Politique républicaine et altérité musulmane en France : analyse des processus discursifs identitaires à travers le débat de presse autour de « l’affaire de la burqa »

Date : 23 mars 2013

Lieu :  Berlin

Organisateur :  Agathe Bernier-Monod, Valérie Dubslaff, Annette Lensing

Manifestation : Politique et Altérité. Séminaire doctoral de GIRAF

Auteur : Camila ARÊAS, doctorante à l’Institut Français de Presse (IFP), Centre d’analyse interdisciplinaire sur les médias (CARISM), Université Paris II (Sorbonne Panthéon-Assas)

Penser la politique et l’altérité en France aujourd’hui nous amène à constater que la femme musulmane – voilée partiellement ou intégralement – est au centre du débat politique et médiatique concernant la gestion de la laïcité républicaine face à l’Autre musulman. Personnification de la menace liée à la visibilité publique de la religion au sein de la démocratie, la figure de la femme voilée est politisée quand elle incarne la frontière de l’altérité. Sa capacité à réactualiser le débat sur la place de la religion dans l’espace public laïc, à mobiliser des opinions en quête de légitimation sur ce sujet, ou encore, à pousser les politiciens à inscrire la question du foulard et du voile intégral dans l’agenda politique au moyen de projets de loi, fait de la femme voilée une pièce clé de la logique symbolique de l’action politique républicaine.

Dans cette communication, nous proposons d’examiner la politique de la laïcité républicaine en France à travers l’analyse du débat public sur le voile intégral sous le prisme de quatre concepts-clé : politique et altérité, majorité et minorité. Ces notions seront analysées à travers les discours qui ont édifié ce débat, appelé dans les médias « L’affaire de la burqa ». Le corpus de presse analysé regroupe les reportages, entretiens et articles d’opinion publiés par les journaux Libération, Le Figaro, Le Monde, Le Parisien, Ouest France et Presse Océan entre le 18 juin 2009 et le 31 décembre 2010 (période qui commence avec la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le port du voile intégral et va jusqu’à la fin du récit médiatique du fait divers « Niqab au volant »). Sur un ensemble de 1.643 reportages publiés, nous en avons sélectionnés 154 dont le contenu était plus en conformité avec les axes de notre recherche. Dans cet article, nous avons relevé seulement les énoncés qui condensent le mieux la problématique de cette communication.

Dans une approche d’analyse socio-discursive, centrée sur la dimension sociale de la discursivité,  il est intéressant d’analyser les différents arguments des acteurs inscrits dans ce débat en fonction du contexte socio-politique en question. Notre analyse se développera en deux temps. Dans un premier, nous allons démontrer comment le débat de presse sur le voile intégral ouvre un questionnement sur le modèle politique républicain, pour ensuite, dans un deuxième temps, comprendre comment les femmes en niqab remettent en question les régimes de visibilité et transparence occidentaux, donc notre conception même d’identité.

En nous appuyant sur des études philosophiques autour des concepts « macro » et « micro-politique », « altérité », « majorité » et « minorité », notre objectif est de démontrer comment les femmes voilées de la République française mettent en lumière l’articulation conflictuelle de ces termes. Il s’agit de rendre intelligible la manière dont ces femmes, minorités réelles et symboliques, mettent en question le système de pratiques sociales et de pensée politique et républicaine à travers des modes subversifs d’expression de l’altérité religieuse en terre laïque.

Laïcité et identité nationale : la macro-politique républicaine

Dans une analyse lexico-métrique de notre corpus de presse, au regard des notions clés pour cette étude, nous comptabilisons 347 apparitions du terme « identité » (dont 235 se réfèrent à « l’identité nationale ») contre seulement 3 occurrences du terme « altérité ». À titre de comparaison, nous avons encore repéré, par ordre croissant, 30 occurrences du terme « islamophobie », 43 « racisme », 87 « ordre public », 96 « immigration », 109 « peur », 232 pour « laïcité » et 478 « République ». Cette brève analyse quantitative de contenu est très significative de la manière dont l’altérité musulmane est conçue dans le débat de presse sur le voile intégral : il s’agit d’une question d’identité, plus précisément d’identité nationale.

Certes, le concept d’identité touche directement celui d’altérité, mais uniquement ce dernier nous invite à tourner le regard vers le statut et la place des minorités religieuses face auxquelles, justement, l’identité nationale est forgée. Dans ce sens, la « quasi-absence » du concept d’« altérité » dans ce débat n’est pas anodine, mais plutôt symptomatique d’un système de pensée et de discursivité républicain lequel, même quand il s’agit de penser l’Autre, le fait sous le prisme de la défense, notamment des valeurs laïques et républicaines, comme le montre l’analyse lexicale, donc, de l’affirmation de soi.

Les journaux analysés ont répété sans cesse que les débats sur le voile intégral et l’identité nationale se sont fait écho, ce qui confirme notre analyse quantitative. Néanmoins, nous devons souligner à ce propos que l’amalgame discursif entre voile intégral et identité nationale a été stratégiquement mobilisé essentiellement par les représentants de droite au  pouvoir, alors que le parti socialiste a demandé l’arrêt du débat sur l’identité nationale comme condition pour son vote en faveur de l’interdiction du niqab.

À travers l’analyse qualitative des discours des représentants du gouvernement, nous constatons que la problématique ouverte par l’Autre musulman – incarné dans ce débat par les femmes voilées intégralement – est d’emblée présentée sous une perspective normative et morale voulant interdire le voile intégral dans l’espace public, tout en proposant l’intégration de ces femmes, leur adhésion au principe d’égalité entre femmes et hommes et leur réinscription, de manière neutralisée, c’est-à-dire dévoilée, dans l’espace public laïc. En un mot, il s’agit de les rendre conformes à l’identité nationale et à la laïcité républicaine, dont les contours sont justement mis en question et redessinés à travers le débat public sur le voile intégral.

Avec pour but d’analyser le rapport conflictuel entre politique républicaine et altérité musulmane, nous proposons de comprendre comment les acteurs politiques et médiatiques inscrits dans le débat autour de « l’affaire de la burqa » mobilisent la notion de « politique républicaine ». Car loin d’expliquer la mise en altérité de l’Autre musulman, cette notion demande plutôt à être expliquée, elle nous pose la question de ses différentes appropriations par les acteurs en jeu. Concevant le régime républicain comme un agencement politique concret et d’énonciation, c’est-à-dire qui se construit aussi à travers les discours, il est intéressant d’observer comment le débat public sur le voile intégral se présente comme un espace de discussion sur le modèle politique républicain et de ses principales composantes – la laïcité et l’identité nationale.

Penchons-nous d’abord sur la notion de République, la plus récurrente dans ce débat selon notre analyse quantitative. La mission d’information parlementaire sur le voile intégral a conclu dans son rapport final, que ce signe religieux est « contraire aux valeurs de la République que sont la liberté, la fraternité et la dignité de la personne humaine ». Nicolas Sarkozy, Président de la République à l’époque, a déclaré dans une formule qui a fait polémique, que « la burqa n’est pas la France et la France n’en veut pas » ((1)) car le voile intégral  « n’est pas l’idée que la République française se fait de la dignité de la femme »((2)). Nous commençons ainsi à voir comment la République est présentée dans ce débat comme une entité incarnant des valeurs universelles incompatibles avec celles charriées par le voile intégral, notamment en ce qui concerne la conception de la femme.

Le journal Ouest France souligne que lors d’un débat sur l’identité nationale, Sarkozy a prononcé le mot « France » 55 fois en 45 minutes de discours. Le président, qui répétait à plusieurs reprises avoir été élu pour défendre l’identité nationale, a poussé l’ouverture d’un débat public sur le sujet dans un contexte d’intenses discussions parlementaires sur le projet de loi contre le voile intégral.  Défendant la pertinence du débat, le Président a affirmé que « l’identité nationale, c’est l’antidote au tribalisme et au communautarisme », demandant à « celui qui arrive de respecter ce qui était là avant lui » et qu’« en France, il n’y a pas de place pour l’asservissement de la femme »((3)). S’adressant aux musulmans, il les invite à « se garder de toute ostentation et de toute provocation »((4)), dans une allusion au port du foulard et du voile intégral, le premier considéré comme une ostentation religieuse et le deuxième comme une provocation politique. Faisant preuve d’une conception normative de l’identité nationale, le président souligne qu’« être français ne confère pas seulement des droits mais des devoirs, demandant de faire preuve d’attachements profonds et permanents aux valeurs et principes de la République »((5)).

Il est important de noter dans ces énoncés, que l’emploi des notions telles que « asservissement », « tribalisme » et « communautarisme » marquent le caractère moral et normatif du débat sur le voile intégral sous le prisme de l’identité nationale. Cette représentation reproduit discursivement une conception organiciste et biologique du corps social et politique national, lequel doit être défendu de la menace extérieure représentée par l’Autre musulman. C’est ainsi qu’à travers cette argumentation nous voyons la femme musulmane être (re)présentée, à la fois comme victime d’assujettissement et comme menace à la cohésion sociale et à l’identité nationale. Elle est dessinée comme signe de l’altérité républicaine, dans une perspective identitaire qui renforce la distance du sujet laïc par rapport à l’étranger religieux.

En nous appuyant sur l’analyse du concept d’identité proposée par le politologue Jean-François Bayart dans son livre  L’illusion identitaire, nous devons tout d’abord reconnaître les identités comme « une construction culturelle, politique idéologique, c’est-à-dire in fine une construction historique ». Or, au lieu de parler d’identité nationale comme une entité ou structure finie, nous devons donc parler de stratégies identitaires et d’opérations d’identification qui s’opèrent à travers ces discours.  L’écrivain Amin Maalouf parle dans son livre-essaie Les identités meurtrières de la « complexité – parfois souriante, souvent tragique – des mécanismes de l’identité »((6)). L’identité, nous dit l’écrivain, « a vocation à être exclusive ».

Dans un article d’opinion emblématique de la manière dont le débat sur le voile intégral se prête à une discussion sur le modèle politique républicain, le directeur adjoint de la rédaction du Figaro de l’époque, Etienne De Montety, qualifie le niqab comme des « cercueils », des « prisons », des « vêtements de mort »((7)). Le journaliste défend qu’il « faut opposer aux partisans du voile intégral la culture française, fondée sur la mixité et l’égalité des sexes ». Comprenant par la notion de « culture » le fait que la France a une « histoire »,  une « substance », il affirme que «la France n’est pas une auberge espagnole et (qu’elle) ne se réduit pas à la diversité de ses composantes actuelles. (…) A Rome, on vit à la romaine. En France, on ne négocie pas la mixité, on répond par La Journée de la jupe à la séparation des sexes. (…) Plutôt que d’opposer leurs droits à celles qui revendiquent fièrement le droit au niqab, opposons-leur nos mœurs (…) notre culture ». Dans une critique du modèle politique multiculturel, il affirme que l’hospitalité « ne consiste pas à cesser d’être ce que nous sommes pour mieux nous ouvrir à tous les vents de l’altérité. L’hospitalité consiste à offrir à tous ceux qui vivent sur notre sol l’essentiel de notre tradition. L’essentiel, en l’occurrence, le non-négociable, c’est la présence plénière des femmes ».

Nous voyons ainsi la femme voilée intégralement être érigée en antithèse identitaire de la tradition culturelle française, alors que l’échange culturel est vécu comme une aliénation, une perte de substance.  La critique du modèle politique multiculturel repose ici sur une conception figée de la notion d’altérité et de culture. Dans la proposition selon laquelle la culture étrangère est l’altérité même, la notion de culture pourrait être remplacée par celle de civilisation, une arme symbolique à opposer aux femmes en niqab. Nous pouvons y voir des stratégies identitaires potentiellement totalitaires.

Dans un éditorial anonyme de l’Ouest France, nous voyons l’éditorialiste argumenter que si « d’autres pays comme les États-Unis peuvent choisir le multiculturalisme, c’est aussi parce que leur ciment national ne s’y fissure pas. Il y existe un véritable sentiment d’appartenance à une patrie. En témoigne le drapeau américain sur le seuil de nombreuses maisons. Mais chez nous, si ce sentiment d’appartenance s’estompe, où mènera le multiculturalisme ?»((8)), s’interroge-t-il. L’exemple de la Grande-Bretagne, continue-t-il, « nous alerte sur le danger de ce discours, conduisant au communautarisme une nation qui  ne sait pas fédérer suffisamment ses citoyens autour de grandes valeurs »((9)).

A cet égard, l’Ouest France souligne encore dans un autre reportage, que la différence se pose aussi dans l’opposition entre le public et le privé. Aux États-Unis, on distingue nettement le domaine public et le domaine privé, il dit: « Semblables au regard de la loi, les Américains peuvent être extrêmement dissemblables dans la vie privée. Ils ne trouveront nullement choquant que des populations différentes vivent dans des quartiers séparés, que des jeunes filles musulmanes portent le voile à l’école et que fleurissent les mosquées. Ce modèle tolérant n’est pas très producteur de solidarité et prend son parti des distinctions sociales et ethniques»((10)).  Le modèle français d’intégration républicaine repose sur des bases différentes, continue le journaliste, puisqu’il refuse de dissocier public et privé: « Certes, il est attaché au principe d’égalité mais (…) il accepte mal la constitution de ghettos et il voit dans la mixité sociale une solution à la ségrégation urbaine. Il reste attaché à un modèle strict de laïcité, redoutant le port du voile dans les écoles et s’apprêtant à « encadrer » celui de la burqa. Au fond, il faudrait que Français et immigrés, semblables au regard de la loi, le soient également dans la vie privée, et que s’estompent tous les signes qui mettent à mal le caractère indivisible de la République. »((11))

Nous voyons ainsi se dessiner deux modèles différents d’agencements politiques. L’un multiculturel, suivi en Angleterre et aux États-Unis, et qui, au nom de la diversité, fait coexister en son sein différentes communautés aux pratiques et cultures diverses. L’autre agencement, laïc et républicain, privilégie l’intégration de l’Autre musulman dans le respect des mœurs de la civilisation française. L’adaptation du proverbe « à Rome, on vit à la romaine » en éclaire le sens. Le risque du premier modèle est, selon les discours analysés, de conduire au communautarisme, fragilisant ainsi la cohésion nationale. La seconde approche est promue comme plus efficace car elle cherche à faire de la nationalité un état d’esprit, une authentique adhésion, plus qu’un accès à un ensemble de droits.

Pour marquer la différence, nous soulignons que dans l’agencement multiculturel, l’altérité est vue sous le prisme de « l’insertion », c’est-à-dire que l’Autre est reconnu comme partie intégrante de la société qui l’accueille, ayant son identité d’origine et ses spécificités culturelles reconnues, dès lors qu’il respecte les règles du pays où il vit. Dans l’agencement républicain, la notion « d’intégration » de l’Autre exprime davantage une dynamique d’échange, où l’adhésion aux règles de la République est vue comme nécessaire au vivre-ensemble. Ici, l’identité nationale est indispensable à l’intégration, elle est son modèle, elle devient exemplaire et par là même normative.

Jean François Copé, à l’époque président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, qualifie le multiculturalisme et l’inégalité entre hommes et femmes comme des fissures de l’identité nationale. Selon lui, le « multiculturalisme » qui a remplacé « l’assimilation » empêche de donner aux nouveaux venus « les codes d’accès de la réussite ». Ici, l’utilisation nostalgique du terme « assimilation » interpelle notre attention et incite à mener une analyse étymologique. Synonyme de digestion, d’absorption jusqu’à la disparition, le terme « assimilation » oppose l’étranger, sujet passif, à la société d’accueil, active et bienveillante, dans un point de vue ethnocentriste qui a beaucoup été critiqué dans les années 1970 notamment par les post-colonial studies.

Si l’agencement politique républicain et son modèle « d’intégration » des immigrants est au juste milieu entre le modèle ethnocentriste « d’assimilation » et celui, plus libéral, multiculturel « d’insertion », il ne pose pas moins de problèmes. Comme le soulignent le philosophe Pierre Tévenian et la sociologue Sylvie Tissot, coauteurs du Dictionnaire de la lepénisation des esprits, « être bien intégré veut dire être inséré économiquement et socialement, donc c’est le problème de toute personne, française ou étrangère. S’il y a donc un problème d’immigration, c’est plutôt de discrimination. Un problème que les étrangers rencontrent et non pas qu’ils posent. Le discours d’intégration évite celui, plus important, de l’exclusion sociale ». Dans cette perspective, les auteurs soulignent que les notions « d’intégration » et « d’assimilation » doivent être considérées comme « des instruments idéologiques produisant le problème qu’ils prétendent solutionner. Intégrez-vous est une manière détournée de dire: vous n’êtes pas intégrés ».

Force est de constater que dans le cas de l’« affaire de la burqa », la politique d’intégration est passée justement par l’inculcation des codes d’accès, dont parle Copé, chez les femmes voilées puisque une mission pédagogique a été créée dans le but d’informer et d’« éduquer » les femmes musulmanes aux valeurs de la République. Comme le résume un journaliste d’Ouest France, « pour faire de l’intégration une réussite, il fait que l’identité nationale passe avant l’identité religieuse »((12)). L’existence d’une identité religieuse musulmane qui s’oppose à l’identité nationale est une idée courante dans ce débat, ce qui témoigne d’une construction de l’altérité spécifique à la France et à son régime républicain qui met en avant la laïcité comme composante essentielle de l’identité nationale.

A la question posée dans Libération par le sociologue Eric Fassin – « comment jouer le jeu de l’identité nationale, sans la confondre avec cette altérite?»((13))  -,  Maalouf apporte des éléments de réponse sur le cas français : « Je ne rêve pas d’un monde où la religion n’aurait plus de place, mais d’un monde où le besoin de spiritualité serait dissocié du besoin d’appartenance.  Séparer l’Église de l’État ne suffit plus; tout aussi important est de séparer le religieux de l’identitaire ».

Parmi les journaux étudiés,  Libération a été le seul à donner la voix aux musulmans dans ce grand débat sur l’identité national faisant écho à « l’affaire de la burqa ». A travers l’analyse de leurs discours, il est intéressant de voir comment l’identité nationale est défendue tout autant que l’identité d’origine, dans une conception identitaire hybride ou, comme le suggère l’anonyme Ali Kismoune, une « identité collective ». Dans cette perspective, nous y voyons un autre anonyme, Douadi Alouche, déclarer ainsi : « Je suis né en France, je vis en France, je travaille en France, j’y paie des impôts. Je suis Français. Et là, j’ai l’impression que l’on veut vérifier si j’en ai bien tous les attributs », alors que Fouziya, avocate, affirme : «  Des gens se posent sur notre identité des questions que nous ne nous posons pas. Moi, je SUIS Française. Mais de façon insidieuse, on me demande si mes parents viennent d’Algérie, je peux me sentir pleinement Française. C’est juste insupportable. »((14))

Cette insupportabilité, nous pouvons la comprendre comme reposant sur la catégorisation des musulmans comme des immigrés, qu’ils en soient nés de première, deuxième ou  troisième génération, comme si l’immigration était un caractère génétique, transmissible de père en fils. Plus qu’une catégorie amalgame, la désignation « immigrée » s’inscrit dans des procédés discursifs de réduction et d’exclusion voulant réduire l’Autre musulman à un moment de son existence. Il s’agit de « maintenir l’immigré dans un état d’extériorité forcée par rapport au pays où il s’est installé ». L’imposition d’une origine autre équivaut ici à la dénaturation symbolique de l’Autre musulman.

Dans une perspective qui traduit si bien ces derniers témoignages, Maalouf souligne que le maître mot ici est « réciprocité » : « si mon pays d’adoption me respecte, s’il reconnaît mon apport, s’il me considère avec mes particularités, comme faisant désormais partie de lui, alors il est en droit de refuser certains aspects de ma culture qui pourraient être incompatibles avec son mode de vie ou avec l’esprit de ses institutions ». « Le droit de critiquer l’autre se gagne, se mérite »((15)), résume l’écrivain.

Dans une logique similaire, Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances s’interroge : « Quel rôle pour une laïcité de tolérance dans le respect de nos règles communes? Comment renforcer le sentiment d’appartenance nationale?».((16)) Faisant écho à ce point de vue, l’ancien Premier ministre, Alain Juppé,  affirme que la vraie question, c’est de penser « aujourd’hui, quelle est la capacité d’accueil de la société française vis-à-vis de ceux qui la rejoignent, en particulier des musulmans ?  ».((17))

Or, des éléments de réponse à ces questions se trouvent dans la réflexion proposée ici sur l’agencement du régime républicain et sa politique d’intégration. Pour le conclure, nous devons souligner que le débat de presse sur le voile intégral se prête à une dispute sociale et politique autour des modèles, piliers, valeurs et systèmes de signification qui soutiennent le régime politique républicain. Or, la question est organisationnelle, pas du tout idéologique car ce qui est en dispute c’est le type d’agencement politique et ses « segmentarisations ». Tout en décrivant que notre vécu est « segmentarisé » spatialement et socialement partout, Deleuze et Guattari distinguent trois types de « segmentarisations » qui nous recoupent : binaire (d’après de grandes oppositions : classes sociales, de sexes, de races), circulaire (dans des cercles comme celle des affaires du quartier, de la ville, du pays) et linéaire (sur une ligne droite, où chaque segment représente un « procès », comme la famille et puis l’école et puis l’armée).

Or, à travers les discours analysés jusqu’ici, nous voyons que les acteurs inscrits dans le débat sur le voile intégral se disputent justement autour de la définition de ces « segmentarités ». La défense et la critique de l’agencement républicain se construit autour de la préservation ou abolition des « segmentarisations » binaires telles que femme/homme, identité nationale/identité religieuse, le « nous » et le « eux ». Nous sommes ici dans le domaine de ce que les philosophes appellent la « macro-politique » et la « macro-histoire » caractérisées par leur segmentation dure et une organisation molaire.

Certes, la politique d’État du régime républicain opère, comme nous venons de voir, par macrodécisions, par des choix et intérêts binaires ; néanmoins, comme le soulignent les philosophes, « le domaine du décidable reste mince » puisque « la décision politique plonge nécessairement dans un monde de micro-déterminations, d’attirances et de désirs, qu’elle doit pressentir ou évaluer ». Cette dimension de la micro-politique, caractérisée par une organisation moléculaire est le lieu de la perception, de l’affection, de la conversation. C’est dans cette perspective de la micro-politique que s’inscrivent les femmes de confession musulmane.

Minorité musulmane et la micro-politique de « dévisagéification »

Le racisme européen comme prétention de l’homme blanc n’a jamais précédé par exclusion, ni assignation de quelqu’un désigné comme Autre (…)  Le racisme procède par détermination des écarts de déviance, en fonction du visage Homme blanc qui prétend intégrer dans des ondes de plus en plus excentriques et retardées les traits qui ne sont pas conformes, tantôt pour les tolérer à telle place et dans telles conditions, dans tel ghetto, tantôt pour les effacer sur le mur qui ne tolère jamais l’altérité (c’est un juif, c’est un arabe, c’est un nègre, c’est un fou, etc.). Du point de vue du racisme, il n’a pas d’extérieur, il n’a pas de gens du dehors. Il n’y a que des gens qui devraient être comme nous, et dont le crime est de ne pas l’être. La coupure ne passe plus entre un dedans et un dehors, mais à l’intérieur des chaînes signifiantes simultanées et des choix subjectifs successifs. Le racisme ne détecte jamais les particules de l’autre, il propage les ondes du même jusqu’à l’extinction de ce qui ne se laisse pas identifier. Sa cruauté n’a d’égale que son incompétence ou sa naïveté.((18))

 

Cette réflexion de Deleuze et Guattari qui nous invite à comprendre l’Autre comme partie du « nous » traduit bien la problématique sociale et politique posée par la visibilité de femmes voilées en France. Certes, la pièce islamique échappe au quadrillage républicain, elle assouplit les segmentations binaires entre le privé et le public, entre la religion et la modernité, entre les régimes de transparence et d’opacité. Les femmes voilées brouillent les segmentations binaires du régime républicain et tracent une ligne de fuite, une fissure au sein de l’agencement politique républicain((19)) qui exclut les corps religieux des lieux publics (écoles, hôpitaux, tribunaux et voie publique). Ces femmes mettent en évidence la manière dont la sphère du privé et de l’intime, c’est-à-dire de la micro-politique, est une surface importante d’investissements et de disputes politiques.

Néanmoins, elles sont vite récupérées par la machine abstraite laïque qui, dans son rôle de détections de déviance et d’ordination d’anormalités détecte les types-écarts, l’altérité, pour la réinscrire dans le quadrillage républicain déterminant l’égalité entre hommes et femmes, la neutralité des lieux publics et la primauté de l’identité nationale sur la religieuse. Donc,  soulignons-le, il s’agit plus de rendre l’Autre conforme au « nous » que de le garder dans l’altérité, car celle-ci n’est jamais absolue, mais toujours relative.

Dans le débat sur le voile intégral, les discours de notre corpus nous font comprendre que l’intolérance face à ce signe religieux tient au fait de son opacité identitaire, qui cloisonne les rapports sociaux et entrave la rencontre avec l’Autre musulmane. Dans ce cas,  le modèle à suivre par l’Autre serait celui du visage découvert qui permet la subjectivation et la signification des sujets, donc, son identification selon les régimes de transparence et d’ordre public républicains. Ici, donc, l’Autre incarné par les femmes voilées intégralement, n’est un Autre que parce qu’il doit être « visagéifié », c’est-à-dire rendu conforme aux valeurs des Lumières.

En nous appuyant sur la distinction entre « majorité » et « minorité » proposée par Deleuze et Guattari, nous devons tout d’abord remarquer que leur différence n’est pas une question de nombre, mais conceptuelle : le concept de « majorité » désigne un système homogène et constant, un état de pouvoir et de domination, alors que celui de « minorité » se réfère à des sous-systèmes porteurs des devenirs potentiels et créatifs. A la lumière de cette réflexion, nous pouvons comprendre un point central du débat sur le voile intégral : les femmes voilées intégralement se présentent comme minoritaires en raison de leur nombre (environ 2 mille sur un total de 6 millions de  musulmans  dans tout le pays((20))),  mais aussi et surtout en fonction du potentiel de devenir et de changement qu’elles charrient.

A cet égard, parmi notre corpus, nous voyons Alain Juppé raconter à Libération qu’il a « fait scandale en 1998 en écrivant dans une tribune au Monde que l’islam était la deuxième religion de France et qu’il fallait la respecter à l’égal des autres »((21)), alors que 10 ans plus tard, nous voyons Sarkozy répéter comme un leitmotiv que « l’islam est aujourd’hui la religion de nombreux Français »((22)) et qu’il doit être traité comme toutes les autres religions dans la perspective de la laïcité. Tout en sachant que l’islam est la deuxième religion en France après le catholicisme, il pourrait être étonnant de voir le chef de file du groupe UMP, Jean-François Copé, dénoncer la « stigmatisation d’une minorité musulmane »((23)), tandis que le sociologue Vincent Geisser parle de « mouvements excessivement minoritaires »((24)). Nous pouvons affirmer que ces discours attestent d’une volonté de rendre minoritaire, moins important et moins visible ce groupe religieux, au moment même où de grands débats publics sont suscités autour des lois sur le foulard et le voile intégral, inscrivant l’islam au cœur de l’actualité médiatique.

Ces procédés discursifs de minoration veulent nuancer une force sociale et politique subversive charriée par ces femmes voilées intégralement qui, tout en incarnant des valeurs et mœurs islamiques, échappent à l’organisation binaire républicaine et à sa machine de surcodage laïque. Ces musulmanes peuvent ainsi être comprises comme minoritaires parce qu’elles dévient du modèle, tout en portant un devenir de changement. Elles font filer des flux de déterritorialisation entre les segments des lignes dures et binaires républicains. Elles tracent des lignes souples, moléculaires et se constituent comme des devenirs.  Nous sommes ici dans le domaine de ce que Deleuze et Guattari appellent la micro-politique moléculaire qui ne se définit pas par la petitesse de ses éléments, mais par leur puissance créative. Ce ne sont pas les musulmanes qui ont créé ces lignes, mais elles se sont installées sur ces lignes, elles en font leur propriété au point de les incarner. Comme le traduisent si bien les philosophes « une microphysique du migrant a pris la place de la macro-géométrie du sédentaire »((25)).

Nous comprenons ainsi que les femmes en niqab fonctionnent comme une surface d’investissement politique, d’attirances et de désirs contestataires. Cette micro-politique moléculaire religieuse interfère et participe directement de l’agencement politique républicain, de ses découpages juridiques et de ses macrodécisions législatives. La laïcité (machine abstraite sur-codante) et la religiosité (machine abstraite de mutation) travaillent ensemble au sein de l’agencement républicain. Celui-ci se définit autant par ses flux de déterritorialisation religieux que par ses lignes de segmentarité dure et binaire, autant par la majorité républicaine que par la minorité musulmane. Suivant cette logique, nous pouvons définir le régime républicain par les adaptations qu’il opère entre la macro- et la micro-politique. Dans une affirmation intéressante, Deleuze et Guattari soulignent que les « centres de pouvoir se définissent par ce qui leur échappe ou leur impuissance, beaucoup plus que par leur zone de puissance »((26)).

Force est de constater que le débat public sur le voile intégral a suscité une réflexion plus aiguë concernant l’incompatibilité entre ce signe religieux, opaque, et la conception transparente d’identité prônée par l’agencement républicain. A cet égard, le Président Sarkozy a été clair : « Nous ne pouvons pas accepter dans notre pays des femmes prisonnières derrière un grillage, coupées de toute vie sociale, privées de toute identité »((27)). Sous le même ton, Jamil Sayah, spécialiste en droit public interviewé par Libération, décrit que le voile intégral enferme les femmes « dans une zone de non-existence » : « Dépourvues de visage et privées d’identité, elles sont l’ombre d’elles-mêmes »((28)). Dans le même journal, nous voyons Bertrand Mathieu, un autre spécialiste en droit, évaluer le port du niqab comme une pratique qui « déshumanise et réifie celles qui circulent dans l’espace public en perdant toute identité individuelle et sociale. Ce refus de toute identification est également contraire au principe de fraternité » ((29)).

Or, il est intéressant de voir, à travers ces discours, comment le voile intégral est considéré comme une entrave à l’identification, à la socialisation et même à l’existence de la femme musulmane. La grille de lecture est aussi celle du Conseil d’État dont les magistrats ont conclu qu’une interdiction générale du port du niqab ne reposerait sur « aucun fondement juridique incontestable » et ont proposé d’interdire la « dissimulation du visage » dans des institutions publiques. Ils se sont fondés sur la notion « d’ordre public immatériel », par opposition à celle d’« ordre public matériel » qui recouvre essentiellement la sécurité. Cet « ordre public immatériel » renvoie à des valeurs qui sont inscrites dans la Constitution qui justifient par exemple l’interdiction de l’inceste et de la polygamie.

Dans Libération, nous trouvons un titre de reportage qui traduit bien la problématique de la visibilité identitaire : « Sans visage, pas de contrat social »((30)). Dans cet article d’opinion le philosophe Michel Serres s’interroge « Qu’est-ce que l’identité ? A quoi reconnaît-on une personne ? Au visage : ce mot signifie qu’elle voit ET qu’elle est vue. « A visage découvert », cette expression veut dire : loyalement, sans mentir ni se cacher ». Selon le philosophe, le niqab nous a fait découvrir la « fonction décisive du visage dans la construction du collectif et du droit public » car, selon lui : « ceux que l’on peut reconnaître par le visage, passent du statut de personnes privées à celui de personnes publiques. Obliger une personne à recouvrir son visage revient à la réduire à une personne privée, à lui retirer toute existence publique et le statut de sujet de droit. En faire un fantôme, sans responsabilité, ni sécurité. Le visage est le fondement de la société civile »((31)).

Cette angoisse face à l’opacité du visage imposé par le voile intégral nous invite à comprendre que ce signe religieux met en question les régimes de visibilité et de publicité occidentaux, lesquels, au nom de l’ordre et de la sécurité publiques, imposent la transparence d’agir (exigence démocratique) et la disparition des zones d’ombre (infraction à l’éthique). Écran opaque et impénétrable, geste iconoclaste, le voile intégral sacralise le corps de la femme et l’idée même d’inaccessibilité au regard. Notre conception identitaire est mise à mal face à une femme voilée. Qu’est-ce que l’identité lorsque le visage reste caché ?

Dans une perspective qui se montre très pertinente pour cette analyse, Deleuze et Guattari décrivent un processus de « visagéification » qui est propre aux sociétés occidentales et au développement historique de l’Homme blanc. Ce processus date de ce que les philosophes appellent « l’année zéro Christ », c’est-à-dire, de la naissance du christianisme dont le culte au visage divin renforce, d’une manière plus générale, le culte à l’image en Occident.  Le visage n’est pas un universel, ils disent : « Le visage c’est le Christ. Le visage, c’est l’Européen type (…) Pas universel, mais facis totius universi. Jésus superstar ; il invente la visagéification de tout le corps et la transmet partout »((32)). Ces philosophes conçoivent une « machine abstraite » qui distribue et organise les traits de « visagéité » partout, qui détecte les déviances et ordonne les anormalités pour les inscrire dans l’ensemble de son quadrillage. Cette machine de « visagéité » produit des visages en même temps qu’elle y inscrit de la signification et de la subjectivité, c’est-à-dire en même temps qu’elle construit des identités sous une nouvelle sémiotique du signifiant et du subjectif. Or, la loi sur le voile intégral matérialise l’opération de visagéification identitaire du régime républicain, voulant rendre les femmes voilées conformes à notre sémiotique signifiante et subjectivante, c’est-à-dire, identifiables et désignables par notre regard.

Cette réflexion nous permet de mieux saisir le poids de l’image et du visage dans nos processus d’identification, de signification et de subjectivation sociales, par contraste au geste iconoclaste islamique. Celui-ci, nous pourrions le comprendre comme partie intégrante des sémiotiques polyvoques ou multidimensionnelles, appuyées sur les coordonnées corporelles et habitées par ce que les philosophes appellent de « devenirs-spirituels ». En effet, à l’instar des sociétés orientales et non christianisées décrites, le voile intégral reproduit une conception unitaire et totémique du corps qui empêche sa « visagéification ». Ainsi, si le voile intégral est source d’angoisse, c’est en raison de cette sémiotique plus ancienne qu’il réactualise. Ce signe religieux affirme un « devenir-imperceptible »((33)) par opposition à la « visagéification » de l’espace imposé par l’agencement de pouvoir républicain et les femmes voilées intégralement, « devenirs clandestins », charrient une revendication politique : la « dévisagéification » de l’identité, de l’ordre et de la vérité.

Michel de Certeau rejoint Deleuze et Guattari quand il pointe une mutation dans les paradigmes du savoir, consistant à substituer à l’invisibilité du réel, postulat ancien, sa visibilité. L’historien affirme que « le simulacre contemporain, c’est en somme la localisation du croire dans le voir, c’est le vu identifié à ce qui doit être cru », « le simulacre, c’est ce que devient le rapport du visible au réel quand s’effondre le postulat d’une immensité invisible de l’Être caché derrière les apparences »((34)). Cette réflexion éclaire sur le fait que la représentation discursive du voile intégral est calquée sur ces nouvelles conceptions de réalité et de vérité, pour lesquelles la visibilité est devenue le référent, conditionnant « la possibilité de nos savoirs, de nos observations et de nos pratiques »((35)).

La conception imagée et visuelle de l’identité, propre aux sociétés occidentales, est aussi mise en abîme par Barthes quand il s’interroge sur l’équivalence entre vérité et ressemblance : « en y réfléchissant, je suis bien obligé de me demander : qui rassemble à qui? La ressemblance est une conformité, mais à qui? A une identité. Or, cette identité est imprécise, imaginaire même, au point que je puis continuer à parler de “ressemblance”, sans avoir jamais vu le modèle. »((36)) Ce modèle serait, selon Deleuze et Guattari, « le visage c’est le Christ », le visage de « l’Européen type », compris non pas comme des visages concrets, mais comme engrenages d’un système sémiotique de signification et de subjectivation. Cette idée, nous pouvons réitérer et conclure avec Barthes : « Je les vois tous, je puis spontanément les dire « ressemblants », puisqu’ils sont conformes à ce que j’attends d’eux. ».((37))

Bibliographie :

  • BARTHES, Roland, La chambre claire, Paris, Gallimard, 1980.
  • BAYART, Jean-François, L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996.
  • DE CERTEAU, Michel, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1990.
  • DELEUZE, Gilles et GUATARRI, Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.
  • DELEUZE, Gilles et PARNET, Claire, Dialogues, Paris, Flammarion, 1977.
  • MAALOUF, Amin, Les identités meurtrières, Paris, Le Livre de Poche, 2001.
  • TEVANIAN, Pierre et TISSOT, Sylvie, Mots à maux: dictionnaire de la lepénisation des esprits, Paris, Dagorno, 1998.

Corpus de presse

– « La communauté de France amère », Le Parisien, 1er décembre 2009.

– « Sarkozy : «La burqa n’est pas la bienvenue» », Le Figaro, 23 juin 2009.

– « Elysée – Identité nationale : le président s’en mêle », Nathalie Schuck, Le Parisien, 13 novembre 2009.

– « Sarkozy : « Une antidote au tribalisme »», Ouest France, 9 décembre 2009.

– « La laïcité, composante essentielle de notre identité », Catherine Tardrew, Le Parisien, 27 janvier 2010.

– « Est-ce ainsi que les femmes vivent? », Etienne De Montety, Le Figaro, 26 juin 2009.

– « Identité nationale : l’unité dans la diversité », Ouest France, 16 janvier 2010.

– « Immigrés aux États-Unis et en  France », Ouest France, 12 août 2010.

– « Sexe, identité et trahison », Libération, 4 janvier 2010.

– « On parle beaucoup d’immigration, d’islam, on mélange tout », Olivier Bertrand, Libération, 4  décembre 2009.

– « L’invité du dimanche – Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances « Une loi sur la burqa serait une erreur politique » », Philippe Martinat, Libération, 14 février 2010.

– « Tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres est détestable », Nathalie Segaunes, Le Parisien, 20 décembre 2009.

– « Minaret : divers sons de cloche à l’Assemblée », François Wenz-Dumas, Libération, le 2 décembre 2009.

– « Une loi créera des martyrs », Christophe Forcari, Libération, 27 janvier 2010.

– « La burqa « ne sera pas la bienvenue », Presse Océan, le 23 juin 2009.

– « Burqa, les pièges du débat », Jamil Sayah, Libération, 31 juillet 2009.

– « Burqa: ce que dit vraiment la Constitution », Bertrand Mathieu, Libération, 24 mai 2010.

– « Sans visage, pas de contrat social », Michel Serres, Libération, 19 mars 2010.

  1. « La communauté de France amère », Le Parisien, 1 décembre 2009 []
  2. « Sarkozy : «La burqa n’est pas la bienvenue» », Le Figaro, 23 juin 2009. []
  3. « Elysée – Identité nationale : le président s’en mêle », Nathalie Schuck, Le Parisien, 13 novembre 2009. []
  4. « Sarkozy : « Un antidote au tribalisme » », Ouest France, 9 décembre 2009. []
  5. « La laïcité, composante essentielle de notre identité », Catherine Tardrew, Le Parisien, 27 janvier 2010. []
  6. MAALOUF, Amin, Les identités meurtrières, Paris, Le Livre de Poche, 2001, p. 21. []
  7. « Est-ce ainsi que les femmes vivent? », Etienne De Montety, Le Figaro, 26 juin 2009 []
  8. « Identité nationale : l’unité dans la diversité », Ouest France, 16 janvier 2010. []
  9. Idem. []
  10. « Immigrés aux États-Unis et en France », Ouest France, 12 août 2010. []
  11. « Immigrés aux États-Unis et en France », Ouest France, 12 août 2010. []
  12. « Identité nationale : l’unité dans la diversité », Ouest France, 16 janvier 2010. []
  13. « Sexe, identité et trahison », Libération, 4 janvier 2010 []
  14. « On parle beaucoup d’immigration, d’islam, on mélange tout », Olivier Bertrand, Libération, 4  décembre 2009. []
  15. MAALOUF, Amin, Les identités meurtrières, Paris, Le Livre de Poche, 2001, p. 53. []
  16. « L’INVITÉ DU DIMANCHE – YAZID SABEG, commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances « Une loi sur la burqa serait une erreur politique » », Philippe Martinat, Libération, 14 février 2010. []
  17. « Tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres est détestable », Nathalie Segaunes, Le Parisien, 20 décembre 2009. []
  18. DELEUZE, Gilles et GUATARRI, Félix. – Mille plateaux. – Paris, Minuit, 1980, p. 218. []
  19. Par « agencement d’énonciation », nous entendons avec Deleuze et Guattari, les contenus sémantiques et pragmatiques d’énoncés relatifs à une organisation de l’espace qui est elle-même sous contrôle de « l’agencement machinique ». []
  20. Dont les trois quarts seraient Françaises et 25 % converties selon les services de renseignement nationaux. []
  21. « Tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres est détestable », Nathalie Segaunes, Le Parisien, 20 décembre 2009. []
  22. « La laïcité, composante essentielle de notre identité » », Catherine Tardrew, Le Parisien, 27 janvier 2010. []
  23. « Minaret : divers sons de cloche à l’Assemblée », François Wenz-Dumas, Libération, le 2 décembre 2009. []
  24. « Une loi créera des martyrs », Christophe Forcari, Libération, 27 janvier 2010. []
  25. DELEUZE, Gilles et GUATARRI, Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 178. []
  26. DELEUZE, Gilles et GUATARRI, Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 265. []
  27. « La burqa « ne sera pas la bienvenue », Presse Océan, le 23 juin 2009. []
  28. « Burqa, les pièges du débat », Jamil Sayah, Libération, 31 juillet 2009. []
  29. «Burqa: ce que dit vraiment la Constitution », Bertrand Mathieu, Libération, 24 mai 2010. []
  30. « Sans visage, pas de contrat social », Michel Serres, Libération, 19 mars 2010. []
  31. Idem. []
  32. DELEUZE, Gilles et GUATARRI, Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 216. []
  33. Idem, p. 229. []
  34. DE CERTEAU, Michel, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard 1990, p.272. []
  35. Idem. []
  36. BARTHES, Roland, La chambre claire, Paris, Gallimard, 1980, p.157. []
  37. Idem. []

Rhétorique de l’adresse et façonnement de l’ethos de l’orateur dans les discours de cohésion sociale prononcés à l’occasion d’allocutions officielles de David CAMERON et Angela MERKEL (2010-2012)

Date : 23 mars 2013

Lieu :  Berlin

Organisateur :  Agathe Bernier-Monod, Valérie Dubslaff, Annette Lensing

Manifestation : Politique et Altérité. Séminaire doctoral de GIRAF

Auteur : Naomi TRUAN, étudiante en Master2, Ecole Normale Supérieure de Lyon

Introduction

L’adresse, en tant que phénomène au départ principalement oral((1)), relève de la fonction conative du langage : l’énoncé, qui essaie d’influer sur la pensée ou l’action de l’allocutaire, est centré sur le destinataire (ou récepteur, allocutaire). Ce procédé est très fréquent lors des situations de discours où l’on cherche à éveiller l’attention, à vérifier que le message a été compris ou encore à obtenir l’approbation de l’adressé. L’adresse en tant que procédé rhétorique trouve ainsi toute sa place au sein du discours politique, entendu comme condition de possibilité de l’action politique, au fondement de sa légitimité. Le discours, en ce qu’il justifie et annonce, anticipe et disculpe, vient au-devant et au-delà de l’action politique. Dès lors, le discours politique ne représente plus seulement l’un des moyens d’expressions du politique, ou l’une de ses manifestations, mais une condition nécessaire mais non suffisante à son accomplissement. Du point de vue de l’adresse, cela signifie concrètement que tout discours politique met en jeu la force illocutoire des énoncés, entendue comme l’intention de l’énonciateur en ce qui concerne le type d’information véhiculée par l’énoncé (déclaration, promesse, interdiction…), indissociable de leur effet perlocutoire (effet produit par la production de l’énoncé sur l’allocutaire).

Le corpus envisagé comporte sept discours prononcés à l’occasion d’allocutions officielles entre 2010 et 2012 par chacun des politiciens. Ces discours embrassent tous des enjeux de cohésion sociale, à savoir des allocutions qui visent à construire un projet de société, notamment autour des questions suivantes : politique familiale, Etat-Providence, défi démographique. La situation politique de MERKEL et CAMERON, lieu du façonnement des conditions de production des discours, est par ailleurs analogue. Ce sont en effet tous deux des chefs de gouvernement conservateur((2)) en milieu ou fin de mandat : le Royaume-Uni, qui a élu CAMERON en mai 2010, connaîtra les prochaines législatives en mai 2015, tandis que l’Allemagne, qui a réélu MERKEL en septembre 2009, votera à la rentrée 2013. Si la durée des mandats (quatre et cinq ans) ainsi que les années d’échéance électorale (2009 et 2010) diffèrent, expliquant que David CAMERON aura une année de plus qu’Angela MERKEL pour faire ses preuves, la situation politique du Premier Ministre et de la Chancelière est toutefois comparable en ce qu’ils ont tous deux été élus en plein cœur de la crise, et ont dû répondre au cours de leur mandat à des difficultés financières, économiques et sociales importantes. Contraints tous deux de former une coalition avec les libéraux, ils bénéficient d’une majorité instable, d’autant que les libéraux eux-mêmes sont en position délicate. Enfin, tous deux se trouvent dans une situation inconfortable depuis les dernières élections régionales (en Allemagne) et municipales (au Royaume-Uni) qui ont été perçues comme un désaveu.

Jeu de soi vis-à-vis de l’Autre, créatrice d’une identité nouvelle au regard de l’altérité, l’adresse dans les discours de cohésion sociale de CAMERON et MERKEL sera envisagée dans cette analyse en tant que procédé rhétorique d’inclusion de l’allocutaire et procédé rhétorique de construction de son propre ethos.

L’adresse du discours politique : une relation asymétrique((3))

Le point de départ de notre analyse repose sur la fondamentale asymétrie de l’adresse dans le cadre des discours politiques. L’hypothèse de CHARAUDEAU (1995 : 104), selon lequel « les conditions, pour nous, sont structurées en ‘contrat de communication’, lequel préside à toute production langagière », permet de lier les interlocuteurs à travers un accord de volonté entre deux personnes, dès lors soumises à des obligations l’une vis-à-vis de l’autre. Dans le cadre du discours politique, l’orateur/-trice prend la parole, seul(e), devant un auditoire présent ou absent, sans être interrompu. Il n’y a donc pas d’interlocuteur au sens propre du terme, puisque l’allocutaire (celui à qui s’adresse la parole), bien qu’interpellé, a rarement la possibilité effective de réagir (en direct, du moins) aux propos du locuteur (la personnalité politique). Cet angle d’approche laisse apercevoir une forte dissymétrie entre l’émission et la réception, puisque l’orateur dispose de toute latitude pour s’exprimer quand le public est limité par ce qui le constitue : son grand nombre, son hétérogénéité, et son absence de légitimité à prendre la parole quand MERKEL ou CAMERON, au contraire, s’affirment dans un cadre institutionnel. Nous sommes en présence d’un contrat asymétrique, avec prévalence absolue du locuteur sur l’allocutaire, ou plus simplement d’un contrat qui présuppose qu’il n’y ait pas alternance de tours de parole et que le locuteur soit en situation de monolocution. Ceci étant, cette absence de réciprocité, qui organise la prise de parole publique, ne doit pas être lue comme une inégalité en ce qu’elle est acceptée par les actants du discours au sein d’un contrat de communication. Par ailleurs, cette absence d’échange réel est largement compensée par le recours fréquent aux procédés d’interpellation du locuteur :

In the case of political speeches, where actual exchange is not possible, it is [nevertheless] evident that speakers will provide references to the presence of hearers / audiences, through the use of inclusive reference (terms such as ‘we’ which carry a larger ideological implication), and rhetorical questions. (PRICE, 1996: 253)((4))

 

L’adresse chez MERKEL et CAMERON : une triangulation de l’Autre (P2 et P3) à soi (P1)((5))

Le plan repose sur l’étude des pronoms de BENVENISTE (1966), que l’on pourrait résumer schématiquement comme je – non-je (tu) – troisième personne (tiers). Ce choix de fonder notre typologie sur les occurrences pronominales, bien que celles-ci ne soient pas les plus importantes numériquement, s’explique par l’importance des pronoms personnels dans notre système énonciatif et dans la caractérisation des rapports de force et/ou jeux de rôle entre les différents locuteurs :

Es sind die Pronomina, welche die Sprechrollen in der Kommunikation verteilen, es sind die Pronomina, welche die Beziehung Sprecher / Adressat / Botschaft steuern (PRAK-DERRINGTON, 2005: 14).

Si l’adresse prototypique est celle véhiculée sans médiation par la deuxième personne, l’analyse du corpus montre que le tiers, compris comme l’expression de la troisième personne (man, groupes nominaux se déployant des quantifieurs aux relatives déterminatives pour aboutir à des substantifs déverbaux abstraits) est omniprésent dans les discours considérés. Cette remarque doit conduire à reconsidérer le statut de l’Autre à soi dans le discours politique, l’Autre évident, premier, l’Autre de la situation d’énonciation (tu) n’existant au cœur de la relation dialogique je/tu qu’au regard d’un tiers, Autre exclu de la situation de communication, Autre délocuté mais créateur de connivence entre je et tu.

1.     L’adresse prototypique : la deuxième personne, pronom de l’allocutaire

Cette partie se fonde sur P2 (you, Sie, ihrdu n’apparaît pas en corpus) comme pronom de l’allocutaire, pronom qui désigne l’Autre dans sa différence, excluant foncièrement le je. Tu apparaît ainsi comme personne non-subjective en face de la personne subjective du je, comme l’explique BENVENISTE (1966 : 232):

Il faut et il suffit qu’on se représente une personne autre que « je » pour qu’on lui affecte l’indice « tu ». Ainsi toute personne qu’on se représente est la forme « tu », tout particulièrement – mais non nécessairement– la personne interpellée. Le « tu » peut donc se définir : « la personne non-je ».

Il s’agira de s’interroger sur ce que/qui recoupe l’Autre ainsi interpellé : public effectivement présent, public présent-absent, détracteurs, voire, dans un jeu de miroir, soi-même.

1.1.          Le public présent, allocutaire ratifié du discours

Public immédiatement identifiable et identifié, mais aussi ratifié, car expressément invité à l’occasion du discours, le public présent, ratifié, met en jeu la fonction phatique du langage, entendue comme création ou maintien du lien à l’allocutaire :

Texte E : « I’ve just come from chairing another meeting of the COBRA emergency committee and I’d like to update you on the latest situation. » (l.5-7)

P1 (I, me) singulier confère à P2 un cadre énonciatif au sein duquel you apparaît comme pronom du dialogue. Le verbe update procède d’un effet d’annonce, rappelant, avant que le message soit délivré, à l’intention de qui il est émis (you). Le present BE+V-ing et le present perfect jouent un rôle important dans l’établissement de la situation de communication, soulignant l’ancrage temporel de P1 et P2 dans le moment présent. Selon LAPAIRE/ROTGE (2002 : 455),

Il convient également de bien mettre en valeur l’adverbe just, responsable de l’effet renvoi au passé proche. C’est ce terme qui crée l’immédiateté (…).

Ce public peut par ailleurs être l’objet d’une valorisation, d’où la nécessité d’avoir été convié lors de l’énonciation du discours :

Texte 1 : « Nicht nur das Bundesjugend- und -familienministerium, sondern die ganze Bundesregierung ist stolz auf Sie, auf Ihr Engagement, auf Ihre Mitarbeit, auf Ihr Mittun – und das, weil es der ganzen Gesellschaft dient. » (l.80-3)

Dans cette occurrence, la valorisation du Sie, doublement mise en exergue par la formule concessive nicht nur…  sondern… , qui démultiplie la provenance des compliments, puis par la gradation à rythme ternaire((6)), puise sa raison d’être dans l’amplitude des acteurs concernés par les bienfaits des jeunes bénévoles : il ne s’agit pas moins de « toute la société » (ce qui explique que « tout le gouvernement » les congratule). Nous sommes donc en présence d’un schéma comme suit : le gouvernement -> Sie -> la société tout entière. Le gouvernement devient alors le porte-parole d’une conscience citoyenne consensuelle reconnaissante à ce Sie, facteur de cohésion sociale.

1.2.          Le public « présent-absent », l’ensemble des citoyens ?

Nous empruntons le concept de public « présent-absent » à AMOSSY (2002 : 44), qui le définit comme suit :

L’orateur ne doit pas seulement construire un ethos approprié face à un public défini et multiple dont il faut séduire simultanément les factions opposées. Son discours se trouve pris dans un dispositif d’énonciation précis, où il participe d’un dialogue effectif en même temps que d’un discours adressé au public présent-absent.

La conjugaison des deux niveaux de publics, à la fois effectivement présent, et présent-absent, est ainsi manifeste dans le corpus. Il n’est pas inusuel que le pronom de l’allocution recoupe simultanément publics présent et présent-absent, comme dans l’occurrence ci-dessous :

Texte 2 : « Ich sage Ihnen: Mancher Stresstest kann auch in der Familie absolviert werden und muss nicht extra in Ermangelung der Erfahrung in der Familie in einem Crashkurs des Unternehmens gemacht werden. Flexibilität, Improvisationskunst, Spontaneität – all das können Sie in der Familie haben.  » (l.147-150)

Le premier Sie (au datif) pourrait davantage être lu comme une adresse au public présent en ce que l’effet d’annonce (cf. verbe de parole sagen) et le pronom personnel de la première personne du singulier instaurent une situation de discours immédiate, tandis que le deuxième acquiert une valeur plus générique, qui va bien au-delà du public de la scène d’énonciation. Partant de ce constat, il paraît cohérent que l’ensemble de la phrase soit simultanément une adresse à l’auditoire et à l’ensemble de la nation.

Les marques d’adresse prototypiques, du plus banal appellatif « meine Damen und Herren » au pronom de la deuxième personne, sont loin de n’être qu’un indicateur d’insistance. La réception du message véhiculé par MERKEL et CAMERON dépend en effet du maintien de la relation à l’allocutaire, sur lequel le discours vise à agir. Dès lors, l’adresse n’est pas qu’un pur artifice rhétorique, mais une véritable nécessité. Elle est ce qui instaure et conforte la relation à l’Autre, façonnant l’image de soi : si l’orateur tient à ce que sa communication soit entendue, c’est parce qu’elle est ce qui élabore sa vision du monde, débouchant, chez les deux orateurs, sur la création d’un wir/we, union harmonieuse du ich/I du locuteur et du Sie/you de l’allocutaire confluant vers le même dessein – ou destin ?

1.3.          Le you frontal de l’adresse aux détracteurs

P2, en tant que pronom de l’allocutaire, est aussi le pronom de l’Autre, de celui qui n’est pas d’accord avec moi. CAMERON a fréquemment recours à P2 dans ce cadre afin de désarçonner ses adversaires et d’anticiper leurs possibles reproches, tandis qu’aucun Sie équivalent n’a pu être relevé : en comparaison avec MERKEL, qui demeure très effacée,  le style de CAMERON apparaît ainsi bien plus vindicatif. Le you, bien que pronom frontal de la prescience de l’Autre, apparaît paradoxalement comme une manière d’apaiser, d’adoucir le changement brutal et radical souhaité par CAMERON en tant qu’il est prise en compte des sentiments de l’allocutaire. L’analyse de BROWN/LEVINSON, qui estiment que le you (pluriel) apporte une issue pratique pour celui qui écoute((7)), montre le rôle de temporisateur (softener) que joue paradoxalement P2, quand bien même il est le théâtre de la confrontation avec l’allocutaire (et pourrait donc être rangé parmi les face-threatening-acts) :

That is, since it does not literally single out the addressee, it is as if the speaker were giving H((8)) the option to interpret it as applying to him rather than, say, to his companions. (BROWN/LEVINSON, 1987: 198-199)

Mais c’est seulement dans une seule occurrence sur les sept discours que le you est prétexte à l’introduction d’une réflexion autour du destinataire :

Texte G : « You wouldn’t have a plumber round to your house and pay them for ruining your drains. Why should public services be any different? » (l.144-5)

Partant du principe que P2, tout comme P1 (I), ne tolérerait pas de payer un plombier inefficace, CAMERON dresse un parallèle entre gestion des affaires privées et publiques. Il pose comme vraie cette assertion, qui se veut généralisable, comme le montre le passage de a plumber à sa reprise anaphorique en them. ALBRESPIT, qui étudie les cas où « un pluriel cache un singulier : le cas de they », signale ainsi que

ce n’est pas un individu particulier qui est alors considéré, mais toute la classe – les éléments de cette classe étant présentés comme interchangeables (ALBRESPIT, 2012((9)) )

Cette tentative de tenir compte de l’aperception de ses destinataires peut parfois se lire comme la volonté apparente de faire des concessions, de nuancer son discours, quand bien même la position du you n’est pas tenable :

Texte F : « Of course, it [the GDP] shows you that the economy is growing, but it doesn’t show you how that growth is created. » (l.44-45)((10))

Texte F : « Now, of course, you can’t legislate for fulfilment or satisfaction, but I do believe that government has the power to help improve wellbeing, and I’m not alone in that belief. » (l.88-89)

Texte F : « Now, of course, you cannot capture happiness on a spreadsheet any more than you can bottle it. If anyone was trying to reduce the whole spectrum of human happiness into one snapshot statistic I would be the first to roll my eyes and write about it in newspapers. » (l.103-6)

Négligemment, comme si les choses allaient de soi (of course), le Premier Ministre évoque le raisonnement possible de ses détracteurs, qu’il scinde clairement de sa propre pensée avec l’adverbe temporel now. Cet argument se fonde sur une impossibilité (can’t, cannot) à laquelle CAMERON ne prétend pas se soustraire. Pour imager les propos de ses allocutaires, CAMERON instaure une comparaison dans le dernier exemple. Any introduit l’idée de « traitement égalitaire » (ibid, 142), à savoir que le bonheur n’est ni capturable sur « une feuille de calcul » ou dans « une bouteille » : ces deux aberrations sont mises « sur le même plan » (ibid, 142). Devant deux possibilités toutes deux aussi absurdes l’une que l’autre, l’argument réel prend le pas sur l’argument concédé. Il est introduit par le locuteur à l’aide du connecteur logique but((11)) ou d’une subordonnée hypothétique où le I prend la place du you. Dans deux cas sur trois, avec le retour du I, il y a donc substitution de P1 à P2, que ce soit pour faire valoir une conviction profonde (I do believe) ou pour admettre, aux côtés du you, que le I aussi (CAMERON, donc) a conscience de cette difficulté (« I would be the first »). Dans le cadre de cette rivalité entre P1 et P2, l’auxiliaire do, dans l’expression I do believe, n’est pas anodin :

L’accent-commentaire qui frappe DOAUX répond fréquemment au désir de défendre cette réalité : le contexte étant polémique, l’actualisation de la réalisation prédicative a été mise en doute ou ne va pas de soi. L’énonciateur opte pour une surcharge validatrice qui lui permet de proclamer haut et fort la véracité de ce qu’il dit, contre l’incrédulité ou la logique situationnelle (ibid, 530).

En réalité, le you n’est envisagé comme une véritable objection dans aucun de ces exemples. Bientôt, P2 n’est plus que prétexte à l’expression assurée du I, instrument de démarcation. Le recours à l’allocutaire permet, au-delà de la factice intégration de la réfutation adverse, l’allusion indirecte à l’opposition travailliste :

Texte C : « The argument goes that if you give more welfare money to those who are higher up the income scale as well as those at the bottom then you iron out the perverse incentives that encouraged people not to work, not to save, not to do the right thing. » (l.180-2)

Ici, c’est le double jeu de la délocution (base nominale abstraite the argument en position sujet) et de l’adresse au you, sous le couvert de l’hypothèse, qui trahit le peu de cas que fait CAMERON de cette idée. Le verbe goes, qui présente cette démonstration sous le signe du passage, de l’évanescence, l’apparente en cela à la rumeur. Cet argument, proféré par une masse indéfinie d’allocutaires : « Some say the answer is more money. » (Texte C, l. 179), n’a, pour CAMERON, aucune raison d’être : « But anyone thinking we can just keep endlessly pumping money in is wrong. » (Texte C, l.185). Au présent simple, non modalisée, cette affirmation semble « [ne pas être] lié[e] à un moment précis » (LAPAIRE/ROTGE, 2002 : 393), être une « vérité générale, trans-situationnelle » (ibid), « attitude[] considéré[e] comme permanent[e] par celui qui les formule » (ibid). Dès lors, le anyone, en tant que reprise anaphorique condensée des arguments du you (le you présente des exemples, le anyone en fait une manière de pensée), a irrémédiablement, intrinsèquement tort. L’appréciation de l’argument de l’allocutaire anyone via le you n’est donc que pur artifice rhétorique, manœuvre de mise à mal de l’instance adverse.

Ainsi, le you n’existe que par rapport au I (cf. BENVENISTE, 1966) : son rôle n’est pas tant la mise en valeur de l’allocutaire que la dislocation progressive de ce sur quoi repose le you pour consolider l’expression de soi. La stratégie de CAMERON consiste à étouffer tout scepticisme avant même son apparition. Le chef de l’Etat va très fréquemment au devant de critiques, de contre-arguments possibles, semblant couper court à toute remise en cause de ses assertions. En prétendant donner la parole à son adversaire, en feignant de prendre en compte, ou du moins d’entendre ce qu’il a à dire, il lui dénie en réalité la possibilité d’une argumentation équilibrée et met à mal le rôle, non pas présent – puisque personne ne va le contrer pendant son allocution, mais futur de son allocutaire.

1.4.          Le renversement des rôles

P2 peut enfin, dans un singulier renversement des rôles, être le lieu de l’expression de soi. CAMERON use ainsi de ce dédoublement énonciatif de soi à travers P2 au sein d’une interpellation à soi-même :

Texte F : « If your goal in politics is to help make a better life for people – which mine is – and if you know, both in your gut and from a huge body of evidence that prosperity alone can’t deliver a better life, then you’ve got to take practical steps to make sure government is properly focused on our quality of life as well as economic growth, and that is what we are trying to do. » (l.72-6)

Le you fait d’abord référence à l’allocutaire, projeté dans une situation imaginaire où il a « un but en politique » et est à la fois persuadé (« in your gut ») et convaincu (« a huge body of evidence ») que « la prospérité seule » ne suffit pas. Dès lors, et dans ce cadre énonciatif a priori fictif seulement, la déduction logique (then) est de prendre « des mesures pratiques ». La construction de la phrase en « if X, then X » « procède (…) en deux étapes hiérarchisées : enregistrement de faits, de paroles (glosable par « in view OF the fact that… » ou par IF / SINCE X », suivi de leur interprétation (THEN Y) » (LAPAIRE/ROTGE, 2002: 242). Pour autant, cette mise en situation ne demeure pas hypothétique longtemps, puisque l’incise « – which mine is –  » réattribue d’office le you au I en les mettant en parallèle. Ainsi, CAMERON prétend agir comme son allocutaire, qui, dans le même cas que lui, n’aurait eu d’autre solution (have got) que de faire avancer le gouvernement. Il est ainsi très intéressant qu’une fois énoncée cette conviction profonde, le Premier Ministre rende compte des mesures prises comme celles du gouvernement, à la troisième personne, manière de signifier son rôle d’initiateur (chef de l’Etat) de mesures mises en place par ses collaborateurs (le gouvernement). C’est ensuite P1 qui apparaît (« our quality of life », « we are trying »), d’abord en tant que we inclusif (la qualité de vie de nous tous, des citoyens de notre pays dont je et vous faites partie), puis exclusif (le gouvernement), construisant un schéma qui reviendra dans les discours du Premier Ministre : celui d’un you – pendant d’un I qui se dissimule – au service d’un we. En conviant l’allocutaire dans ce processus de décision dont il s’est volontairement exclu((12)), CAMERON restaure le lien premier avec l’allocutaire – le peuple –, lui assurant que quiconque à cette place aurait fait les mêmes choix.

L’usage de P2 pour P1 peut également relever d’un dialogue fictif avec les citoyens. Le pronom fait alors figure d’interpellation à soi-même dans un dialogue imaginaire où le pronom de l’allocution donne la parole aux citoyens. Seuls les discours de la Chancelière indiquent explicitement à qui se réfère le pronom par le biais appellatifs((13)) :

Texte 5 : « „Wozu sind Sie eigentlich Bundeskanzlerin, wenn Sie nicht einmal dafür sorgen können, dass wir ein einheitliches Schulsystem haben und in Deutschland einfacher umziehen können?“ » (l.77-81)

Le recours au discours direct, parfois annoncé par les guillemets, parfois introduit par un verbe de parole, indique clairement le changement de cadre énonciatif :

Texte B : « And then people who say, ‘Well, of course, even if you could do something, would it really work? These are such chaotic families, shouldn’t you be putting your attention elsewhere?’ » (l.24-6)

Texte 6 : « Die Leute sagen vielmehr: Wir haben ein Leben; wir leben in einem schönen Land, und wir erwarten, bitte schön, von euch, dass ihr die Rahmenbedingungen so schafft, dass wir uns nicht ganztägig mit Zuständigkeiten auseinandersetzen müssen. » (l.251-4)

Cette mise en scène, accentuée par les procédés d’oral-model ou conversationalization-model (FOWLER, 1991 ; FAIRCLOUGH, 1994((14))) visant à mimer l’échange conversationnel, donne la parole aux citoyens par le biais de ses représentants((15)). Le lien à l’allocutaire est dès lors à la fois thématique (« je comprends vos demandes et me mets à votre place ») et stylistique (« je mets des mots sur ce que vous ressentez en m’appropriant un langage qui est le vôtre et nous rend proches »). Prenant acte de cette difficulté  lors de dialogues réels et immédiats avec la population((16)), la Chancelière cherche-t-elle, par et dans ses discours, à recréer le lien brisé avec l’allocutaire ? Cette adresse inversée, où celui ou celle qui interpelle est cette fois-ci apostrophé(e), construit en regard l’ethos d’un orateur proche de son peuple, et ce à deux niveaux : d’une part parce qu’il comprend, imagine, mesure les attentes de ses allocutaires, d’autre part parce qu’il sait, avec distance et humour, les transmettre. La Chancelière et le Premier Ministre voient par ailleurs leur ethos renforcé par leur capacité à faire face aux critiques, que celles-ci soient prises en compte (chez MERKEL((17))) ou balayées d’un revers de main (chez CAMERON). Pour conclure sur ces singulières dissociations de soi au sein du discours politique, où la convocation de l’Autre n’est que mise en scène de sa propre personne, convoquons DETRIE (2008) :

Parler de soi en disant je est d’une grande banalité : c’est en quelque sorte une figuration lisse de soi-même, renvoyant l’image d’un sujet plein, qui se construit hors de la pesée de son coénonciateur : on a affaire à une textualisation en soi-même, c’est-à-dire une textualisation où je se construit en disjonction de la non-personne, et au sein du couple personnel, en disjonction de tu, l’autre de je. Parler de soi dans une mise en scène énonciative en tu, (…) c’est dialoguer avec soi-même en représentant sa propre division, puisque tu actualise langagièrement un autre à qui je s’adresse. La P2 est donc l’outil du dédoublement imaginaire.

 

2.     La première personne, pronom du locuteur et de l’allocutaire

La première personne, qui regroupe aussi bien le nous, pronom du politique, que le je, lieu de fabrication de l’image de soi, sera l’objet de la deuxième partie. P1, comme pôle à la fois opposé et complémentaire au tu, détermine la relation de l’orateur à ses allocutaires. En effet, les systèmes énonciatifs anglais et allemand reposent sur la capacité du locuteur à se poser comme sujet par le biais de la première personne, qui définit notre origo (je, ici, maintenant). Or, BENVENISTE (1966 : 260) souligne que « la conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par contraste ». C’est dans cette perspective que l’adresse, comme forme dialoguée, prend tout son sens : la réciprocité du tu par rapport au je permet au je de s’affirmer en tant que tel. Quand bien même cela semblerait contradictoire, l’adresse se construit donc foncièrement par rapport à soi, que le je existe ensuite en tant que tel (P1 singulier) ou au sein d’une entité inclusive ou exclusive (P1 pluriel). Cette communication ne s’est attachée qu’aux valeurs du wir et du we (première personne du pluriel), considéré, en tant que fusion forcée entre je et non-je, comme le pronom du politique par excellence : « ce consensus à nommer le nous le terme fondateur du politique est pour moi un acquis » (GEFFROY, 1985 : 64).

2.1.          La prise à partie de l’allocutaire : la première personne du pluriel comme facteur de cohésion

L’inclusion de tous (conjonction de P1 pluriel et des quantifieurs all, alle) permet de se demander : le nous est-il créateur de la plus grande entité possible ? On s’interroge alors avec GEFFROY (1985) sur la question du « degré de collectivisation » du we, qui, ainsi appuyé par le all, peut se faire porte-parole d’un peuple tout entier. Il s’agit de faire corps ensemble, comme l’adverbe together le suggère :

Texte D : « But together – business, media, the voluntary sector, communities, and yes government we can do it. » (l.247-8)

Texte F : « (…) the fact that our success as a country is about more than economic growth. It will open a national debate about how together we can build a better life. » (l.137-9)

A chaque fois, il est question que la mise en place effective d’un projet (can, expression d’un pouvoir), à laquelle le gouvernement ne se soustrait d’ailleurs pas (« and yes government »), se construise par et avec l’allocutaire. Tandis que le projet est à l’initiative du gouvernement, le « comment ? » (how) doit, lui, être ajusté avec l’aide du citoyen. We together est alors comparable à l’impératif((18)) dont nous avions dit qu’il acquérait « dès lors une valeur d’achèvement effectif, tangible » : fusion des ambitions d’un I qui y mêle le you, il doit permettre à ces ambitions de voir le jour. Dès lors, le all ne vise pas qu’à accroître la portée symbolique et réelle du pronom de la première personne du singulier, mais acquiert également un rôle d’intensificateur du contenu fédérateur présent dans l’inclusion possible du pronom. De ce point de vue, l’association de all et de together relève d’une mise en exergue patente :

Texte A : « As I said after the riots, I have a duty to speak clearly, frankly and truthfully about the problems in our society…and an equal duty to do whatever it takes to fix them. When I say we are all in it together, I mean it. » (l.25-28)

Texte G : « Fail to deal with this – and we risk a major crisis in our economy. That’s why we’ve got tomake these cuts. But let’s also be clear how we will make them. We’ve got to do this in a way that is responsible and fair – that demonstrates we’re all in this together. » (l.33-37)

Face à un risque (les émeutes – the riots – ou la crise – « a major crisis in our economy »), il est question d’une nécessité (a duty, we’ve got to), préalable à l’unité de la nation rassemblée autour d’un même but. Dans les deux cas, le « comment » (how) n’est pas encore déterminé (« in a way that is responsible and fair »), laissant même libre cours à toutes les interprétations imaginables : « to do whatever it takes ». LAPAIRE/ROTGE (2002 : 172) parlent alors d’un

énonciateur indifférent au choix qu’il prie son partenaire d’effectuer, dans la totalité du champ des actions (…) envisageables.

L’enjeu n’est alors pas tant l’interpellation de l’allocutaire que sa fusion avec le I, le we du gouvernement dans des intérêts communs. GEFFROY (1985 : 78) parle à ce sujet de la « fiction dialogique » du nous inclusif, qui « étant donné un locuteur (…) et des allocutaires, les unit dans un être et/ou un faire communs ». Cette idée d’unité au travers d’une identité et d’un projet partagés nous paraît essentielle, rendant compte des intentions à la fois idéologiques (identitaires) et pratiques (débouchant sur l’action) de tels discours.

2.2.          La nécessité d’une prise de conscience collective pour un effort citoyen

Cette sous-partie repose sur le sémantisme des verbes liés au pronom de la première personne du pluriel : tandis que les verbes de constat et de perception, au présent, rendent compte d’un état de fait, les verbes modaux, souvent orientés vers l’avenir, acquièrent une valeur performative : parler de changer, ensemble, la société, est-ce déjà la changer ? La prise de conscience commence avec des verbes de perception à même de rendre compte du vécu d’une population chez qui l’on postule une uniformité de sentiments. Cela est particulièrement patent dans le discours E, prononcé suite aux émeutes de l’été 2011((19)), où le pronom we apparaît à trois reprises :

Texte E : « We have seen the worst of Britain, but I also believe we’ve seen some of the best of Britain » (l.22-23)

Texte E : « When we see children as young as 12 and 13 looting and laughing, when we see the disgusting sight of an injured young man with people pretending to help him while they are robbing him, it is clear there are things that are badly wrong in our society. » (l.48-51)

Le champ lexical de l’honnêteté est lui aussi relativement représenté : une occurrence en allemand et quatre occurrences en anglais. Ce réseau de significations autour de la prise de conscience, de la reconnaissance de difficultés, est un préalable à un changement profond et exige donc de passer par le nous, condition de réalisation des discours. Dans deux cas sur six, ces occurrences sont introduites par une subordonnée hypothétique, qui sous-entend que le nous sait déjà, tout en refusant de se l’avouer :

Texte 2 : « Wenn wir ganz ehrlich sind, so ist diese extrem strenge Aufteilung zwischen Arbeitswelt und Familienwelt historisch gesehen eine Aufteilung der Industriegesellschaft (…). » (l.145-6)

Texte D : « If we’re honest, people’s first instinct with these troubled families is to turn their backs on them. » (l.153-4)

Le quantifieur ganz implique que le wir n’était qu’« un peu » ou « partiellement » honnête et qu’il pourra l’être désormais « entièrement ». Il ne nie donc pas au wir une première étape d’accomplie dans le cheminement vers une plus grande honnêteté intellectuelle.

Une fois la prise de conscience effectuée, il s’agit, pour parler vulgairement, de « passer à l’action ». Quatre modes d’expression, allant de la plus grande pression sur l’allocutaire à la reconnaissance d’une liberté de choix, se font jour : nécessité (seule modalité étudiée plus avant dans cet article), suggestion, possibilité et volonté. En réalité, les modaux need, must et have to, sont le miroir de la volonté du gouvernement, notamment autour de la question de l’assistanat (qui doit toucher des aides de l’Etat ?) :

Texte C : « So we have to ask: up to what age should we expect people to be living at home? » (l.281)

Malgré l’apparente sollicitation de l’allocutaire qu’implique le verbe ask, l’allocutaire n’a guère son mot à dire face à des réformes déjà décidées par le gouvernement, qui oriente les questions : qui pourrait bien répondre que « oui, nous devrions attendre des gens qu’ils vivent à la maison » ? Les verbes liés à une nécessité, voire à une obligation en vue du bien collectif, sont extrêmement nombreux, jouant parfois sur l’ambiguïté foncière du pronom, qui, représentant du gouvernement (leurs idées, leurs suggestions), se veut, lié par ce devoir (moral ? économique ?), correspondre à l’ensemble de la population. On assiste ainsi à une forme de perversion du we et du wir, qui, en incluant l’allocutaire dans l’acte commis ou voulu par le locuteur, déplace la responsabilité de l’orateur de l’étroite première personne du singulier à un collectif toujours fluctuant. C’est ce que souligne GEFFROY (1985 : 89) pour le nous lorsqu’elle affirme :

Ce désignant socio-politique unique, monstre logique abrité des querelles définitoires, est la forme par laquelle le sujet politique essaie d’échapper à ses responsabilités énonciatives de sujet au profit d’un collectif aux contours toujours mouvants.

La première personne du pluriel est un pronom quasi obligatoire dans le façonnement d’une identité et d’un avenir communs. En effet, la plupart des occurrences, qu’elles soient associées à un modal ou non, sont le reflet du cheminement menant à l’accomplissement d’un projet politique : à l’émotion première (la perception) succèdent la prise de conscience (la réflexion) et l’honnêteté (l’acceptation des difficultés). Une fois ces constats dressés, c’est un nous d’incitation à l’action qui prend le relai, que celui-ci soit imposé par la nécessité, suggéré, possible ou voulu – dans une gradation descendante qui désengage de plus en plus la pression du je sur le tu((20)). Union du particulier saisi dans son individualité et du collectif comme unité supérieure, vers laquelle les efforts de chacun doivent tendre, le nous, profondément unificateur, acquiert dès lors une valeur performative : créer le nous, fonder la relation du je au tu, relation qui pourrait ne pas préexister à son existence discursive, c’est engager allocutaires et locuteur au sein d’un faire commun.

2.3.          Le nous, rempart contre les autres

Les nombreux exemples déjà traités ont permis de mettre en exergue l’existence d’un tiers présent en filigrane lors la construction du nous, condition nécessaire mais non suffisante au déploiement d’une entité dépassant le je pour aller vers la réunion du locuteur et de l’allocutaire. La citation inaugurale de GEFFROY (1985) est en cela éclairante :

Il est admis que le monde se partage très rigoureusement en deux parties :
1° nous
2° tout le monde
(ZINOVIEV, L’antichambre du paradis)

Les menaces extérieures constituent un Autre innommable autour duquel le nous se fédère. Chez MERKEL, la même opposition à un wir inclusif se fait ainsi – dans des proportions bien moindres toutefois – non pas autour d’une autre catégorie de personnes qui se comporteraient mal et créeraient en miroir une image positive du pronom de la première personne du pluriel, mais autour d’entités abstraites qui se positionnent par rapport au wir, qui façonne son unité comme une union choisie contre les groupes nominaux que sont die Globalisierung et die Gesellschaft :

Texte 5 : « Dazu kommt noch, dass unsere Grenzen, weil die Globalisierung voranschreitet, viel durchlässiger werden. » (l.155-6)

Texte 5 : « Wir müssen auch aufpassen, dass uns die Gesellschaft da nicht auseinanderdriftet. » (l.291-3)

La mondialisation, mal abstrait, est une forme d’excuse à l’évolution possible (cf. comparatif durchlässiger). Dans le deuxième exemple, la confrontation entre la société, en position sujet, et le wir, en position objet, est audacieuse, dans la mesure où le pronom du collectif est souvent associé à la société (in unserer Gesellschaft), ensemble au cœur duquel il s’inscrit. Faire de la société la source d’une possible division repose ainsi sur une adresse brouillée, diffuse, tant sur la cause du problème (qui est compris dans le groupe die Gesellschaft ?) que sa résolution possible (quels allocutaires peuvent s’inclure dans le wir ?). Les menaces extérieures représentent un Autre difficilement cernable, autour duquel le nous peut resserrer ses rangs. Cette union se voit consolidée par l’image de l’Autre, allocutaires et locuteur ne s’affrontant plus au regard de la réalité dialogique je/tu, mais par rapport à une instance tierce au pouvoir séparateur, et, par là-même, fédérateur. L’emploi du we en opposition à d’autres groupes nominaux permet en effet « à l’énonciateur de constituer un ensemble qu’il ne nomme pas, qu’il se contente de pronominaliser » (GUESPIN, 1985: 53). Foncièrement, souligne GEFFROY (1985 : 7),

La cohésion du nous est bien souvent assurée par l’existence maligne d’un tiers exclu. Exclu de l’allocution, exclu du sous-groupe, exclu de le l’univers du langage. Exclu, donc créateur de nous.

 

3.     Stratégies de contournement de l’adresse et délocution : le tiers du discours politique

Comme de nombreuses analyses l’ont déjà esquissé, la présence du tiers, instance délocutée, est patente dans le corpus. Ce tiers, exclu de l’échange dialogal mais force en présence dans la caractérisation des rapports je / tu, représente, quantitativement parlant, le nombre d’occurrences le plus élevé – le nous mis à part. Alors qu’elle se fait rarement jour seule, la troisième personne, sous ses multiples apparitions (man, quantifieurs, groupes nominaux, relatives déterminatives), fait fonction, de part sa simple existence aux côtés du je et du tu, de faire-valoir, qui peut se faire créateur d’une relation de connivence entre allocutaires et locuteur. Si le tiers est, au niveau du pronom, celui qui n’est pas adressé, forclos du rapport de force dual du je au tu, il désigne, référentiellement, ou le locuteur (P3 ≈ P1), ou un allocutaire méprisé, rejeté au-dehors de l’échange conversationnel prototypique (cf. people de CAMERON ; P3 ≈ P2), ou un Autre tiers (P3 = P3), allant dans le sens d’une caractérisation plurielle et équivoque de l’altérité (soi-même, celui que j’apprécie, celui que je conspue). Seuls quelques phénomènes significatifs seront abordés ici, qui ne se veulent ni exhaustifs, ni représentatifs de l’ensemble de la présence du tiers dans le corpus.

3.1.          Quantifieurs universels « pleins » : le cas de jeder

Le recours à des quantifieurs d’adresse maximale relève en premier lieu d’une prise en compte de l’interlocuteur, intégré d’office dans la situation de communication, comme c’est le cas pour l’ouverture du discours 2 :

Texte 2 : « (…) jeder Mensch gehört zu einer Familie. Jeder weiß auch, dass wir alle Familie brauchen. » (l.10)

L’adresse est ici double, jouant à la fois sur l’inclusion dans l’humanité (jeder Mensch) et mettant en jeu un savoir communément partagé (jeder weiß auch). Comme l’indiquent SCHANEN/CONFAIS (2012 : 324), avec jed-, « n’importe quel élément de l’ensemble représente la totalité de l’ensemble ». Il s’agit donc d’extraire un individu pris isolément pour le faire représentant d’une classe, soit de jouer sur deux plans de l’adresse : la relation personnelle à l’allocutaire, mais aussi son appartenance à un groupe. L’expression jeder weiß est exophorique, c’est-à-dire qu’elle se réfère à la situation extralinguistique (cf. ibid, 431), misant en cela sur un contexte supposé connu du locuteur et des allocutaires. Elle est par ailleurs une forme de modestie de la part de la Chancelière, par exemple dans cet exemple, où MERKEL ne prétend pas faire une révélation, mais ne fait que reprendre un enjeu qu’elle suppose déjà connu :

Texte 6 : « Wir haben ein gutes Gesundheitssystem in Deutschland, aber jeder weiß auch, dass es flächen-deckend nicht ganz einfach gewährleistet werden kann, wenn man dabei nicht immer neu nachjustiert. » (l.175-7)

Spécifié, car partie de l’unité supérieure wir inclusif à portée nationale (in Deutschland), le quantifieur pronominalisé jeder joue, en parallèle avec la première personne du pluriel, un rôle fédérateur sensiblement proche du wir. La dissociation avec P1 pluriel, qui débouche sur une restriction de l’adresse, est opérante lorsque s’adjoint une relative déterminative((21)) à jeder :

Texte 2 : « Jeder, der ein Unternehmen führt oder in einem Unternehmen tätig ist, weiß: Zufriedene Menschen, Menschen, die ihren Lebensentwurf leben können, sind auch gute Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmer. » (l.16)

La désignation de l’allocutaire repose sur la caractérisation de la relative, qui, couplée au très étendu jeder, spécifie autant qu’elle circonscrit l’adresse, permettant une inclusion à la fois plus vaste et plus précise qu’un wir englobant.

3.2.          Les groupes nominaux au service d’une construction binaire des catégories d’allocutaires : polarisation axiologique chez CAMERON

L’étude des GN des discours de CAMERON a mis en exergue une logique profondément séparatrice, visant à systématiquement opposer deux catégories d’allocutaires. CAMERON est ainsi un exemple éclairant de la nécessité de se façonner par rapport, voire en opposition à autrui : la société britannique se voit régulièrement divisée en deux catégories distinctes qui œuvrent au service d’une perspective manichéenne où s’affrontent « bons » et « mauvais » citoyens. Cette binarité est un instrument de valorisation autant que de dévalorisation, les groupes sociaux((22)) étant adossés l’un à l’autre dans une perspective axiologique : 

Texte E : « We have seen the worst of Britain, but I also believe we’ve seen some of the best of Britain: the million people who’ve signed up on Facebook to support the police, communities coming together in the cleanup operations. » (l.22-25)

Cet extrait fait écho aux émeutes destructrices de l’été 2011. Cette nécessité de dépasser la confrontation entre bons et mauvais exemples est aussi mise en évidence par MERKEL :

Texte 4 : « Auf der anderen Seite gibt es eine Tendenz, aus Einzelbeispielen immer Generalverdachtsmomente zu formulieren. Ich glaube, da müssen wir ein Stück weit zusammenhalten und immer wieder auf die vielen guten Beispiele hinweisen, die den schlechten Einzelbeispielen gegenüberstehen. » (l.99-102)

Comme chez CAMERON, les illustrations positives sont précédées d’un quantifieur indéfini marquant leur potentielle illimitation (some of the best, die vielen guten Beispielen). Cette polarisation débouche chez le Premier Ministre britannique sur un phénomène de triple adresse :

Texte E : « I’m clear that they [1a] are in no way representative of the vast majority of young people in our country [2] who despise them [1b], frankly, as much as the rest of us [3] do, but there are pockets of our society that are not just broken but, frankly, sick. » (l.46-8)

Les allocutaires sont alors triples : (1) they, les initiateurs des émeutes, en position de délocuté, d’abord sujets du discours (1a), puis objet de mépris (1b) ; (2) les jeunes qui les dénigrent ; (3) the rest of us (rassemblement du locuteur et des allocutaires, peu ou prou l’intégralité de la population à l’exception des fauteurs de trouble et des jeunes). La mise en parallèle (as much as) des jeunes et du we((23)) s’effectue dans le souci de ne pas faire l’amalgame entre cette jeunesse et les voyous. Par ce refus de la représentativité, le mal (la source du mal) est circonscrit, borné. Une telle systématisation ne s’explique toutefois pas dans d’autres occurrences, où la prégnance d’un « bon » et d’un « mauvais » comportement est nettement moins ostensible :

Texte D : « From one that ignores the power of strong relationships, to one that values them. » (l.245)  VS. « From one that undermines families, to one that strengthens them. » (l.246)

Texte C : « Take a couple living outside London. » (l.94) VS. « But the couple down the road, who have four children, haven’t worked for a number of years. » (l.101-2)

Texte C : « Next there’s the situation with young people who want to leave home. Take two young women living on the same street in London. One studied hard » (l.110) VS. « Then there’s another woman living down the street. » (l.115)

Tandis que le texte D présente deux conceptions de la famille, le texte C rend concrètes deux relations antithétiques à l’Etat. Dans les deux cas, les situations doivent sembler quasi identiques, ce que la mention du lieu d’habitat doit étayer : les couples ou les jeunes femmes comparés vivent dans la même rue (down the road, down the street) ; ils sont donc voisins. Cette remarque pourrait sembler anecdotique si elle n’entrait pas en relation intertextuelle((24)) avec le discours A et les ‘neighbours from hell’ : le mauvais voisin devient le représentant absolu du dévoiement de la société, concentrant l’intégralité des vices (paresse, mensonge, avarice, opportunisme) qui font que l’Etat-Providence, dont le système reposait sur la confiance et une éthique de la responsabilité, fait faillite. La dénonciation de l’assistanat et la diabolisation d’une partie de la population qui vivrait grâce aux aides constituent les leitmotivs des discours de CAMERON. Cette quasi obsession conduit à une réduction systématique de sa pensée en un mode de pensée binaire :

Texte C : « Why does the single mother get the council house straightaway when the hard-working couple have been waiting for years? » (l.152-3)

Comme dans l’exemple précédent, la régularité et la patience sont l’apanage du bon exemple (for years vs. straightaway, cf. every day dans l’exemple précédent). La binarité, là aussi marquée syntaxiquement (« proposition d’opposition »((25)) introduite par when), est l’instrument d’une polarisation fondée sur le mérite, les qualités acquises (hard-working) et non la situation familiale et/ou sociale (single).

3.3.          Substantifs déverbaux

Cette sous-partie est consacrée aux bases nominales déverbales qui expriment un sentiment. Contournement par excellence de l’adresse, la troisième personne est nonobstant véhicule d’une adresse indirecte, les pensées exprimées n’existant pas en soi et pour soi mais dépendant de leur formulation, leur expression via l’allocutaire. Idées, arguments et valeurs émanent forcément de quelqu’un et peuvent, partant du postulat selon lequel les idées ne sont pas dématérialisées, mais s’incarnent, constituer des formes d’adresse. Dans de nombreux exemples, l’introduction de ces concepts se fait via une tournure impersonnelle présentative : es gibt ou there is/are (cf. soulignement). Couplés à des compléments de lieu généraux du type in Deutschland, insgesamt, in der Gesellschaft (cf. italique), ces substantifs semblent dériver d’une forme de consensus populaire :

Texte 5 : « Insgesamt gibt es jedenfalls ein tiefes Gefühl (…) » (l.272)

Texte 7 : « Es gibt in der Gesellschaft Tendenzen, die nicht unbedingt dabei helfen, Beruf und Familie miteinander zu vereinbaren. »

Texte F : « First, there is the worry that this is a distraction from the major, urgent economic tasks at hand. Second, there is the criticism that we can’t hope to improve people’s wellbeing – that this is beyond the realm of government, so why are we trying? And third, there is a suspicion that, frankly, the whole thing is a bit woolly, a bit impractical. » (l.18-22)

Le fait de nominaliser pose ces sentiments comme vrais, incontestables : ils ne sont pas soumis à la prédication. En miroir, l’adresse rejaillit sur l’ethos de l’orateur, qui se fait le porte-parole des revendications citoyennes, s’élevant au-dessus de l’hétérogénéité des voix exprimées pour proposer une synthèse : ce que les compatriotes perçoivent, peut-être de façon diffuse, ce que vous ressentez, c’est : de la peur, des doutes, du scepticisme… MERKEL et CAMERON sont alors ceux qui mettent en mots, qui rendent visible un sentiment partagé par beaucoup, et lui donnant (lui rendant ?) sa place dans l’espace public, légitiment droit à l’existence et prétention à appeler une réponse des pouvoirs publics.

Chez MERKEL, ce procédé permet en outre, en contournant la question de l’allocutaire (à qui m’adressé-je ?) une adresse au plus grand nombre, dans la mesure où c’est l’action, l’argument ou la valeur portés par une catégorie qui entrent en jeu, et non leurs acteurs. Cela est particulièrement intéressant dans les discours de valorisation d’une catégorie d’allocutaires modèles où s’entrecroisent marques d’adresse prototypiques (Sie) à l’intention du cercle d’allocutaires premiers (présents) et potentialités d’adresse élargie via les groupes nominaux à valeur conceptuelle. Dans les exemples ci-dessous, c’est la valeur positive de l‘engagement qui est louée, et non les bénévoles en tant que tels :

Texte 1 : « (…) wie viel tolles Engagement es hier im Lande gibt. » (l.14-15) // « von welcher Bedeutung das soziale Engagement im Rahmen des Zivildienstes in vielen Jahren war. » (l.21-22)

Texte 4 : « (…) dann würde Rationalisierung dazu führen, dass wir all diese Arten von Engagement nicht mehr hätten. » (l.82-83)

Ce dispositif permet de féliciter à la fois les bénévoles ayant déjà fait leurs preuves, dont une partie sont présents à l’allocution de la Chancelière, et le vivier de bénévoles potentiels. L’adresse via ces groupes nominaux nourrit donc une procédure de triple adresse en ramassant en son sein deux catégories d’allocutaires différents, non seulement en tant que cible (il faut remercier, féliciter et encourager à continuer les premiers, tandis qu’il faut à inciter à se lancer les seconds), mais aussi dans le temps (remercier implique un retour sur quelque chose de déjà accompli, tandis qu’inciter met en scène une réussite future). Ce sont donc à la fois les deux catégories d’allocutaires et les deux temporalités du discours politiques qui trouvent ici leur expression. De manière significative, chez CAMERON, la connotation méliorative associée à la communauté perd de sa substance :

Texte C : « (…) there was that assumption of trust at the heart of the system. » (l.164-5)

Texte C : « (…) when there was a stronger culture of collective responsibility in this country. » (l.169-70)

Les valeurs de confiance et de culture collective répondent aux mêmes enjeux de double adresse que chez MERKEL, sans qu’il y ait pour autant incitation à changer : le passé considéré, au prétérit (was), est clos. La confiance établie ne reposait d’ailleurs que sur une hypothèse (assumption), laquelle s’est vue démentie, d’où la mise à distance par that, déterminant qui sépare le nom commun de son énonciateur de façon relative : du point de vue du locuteur, le groupe nominal assumption of trust lui est éloigné, tant dans le temps (was) que conceptuellement. Si le grief implicite à l’héritage travailliste, qui a affaibli les fondements de l’Etat-Providence en le transformant en nanny state((26)) ­n’est plus à démontrer, il est intéressant que ce constat ne s’accompagne pas d’une volonté de changement chez les opérateurs des groupes nominaux trust et collective responsability, la transformation ne pouvant s’effectuer que par l’intermédiaire du gouvernement. En somme, ce n’est même plus la peine d’adresser la catégorie d’allocutaires concernée, puisque ceux-ci abusent du système depuis si longtemps qu’il est inutile de compter sur eux. L’absence d’adresse marque une forme de désillusion quant à leur faculté à se prendre en main. La dépersonnification atteint son point culminant lorsque les détracteurs n’apparaissent même plus sous la forme de people ou de quantifieurs substantivés some, mais sont relégués au rang d’idées((27)) :

Texte B : « And I know there are lots of arguments – and believe me the arguments have been made in Whitehall from time to time – that while we already spend a fortune on these families, why throw even more money at them. » (l.18-21)

Texte G : « I’m going to be taking on all these arguments in the weeks ahead. » (l.197)

Texte F : « In my brief speech today, I want to try and answer those questions as directly as I can » (l.16-7)

Texte F : « (…) because I think over the past couple of weeks, as this initiative has been coming to the fore, three objections have become very clear. (…) I want to try and take on each of these three objections. » (l.17-23)

Le texte E, qui fait suite aux émeutes de l’été 2011, se montre extrêmement sévère à l’égard des jeunes ayant commis des violences dans toute l’Angleterre. Alors que se pose la question du visionnage des enregistrements des caméras de vidéosurveillance((28)), les partisans des libertés individuelles sont mis à mal par CAMERON qui balaie d’un revers de la main la question du droit à l’image :

Texte E : « (…) we will not let any phony concerns about human rights get in the way of the publication of these pictures and the arrest of these individuals. » (l.17-9)

Texte E : « But there is absolutely no room for complacency and there is much more to be done. » (l.25-6)

Devenu symptomatique du mal-être d’une nation, la complaisance n’est que l’une des manifestations de cette culture of entitlement (Texte C, l.140) qui rongerait la Grande-Bretagne. Signe de l’atmosphère funeste qui règne sur le pays, la désindividualisation, tant linguistique (recours massif au tiers) que symbolique et réelle (délitement de la solidarité, dissolution du vivre-ensemble, déliquescence de la responsabilité) trouve ici son apothéose.

Conclusion

L’étroite imbrication, confinant à la confusion, des plans idéologique (identitaire) et pragmatique (prétendant à un faire) des procédés d’adresse, est ainsi patente. Incitation à l’action, l’adresse est le lieu de façonnement d’entités nouvelles, parfois contraintes, comme par exemple lors de la fusion de P1 et P2, foncièrement différents, en un nous inclusif harmonisateur. En cela, l’adresse des discours politiques considérés est profondément créatrice, au sens où elle force un sens, celui de celui qui parle, imposant une vision du monde et de l’Autre. L’adresse a ainsi, dans une certaine mesure, partie liée avec la valeur performative du langage : elle transforme ma perception d’autrui et de moi-même, fabricant pour soi et pour autrui une identité propre, différente du sujet parlant stricto sensu. L’adresse actualise par le langage l’image que je me fais de l’Autre, et modèle ainsi l’Autre à mon image : l’allocutaire du discours politique, réduit au silence, n’existe, de fait, que sous les traits que veut bien lui prêter l’orateur. Réciproquement, le locuteur n’a de légitimité – de raison d’être – qu’en tant que l’Autre, l’allocutaire, lui reconnaît un rôle dans la sphère publique et accepte, même implicitement, qu’il soit celui qui dresse la ligne de partage entre soi et autrui. L’orateur politique est donc le maître, par son dire, d’un faire qui sépare et rassemble ; il est celui qui, par la parole, (re)crée un monde et nomme le Même et le différent. La métaphore divine semble ici éclairante, qui confère au Verbe (au dire) un pouvoir créateur : l’identité, corollaire de l’altérité, ne fonctionne qu’en tant qu’elle est exprimée, mise en mots, et pénètre ainsi le champ de la conscience et de la reconnaissance.

Dans ce travail de séparation et de démarcation, les pronoms ne jouent pas un rôle en soi, mais seulement en tant que réseau de significations et d’entrelacements : ce sont les unes par rapport aux autres que les différentes personnes – tant pronominales que réelles –  acquièrent leur valeur. La deuxième personne n’est donc pas exclusive en tant que telle, elle l’est avant tout parce qu’elle est alors, en miroir, instrument de la mise en valeur du je, tout comme la troisième personne se voit profondément rejetée en-dehors de l’allocution lors de l’apparition du nous, symbole d’union et de fusion. Certes, les pronoms possèdent une valeur intrinsèque, que nous ne leur nions pas, et véhiculent à eux seuls un bagage idéologique où se mêlent idiosyncrasie linguistique (la rareté d’un one, auquel est souvent préféré un you, par exemple, en opposition à la fréquence du man) et corrélation entre sujet réel (par exemple, le locuteur) et sujet grammatical (la première personne du singulier). Pour autant, l’énallage, figure de la distorsion, a montré l’ambigüité qui fait le propre des systèmes pronominaux étudiés, là où la deuxième personne prend tour à tour les contours d’un je, d’un tu ou d’un il. L’Autre n’est dès lors pas que la deuxième personne, mais celui que je désigne comme Autre, y compris lorsqu’il s’agit, dans un jeu de miroir, de moi-même. De la non-adéquation entre l’Autre pronominal (P2 et P3) et l’Autre du discours (l’allocutaire, mais aussi le délocuté, voire le locuteur – soi-même, donc –) naît la richesse polysémique des procédés d’adresse. Loin de n’être qu’interpellation, l’adresse est ainsi avant tout dialogue, quel que soit l’interlocuteur, et que celui-ci préexiste à l’acte d’énonciation ou non. En cela, elle est à nouveau créatrice, fondant par exemple l’Autre en soi-même plutôt qu’en l’allocutaire réel.

Prenant acte de la complexité de l’Autre, et dès lors de la pluralité des destinataires, l’orateur du discours politique est mû par une double nécessité : adresser à la fois le public sur lequel il vise à agir, objet du discours, mais aussi le public artisan du changement, créateur du projet de société porté par l’énonciateur (CAMERON ou MERKEL). C’est en ce sens que nous avons souvent rencontré un schéma pronominal comme suit : you/Sie au service d’un we/wir, le façonnement d’un devenir collectif, s’il passe par une vision individuelle, souvent véhiculée par la première personne (du singulier ou du pluriel exclusive), ne pouvant déboucher que sur la création d’un nous. Le SPD l’a bien compris, qui a fait du wir linguistique l’enjeu – et, plus pragmatiquement, le slogan – de sa campagne pour les législatives de 2013 :

Das WIR entscheidet. (…) „Mehr wir und weniger ich“: Dieses Bild von Peer Steinbrück in seiner Rede beim Parteitag in Hannover  trifft das Lebensgefühl der Menschen und hat uns inspiriert, daraus den Claim unserer Kampagne zu entwickeln. Wir werden eine Politik für die Mehrheit der Menschen machen((29)).

Le wir, c’est en effet – selon les sociaux-démocrates – le pronom non pas de tous, mais de la majorité (für die Mehrheit der Menschen). Pronom du renoncement à un idéal de totalité, de plénitude, celle-ci n’étant qu’un apprêt factice, le wir devient pronom non seulement du « citoyen moyen » mais aussi de la classe moyenne (aus der Mitte der Gesellschaft) :

Das „Wir“ wollen wir auch in den Mittelpunkt unserer Kampagne stellen. Wir gestalten unsere Politik aus der Mitte der Gesellschaft, aus der Mitte des Lebens heraus (ibid).

Vecteur idéologique, à l’instar des autres pronoms, le wir apparaît ici non seulement comme rapprochement forcé de l’allocutaire et du locuteur, fusion productive et féconde en vue de l’action politique, mais aussi comme pronom prescriptif d’une forme de normativité menant au citoyen « moyen » (Durchnittsbürger), « normal ». Pronom du politique, certes, mais aussi pronom d’une politique de gauche, pour laquelle l’aspiration à la justice sociale (soziale Gerechtigkeit, leitmotiv du SPD en 2013), c’est-à-dire à la juste répartition des richesses, est prédominante.

Cet exemple de clôture souligne là encore le rapport d’étroite interdépendance qui unit fabrication de l’Autre et construction de sa propre image dans le discours. Ce cri de ralliement esquisse en creux la figure d’opposition dont se démarquent les sociaux-démocrates : le gouvernement actuel, conservateur, « parti des riches ». Il s’agit, au cours de l’enfantement d’une entité commune, le wir, de redessiner le je, lui conférant les attributs d’une communauté de valeurs. En tant que faiseur du dire et du faire de l’Autre, le locuteur est avant tout promoteur de son propre ethos : prendre en compte l’avis d’autrui, c’est aussi, en miroir, se dire ouvert et tolérant, voire disposé à la critique. Dans le cas de CAMERON, il est question d’un dévoiement de la parole de l’Autre, qui, ainsi médiatisée, se voit dans l’impossibilité de trouver un terrain d’expression réel. Le discours,  en tant que représentation, peut alors signifier autre chose qu’un préambule à l’action, voire une mise en mots de l’action : il peut être négation de l’action. L’appréhension de l’Autre peut dès lors, paradoxalement, devenir déni de l’altérité, puisque cet Autre, qui ne se fait jour qu’au bon vouloir de l’orateur, reclus et protégé par la scène d’énonciation des allocutions officielles (monolocutions), est enfermé dans un dire – qui peut ne jamais se transformer en faire.

Bibliographie

ALBRESPIT, Jean. « Quand un pluriel cache un singulier : le cas de they », E-rea [En ligne], 9.2, 2012.

BENVENISTE, Emile. « La nature des pronoms », In: Problèmes de linguistique générale, Paris : Gallimard, 1966.

BROWN, Penelope / LEVINSON, Stephen C. Politeness. Some universals in language usage, Cambridge : Cambridge University Press, Studies in Interactional Sociolinguistics 4, 1987 [1978].

CHARAUDEAU, Patrick. Le discours politique. Les masques du pouvoir. Paris : Vuibert, 2005.

CHARAUDEAU, Patrick / MAINGUENEAU, Dominique (éd). Dictionnaire d’analyse du discours, Paris : Le Seuil, 2002.

CONFAIS, Jean-Paul / SCHANEN, François. Grammaire de l’allemand – Formes et fonctions. Paris : Armand Colin, 2012.

DETRIE, Catherine. « L’énallage : une opération de commutation grammaticale et/ou de disjonction énonciative? », Langue française 4/2008 (n° 160), p. 89-104.

FAIRCLOUGH, Norman. « Conversationalization of Public Discourse and the Authority of the Consumer. ». In: The Authority of the Consumer, sous la direction de KEAT, Russell, WHITELEY, Nigel et ABERCROMBIE, Nicholas. Routledge, 1994, pp.253-268.

FONS, Jean-Philippe (dir.) Le Parti conservateur britannique : crises et reconstruction (1997-2007), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2007.

FONS, Jean-Philippe. « Good for me, good for my neighbour. Quelles politiques sociales pour les Conservateurs de David Cameron ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne en Février 2011.

FOWLER, Roger. Language in the News: Discourse and Ideology in the Press. London : Routledge, 1991.

GENETTE, Gérard. Palimpsestes, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982, rééd. « Points Seuil », 1995.

GEFFROY, Annie. « Les nous indistincts ». In: Mots, Mars 1985, Vol.10, n°10, pp. 5-8.

GUESPIN, Louis. « Nous, la langue et l’interaction ». In: Mots, Mars 1985, Vol.10, n°10, pp. 45-62.

JAKOBSON, Roman. Les fondations du langage. Essais de linguistique générale I ; traduit de l’anglais et préfacé par RUWET, Nicolas. Paris : Editions de Minuit, coll. « Arguments », 1963.

JARRETY, Michel (sous la direction). Lexique des termes littéraires, Espagne : Librairie Générale Française, 2001.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris : Armand Colin, 1980.

KÜHN Peter. Mehrfachadressierung. Untersuchungen zur adressatenspezifischen  Polyvalenz sprachlichen Handelns, Tübingen : Niemeyer, 1995.

LAPAIRE, Jean-Rémy / ROTGE, Wilfrid. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse Le Mirail : Presses Universitaires du Mirail, 2002.

MAGRI-MOURGUES, Valérie. « Jeux d’adresse dans la lettre de voyage », In : Les personnes de la lettre : je, tu, il/elle, Paris VII: France, 1995.

PERENNEC, Marcel. Sur le texte. Enonciation et mots du discours en allemand, Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 2002.

PERRET, Delphine. « Les appellatifs ». In: Langages, 5e année, n°17, 1970, pp. 112-118.

PRAK-DERRINGTON, Emmanuelle. « Vom Schreiben in der Ich-Form, oder über die Kunst, seinen Leser zu duzen. Zur Kommunikationssteuerung durch Pronomina und Tempora. Zur Kommunikationssteuerung durch Pronomina und Tempora »,  Lylia, 2005.

PRICE, Stuart. Communication Studies. New-York : Longman, 1996.

PRICE, Stuart. Discourse Power Address : The Politics of Public Communication. Ashgate, 2007.

SIESS, Jürgen / VALENCY, Gisèle (éd.), La double adresse. Paris : L’Harmattan, 2002.

 

Corpus

  1. Rede der Bundeskanzlerin zum einjährigen Bestehen des Bundesfreiwilligendienstes – 04.09.2012
  2. Ansprache von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich der Preisverleihung des Unternehmenswettbewerbs „Erfolgsfaktor Familie 2012“ – 02.05.2012
  3. Ansprache von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich der Preisverleihung des Bundeswettbewerbs „startsocial“ – 18.04.2012
  4. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des Empfangs für Ehrenamtliche „Gemeinsam geht’s – Menschen helfen Menschen“ – 05.04.2011
  5. Rede der Bundeskanzlerin im Rahmen der Konferenzreihe „Denk ich an Deutschland“ zum Thema „Wie wollen wir leben?“ bei der Alfred-Herrhausen-Gesellschaft – 28.09.2012
  6. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des „Demographiegipfels“ – 04.10.2012
  7. Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel anlässlich des Spitzengesprächs zur Initiative „Familienbewusste Arbeitszeiten“ – 08.02.2011

A. Troubled families speech – 15.12.2011
B. Troubled families reception – 28.03.2012
C. Welfare speech – 25.06.2012
D. Speech on families and relationships – 10.12.2010
E. PM’s statement on violence in England – 10.08.2010
F. PM speech on wellbeing – 25.11.2010
G. PM’s speech at Civil Service Live – 8.07.2010

  1. L’adresse existe également dans la communication différée, mais est réservée à des endroits stratégiques (ouverture, clôture). Elle est donc, d’un point du vue purement quantitatif, moins marquée à l’écrit.  []
  2. A noter toutefois que depuis 2009, le Parti conservateur britannique ne fait plus partie, au Parlement européen, du Parti populaire européen, auquel appartiennent la CDU et la CSU. Les Tories dépendent désormais du groupe des conservateurs et réformistes européens (en anglais European Conservatives and Reformists – ECR)ou groupe conservateur européen. Les droites britannique et allemande sont donc sensiblement différentes, la CDU-CSU œuvrant davantage dans une lignée chrétienne-démocrate, tandis que les conservateurs britanniques se rapprochent davantage des libéraux (notamment depuis les années Thatcher). []
  3. A la dissymétrie locuteur / allocutaire s’ajoute celle entre le sujet parlant et le rédacteur du discours. En effet, à l’absence de correspondance entre instances d’émission et de réception s’ajoute la non-concordance entre le sujet écrivant et le sujet parlant. Pour autant, le rédacteur du discours s’exprimant au nom d’Angela MERKEL ou David CAMERON, on peut postuler une unité factice entre ces deux entités discursives. Derrière le rédacteur du discours se dissimule l’orateur, qui se réapproprie la première personne du singulier (et dans une moindre mesure du pluriel) lors de la prise de parole. []
  4. Notre perspective, qui rejoint amplement celle de PRICE, souhaite toutefois aller plus loin que l’analyse de phénomènes comme le we ou les questions rhétoriques, qui ne représentent qu’une infime partie des marques d’adresse présentes dans le corpus. []
  5. P1 correspond à la première personne singulière et plurielle (ich/I, wir/we), P2 à la deuxième personne (du, ihr, Sie, you), P3 à la troisième (man, groupes nominaux, etc.). La difficulté de cette catégorisation tient au Sie (forme de politesse), qui correspond morphologiquement à une troisième personne mais référentiellement à une deuxième, d’où son classement en P2. []
  6. Nous la percevons comme une gradation dans la mesure où l’engagement, au départ valeur abstraite, se transforme ensuite en collaboration, en « travail aux côtés de », puis en un « faire » tout entier, qui dépasse le simple cadre du travail. []
  7. BROWN/LEVINSON (1987: 198) : « ‘You’ (plural) provides a conventional ‘out’ for the hearer ». []
  8. Dans la classification de BROWN/LEVINSON, H désigne the Hearer, l’Addressee. []
  9. Quand l’article, consultable en ligne, est dépourvu de pagination, aucune page n’est mentionnée. []
  10. La position du you est particulièrement indéfendable dans cet exemple : « So, for instance, when a country is hit by an earthquake, that can increase GDP, because of the extra spending on reconstruction. When a city is torn apart by crime and disorder, that actually increases GDP, because we spend money on locks, and more people get employed in security. When someone falls seriously ill, that can increase GDP, because of the cost of buying the drugs and paying for care – all those things that also count as economic activity. So, destruction, crime, disease – in a very crude way all these things can amount to progress in terms of GDP. » (Texte F, l.46-52).  []
  11. Nous y voyons, selon la classification de LAPAIRE/ROTGE, un « BUT de contrariété factuelle » : « Y contredit X (…) Y [le I, CAMERON dans notre cas] va simultanément à l’encontre de X [le you¸l’allocutaire] et l’emporte sur X » (2002 : 328). []
  12. Ce sont là les fondements mêmes de la démocratie que de déléguer la prise de décision à ses représentants élus au suffrage universel. Le statut de CAMERON en tant que Premier Ministre – tout comme celui de MERKEL – repose sur l’assentiment des citoyens britanniques, y compris de ceux qui n’ont pas voté pour lui : en prenant part aux élections, le citoyen accepte le jeu de la victoire et de la défaite. []
  13. « Lorsqu’un terme du lexique est employé dans le discours pour mentionner une personne, il devient un appellatif » (PERRET, 1970 : 112). Il s’agit ici de « Bundeskanzlerin ». []
  14. Entendu comme « the modelling of public discourse upon the discursive practices of ordinary life, ‘conversational’ practices in a broad sense » (FAIRCLOUGH, 1994 : 253). []
  15. DETRIE parle de L1 s’auto-désignant en P2 comme « le degré zéro » de l’énallage : « tu ne désigne pas l’autre dialogal (…) mais actualise langagièrement un autre à qui je s’adresse, même si ce je et ce tu, dans le monde réel, construisent référentiellement la même personne. Tu est de la sorte l’outil d’un dédoublement imaginaire. » (2008 : 91). []
  16. C’est là l’entreprise de Bürgerdialog, recherche constante du dialogue amorcée par la Chancelière au 1er février 2012 (les discours, presque tous postérieurs à cette date, participent ainsi cette initiative) : « Dialog über Deutschlands Zukunft ». Non sans ironie, le Spiegel ONLINE du 3 juillet 2012 commente : « Und Regierungssprecher Steffen Seibert schwärmte zum Start der Website davon, der Online-Dialog sei ein „Ausweis von Vertrauen in das Wissen, die Intelligenz, die Lebenserfahrung der Bürger“ ». []
  17. Qui n’hésite pas à poursuivre au discours direct en imaginant une autre réaction possible, positive cette fois, une fois le problème réglé : « Ich habe seitdem auch wieder mit den Ministerpräsidenten gesprochen und gesagt: Die Kultusminister müssen ein System schaffen, das den Anforderungen der Mobilität von Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmern heute so gerecht wird, dass die Leute sagen „Jawohl, es ist gut, dass wir Unterschiede im Bildungssystem haben“, aber trotzdem die Maßstäbe dieses Bildungssystem[sic] so gestaltet sind, dass mühelos von einem Bundesland in ein anderes umziehen kann. » (Texte 5, l.71-7).   []
  18. Non évoqué dans cette publication. []
  19. Cf. « Minister David Cameron has delivered a statement following the fourth night of violence and looting in a number of cities across England. » Comme l’analyse The Guardian plusieurs mois après les faits, le 9 décembre 2011, « it took the world by surprise. For five days in August 2011, following the shooting of a young man in London, riots spread from Tottenham, across the capital, as far as the north of England, Manchester and Liverpool ». http://www.guardian.co.uk/news/datablog/2011/dec/09/data-journalism-reading-riots, consulté le 17 janvier 2013. []
  20. Une nécessité oblige je et tu à faire front commun, une suggestion émane du je pour se diriger vers un tu, une possibilité propose, sans contrainte, que je et tu travaillent ensemble, une volonté se rattache tant au je qu’au tu. []
  21. « Le G REL sélectif (« proposition relative déterminative » ou « restrictive ») (…) précise le concept exprimé par la base nominale en en réduisant l’extension » (SCHANEN/CONFAIS, 2012 : 403). []
  22. Bien que les troubled families soient majoritairement issues de milieux défavorisés (cf. FONS, supra), nous nous refusons à employer l’expression de « catégories sociales » qui ne nous paraît pas refléter l’enjeu de la division instaurée par CAMERON : ce ne sont pas tant des catégories socio-professionnelles qui sont confrontées l’une à l’autre que des types de relation à l’Etat. S’il s’avère que ces attitudes vis-à-vis de l’Etat-Providence (welfare state) recoupent parfois des groupes sociaux définis, ce n’est que secondaire dans l’argumentation du Premier Ministre. L’axe ne se dresse pas entre « les pauvres » et « les riches » ou « les ouvriers » et « les classes supérieures aisées » mais entre « les bons citoyens », et « les mauvais citoyens », induisant des références axiologiques complètement différentes, CAMERON se faisant le créateur de la ligne de partage entre le bien et le mal. []
  23. The rest of us demeure toutefois toujours référence par rapport à laquelle « the vast majority of young people in our country » se positionne, ce qui implique que le we, plus englobant, soit hiérarchiquement supérieur à l’allocutaire issu de ce we (rapport de la partie au tout). []
  24. « On regroupe sous cette étiquette toutes les relations qui unissent un texte à d’autres textes, et tout particulièrement les faits de citation et d’allusion » (JARRETY, 2001 : 231). []
  25. Terminologie proposée par LAPAIRE/ROTGE (2002 : 589) plutôt que « proposition concessive ». []
  26. Cf. FONS (2007) : « A ce titre, les Conservateurs opèrent une distinction entre l’État providence (welfare state) – qu’ils accusent tout bonnement de faciliter l’étiolement et la désagrégation de la famille – et la société providence (welfare society) à qui il incombe désormais de protéger les individus « du berceau à la tombe ». Cette « société assurantielle » transcende et supplante l’État protecteur (nanny State) ».   []
  27. Le même procédé est à l’œuvre dans une occurrence liée aux assistés, non plus considérés comme des individus, même rassemblés sous une bannière commune, mais comme de simples cas : « The benefit cap is going to put a stop to the most outrageous cases. » (Texte C, l.321). []
  28. « to arrest the criminals who were not picked up last night but who were picked up on closed-circuit television cameras ». []
  29. http://www.spd.de/aktuelles/95040/20130409_wahlkampf_claim_nahles.html, consulté le 27 avril 2013. []

Se définir par rapport à l’Autre. De la stratégie électoraliste à la confiscation des mandats par quelques familles sous la Troisième République dans la Marne

Date : 23 mars 2013

Lieu :  Berlin

Organisateur :  Agathe Bernier-Monod, Valérie Dubslaff, Annette Lensing

Manifestation : Politique et Altérité. Séminaire doctoral de GIRAF

Auteur : Alexandre NIESS, agrégé, docteur en histoire contemporaine, membre du Comité d’Histoire Parlementaire et Politique (CHPP), chercheur associé au CERHIC (Reims), chercheur associé au POLEN-CEPOC (Orléans)

Résumé

La démocratie représentative soumise au suffrage universel (du moins masculin pour la France de la Troisième République) ouvre de fait la multiplicité des candidatures – et la multitude des possibles en termes de candidats – lors des élections locales ou nationales très nombreuses qui ont lieu au cours de ce long régime politique (70 ans).

Toutefois, il apparaît assez clairement, lors des campagnes électorales et à l’analyse des résultats électoraux que la démocratie représentative a, en effet, bien des difficultés à incarner la nation dans sa pluralité. Les discours développés dans les affiches électorales prouvent assez clairement que lors des élections locales, l’argument de l’altérité (et pas seulement celle de l’étiquette politique) est un levier essentiel d’affirmation de l’identité – de soi (du candidat), du corps électoral et par conséquent du corps politique et social.

Ensuite, ce rapport à l’autre – celui qui est différent par son origine géographique ou sociale plus que par son appartenance politique – conduit à la confiscation des sièges politiques locaux, départementaux et nationaux par quelques familles alliées qui constituent ainsi une élite politique locale très forte qui jouent lors de chaque élection sur les leviers de la culture politique dominante qu’elles incarnent dans le but de se maintenir au pouvoir. Tant et si bien que s’instaure, même en démocratie représentative, une forme d’hérédité en République.

Telles sont les principales pistes de réflexion abordées en s’appuyant sur l’analyse des discours et les méthodes d’analyse des réseaux sociaux.

Introduction

La démocratie représentative soumise au suffrage semi-universel masculin ouvre de fait la multiplicité des candidatures et la multitude des possibles en termes de candidats, lors des élections locales ou nationales très nombreuses qui ont lieu au cours des soixante-dix ans de la Troisième République (1871-1940).

La campagne électorale est un moment paroxystique au cours duquel les différents candidats cherchent explicitement à se présenter et à se définir, pour ne pas écrire s’autodéfinir ; dès lors, les affiches électorales placardées pendant les campagnes des élections locales servent de support à cette définition vis-à-vis de l’autre. L’argument de l’altérité (et pas seulement celle de l’étiquette politique) est un levier essentiel d’affirmation de l’identité – de soi (du candidat), du corps électoral et par conséquent du corps politique et social.

Ce rapport à l’autre – celui qui est différent par son origine géographique ou sociale plus que par son appartenance politique – conduit à la confiscation des sièges politiques locaux, départementaux et nationaux par quelques familles alliées qui constituent ainsi une élite politique locale très forte qui jouent lors de chaque élection sur les leviers de la culture politique dominante qu’elles incarnent dans le but de se maintenir au pouvoir. Tant et si bien que s’instaure, même en démocratie représentative, une forme d’hérédité en République. Campagnes électorales et résultats électoraux prouvent que la démocratie représentative a, en effet, bien des difficultés à incarner la nation dans sa pluralité.

Telles sont les pistes de réflexion que nous aborderons successivement en analysant spécifiquement les élections des 493 conseillers d’arrondissement, conseillers généraux, députés et sénateurs de la Marne sous la Troisième République.

 

 figure_1
 Figure 1. Le découpage administratif du département de la Marne

Pour aborder ces questions, nous nous appuierons en grande partie sur les principaux apports et résultats de recherche de notre thèse, publiée sous le titre L’Hérédité en République((1)).

 

1. L’altérité en campagne électorale : levier essentiel d’affirmation de l’identité du candidat

Lors des campagnes électorales cantonales et départementales de la Troisième République, les candidats cherchent à développer les arguments nécessaires à leur élection. Ceux-ci sont souvent politiques mais ne le sont pas toujours. Assez fréquemment, les affiches électorales mettent en scène d’autres argumentaires qui permettent aux candidats de se définir par rapport aux autres. Le thème de l’altérité se décline alors dans plusieurs registres : l’appartenance géographique à la circonscription d’élection ; la grande proximité sociale entre le candidat et le corps électoral ; l’inscription du candidat dans les rouages administratifs, économiques, associatifs locaux.

a) L’endogénisme,((2)) thème de campagne et argument électoral récurrent

Les élus étudiés sont essentiellement issus du département d’élection, et naissent souvent dans leur circonscription électorale parce que les hommes nés et vivants dans les villes et villages du canton s’intéressent à la bonne gestion de celui-ci. Le candidat souhaite de manière naturelle représenter un canton qu’il connaît et aime. Au-delà de ces considérations sentimentales, le critère de l’appartenance à la circonscription est un atout électoral de poids puisqu’il constitue un thème de campagne récurrent. Quel intérêt auraient les candidats à l’aborder si ce thème n’était pas important aux yeux des électeurs ?

Les candidats aux élections locales ou nationales insistent dans leur programme politique sur leurs origines locales, à l’image d’Étienne Peignot qui fait placarder lors des élections législatives de 1899 : « Originaire de l’arrondissement d’Épernay, j’appartiens à une famille de souche Champenoise très ancienne qui a toujours habité et habite encore pendant toute l’année l’arrondissement. »((3)) Cet extrait signifie en contrepoint que les candidats non originaires de l’arrondissement n’ont aucune légitimité à se présenter et donc à être élus. Lors de cette élection, les deux candidats (Étienne Peignot et Paul Coutant) qualifiés pour le second tour du 5 février sont effectivement originaires de l’arrondissement.

Très généralement, et en dehors du cas particulier de l’élection de Jules Simon en 1871, les candidatures fantaisistes ou les tentatives de parachutage constituent des échecs par manque d’implantation locale. En 1889, la candidature du général Boulanger dans la circonscription rémoise est mal reçue et perçue par le comité de l’Alliance républicaine qui fait placarder une affiche explicite : « À bas Boulanger ! À bas la Candidature étrangère ! Votons pour un candidat rémois ! Votons pour L. Mennesson ! Vive la République. »((4))

C’est pour cette raison que les candidats non natifs du canton estiment cette situation comme un handicap. Ils tentent d’y remédier avant que leur adversaire n’ait le temps de les accuser d’être étranger au canton. L’utilisation de subterfuges linguistiques n’est pas rare. Voici comment Édouard Jacob((5)) se présente aux électeurs du canton de Sézanne : « attaché à votre pays par ma famille et par mon affection personnelle depuis de longues années, je vous demande de me considérer comme un de ses enfants. » ((6))  Cet argument, développé dans une affiche électorale de 1919, n’est pas tout à fait faux. Son père s’est installé à Mondement vraisemblablement dans le dernier tiers du dix-neuvième siècle et a été élu maire dès 1878. Édouard a repris ce fauteuil en 1899. Sa sœur a épousé Hippolyte de Peyronnet descendant d’une grande famille sézannaise, en 1903. Édouard Jacob développe cet argumentaire car les candidats étrangers au canton sont souvent très mal perçus, surtout lorsqu’ils ne sont pas préalablement et durablement installés dans le tissu politique, économique et/ou social du canton. Ainsi, Édouard Jacob est assez révélateur, lui qui hésite encore en 1919 à se qualifier comme un homme du crû alors qu’il dirige une commune, certes modeste, du canton depuis vingt ans. Malgré les années passées en ce lieu, le candidat Jacob n’ose se présenter sans rappeler qu’il est un étranger de souche, mais pas de cœur.

Être étranger au canton est un handicap généralement souligné et parfois, la campagne électorale menée contre l’étranger est véhémente ; comme le prouve celle faite par le baron d’Aubilly à l’encontre d’Auguste Luling, en 1910. Dans cette campagne électorale, le ton utilisé par le baron d’Aubilly est à la fois xénophobe et méprisant. Les arguments de Georges d’Aubilly visent durement son adversaire politique, mais finissent par se retourner contre lui tant les électeurs ont pu à leur tour se sentir méprisés, à défaut de se sentir maîtrisés par le candidat noble qui considère le canton comme son fief politique et les électeurs comme ses créatures politiques. Le candidat d’Aubilly fait ainsi placarder : « n’importe quelle candidature venant rompre dans le canton de Ville-en-Tardenois la vieille union familiale de l’élu et de ses électeurs, eut été une tristesse pour nos populations ; mais celle qu’on voudrait nous imposer blesse vraiment nos sentiments les plus intimes. (…) Nous ne lui contestons nullement le droit de vivre agréablement chez nous, mais qu’il ne prétende pas représenter notre population ! »((7))

Dans cette affiche électorale, d’Aubilly présente le portrait du candidat idéal : un homme implanté dans le canton, natif du canton si possible, ayant une fortune personnelle et une ambition individuelle et politique évidente. Il montre alors aux électeurs pourquoi son adversaire Luling ne correspond pas au profil-type. Le plus choquant à ses yeux est l’outrecuidance du docteur Luling, lui qui est un étranger : « ce n’est pas une question de forme ; nous savons que M. Luling est très régulièrement naturalisé français ; nous savons qu’il est riche et ambitieux, et fait pour le moment de la politique radicale-socialiste. (…) M. Luling a eu depuis sa naissance quatre nationalités, trois depuis sa majorité ; c’est trop pour parler au nom des Champenois, qui sont assez indépendants pour lui préférer l’un d’entre eux. »((8)) L’argumentaire se fait extrêmement virulent voire belliqueux quand Georges Leleu d’Aubilly demande aux électeurs du canton de « [marcher] au scrutin pour défendre l’indépendance de notre Canton en criant : La France aux Français de race ! La Champagne à ses Enfants ! »((9)) Est-ce le ton guerrier, xénophobe et condescendant de cet argumentaire qui conduit en 1910 à la défaite du baron d’Aubilly alors qu’il détient le fauteuil de conseiller général depuis quarante-six ans ? Cette campagne électorale se déroule dans un climat délétère et cette affiche a sans doute fait du tort à un homme de soixante-et-onze ans dans lequel les électeurs ne semblent plus se reconnaître.

Par ailleurs, le qualificatif “étranger” utilisé dans certaines affiches revêt toujours un caractère négatif et souvent calomnieux. Certaines campagnes électorales se construisent presque exclusivement autour du thème de l’implantation locale préalable des candidats. Telle celle menée, en 1898, par Édouard Fleuricourt, maire d’Épernay depuis 1889 et conseiller général depuis 1896. Face à lui, se présente Adhémar Péchadre. Pourtant, non originaire d’Épernay, ni du canton, ni même du département,((10)) Édouard Fleuricourt fait glisser la bataille politique sur ce terrain de l’implantation puisque son adversaire corrézien((11)) vient tenter sa chance politique dans le canton. Pour Fleuricourt, la campagne commence ainsi : « Électeurs, en présence de l’envahissement, dans notre Ville, par d’audacieux étrangers, sans scrupules, chassés d’ailleurs, qui viennent semer la haine, ayant recours à d’infâmes grossièretés et d’impudents mensonges avec l’espoir de bouleverser la société, le devoir de tous les honnêtes gens de tous les partis, quelle qu’en soit la nuance, est de repousser ce terrible et dangereux état de choses, en votant pour le candidat de l’Union et de l’Ordre. »((12)) Le décor est planté. Édouard Fleuricourt et ses partisans décident de mener le combat sur le thème de l’appartenance véritable au canton et ne reculeront devant aucun argument, aucune image pour parvenir à leurs fins. De son côté, le docteur Péchadre insiste dans ses affiches sur la lutte menée contre la réaction, représentée par l’avocat Fleuricourt, chef d’une majorité municipale qu’il combat avec le soutien des ouvriers, des républicains et des anticléricaux, mais vient rarement sur le terrain espéré par ses adversaires. Dans une seule affiche, les partisans de Péchadre répondent en disant que « ses ennemis politiques lui reprochent son éloignement. C’est là une piètre manœuvre, car ils savent bien que beaucoup de Conseillers Généraux n’habitent pas leur canton. Le Docteur Péchadre, du reste, est conseiller municipal d’Épernay ; il y paie des impôts et il y a sa famille ; c’est vous dire que ce n’est pas un étranger. Il vient à Épernay souvent plusieurs fois par semaine et se trouve bien placé pour remplir facilement et avec une entière indépendance le mandat que vous lui confierez. »((13)) Édouard Fleuricourt et ses soutiens politiques enfoncent le clou et estiment que « le vaniteux Péchadre, étranger à notre canton, et à notre département, essaye par tous les mensonges indignes d’un représentant d’obtenir vos voix pour se faire nommer Conseiller Général. »((14)) Et alors, qu’ils font les comparatifs des deux candidats en présence, les soutiens d’Édouard Fleuricourt n’y vont pas par quatre chemins, estimant que « l’un, ancien docteur sans clientèle, M. Péchadre, sans expérience, étranger à notre Canton, cherchant un titre pour vivre plus facilement à ne rien faire, nous fait les plus irréalisables promesses, et ne recule devant aucun mensonge pour nous duper – c’est facile à voir. L’autre, M. Fleuricourt, habitant Épernay depuis très longtemps, connu de tous, ayant une grande influence et de l’expérience en toutes choses par ses longs rapports dans le canton et dans les administrations, excellent et honnête homme, très obligeant ne demandant qu’à rendre service à tous dans la mesure du possible, incapable de mauvais moyens, de basse réclame et de mensonge, nous offre le plus de garanties. »((15)) Styles hagiographique pour l’un et véritablement calomnieux pour l’autre sont au cœur de la campagne électorale. Si l’adversaire n’est effectivement pas originaire du canton, Fleuricourt montre qu’il mérite d’être considéré comme un enfant du pays puisque ses qualités morales individuelles sont bien supérieures à celles de son adversaire, prêt à toutes les bassesses. Celles-ci sont explicitées dans une autre affiche qui, bien qu’elle contredise en partie l’affiche précédente,((16)) insiste sur l’image du canton qui viendrait à élire un étranger, incapable et assoiffé de pouvoir. Les électeurs doivent absolument percevoir le candidat de cette façon pour voter en faveur d’Édouard Fleuricourt. « Électeurs, vous répondrez, nous en sommes convaincus, en donnant un congé en règle à ces insolents, à ces menteurs, à ces étrangers qui courent Ville et Campagnes, pour obtenir des mandats et s’en servir de moyens d’existence. Vous ne laisserez pas infliger cette honte à Épernay, celle de croire qu’il faudrait confier la représentation du Canton à des agitateurs, à des incapables, à des étrangers du Canton n’y ayant aucun intérêt, capables des pires aventures. »((17)) En dehors de ces affiches virulentes, le candidat Fleuricourt essaie de montrer le bien-fondé de sa démarche qui consiste à dénigrer son adversaire parce qu’il n’est pas implanté dans le canton. « Vous avez à élire un Conseiller général. Deux Candidats sollicitent vos suffrages : M. Péchadre, autrefois Docteur à Épernay, et M. Fleuricourt, Maire d’Épernay. En examinant sagement et sans passion le mérite des deux Candidats, il est facile de savoir auquel doivent aller les suffrages de tous les électeurs, vrais républicains désirant l’ordre, le travail, le calme et les affaires. M. Péchadre n’a été que de passage à Épernay. Il n’y possède rien, ni dans le canton ni dans le département, c’est un étranger. Il paraît qu’il habite Paris, qu’il voyage, bientôt il sera à Toulouse, qui sait où on le trouvera ? On peut dire, sans être injuste, que c’est un voyageur. »((18)) Moteur de la campagne de l’un des candidats, le second refuse en grande partie ce jeu du thème de l’implantation locale. Malgré la violence des propos tenus dans les réunions publiques et dans les affiches, la grande « veste »((19)) promise au docteur Péchadre n’est pas puisqu’il sort vainqueur de cette lutte électorale. Il est probable que Fleuricourt ait perdu cette élection en focalisant son attention sur ce seul argument de la non-appartenance au canton et en dénigrant systématiquement son adversaire. Peut-être a-t-il accepté de mener la campagne électorale sur ce ton et ce terrain parce qu’il se savait en difficulté face à cet adversaire.

De manière générale, le thème est important aux yeux des électeurs, mais n’est pas le seul critère pour l’élection d’un conseiller général comme le prouve le dernier exemple. L’endogamie locale est forte et peu d’individus n’ont véritablement aucun lien avec le département, si ce n’est la circonscription ou le canton, avant leur élection. L’assise locale est un critère explicatif important du choix des électeurs dans le cadre des élections cantonales, législatives et sénatoriales comme le prouvent les très nombreuses occurrences de ce thème dans les campagnes électorales. Néanmoins, l’implantation géographique, personnelle et/ou familiale, ne peut expliquer à elle seule l’élection ; elle n’est pas non plus le seul thème à faire appel à la notion d’altérité qui permet au candidat de se construire une identité politique ou non à présenter aux électeurs.

b) Correspondre au socio-type de l’électeur

Pour être élu, les candidats doivent être facilement assimilés à leurs électeurs ; ou tout au moins, les électeurs doivent pouvoir facilement s’identifier à leurs candidats ; aussi ceux-ci lors des campagnes électorales insistent sur leurs origines locales et sociales, à l’image d’Émile Bouilly qui fait placarder : « mes chers concitoyens, (…) notre canton est essentiellement agricole. Il semble donc naturel que vous choisissiez, parmi les agriculteurs de notre région, celui qui doit vous représenter à l’assemblée départementale. Si j’ai quelque titre à solliciter vos suffrages, c’est parce que je suis un des vôtres, né dans le canton, vivant au milieu de vous, partageant vos travaux, connaissant vos besoins et vos intérêts, dont vous cherchez un défenseur autorisé. Je ne crois pas utile de vous faire des promesses. »((20)) Selon cet extrait d’affiche électorale datant de 1922, cette correspondance entre l’activité et la position sociale du candidat prime même sur tout autre critère – même politique – puisque le candidat ne prend pas la peine de développer un véritable programme politique.

Cette correspondance sociale entre l’électorat et le candidat se retrouve dans de nombreuses campagnes électorales, comme celle effectuée par Paul Perroche lors des élections législatives de 1902, au cours de laquelle il fait placarder une affiche explicite : « Je ne suis pas un nouveau venu parmi vous. Depuis plus de vingt ans, j’appartiens à votre arrondissement ; depuis douze ans je suis Maire de la commune d’Outines ; et, depuis dix ans, je fais partie du Conseil général comme représentant du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Mon séjour prolongé à la campagne, mes relations permanentes avec les cultivateurs m’ont initié depuis longtemps à leurs besoins. La surveillance de mon exploitation m’a permis d’acquérir l’expérience des choses agricoles. (…) Paul Perroche, Docteur en Droit, Maire d’Outines, Conseiller général de la Marne ». ((21))

Fort de son ancrage dans la vie politique cantonale, de sa formation lui permettant d’intervenir efficacement dans les débats d’une assemblée parfois technocratique où s’utilise abondamment le vocabulaire spécifique du droit, de sa fine connaissance de la vie de ses concitoyens de l’arrondissement de Vitry-le-François dans lequel le vote rural des propriétaires, cultivateurs, éleveurs et vignerons pèse lourd dans la balance électorale, Paul Perroche présente une candidature, qu’il juge légitime, pour accéder au palais Bourbon. Dans cet extrait d’affiche électorale, les thèmes abordés sont loin d’être anodins ; l’attachement réel à la circonscription d’élection est un sujet majeur mais aussi et surtout la connaissance et les compétences à traiter les thèmes primordiaux qui peuvent intéresser au premier chef les électeurs de la circonscription.

Parfois, cette course à l’identification du candidat avec son électorat au point de vue du critère social finit par friser le ridicule, tant les arguments apparaissent pour le moins fallacieux. Il en est ainsi dans le cadre de la campagne électorale entre Louis Joppé et Julien Barbier Lalobe de Felcourt.  Lors de celle-ci, nul besoin pour Julien de Felcourt((22)) de rappeler son ascendance illustre, les électeurs du canton la connaissent largement et ses adversaires politiques se chargent à toute occasion de la lui rappeler. Ainsi, nul mot sur son origine dans ses affiches électorales dans lesquelles il se déclare comme « enfant du pays, qu’ [il n’a] jamais quitté »((23)), comme un « candidat agricole »((24)) lui qui est « maire de Maisons, Président du comice agricole de Vitry-le-François, et de la Société Hippique de la Marne, etc. »((25)) et c’est sur son programme qu’il s’étend tandis que son adversaire pour le scrutin de ballottage, Louis Joppé, fait placarder une affiche entre les deux tours de scrutin dans laquelle il fait écrire :

« Électeurs ! Nous venons de faire un choix excellent pour le Conseil d’Arrondissement en y envoyant M. Prévost, un des nôtres, un travailleur.((26)) Il nous reste à nommer notre conseiller général. Deux candidats sont en présence, M. de Felcourt et M. Joppé. Le premier n’a eu que la peine de naître et a trouvé la fortune dans son berceau ; il n’a jamais été soldat et s’il est décoré c’est qu’il a plu au Saint-Père de lui envoyer une croix ; Jamais il n’a rien fait et il cache soigneusement son drapeau. M. Joppé est le fils de ses œuvres ; depuis de longues années il habite notre canton où chacun le connaît et l’apprécie ; on ne pouvait nous représenter plus dignement au Conseil d’arrondissement où il a bien défendu nos intérêts. Électeurs ! Notre choix ne saurait être douteux. Laissons à M. de Felcourt tout son temps pour aller déposer ses adulations aux pieds de Marie-Thérèse. Et votons tous pour notre ancien conseiller d’arrondissement, un travailleur,((27)) l’honorable M. Joppé.Un groupe d’électeurs. »((28))

Louis Joppé, ancien conseiller d’arrondissement du canton de Sompuis, ne s’est pas présenté à sa propre succession et cherche à devenir conseiller général. Les détracteurs de Julien Barbier Lalobe de Felcourt développent trois niveaux de reproches : l’appartenance familiale et les possessions de celle-ci dans l’arrondissement de Vitry-le-François,((29)) les convictions religieuses((30)) et les opinions politiques du candidat. Pour Louis Joppé, les soutiens insistent sur des aspects subjectifs ; lui qui est très apprécié depuis son installation dans le canton.((31)) À des arguments politiques s’opposent donc, en premier lieu, ceux liés à l’affect. Ensuite, les soutiens de Louis Joppé développent un argumentaire autour du terme « travailleur », employé pour qualifier Léandre Prévost et Louis Joppé ; la première fois en l’imprimant en gras, la seconde fois en lettres capitales. Certes, Julien Barbier de Felcourt jouit de ses rentes et est un très grand propriétaire terrien ; néanmoins, Louis Joppé est un ancien notaire,((32)) également propriétaire terrien et il ne cultive pas lui-même, faisant appel à des fermiers, des journaliers et des manouvriers. Il mène grand train et a à son service de la domesticité qu’il loge et entretient.((33)) Il est évident que l’acception même du mot travailleur peut poser question. Les auteurs de l’affiche considèrent-ils que le travailleur est l’« homme adonné au travail »((34)), ou la « personne qui exerce une activité manuelle ou intellectuelle utile, qu’elle soit ou non rétribuée »((35)), ou la « personne qui exerce un métier, une profession »((36)) ou enfin « un ouvrier, un homme de travail, par opposition au capitaliste. »((37)) Si l’acception considérée est la première ou la seconde, il est difficile d’opposer véritablement Louis Joppé et Julien Barbier Lalobe de Felcourt qui exercent dans leur vie quotidienne peu ou prou les mêmes activités, ces dernières ne relevant pas seulement de l’activité professionnelle. Ils ont reçu la même formation de juriste((38)) et ne pratiquent pas au moment de l’élection une activité professionnelle en relation avec cette dernière. Au registre des activités utiles, peuvent être évoquées les nombreuses présidences et vice-présidences dont Julien de Felcourt a la charge. Si les électeurs de Louis Joppé estiment que le mot travailleur revêt le sens décliné dans la troisième définition, alors quelle différence faire entre un grand propriétaire terrien et un autre grand propriétaire terrien, sachant pertinemment qu’aucun des deux ne se salit véritablement les mains ? Reste la dernière définition, avec laquelle la figure de Louis Joppé n’apparaît pas non plus en conformité. En effet, il est peu probable que ses soutiens considèrent cette définition comme celle étant la plus proche de la réalité politique représentée par Louis Joppé, candidat soutenu par les six députés de la Marne((39)) : Eugène Blandin,((40)) Hippolyte Faure,((41)) Paul Guyot,((42)) Camille Margaine,((43)) Félix Mennesson-Champagne,((44)) Félix Thomas-Derevoge.((45)) Ils siègent sur les bancs de la gauche républicaine et ne pourraient cautionner un discours aussi clairement anticapitaliste, à connotation communiste, marxiste voire blanquiste. Par ailleurs, en faisant imprimer qu’il « est le fils de ses œuvres »,((46)) Louis Joppé aurait-il oublié de préciser aux électeurs qu’il s’inscrivait lui aussi dans une notabilité politique locale de longue date, visible dans son canton d’origine ?((47)) En tout état de cause, les soutiens de Louis Joppé tentent de tromper et de duper les électeurs du canton de Sompuis, en leur faisant croire que leur candidat correspond davantage – et plus que l’autre candidat – à leur socio-type. Cette tentative de duperie ne semble pas avoir eu d’effets sur les électeurs puisque  malgré les attaques, l’implantation de son concurrent direct et les idées défendues par celui-ci, Julien de Felcourt est élu ; peut-être grâce à l’aura familiale qui l’entoure et probablement grâce au poids de son nom dans l’univers mental et politique des électeurs de ce canton.

Malgré tous les artifices utilisés par les candidats lors des campagnes électorales, il s’avère qu’ils appartiennent en fait aux élites, à la bourgeoisie – que ce soit par le fait de leur profession, de leur fortune personnelle, de la domesticité, de leur sociabilité, etc. En ce sens, Julien de Felcourt constitue le candidat type par excellence : il a une vraie assise locale, il possède des ascendants directs en politique depuis plusieurs décennies, il porte un titre de noblesse, il est un grand propriétaire terrien, il participe à ce « mode de vie bourgeois (…) [identique à celui] des décennies précédentes »((48)) caractérisé par cet « usage du temps libre [qui] établit des hiérarchies (…) entre ceux qui prétendront aimer la marche à pied parce qu’ils n’ont pas les moyens d’élever des chevaux et ceux qui vont courir à cheval parce que les autres, trop nombreux, marchent à pied, avec philosophie, ou montent à bicyclette… »((49)) ; tant et si bien qu’il est très bien intégré aux rouages économiques, associatifs locaux, comme le souligne l’extrait de l’affiche utilisé précédemment, quand il la soussigne : « Président du comice agricole de Vitry-le-François, et de la Société Hippique de la Marne, etc. »((50))

c) Plus que l’autre, intégré aux rouages économiques, associatifs, administratifs et politiques locaux

Au cours de la campagne électorale, les candidats cherchent à montrer qu’ils sont mieux et plus intégrés que leurs adversaires dans le tissu économique local, dans les rouages administratifs et associatifs locaux, mais également qu’ils possèdent de solides amitiés dans la circonscription – surtout avant la mise en place d’un système partidaire qui vient changer la donne électorale à compter de la première décennie du vingtième siècle.

Entre 1871 et 1905, les réseaux de soutien mis en œuvre lors des campagnes électorales sont clairement assimilés à des réseaux d’amitié. Cette dernière est-elle réelle ou feinte, de façade et finalement construite pour les seules contingences électorales ? Est sûre l’importance revêtue par le réseau, qu’il soit qualifié de soutien ou d’amitié. Quand le soutien est considéré comme amical par l’un des deux membres de la relation, en changer correspond clairement à une trahison. C’est en tout cas ainsi, qu’Alfred Autier juge, lors des élections cantonales du 31 juillet 1904, l’attitude de Nicolas Lavison lors de celles de 1898 :

 « Électeurs,

Jugez si vous devez croire des hommes dont les convictions sont si légères, les amitiés si inconstantes et qui ont pour guide, non pas les intérêts de la ville de Sainte-Menehould et du canton, mais leur intérêt personnel et une ambition exagérée. »((51))

Selon la symbolique traditionnelle du monde politique, Nicolas Lavison a retourné sa veste. Les reproches formulés à l’égard du candidat Lavison-Gouilly reviennent fréquemment dans les affiches électorales.

Parfois l’affichage de ces réseaux d’amitié constitue de véritables litanies qui viennent ponctuer la profession de foi placardée, visant ainsi à montrer aux électeurs que le candidat proposé par ce réseau d’amitié est mieux inscrit dans la circonscription que ses adversaires. Ainsi, en juin 1891, Henri Henrot, maire de Reims et candidat aux élections cantonales, fait afficher la liste impressionnante de ses soutiens((52)). Ces derniers sont au nombre de cent-vingt-neuf ! Certes au regard de la population du troisième canton de Reims,((53)) ce nombre n’est pas si important (à peine plus de 0,6 % de la population cantonale), mais un tiers de l’espace disponible sur l’affiche sert à indiquer les soutiens du candidat. Cependant, autant que le nombre des soutiens, la qualité de ceux-ci s’avère primordiale. Ainsi, le bureau du comité de soutien d’Henri Henrot compte trois conseillers municipaux de Reims, un professeur, un représentant de commerce, un teinturier, un journaliste, un propriétaire et un photographe, tandis que la composition socioprofessionnelle du comité complet laisse une place importante aux artisans et commerçants de proximité, tels les boulangers ou les épiciers. Ces catégories socioprofessionnelles correspondent à 40,74 % des membres. Les employés constituent 34,57 % des signataires. En dehors du maire-candidat, un seul individu exerce une profession libérale : le pharmacien Lartilleux. Dans une autre affiche, le docteur Henrot adopte la même stratégie, en affichant la liste des vingt-huit conseillers municipaux qui soutiennent sa candidature.((54)) Malgré tout, la stratégie d’Henri Henrot ne s’avère pas payante puisque son adversaire, le docteur Edmond Wiet, fils de l’ancien conseiller général remporte ces élections.

Le recours à ces groupes de soutien est très fréquent avant la création et le développement des structures partidaires. Celles-ci remplacent des affinités individuelles et personnelles par des affinités codifiées et institutionnalisées par le biais du parti politique, surtout entre 1910 et 1940. En période préélectorale, ce temps des partis est marqué par la disparition progressive des campagnes traditionnelles, faites d’homme à homme par le biais d’affiches électorales contextualisées, au profit de slogans généraux et de thèmes nationaux, où les oppositions se font de groupe à groupe. Il en est ainsi lors des élections législatives de 1932, au cours de laquelle plusieurs affiches nationales viennent fleurir les murs et panneaux électoraux. Ce changement d’échelle, où les questions locales sont progressivement supplantées par les thèmes nationaux, est surtout le reflet des tactiques socialistes et communistes.

Au-delà de cette inscription dans des réseaux d’amitiés et politiques, les candidats aux élections locales insistent fréquemment dans leurs affiches électorales sur leurs implications dans le tissu économique local. Cela passe par la mention des professions mais surtout par l’affichage de l’appartenance à des structures importantes dans la circonscription comme les comices et les associations agricoles (dans les circonscriptions rurales) et/ou les chambres et tribunaux de commerce (dans les circonscriptions urbaines). Ces aspects sont renforcés si la participation à ces rouages institutionnels est récompensée par les autorités par l’intermédiaire de décorations officielles. Dans le canton de Vitry-le-François, en 1892, Louis-Gustave Maurice, candidat élu au conseil général insiste sur le fait qu’il est « Chevalier du Mérite agricole » et « Président de la Ligue agricole de la Marne. »((55)) Dans la même affiche, Gabriel Magloire Arbeaumont, candidat malheureux au conseil d’arrondissement, signale lui aussi qu’il est « Chevalier du Mérite agricole. »((56))  Il faut reconnaître que les trois candidats exercent effectivement des professions en rapport avec le monde agricole. Louis-Gustave Maurice est propriétaire terrien, Adolphe Poulet également, tandis que Gabriel Arbeaumont est horticulteur-pépiniériste à Vitry-le-François.

Ensuite, et de manière naturelle, ces affiches électorales montrent que l’élu est au service de ses concitoyens. Il inscrit donc noir sur blanc sa participation à la justice de paix, à la délégation cantonale, aux caisses d’épargne et de prévoyance, aux caisses du crédit agricole, à la société de secours mutuels, etc. Ainsi en 1892, Jules Bourgeois, conseiller général sortant, signe son affiche électorale de cette manière : « Jules Bourgeois, Conseiller général sortant, Avocat, Docteur en droit, Président de la Société de Secours Mutuels de Suippes. »((57)) La même année, Ernest Auguste Contant, quincaillier et épicier à Sermaize-les-Bains, époux de Louise Joséphine Wibert, candidat aux élections cantonales dans le canton de Thiéblemont fait placarder avec son colistier Léon Leroy une affiche électorale dans laquelle il se présente comme : « E. Contant-Wibert, Conseiller Municipal de Sermaize, Délégué cantonal. »((58)) Dans une autre affiche, le même candidat rajoute : « Président de la Société de Secours Mutuels de Sermaize. »((59))

Enfin, il existe des lieux de sociabilité importants qui ne sont pas forcément mentionnés dans les affiches électorales mais qui permettent aux candidats de se construire de véritable réseaux et parfois même une véritable visibilité dans la circonscription. Ces lieux sont divers et variés, mais les plus importants sont la loge maçonnique, les sociétés savantes locales, les sociétés de loisirs (patriotiques, gymnastiques et de tir, société hippique, société de chasse, etc.) et la participation des élus et de leurs épouses aux œuvres de charité et de bienfaisance. Les annuaires départementaux permettent de regarder de près les conseils d’administration des sociétés maternelles et protectrices de l’enfance qui  constituent un lieu de sociabilité des familles bourgeoises. Ces sociétés sont dirigées par un bureau du conseil d’administration (généralement masculin), des dames administrantes (membres du conseil d’administration) et des dames agrégées (membres de la société). La participation des femmes dans ces sociétés est cependant souvent ou pratiquement considérée comme indirecte. Leur nom de jeune fille est rarement mentionné, quant à leur prénom il n’apparaît jamais. Zoé Legrand est dame agrégée de la Société de charité maternelle de Reims (dès 1860) et dame administrante (de 1871 à 1912) ; pourtant, dans les annuaires départementaux nulle trace de Zoé Legrand. Par contre, nous trouvons mention de madame S. Dauphinot. Ainsi, avec la publication des annuaires départementaux, l’activité charitable et de bienfaisance des femmes est immédiatement créditée en faveur de l’époux. À l’heure des choix électoraux, la présence dans l’annuaire départemental influence-t-il l’électeur ? Celle-ci serait-elle moindre pour le candidat si la mention était madame Zoé Legrand, épouse Dauphinot, plutôt que madame S. Dauphinot ? Autant de question auxquelles nous ne pouvons apporter de réponses définitives, par manque de sources sur l’opinion des électeurs ; mais il semble évident que la bienfaisance féminine participe de la construction de l’aura personnelle de l’époux et peut ainsi être considérée comme un facteur de l’élection ou de la réélection. Tout au moins, cette sociabilité de la bienfaisance confirme la place des membres du corpus et de leurs épouses au sein de la bourgeoisie de la cité. Ce crédit accordé au mari au détriment de son épouse pourrait amener à des confusions. Ainsi, pour la Société protectrice de l’enfance, où madame Bienfait est conseillère. Or entre 1882 et 1901, madame Bienfait n’est plus la même. Aimée Tassin, première épouse du docteur Bienfait, est décédée le 13 mars 1883. En 1901, la conseillère de la Société protectrice de l’enfance est la seconde épouse et veuve de Jules Bienfait : Cécile Ragot. Cet exemple montre bien que bienfaisance et charité sont, dans de nombreux cas, affaires de couple. La participation à telle ou telle structure de bienfaisance est un choix, une stratégie familiale afin d’intégrer des réseaux de sociabilité bourgeois et urbains, ou de confirmer son intégration. En 1901, Fanny Valser, sœur du pharmacien et professeur à l’École de médecine de Reims, est également une des dames patronnesses de la Société protectrice de l’enfance. Elle permet à son époux, Augustin Maillet, imprimeur à Reims originaire de Sommesous, de confirmer son intégration aux réseaux de sociabilité bourgeois de la cité des sacres.

d) Question d’identité face à l’altérité : sabot de bois, cuiller en argent et ors de la République

Au cours de ces soixante-dix ans de République, les élus revêtent finalement des caractéristiques communes qui favorisent leur accès aux sièges électifs. Dans la plupart des cas, l’électeur doit pouvoir se reconnaître dans son élu ; c’est pourquoi, celui-ci doit se constituer un costume à la taille de la circonscription et à l’image de ses électeurs. Dans ce costume qui doit être parfaitement ajusté, le candidat doit justifier d’une implantation locale préalable et bien venue ; elle passe tout particulièrement par la naissance dans la circonscription. Être ancré dans la terre d’élection est un argument de campagne primordial. Celui-ci est d’autant plus important et mis en avant quand le candidat peut justifier d’une attache locale ancienne. Le recours aux parents et aux aïeux n’est pas rare dans les campagnes électorales pour justifier la candidature et ainsi la légitimer. Dans les circonscriptions rurales, les candidats doivent démontrer leur attachement et leur appartenance à la terre ; même si ces racines paysannes et/ou cette dilection de la ruralité sont feintes ou surjouées. Que connaît véritablement Paul Perroche du travail de la terre quand il se présente aux électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont ? Si « [s]on  séjour prolongé à la campagne, [s]es relations permanentes avec les cultivateurs [l]’ont initié depuis longtemps à leurs besoins. [Si] la surveillance de [s]on exploitation [lui] a permis d’acquérir l’expérience des choses agricoles. »((60)) Est-ce vraiment suffisant pour faire de cet avocat un élu dans lequel se reconnaissent les électeurs du canton ? Peu importe puisque ces quelques phrases soulignent l’importance que revêt ce thème aux yeux des candidats – et donc des électeurs. Dans ces espaces ruraux, le candidat doit alléguer de son appartenance au monde rural. Le temps d’une campagne électorale, le candidat doit donc symboliquement chausser les sabots de bois qui lui permettent de le rapprocher de ses électeurs ; quitte à reprendre à son compte ceux portés par ses aïeux, et tout particulièrement ceux de ses parents. Les parents permettent, en effet, de renforcer cet enracinement local quand ils sont eux-mêmes originaires de la circonscription.

Pourtant, si le candidat s’efforce de ressembler à ses électeurs, même ruraux, il n’en demeure pas moins vrai qu’il appartient bien souvent à une véritable bourgeoisie – même locale ou rurale. L’assise sociale établie par l’élu ou ses ascendants directs permet au candidat de se sentir à l’aise une fois qu’il prend place dans l’assemblée de notables dans laquelle il vient d’être envoyé par ses électeurs. Les candidats élus s’intègrent dans des familles bourgeoises anciennes ou des familles pleinement inscrites dans un processus d’embourgeoisement au cours du XIXe siècle. Plus que la profession, les indices de cet embourgeoisement ou de cette appartenance à la bourgeoisie sont les fortunes laissées au décès et la présence de domesticité au service de ces hommes. Les fortunes moyennes des élus et des membres de leur famille sont, dans la Marne, nettement supérieure à la moyenne départementale ; celle-ci étant supérieure à la moyenne nationale. Selon les divers critères de définition de la bourgeoisie définis par Adeline Daumard, Maurice Agulhon ou Christophe Charle, les élus de la Marne sous la Troisième République font, dans leur grande majorité, partie pleinement intégrante de ce groupe social. Faisant partie intégrante de la bourgeoisie, ces hommes développent des pratiques conformes à cette appartenance sociale. Les élus de la Troisième République affichent des sociabilités mondaines évidentes, reprenant à leur compte des pratiques bourgeoises anciennes ou participant à l’émergence de sociabilités bourgeoises nouvelles qui permettent de définir ce groupe social et qui favorisent la reconnaissance sociale de ces participants. Ainsi, pour maintenir leur prééminence sur le corps social local, ces hommes participent aux rouages économiques locaux par le biais des comices agricoles, des chambres et des tribunaux de commerce, développent des pratiques bourgeoises du loisir ; intègrent les sociétés savantes, les loges maçonniques, les sociétés patriotiques… ; siègent dans les justices de paix, dans la délégation cantonale, dans les caisses d’épargne et de prévoyance, dans les sociétés de secours mutuels ou font œuvre de charité et de bienfaisance. Il est donc possible d’affirmer, selon l’expression populaire consacrée, que ces hommes naissent généralement avec une cuiller en argent dans la bouche.

Ces deux éléments – les sabots de bois et la cuiller en argent – permettent aux candidats d’intégrer les ors de la République ; par le biais des chambres représentatives, qu’elles soient locales ou nationales, parfois même en prenant en charge des fonctions importantes au sein des ministères. Le “capital confiance” acquis auprès des électeurs est d’autant plus grand que cette implantation locale, que cette assise sociale et que le mode de vie associé à ce rang social sont en grande partie hérités ; il ne faut, en effet, pas oublier que l’élu est finalement le fruit de l’union de trois familles : celle de son père, celle de sa mère et celle de son épouse. La mise en réseau de ces familles peut conduire à la confiscation de la démocratie représentative locale et départementale sur l’ensemble de la période.

2. Vers une confiscation de la démocratie représentative

L’altérité est un thème de campagne électoral relativement fondamental ; dès lors les candidats soutiennent consciemment – par leur rapport à l’autre (celui qui est différent par son origine géographique ou sociale plus que par son appartenance politique) et par le biais des influences exercées par quelques familles alliées qui constituent ainsi une élite politique locale très forte – et s’inscrivent volontairement dans les leviers de la culture politique dominante. Celle-ci est construite de manière à écarter du pouvoir politique, même local, tous les candidats qui n’appartiendraient pas au microcosme politico-social dominant. Ainsi, ces familles alliées incarnent véritablement cette culture politique dominante et la perpétuent dans le but de se maintenir au pouvoir. Tant et si bien que s’instaure, même en démocratie représentative, une forme d’hérédité en République. L’altérité rencontre donc bien des difficultés à s’imposer et à être représentée ; dès lors, les résultats électoraux prouvent que la démocratie représentative a finalement bien des difficultés à incarner la nation dans sa pluralité

Pour évoquer cette confiscation de la démocratie représentative et donc une certaine négation de l’altérité en politique par quelques familles alliées, nous procéderons par exemplification. Cet exemple a pour vocation de montrer comment à partir d’une relation de parenté mise en lumière assez facilement et assez rapidement grâce à la généalogie, deux hommes politiques entrent finalement en réseau de parenté avec plusieurs centaines d’autres constituant ainsi un groupe de parenté doublé d’un réseau politique et formant ainsi ce que nous pouvons dénommé sous le vocable de Sippe.

a) la famille proche contrôle la politique locale

Partons du couple formé de Nicolas Charles Amédée Arnould, né en 1827, et époux de Marie Eugénie Adeline Noël, née en 1839. En 1856, ils ont une fille prénommée Marie Louise Cécile. En 1857, naît Marie Eugénie. Adeline Noël décède le 26 mars 1860 à Sainte-Menehould alors que son mari meurt le 10 juillet 1869, à Jubécourt dans la Meuse. Les deux fillettes de 12 et 13 ans sont alors confiées à leur oncle maternel Jean Alfred Noël, propriétaire à Remicourt qui occupera les fonctions de maire de cette commune de 1871 à 1896. En 1876, à Sainte-Menehould et à l’âge de vingt ans, Cécile épouse l’avoué Paul Charles Alfred Bertrand, de neuf ans son aîné – membre du corpus. En 1879, la cadette épouse le notaire Adrien Charles Moulin, de trois ans son cadet – également membre du corpus.

 figure_2
 Figure 2. Relation de parenté entre Paul Bertrand et Adrien Moulin.

À ce moment-là, le réseau d’alliance est extrêmement simpliste mais marque de son empreinte la politique locale puisque Paul Bertrand est maire de Sainte-Menehould de 1888 à 1892 et député de la Marne de 1889 à 1910 tandis qu’Adrien Moulin est maire de Sainte-Menehould de 1903 à 1912 puis de 1914 à 1915, il est aussi conseiller général du canton de Sainte-Menehould de 1904 à 1910. Hasard du calendrier électoral, les mandats importants des deux beaux-frères s’achèvent en 1910. Ils exercent tous deux leurs fonctions politiques dans le cadre de l’arrondissement de Sainte-Menehould, situé au nord-est du département de la Marne.

 figure_3
 Figure 3. Implantation des mandats d’Adrien Moulin et de Paul Bertrand.

b) de la famille proche au cousinage simple

En 1879, Paul Bertrand est témoin de l’épouse au cours du mariage avec Adrien Moulin. En 1876, le général Félix Appert est témoin de l’épouse en qualité d’ami. En réalité, s’il est ami de l’épouse ou de sa famille, il est aussi un cousin au cinquième degré de l’époux puisque Paul Bertrand est le fils du médecin Louis Christophe Bertrand (1815-1870), issu de Marie Louise Thérèse Grelet, originaire de Saint-Rémy-sur-Bussy tout comme sa mère Nicole Perchenet et sa grand-mère Marguerite Appert, elle-même fille de Jacques Appert (1681-1744), propriétaire à Courtisols. Marguerite Appert (1713-1791) est l’aînée d’une fratrie de quatre enfants et son cadet le plus immédiat est Jacques Appert (1714-1790), père de Nicolas Appert (le septième enfant sur onze, 1750-1804), grand-père du cultivateur Augustin Appert (1790-1861) et arrière grand-père du général de brigade Félix Antoine Appert (1817-1891).

 figure_4
 Figure 4. Relations de parenté entre Félix Appert et les deux maires de Sainte-Menehould.

Ce dernier est général après avoir participé à la conquête et au maintien de l’ordre en Algérie dans les années 1830-1840 puis à la guerre de Crimée (1853-1856) et avoir soutenu le siège de Paris dans le fort de Champigny en 1870 ; mais il a aussi été ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg de 1882 à 1886. Durant ce laps de temps, il est également conseiller général du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1871 à 1891, date de son décès à Passy, faubourg occidental de Paris. Le réseau familial se densifie donc légèrement et renforce son emprise politique sur l’est du département de la Marne.

 figure_5
 Figure 5. Les cantons concernés par le réseau de cousinage simple.

c) du cousinage simple aux cousinages complexes

Revenons à Jacques Appert, frère de Marguerite. Par la descendance de sa fille Pérette, Jacques Appert est l’aïeul direct d’Armand Justin Appert-Raulin (1864-1946). Quant à Marie Joséphine Appert (1829- ?), elle fait entrer ses branches collatérales dans le cousinage des Lorin et des Herbillon ; familles pourvoyeuses d’hommes politiques : Louis Julien Lorin (1879- ?), Louis Allyre Herbillon (1873- ?) et Paul Henri Roger Chamontin (1893-1944).

 figure_6
 Figure 6. Sept élus entrent dans le cousinage complexe.

À partir de ce moment-là, et même si le réseau de cousinage n’est pas extrêmement complexe, l’utilisation de l’algorithme de Fruchterman-Reingold((61)) pour cartographier les réseaux familiaux montre de manière pertinente le rôle de pivot détenu par la famille Appert dans ce réseau à la fois familial et politique. Mais surtout, il montre que les alliances effectuées à partir du patronyme Appert vers le patronyme Chamontin, mettent en scène des familles qui envoient ou enverront  sous la Troisième République des hommes dans les assemblées locales ou nationales.

 figure_7
 Figure 7. Projection du réseau familial selon l’algorithme de Fruchterman-Reingold.

Par ces mariages, l’aire géographique concernée augmente également. La commune de La Cheppe et le canton de Suippes sont les lieux d’élection d’Allyre Herbillon et de son gendre Henri Chamontin. Justin Appert-Raulin est élu maire d’Oiry et conseiller d’arrondissement du canton d’Avize. Julien Lorin, de son côté, confirme l’implantation dans le canton de Dommartin-sur-Yèvre. Ensemble, ces hommes cumulent 87 ans de direction municipale, 29 ans au conseil d’arrondissement, 30 ans au conseil général et 21 ans de Parlement.

 figure_8
 Figure 8. Les cantons concernés par les sept élus repérés.

Les relations de parenté entre élus de la Troisième République sont donc réelles, mais de là à dire qu’il existe une confiscation des sièges politiques, un véritable népotisme et un vrai impact des lignages sur le paysage politique local, il y a un pas. Ce pas commence, lorsque l’on regarde les collatéraux du côté des épouses Arnould. Par leur grand-père Nicolas Philogène Noël (1813-1875), les sœurs Arnould entrent en cousinage par les branches Gauchez, Caquot et Dommanget avec sept autres membres du corpus – sans prendre en considération les alliances faites du côté de Marie Eugénie Lambert (1812-1839), ni celles faites dans l’entourage de certains autres couples. Ces sept autres sont : Jean-Baptiste André Blot (1832- ?), Georges Charles de Chartongne (1855- ?), Louis Amédée Lambert (1860- ?), Paul Eugène Edmond Chevallier (1846- ?) et Paul Narcisse Fernand Chevallier (1875- ?), Charles Hippolyte Joly (1827- ?) et Louis Léon Maurice Fauquenot (1880-1957). Il est à mentionner que l’essentiel de ces hommes politiques intègrent le groupe familial à la faveur d’un mariage qu’ils effectuent avec une fille membre du réseau familial. L’importance des femmes dans la constitution des réseaux politiques est indéniable ; c’est par elle que peuvent se faire une grande partie des transferts de patrimoine ; qu’ils soient pécuniaires, fonciers ou politiques.

L’intégralité de l’arbre généalogique mixte (ascendant et descendant) ainsi obtenu devient désormais pratiquement impossible à commenter en l’état. Certes, il montre la réalité des cousinages et les degrés de cousinages, mais sachant qu’il est encore incomplet, il devient petit à petit impossible d’avoir une réelle vision d’ensemble. C’est aussi à partir de ce moment-là que l’algorithme Fruchterman-Reingold montre en partie ses limites. Certes, la représentation graphique du réseau met en lumière quelques éléments importants de la compréhension : le rôle pivot de quelques familles : Appert, Arnould, Gauchez, Dommanget et Caquot. Et l’on peut même dire que la colonne vertébrale de cet ensemble trouve un point d’ancrage essentiel auprès de la famille Caquot. Néanmoins, cet algorithme qui provoque la répulsion des nœuds et le rôle ressort des liens n’est sans doute pas le plus approprié dans le cadre de cette étude. C’est pour cette raison que nous lui avons préféré l’algorithme Kamada-Kawai((62)) qui met davantage en valeur les branches les unes par rapport aux autres.

En dehors de la représentation graphique, il est à noter que l’entrée de ces sept individus montre la concentration des mandats dans le nord-est du département de la Marne, dans les cantons de Suippes, Ville-sur-Tourbe, Sainte-Menehould et Dommartin-sur-Yèvre ; ces trois derniers cantons composant l’arrondissement de Sainte-Menehould. Dans cet arrondissement et entre 1871 et 1940, les cousins proches ou éloignés, directs ou par alliance des sœurs Arnould occupent au moins un fauteuil parmi les neuf du conseil d’arrondissement – sauf au cours de la période 1931-1936. Ils sont même trois (Hippolyte Joly, Jean-Baptiste Blot et Edmond Chevallier) à représenter deux cantons différents et la famille entre 1887 et 1892 ; ils occupent donc un tiers des sièges disponibles pendant ces six années.

Si nous revenons au couple Caquot-Musquin et développons les cousinages, cinq nouveaux hommes politiques entrent dans la parentèle : Pierre Dominique Lambert (1838- ?), Charles Arsène Tilloy (1822-1879), Antoine Eugène Tilloy (1850-1909), Paul Eugène Marcel Duhal (1884-1979) et Benjamin Maucourant (1843-1905). Il y a donc prolongement du réseau tel qu’il peut être dessiné selon l’algorithme Kamada-Kawai, faisant de la famille Musquin un nouveau nœud primordial.

 figure_9
 Figure 9. Le réseau de cousinage représenté selon l’algorithme de Kamada-Kawai.

Au point de vue politique et géographique, ces cinq hommes renforcent encore le poids de la famille dans le cadre de l’arrondissement de Sainte-Menehould et tout particulièrement dans le canton de Ville-sur-Tourbe. La pérennité et la longévité du groupe à la tête des affaires cantonales et départementales sont véritablement importantes. Sachant que nous n’avons pas développé l’ensemble des parentèles et des cousinages. La présence est surtout très importante dans le conseil d’arrondissement et en premier lieu celui de l’arrondissement de Sainte-Menehould. (60 ans + 49 ans + 25 ans).

 figure_10
 Figure 10. L’impact politique des hommes du réseau de parenté.

À partir du noyau familial initial, nous avons montré des relations de cousinages directes et indirectes (par mariage) entre un nombre limité d’hommes politiques, puis en regardant à partir d’une autre ascendance nous avons montré l’apport de la famille au paysage politique départemental, ensuite de nouvelles branches sont apparues donnant d’autres hommes politiques à l’arrondissement et au département.

d) du réseau de cousinage à la Sippe

Pourtant, ces hommes ne sont que quelques-uns parmi bien d’autres qui portent des patronymes différents mais qui intègrent tous le même groupe familial par l’intermédiaire de mariages redoublés. Entre ces familles pourvoyeuses d’hommes politiques, d’autres familles servent de relais. De nombreux liens existent entre ces familles patronymiques au point de donner naissance à une Sippe ; concept d’histoire médiévale défini par David Herlihy : « The Sippe came to be a cognatic, extended family unit. »((63)) La définition de la Sippe utilisée par Régine Le Jan et les médiévistes spécialistes du Haut Moyen-Âge et des noblesses mérovingienne et carolingienne((64)) se réfère à la constitution d’un groupe de parenté propre à l’aristocratie qui rassemble plusieurs familles liées entre elles par des liens du sang, d’alliance et d’amitié. Le groupe forme alors un réseau social, familial et d’intérêts communs. Transposé aux réalités sociales et politiques bien différentes du XIXème  siècle, le recours à ce concept prouve la confiscation du pouvoir et des sièges électifs par des groupes de parentés élargies, nobles ou notables, jusqu’aux confins du XXème siècle.

Dans ce vaste réseau de parenté, que l’on appellera donc Sippe, existe un véritable centre à l’intérieur duquel les relations entre individus sont nombreuses, multiples et complexes (en jaune sur le graphique). Il est également possible de repérer une première frange périphérique (en vert sur le graphique) avec laquelle les familles du cœur de Sippe entretiennent des relations réelles mais plus lâches, plus distendues, moins redoublées ; enfin il existe une deuxième couronne périphérique (laissée en blanc sur le graphique). Les membres de cette deuxième couronne n’ont pratiquement pas de liens familiaux directs avec des membres du corpus présents dans le cœur de Sippe mais seulement des liens avec quelques familles de la première couronne périphérique.

 figure_11
 Figure 11. La Sippe (en vert : les familles d’élus déjà mentionnées ; en rouge : les familles d’élus rattachées au groupe initial).

Pour ce qui concerne la seule période considérée comme notre cœur de cible : la Troisième République de 1871 à 1940, 274 hommes politiques du corpus appartiennent à cette Sippe. Ces membres siègent 120 ans au Sénat, 286 ans à la Chambre des Députés, 1.225 ans au conseil général et 2.178 ans au conseil d’arrondissement. Plus que les valeurs brutes, déjà impressionnantes pour elles-mêmes, il faut comparer cela avec l’ensemble du corpus : ces hommes correspondent à 55,58% des membres du corpus, occupent les fauteuils au Sénat et à la Chambre des Députés pendant 62,5% du temps environ, siègent au conseil général 53,44% du temps disponible et 66,56% du temps au conseil d’arrondissement. Au cours de la période jamais moins de treize membres de la famille sont présents sur les trente-deux ou trente-trois (à partir de 1889) sièges du conseil général. L’impact familial est considérable : jamais moins de 39% des sièges ne sont occupés, avec un maximum d’environ deux-tiers au début de la Troisième République. L’impact familial se fait sentir dans presque tout le département que ce soit au conseil général ou au conseil d’arrondissement. Si l’impact familial est énorme, il ne faut pas oublier que ces hommes et leurs ascendants sont en fait entrés en politique depuis fort longtemps, soit dans les institutions nationales, départementales ou communales. Mais aussi et surtout, comprendre que les critères de définition abordés lors de la première partie de cette réflexion agissent pleinement en faveur de ces hommes inscrits en réseaux : familial, économique, associatif, endogène, etc. Ces hommes appartiennent à la même « famille », ils partagent les bancs des assemblées locales et départementale, les fauteuils des mêmes associations, de la délégation cantonale, de la justice de paix… Ils savent souvent qu’ils sont cousins ; par le truchement dont ne sait plus quelle grand-tante, ou petite-cousine, mais ils le savent.

e) une emprise politique qui débute au moins au début du XIXème siècle

En ne prenant comme exemple que les membres du réseau familial centré sur l’arrondissement de Sainte-Menehould ou dont les membres sont originaires du nord-est du département, il est possible de faire une partition du réseau qui regroupe alors cent-soixante-quatorze hommes politiques ayant détenu au moins une fonction entre 1800 et 1940. Ces hommes trustent les fauteuils de maire dans cinquante communes pour une durée totale de 2.386 ans. Trente-huit des cinquante communes se situent dans l’arrondissement de Sainte-Menehould, pour 1.917 ans. Les fonctions politiques départementales sont en partie monopolisées par les membres du groupe, que la nomination se fasse selon le bon vouloir des pouvoirs centraux, selon le vote par suffrage censitaire ou par suffrage universel. Le conseil d’arrondissement de Sainte-Menehould est extrêmement révélateur de ce quasi monopole. Sur la période considérée (1800-1940), le seul moment où ce réseau ménéhildien n’est pas présent au conseil d’arrondissement est la courte période comprise entre 1826 et 1830. Le reste du temps, au moins un membre est présent (dix-huit ans). Au maximum de son influence, ce réseau ménéhildien parvient à placer huit de ses membres sur les neuf fauteuils disponibles. Cette situation se rencontre de 1871 à 1882, alors que Jean Baptiste Alexis Barrois (Dommartin-sur-Yèvre), Louis Théophile Brouillon (Dommartin-sur-Yèvre), Charles Hippolyte Joly (Ville-sur-Tourbe), Adolphe Michel (Sainte-Menehould), Frédéric Joseph Nidart (Sainte-Menehould), Jean Hippolyte Nottret (Dommartin-sur-Yèvre), Pierre Louis Petit (Ville-sur-Tourbe) et Charles Arsène Tilloy (Ville-sur-Tourbe) siègent audit conseil. C’est dire si les intérêts du groupe peuvent être préservés, d’autant plus que les compétences sont multiples.

L’analyse des professions en atteste puisque se mélangent au sein de cette assemblée des spécialistes des questions juridiques et des questions agricoles (principale préoccupation dans cet arrondissement très rural et peu industrialisé). En 1871, quatre sont notaires, deux sont propriétaires et deux cultivateurs. La répartition par canton est même relativement équitable avec deux notaires et un cultivateur à Dommartin-sur-Yèvre, un notaire et un cultivateur à Sainte-Menehould, et un notaire et deux propriétaires à Ville-sur-Tourbe. Cette situation n’est pas surprenante puisque dans les espaces ruraux, tel que l’arrondissement de Sainte-Menehould, les réseaux familiaux regroupent la notabilité locale comprenant tant les propriétaires terriens, les médecins que les notaires.

Conclusion

Les campagnes électorales constituent des moments paroxystiques dans la vie politique nationale, départementale et locale. C’est aussi un moment privilégié pour les candidats de se définir et par conséquent de se positionner vis-à-vis de l’altérité ; que celle-ci relève de la provenance géographique, sociale, confessionnelle, professionnelle… et politique. Une étude portée sur le temps long révèle que ces stratégies d’autodéfinition constituent un volet important des stratégies électoralistes qui visent à la confiscation des mandats et des sièges électifs au cours de la Troisième République par les membres de quelques familles alliées. Celles-ci constituent alors une sorte de Sippe moderne dans laquelle la pratique politique s’hérite autant que les biens meubles, immeubles et capitaux.

Niess, Alexandre
Univ. Orléans, POLEN (CEPOC), EA 4710, F-45100 Orléans, France

Univ. Reims, CERHIC, EA 2616, F-51100 Reims, France

 

Illustrations

© Alexandre Niess

  1. Alexandre Niess, L’Hérédité en République. Les élus et leurs familles dans la Marne (1871-1940), Lille, Septentrion, 2012. []
  2. Néologisme utilisé au cours des années 1990 dans le cadre d’études économiques et géographiques. « Les caractères de l’économie nationale et internationale s’inscrivent dans les territoires, et les modèles de développement affectent et orientent l’organisation de la production agricole, au point qu’aujourd’hui, on puisse assurer que l’endogénisme, ce qui a trait aux lieux, est de plus en plus atténué sous le poids ou l’effet des encadrements. On assisterait à l’“élargissement” des territoires inscrits dans les enjeux économiques. » Odile Hoffmann, Marielle Pépin-Lehalleur, Jean-Yves Marchal, « Transformations de la vie rurale dans la plaine côtière du Golfe du Mexique (États du Tamaulipas et du Veracruz, Mexique) : Évaluation du territoire sous l’effet des politiques agricoles », in Mondialisation de l’économie et développement des territoires, colloque de l’ASRDLF, Saint-Étienne, 1990, p. 434. []
  3. Archives départementales de la Marne – Aff. El V 472. []
  4. Archives départementales de la Marne – Aff. El V 314. []
  5. Il est né à Paris, y réside une grande partie de l’année au 166, rue du faubourg Saint-Honoré. []
  6. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 1168. []
  7. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 1021. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid. []
  10. Édouard Fleuricourt est né à Doullens, dans la Somme, le premier juillet 1840 et est, par sa femme, intégré à une grande famille de notaires et d’avocats d’Abbeville qui compte dans ses rangs plusieurs hommes politiques locaux abbevillois, mais aussi à un groupe familial bien implanté dans les milieux industriels rémois. []
  11. Adhémar Élie Hippolyte Péchadre est né à Juillac le 23 août 1862. []
  12. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 801. []
  13. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 810. []
  14. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 800. []
  15. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 802. []
  16. La première affiche dit du candidat Péchadre qu’il est sans expérience, alors que la seconde insiste davantage sur l’inaction politique de l’élu municipal Péchadre. La différence est minime mais montre que les contradictions dans cette campagne électorale ne sont pas du seul fait du candidat Péchadre. Cette remarque pousse à se méfier, davantage encore, du style hagiographique des affiches placardées par Édouard Fleuricourt. []
  17. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 803. Le reste de l’affiche aborde un autre terrain tout aussi intéressant : « L’ancien docteur Péchadre a été nommé Conseiller municipal d’Épernay, il n’a assisté qu’à quatre séances sur quatorze depuis un an. Il a refusé d’être de toutes les Commissions, de tous les Bureaux. Il n’a jamais demandé, lui et ses amis, que de voter des dépenses nouvelles, ou des plaisanteries, singulière façon de réduire les impôts d’Octroi et les autres….. Farceur ! (…) Péchadre est un ambitieux dangereux pour tous les partis. (…) Tous vous donnerez le congé qu’il mérite à cet ambitieux sans scrupules. » []
  18. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 806. []
  19. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 800. []
  20. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 1241. []
  21. Archives départementales de la Marne – Aff. El V 530. []
  22. À Maisons-en-Champagne en 1870, Julien Barbier Lalobe de Felcourt succède à son père Théobald[1] dans une commune sous tutelle familiale depuis 1807. Étienne, père de Théobald, est maire avant lui de 1807 à 1831 ; la commune est donc dirigée par un membre de la famille sans discontinuité de 1807 à 1919, par le biais d’une dynastie politique locale. Le père (Théobald), membre de la noblesse champenoise, est également conseiller général avant les débuts de la Troisième République (il prend ses fonctions de conseiller général dès 1865). À la fin du mandat de Théobald, Célestin Lecomte prend le fauteuil de conseiller général et le conserve jusqu’à son décès le 20 mai 1886, alors que le renouvellement est initialement prévu en août. La préfecture n’effectue pas d’élections anticipées car aucune session du conseil général n’est prévue dans l’intervalle. Théobald Barbier Lalobe de Felcourt, décédé entre-temps (il décède le 5 janvier 1885, dans son château de Maisons-en-Champagne), son fils Julien décide alors de briguer le siège. Le poids du nom suffit-il à l’élection ? []
  23. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 218. []
  24. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 219. []
  25. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 218. []
  26. En gras dans le texte. Il s’agit de Léandre Prévost, cultivateur à Sommesous et maire de cette commune depuis 1876. Il le reste jusqu’au 28 octobre 1900, date de son décès.  []
  27. En majuscule dans le texte. []
  28. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 221. []
  29. Le candidat est en parenté avec les Haudos de Possesse, parmi lesquels il faut compter Justin, conseiller général de la Marne de 1845 à 1864 et député de la Marne de 1856 à 1864. Il ne faut pas oublier que le candidat incriminé est aussi le petit-cousin de Gabriel Barbier de Felcourt, maire d’Orconte de 1848 à 1886 et conseiller général pour le canton de Thiéblemont de 1871 à 1880 et que ses cousins portent les noms illustres de Lefevre de Norrois, de Thionville, des Réaulx, etc. []
  30. Ses opposants lui reprochent le fait d’être commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire. []
  31. Né à Saint-Étienne-au-Temple, près de Châlons-sur-Marne, le 17 novembre 1823, Louis Joppé s’installe, en effet, dans le canton comme notaire en 1853. Il se marie avec Adelina Chevreux (en 1857) et devient alors propriétaire terrien à Somsois, à compter de 1866. []
  32. Louis Joppé a cédé son étude en 1866 et est depuis lors exclusivement propriétaire terrien. []
  33. On trouve présence dans sa maison d’Elvina Détin, née à Brandonvillers en 1857. Archives départementales de la Marne – 122 M. []
  34. Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872 et Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e édition, 1832-1835, tome 2, p. 878. []
  35. Trésor de la Langue Française informatisé, www.atilf.atilf.fr. []
  36. Ibid. []
  37. Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872. []
  38. Julien Barbier Lalobe de Felcourt soutient, le 17 juin 1863, une thèse de doctorat de droit sur Des exceptions de l’irrévocabilité des donations entre vifs. []
  39. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 220. []
  40. Avoué puis associé dans une maison de négoce de vins de champagne, il s’inscrit dans les rangs de l’Union républicaine, groupe d’anciens républicains radicaux qui se sont rapprochés du centre et dont le chef de file est Léon Gambetta. Il est d’ailleurs sous-secrétaire d’État à la Guerre (1881-1882) dans le gouvernement Gambetta. []
  41. Pharmacien et maire de Châlons-sur-Marne, il vote « pour l’invalidation de l’élection de Blanqui ». Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton, tome 2, p. 611. []
  42. Ancien receveur de l’Enregistrement qui vote « pour les ministères Gambetta et Ferry et contre la séparation des Églises et de l’État. » Ibid., tome 3, p. 299. []
  43. Ancien capitaine d’infanterie et questeur de la Chambre des Députés à partir de 1876, il siège au sein de la gauche républicaine mais se rapproche progressivement des gambettistes. []
  44. Notaire puis avocat à Reims, vice-président du comité républicain de Reims, élu sur un programme opportuniste, il s’oppose donc au radicalisme et s’inscrit à la suite de Jules Grévy, Léon Gambetta, etc. []
  45. Notaire à Pontfaverger. []
  46. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 221. []
  47. Il est, en effet, le petit-fils de Jean Joppé, maire de Saint-Étienne-au-Temple, nommé à l’aune de la Restauration. []
  48. Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « Points – Histoire », 2001 (1991), p. 248. []
  49. Catherine Durandin, « Entre tradition et aventure », in Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tallandier, « Pluriel », 1991, pp. 436-437. []
  50. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 218. []
  51. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 825. []
  52. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 367. []
  53. Le canton compte 21.135 habitants en 1882. []
  54. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 368. []
  55. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 450. []
  56. Ibidem. []
  57. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 443. []
  58. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 447. []
  59. Archives départementales de la Marne – Aff. El VI 448. []
  60. Archives départementales de la Marne – El. V 530. []
  61. Thomas M. J. Fruchterman, Edward M. Reingold, « Graph Drawing by Force-Directed Placement », Software : Practice and Experience, vol. 21, novembre 1991, pp. 1129-1164. []
  62. Tomihisa Kamada, Satoru Kawai, « An Algorithm for Drawing General Undirected Graphs », Information Processing Letters, n°31, 1988, pp. 7-15. []
  63. David Herlihy, Medieval Households, Cambridge, Harvard University Press, 1985, p.47. []
  64. Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Presses de la Sorbonne, 1995, 571 pages. []

L’art, entre création et hybridation

Date : 21 janvier 2013

Lieu : Maison de la Recherche, Paris

Organisateurs : Ombeline Duprat, Hélène Ivanoff, Denise Vernerey

Colloque junior : L’art, entre création et hybridation

Auteurs du compte-rendu : Hélène Ivanoff et Denise Vernerey

Programme

  • Introduction Michael Werner (Directeur d’études, Centre Georg Simmel (UMR 8131), EHESS) :
  • Sophie Descamps-Lequisme (Conservateur en chef du patrimoine, Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines) : « Lorsque la pierre imitait l’or et l’ivoire : la transposition dans le marbre des meubles chryséléphantins de la Grèce antique. »
  • Nadia Foisil (Docteur en sociologie, Université de Strasbourg/ Freie Universität Berlin) :  « Le corps scénique : processus de création du comédien »
  • Sandra Dubs (Doctorante en anthropologie sociale, LIAS-IMM (UMR 8178), EHESS : «Le cas des danses amérindiennes : le thème de l’Aigle entre héritage culturel et modernité»
  • Hélène Ivanoff (Docteur en histoire et civilisations, Centre Georg Simmel (UMR 8131), EHESS : «Transferts artistiques dans la création des Fauves et de die Brücke ou la rencontre de l’art moderne et des arts lointains »
  • Dominique Jarrassé (Professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Bordeaux) : « Des synagogues en terre d’islam : hybridation ou intégration? »
  • Ombeline Duprat (Master II arts et langage, Centre Georg Simmel (UMR8131), EHESS / Master II histoire de l’art, Université de Bordeaux) : « L’exemple de George Grosz : entre art allemand et art américain »
  • Denise Vernerey (Docteur en histoire et civilisations, Centre Georg Simmel (UMR8131), EHESS) : « L’Hommage de Dan Flavin à Otto Freundlich. Réponses croisées et redéfinition de l’espace esthétique »

Argumentaire

Longtemps considérée comme le miroir d’une sensibilité inscrite dans un cadre « national », la création n’en est pas moins le champ privilégié du « métissage » et de l’ « hybridation » culturelle. Transferts culturels, exils, multiplications des échanges n’ont cessé d’entraîner l’art dans des flots de mutations qui contribuèrent à créer et développer différents champs de la création artistique. De nouvelles formes, représentations et conceptions esthétiques se diffusèrent, rejetant les balises imposées jusqu’alors par des cadres géographiques déterminés selon une approche essentiellement européenne de l’art. Or s’il est bien le reflet de nos sociétés, l’art est tout autant le parfait témoin des apports opérés par diverses civilisations en contact les unes avec les autres et le créateur de nouvelles visions esthétiques et culturelles.

Afin d’analyser les processus de création – et ceci quels que soient les genres artistiques considérés : le théâtre, la danse, la peinture, la céramique, la sculpture ou l’architecture – différentes méthodes disciplinaires ont été adoptées : histoire culturelle, histoire de l’art, archéologie, anthropologie et ethnologie. La méthodologie des transferts culturels a été explicitée dans les années 1980 par Michel Espagne et Michael Werner (Espagne/Werner 1988): s’éloignant d’une histoire comparative limitée aux effets de miroir, elle a été appliquée de façon privilégiée aux champs allemand et français, pour montrer par exemple comment le transit d’un objet d’un système culturel à un autre affecte les deux systèmes culturels, engagés alors dans un processus de « resémantisation » (Espagne 1999 : 39, Espagne 1994 : 112-121). L’histoire croisée mise en avant par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann présente, elle, une approche interdisciplinaire qui se nourrit du comparatisme et s’applique plus particulièrement aux objets « hybrides » et aux acteurs qui les appréhendent dans différents champs culturels. Au-delà d’une simple approche comparée, il s’agit de tenir compte des interactions et interdépendances entre plusieurs terrains en croisant les points de vue et les échelles (Werner/Zimmermann 2004). S’inscrivant dans les approches de l’histoire croisée définie par Bénédicte Zimmermann et Michael Werner (Werner/Zimmermann 2004), ces problématiques de recherches, centrées sur l’Allemagne et la France, s’étendent ici à d’autres aires culturelles, en particulier la Grèce, l’Amérique du Nord ou encore l’Afrique du Nord.

Le colloque a éprouvé la validité de ces concepts d’ « hybridation » et de « métissage » à travers des exemples d’artistes ou d’œuvres d’art. Si la notion de « métissage », fortement critiquée par Jean-Loup Amselle (Amselle 1990), n’apparaît pas toujours comme une catégorie d’analyse pertinente pour l’art, l’ « hybridation » est un « mot-outil », bien souvent utile, pour comprendre les interactions entre des cultures hétérogènes dans les actes de création. Bien qu’au début du vingtième siècle ce terme eût des connotations raciales et évolutionnistes sous la plume d’Elie Faure (Faure 1912 ; Jarassé 2009), n’est-il pas possible aujourd’hui de considérer les cultures comme des entités homogènes sans que cela induise pour autant une conception raciale, figée et fragmentée de la culture ? L’école culturaliste américaine, acclimatée en France par Nathan Wachtel (Wachtel 1971), axa ces recherches sur les problématiques du changement culturel menant des études sur les phénomènes de diffusion, d’assimilation et d’acculturation. En esthétique, l’hybridation caractérise des phénomènes de contacts culturels ne conduisant pas à une assimilation ou à une intégration totale. L’œuvre d’art « hybride » laisse alors transparaître – par sa technique, ses matériaux, ses formes, ses catégories esthétiques – cette fusion inachevée ou imparfaite de cultures distinctes.

Interventions

Michael Werner  évoque, en introduction, les champs et les temporalités où se déploie le processus d’hybridation. Venu des sciences de la vie – il est couramment employé en agriculture – le terme désigne sans ambiguïté la modification opérée par un sujet sur un ou des objets et organismes vivants, en un temps défini. Il  a ensuite connu une certaine fortune en sciences sociales : en 1980, dans « Mille Plateaux », Gilles Deleuze impose le concept d’une figure de pensée rhizomatique, dont la pertinence appert dans toute réflexion sur l’hybridation. En 1991, Bruno Latour l’invoque dans « Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique ». A l’heure de la réflexion postcoloniale, ces problématiques réapparaissent. Dans une perspective d’histoire connectée, Serge Gruzinski analyse en 1999, « La pensée métisse ». Quel que soit le  champ de leur apparition, les hybrides advenus posent le problème de leur nature, de leur statut et imposent  d’interroger leur temporalité incertaine, leur situation par rapport à une entité de départ aux contours flous. Il faut ensuite considérer les présupposés de l’hybridation : le contexte et le processus d’interaction ; la visibilité de l’objet référent dans l’objet produit, selon que l’hybride apparaît au gré de transferts, de transactions, de confrontations,  dans un environnement, extrêmement variable, où interviennent divers acteurs : théoriciens de la médiation politique, sociale, culturelle, voyageurs et commerçants… sans négliger enfin l’hypothèse d’une rétroactivité des hybrides sur les entités de départ. L’interrogation de l’hybridation impose enfin la pluralité de ses focales. A l’échelle macro-historique des cultures, des religions, des rituels, des pratiques artistiques, on constate un processus d’hybridation généralisé, jusqu’à la banalisation. Au niveau micro-historique, au contraire, l’observation de l’hybride n’a de sens que si nous nous élevons à une échelle interprétative plus générale, la catégorie, la discipline, le groupe ou le réseau d’acteurs…

Sophie Descamp-Lequisme analyse ensuite, en trois « « instants » archéologiques, un processus d’hybridation technique à la lumière des fresques et des meubles chryséléphantins récemment découverts dans des sépultures de  Grèce du Nord. L’ambre, objet de fascination, était au VIe siècle av. J.-C. le matériau des rituels et, comme en témoigne un lit funéraire du Céramique d’Athènes, des décors réservés à l’élite. Toutefois, les deux lits de banquet plaqués d’or et d’ivoire, déposés dans la tombe « macédonienne » à façade mise au jour à Vergina en 1977 par Manolis Andronikos, sans doute celle de Philippe II, père d’Alexandre le Grand, confirment le remplacement de l’ambre par du verre transparent incolore sur fond rouge. A l’issue du processus, les lits funéraires en marbre de Potidée (musée archéologique de Thessalonique) s’ornent de volutes peintes en trompe-l’œil. Le décor des lits plaqués d’or ou d’ivoire n’aurait pu atteindre un tel degré de perfection sans l’invention du verre transparent incolore dans la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. Et sans les effets illusionnistes, mis au point à même époque par la grande peinture, la transposition dans le marbre de ce mobilier chryséléphantin, manifestation d’un processus d’hybridation technique, n’aurait pu aboutir.

Nadia Foisil s’interroge sur le rôle de l’hybridation dans les pratiques théâtrales et mène son étude sur les processus de création de l’acteur. En tant que membre et acteur de sa société, le comédien en offre une lecture scénique. Loin d’être une description ou une illustration de son observation, cette lecture propose un angle de vue depuis lequel la chose sociale est déconstruite, dénaturée et reconstruite selon des modalités interprétatives relevant d’un processus de création singulier. Si son expressivité scénique se fonde sur le substrat que constitue son corps, le comédien l’incrémente de nourritures collectées non seulement au cœur du quotidien mais encore dans des disciplines artistiques parallèles. En recherche permanente d’un lien entre fond et forme, au fil de son parcours créatif, il confronte quotidien et scénique, traditions théâtrales et danses, acrobaties ou arts plastiques et cultures occidentales et orientales.

Sandra Dubs présente, entre héritage culturel autochtone et modernité, culture et politique, des danses amérindiennes filmées lors des Pow wow au Canada. Certaines ancrées dans la culture ancestrale sont un moyen de démonstration identitaire comme la danse de l’aigle des enfants sur l’île de Vancouver, ou de revendication politique comme l’est le Pow wow Mohawk de Kahnawake près de Montréal. On peut y voir la fancy dance ou la jingle dance qui sont traditionnelles et liées à des mythes ou participer à des « intertribal dance » ayant pour but d’intégrer le public qui représentent  de ce fait une première preuve de d’hybridation de pratiques puisqu’elles prennent en compte un public non autochtone qui ne connait pas nécessairement les protocoles. Par ailleurs certaines « performances démonstratives » amérindiennes en terre Abenakis  illustrent l’adoption par les amérindiens de la « square dance » irlandaise au niveau du dessin au sol réalisé par la chorégraphie. Cette « square dance » amérindienne est baptisée « danse de l’amitié » chez les Abénakis et  avait par le passé pour objectif de réunir les émigrants et les autochtones autour de la danse. Une autre danse Abénakis, dite : »du Caribou », se moque par le mime inclus à la chorégraphie du comportement des « colons » qui repartaient avec la tête du gibier en guise de trophée en abandonnant la viande aux autochtones.  Ces dernières danses ont aujourd’hui leur place sur la scène des cérémonies traditionnelles et des Pow wow au même titre que celles qui sont constitutives de l’identité amérindienne et elles illustrent un processus d’hybridation au sein d’une pratique artistique qui peut en certaines occasions avoir une valeur de revendication politique.

Hélène Ivanoff analyse les transferts artistiques à l’œuvre dans la création des Fauves et de die Brücke : elle manifeste une hybridation des transmissions culturelles et révèle le rôle de creuset de l’art. L’hybridité se caractérise ainsi par le croisement et l’entrelacement de différentes techniques, motifs et conceptions esthétiques issus de champs culturels hétérogènes, étrangers jusque-là les uns aux autres et en voie d’assimilation réciproque. Parce qu’il n’est pas encore achevé, ce processus de fusion culturelle laisse alors apparaître les esthétiques à l’origine de ce mélange. La Nature morte au camaïeu bleu de Matisse de 1909 manifeste par exemple l’hybridation des formes, motifs et conceptions artistiques issues de l’esthétique imitative européenne et de l’esthétique décorative de l’Islam. En 1906, marqué par les matières et les techniques des figures maories observées au British Museum, Derain sculptait dans le bois un lit dont les motifs ont également de surprenantes correspondances formelles avec les bas-reliefs des temples bouddhiques d’Angkor Vat, les sarcophages maoris et les bois de la Maison du Jouir de Gauguin. Dans les gravures sur bois d’Erich Heckel se lisent aussi un étrange syncrétisme des formes et des techniques : l’estampe en couleurs Fränzi debout de 1911 doit autant à la tradition occidentale des maîtres de la Renaissance allemande et de la Renaissance italienne, qu’aux peintures murales des grottes d’Ajanta de l’Inde, aux sculptures africaines et aux poutres océaniennes des Mers du Sud. Enfin, Kirchner créa un lit en bois pour Erna en 1919, dont les montants s’inspirent des mâts totémiques de la côte Nord-Ouest, des piliers des palais du Cameroun, des poutres des îles Palau, ainsi que des tissus coptes. Les correspondances, bibliothèques et esquisses de ces artistes apportent la preuve qu’il ne s’agissait pas seulement d’analogies formelles, mais bien de transferts culturels. Si le terme d’hybridation a bien souvent tendance à essentialiser à tort des entités de départ, qui en soi ne sont pas toujours homogènes et objectives, il permet de saisir les représentations des sociétés européennes à une époque donnée à travers les discours esthétiques et manifeste des processus d’interactions et de réappropriations s’opérant entre différents champs culturels.

Dominique Jarrassé conteste les termes de métissages et d’hybridation pour analyser les processus de création. D’une part, ils lui paraissent inclure une connotation biologique trop forte inadaptée à l’analyse actuelle des cultures et des traditions artistiques. D’autre part, l’idée de symbiose qu’ils induisent lui parait inadéquate pour analyser l’architecture des synagogues en terre d’Islam. Il montre en effet dans cette étude de cas présentant les synagogues tunisiennes que leur construction en Afrique du Nord ne répond à aucune règle architecturale préétablie et qu’elle est bien la résultante d’une constante adaptation au milieu environnant. Ceci s’explique en grande partie par le fait que la synagogue se définit essentiellement comme un espace de culte intérieur et que les éléments architecturaux extérieurs ont pu ainsi intégrer des structures, matériaux et motifs provenant d’autres cultures artistiques. La synagogue tunisienne révèle par là même l’assimilation totale de ces communautés juives dans les sociétés africaines et la fusion d’éléments stylistiques, endogènes et allogènes, à la culture juive, l’art pouvant être considéré comme la forme expressive d’une identité collective, à l’écoute de l’altérité et en perpétuelle évolution. Pour cette raison, l’un de ces essais soulève cette question : existe-t-il un art juif ?

Ombeline Duprat s’interroge sur le « devenir américain » de l’art de Georg Grosz, considéré à son arrivée aux Etats-Unis, en 1933, comme une figure majeure de l’expressionnisme allemand. Or, durant son exil new-yorkais, l’artiste assimilant les thématiques nord-américaines s’efforce de s’imposer comme dessinateur « américain », tandis que la critique continue à présenter sa création comme relevant d’une approche expressionniste caractéristique d’une identité germanique. Les esprits changent peu à peu d’opinion à son sujet : dans les années 40, Georg Grosz, naturalisé en 1938, est enfin reconnu comme tel. Sa création américaine participe également à la naissance de l’expressionnisme abstrait en Amérique du Nord, mettant en évidence les effets de rétroaction que peuvent avoir ces phénomènes de réappropriation artistique sur les entités subjectives à l’origine de ces mélanges, l’expressionnisme abstrait devenant constitutif d’une identité artistique collective aux Etats-Unis. Au creuset de deux cultures, la création américaine de Georg Grosz soulève le problème de l’identité de l’artiste, entre exil, création et hybridation.

Denise Vernerey-Laplace confronte enfin l’œuvre du peintre allemand Otto Freundlich, pionnier de l’abstraction,  et l’Hommage que lui  rendit en 1990 Dan Flavin, le chantre du Minimal Art américain à la Ostdeutsche Galerie de Regensburg. Pour les deux artistes, la couleur en ses contrastes est lumière, créatrice d’un espace non-euclidien, offert à la perception. Sur la Mosaïque aux hommes de couleurs dont Otto Freundlich peignit la gouache préparatoire en 1935, trois figures se répondent par l’ouverture des contours, par la force des couleurs qui se poursuivent: jaune, rouge et bleu puis se séparent dans l’espace au-delà, opérant par polarisation la neutralisation des forces centrifuges et des formes centripètes. Ces réponses chromatiques alternées, l’affirmation de leur spatialité sont également constitutives de la composition de tubes fluorescents qu’installa Dan Flavin en hommage à Otto Freundlich. Le processus créatif de Dan Flavin relève-t-il pour autant de la catégorie de l’hybridation? Ne s’agit-il, en définitive, pas plutôt d’un détournement du sens de l’œuvre, du statut de l’art, de l’autonomie de l’artiste ? Détournement inscrit dans l’acte même de la création. Dan Flavin dessinait les maquettes de ses installations et en transmettait la réalisation à des techniciens. Il ne reprenait possession de sa création que pour en modifier l’ordonnancement. Interruption proche en son essence de la perte du modèle pictural dans l’art abstrait. L’essence du détournement est ici le dévoilement et l’hybridation y trouve sa justification fluorescente. La lumière impalpable, diffusée par les tubes est l’argument éthéré, gazeux  que Flavin oppose à la matérialité de la couleur/pigment en tube…

Bibliographie

Bibliographie générale

Amselle, Jean-Loup (1990), Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris : Payot

Bénat Tachot, Louise/ Gruzinski, Serge (2001),  Passeurs culturels, Mécanismes de métissage, Presses universitaires de Marne-la-Vallée, Paris : Maison des Sciences de l’Homme

Deleuze, Gilles/Gattari, Félix (1980),  Mille Plateaux, Paris : Editions de minuit

Dufrêne, Thierry/Taylor, Anne-Christine (2009), Cannibalismes disciplinaires, Paris : coédition INHA et musée du quai Branly (« Actes de colloques »)

Espagne, Michel/Werner, Michael (1988), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, Paris : Editions Recherche sur les civilisations

Espagne, Michel (1994), « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses. Sciences sociales et histoire, 17 : 112-121.

Espagne, Michel (1999). Les transferts culturels franco-allemands, Paris : PUF.

Faure, Elie, Histoire de l’art (1912), Paris : éd. Gallimard, réédition 1981

Gruzinski, Serge (1999), La Pensée métisse, Paris : Fayard

Kroeber, Alfred Louis (1952), The Nature of Culture, Chicago: University of Chicago Press

Latour, Bruno (1991),  Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris : La Découverte.

Oulebsir, Nabila dir. (2007), “Histoire de l’art et anthropologie », Histoire de l’art, n°6

Redfield, Robert (1930), Teposzlàn, a Mexican Village: A Study of Folk Life, Chicago: University of Chicago Press

Wachtel, Nathan (1971), La vision des vaincus, Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole, 1530-1570, Paris : Folio histoire, Gallimard

Werner, Michael/ Zimmermann, Bénédicte (dir.) (2004), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris : Seuil

Sophie Descamp-Lequisme

Ignatiadou, Despina, 2007. « Le verre incolore, élément du décor polychrome du mobilier funéraire de Macédoine », in Descamps-Lequisme, Sophie (éd.), Peinture et couleur dans le monde grec antique, actes du colloque, musée du Louvre, 10 et 27 mars 2004, Paris : Louvre, 2007, p. 219-227.

Brécoulaki, Hariclia, 2006. La peinture funéraire de Macédoine. Emplois et fonctions de la couleur, IVe-IIe siècle av. J.-C., Athènes : Centre de recherches de l’antiquité grecque et romaine – Fondation nationale de la recherche scientifique, 2006.

Causey, Faya, 2001. Amber and the Ancient World, Los Angeles: The J. Paul Getty Museum.

Sites Internet

Présentation des sites archéologiques grecs : http://www.aigai.gr

Présentation du livre de Despina Ignatiadou : http://www.academia.edu/1197751/48._D._Ignatiadou_Le_verre_incolore_element_du_decor_polychrome_du_mobilier_funeraire_de_Macedoine_La_couleur_dans_le_monde_grec_antique_ed._S._Descamps-Lequime_Paris_2007_219-227

Présentation du livre de Faya Causey : http://www.camws.org/CJ/files/reviews/2012/2012.11.05%20Goldman%20on%20Causey,%20Amber%20and%20the%20Ancient%20World.pdf

Nadia Foisil

Artaud,  Antonin, Le théâtre et son double, Éditions Gallimard, 1964.

Barba, Eugenio, Le canoë de papier. Traité d’anthropologie théâtrale, L’Entretemps, 2004.

Brook, Peter, L’espace vide. Écrits sur le théâtre, Éditions du Seuil, 1977.

Damasio, Antonio, L’erreur de Descartes, Éditions Odile Jacob, 1995.

Diderot, Denis, Paradoxe  sur le comédien, Éditions Gallimard, (1994 [1781]).

Duvignaud, Jean, L’Acteur, L’Archipel, 1993.

Foisil, Nadia, Jeu du comédien et jeu de l’enfant, Revue des Sciences Sociales-Université de Strasbourg, 2011, 45, pp.28-35.

Gardner, Howard, Les Formes de l’intelligence, Paris : Éditions Odile Jacob, 2010.

Goffman, Erwing, Les rites d’interaction, Les Éditions de Minuit et Erwing Goffman, 1974.

Grotowski, JerzyVers un théâtre pauvre, La Cité, 1971.

Le Breton, David, Les passions ordinaires. Anthropologie des Emotions, Éditions Payot & Rivages, 2004.

Lecoq Jacques, Le corps poétique, Actes Sud-Papiers, 1997.

Oida Yoshi, L’acteur invisible, Le Temps du théâtre, Actes Sud, Arles, 1998.

Stanislavski, Constantin, La formation de l’acteur, Éditions Payot & Rivages, 2001 (Éditions Payot, 1963).

Strasberg Lee, Le travail à l’Actors Studio, Paris : Éditions Gallimard, 1969.

Winnicott, Donald W., Jeu et réalité, Éditions Gallimard, 1975 (1971).

Wulf, Christoph, Une anthropologie historique et culturelle. Rituels, mimésis sociale et performativité, Éditions Tétraèdre, 2007.

Sites Internet

 „Mit Händen und Füssen“, La Performance :

http://utv.unistra.fr/video.php?id_video=110

http://www.canalc2.tv/video.asp?idVideo=10333&voir=oui&mac=yes&btRechercher=&mots=&idfiche=

« Paroles de corps II», L‘atelier 2011/2012

https://www.youtube.com/watch?v=w9UB8nXrYlI

Interview « Coup de projecteur sur Nadia Foisil » :

http://ufadfh.blogspot.fr/2011/06/coup-de-projecteur-sur-nadia-foisil.html

Interview A la recherche du mouvement franco-allemand :

https://www.youtube.com/watch?v=GQ-yfP1PX8c

https://www.google.com/culturalinstitute/browse/nadia%20foisil?hl=de

Sandra Dubs

Browner, Tara, Heartbeat of the People, University of Illinois press, Urbana and Chicago, 2002

Chapman, Serle, Nous, le peuple, Albin Michel, Paris, 2004

Crow Dog, Mary, Lakota woman, Ma vie de femme Sioux, Albin Michel, Paris, 1992

Désveaux, Emmanuel, Quadratura Americana, Georg Editeur, Genève, 2001

Evans, Bessie&May G, Native American Dance Steps, Dover publications 2003, Ed.Originale         A.S.Barnes and company, New York, 1931

Forrest, Earle R., Missions and Pueblos of the old south west, The Arthur H. Clark company, Cleveland, 1929

Harmon, Daniel William, The journal of Daniel William Harmon 1800-1816, Edited with an introduction by W. Kaye Lamb, Dominion Archivist, The Mac Millan Company of Canada Limited, Pioneer books, Toronto, 1957

Havard, Gilles, Montréal, 1701, Planter l’arbre de paix, recherche amérindiennes au Québec Musée McCord d’histoire canadienne, Montréal 2001

Lévi-Strauss, Claude, Les Mythologiques : *Le cru et le cuit, Plon, Paris, 1964, **Du miel aux cendres, Plon, Paris, 1966, ***L’origine des manières de table, Plon, Paris, 1968,****L’homme nu, Plon, Paris, 1971

Rostkowski, Joëlle et Kaspi, André, Le renouveau Amérindien au Etats-Unis aujourd’hui, Un siècle de reconquêtes, Albin Michel,  Paris, 2001

Silas, Anna, Journey to Hopi land, Rio Nuevo publishers, Tucson, 2006

Warburg, Aby, Le rituel du serpent, Macula, Paris, 2003

White, Richard, The Middle Ground, Indians, Empire, and Republics in the Great Lakes Region, 1650-1815, Cambridge University Press 1999 : 1ère éd., 2009 : 22ème éd.

Zinn, Howard, Une histoire populaire de l’empire américain, Vertige Graphic, Paris, 2009

Sources

Altonaer Museum, Hambourg :

Nachlass Erich Heckel – Ernst Ludwig Kirchner, Nachlass Erich Heckel – Sidi Riha.

Staats-und Universitätsbibliothek Carl von Ossietzky, Hambourg :

Nachlass Gustav Schiefler – Kirchner ; Nachlass Richard, Ida Dehmel – Karl Schmidt-Rottluff

Hélène Ivanoff

Adam, Leonhard, Nordwest-amerikanische Indianerkunst, Orbis/Pictus/Weltkunst-Büchereï, P. Westheim, Ernst Wasmuth A. G. Berlin, Magdebourg, 1923.

Aragon, Louis, Henri Matisse, roman, I, Gallimard, Paris, 1971

Dube, Wolf-Dieter, le journal de l’expressionnisme, Skira, Genève, 1983

Einstein, Carl, Afrikanische Plastik, Verlag der Weissen Bücher, Leipzig, 1915

Flam, Jack, « Le bonheur de vivre », in De Cézanne à Matisse, chefs-d’œuvre de la fondation Barnes, Gallimard, Paris, 1993

Gauguin, Paul, Oviri, Ecrits d’un sauvage, textes rassemblés par Daniel Guérin, Gallimard, Paris, 1998

Gesprach, Eduard, Les tapisseries coptes, Manufacture des Gobelins, 1890

Labrusse, Rémi, Islamophilies, L’Europe moderne et les Arts de l’Islam, Le génie de l’Orient, Musée des Beaux-Arts de Lyon, Somogy éditions d’art, Paris, 2011

Labrusse, Rémi, Munck, Jacqueline, La vérité du fauvisme, Editions Hazan, Paris, 2005

Lloyd, Jill, German Expressionism: Primitivism and Modernity, Yale University Press, New Haven § London, 1991

Matisse et la couleur des tissus, Musée Matisse le Cateau-Cambresis, Royal Academy of Arts Londres, The Metropolitan Museum of Art New-York, Gallimard, Paris, 2004

Migeon, Gaston, Van Berchem, Max, et Huart, M.,  Exposition des Arts musulmans, Pavillon de Marsan, catalogue de l’UCAD, Paris, avril 1903

Sites internet

Erich Heckel, Fränzi vor Wandbehang, Fränzi devant la tenture murale, 1911 : http://www.museum-digital.de/san/singleimage.php?imagenr=4991&inwi=1&w=1366&h=613&extern=yes

Erich Heckel, Fränzi stehend, Enfant debout, 1911

http://bpkgate.picturemaxx.com/preview.php?WGSESSID=a35f829eb84f036a18d14f23bf5cc6a2&UURL=5caad16ac10c2058a29d62bee32d715c&IMGID=50173937

Ernst Ludwig Kirchner, Biographie, Kirchner Museum Davos

http://www.kirchnermuseum.ch/sites/de/e_l_kirchner/kurzbiografie.html

Pour l’ensemble des œuvres de die Brücke : http://www.bruecke-museum.de/bruecke.htm

Dominique Jarrassé

Bismuth, Colette/ Jarrassé, Dominique, Synagogue de Tunisie, monuments d’une histoire et d’une identité, Paris, édition esthétiques du divers, 2010

Dufrêne Thierry, Taylor Anne-Christine, Cannibalismes disciplinaires, Paris, coédition INHA et musée du quai Branly (« Actes de colloques »), 2009

Jarrassé, Dominique, Existe-t-il un art juif ?, Paris, Biro, 2006

Revault, Jacques, La Grande Synagogue de la Hara de Tunis – Les Cahiers de Tunisie, n°41-42/XI, p.5-35, 1963

Sites Internet

Vidéo Synagoge de Djerba  https://www.youtube.com/watch?v=79fx7hjOlc4

Cultures d’Islam, France culture https://www.franceculture.fr/emission-cultures-d-islam-synagogues-en-terre-d%e2%80%99islam-le-cas-de-la-tunisie-2011-01-16.html

Interview de Dominique Jarassé http://www.evene.fr/arts/actualite/interview-dominique-jarrasse-art-juif-mai-livre-art-365.php

Ombeline Duprat

Grosz, George, Un petit oui et un grand non., J. Chambon, 1999

Georg Grosz : les années berlinoises, 70 dessins et aquarelles de 1912 à 1931 : catalogue d’exposition. Musée-galerie de la Seita, 1995

Jentsch, Ralph/ Crispolti, Enrico, Georg Grosz: Berlin-New-York, skira, 2008

Judin, Juerg M., George Grosz: The Years in America, 1933-1958, Hatje Cantz Verlag GmbH & Company KG, 2009

Kranzelfer, Ivo, Georg Grosz, Taschen, 1994

Sites Internet

Biographie et collections du MoMA : http://www.moma.org/collection/artist.php?artist_id=2374

Denise Vernerey-Laplace

Dervaux, Isabelle, Dan Flavin Drawings, Morgan Library and Museum, New-York, 2012

Duvivier, Christophe, Otto Freundlich, 1878-1943. Somogy Editions d’Art, 2009. Cat. d’exp. Musée Tavet, Pontoise, 23 mai-27 septembre 2009

Freundlich, Otto. Schriften. Ed Uli Bohnen, Der Raum, p. 106-107. in Dialektik. Archives FRN 21/15

Govan, Michael, Bell, Tiffany, Dan Flavin. Une rétrospective, Cat. d’exp. Paris-Musées, 2006

Leistner, Gerhardt, in Otto Freundlich, ein Wegbereiter der abstrakten Kunst, cat. d’exp. Kulturgeschichtliches Museum, Osnabrück, 4. Sept. 1994 – 15. Januar 1995

Parsy, Paul-Hervé, Art minimal, Cat. d’exp. Centre Georges Pompidou, Paris, 1992

Sites Internet

Otto Freundlich : http://www.imec-archives.com/fonds_archives_fiche.php?i=FRN

Dan Flavin: http://www.mamco.ch/artistes_fichiers/F/flavin.html

http://www.diaart.org/sites/main/danflavinartinstitute

Pour l’ensemble des oeuvres de Otto Freundlich

http://www.google.fr/search?q=otto+freundlich&hl=fr&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=zDFQUaHlH46BhQemloCAAw&sqi=2&ved=0CDgQsAQ&biw=1425&bih=904

Pour la Mosaïque des Hommes de couleur :

http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action.

Pour l’installation de Dan Flavin en Hommage à Otto Freundlich

http://www.diaart.org/sites/page/58/1597

http://kunstraum-alexander-buerkle.de/fr/flavin/

 

La Kulturkritik entre la France et l’Allemagne (1860–1933) – médiateurs et réseaux

Date : 22/23 mars 2013

Lieu :  Paris

Organisateur :  Olivier Agard

Programme :  Kulturkritik et politique en France et en Allemagne – 1860-1933

La seconde rencontre du programme « Kulturkritik et politique » s’est tenue au Centre Malesherbes (Université Paris-Sorbonne) les 22 et 23 mars 2013. Cette rencontre était consacrée aux réseaux et médiateurs qui ont joué un rôle dans la diffusion du discours de critique de la civilisation moderne, dans un contexte franco-allemand. Ce colloque a comme le précédent réuni des chercheurs français et allemands.

Gangolf Hübinger s’est intéressé dans sa contribution (« Französische Autoren im Verlag von Eugen Diederichs. Kulturkritische Impulse vor dem Ersten Weltkrieg ») à l’éditeur Diederichs et à sa politique de publication d’auteurs allemands avant la Première Guerre mondiale. En effet, l’éditeur Eugen Diederichs, établi à Jena, a fait de sa maison d’édition une des institutions majeures de la Kulturkritik conçue comme contestation du rationalisme et de l’intellectualisme. A cette fin, il a intégré de façon ciblée certains auteurs français dans son programme éditorial, en les faisant traduire de façon soigneuse. C’est ainsi qu’il fait connaître Stendhal aux lecteurs allemand (grâce à la traduction du Rouge et le noir en 1900). Diederichs a atteint le point culminant de la créativité de son travail d’éditeur entre 1909 et 1914 : c’est à cette période que la culture française et les auteurs français jouent un rôle majeur dans son programme éditorial. Bergson devient un auteur central dans son catalogue, et il s’y ajoute Jean Jaurès, qu’il fait traduire, tandis qu’il fait la promotion de Jules Romains et Romain Roland. Il faut souligner le rôle de l’essayiste Otto Grauthoff, qui vit à l’époque à Paris, dans la médiation de la culture française en Allemagne. Il également prendre en compte la revue Die Tat, dont Diederichs fait à partir de 1913 un important forum pour la Kulturkritik allemande, française, et plus généralement européenne.

Dans sa contribution (« Bergson im George-Kreis »), Philipp Redl analyse la réception de Bergson dans le cercle de Stefan George avant la Première Guerre mondiale. Dans un premier temps, il esquisse les contours de la réception de Bergson à partir de 1900, et montre, comment l’intérêt pour Bergson en Allemagne culmine dans les traductions de Bergson chez l’éditeur Diederichs, entre 1908 et 1911. Le cercle de George vient s’insérer de façon particulièrement active dans ce processus de réception, peut-être par l’intermédiaire de Simmel, lecteur de Bergson depuis 1908. Les acteurs principaux de la réception de Bergson au sein du cercle de George s’intéressent à Bergson sous trois formes: le disciple favori de George, Friedrich Gundolf, reprend des philosophèmes bergsoniens dans sa brillante thèse, qui reste inscrite dans le domaine de la littérature allemande (Shakespeare und der deutsche Geist, 1911). Son frère Ernst Gundolf présente la pensée de Bergson dans un long article de l’organe de combat du George-Kreis, la revue – vouée à la Kulturkritik Jahrbuch für die geistige Bewegung. Enfin, la seule femme à avoir vue ses poèmes publiés dans les Blätter für die Kunst, traduit l’Evolution créatrice. L’exposé montre les points communs et les différences de ces trois voies de la réception, et cherche à déterminer dans quelle mesure certaines caractéristiques s’expliquent par le projet qui anime la réception de George. Philipp Redl propose également une explication pour le choix singulier de traduire « Elan créateur » par « Lebensschwungkraft ». L’exposé se termine par des considérations sur le rejet de Bergson par George après la Première Guerre mondiale.

Bernard Walcher se penche dans sa contribution Mit Arnold Böcklin und Hans Thoma gegen Frankreich. Kunstkritik als Kulturkritik in Henry Thodes Heidelberger Vorlesungen ») sur le cas du critique d’art Henry Thode, qui – lors du semestre d’été de 1905 à l’université de Heidelberg – a présenté dans une série de conférences s’adressant à un large public l’œuvre de Arnold Böcklin et Hans Thoma. La même année, ces conférences ont été publiées à Heidelberg chez l’éditeur Carl Winter, sous le titre : Böcklin und Thoma. Acht Vorträge über Neudeutsche Malerei. Dans ses huit conférences, Thode déplore l’importance prise en Allemagne par l’impressionnisme français et plus généralement par l’art et la peinture modernes venus de l’étranger, dont il critique aussi la réception allemande. Dans un même temps, il aborde la question du rapport entre nation et production artistique. Du point de vue de leur contenu et de leur rhétorique, ces textes, avec leur argumentation qui relève de la Kulturkritik, peuvent être considérés comme de la littérature idéologique (« Weltanschauungsliteratur »). La présente contribution procède en trois moments : dans un premier temps, M. Walcher ébauche le profil biographique et scientifique de Thode jusqu’à son arrivée à Heidelberg, et précise les circonstances qui l’on conduit à rédiger Der Fall Böcklin. Dans la deuxième partie, M. Walcher présente les conceptions et idées centrales de Thode concernant l’art allemand, par opposition à l’impressionnisme français. A partir de là, M. Walcher propose de lire les conférences de Thode comme une contribution à la Kulturkritik, en montrant comment le nationalisme de Thode en matière d’art repose sur une critique de la civilisation, d’où il tire des arguments décisif pour son propos.

Stefanie Arend examine dans sa contribution (« Vom ästhetischen zum politischen Konservatismus? -Bahr, Barrès, Hofmannsthal »), les liens entre conservatisme esthétique et conservatisme politique. Il est permis de penser que la confrontation avec la littérature et la culture française, qui prend en Allemagne autour de 1900 une forme souvent critique et multiple a joué un rôle non négligeable dans l’élaboration des idées du conservatisme politique. L’exposé se penche sur le cas de Hermann Bahr, en se demandant dans quelle mesure sa réception de Barrès, qui s’est d’abord limitée à des aspects esthétiques et anthropologiques, a connu à partir de là une politisation. Il est possible de montrer que Hofmannsthal dans son discours de 1927 sur l’écriture comme espace spirituel de la nation associe de façon étroite un discours esthétique avec un discours anthropologique, ou, du moins, une réflexion sur l’art comme projet politique. Bahr comme Hofmannsthal acceptent la grande différence culturelle avec le pays voisin qu’est la France comme un fait qui ne peut pas être surmonté. C’est justement pour cette raison que la France fonctionne comme un grand pourvoyeur d’idées et comme une sorte de point de référence, de comparaison et de contraste, qui permet aux intellectuels allemands de préciser leurs idées, en élaborant une conception spécifiquement allemande du conservatisme.

Daniel Azuelos ébauche dans sa contribution (« Walther Rathenau et Julien Benda ou l’enracinement de la Kulturkritik dans la vie de l’esprit ») une comparaison entre un Kulturkritiker français et un Kulturkritiker allemand. L’idée d’opposer deux Kulturkritiker aussi excentriques que Benda et Rathenau était séduisante à plusieurs titres : ils ne faisaient pas partie du sérail, ils étaient comme juifs des outsiders dans le milieu intellectuel de leur pays qui leur déniait la qualité de philosophes voire de penseurs, ils l’étaient aussi par leur formation scientifique et ils n’ont jamais vraiment eu de reconnaissance officielle au titre de leur œuvre philosophique : le rationalisme radical de Benda a indisposé tout le monde en France, des milieux de l’Action Française aux surréalistes en passant par Péguy et le bergsonisme, sa tête de turc préférée, au point qu’il fut très vite oublié, même si la Trahison des clercs , publié en 1927, a connu quelques rééditions après la Deuxième Guerre mondiale. La Trahison est le livre qu’on cite souvent, mais que personne ne lit jamais. On peut en dire autant de Rathenau : son dernier ouvrage Von kommenden Dingen a certes obtenu des recensions plutôt positives dès sa parution en 1917, et non des moindres, puisque Ernst Troeltsch, Max Scheler, Stefan Zweig, Ferdinand Tönnies, Hugo von Hofmannsthal, Hermann Hesse sont au nombre des critiques du livre. Mais n’était-ce pas plutôt à l’homme public que ces éminents savants et hommes de lettres voulaient rendre hommage, au grand industriel et à l’organisateur de l’économie de guerre qui signait son troisième opus philosophique après Zur Kritik der Zeit et Mechanik des Geistes ? Certaines ressemblances entre les deux penseurs sont purement contingentes, comme le rapprochement avec Scheler qui est plus évident pour Rathenau, d’autres sont liées à de véritables convergences théoriques, comme le rejet du technique et du pragmatique, la doctrine du désintéressement. Il ne faut pas omettre un dernier élément commun que ces deux Kulturkritiker ont essayé de dissoudre dans leurs théories respectives : leur appartenance nationale et l’attachement à leur patrie respective. Quand Rathenau veut tendre à l’universel, il rappelle que c’est bien la France, ses institutions et sa langue qui auraient vocation à le représenter au plus haut point. Quand Rathenau essaye de dépasser le nationalisme étroit de ses prédécesseurs, c’est le modèle du militarisme prussien qui lui vient spontanément à l’esprit et on ne peut s’empêcher de penser qu’il aurait pu faire sienne la devise : « An deutschem Wesen soll die Welt genesen ».

Marion Picker s’interroge dans sa contribution (« Die Zweideutigkeit der Kultur: Der Fall des geographischen Denkens bei Franz Rosenzweig ») sur l’ambivalence de la notion de culture chez Franz Rosenzweig. La Kulturkritik et la pensée territoriale et géographique ont dans le courant des 19eme et 20eme siècles noué des alliances multiples, aussi bien en France qu’en Allemagne. On pourrait citer en exemple les géographes Vidal de la Blache, Friedrich Ratzel, l’historien Fernand Braudel, les juristes Rudolf Kjellen et Carl Schmitt. Les petits écrits de Rosenzweig datés de 1916 et 1917, et qu’il a rédigés juste avant son grand ouvrage L’Etoile de la rédemption, présentent une forme particulière de pensée géographique, en particulier l’article le plus long de la série : « Globus: Studien zur weltgeschichtlichen Raumlehre ». Ces écrits ne sont pas seulement en décalage par rapport à la réception de Rosenzweig, qui se concentre sur l’Etoile de la rédemption et ses aspects dialogiques : ils montrent de surcroît qu’il y a de la Kulturkritik chez des intellectuels qu’on ne considère généralement pas comme des Kulturkritiker. Rosenzweig participe de la Kulturkritik, dans la mesure où il reprend à son compte les conceptions géopolitiques de Kjellen dans Die Ideen von 1914, en assimilant comme lui l’idée d’une communauté qui transcende le moi à une pensée typiquement allemande. Toutefois, Rosenzweig atténue la critique de Kjellen envers une certaine modernité (caractérisée comme allant vers le prosaïsme et l’individualisme, du fait d’un libéralisme perçu comme franco-anglais), en particulier en ce qui concerne le libéralisme et la France. L’absolutisation de la notion de communauté couplée à celle de germanité (inspirée par le « socialisme d’Etat » de Friedrich Naumann) reçoit chez Rosenzweig une coloration particulière et prend un caractère ambivalent, qui s’explique par une problématique judéo-allemande ainsi que par une réflexion sur l’histoire du salut, qui se situe dans l’histoire, mais qui sait également la relativiser, en la rapportant à qui est encore à venir.

Au point de départ de la contribution de Manfred Gangl (« Philosophische Anthropologie und Kulturkritik bei Helmuth Plessner »), il y a la question de savoir ce qui se passe quand la Kulturkritik change de point de référence, quand la Kulturkritik est pratiquée du point de vue de l’anthropologie philosophique. Car l’anthropologie philosophique ne comprend pas l’homme comme un être biologique, naturel, mais considère que sa position singulière dans le cosmos est liée à sa qualité d’être doté d’un esprit, d’être culturel, artificiel, apte à la culture, et dépendant de la culture. Il est donc quasiment impossible de concevoir l’idée d’un homme qui serait aliéné en raison du développement technique et culturel : on attend plutôt de l’anthropologie philosophique une critique de la Kulturkritik qu’une Kulturkritik au sens traditionnel du terme. Dans son œuvre Grenzen der Gemeinschaft (1924), Helmuth Plessner considère que la culture est menacée par le radicalisme des mouvements sociaux, qui, avec la critique du progrès technique, jettent également par dessus-bord ses conquêtes sociales et ses ultimes valeurs humanitaires. A l’encontre de la manière dont la Kulturkritik usuelle oppose les concepts de civilisation et de culture, Plessner propose une redéfinition anthropologique et une réévaluation du concept de civilisation lui-même, en lui assignant des propriétés liées à la culture. L’homme n’est pas seulement renvoyé à une activité purement utilitaire qui menacerait la culture : en tant qu’il n’est pas défini par sa naturalité, mais par son artificialité, son activité irait toujours – dès le départ – au-delà de la rationalité instrumentale. Il est toutefois étrange que dans l’article « Die Utopie in der Maschine », paru la même année, Plessner analyse à nouveau les répercussions de la machine, de la technique et de l’industrie sur la vie, mais en opposant maintenant à la tyrannie de la machine l’utopie de la machine : le contrepoids de la machine, qu’il voyait du côté d’une refondation anthropologique dans son livre sur la communauté, il le voit maintenant dans la machine elle-même. De façon conséquente, la nostalgie des Kulturkritiker est dénoncée par lui comme une réaction de fuite, un refus de voir les réalités, un anti-machinisme qui méconnaissent cette « utopie de la machine ». Dans son article « Die Entzauberung des Fortschritts » (1936), Plessner constate que la foi dans le progrès et dans la réalisation progressive de la raison, foi liée au progrès de la technique et des sciences, a été désavouée : l’idée même d’humanité, en tant qu’elle serait favorisée par le progrès, est – dans le monde occidental – entrée dans une crise totale. Ce sont les résultats de ce progrès qui ont conduit à son désenchantement : il s’agit là d’un désenchantement au second degré, le désenchantement d’une idée du progrès elle-même issue du désenchantement de l’histoire du salut. Et il ne s’agit pas là d’une crise de la bourgeoisie, mais d’une fin de l’ère bourgeoise et de ses valeurs. Il y va plus précisément du « destin de l’esprit allemand à la fin de son ère bourgeoise », comme l’indique le titre du livre que Plessner publie en 1935. Dans cet ouvrage, Plessner part de la crise de l’esprit européen, qui n’a fait que se renforcer après la Première Guerre mondiale. C’est pour Plessner en particulier l’histoire des sciences (humaines et naturelles) qui montre comment le processus de sécularisation dans les sciences a été poussé toujours plus loin. Dans l’opposition de la philosophie à la théologie, de l’histoire à la philosophie, de la sociologie à l’histoire, et de la biologie à la sociologie, se répète à chaque fois la même logique du soupçon et du démasquage – grâce à une nouvelle perspective scientifique inédite – d’une autorité qui n’avait pas encore été ébranlée jusque là. La dernière étape de ce processus de dévoilement serait selon Plessner la biologie raciale du national-socialisme. S’il s’agit d’un dénouement inéluctable, historiquement nécessaire, du grand drame de la sécularisation de l’aire culturelle chrétienne, comment revenir en arrière ? Dans la mesure où l’on connaît Plessner comme un fondateur de l’anthropologie philosophique, on doit s’étonner qu’il n’éprouve jamais le besoin de soustraire sa propre anthropologie à cet enchaînement. C’est le contraire qui se passe: Plessner ne laisse pas de place à une autre issue. Au-delà de l’échec de la Kulturkritik critiquée par Plessner, n’y a-t-il pas ici un échec de sa propre anthropologie philosophique ?

Dans sa contribution (« Natorp et la Kulturkritik »), Annie Lamblin s’intéresse au néokantien Paul Natorp. Face à la Première Guerre mondiale, Paul Natorp, pourtant lié précédemment aux milieux pacifistes, se rallie aux Idées de 1914 : idée d’une guerre juste, qui va faire triompher la culture allemande et l’esprit allemand, profond et intériorisé (innerlich) contre la civilisation décadente de l’Occident, et permettre ainsi à un peuple jeune et sain de conquérir sa place au soleil, d’affirmer sa mission de paix et de liberté « organiques » contre la mécanique du droit international et la loi mathématique des démocraties, libérant dans la foulée les pays sous tutelle coloniale et capitaliste. L’État idéal, déjà préfiguré dans l’État prussien de Frédéric II, s’accomplira à travers le socialisme, un socialisme inspiré par Kant plutôt que Marx. Natorp s’oppose au déclin moral engendré par la modernité, visible dans l’hédonisme, le matérialisme et l’urbanisation de la société. Même s’il ne rejette pas le progrès technique, il condamne la division du travail et prône l’idée de service de service du travail (Arbeitspflicht). La compétence du travailleur s’acquiert par un système d’enseignement démocratique accessible à tous et basé sur le mérite. La Einheitsschule dont Natorp a esquissé le plan s’appuie sur la pédagogie de Pestalozzi et une morale chrétienne détachée des dogmes ; l’enseignement religieux doit être supra-confessionnel pour ne pas reproduire la division confessionnelle de l’Allemagne et être ainsi susceptible de fonder une conscience communautaire nationale Conclusion : si Natorp est assez moderne dans ses écrits sur l’école et la pédagogie, tout comme sur la sécularisation de la société, il rejoint dès août 1914 les idées communément partagées par les intellectuels allemands de son temps, convaincus de la supériorité culturelle de l’Allemagne dans le monde, se rallie à l’Union sacrée (Burgfrieden) pendant la guerre et condamne la démocratie politique et le laxisme moral de la nouvelle république de Weimar.

Dans sa contribution (« Nietzsches Verhältnis zur französischen Aufklärung als Grundlage seiner Kulturkritik »), Gilbert Merlio s’intéresse à la figure de Nietzche qui est assurément centrale pour la Kulturkritik en Allemagne et en Europe. La critique conservatrice de la modernité (auquel le terme de Kulturkritik a été longtemps réservé) est une réaction au processus de modernisation induit par les Lumières. La critique du jeune Nietzsche se situe dans cette tradition: sa condamnation du socratisme  dans la Naissance de la tragédie est une critique par analogie des „idées modernes“ et Nietzche estime que l’Allemagne et l’Europe ne pourront être sauvées  du déclin culturel qu’en rejetant les influences „romanes“ délétères. Tout autre est la position de l’esprit libre que devient Nietzsche avec  Humain surhumain (1878). Il se met alors à procéder à une sorte de métacritique des Lumières en utilisant les armes de la connaissance et de la critique qui en constituent le propre. Il s’agit maintenant de démasquer les idoles que les Lumières historiques n’ont pas osé renverser, la croyance en une morale et une raison métaphysiques et universelles, par des arguments  rationnels, psychologiques ou historiques. Il trouve maintenant ses références non plus seulement dans la culture artistique de la Grèce ancienne mais aussi dans la Renaissance italienne et dans les premières Lumières françaises. Il partage la passion de la connaissance de Descartes, voit dans Voltaire un Grec moderne, s’appuie sur les moralistes français des XVII° et XVIII° siècles. Son rejet du moralisme judéo-chrétien s’accompagne d’une critique d’ordre à la fois politique et anthropologique mettant l’accent sur le nivellement et le « rapetissement » de l’homme dans un hédonisme de masse moderne encouragé par les idéologies humanitaires, démocratiques et socialistes. Rousseau est le parangon honni de cette modernité moralisatrice et révolutionnaire. En revanche, il retrouve dans Voltaire « le goût de cour » et le sens de la mise en forme, de « liberté dans les chaînes », du style, qui est la caractéristique du classicisme français. Nietzsche se nourrit dans les années quatre-vingts de la critique des Lumières et de la Révolution qu’il trouve chez des auteurs français comme Taine ou Brunetière. Sous leur influence, il ne cesse d’opposer dans les aphorismes de l’année 1887, le modèle aristocratique du XVIIsiècle français  au XVIIIe siècle humanitariste et révolutionnaire. « Penseur de la hiérarchie », Nietzsche est nostalgique des sociétés aristocratiques du passé et se demande comment  les recréer à partir de la massification moderne. Son idéal humain reste un idéal classique potentialisé, dont Goethe est certainement l’incarnation la plus achevée jusqu’ici, l’idéal d’un homme complet réunissant les instincts et les talents les plus opposés dans la synthèse la plus large et la plus maîtrisée. La figure du surhomme tente d’apporter une réponse à ces  exigences tant sur le plan politique que sur le plan individuel.

Dans sa contribution (Les raisons de l’intensité de la critique culturelle en Allemagne. Une approche comparative), Aurélien Berlan s’interroge sur les raisons de la vivacité particulière de la Kulturkritik en Allemagne. La critique culturelle du progrès industriel, comprise comme une mise en question de la civilisation moderne qui est distincte et en partie opposée à la critique sociale de la société capitaliste, a été en Allemagne particulièrement diffuse, véhémente et productive sur le plan théorique. Si l’on compare les évolutions sociales et intellectuelles en France et en Allemagne, quatre facteurs apparaissent qui permettent d’expliquer cette intensité. Primo, la révolution industrielle a été en Allemagne beaucoup plus rapide et brutale qu’en France, où son caractère progressif permettait plus facilement d’y voir un progrès. Secundo, elle a été accompagnée d’une ascension politique fulgurante de la critique sociale incarnée par le parti social-démocrate, ce qui a renforcé les inquiétudes culturelles de ces intellectuels qui considéraient que le communisme n’était que le frère jumeau de l’industrialisme capitaliste qui les inquiétait. Tertio, le romantisme et la Lebensphilosophie avaient au cours du XIXe siècle diffusé en Allemagne des ressources sémantiques, conceptuelles et métaphoriques, qui permettaient de mettre des mots sur les dangers ressentis face à la « mécanisation du monde » ; à l’inverse, le positivisme avait en France tendance, avec sa foi en la science et la technique, à détourner l’attention de ces dangers potentiels. Enfin, Il ne faut pas négliger le facteur politique de la « nation en retard » : le Bildungsbürgertum allemand, plus éloigné du pouvoir (économique et politique) que la bourgeoisie intellectuelle française, s’identifiait de ce fait moins directement avec les évolutions de son temps.

Cultures monétaires en France et en Allemagne

Date : 22 avril 2013

Lieu :  Paris

Organisateur :  René Lasserre

Programme :  Culture monétaire, culture budgétaire en Allemagne et en France. Divergences et convergences franco-allemandes. Sur la voie d’une nouvelle gouvernance européenne ?

Auteurs du compte rendu : Solène Hazouard, René Lasserre, Raphaël Manseau

Cette rencontre constituait le premier volet du projet « Culture monétaire, culture budgétaire en Allemagne et en France. Divergences et convergences franco-allemandes. Sur la voie d’une nouvelle gouvernance européenne ? », mené avec le soutien du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA). Organisée par le CIRAC, l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg (DFI) et le Centre de recherche Civilisations et Identités Culturelles Comparées (CICC) de l’Université de Cergy-Pontoise, la journée d’étude, accueillie sous l’égide de l’Institut Historique Allemand (IHA), portait sur les grandes évolutions des politiques monétaires en France et en Allemagne fédérale depuis la Seconde Guerre mondiale, puis sur les débats d’actualité, avec l’analyse des positions françaises et allemandes en matière de politique monétaire nationale.

Dans la continuité de ce projet, une seconde journée d’étude sera consacrée aux cultures budgétaires en France et en Allemagne à l’automne 2013. Puis, au printemps 2014, un colloque axé sur la problématique actuelle de la gouvernance économique et financière de l’Europe viendra conclure ce programme.

Grandes étapes et évolutions des politiques monétaires en France et en Allemagne

Au cours de son exposé, Manfred J. M. Neumann, Professeur émérite à l’Institut de politique économique internationale de l’Université de Bonn, a rappelé les principales constantes de la politique monétaire allemande depuis 1945 que sont la stabilité monétaire, l’indépendance de la banque centrale et la prévention du risque de change, dans un contexte de promotion de l’ouverture des marchés et de libre fixation des prix.

La stabilité monétaire constitue le principal objectif de la politique monétaire allemande, notamment pour des raisons historiques (hyperinflation de 1921-1923 et inflation étouffée de 1935-1948). Ce principe est ainsi ancré dans la loi de 1957 portant création de la banque centrale allemande (Bundesbank), en vue de doter le pays d’une économie de marché performante et de garantir la paix sociale. La deuxième constante, c’est-à-dire l’indépendance de la banque centrale par rapport au pouvoir politique, a été souhaitée par les Américains dès 1948 pour empêcher tout risque de guerre. En dernier lieu, la prévention du risque de change a connu deux grandes phases. De 1948 à 1972, le deutsche mark est indexé sur le dollar (lui-même indexé sur l’or) dans le cadre du système monétaire de Bretton Woods. Cette période se caractérise par une tendance à l’appréciation de la monnaie ouest-allemande. À partir de 1973, le taux de change devient flexible et des objectifs en termes de masse monétaire sont fixés. Le deutsche mark intègre le Serpent monétaire européen, remplacé en 1979 par le Système monétaire européen (qui a subi quelques crises avant l’introduction de l’euro).

Se pose désormais la question des écarts de compétitivité qui, au sein du système de monnaie unique de la zone euro, ne peuvent plus être corrigés par les réajustements de parité. L’Allemagne se distingue en effet par l’importance et la spécialisation de son secteur industriel, qui lui offre un avantage en termes de compétitivité internationale, ainsi que par le niveau de ses investissements en recherche et développement, proche de celui établi par la stratégie de Lisbonne en 2000. Le maintien d’un euro pérenne et stable, fondé sur une gestion monétaire rigoureuse, constitue ainsi pour l’Allemagne une priorité de la politique monétaire commune.

Du côté français, Michel Margairaz, Professeur d’Histoire économique contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Responsable de la Mission historique de la Banque de France, a structuré son propos en trois parties, respectivement dédiées aux fondements de la politique monétaire française entre 1945 et 1960, aux critiques émises contre ce système et aux mutations culturelles des années 1970 et 1980.

En 1945, la politique monétaire est mise au service de l’effort de modernisation de l’appareil productif et subordonnée à la politique du crédit, à la fois quantitative et sélective (des taux d’intérêts privilégiés sont utilisés pour promouvoir certains secteurs économiques prioritaires). La loi du 2 décembre 1945 nationalise la Banque de France et les quatre grandes banques de dépôt, créant par ailleurs un Conseil National du Crédit chargé de fixer la politique du crédit. Le système de promotion inflationniste et de répartition sélective du crédit qui prévaut alors risque de rigidifier l’économie. Il est remis en cause à plusieurs reprises :

  • à la fin des années 1950, par la Commission Rueff-Armand ;
  • en 1966-1967, par les mesures Debré-Haberer de libéralisation ;
  • en 1969, par le rapport Marjolin-Sadrin-Wormser sur « le marché monétaire et les conditions du crédit », prônant la politique d’open market.

Le risque d’inflation résultant du choc pétrolier de 1973 va progressivement transformer le système avec la consolidation de l’encadrement du crédit, le ciblage de la masse monétaire, la désindexation des salaires sur les prix, les efforts pour alimenter l’économie par les marchés financiers et la critique de l’hétérogénéité du système financier. Le plan de rigueur de 1983 rend public le changement de priorités : la stabilité monétaire prime désormais sur le soutien à l’emploi. Les mesures de 1984-1986 viendront ensuite modifier les lois de 1945 et libéraliser le marché financier.

Pratiques de politique monétaire

En guise d’introduction à sa présentation, Hans-Helmut Kotz, Senior Fellow au Centre d’études financières (Université Goethe de Francfort-sur-le-Main), a souligné le rôle central des relations franco-allemandes dans l’Union européenne et la création de la monnaie unique. L’Union économique et monétaire (UEM) fait l’objet d’une restructuration institutionnelle depuis 2010 et s’est engagée progressivement, dans le contexte de la crise de la dette souveraine et de la pression des marchés, sur la voie d’une plus grande européanisation avec le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et le Mécanisme européen de stabilité (MES), le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et le semestre européen.

Hans-Helmut Kotz a ensuite explicité le point de vue allemand sur l’UEM. Outre-Rhin, la BCE est considérée comme une institution indépendante visant principalement à assurer la stabilité des prix, la politique budgétaire devant prévenir tout déficit excessif. Pour les Allemands, la crise résulte du non-respect du Pacte de stabilité et de croissance (à commencer par l’Allemagne et la France en 2003). Aujourd’hui, le MES est accepté en tant que mécanisme de résolution de la crise, tandis le Pacte de stabilité et de croissance s’est vu renforcer par le « Six-Pack », le « Pacte euro plus » (ou « Pacte pour l’euro ») et le TSCG. Si des étapes vers une union bancaire ont été franchies avec la création récente d’un mécanisme unique de supervision bancaire, l’émission d’eurobonds n’est en revanche pas à l’ordre du jour du côté allemand.

Dans un second temps, Pascal Kauffmann, Professeur de Sciences économiques à l’Université Montesquieu – Bordeaux IV, a évoqué les débats et controverses autour du rôle de la BCE, puis les débats sur les autres politiques macroéconomiques.

Un désaccord modéré s’exprime autour de la politique monétaire non conventionnelle, utilisée en cas de crise économique et financière et caractérisée par l’assouplissement qualitatif (qualitative easing), l’assouplissement quantitatif (quantitative easing) et l’assouplissement des conditions de crédit (credit easing). Les inquiétudes allemandes sont liées à l’abaissement de la qualité des garanties sur les prises en pension et à l’importance de la création de monnaie de la banque centrale. Les controverses portent également sur l’atteinte au principe d’indépendance de la BCE que représentent, selon l’Allemagne, les programmes de rachat de dette publique.

À l’échelon macroéconomique, les débats concernent en premier lieu la politique de change. La France, qui considère l’ajustement par le change comme un instrument macroéconomique usuel dans le reste du monde souhaiterait à cette fin renforcer l’Eurogroupe. En deuxième lieu, la question de la mise en place d’un « gouvernement économique » soucieux de promouvoir la croissance dans l’UEM est posée par la France. Enfin, la création d’un fonds européen de garantie de dépôts bancaires s’avère délicate en raison de ses implications en termes de fédéralisme budgétaire.

La table ronde « Convergences et divergences franco-allemandes sur la politique monétaire européenne. État des lieux et perspectives » était animée par Rainer Klump, Responsable du département Développement économique et Intégration à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main.

Au cours de ce débat, Luc Moulin, Ancien PDG de Howmet au sein du groupe Pechiney et Membre de l’ancienne Association pour l’Union Monétaire de l’Europe (AUME), a rappelé combien la situation géopolitique et économique de l’Europe était incertaine à la fin des années 1980, du fait de l’instabilité des taux de change. Dans ce contexte, des industriels européens se rassemblent pour fonder l’AUME, dont les 600 sociétés membres ont joué un rôle décisif dans l’introduction d’une monnaie de change unique. Cependant, le projet d’union économique et monétaire mis en place reste imparfait, car la dimension économique a été oubliée par les responsables politiques. Les entreprises peinent à investir et sont plus ou moins compétitives puisque, selon les pays européens, les temps de travail et les charges sociales diffèrent. Pour poursuivre l’UEM, l’Union européenne devra donc s’orienter vers davantage de fédéralisme.

Christian Kastrop, Directeur adjoint de la division Questions économiques générales et Directeur de la section Finances publiques, macroéconomie et recherche au ministère fédéral des Finances, a rappelé la nécessité de définir un concept de gouvernance de l’UE dans les années à venir. Dès lors se pose la question des préférences nationales sur le plan de l’économie, des finances et de la protection sociale. Il convient de mettre en place un cadre politique qui, du point de vue allemand, permette aux marchés de jouer pleinement leur rôle au sein d’une fédération pour l’instant encore hybride et incomplète.

Jacques Mistral, Économiste, Conseiller spécial à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), a précisé que depuis 2008, la République fédérale d’Allemagne contribue activement à la gestion de la crise économique et financière. Néanmoins, Jacques Mistral reproche à l’Allemagne d’avoir souhaité impliquer le secteur privé en cas de difficultés financières futures d’un pays de la zone euro, d’avoir considéré pendant des mois la crise grecque comme un problème de nature morale et d’occulter la question des torts du créditeur. Pour autant, le gouvernement allemand, en faisant preuve d’une grande flexibilité, est à la recherche permanente d’un compromis européen indispensable à la réalisation d’une union monétaire européenne plus solide et plus étroite.

Peter Schaefer, Doctorant à l’Université de Trente/Paris IV Sorbonne, a ensuite montré la persistance en Europe de conceptions diverses en matière de politique monétaire. Il est par ailleurs revenu sur les éléments de la crise des années 1930, pour se pencher enfin sur la responsabilité des élites nationales et européennes. Selon lui, celles-ci doivent aspirer à une politique économique et monétaire qui réduise les déséquilibres économiques entre pays de la zone euro.

Paul Welfens, Président de l’Institut Européen des Relations Économiques Internationales (EIIW) à l’Université de Wuppertal, a rappelé les avantages économiques émanant de l’euro et du marché unique. Après avoir réfuté les arguments du nouveau parti anti-euro Alternative pour l’Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD), Paul Welfens a souligné la nécessité de mettre en place une union politique à l’échelon européen, assortie d’un frein à l’endettement.

Pour clore cette journée, Henrik Uterwedde, Directeur adjoint de l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg (DFI) et René Lasserre, Directeur du CIRAC, ont précisé qu’en raison des différences d’approche franco-allemandes résultant de deux chocs historiques assez distincts, il reste un long chemin à parcourir pour concilier les cultures monétaires des deux pays. Néanmoins, cette tâche semble réalisable si les conceptions et les préoccupations qui les sous-tendent sont soigneusement explicitées et ouvertement discutées.

Les actes de cette journée d’étude seront intégrés à un ouvrage collectif à paraître en 2015.