France-Allemagne : les figures de l’intellectuel, entre Révolution et Restauration (1780-1848) 

Date : 4 et 5 novembre 2011

Lieu : E.N.S, 45 rue d’Ulm, salle Dussane/ Université Paris 1, 17, rue de la Sorbonne, salle Cavaillès

Organisatrices : Anne Baillot et Ayşe Yuva

Programme de formation-recherche : « La présence française dans la vie intellectuelle prussienne de l’Aufklärung au Vormärz ». Le colloque, qui est la dernière manifestation de ce programme, a été co-financé par le CIERA, le C.H.S.P.M. (Université Paris 1) et l’université Humboldt de Berlin.

Communications
Le colloque, qui a donné lieu à des échanges très vivants, comportait des exposés de différents types : certains étaient centrés sur une figure singulière (Jacobi, Fichte, Hegel, Etienne de Jouy, Herbart, Ruge), selon une perspective historique et/ou philosophique ;  d’autres étaient consacrés à l’analyse de textes particulièrement significatifs sur cette question (Qu’est-ce que les lumières ?, Vers la paix perpétuelle) ; les réseaux, notamment à l’Institut, à l’Université de Berlin, dans le cercle des Jeunes Hégéliens, ont également été pris en compte. Des logiques de concurrence ou d’alliance entre écrivains et savants, philosophes français et allemands, collègues universitaires. La question du rapport des écrivains à l’autorité politique, soulevée à propos des Idéologues, mais aussi de Jacobi a, peut-être de façon inattendue, attiré moins l’attention que les formes d’intervention des écrivains, philosophes et savants dans les débats qui agitaient l’espace public.

Le colloque s’est ouvert par une intervention de Sylvie Le Moël (Tours) sur Jacobi, qui offre un exemple très éclairant d’écrivain oscillant entre le retrait et l’engagement. Jacobi, souvent classé parmi les anti-lumières, a eu pourtant pour souci premier la préservation de la liberté individuelle et de la liberté critique du savant. L’intervention a mis en lumière le rôle tenu par Jacobi en tant que conseiller à Munich, qui ne l’a pas empêché de continuer à défendre le pouvoir de la publicité et l’indépendance du savant envers toute pression politique. La discussion a porté sur les réseaux dans lesquels Jacobi était inséré (associant à la fois des partisans et des adversaires des Lumières) et sur la stratégie de polémiste de Jacobi, avançant souvent par l’affirmation de thèses brutales ensuite adoucies. Suite à cela, nous avons eu droit à une intervention de Luc Vincenti (Montpellier III) sur « Rousseau, Kant et la Révolution : la force du pouvoir instituant », portant sur la figure du législateur instituant chez Rousseau, à partir d’une confrontation du Contrat social, II,7 au fameux extrait de Vers la paix perpétuelle portant sur le « peuple de démons ». L’intervention, suivie d’un débat animé entre L. Vincenti et B. Binoche quant à la question de savoir si la thématique de l’institution d’un peuple par le législateur peut être rapprochée de celle de la transformation sociale, a porté in fine sur le positionnement de Kant en faveur de la Révolution française.
La deuxième partie de cette demi-journée a vu se succéder trois interventions portant sur la période allant du Directoire à l’Empire. Jean-Luc Chappey (Paris I, I.H.R.F.) a, contre le schéma « héroïque » d’une histoire des Idéologues qui présente ceux-ci comme des intellectuels victimes de leurs illusions et de la tyrannie du Prince, montré les logiques intellectuelles qui rendent compréhensible leur effacement face à Bonaparte. En particulier, leur conception du monde intellectuel comme devant être sauvé de « l’anarchie » et de la « populace », leur dénonciation constante des désordres à partir de 1799 explique la facilité avec laquelle Bonaparte a pu s’appuyer sur eux en 1803. A sa suite, l’intervention de Stéphane Zekian (C.N.R.S., UMR LIRE) a porté sur les divisions qui habitaient l’Institut et les controverses touchant à la place des poètes et des littérateurs en son sein. Les rapports de pouvoir entre les représentants des différents régimes de discours sont compliqués du fait que les écrivains, subissant l’ascendant de la métaphysique et des sciences exactes, se voient comme un « petit peuple isolé, sans alliés et sans amis ». S. Zékian, restituant les difficultés posées par la stérilité littéraire de certains écrivains et les blocages institutionnels, remet cependant en cause la vision rétrospective (d’origine bonaldienne) d’une guerre des sciences et des lettres. Enfin, après ces deux interventions qui sont loin de donner l’image d’intellectuels unis et efficaces, Ayşe Yuva (Centre Marc Bloch), a montré comment certains auteurs français de cette période, tels Destutt de Tracy, jugent néanmoins que l’efficace pratique ne peut se trouver que du côté de la pensée française, et que la pureté de la philosophie allemande la condamne à ne pouvoir avoir de prolongements pratiques. Mme de Staël conteste cependant cette lecture et montre comment la philosophie « idéaliste » allemande peut servir à penser un nouveau type d’écrivain et de philosophe, distinct aussi bien du philosophe voltairien que de l’Idéologue ou du savant dépolitisé.

La journée du samedi a vu d’abord se succéder plusieurs interventions portant sur la sphère germanophone. Philippe Büttgen (Paris I), qui travaille sur le rôle central du pastorat dans la politisation de la philosophie en Allemagne, a révélé les catégories de droit ecclésiastique qui travaillent une grande partie du texte Was ist Aufklärung ?, celle notamment consacrée aux pasteurs. Kant, par sa défense de la liberté d’expression dans l’usage « public » de la raison, subvertit des catégories mises en place lors de la Confession d’Augsburg, qui faisait la distinction entre une religion extérieure, publique, et une religion intérieure, domestique. C’est, de ce point de vue, une véritable provocation de Kant que de prétendre que le culte des paroisses est privé. La politisation de la philosophie se fait, ici, sur le fond des enjeux pastoraux. Si Was ist Aufklärung ? est devenu, après Foucault, un emblème, il faut néanmoins, afin d’éclairer cette ontologie de nous-mêmes, lui rendre sa surface de réflexion juridique.
Les deux interventions suivantes concernaient Fichte, à travers son œuvre et sa réception. Charlotte Morel (Clermont-Ferrand) s’est intéressée à la figure du Gelehrte, que l’on peut traduire, au sens spécifique de « celui qui a reçu l’éducation », par « érudit ». Dépassant la perspective de l’Aufklärung au profit de la Verklärung, Fichte invite à une transfiguration du regard. La formation du savant doit être une action sur l’œil lui-même. On ne peut former alors à la liberté qu’en communiquant indirectement celle-ci, et en établissant du même coup une sorte de « court-circuit » qui permet au spéculatif de se montrer, au moins en partie, dans l’espace public. Jean-François Goubet (Université d’Artois) a alors montré, à travers la lecture d’Herbart, comment Fichte s’est constitué en contre-modèle, notamment après l’affaire des « sept de Göttingen » qui avait vu le renvoi de sept professeurs qui contestaient la suppression de la constitution hanovrienne. Herbart, exemple d’un savant en retrait du politique, voit dans cette affaire la suite de certaines erreurs fichtéennes concernant notamment le droit. Herbart se réclame quant à lui d’une communauté scientifique travaillant dans une lenteur méthodique, à l’inverse du modèle fichtéen d’une auto-affection des convictions, qui outrepasse les droits du professeur en chaire. Enfin, pour clôre cette matinée, Anne Baillot (Université Humboldt) a présenté le résultat de ses recherches en archives sur les professeurs de l’université de Berlin et leur patriotisme, entre 1810 et 1820. L’intervention a montré comment l’attachement des professeurs à la nation s’exprime à tous les niveaux proposés par l’institution : publications, cours, tâches administratives. Anne Baillot a mis en évidence comment la plasticité de l’Université de Berlin dans ses premières années d’existence, alors que ses structures administratives étaient encore flottantes, a pu effectivement permettre à différentes « figures » de l’intellectuel d’y trouver leur place.
La dernière séance de l’après-midi a été franco-allemande : après un exposé de Judith Lyon-Caen (EHESS) sur Etienne de Jouy qui analysait les différents personnages que cet écrivain et journaliste a mis en scène dans la Gazette de France à partir de 1811, Alain Patrick Olivier (Poitiers et Hagen) et Anne Durand (Paris 1 et Münster) sont revenus sur Hegel et ses successeurs Jeunes-Hegéliens. Le premier défend la conception selon laquelle Hegel doit être lu comme un intellectuel révolutionnaire agissant dans le cadre étatique, philosophique et académique. La philosophie de Hegel est alors présentée comme une philosophie de la révolution, qui intègre la spéculation comme moment d’une action révolutionnaire. Loin d’être un philosophie de la Restauration, Hegel pourrait bien être celui qui perpétue sous une forme nouvelle la figure du philosophe des Lumières.  Sur ce point, évidemment, des débats classiques ont eu lieu entre les intervenants, plusieurs personnes affirmant le caractère profondément ambigu de la philosophie hégélienne. Enfin, Anne Durand, intervenant sur Ruge et les Annales franco-allemandes, s’est intéressée à l’activité de publiciste de ce dernier et aux réseaux dans lesquels elle s’est déployée. A travers lui, elle montre l’importance des revues savantes dans la pratique philosophique à l’époque du Vormärz. Avec Ruge, on a une figure paradoxale d’intellectuel qui n’a pas laisse d’œuvre à proprement parler, mais qui a été intellectuel par sa pratique.

Ayse Yuva et Anne Baillot, Berlin, le 10 janvier 2012.

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts