Les démocraties européennes à l’épreuve de la dictature (1919-1939): Critique et réflexion démocratiques dans les espaces publics européens

Date : 17-19/06/2019
Lieu : Strasbourg
Organisateurs : Pascal Fagot, Christian Jacques, Eve Hoerth
Titre du programme :   Quelle(s) démocratie(s) ? Réflexions sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, France, Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939

[Hier geht es zur deutschen Fassung (ab Seite 8)]

Par Anne-Sophie Hillard, Gauthier Labarthe et Juliette Rupp

Le colloque international « Les démocraties européennes à l’épreuve de la dictature (1919-1939) : Critique et réflexion démocratiques dans les espaces publics européens » s’est tenu à l’Université de Strasbourg du 17 au 19 juin 2019 grâce à l’organisation de Pascal Fagot, Christian Jacques et Eve Hoerth de l’EA 1341 « Mondes germaniques et nord-européens ». Il s’agit du deuxième colloque d’un cycle de quatre dont le premier a eu lieu en mars 2019 à Paris. Le cadre en est le programme de formation-recherche « Quelle(s) démocratie(s) ? La réflexion sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, France, Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939 » soutenu par le CIERA et les groupes de recherche des différentes universités et instituts y participant.

Les trois journées de juin se sont déclinées en quatre ateliers et une table ronde. L’objectif a été de saisir plus précisément les limites entre démocratie et dictature dans la période de l’entre-deux-guerres, alors que les deux systèmes politiques se présentaient aux États européens comme issue politique possible.

Penser les contours de la démocratie

Cet atelier abordait différentes définitions de la démocratie en Europe (Autriche, Luxembourg et France), montrant d’emblée les ambivalences et zones grises de ce terme usuel.
Péter Techet (Mayence) a présenté le conflit intellectuel entre la théorie « autrichienne » de la démocratie et du droit positif telle que pensée par le constitutionnaliste Hans Kelsen dans sa Théorie pure du droit (1934), et la pensée démocratique « allemande » de Carl Schmitt. Kelsen a pensé l’État non pas comme une institution avec des lois préétablies, mais comme un système juridique défendant les droits des minorités dans une société fondamentalement hétérogène, telle que celle de la Première République d’Autriche.
Un pas vers le nord-ouest avec la présentation de Vincent Artuso (Luxembourg) a permis de connaître le contexte de naissance de la démocratie parlementaire luxembourgeoise qui s’est faite en réaction à la loi dite « loi muselière ». Dans le Luxembourg des années 1930, l’État hésitait entre un tournant autoritaire et un tournant social, sur fond de crise économique et identitaire : il y avait une peur de tout ce qui était étranger, aussi bien dans les mouvements politiques de droite que dans ceux de gauche. En 1937 fut votée la « Loi muselière » dans la continuité de la loi d’exception de 1915, qui permettait de légiférer par arrêtés, c’est-à-dire de façon autoritaire, notamment sur les questions d’immigration.
Hanno Rebahn (Vienne) a présenté sa thèse dernièrement soutenue en proposant une analyse conceptuelle critique des différents emplois du terme « démocratie » par les cinq partis et mouvements politiques de la Première République d’Autriche. En est ressortie l’idée que les partis ont fait un usage vague, voire contradictoire du terme.

Enfin, l’exposé de Claus Schaefer (Erlangen-Nuremberg) portait sur André François-Poncet, diplomate français à Berlin, et sa définition du républicanisme moderne. Selon lui, l’élite devait regagner sa juste place politique afin de remettre la démocratie sur le droit chemin en l’ôtant des mains de la masse majoritaire. Sa définition se fonde sur un « nationalisme éclairé » et peut être perçue comme prémices théoriques du régime de Vichy. Le républicanisme moderne reposerait sur un ordre social et économique libéral, un État autoritaire et le règne de l’élite technocrate et scientifique élue démocratiquement.

La démocratie comme objet de controverses dans l’espace littéraire

La matinée du mardi 18 juin a été consacrée à la thématisation de la démocratie dans l’espace littéraire : quelles controverses y sont à l’oeuvre ? Quel rôle joue le caractère littéraire des textes dans le déploiement de cette thématique ?
Jean-François Laplénie, avec sa conférence « Un espace littéraire d’imagination politique : la mise en scène des débats politiques dans les romans de la révolution allemande (1927-1932) », s’est intéressé à la manière dont la question politique est représentée dans les romans traitant de la révolution allemande de 1918-1919 et de l’expérience de la démocratie. Il distingue deux types de Revolutionsromane ; les premiers, écrits juste après la révolution, et les seconds, écrits de 1927 à 1932, qui lui ont semblé être un corpus particulièrement homogène et fructueux. La question posée par Jean-François Laplénie est celle de l’articulation des niveaux individuels et collectifs dans la littérature. En effet, s’il est clair qu’un positionnement politique est au coeur de chacun de ces Tendenzbücher, il n’en reste pas moins que l’affirmation d’une idée politique collective se heurte à la prédominance du niveau individuel dans les livres. Dès lors, il s’agit de se demander comment faire parler ce collectif et comment s’articule la polyphonie des voix de celui-ci. Cette conférence a donc présenté et analysé différents Revolutionsromane dans cette perspective, en y démêlant les différentes voix et en s’attachant à la manière dont l’aspect littéraire des textes se fait le véhicule d’un contenu politique. De la discussion qui a suivi la conférence, il est également ressorti que le roman est un genre qui s’adapte peu à une telle circulation d’idées, alors que le théâtre, lui, se prête particulièrement à la polyphonie.

Matthias Kern s’est quant à lui intéressé au roman populiste. Dans sa conférence, « La démocratie comme enjeu littéraire ? À propos du roman populiste de Léon Lemonnier », il a posé la question de la possibilité pour la littérature de participer à la diffusion de valeurs démocratiques et/ou républicaines. La thématique de l’articulation entre pluralité des voix et collectivité était également présente puisqu’il s’agissait là encore de la diffusion d’idées qui remporteraient l’adhésion de toute une population. Matthias Kern s’est intéressé à la politisation de la littérature, en particulier à travers l’émergence du roman populiste qui s’inspire du naturalisme tout en critiquant son « scientisme primaire ». À travers une analyse progressive de La femme sans péché de Léon Lemonnier (1927), il montre que le roman dessert son intention. Les péripéties de Sophie, cette femme sans péché incarnant la morale chrétienne, ne relèvent certes pas d‘une « littérature bourgeoise», néanmoins le récit ne se situe aucunement dans un décor spécifiquement populaire. Au contraire, loué par la critique pour son écriture « classique », le roman de Lemonnier semble aller à l’encontre de cette littérature-témoignage que visait le roman populiste.

Il a ensuite été question des réflexions sur la démocratie chez Thomas Mann avec l’exposé de Sebastian Hansen « ‘Demokratie hingegen ist ewig menschlich’. Thomas Manns Werben für die Demokratie in Deutschland und Europa 1919-1939 ». Sebastian Hansen a analysé la rupture dans la pensée de Mann causée par l’assassinat de Walther Rathenau en 1922, qui le conduisit à adopter une position démocratique, mais il s’est également attaché à montrer en quoi cette rupture pouvait aussi être perçue comme une continuité. Il s’agissait dès lors de comprendre les étapes successives qui ont amené Mann à sa prise de position finale sur la démocratie comme « éternellement humaine » – en opposition au fascisme qui, lui, ne peut être que temporaire. Sebastian Hansen a expliqué que, dans un premier temps, la critique de Thomas Mann vis-à-vis des démocraties occidentales se situait déjà dans la recherche d’un modèle politique qui ne serait plus celui de l’empire allemand et qu’il reconnaissait déjà la démocratie comme possible renouveau politique. Puis, Sebastian Hansen a souligné que, si Thomas Mann s’en prend à une société bourgeoise coupable d’avoir détruit la Bildungsbürgertum, il cherche par ailleurs une nouvelle conception de ce que peut être la citoyenneté cultivée qu’il conçoit comme un symbole de vie éthique (« ethisches Lebenssymbol »). C’est qu’avant tout, Mann a recherché dans son cheminement vers la pensée démocratique une réalisation de valeurs intemporelles qui seraient celles de l’Humain.

La matinée s’est poursuivie avec l’intervention de Marion Garot (Toulouse) qui portait sur « Joseph Roth le journaliste face aux violences politiques durant la République de Weimar (1919-1933) ». Marion Garot y a expliqué la manière dont Joseph Roth s’est positionné, en tant que journaliste, par rapport à la montée du fascisme dans la République de Weimar et aux violences qui l’ont accompagnée. Fervent défenseur de la république, Roth s’oppose notamment aux détracteurs de Weimar, comme le montre l’étude de ses articles sur le « nationalisme de toilettes ». Son rejet de toute forme d’intolérance le pousse à dénoncer les actions violentes des partis politiques, la radicalisation d’une partie de la jeunesse au nom du patriotisme, l’attitude de la police vis-à-vis des nationalistes, ainsi qu’une trop grande intimité entre presse et politique. Cette dernière critique le poussera d’ailleurs à prendre ses distances avec la Frankfurter Zeitung. Marion Garot a analysé la logique critique que Roth met en oeuvre dans ces articles afin d’en saisir la teneur et la portée politiques. Elle a souligné l’importance de la plume journalistique de Roth qui, dès lors, devient une arme politique au service de la démocratie.

Le dernier exposé de cette session portait sur le théâtre de Karel Čapek. Dans son exposé « Das Theater, ein demokratischer Ort? Technologie und Totalitarismus bei Karel Čapek », Andreas Häcker (Strasbourg) s’est intéressé à la manière dont la pensée politique et la technologie surgissent sur la scène théâtrale. En effet, chez Čapek, les mondes technocratiques et totalitaires semblent dans une certaine mesure recouper des préoccupations contemporaines, comme en témoignent les mises en scène récentes impliquant robots industriels et autres assistants vocaux. En s’intéressant à la réception transnationale de R.U.R., une comédie collective utopiste, et à ses mises en scène des années 1920 et 1930, Andreas Häcker a montré que la révolution des androïdes face aux humains est encore une manière de parler de l’Homme et de sa robotisation à l’ère industrielle. C’est ici une critique des soldats-robots qui est sous-tendue, dévoilant la pensée pacifiste de l’auteur. Mais comment cette pensée pacifiste et humaniste peut-elle se développer sur scène ? Andreas Häcker s’est demandé si le théâtre peut constituer un espace démocratique ou s’il est structurellement autoritaire. A cet égard, le guide illustré, Wie ein Theaterstück entsteht (1925), a été l’occasion de souligner que, chez Čapek, il importe en premier lieu d’interroger les processus de production et de création du sens.

Stratégies et pratiques démocratiques

Le troisième atelier « Stratégies et pratiques démocratiques » s’est intéressé à la démocratie en pratique avec tout d’abord un exposé de Christian Jacques (Strasbourg) sur le social-démocrate Emanuel Radl, qui a participé activement au débat public sur la nature de l’État tchécoslovaque et publié plusieurs ouvrages sur la question de la minorité nationale allemande, l’histoire et la démocratie. Il était à la fois scientifique, historien et publiciste. Son discours, critique vis-à-vis de la fondation de l’État tchèque et de sa gestion de la minorité allemande, est néanmoins contradictoire, puisqu’il prône d’une part la participation active des citoyens, mais définit d’autre part une ethnie tchèque qui exclut les minorités.
Dans son exposé intitulé « Manifestation politischer Meinung im öffentlichen Raum. Demonstrationen in Wien während der Ersten Republik », Benjamin Grilj (Institut für jüdische Geschichte Österreichs) se penche sur le sort réservé par les médias autrichiens à la question des manifestations de rue. Partant de l’usage qui en est fait dans les différents journaux de l’époque, le chercheur met à jour les tensions socio-politiques et l’évolution de la république autrichienne dans la période de l’entre-deux guerres. Alors que les premières manifestations témoignaient encore d’une réelle volonté de s’approprier l’espace public et les nouveaux outils d’expression politique – les sujets étaient débattus pendant la manifestation elle-même et pouvait évoluer en cours de route –, les années suivantes marquent une récupération progressive de ces événements par les idéologies de masse qui se développent à l’époque et qui accroissent l’écart entre d’un côté les politiques du gouvernement en place et les idées démocratiques d’un autre côté.

L’intervention de Gérald Arboit (« Identités Relations Internationales et Civilisations de l’Europe. La longue crise politique luxembourgeoise, 1913-1940. » ) analyse la crise politique qui secoua le Grand-Duché du Luxembourg entre 1913 et 1940. La mort de Paul Eyschen, à la tête du gouvernement entre 1878 et 1915, marque le début d’une période trouble dont les raisons sont triples : la crise est une crise parlementaire, dynastique et autoritaire. La disparition d’Eyschen, dont l’assise parlementaire s’était déjà fortement effritée à la veille de la Première guerre mondiale, laisse un grand vide et n’en dévoile que davantage la fragilité du système. A cela s’ajoutent les tentatives venant de Belgique pour déstabiliser Marie-Adelaïde et s’emparer de la couronne. Cet aspect reste cependant secondaire par rapport à la politisation croissante des ouvriers qui, sous l’influence de l’évolution politique et idéologique des pays frontaliers, s’orientent vers les partis socialistes et chrétiens. Si le gouvernement tente de tempérer ces nouvelles forces politiques (en interdisant par exemple, toute activité visant à abolir ou à changer la Constitution), l’opposition extraparlementaire maintient la pression et accentue l’instabilité politique de cette période.

 

Table ronde


En fin d’après-midi a été organisée une table ronde à laquelle ont participé Emilia Kustova, maîtresse de conférences en civilisation russe à l’Université de Strasbourg, Stéphane de Tapia, Professeur au département d’études turques à l’Université de Strasbourg et Emmanuel Droit, professeur en histoire contemporaine à Sciences Po Strasbourg. La table ronde a été animée par Reiner Marcowitz, professeur de civilisation allemande à l’Université de Lorraine.

Emilia Kustova :
La Russie revendique, dans le monde, un statut de démocratie et de défenseur de la démocratie, justifiant par là nombre d’ingérences géopolitiques et militaires. Cela s’explique notamment par le fait que la Russie est une démocratie du point de vue formel. Elle s’est en effet inspirée des modèles constitutionnels américain et français, tout en ménageant certaines zones d’ombres liées à des formulations imprécises et approximatives. La chercheuse évoque également une tradition de constitution démocratique, comme en témoignent les modifications effectuées en 1936 puis 1977. Cette façade ne doit cependant pas masquer les tendances autoritaires ainsi que la confiscation de l’opinion publique, réduisant les partis et médias d’opposition à peau de chagrin. La tradition démocratique russe s’ancre davantage dans l’idée d’une démocratie souveraine ou dirigée.


Stéphane de Tapia :
Stéphane de Tapia commence par souligner un certain nombre de similitudes entre la situation turque et la situation russe. En effet, contrairement à un certain nombre de préjugés, la notion de démocratie en Turquie n’est pas si récente. Vers la fin de l’empire ottoman, elle s’est imposée comme un système politique possible et viable, bien que marqué encore à l’heure actuelle par les tensions entre l’autoritarisme réactionnaire et les aspirations d’une partie de la population au progrès et à l’Europe. Ces dernières décennies s’inscrivent dans cette évolution cyclique. La crise actuelle présente cependant des signes particulièrement alarmants : la presse est harcelée, les débats sont tronqués et les média d’opposition fermés. Ces mesures prises par le gouvernement se heurtent malgré tout à l’opposition d’une partie importante de la population, ravivant les tensions et accroissant les menaces de guerre civile déjà effective dans le sud-est de l’Anatolie (régions de peuplement kurde et arabe). Seule cette résistance, massive à certains moments comme les élections ou les fêtes nationales, sauve la Turquie de l’état dictatorial.


Emmanuel Droit :
En ce qui concerne les sociétés allemande et française, Emmanuel Droit explique que les tendances populistes actuelles ébranlent profondément les modèles démocratiques en vigueur depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’euphorie de la démocratie à laquelle a succédé l’idée de la démocratie comme modèle indépassable de régime, a laissé place à de profondes remises en question. Les systèmes actuels ne semblent plus en mesure de répondre aux questions d’une population qui doit faire face à de nouveaux problèmes et de nouveaux défis. Il en résulte une profonde désarticulation entre un modèle politique occidentalo-centré et les attentes d’une société confrontée à de profondes mutations. Face à l’échec du modèle de démocratie inclusive – en témoigne l’incapacité de ces régimes à intégrer les descendants des travailleurs immigrés par exemple – se pose la question de nouvelles formes de pouvoir qui seraient capables de répondre au défi d’une déconcentration du pouvoir et d’une repolitisation de la société par des mécanismes plus horizontaux et moins verticaux.

 

Transnationalité des débats et des pratiques démocratiques


Dans son intervention intitulée « Einigkeit im Gegensätzlichen. Frankreich- und Deutschlandbilder der intellektuellen Kollaboration », Sebastian Liebold (Technische Universität Chemnitz) analyse les phénomènes de transfert d’idées dans le contexte de l’entre-deux-guerres. Il propose pour cela un regard croisé entre la France et l’Allemagne en s’intéressant plus particulièrement au parcours de trois publicistes allemands (Friedrich Sieburg, Karl Epting, Johannes Stoye) et de trois intellectuels français (André Germain, Alphonse de Châteaubriant, Bertrand de Jouvenel). Recomposant au travers des écrits de chacune de ces figures les images que les deux pays voisins avaient l’un de l’autre, il met au jour certaines différences importantes au sein des discours antidémocratiques. Il souligne notamment, côté français, des projets d’entente entre les deux peuples (et donc un rejet de la politique expansionniste) ainsi qu’une fascination pour le régime nazi. Au terme de la comparaison, il apparaît que ces cercles allemands considéraient cette dictature comme un signe de modernité, alors qu’elle était perçue, en France, comme la restauration tant souhaitée d’idées prérévolutionnaires.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.