berkeley, Birmingham, Amsterdam, Pékin et Bielefeld étaient représentés, ainsi que deux universités de Porto Alegre (PUCRS et UFRGS). Je participais à cette manifestation en tant que membre du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Allemagne (Paris) et du centre d’études européennes et allemandes de l’Université de Harvard. Quelques intervenant.e.s extérieur.e.s ont également participé au programme, notamment Laila Moliterno, représentante du Secrétariat pour l’Éducation et les Affaires Culturelles du gouvernement argentin, et Anabella Ferral, docteure de l’Université de Córdoba en Argentine.

Les participant.e.s de la International South School 2019 lors d’une visite de Porto Alegre.

Bien que la professeure à l’origine du projet, Claudia Lima Marquez, soit issue du département de droit de l’Université Fédérale de Rio Grande do Sul (UFRGS), les panels de l’école ne se sont pas limités à une approche juridique du concept de « migration ».

Le premier panel a permis de présenter les défis éthiques liés aux migrations aux États-Unis, au Brésil et en Allemagne, en analysant les politiques d’accueil en Allemagne, et en présentant les récentes évolutions des politiques brésiliennes dans le domaine des migrations. Un aperçu des politiques vis-à-vis des diasporas (notamment la diaspora turque en Allemagne) et des problèmes d’accueil liés à l’antisémitisme ou à des comportements violents envers certaines minorités a complété cette première approche des migrations dans les trois pays étudiés.

Le deuxième, consacré à la linguistique et à la littérature, a offert un panorama des différentes manières dont les migrations sont mises en mot, par les migrant.e.s mêmes ou par les médias. Une analyse de la littérature brésilienne et allemande a montré des similarités dans l’approche des flux migratoires et dans les perspectives plurilinguistiques des textes. La question du regard féminin sur le phénomène migratoire a également été abordée par une brève présentation des textes d’Emine Sevgi Özdamar.

Le deuxième panel, « Langue, littérature et migration », à l’université PUCRS.

Un troisième panel a cherché à examiner les notions d’inclusion, d’intégration et d’exclusion par des discours issus des communautés migrantes et des communautés d’accueil, notamment grâce à une étude de l’héritage culturel allemand dans le Sud du Brésil et grâce à un aperçu de l’intégration des communautés éthiopiennes en Israël.

Le quatrième et dernier panel a permis de conclure dans une perspective plus pragmatique, avec des interventions se concentrant sur le rôle de diverses associations dans l’accueil de migrant.e.s, et sur les politiques d’accueil et d’inclusion les plus efficaces aux États-Unis et en Allemagne (plus particulièrement en Saxe-Anhalt).

Outre les panels, comprenant de courtes présentations et de plus longues périodes de discussion, le programme prévoyait également de nombreuses interventions de professeur.e.s des universités locales, allant de sujets comme les dialectes allemands au Brésil jusqu’à l’analyse de la notion de « torture » et son rôle dans la compréhension et l’approche des flux migratoires de nos jours. Des présentations de membres de la police brésilienne sur les procédures d’extradition vers et depuis le Brésil, ainsi qu’un panorama historique des politiques d’accueil allemandes par le consul d’Allemagne à Porto Alegre ont en outre enrichi un programme déjà dense.

Par ailleurs, le programme culturel de l’école a été un vrai point fort de cette manifestation organisée par le Centro de Estudos Europeus e Alemães de l’UFRGS et de PUCRS. Une visite de Porto Alegre centrée sur les migrants et l’architecture, la découverte de l’Institut d’Histoire de São Leopoldo et la visite de villages marqués par les immigrant.e.s allemand.e.s depuis le XVIIIe siècle ont donné une dimension très concrète aux flux migratoires, et montré les processus de métissage culturel à l’œuvre au Brésil.

En marge de l’école, nous avons eu la chance d’être invité.e.s à la fête organisée en l’honneur de l’anniversaire de la réunification allemande par le consulat d’Allemagne à Porto Alegre, ainsi qu’à une projection du film Le Havre de Aki Kaurismaki à l’institut Goethe. Le rabbin d’une des communautés juives allemandes locales nous a également invité.e.s à célébrer Shabbat dans une des deux synagogues de la ville, et nous a raconté l’histoire des migrant.e.s arrivé.e.s au Brésil dans les années 1930.

Shabbat avec la communauté juive allemande de Porto Alegre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.