Education à la citoyenneté / politische Bildung : Itinéraires et méthodes de recherche

Date : 23/01/2019
Lieu : Lyon
Organisateurs : Anne Lagny
Titre du programme :   Education à la citoyenneté / Politische Bildung. Regards croisés franco-allemands en sciences humaines

Sept interventions ont permis de croiser les disciplines et les parcours de quatre doctorant.e.s dont les objets de travail éclairent de façon complémentaire les enjeux de ce programme de formation-recherche ; leur contextualisation biographique, académique et institutionnelle a été rendue possible par les contributions de trois autres intervenantes. Ces interventions sont résumées ci-dessous dans l’ordre chronologique de la journée et incluent pour certaines la prise en compte de la discussion avec le public.

 

Ouverture de la journée d’études

Claire Ravez (chargée d’études, unité opérationnelle Veille et Analyses, Institut français de l’éducation – École Normale Supérieure de Lyon)

Au lendemain de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, cette deuxième journée d’études s’inscrit opportunément dans une volonté commune d’approfondir les relations franco-allemandes dans les champs de la recherche et de l’éducation.

Elle est le fruit d’une coopération institutionnelle entre différents partenaires qui ont déjà contribué à faire émerger lors de la journée d’études du 3 octobre 2018 (« concepts, institutions, comparaison ») certains fils directeurs, qui pourront être approfondis et complétés tout au long du programme de formation-recherche :

– la question de la visée et des fonctions de la mission civique de l’institution scolaire, telle qu’elle est vécue, comprise et promue par des acteurs institutionnels d’une part, mise à distance par les travaux de recherche, par exemple en science politique, de l’autre ;

– la diversité des dispositifs, espaces et acteurs au sein de chaque État autant qu’entre la France et l’Allemagne, dont la recherche d’une correspondance terme à terme (en termes de disciplines et de programmes scolaires, de formation initiale des enseignants, de paysage scientifique outillant l’analyse du monde social) est illusoire ;

– l’articulation en filigrane des mutations curriculaires liées à l’éducation à la citoyenneté avec les évolutions de la place et du rôle des faits religieux dans les sociétés européennes et leur prise en charge par l’école.

Le programme de la journée du 23 janvier a quant à lui pour objet les « itinéraires et méthode de recherches » de chercheurs et chercheuses sollicitées pour la variété de leurs parcours biographique, académique et intellectuel, ainsi de leurs pratiques et questionnements méthodologiques et, au-delà, épistémologiques. La construction et l’interprétation progressives de leurs objets de recherche entrent en écho, de façon souvent implicite, avec des rencontres interpersonnelles, des contraintes matérielles et temporelles liées à la nature des projets de recherche, enfin avec des choix à effectuer, qui représentent toujours à la fois une promesse de production de connaissance et un renoncement à construire d’autres savoirs.

Au centre de nos intentions, la démarche de comparaison accorde une attention particulière à la compréhension, notamment historique, des écarts entre les politiques éducatives nationales, mais aussi à la mise en avant de points de convergence entre les deux systèmes éducatifs. Cet enjeu passe par une dimension langagière omniprésente de déploiement, de contextualisation, de négociation du sens des mots : il a appelé pour cette journée le projet et la pratique de la compétence de médiation linguistique, principalement assurée par trois doctorants et doctorantes, selon des formats qui permettent d’expérimenter et d’effectuer un retour réflexif sur la plus-value potentielle et les limites de la prise en charge du caractère bilingue d’une manifestation scientifique binationale en sciences humaines et sociales.

 

D´une expérience-clé à la constitution d´objets en cours d´éducation civique – itinéraire professionnel et recherche empirique qualitative

Prof. Dr. Carla Schelle (Institut für Erziehungswissenschaft, Johannes Gutenberg-Universität Mainz)

Traduction : Claire Ravez

Nous avons montré lors de cette intervention qu’à partir d’une expérience d’observation, il est possible de reconstituer à l’aide des méthodes d’interprétation qualitatives des perspectives d’élèves, des processus de compréhension de soi-même et du monde ainsi que la constitution d’objets d’enseignement-apprentissage. Ces méthodes – ce qui est surtout important pour la recherche comparative franco-allemande – sont particulièrement sensibles à l’interaction et à la différence.

Nous avons tout d’abord questionné sur la base d’un extrait d’un entretien collectif d’élèves (projet de thèse) et de la « dokumentarische Methode » (Bohnsack) la façon dont les élèves structurent leurs processus d’apprentissage. Les résultats ont montré que les élèves avaient leurs propres conceptions didactiques, une « Lernerdidaktik » : selon cette approche, des aspects de la théorie didactique des disciplines sont déjà présents dans le savoir et l’action des apprenant.e.s.

Ensuite, considérant l’observation de cours comme centrale, l’analyse d’un projet ultérieur (habilitation) qui a porté sur l’enseignement dans les domaines de l’histoire et de l’éducation civique a eu pour but de reconstruire les processus de compréhension de soi et du monde mis en œuvre par les élèves. La méthode d’évaluation de l’« Objektive Hermeneutik » (Oevermann, Wernet) se prêtait explicitement dans le cadre de ce projet à l’analyse des interactions entre enseignant et élèves. On a ainsi pu montrer qu’il existe une dimension pratique de l’herméneutique qui s’exprime du point de vue des adolescents sous les formes d’une quête de style, d’affiliation et de positions sociales, etc. La tâche de l’éducation civique et de l’apprentissage politique est de recueillir et de développer ce que les élèves apportent en compétence herméneutique quotidienne. Ce n’est qu’ainsi que les élèves pourront porter des jugements sur leur situation et leur relation au monde. Il s’agit donc aussi ici d’une justification d’une didactique herméneutique des sciences sociales.

Un projet actuel (sous l’égide de la Deutsche Forschungsgemeinschaft) pose la question de savoir comment les contenus d’enseignement et les objets d’apprentissage sont amenés et tenus par les professeurs et les élèves – comment la situation est co-construite et investie par les élèves -, de manière communicative et interactionnelle, dans les cours d’éducation civique et d’histoire au collège en France et en Allemagne. Des études préalables montrent des grammaires scolaires différentes, ce qui influence également de manière significative la constitution des objets. On évalue également dans quelle mesure les curricula scolaires locaux et les conceptions culturelles traditionnelles (cadres normatifs) ont un impact sur les pratiques liées aux contenus d’enseignement. Lors de ce projet, la « Dokumentarische Methode » avec sa démarche comparatiste et l’«Objektive Hermeneutik», par laquelle des situations de cours préalablement sélectionnées sont interprétées, de manière littérale dans un premier temps, sont appliquées.

Les différentes fonctions de l’« Objektive Hermeneutik » ont été l’un des thèmes abordés lors de la discussion. Comme outil de travail, elle permet d’ouvrir des textes et d’en découvrir et percevoir plus clairement les implications sociales et politiques. Cette méthode est également utile pour la formation des enseignants pour considérer, du fait de sa sensibilité aux interactions, les micro-processus à l’œuvre dans les cours d’éducation civique. Ont également été discutés le terme particulier de « Lernerdidaktik » et la mesure dans laquelle les situations de collecte de données dans des cadres scolaires peuvent produire des artéfacts.

 

Tous citoyens ? L’Europe dans les manuels d’allemand de terminale au début des années 2000

Rebecca Laffin (doctorante contractuelle à l’ENS de Lyon, UMR 5317 IHRIM)

L’étude de cas a porté sur les cinq manuels d’allemand de terminale publiés entre 2003 et 2005 (Projekt Deutsch, Nathan 2003 ; Kiosk, cycle terminal, Hatier 2003 ; Deutsch als Pass interaktiv, Delagrave 2003 ; Kontakt, Bordas 2003 et Welten, Bordas 2005). La question de la représentation de l’Europe dans ces manuels s’est posée à partir du constat de la présence récurrente dans les manuels de documents et d’exercices ayant l’Europe pour objet, ce qui semble étonnant dans des manuels consacrés à l’enseignement de la langue allemande et à la représentation de l’espace germanophone. Il se pose alors la question des objectifs de cette représentation de l’Europe : s’agit-il de renforcer la conscience d’une identité européenne chez les élèves ?

La période choisie suit la publication du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) par le Conseil de l’Europe en 2001 et correspond à un moment d’attention accrue des professionnels de l’enseignement des langues vis-à-vis de l’Union européenne comme instance décisionnelle. Il s’agit de déterminer si cette attention va de pair avec une représentation de l’Europe et de l’Union européenne comme objets d’étude dans les manuels. L’inclusion d’un manuel publié en 2005 permet d’interroger les éventuelles évolutions au sein d’une maison d’édition (Bordas). Les documents et exercices permettant d’étudier la place et le rôle de l’Europe dans les manuels ont été identifiés à partir des titres listés dans les sommaires (les titres des chapitres n’étant pas explicites à ce sujet).

Lors de la construction de l’étude de cas à partir de la confrontation d’hypothèses aux données du corpus, une grande prudence s’impose vis-à-vis des interprétations spontanées qui ne tiendraient pas compte des problématiques européennes de 2003 (centrées sur l’élargissement de l’Union européenne), différentes des questionnements de la fin des années 2010. L’analyse des documents des manuels permet de différencier les dimensions spatiale et politique de l’Europe ainsi que la focalisation sur les enjeux contemporains, les étapes passées de la construction européenne ou les perspectives d’avenir. Par ailleurs, la question de l’articulation d’une identité européenne commune et d’ancrages nationaux et culturels particuliers sous-tend la représentation de l’Europe.

La représentation de l’Europe est caractérisée par les aspects suivants : elle est factuelle et diversifiée (autant en ce qui concerne les types de documents que les domaines abordés), centrée sur la valorisation des relations franco-allemandes et marquée par une distance critique ponctuelle, notamment dans les manuels Deutsch als Pass interaktiv et Projekt Deutsch. La question de l’identité européenne se pose ainsi à un niveau personnel et local aussi bien que politique et international. L’Union européenne est quant à elle considérée tour à tour comme une nécessité, un atout, voire une utopie.

La discussion a notamment porté sur les raisons possibles de la présence récurrente de drapeaux nationaux dans les manuels, ce qui a permis d’interroger les représentations très politiques des espaces germanophone et européen. La question de la définition de corpus composés de manuels scolaires a également été abordée.

Konzeptionen politischer Bildung und Erziehung in der dokumentierten Unterrichtspraxis. Kontrastierende Fallstudien anhand von Videoaufzeichnungen aus dem politischen Fachunterricht in Ost-, West- und Gesamtberlin (1978-1995) / Conceptions de l’éducation à la citoyenneté et documentation des pratiques d’enseignement – études de cas à partir d’enregistrements audiovisuels de cours de politique à Berlin- Est, Berlin-Ouest et Berlin réunifiée (1978-1993)

May Jehle (M.A., Goethe-Universität Frankfurt am Main)

Traduction : Romain Becker

Dans le projet de thèse que j’ai présenté, j’analyse douze heures d’enregistrements audiovisuels de cours de Staatsbürgerkunde, de Politikunterricht et de Gesellschaftskunde (les dénominations pour les cours d’éducation civique à Berlin-Est, Berlin-Ouest et à Berlin réunifiée), filmés entre 1978 et 1993. Ce faisant, ces enregistrements font pour la première fois l’objet d’une étude de cas systématique dans le cadre d’une recherche empirique et comparative en histoire de l’enseignement. Dans ce but, les enregistrements ont été dans classés et quatre groupes et analysés en utilisant une approche contrastive.

Ces quatre catégories reflètent différentes conceptions de l’enseignement et de l’éducation politiques. Des fonctions différentes sont attribuées à ces cours en fonction de conceptions qui dépendent, elles, des différents systèmes politiques en place. Différentes attentes leur sont assignées, elles-mêmes liées à différentes conceptions didactiques et méthodes pédagogiques, tout en étant fondées et légitimées de différentes manières. Dans le même temps, en donnant un aperçu des pratiques pédagogiques, les sources audiovisuelles ouvrent de nouvelles perspectives à la recherche en histoire de l’enseignement et de l’éducation. Grâce à elles, il est possible d’analyser la relation entre la formulation d’exigences et une volonté de transmission d’une part et leur mise en œuvre pratique de l’autre.

Afin de rendre justice à la spécificité des sources audiovisuelles, mon analyse s’appuie sur la combinaison de plusieurs méthodologies. Une analyse extensive du contexte a été effectuée en consultant de nombreux documents écrits : ceux-ci permettent de discuter de l’authenticité et de la représentativité des enregistrements et permettent de reconstituer les intentions didactiques poursuivies dans les différents cours. J’analyse la concrétisation de ces intentions dans les pratiques pédagogiques sous la forme de microanalyses ethnographiques, suivant en cela des fondements ethno-méthodologiques. En parallèle, j’analyse également la mise en scène visuelle à travers les mouvements de caméra, afin d’en rendre compte dans les interprétations des cours.

Au final, il s’agit de discuter les possibilités et les limites de dédier des cours à l’éducation à la citoyenneté (politische Bildung und Erziehung) à travers une perspective historique problématisée. Dans le même temps, cette thèse est destinée à contribuer à la reconnaissance de la valeur de cette documentation audiovisuelle en tant que source légitime de la recherche en histoire de l’éducation et de l’enseignement.

 

Former (à) la Volksgemeinschaft via l’école sous le Troisième Reich : itinéraire et méthodes de recherche

Manon Bienvenu-Crélot (université Bordeaux-Montaigne, ED Montaigne Humanités, laboratoire CLARE)

L’objectif de cette communication était de proposer une réflexion sur l’éducation à la citoyenneté à l’école, dans le contexte spécifique du national-socialisme où, plus que celui d’un développement intellectuel, c’était un rôle de formation politique qui était attribué à l’école, devenue un vecteur de la Weltanschauung (vision du monde) national-socialiste. Nous nous sommes demandé quels enjeux se cristallisaient autour de l’éducation entre 1933 et 1945 en Allemagne, et sur quels concepts, quels objets se fondait l’éducation politique.

La première partie de cette communication est revenue sur le choix et la définition des termes du titre. Les concepts de citoyenneté et de Volksgemeinschaft renvoient tous deux à l’appartenance à une communauté politique, mais définie de manière différente. Pour expliquer cette différence, nous avons examiné le dualisme mis en avant par le discours politique national-socialiste entre « Gesellschaft » (société) et « Gemeinschaft » (communauté). Nous avons ainsi privilégié le terme de Volksgemeinschaft qui se trouve au cœur d’un réseau de concepts irriguant la Weltanschauung national-socialiste. La polysémie des verbes « former » et « bilden » (utilisés dans un contexte éducatif ou bien au sens concret de « modeler ») nous a semblé adaptée pour analyser l’éducation national-socialiste.

Une fois les termes définis et explicités, la seconde partie de l’intervention s’est concentrée sur des aspects méthodologiques plus concrets : comment se situer en tant que chercheu·r·se dans le champ de l’éducation sous le national-socialisme et comment délimiter son sujet ? Quelles sources choisir et à partir de quels questionnements les sélectionner ? Comment le choix des sources entre-t-il en interaction avec la définition du sujet, de la problématique et de la méthode, et vice-versa ?

La dernière partie proposait un examen du concept de Volksgemeinschaft à l’aune de quelques sources. Nous avons d’abord présenté un extrait des lignes directrices de 1939 pour la Volksschule où le ministre de l’éducation Bernhard Rust décrivait la tâche dévolue à l’école national-socialiste, puis quelques extraits de manuels scolaires. L’analyse de ces extraits nous a permis de constater que l’école avait pour mission d’inculquer le sentiment d’appartenance à la communauté. Nous avons aussi examiné les modalités de la mise en œuvre de cette tâche. Nous avons également constaté que cette formation à la communauté du peuple avait pour objectif une future mobilisation des enfants au service de cette communauté.

Nous sommes parvenus à la conclusion que la formation politique est véritablement devenue l’enjeu principal de l’école national-socialiste. Plus que citoyenne, cette formation politique était identitaire et se fondait sur le concept de communauté, envisagé sous un prisme racial, raciste et organiciste.

 

Éduquer à la citoyenneté par la communication littéraire. Un rapport de recherche en sciences cognitives de la littérature (Kognitive Literaturwissenschaft)

Robert Forkel (M.A., Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg)

Traduction : Romain Becker

En allemand, on différencie Erinnern (souvenir) et Gedenken (mémoire), deux pratiques culturelles du souvenir aux fonctions cognitives distinctes : quand on se remémore, les informations transmises restent abstraites et entrent dans la mémoire sémantique. Puisqu’on ne peut pas vérifier leur véracité au sein de la mémoire sémantique, les informations qui y sont stockées sont fondamentalement perçues comme « vraies » – c’est-à-dire qu’elles restent statiques et ne peuvent que difficilement être questionnées. Le souvenir, quant à lui, est un processus réflexif et productif où on s’approprie ce qui s’est passé et le reconstruit. Ce faisant, c’est la mémoire épisodique qui est sollicitée. Celle-ci associe des contenus aux contextes dans lesquels ils ont été acquis. Ce qui a été appris reste ainsi durablement connecté à la situation d’apprentissage originelle et donc ancré dans l’expérience de chacun. De temps en temps, ce qui a été appris peut être questionné et adapté à de nouveaux horizons d’expériences. Ce maniement personnel, réflexif et constamment dynamique des connaissances historiques est indispensable pour apprendre de l’Histoire.

La littérature sollicite le souvenir à travers des structures narratives : le vécu historique est soumis à la perspective d’un narrateur et peut être illustré avec sa propre expérience. Le récepteur n’est donc pas seulement nourri de faits historiques, mais avant tout confronté à un contexte d’acquisition spécifique – ce contexte (ainsi que les connaissances qui y sont liés) est stocké dans la mémoire épisodique.

Cependant, je doute que cet effet cognitif résulte uniquement de la présentation d’un savoir historique sous la forme d’une narration subjective. Ainsi, les textes rédigés par les témoins de l’époque du national-socialisme ne sont aujourd’hui presque plus adaptés pour « interpeler » directement les lecteurs d’aujourd’hui. Cela est dû au fait que leurs récits perdent leur fonction communicative avec le temps. À mon avis, l’accès à la mémoire épisodique passe moins par la narration que par la communication – or, toute narration n’est pas forcément communication.

Comment établir que les romans, les mémoires et les biographies familiales ne racontent pas seulement, mais qu’ils communiquent également ? Puisque la communication littéraire (au sens étroit du terme) n’est pas accompagnée d’une interaction sociale, elle doit être analysée au niveau des représentations mentales. Ici intervient la science cognitive de la littérature, en mobilisant des concepts issus des théories de la communication et des sciences cognitives. Pendant la lecture, les lecteurs ont tendance à mobiliser les mêmes techniques cognitives que celles qu’ils ont exercées pour et dans leur communication quotidienne. Dans ma thèse, j’ai illustré ce comportement à partir de l’exemple de ce qu’on appelle la Enkelliteratur (littérature des petits-enfants). Ce genre désigne les textes littéraires (mais pas forcément fictifs) de petits-enfants de témoins de l’époque du national-socialisme, qui se sont confrontés aux expériences de leurs grands-parents sous le Troisième Reich après la mort de ces derniers. Ce qui est commun à tous ces textes est le fait que les narrateurs présentent leur histoire familiale comme s’ils communiquaient véritablement avec nous, de façon vivante, dans une situation de communication du quotidien.

On peut en conclure qu’en général – c’est-à-dire au-delà de la réception littéraire -, ce qui est proposé en matière de souvenir (Erinnerungsangebote) dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté doit toujours être adapté au contexte de communication afin de pouvoir être relié au présent, aussi au plan cognitif, de manière effective et durable.

 

L’éducation à la citoyenneté vue par la recherche, entre observatoires des pratiques et analyse des imaginaires politiques

Anne-Claire Husser (maîtresse de conférence en philosophie de l’éducation, Espé de Lyon Université Lyon 1, laboratoire Éducation Cultures Politiques)

La formation du citoyen (comprise au sens large et avec des définitions plus ou moins extensives de l’exercice de la citoyenneté) constitue une préoccupation ancienne des politiques scolaires, mais on peut considérer qu’elle fait l’objet, depuis les années 2000, d’un réinvestissement significatif à l’échelle européenne. Le Conseil de l’Europe joue à cet égard un rôle significatif en termes de production de normes (comme la définition de compétences communes) et de production de ressources. La Commission européenne quant à elle produit des rapports comme l’enquête Eurydice qui porte sur les politiques publiques d’éducation à la citoyenneté dans les États européens.

Ce type d’enquête s’inscrit dans une tendance mondiale au comparatisme des performances, dans l’esprit des enquêtes PISA. L’enquête périodique sur l’éducation à la citoyenneté ICCS (International Civic and Citizenship Education Study), pilotée par l’IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement) est ainsi centrée sur les compétences des élèves.

Ces enquêtes se basent sur le postulat qu’il existe une certaine convergence d’objectifs en matière de formation du citoyen dans les différents pays et qu’on peut repérer des pratiques plus efficaces que d’autres qui gagneraient, espère-t-on, à être plus largement diffusées.

Sans préjuger de l’intérêt de ces grandes études comparatives, on peut cependant estimer qu’elles ne permettent guère d’appréhender finement l’articulation entre l’éducation à la citoyenneté et les imaginaires politiques ni l’inscription des curricula en question dans des dynamiques institutionnelles longues. Parce qu’elle ne livre pas les conditions de la transposition des pratiques d’un cadre national (voire régional) donné dans un autre cadre obéissant à une autre « grammaire scolaire » (pour reprendre l’expression de Carla Schelle), l’approche par la performance risque d’induire un comparatisme naïf, voire béat, qui pousse à admirer les pratiques scolaires étrangères sans s’interroger sur ce avec quoi elles font système.

Tel n’est pas, semble-t-il le propos d’une démarche comme celle qui sous-tend cette journée consacrée aux itinéraires de recherche et faisant dialoguer les approches didactiques et historiques. Son bénéfice me parait avant tout problématisant, la confrontation des approches contribuant à déconstruire l’évidence des catégories familières (pédagogiques ou institutionnelles) dans un contexte national donné et ce faisant de faire apparaitre les « choix » sous-jacents, les partis-pris et les exclusions qu’elles impliquent. La confrontation des stratégies de recherche permet ainsi d’enrichir les grilles de lecture des chercheurs sans pour autant écarter la possibilité de repérer des enjeux et des intérêts partagés.

Ajoutons qu’un tel bénéfice s’étend au-delà du cercle des chercheurs allemands francophones ou des chercheurs français germanistes dès lors que se trouvent produites les médiations nécessaires pour accéder à la recherche en langue étrangère (en l’occurrence française ou allemande) : identifier la structuration d’un champ de recherche dans un pays donné, les méthodes en usage, les « écoles » de pensée, ou plus basiquement les mots clefs en usage constitue un gain considérable pour tout chercheur en éducation.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.