Héritage, mémoire et transmission de l’expérience communiste : les intellectuels dans le parti

Date : 22 janvier 2013

Lieu :  Paris

Organisateur :  Sonia Combe (ISP-CNRS/ Centre Marc Bloch, Berlin)

Programme :  Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Etude de cas : les intellectuels communistes

Intervenante : Sonia Combe (ISP-CNRS/ Centre Marc Bloch, Berlin)

Discutante : Muriel Blaive, (Ludwig Boltzmann Institut, Vienne)

Coordinatrice : Catherine Gousseff (EHESS-CERCEC)

Intitulée « Héritage, mémoire et transmission de l’expérience communiste : les intellectuels dans le parti » et centrée sur la figure de Jürgen Kuczynski (1904-1997), l’intervention a porté sur la posture de « Linientreuer Dissident » (dissident fidèle à la ligne du parti- LTD). Sonia Combe a présenté la catégorie des membres du Parti (SED) qui avaient opté pour le silence à l’extérieur du Parti, mais mené un combat à l’intérieur, comme en atteste la consultation des archives du Parti (SAPMO), de celles de l’Akademie der Künste, à Berlin, ou encore les dossiers de surveillance de la Stasi, première instance à détecter la « déviance idéologique ». Les autobiographies et journaux personnels publiés après la disparition de la RDA constituent également des sources pour analyser le comportement social de ces communistes silencieux, au nom d’une loyauté à un idéal « dévoyé » – ce qui distingue leur attitude du simple opportunisme, carriérisme ou conformisme de la pensée.

Interrogeant la définition de « Linientreuen Dissidenten » (définition non scientifique, mais donnée par un éditeur en titre d’un ouvrage autobiographique de Jürgen Kuczynski), S.C. émet l’hypothèse que l’influence de ces communistes critiques a empêché l’émergence, à l’instar de ce qui s’est passé dans les autres sociétés de type communiste, d’une véritable dissidence. Elle distingue deux générations de LTD :

–          Celle de Kuczynski : génération des pères (et mères) fondateurs de la RDA. Marxistes (davantage que communistes au sens de membres du Parti ou Parteintellektuellen (Gramsci), mais intellectuels dans le Parti), ils forment une génération (au sens de Mannheim) soudée par un passé commun, le combat antifasciste, l’exil ou le camp. Souvent d’origine juive, comme JK, cette identité est largement supplantée par l’identité communiste. Enfin, ils ont fait le choix conscient en faveur de la RDA. JK est rentré dès 1945.

–          Celle de Christa Wolf : génération qui avait 20 ans au moment de la fondation de la RDA, avait vécu l’effondrement du 3e Reich et avait participé à l’enthousiasme de la création d’une société nouvelle, construite en opposition radicale avec l’ancienne. Cette génération a eu pour modèles les précédents (Anna Seghers, Brecht, Kuczynski etc.) et s’est réalisée professionnellement en RDA.

Faisant état de recherches dans les archives citées ci-dessus, Sonia Combe a donné des exemples de discussions critiques très poussées à l’intérieur du Parti, surtout à partir du 11e Plenum de décembre 1965. Elle a relaté des stratégies d’évitement pour ne pas prendre les positions publiques auxquelles le Parti encourageait ses figures publiques (dénonciation de la politique d’Israël pendant la Guerre des Six-jours, en 1967, solidarité avec l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie en août 1968, critique de l’Archipel du Goulag de Soljénitsyne, etc.), jusqu’à l’affaire Biermann (1976) qui ouvre la période de la prise de parole avec la première action collective contre le régime.

La discussion a porté sur a) la comparaison avec les autres sociétés de type communiste b) les raisons du silence dans une éventuelle entreprise réflexive après la chute du communisme.