Identification des clauses pertinentes et des différents mécanismes mis en œuvre par les juges

Date : 3-4 mai 2013

Lieu :  Würzburg

Organisateurs :  Marie-Cécile ESCANDE-VARNIOL (université Lyon 2)

Programme : Le contrôle des clauses du contrat de travail par le juge national (français ou allemand)

Etabli à partir des présentations de Sophie Brault, Gerhard Binkert, Corinne Sachs-Durand et Philippe Grangier, Gerhard Reinecke et Patrick Rémy et des discussions qui ont suivies chacun des exposés.

Rencontre inaugurale du thème : « Le contrôle des clauses du contrat de travail par le juge, droit comparé allemand et français » qui s’est tenue à l’Université de Würzburg où nous avons été très chaleureusement accueillis par le Professeur Christoph Weber.

Cette première rencontre avait pour objectif l’identification des clauses pertinentes et des différents mécanismes mis en œuvre par les juges.

Sans reprendre ici le détail des présentations et discussions, on rappellera les  principaux éléments qui ont été dégagés, relativement au cadre juridique national, au contrôle judiciaire et à la typologie des clauses du contrat de travail.

 Le cadre juridique national

Dans nos deux pays, la relation de travail subordonnée de droit privé est fondée sur un contrat relevant du droit civil. L’accord de volonté des parties en est l’élément essentiel qui reste au cœur de l’interprétation judiciaire. Les difficultés naissent d’une part de la détermination du contenu du contrat et d’autre part de l’interprétation de clauses écrites concernant des obligations accessoires.

Le lien de subordination créé par le contrat de travail donne à l’employeur un pouvoir exorbitant par rapport à tout autre contractant de droit privé, ce qui justifie une interprétation judiciaire adaptée qui va dans le sens de la protection de la partie faible au contrat (le salarié). Le contrat oral est valable, soumis aux règles du code civil (BGB allemand) et du code du travail (France), en ce cas aucune clause particulière ne peut être invoquée à l’encontre du salarié, mais les conventions collectives peuvent prévoir des clauses, dont la portée semble plus contraignantes en Allemagne qu’en France. En tout état de cause, en l’absence de clauses écrites, les modifications apportées en cours de contrat qui affectent les conditions de travail sont jugées à l’aune du pouvoir de direction de l’employeur en Allemagne alors que la Cour de cassation française a élaboré, depuis 1996, une « théorie » de la modification du contrat fondée sur la différence entre « modification du contrat » qui exige l’accord des deux parties et « changement des conditions de travail » qui relève du pouvoir de direction de l’employeur. Cette distinction a priori séduisante et objective n’a pas manqué de poser de grosses difficultés pratiques, exemple : dans quelle mesure un employeur peut-il modifier les horaires de travail ? réponse : tant qu’il ne touche pas à la qualification horaire de jour/horaire de nuit ; ainsi un salarié ne peut valablement s’opposer à un changement d’horaire qui bouleverse sa vie familiale (finir à 19h au lieu de 16h), mais si l’employeur veut passer la fin du travail de 21h à 21h 30, il ne peut l’imposer au salarié sans son accord.

L’interprétation allemande est fondée sur un article qui dispose que : « L’employeur peut déterminer les détails, le lieu et le temps de la prestation du travail dans la mesure où ces conditions de travail ne sont pas fixées par le contrat de travail, les conventions collectives ou les règles de droit » (Art 106 code des professions industrielles et commerciales, Geverbeordnung, GewO). Cet article semble donner une place prépondérante au pouvoir de l’employeur en l’absence de clause écrite dans le contrat ou le statut collectif. Les clauses contractuelles pourraient se révéler plus protectrices que l’absence d’écrit. Ce premier constat intrigue l’interprète français qui constate qu’en France les clauses sont surtout utilisées par l’employeur, généralement rédacteur unilatéral du contrat pour accroitre son pouvoir de modification en cours d’exécution du contrat. Une étude plus approfondie va nous apprendre que les différences sont plus subtiles. Si les approches sont différentes, le résultat n’est pas toujours très éloigné, même si la marge de manœuvre de l’employeur allemand semble plus importante.

L’étude que nous entreprenons ici porte sur les clauses du contrat de travail, nous nous intéresserons donc seulement aux situations dans lesquelles il existe une clause écrite (dans le contrat ou éventuellement dans la convention collective) dont l’interprétation conflictuelle entre les parties est soumise au juge national.

Une autre distinction essentielle entre les deux droits tient à la notion de clauses abusives. Le droit allemand connaissait déjà des listes de « clauses-types », souvent issus des conventions collectives,  par une loi de 1976 e législateur allemand a assimilé en 2002 les clauses du contrat de travail au régime des clauses abusives en droit de la consommation. Cette loi opérait une transposition extensive de la Directive 93/13/CEE, celle-ci n’envisageant que les contrats de consommation. La France en revanche n’a pas opéré une telle assimilation, le régime des clauses abusives n’y est donc pas applicable au contrat de travail. Cette situation engendre bien entendu des divergences d’approche dans l’interprétation judiciaire.

Le contrôle judiciaire

La méthode d’interprétation des clauses du contrat par le juge est donc sensiblement différente : les notions de pouvoir de direction, d’équité ou de bonne foi occupent une place plus importante dans les décisions allemandes que françaises. Concrètement cela se traduit par une approche plus subjective en Allemagne qu’en France. Par sa distinction entre modification du contrat et changement des conditions de travail la Cour de cassation française souhaitait mettre fin au subjectivisme du juge du fond en offrant une sorte de catégorisation des changements apportés en cours d’exécution du contrat ; cependant, la réalité est complexe et la frontière entre ces deux catégories est souvent difficile à établir : quels sont les éléments contractuels par nature et a contrario ceux qui relèvent du pouvoir de l’employeur ? Bien des décisions reflètent cet embarras des juges. Pour pallier cette difficulté, la Cour de cassation a élaboré, depuis une dizaine d’années, de véritables régimes juridiques propres à des clauses particulièrement courantes (clause de non concurrence, clause de mobilité géographique, par exemple). Les juges allemands inscrivent leur interprétation dans le cadre de l’application des lois sur les clauses abusives. Ils ne peuvent pas contrôler les clauses issues des conventions collectives qui ont donc vocation à s’appliquer directement aux rapports de travail couverts par la convention. En revanche, les clauses figurant dans les contrats de travail, à l’instar des clauses inscrites dans les contrats de consommation, doivent toujours « être rédigées de façon claire et compréhensible, en cas de doute sur le sens d’une clause, l’interprétation la plus favorable prévaut ».

On pourrait penser qu’en France c’est le contrat qui asservit alors qu’en Allemagne il libère, mais il y a lieu d’être plus nuancé. Une clause abusive serait probablement réputée non écrite dans les deux pays et jugée inapplicable. C’est la validité même qui est alors en jeu. Mais c’est souvent au stade de la mise en œuvre de la clause que la marge d’interprétation est la plus importante car confrontée à la réalité des faits. Là on constate que le juge allemand laisse une plus grande place au pouvoir de direction de l’employeur : s’agissant par exemple du lieu de travail, la Cour fédérale considère qu’une clause qui prévoit que le lieu de travail est la région X, mais que la société se réserve le droit de muter le salarié dans une autre région selon les besoins de l’entreprise, est valable. Concrètement, l’employeur peut démontrer que la mutation est opérée dans l’intérêt de l’entreprise et que le salarié avait accepté cet aléa. En France, cette position a longtemps été la même, mais elle n’est plus d’actualité depuis 2006, désormais le juge exige que la clause soit précise quant à la zone où le salarié peut être muté. Dans les deux cas les juges portent une attention particulière à la bonne foi de l’employeur dans la mise en œuvre de la clause.

Les clauses inscrites dans le contrat de travail sont multiples et offrent une grande diversité d’objet, le régime juridique applicable peut varier, aussi est-il nécessaire d’en établir une typologie.

Typologie des clauses

Des deux côtés du Rhin on retrouve les mêmes types de clauses les plus couramment insérées dans les contrats de travail. Il s’agit des clauses relatives à

  • Lieu de travail : possibilité de modifier le lieu de travail initial au cours de l’exécution du contrat. La mobilité peut être temporaire ou définitive. Dans cette catégorie on classe également les « clauses de résidence » qui obligent le salarié a résider sur son lieu de travail ou à proximité, portant ainsi atteinte au libre choix du domicile.
  • Rémunération : en soi la rémunération est un élément essentiel du contrat qui échappe en grande partie au contrôle du juge, mais il est de pratique courante d’insérer des clauses de variabilité qui permet, au-delà du minimum garanti par la loi ou les conventions collectives, de faire varier le salaire en fonction des résultats obtenus par le salarié. Ce type de clause, réservé pendant longtemps à certaines catégories de salariés (commerciaux) tend à se répandre largement. Elles se heurtent à l’interdiction de faire porter sur le salarié le risque économique de l’entreprise. On doit également s’intéresser aux clauses de responsabilité financière qui concernent certaines professions (caissiers, banque…).
  • Fonction du salarié : différents types de clauses sont ici envisagés. Ce sont d’abord celles qui concernent la qualification du salarié (modification de la catégorie professionnelle ou des tâches confiées par exemple). Ce sont aussi les clauses d’exclusivité qui interdisent à un salarié, même à temps partiel d’exercer la même activité professionnelle au service d’un autre employeur ou pour son compte personnel ; la clause de loyauté est à rapprocher de ce type de clause. Sont également visées ici les clauses d’objectifs qui fixent au salarié un résultat à atteindre, c’est à dire une productivité. Ces clauses permettent de stimuler le salarié sans contrôler son temps de travail, mais seulement son chiffre d’affaires. Ces clauses se développent considérablement dans le secteur tertiaire. Elles représentent un risque pour le salarié, non seulement d’un point de vue économique, mais également en terme de santé.
  • Horaires et temps de travail : la flexibilité réclamée par les entreprises se traduit par un bouleversement de la législation sur le temps de travail. Vis à vis de certaines professions le décompte de la durée du travail est rendu difficile et la tendance est à un aménagement du temps de travail par des clauses conventionnelles ou contractuelles. La France est allée très loin dans la possibilité d’instaurer des conventions de forfait placées sous la surveillance du juge. Les horaires de travail relèvent traditionnellement du pouvoir de l’employeur et du collectif, cependant, certains contrats contiennent des clauses de variabilité des horaires individuelles dont la licéité relève du contrôle judiciaire.
  • Rupture du contrat de travail : quatre types de clauses relèvent de cette catégorie. Tout d’abord les clauses de dédit formation, clauses insérées dans les contrats de salariés dont l’employeur prend en charge financièrement une nouvelle formation professionnelle (courant dans le domaine de l’aviation par exemple, pour former les pilotes aux commandes de nouveaux modèles). Le salarié s’engage à rester un certain temps au service de l’employeur, mais s’il quitte cet employeur avant l’expiration de ce laps de temps, il devra rembourser partie ou totalité de la formation suivie. A l’inverse, les clauses de garantie d’emploi obligent l’employeur à conserver le salarié dans ses effectifs pendant une certaine durée, en cas de violation de la clause une indemnité est prévue. Lors de la rupture, la clause la plus courante est probablement la clause de non concurrence qui fait l’objet d’une réglementation en Allemagne mais relève d’un régime jurisprudentiel en France. Enfin, certains contrats contiennent des clauses pénales qui prévoient une indemnité forfaitaire en cas de licenciement, le juge peut avoir à se prononcer sur son caractère exorbitant ou dérisoire.

 

  • Opinions et liberté d’expression du salarié : des clauses très diverses entrent dans cette catégorie, que ce soit pour protéger la confidentialité des données de l’entreprise, ou les orientations politiques ou religieuses des entreprises dites « de tendance », ou bien pour protéger certaines catégories de salariés. Ainsi en France les journalistes bénéficient d’une « clause de conscience » qui leur permet de rompre le contrat pour des raisons liées aux opinions, tout en ayant droit à une indemnisation. Dans d’autres situations certains cadres supérieurs bénéficient de clauses comparables.

 

Cette typologie doit donner lieu à une étude plus approfondie de chacune de ces catégories et du contrôle judiciaire auquel elles sont soumises dans nos deux pays.

Lors de la prochaine rencontre (Avignon 18 et 19 octobre 2013) seront étudiées les clauses relatives au lieu de travail, à la rémunération et aux fonctions du salarié.

La réunion suivante qui se tiendra à Berlin au printemps s’intéressera aux clauses relatives aux horaires et temps de travail, à la rupture du contrat et à celles qui concernent les opinions et le l’expression du salarié.

L’histoire du temps présent au voisinage des sciences sociales : entre inter-, pluri- et transdisciplinarité

Date : 6-8 juin 2013

Lieu :  Berlin

Organisateurs :  Emmanuel Droit (Université Rennes 2), Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne) et Frank Reichherzer (Université Humboldt de Berlin)

Programme : Zeitgeschichte/Histoire du temps présent : les défis de l’écriture de l’histoire du temps présent au 21e siècle

Auteur de ce compte rendu : Caroline Garrido (Rennes 2/CERHIO- Centre Marc Bloch)

L’atelier « L’histoire du temps présent au voisinage des sciences sociales : entre inter-, pluri- et transdisciplinarité » qui s’est tenu du 6 au 8 juin 2013 au Centre Marc Bloch de Berlin fait suite à une réflexion engagée en novembre 2012 à Rennes dans le cadre d’un programme de formation-recherche soutenu par le CIERA et l’Université Franco-Allemande. Emmanuel Droit (Université Rennes 2), Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne) et Frank Reichherzer (Université Humboldt de Berlin) ont réuni une nouvelle fois des (post-) doctorants, des chercheurs allemands et français afin de poursuivre la réflexion sur les conditions d’écriture de l’histoire du temps présent au XXIe siècle.

De par sa fonction d’incubateur interdisciplinaire franco-allemand depuis sa création en 1992, le Centre Marc Bloch a constitué un cadre « naturel » de discussion à cette rencontre dont l’objectif intellectuel était de questionner l’existence d’un rapport particulier entre les sciences sociales et l’histoire du temps présent. En tant que sous-discipline historique, cette dernière offre-t-elle un terrain plus propice au travail interdisciplinaire? Quelles sont les réflexions engagées sur ce dialogue chez les historiens du temps présent français et allemands? Quelle est la plus-value du regard des historiens du temps présent par rapport aux autres chercheurs en sciences sociales?

La conférence introductive de Jacques Revel (EHESS) sur le thème de « L’interdisciplinarité par temps d’incertitude » a abordé de front tous ces questionnements. Ses propos ont permis tout d’abord de les replacer dans un contexte épistémologique plus large mais avant tout national. En France, « les sciences de l’homme et de la société », selon l’appellation du CNRS, inscrivent l’histoire au coeur des sciences sociales et l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) lorsqu’il prend la suite du Comité d’histoire de la résistance réaffirme la porosité de l’histoire au sein de cette famille scientifique. En Allemagne, bien que l’interdisciplinarité soit une pratique courante, la Geschichstswissenschaft (science historique) se distingue clairement des Sozialwissenschaften et l’Institut für Zeitgeschichte de Munich (Institut d’histoire du temps présent) s’inscrit dans cette tradition. De plus, l’historien français associe l’attrait des échanges interdisciplinaires à un moment particulier de l’histoire des sciences sociales : un moment d’incertitude, une zone de turbulence suite à l’érosion des grands paradigmes fonctionnalistes. Face à un avenir incertain et un présent indéchiffrable, le passé est réinterrogé et les emprunts, plus ou moins réciproques entre disciplines, sont légion. L’interdisciplinarité répond à une demande sociale et académique et elle participe d’un mouvement d’« optimisme épistémologique ». Jacques Revel, sans remettre en question cette pratique comme source d’innovations, se montre cependant critique vis-à-vis d’une simple coexistence intéressée faite d’emprunts disciplinaires libres. Il plaide, sur les traces de l’historien Bernard Lepetit, pour une « pratique restreinte » de l’interdisciplinarité.

L’atelier qui suivit la conférence de J. Revel a été l’occasion de s’interroger sur ce recours devenu presque trop naturel. Pour questionner ce voisinage et cette pratique, les discussions se sont organisées autour de cinq problématiques introduites par des chercheurs confirmés français et allemands issus de différentes sciences sociales. Chaque communication a fait l’objet d’une discussion avec les participants donnant lieu à de vifs débats, reflétant ainsi la forme de workshop choisie pour ce deuxième rendez-vous. Le premier axe de réflexion défini par les organisateurs – « L’histoire du temps présent et les sciences sociales : entre capitulation et recapitulation? » – fut introduit par l’historien allemand Kim Priemel (Humboldt Universität zu Berlin). Dans son propos liminaire, il s’interrogea sur la place de l’histoire du temps présent dans le monde des sciences sociales: comment s’opère le partage des compétences, quels outils et les méthodes sont privilégiés? Quelle est la plus-value du regard de l’historien? Dans le cadre du second panel, la sociologue allemande Tanja Bogusz (Centre Marc Bloch) s’est appliquée à présenter les « Effets du processus de transdisciplinarité sur les sciences sociales depuis 1989 ». Sa présentation lui donna l’occasion de proposer un plaidoyer pour une sociologie engagée, publique, appliquée dans le temps présent. La troisième section intitulée « L’histoire du temps présent et l’historicité du savoir » a permis au spécialiste des sciences de la culture, Philip Felsch de proposer de dépasser la dichotomie entre théorie et pratique par l’expression d’une pratique théorique, instituant ainsi la théorie comme genre à part entière. La dernière présentation de la journée assure par la politiste française Magali Gravier s’inscrivit dans le panel consacré aux relations entre l’histoire du temps présent et la science politique. La dernière section fut consacrée à la mémoire comme objet de recherche interdisciplinaire et fut introduite par Christian Gudehus (Université de Flensburg) Chaque chercheur mobilisé pour ouvrir les panels ont offert aux doctorants français et allemands de précieux témoignages sur leurs pratiques de l’interdisciplinarité. Ainsi aussi différents qu’ils soient, les thématiques et les intervenants n’en ont pas moins suscité des réflexions communes. Les discussions ont notamment porté sur les conditions du recours à la pratique interdisciplinaire. En effet, l’interdisciplinarité ne va pas de soi. Elle est une construction, palliant l’instabilité dans laquelle sont plongées les sciences sociales, chacune à la périphérie d’un centre insaisissable (J. Revel). Le périmètre des sciences sociales est devenu incertain. Les chercheurs se parent de multiples casquettes et poursuivent des parcours croisés. Peuvent-ils procéder à de simples emprunts d’outils disciplinaires ou de concepts sans effort de contextualisation (Magali Gravier)? Les discussions se sont fortement orientées vers une démarche réflexive (Reflexionsprozeß) de la pluridisciplinarité (Kim Priemel). La question de savoir si nous pouvons ou si nous devons lier ou dissocier les différentes approches des sciences sociales, a surgi tout au long du workshop. Elle a conduit les participants du workshop à concevoir différentes manifestations de ce voisinage définissant l’inter-, la pluri- et la transdisciplinarité comme des méthodes de travail favorisant, à divers degrés, les échanges entre spécialités. Sans fixer a priori de définition précise, la réflexion s’est cristallisée autour de la question de la possibilité d’une pratique interdisciplinaire. Dans quelle mesure pouvons-nous intégrer et faire cohabiter, de façon assumée et réfléchie, dans un même objet d’étude, des pratiques issues de champs disciplinaires distincts tout en respectant les traditions épistémologiques? Pouvons-nous faire dialoguer des disciplines dont les outils conceptuels et le langage scientifique diffèrent?

Dans ce domaine, les discussions se focalisèrent sur les conditions d’emprunt des théories et des concepts. Même si la réflexion sur les concepts est différente de part et d’autre du Rhin, il semble qu’ils ne constituent plus autant qu’avant des modes de pensée (Lebenstil). Les tenants de la théorie en action (Ph. Felsch) soulignèrent à ce titre la perte d’évidence des théories et préconisèrent une approche nouvelle. Cette démarche est concrètement mise en pratique au Centre Norbert Elias de Flensburg qui se présente comme une unité de recherche mixte et pluridisciplinaire valorisant l’approche pratique, concrète d’un objet d’étude et reléguant au second plan la recherche d’une approche pertinente, d’une théorie adéquate. Cette pratique permet de faire face à un déficit théorique comme l’illustre les recherches de Christian Gudehus autour du concept de violence, concept qui reste largement insaisissable. Il a comparé les expériences collectées à des mémoires sédimentées, et les traita comme un matériau brut dans lequel se mêlent souvenirs et visions prospectives. Le questionnement et la méthode se définissent par rapport à la source qui peut être continuellement revisitée par de nouvelles grilles de lecture.

Le recours aux concepts, théories d’autres sciences sociales, fréquent dans l’écriture de l’histoire du temps présent, et la pratique de l’interdisciplinarité nécessitent donc une démarche réflexive, une définition des enjeux heuristiques en préambule ou a posteriori. Toute théorie nécessite dans son usage une re-contextualisation car les concepts ne sont pas des choses, ce sont des hypothèses et Jacques Revel n’a pas manqué de le rappeler en conclusion de cet atelier. La pratique interdisciplinaire efface, en apparence seulement, les frontières entre disciplines puisqu’elle réintroduit dans le même temps entre elles des inégalités disciplinaires, une différence de potentiel. Des différentes discussions émerge l’idée que la pratique interdisciplinaire tend à rendre l’étude d’un objet plus difficile à embrasser et ce n’est finalement qu’au prix d’un voisinage et d’un dialogue complexes que les sciences sociales peuvent s’enrichir mutuellement.

Un troisième atelier franco-allemand est prévu en octobre 2013 à Paris. Les sujets d’étude des participants seront alors au coeur des discussions et serviront de base à une réflexion plus large sur le rapport aux sources, aux théories et au « sujet ultime et sérieux des sciences sociales » (F. Braudel), le Temps.

Enfin, nous tenons à souligner que nous avons tenu à valoriser une partie de l’atelier. En collaboration avec le Centre Marc Bloch, nous proposons au public le podcast de la conférence inaugurale de Jacques Revel. Nous avons souhaité faciliter l’accès du public à notre manifestation scientifique. Les personnes intéressées ont donc désormais la possibilité de consulter à tout moment ces enregistrements. Ce podcast a été mis à disposition sur la page du Centre Marc Bloch sur la plate-forme Soundcloud : https://soundcloud.com/centre-marc-bloch

Ganzheit und Fragmentierung. Zur Ideengeschichte Europäischer Sammlungen

Date : 8-9 novembre 2012

Lieu :  Leipzig

Organisateurs :  Ralf Zschachlitz

Programme : Techniques culturelles de la collection

Auteurs du compte rendu :  Prof. Dr. Dieter Burdorf, Dr. Leonhard Herrmann

Projektbericht

Als Teil des auf drei internationale Workshops angelegten Projekts „Kulturtechniken des Sammelns“ der Germanistischen Institute der Universitäten Lyon II, Leipzig und Kraków fand am 8. und 9. November 2012 an der Universität Leipzig der Workshop „Ganzheit und Fragmentierung. Zur Ideengeschichte Europäischer Sammlungen“ statt. Kern – jedoch nicht ausschließlicher Gegenstand – war dabei die in Kraków befindliche „Sammlung Varnhagen“, die – so das Ziel des Gesamtprojekts – in ihrem europaweiten ideengeschichtlichen Kontext beleuchtet werden sollte. Das Treffen versammelte unmittelbar an dem Projekt Beteiligte ebenso wie namhafte Experten, die gemeinsam die übergreifende Funktion von Sammlungen am Beginn und im Laufe des 19. Jahrhunderts diskutierten und entsprechende Forschungsprojekte vorstellten. Zahlreiche Gäste aus der akademischen wie außerakademischen Öffentlichkeit, aus Leipzig wie von auswärts, bereicherten die Diskussionen und bezeugten eine weit gespannte Aufmerksamkeit für das Projekt (vgl. Online-Konferenzbericht von Janine Katins auf http://digitalintellectuals.hypotheses.org/966).

In seinem den Workshop einleitenden Abendvortrag am 8.11. behandelte Dr. Marcel Lepper (Deutsches Literaturarchiv, Marbach am Neckar) Wilhelm Diltheys Sammlungsidee und ihre Konsequenzen für die Sammlungstätigkeit im Laufe des 19. Jahrhunderts. Eine rege Diskussion um die Kontinuitäten entsprechender Sammlungskonzeptionen bis in die Gegenwart schloss sich an, dies insbesondere dadurch angeregt, dass Lepper auch die Tätigkeit der eigenen Institution in die Reflexionen integrierte.

Der Folgetag begann mit einer Reihe von Vorträgen zu literarischen Texten seit der Zeit um 1800, die als Beiträge zu Konzeptionen des Sammelns gedeutet wurden. Prof. Dr. Fabrice Malkani (Lyon) befragte Goethes 1798/99 in Briefform verfassten Aufsatz „Der Sammler und die Seinigen“ nach einer Philosophie der Sammlung, die neben Fragen der (auch formalen) Integration verschiedener Sammlungselemente auch Probleme der Klassifizierung und Zugänglichmachung aufwerfe. PD Dr. Dirk Werle (Leipzig) deutete imaginierte Bibliotheken in zwei Novellen Ludwig Tiecks als Rekurse auf den Sammlungsdiskurs im frühen 19. Jahrhundert, die sich romantischer Erzählformen bedienen – ein Miteinander, das den Gedanken vom Sammeln als einem spezifisch romantischem Projekt nicht zufällig evoziere. PD Dr. Silke Horstkotte (Leipzig) schloss an diese Überlegungen an und beschrieb das Motiv des „exzessiven Sammelns“ in Clemens Brentanos „Großem Gockelmärchen“ als Bestandteil erzählerischer Selbstreflexion der Romantik. PD Dr. Katarzyna Jastal und Dr. Pawel Zarychta (Kraków) lenkten die Aufmerksamkeit der Konferenz auf die in Kraków befindliche Sammlung Varnhagen, indem sie die Ergebnisse einer ersten Bestandsaufnahme eines Teils der Sammlung präsentierten: den bislang nicht zureichendedierten Briefwechsel des Ehepaars Varnhagen mit Fürst Hermann von Pückler-Muskau. Kulturgeschichtliche Fragen zur Sammlungstätigkeit im 19. Jahrhundert begegneten sich dabei mit solchen zur Bedeutung des Briefs, der als Ausweis der Individualität seines Urhebers im 18. wie 19. Jahrhundert von Bedeutung war.

Prof. Dr. Ralf Zschachlitz (Lyon) beendete den Workshop mit einem Ausblick auf Sammlungskonzepte des 20. Jahrhunderts und beschrieb das Konzept des Sammlers und der Sammlung bei Walter Benjamin, wobei sich Parallelen zu ,romantischen‘ Sammlungskonzepten des 19. Jahrhunderts ergaben.

 

Ausblick

 

Für die übergreifenden Ziele des Projekts hat der erste von insgesamt drei Workshops wichtige Grundlagen gelegt. Zentrale Gemeinsamkeiten unterschiedlicher ,romantischer‘ Sammlungsideen haben den intellektuellen Horizont deutlich gemacht, vor dem die Sammlung Varnhagen im frühen und mittleren 19. Jahrhundert entstanden und weitergeführt worden ist. Die folgenden Workshops werden an die Diskussionen anschließen und diese hinsichtlich der öffentlichen Funktion von Sammlungen und der Möglichkeiten zu ihrer Wiederzugänglichmachung bereichern.

Auch in pragmatischer Hinsicht war der Projektauftakt ein großer Erfolg, indem weitere Akteure, die sich mit der Sammlung Varnhagen befassen, auf das Projekt aufmerksam wurden und sich rege an den Diskussionen beteiligten – der Grundstein für eine weitere, über das Projekt hinausgehende Arbeit an der Sammlung Varnhagen ist auf diese Weise gelegt worden.