International perspectives in the history of science museums and exhibitions

Date : 2-3 mai 2013

Lieu :  Berlin

Organisateurs :  Charlotte Bigg, Andrée Bergeron et Jochen Hennig

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

 

Présentation générale et objectifs

Le séminaire, originellement prévu pour le semestre d’hiver 2013, a été avancé de quelques mois afin de répondre au sentiment largement partagé parmi les membres du réseau qu’il était nécessaire, avant même la mise en place des ateliers, d’établir et transmettre un ensemble de références communes se rapportant à l’histoire de la mise en scène des sciences dans les musées et les expositions depuis le dix-neuvième siècle. Et en effet, contrairement à l’hypothèse qui voudrait que l’historiographie de la muséologie et des expositions ait une base partagée, une forte prévalence des traditions nationales est apparue, ce que reflète la production de littératures distinctes, rarement disponibles dans d’autres langues que celle de leur aire de production. De la même manière, nous avons constaté que les échanges entre disciplines sur ces sujets (histoire des sciences, histoire de l’industrie, muséologie, études du patrimoine) étaient loin d’aller de soi mais qu’elles devaient, au contraire, être suscitées, fût-ce sur une base volontariste.

Bilan

Le séminaire qui s’est déroulé les 2 et 3 mai 2013 à l’Université Humboldt de Berlin (sous la forme d’un « Blockseminar » – format choisi de manière à permettre la participation d’étudiants d’autres spécialités) a été, de l’avis général, particulièrement fructueux en permettant, ce qui était notre objectif initial, d’initier la construction d’une culture commune.

Une sélection de travaux particulièrement significatifs (récents et/ou classiques) avait été faite au préalable, parmi les travaux relevant de leur propre spécialité ou aire linguistique, par chacun des participants qui en assuraient aussi la présentation orale au cours de la rencontre. Avec des participants originaires de 6 pays différents (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Autriche, Espagne et États-Unis) et d’au moins autant de spécialités (histoire des sciences, histoire, documentation, études visuelles, conservation, muséologie), la couverture géographique et thématique s’est avérée extrêmement riche.

Le séminaire a permis aux plus ‘juniors’ d’entre nous de se familiariser avec une large gamme d’approches (approches théoriques comme études de cas) et d’auteurs tout en offrant aux membres les plus expérimentés une précieuse occasion de prendre connaissance de travaux émanant d’autres contextes nationaux, linguistiques ou disciplinaires. Cette connaissance mutuelle posée, il devient possible de penser les questions visuelles, muséologiques, culturelles et patrimoniales des sciences au-delà des implicites liés aux cultures nationales et disciplinaires. Par exemple, la connaissance des contextes historique et culturel spécifiques dans lesquels se sont développés et se comprennent des termes comme Kulturelles Erbe, Patrimoine, Patrimonio et Heritage est clairement apparue comme un prérequis indispensable pour comprendre le rôle déterminant que chacun de ces concepts, non superposables entre eux, joue aujourd’hui sur la façon dont on écrit l’histoire, conçoit les expositions et pense les politiques scientifiques dans les différents pays, d’une part, et au niveau européen, d’autre part.

L’implication de chercheurs, d’étudiants et de praticiens travaillant dans et sur les musées et les collections universitaires a été particulièrement fructueuse pour l’objectif central du projet : juxtaposer avec pertinence et mettre en relation, si cela s’avère justifié, les enjeux contemporains relatifs aux politiques et pratiques des musées de science, d’une part, et les travaux historiques, d’autre part.

Les discussions ont permis de faire émerger quelques problématiques récurrentes :
–    Constater que certains fils conducteurs historiques (comme, en France, la connexion entre la naissance du musée et l’iconoclasme révolutionnaire) ne sont pas seulement des produits de l’enquête historique, mais peuvent correspondre à des mécanismes toujours à l’œuvre (comme l’invention de l’écomusée en tant que monument à la désindustrialisation des années 1970).
–    Rechercher les moyens de (et identifier les obstacles pour) mettre pratiquement à profit les nouvelles avancées historiques pour des professionnels qui souhaiteraient concevoir des expositions qui soient, par exemple, plus réflexives, ou qui mettent en scène des interprétations intégrant des perspectives multiples ou encore qui prennent en compte des cadres d’interprétation post-coloniaux. Ces questions ne sont pas exclusive à la conception des expositions mais se posent également au chercheur qui souhaite développer une approche biographique des objets ou renouveler  l’histoire des collections.
–    Mesurer combien, inversement, certains concepts muséologiques ou certaines politiques d’institutions culturelles particulièrement novateurs plaident pour une révision des analyses (nationalement) établies du musée.

Les participants ont unanimement souligné la nature très stimulante des échanges.
En effet, contrairement aux projets plus lourds et plus coûteux dont certains membres de groupe avaient déjà l’expérience, la nature informelle de la réunion a permis une grande flexibilité dans le déroulement du séminaire, rendant possible la prise en compte de la dynamique des discussions. Nous avons ainsi pu aboutir à des échanges très productifs, réellement interdisciplinaires et transnationaux, centrés de questions bien définies. Particulièrement en ce qui concerne la réflexion sur la question délicate de l’articulation entre enquête historique et production muséologique, ce type de manifestation (et plus généralement ce projet) a été jugé très positivement, en ce qu’il fournit un espace (et un temps) rare de discussion avec une ouverture internationale mais surtout alliant théoriciens et praticiens de la mise en scène des sciences. Le développement d’un réseau international de chercheurs et de praticiens qui permettrait de développer les échanges nécessaires à l’élaboration conjointe d’une pensée réflexive et théorique autour de l’histoire et la pratique des expositions et des musées de science et des musées a été vivement encouragé par l’ensemble de nos collègues et des étudiants.

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg, Centre Alexandre Koyré

Voir/savoir : manieres de voir et representations visuelles dans les sciences

Date : novembre 2012 – juin 2013

Lieu :  Paris

Organisateurs :  Charlotte Bigg et Andrée Bergeron

Programme : Matières à penser. Les mises en scènes des sciences et leurs enjeux, 19ème-21ème siècles

Ce séminaire, qui en est à sa troisième année d’existence, constitue l’une des unités fondamentales du master « Histoire des sciences, technologies, sociétés ». Conformément au principe de l’EHESS (« la formation à la recherche par la recherche », le séminaire accueille les étudiants du master – et d’autres masters de l’EHESS – mais aussi des doctorants et des chercheurs dans les domaines de l’histoire des sciences, de la communication et les domaines connexes.

Il propose une introduction aux études visuelles des sciences, un champ de recherche qui s’est fortement développé au cours dernières décennies parallèlement à la prolifération d’images, de techniques de visualisation, de modèles et de simulations aussi bien dans les pratiques scientifiques contemporaines que dans la communication scientifique. Ce domaine a aussi bénéficié d’un dialogue renouvelé entre histoire des sciences, histoire de l’art, de la photographie et du film et les études cultuelles dont la conséquence a été la création de nouveaux objets et de nouvelles approches pour l’étude des images scientifiques et des cultures visuelles.
Objectifs

Cette année, six séances du séminaire ont été consacrées au projet Matières à penser.
L’objectif était tout à la fois de faire vivre celui-ci dans l’institution où il a été initié et de le faire connaître localement – tout particulièrement auprès des jeunes chercheurs (masterants et doctorants). En outre nous considéré qu’il s’agissait là d’un moyen efficace pour initier la construction du réseau de recherche, les étudiants et chercheurs participant au séminaire ayant la possibilité de bénéficier et devenir partie prenante du projet. Il a enfin fourni l’occasion de développer des réflexions sur des sujets spécifiques avec les chercheurs invités, bien sûr durant la séance proprement dite mais plus largement au cours de leur séjour parisien, le but étant, là encore, de développer le réseau et de mettre à profit leur expertise.
Bilan

Deux grands axes de recherche ont été présentés et discutés au cours de ces séances.

1-    Approches et études de cas historiques :

•    14 décembre 2012
Marianne Sommer (Université de Lucerne)
Creative Education, Charles Knight, Henry Fairfield Osborn and the Visualisation of Evolutionary History at the American Museum of Natural History.
Cette session, commune au séminaire Histoire des sciences de l’homme et de la société du Centre Alexandre Koyré, joué le rôle d’introduction générale à l’approche anglo-américaine des études visuelles appliquées à l’histoire des musées (certains des textes fondamentaux abordés ici ont d’ailleurs été ultérieurement discutés lors du séminaire berlinois).

•    28 février 2013
Jonathan Simon (Université Lyon 1/Université de Strasbourg)
Comment tirer profit de la virtuosité anatomique – les parcours extraordinaires de von Hagens et de Fragonard.
Commenté par Raphaël Mandressi (Centre Alexandre Koyré)
Cette session abordait la question de la visualisation de l’anatomie humaine au travers d’une mise en parallèle du parcours et de l’œuvre de deux anatomistes de caractéristiques très différentes : Fragonard au 18e siècle et von Hagens de nos jours. Si une simple comparaison trait à trait des deux personnages s’avère irrecevable, ils soulèvent néanmoins des questions communes qui, elles, peuvent circuler entre les temps. La séance a permis d’analyser les manières de voir et les représentations construites par ces opérations mais aussi les familiarités culturelles sous-jacentes à cette manière de disposer les corps dans un espace de visibilité sociale.

•    11 avril 2013
Kurt Vanhoutte and Nele Wynants (Université d’Anvers)
Spectacle of modernity: immersive performance and astronomy
Perspectives sur la présentation des sciences au dix-neuvième siècle, du point de vue des sciences du théâtre et du spectacle, avec un accent particulier mis sur les publics et sur l’expérience du spectacle (une session portant sur les planétariums et les espaces immersifs de spectacles scientifiques est prévue pour le deuxième atelier).

•    13 avril 2013
Loic Charles (EconomiX, Université de Reims, Ined) & Yann Giraud (Université de Cergy-Pointoise, THEMA)
Economics for the masses: the visual display of economic knowledge in the United States (1910-1945)
Séance consacrée à la création d’une culture visuelle en économie à travers notamment l’étude de l’usage de la photographie (Dorothy Lange, Lewis Hine) par la FSA dans les années 30 et des visual statistics (Otto Neurath).

2-    Approche réflexive, dans un contexte économique, social et politique large, des enjeux contemporains liés aux expositions scientifiques et à la gestion des collections universitaires

•    24 janvier 2013
Martha Fleming (Londres)
Making Split + Splice. Fragments from the age of biomedicine (Medical Museion, Copenhague, juin – décembre 2009)
Jochen Hennig (Université Humboldt de Berlin)
Making Weltwissen. 300 Jahren Wissenschaften in Berlin (Martin Gropius Bau, Berlin, septembre 2010 – janvier 2011)
Une session remarquable présentant les réflexions croisées des commissaires de deux expositions récentes et novatrices autour des défis pratiques, institutionnels et intellectuels posés par la mise en exposition contemporaine des sciences.

•    28 mars 2013
David Aubin (Université Pierre et Marie Curie) & Sébastien Soubiran (Université de Strasbourg)
La mise en scène des sciences aujourd’hui: l’historien(ne) des sciences face au patrimoine universitaire et sa valorisation
Deux exposés abordant la place de la culture matérielle historique des sciences dans les pratiques et politiques universitaires contemporaines, dans le cadre de deux contextes très différents : l’Université Pierre et Marie Curie (et l’héritage de la faculté des sciences de la Sorbonne), d’une part, et l’Université de Strasbourg (avec une histoire tantôt allemande, tantôt française) d’autre part. Dans les deux cas, la question centrale était la suivante : quel statut et quels projets pour les collections universitaires ?

Charlotte Bigg et Andrée Bergeron, Centre Alexandre Koyré