L’image de la France dans les échanges savants en Allemagne de l’Aufklärung au Vormärz

Date : octobre 2010 – juin 2011

Lieu : Paris

Organisateur : Anne Baillot

Programme :  L’image de la France dans les échanges savants en Allemagne de l’Aufklärung au Vormärz

 

Programme annoncé :
18.10.2010 Anne Baillot (Berlin), Introduction : L’Académie des Sciences de Berlin sous Frédéric II
08.11.2010 Anne Saada (Paris), Le livre français à l’université de Göttingen au XVIIIe siècle : sélection, acquisition, usages
13.12.2010 René-Marc Pille (Paris), Chamisso entre la France et l’Allemagne
10.01.2011 Ayse Yuva (Berlin), L’image de la philosophie française chez les post-kantiens
14.02.2011 Florence Catherine (Nancy), Perception et représentation de la France dans le commerce savant d’Albrecht von Haller
14.03.2011 Markus Messling (Potsdam), Wilhelm von Humboldt et la France. Philologie et pensée politique
11.04.2011 Iwan d’Aprile (Potsdam), Zwischen den Welten. Europa-Konzepte im Rheinbund und in Preußen
09.05.2011 Anna Busch (Berlin), Französischer Autorschutz im napoleonischen Zeitalter am Beispiel des Berliner Verlegers Julius Eduard Hitzig
30.05.2011 Marie Drut-Hours (Metz), Les académiciens de Mannheim et la France : le cas de Georg Christian Crollius (1728-1790)
13.06.2011 Kirill Abrosimov (Augsbourg), Entre les Français et les Welches. Le regard de la Correspondance littéraire de Friedrich Melchior Grimm sur la vie intellectuelle parisienne
Organisation :
Le séminaire s’est tenu 8 fois à Paris, à l’ENS de la rue d’Ulm, en salle Pasteur. La première séance initialement prévue a dû être annulée pour cause de maladie (je n’ai pas pu me rendre à Paris et le technicien de l’ENS n’a pas été en mesure de me permettre de faire une visioconférence) et a été reportée à la date prévue pour la deuxième séance, l’intervenante (Anne Saada) n’étant pas en mesure d’être présente. La dernière séance avait été malencontreusement placée le lundi de Pentecôte et a été intégrée à l’atelier doctoral franco-allemand organisé à Potsdam et Berlin du 20 au 23 juin portant sur les transferts culturels franco-allemands (programme : http://www.anne-baillot.eu/home-deutsch/forschung-de/graduiertenatelier-juni-2011 ) .
Le séminaire a été suivi avec assiduité par deux doctorantes en fin de scolarité à l’ENS, avec qui des contacts scientifiques durables ont été noués durant l’année. Elles ont notamment présenté leurs travaux lors de l’atelier doctoral sur les transferts culturels franco-allemands. Plusieurs collègues germanistes ont par ailleurs assisté à tout ou partie des séances.
L’intervenant faisait parvenir une dizaine de pages de sources primaires environ 15 jours avant la tenue de sa séance. Chaque séance s’est répartie entre environ une heure d’exposé et une heure de discussion portant à la fois sur les sources primaires et sur l’exposé.
Parmi les exposés présentés, la moitié étaient issus de thèses fraîchement soutenues. Deux d’entre eux figureront dans le volume Netzwerke des Wissens. Das intellektuelle Berlin um 1800 que je prépare et qui sera publié au Berliner Wissenschaftsverlag (parution prévue avant la fin de l’année).

Perspectives scientifiques :
Le séminaire a éclairé à la fois des personnalités et des pratiques communicationnelles. S’il n’a pas été possible de voir se dessiner des réseaux – notamment du fait de la longue durée de la période choisie et de la variété des milieux dont étaient issus les acteurs dont il était question –, il a été possible de repérer au fil de l’année une large palette de gallotropismes dont l’ambiguïté fondamentale s’est avérée l’aspect le plus marquant. La plupart des constellations qui ont été présentées ont montré à quel point les relations des savants allemands à la France étaient pétries de contradictions. Il nous ainsi été possible de retracer comment critique et fascination coexistent, se déclinant en général sous des formes de publication différentes. Il s’est ainsi avéré utile de comparer notamment lettres privées et ouvrages destiné à un public plus large pour mettre en évidence les éventuelles incohérences dans l’image de la France véhiculée par les différents auteurs.
Il s’est également avéré impossible de faire l’économie de larges pans d’analyse des transferts franco-allemands (ainsi que, dans une moindre mesure, germano-français).
D’une manière générale, ce séminaire a fait la preuve de la force de sa transdisciplinarité. Les intervenants étaient en partie germanistes (littérature), historiens, philosophes, et il a été tout à fait possible de maintenir un fil argumentatif au fil des séances. Il me semble que le recours à des sources primaires, et en particulier à des extraits de lettres, qui prêtent le flanc à plusieurs types d’analyse, a largement contribué à maintenir cette cohérence scientifique.

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts