Archives de catégorie : Identités, frontières et intégration européenne

Espaces urbains immigrés et fabrication des villes-mondes européennes : Paris et Berlin

Date : 10 et 11 mars 2016

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, Saint Denis

Organisatrices : Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt & Prof. Dr . Maren Möhring

Titre du programme de Formation-Recherche : La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands

Continuer la lecture de Espaces urbains immigrés et fabrication des villes-mondes européennes : Paris et Berlin

Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes »

Date : 10 et 11 novembre 2016

Lieu :  Institut d’histoire sociale et culturelle comparée, Université de Leipzig, Leipzig

Organisatrices : Prof. Dr . Maren Möhring & Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt

Titre du programme de Formation-Recherche : « La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands »

Continuer la lecture de Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes »

Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

Paris, 23-24-25 novembre 2015

La journée d’études prolonge le Programme de formation-recherche

Les artistes et leurs galeries. Réception croisée. Paris-Berlin. 1900-1950 » qui s’est déroulé en 2013-2014-2015.

Continuer la lecture de Les artistes et leurs galeries. Réception croisée, Paris-Berlin. 1900-1950

New Approaches To The Second World War And Its Aftermath In Southeastern Europe (1939-1949)

Date : 05-06/02/2015

Lieu :  Paris

Organisateur :  Xavier Bougarel

ProgrammeNouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est

par Xavier Bougarel

L’atelier organisé les 5 et 6 février 2015 à Paris constituait la première des trois manifestations prévues dans le cadre du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». Alors que cet atelier réunissait surtout des chercheurs confirmés, le prochain atelier prévu en octobre 2015 à Berlin sera centré sur les recherches des doctorants participant au projet, et la conférence finale prévue en mars 2016 à Athènes présentera à un public plus large les papiers des doctorants et des chercheurs confirmés.

Un bilan de l’historiographie existante

Le premier objectif de l’atelier parisien était de dresser un bilan de l’historiographie existante sur la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. Les participants se sont accordés pour dire que, en ex-Yougoslavie, en Grèce, en Bulgarie et en Albanie, la Seconde Guerre mondiale est le plus souvent traitée « par le haut », dans une perspective d’histoire politique et militaire. De même, l’histoire de la guerre est généralement abordée dans un cadre strictement national, laissant peu de place aux dynamiques locales ou transnationales.

Il est possible de dégager plusieurs périodes dans l’écriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est. En Yougoslavie, en Bulgarie et en Albanie, un récit communiste de la guerre encensant les partisans et diabolisant les collaborateurs réels ou supposés a dominé de 1945 à la fin des années 1980. Mais les aléas des relations entre pays communistes expliquent aussi les polémiques récurrentes qui ont opposé à cette époque historiens yougoslaves, bulgares et albanais. A partir de la fin des années 1980, l’historiographie communiste a été remplacée par une historiographie révisionniste « de droite » tendant à réhabiliter les mouvements collaborationnistes, et restant prisonnière des cadres nationaux et des approches politico-militaires. La Grèce occupe dans ce contexte une place particulière, car de 1945 à 1974, le récit dominant y était clairement anti-communiste, avant que la fin de la dictature n’entraîne un fort révisionnisme « de gauche » réhabilitant la résistance communiste. Enfin, les années 1990 et 2000 ont été dominées par les polémiques au sujet des historiens « post-révisionnistes » s’appuyant sur des études locales pour réinterpréter les dynamiques de la violence dans la Grèce des années 1940.

Depuis la fin des années 1980, d’autres transformations sont en cours en Europe du Sud-Est. Ainsi, il faut noter le rôle important que jouent certains acteurs non-académiques dans la réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tels que la Friedrich Naumann Stiftung qui a soutenu le dialogue entre historiens serbes et croates dans les années 1990-2000. Les acteurs non-académiques ont également contribué à renforcer l’intérêt pour l’Holocauste, un sujet de recherche négligé jusqu’aux années 1990, et qui reste encore aujourd’hui l’objet de multiples dénis ou tentatives d’instrumentalisation. Plus largement, alors que la brutalité de l’occupation allemande en Europe du Sud-Est a été révélée lors des débats historiographiques allemands des années 1990 (la Wehrmachtsausstellung en particulier), l’occupation italienne reste largement occultée en Italie et intéresse peu les historiens italiens, malgré les travaux pionniers de certains d’entre eux. En Grèce, les débats historiographiques locaux sont connectés à ceux menés à l’échelle européenne et internationale, mais pas aux débats en cours dans les pays voisins. En ex-Yougoslavie et en Albanie, par contre, ils restent le plus souvent prisonniers d’horizons nationaux et de querelles nationalistes.

Des cadres spatiaux et temporels renouvelés

Le deuxième objectif de l’atelier parisien était de dégager des cadres intellectuels communs et de nouvelles pistes de recherche. Pour ce faire, il faut d’abord rappeler les limites spatiales et temporelles du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est ». D’une part, celui-ci ne couvre que la Yougoslavie, la Grèce et l’Albanie, car ces pays ont en commun d’avoir été sous occupation allemande, italienne et, plus marginalement, bulgare et hongroise. Ils ont tous connu d’importants mouvements de résistance armée et une « guerre dans la guerre » opposant la résistance communiste à des mouvements de résistance non-communistes glissant peu à peu vers la collaboration. D’autre part, la période couverte va de 1939 à 1949, permettant de prendre en compte des sorties de guerre marquées elles aussi par un niveau élevé de violence (guerre civile en Grèce, répression politique en Yougoslavie et en Albanie). Il convient par ailleurs de tenir compte du passé des sociétés locales, et en particulier des transformations de l’entre-deux-guerres (déplacements de population, réformes agraires, violence politique, nationalisation des sociétés, etc.), sans lesquelles les logiques locales de la Seconde Guerre mondiale ne peuvent être comprises.

Les participants à l’atelier parisien s’accordent pour dire qu’il faut sortir du cadre national privilégié jusqu’ici pour insister sur les modes complexes d’articulation entre échelles locale, nationale et transnationale. Le besoin de monographies locales ou régionales se fait tout particulièrement sentir. De plus, seule la prise en compte des différentes échelles permet d’expliquer les fortes différences régionales existant au sein de chacun des Etats considérés et de comprendre certaines dynamiques spatiales propres à la période de guerre : transformation des rapports ville-campagne, apparition d’« espaces de violence » (Gewalträume) ou au contraire persistance d’« espaces de cohésion sociale » (Sozialräume), etc. De la même manière, il convient de s’interroger sur les temporalités multiples de la guerre, de l’évolution générale du conflit mondial à la perception du temps par les élites et les populations locales, prises entre survie au jour le jour et horizons messianiques. Cette redéfinition des cadres spatiaux et temporels sert de toile de fond aux trois axes de recherche dégagés dès le lancement du projet « Nouvelles approches de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est », et rediscutés au cours de l’atelier parisien.

Axe 1 : Formes et logiques de la violence

Concernant la violence, il importe d’en saisir toutes les formes, des contrôles quotidiens aux massacres de masse, en passant par différentes formes de privation de liberté et de violence physique. Dans une partie de l’Europe caractérisée par sa diversité confessionnelle et linguistique, les déplacements forcés de population méritent une attention particulière : en effet, qu’ils soient motivés par des projets nationalistes ou par la lutte anti-partisans, ils se sont accompagnés de violences et de résistances particulièrement intenses, et ont transformé durablement les sociétés locales. L’Holocauste ne fait pas exception à cette règle, et il reste à mieux connaitre les facteurs qui ont influencé le sort des juifs dans divers contextes locaux et nationaux, les rapports que l’extermination des juifs entretient avec d’autres formes de violence de masse, la résistance que lui ont opposée les communautés juives, son impact durable sur les groupes de survivants et sur les sociétés locales en général. Pour l’Holocauste et pour les autres violences de masse se pose, en Europe du Sud-Est comme ailleurs, la question de l’articulation entre « violence d’en haut » et « violence d’en bas », qui rejoint la question des échelles déjà évoquée et celle de l’agency des acteurs ordinaires. Par ailleurs, les violences de masse pendant la Seconde Guerre mondiale soulèvent la question suivante : ces violences doivent-elles être rattachées à des processus de construction de l’Etat, d’effondrement de l’Etat, ou de repli de l’Etat sur certains espaces stratégiques ? La réponse à cette question est complexe et variable selon les endroits, et implique une analyse plus fine des rapports entre systèmes d’occupation, mouvements de résistance et populations locales.

Axe 2 : Pouvoir, résistance et populations locales

Etudier les systèmes d’occupation en Europe du Sud-Est implique tout d’abord de restituer la complexité des politiques des puissances occupantes, et de comparer des réalités très variables d’une région à l’autre. Il convient aussi de mieux connaître les élites politiques, militaires et intellectuelles locales qui participent à l’instauration de régimes autoritaires ou à la création de formations politiques et militaires de type fasciste. Enfin, il faut souligner que les systèmes d’occupation ne se maintiennent pas seulement par l’endoctrinement idéologique et la répression brutale, mais aussi par diverses formes d’accommodation réciproque. Pour certains individus ou groupes sociaux, la collaboration permet d’accéder à certains avantages matériels, voire à une certaine modernité. Plus généralement, dans un contexte général d’insécurité, les allégeances politiques des élites et des populations locales sont souvent fluctuantes et pragmatiques, effaçant en partie la frontière entre collaboration, accommodation et résistance. L’intensité variable de l’insécurité et de la présence étatique explique aussi d’importantes variations spatiales dans les formes de résistance, certaines régions rurales d’altitude se transformant en bastions de la résistance armée, quand les villes sont longtemps caractérisées par des formes pacifiques d’action politique. Enfin, les circonstances particulières de la guerre donnent aussi naissance à des engagements idéologiques forts et durables, au sein de la jeunesse par exemple, et au profit de la résistance communiste comme de mouvements d’inspiration fasciste ou anti-communiste.

Axe 3 : Economie et vie quotidienne

Pour comprendre cette imbrication entre puissances occupantes et mouvements politiques locaux, entre violence et accommodation réciproque, entre engagements idéologiques forts et allégeances flottantes, il convient d’associer là encore approches « par le haut » et « par le bas », de s’intéresser à la vie quotidienne dans les circonstances particulières de la guerre, et d’insister sur l’agency – ou l’Eigensinn – des acteurs ordinaires. Apparaît alors la nécessité de promouvoir une histoire sociale et culturelle de la Seconde Guerre mondiale en Europe du Sud-Est, qui viendrait compléter l’histoire politico-militaire traditionnelle. En effet, les grands projets économiques allemands pour l’Europe du Sud-Est ont fait l’objet de nombreux ouvrages, mais leur impact réel sur l’économie des pays concernés ou sur la vie quotidienne des populations reste mal connu. L’étude de certains secteurs d’activité tels que les entreprises minières ou les régions à surplus agricole comblerait cette lacune. De même, la prise en compte du travail forcé sur place ou en Allemagne révèlerait une dimension importante d’une économie de guerre transnationale d’une part, des conditions de vie concrètes des populations locales d’autre part. De manière plus générale, s’intéresser aux conflits socio-économiques de la période de guerre et aux stratégies de survie des individus permet de reconstituer de manière plus fine les conditions d’exercice de leur agency, les possibilités et les contraintes auxquelles ils font face au jour le jour, et donc les motivations des choix qu’ils font dans les circonstances particulières de la guerre.

A travers ces nouvelles approches, les participants à l’atelier parisien espèrent in fine mieux situer la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’Europe du Sud-Est, en en montrant aussi l’impact dans le court et le plus long terme. Dans le même temps, ils entendent faire ressortir la place propre qu’occupe l’Europe du Sud-Est dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et désenclaver les débats historiographiques propres à cette région en les rattachant à certains débats plus larges qui traversent les sciences sociales d’aujourd’hui.

Les amnisties post-épuratoires après 1945 en Europe : vers une histoire transnationale ?

Date :  27/03/2014

Lieu :  Paris

Organisateurs : Marie-Bénédicte Daviet-Vincent

Programme : Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Pour ouvrir la journée, Marie-Bénédicte Vincent a présenté les spécialistes invités et proposé une vue d’ensemble sur le sujet. Elle a souligné la dimension expérimentale d’une histoire transnationale des amnisties post-épuratoires. En prenant pour point de départ la concomitance des lois d’amnistie dans les pays tels que la France, l’Allemagne et l’Italie, nous pouvons citer quelques raisons de sortir du cadre national dans l’analyse de cette histoire. Premièrement, les catégories visées par les dispositifs d’amnistie sont transnationales, car la polarisation idéologique entre antifascistes et fascistes provoquée par la Seconde Guerre mondiale s’étendait au cadre européen. Deuxièmement, la Guerre Froide a encouragé une convergence de la politique en Europe contre le communisme. Le contexte de la reconstruction était lui aussi commun à tout le continent. Enfin, l’émergence du droit pénal international s’inscrivait au sein d’une réflexion au niveau international sur les droits de l’homme. Avant de réaliser une étude transnationale des amnisties, Marie-Bénédicte Vincent a proposé un rappel historiographique sur le sujet : les amnisties ont d’abord été étudiées dans le cadre d’histoires nationales, afin, d’une part, de sortir des « légendes noires » de la mémoire et, d’autre part, de les resituer dans une histoire nationale, politique, culturelle, judiciaire plus longue. Elles ont ensuite fait l’objet d’études comparatives puis d’histoires croisées, comme celle proposée par Annette Weinke entre la RFA et la RDA. Enfin, des thématiques nouvelles ont vu le jour ces dernières années, telles que la circulation transnationale des modèles d’amnisties, les pressions extérieures exercées sur les Etats en phase d’épuration ou de « désépuration », et la référence aux autres pays dans les débats publics sur l’amnistie. Il s’agit donc désormais d’élargir le cadre chronologique de ces études, en envisageant sur le temps long les conséquences des amnisties, et d’élargir le cadre spatial, en essayant de construire une histoire transnationale.

Notre premier invité, Stéphane Gacon, a présenté un exposé intitulé « Des usages de l’amnistie à l’époque contemporaine : une esquisse de typologie ». Le maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne avait effectué sa thèse sur les processus d’amnistie sous la Troisième République, de la Commune à la Guerre d’Algérie. Dans sa présentation, il a expliqué que l’amnistie est une mesure qui permet de mettre un terme aux conflits intérieurs, aux crises politiques et de reconstruire la nation. La perte de crédit de la procédure d’amnistie est souvent attribuée à celle qui a suivi la guerre d’Algérie et avait produit une image anti-républicaine du processus de pardon et d’oubli de la trahison. Or, selon Stéphane Gacon, la condamnation de l’amnistie a toujours existé.

Il convient par ailleurs de distinguer l’amnistie endogène, sans changement de régime, qui est celle pratiquée pour la Commune et la guerre d’Algérie, de l’amnistie exogène, qui concerne par exemple la collaboration. Pour son esquisse de typologie, l’historien a identifié trois catégories d’amnisties : les amnisties de pardon pratiquées par les régimes autoritaires, celles de réconciliation qui se déroulent à la sortie de dictatures et celles de refondation des démocratie occidentales. Pour la première catégorie, les exemples de Napoléon III en 1859 et de l’URSS en 1953 ont été cités. Ces processus était endogènes car il s’agissait de consolider un régime, de réaliser des actes de propagande avec une visée politique. Les amnisties de réconciliation accompagnaient la sortie du fascisme. La « deuxième vague » de démocraties en Amérique latine, l’amnistie en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid, celle des collaborateurs en France sont des amnisties exogènes. Quant à la troisième catégorie, l’amnistie refondation des démocraties occidentales, elle est endogène, notamment par exemple aux États-Unis après la Guerre de Sécession. Nous voyons donc là une logique systématique, où la nature d’un régime conditionne la nature des amnisties.

Stéphane Gacon a aussi souligné les particularités de l’amnistie française d’après la Seconde Guerre mondiale tout en notant la justification commune en France et en Italie de sa rapidité. La Guerre Froide a accéléré le processus de normalisation ; il fallait ressouder l’Europe contre les communistes. L’amnistie en France fut donc rapide et précoce. En 1946, les premiers dispositifs sont mis en place pour les jeunes, suivis par les lois du 5 juin 1951 et du 6 août 1953. Ils accompagnaient un changement politique – le passage du tripartisme à la Troisième Force – et témoignaient de la volonté de ne pas fracturer  la  société,  dans  laquelle  persistait  un  certain  tempérament contre-révolutionnaire. Outre la régénération de la nation, les raisons économiques et sociales ont motivé le temps court des amnisties. Réintégrer les collaborateurs à leurs postes, « scandaleux » que cela ait pu paraître dans l’opinion publique, avait pour objet de construire un avenir prometteur pour la nation, plutôt que de revenir sans cesse à un passé compromettant. Dans la discussion faisant suite à la présentation, Marc Bergère a ajouté que les amnisties produisaient un écart entre la sanction prononcée et la sanction effectuée, ce qui conduit à oublier qu’une épuration a bel et bien eu lieu.

Après cet essai de typologie des amnisties, Valeria Galimi est intervenue pour exposer un cas précis, « l’amnistie de 1946 en Italie, ses conséquences et ses échos ». Elle est partie d’un constat amer, celui de Mario Bracci, ministre du gouvernement de Gasperi. Bracci considère que l’amnistie déçoit tout le monde : aussi bien les fascistes, qui la trouvent trop restreinte, que les antifascistes, qui la trouvent trop clémente et refusent d’en voir l’intérêt politique. L’amnistie y est en effet très précoce : un an après la fin de la guerre. Elle est mise en place par le décret du 22 juin 1946 du ministre des Grâces et de la Justice, Palmiro Togliatti. L’amnistie concerne les crimes politiques et les crimes de droit commun dont la peine est inférieure à cinq ans, à l’exception des cas de tortures particulièrement brutales. Elle concerne certes les crimes des fascistes, mais aussi ceux des résistants, ce qui permet de donner un vernis de légitimité à la mesure. Le texte de Togliatti est jugé faible d’un point de vue juridique, mais il est essentiel d’un point de vue politique. Le ministre de la justice est en effet convaincu qu’il faut courir le risque d’une mesure impopulaire pour accélérer le processus de reconstruction positive du pays.

L’amnistie est présentée comme un acte de clémence, promulguée par Umberto II, dans un contexte politique troublé : celui qui voit l’Italie divisée par le référendum du 2 juin en faveur de la République. L’amnistie est appliquée rapidement et fait l’objet d’un assez large consensus au sein de la classe politique : seules quelques voix s’élèvent pour la dénoncer. La majorité considère qu’il est impossible de sanctionner les fascistes à tous les niveaux, qu’il faut aller vite, oublier pour reconstruire le pays et fonder le nouveau régime, et qu’il est donc impossible de procéder autrement.

Une autre caractéristique de l’amnistie italienne, liée à sa précocité, est qu’elle se déroule en même temps que l’épuration. L’épuration, en revanche, est un processus plus lent. L’approche transnationale est précieuse pour l’étudier, car les concepts juridiques circulent en Europe. Le modèle français, en particulier, est importé en Italie, à partir des recommandations des alliés. Prévue dès 1943, l’épuration se déroule sur plusieurs années et dans un climat de violence. Des violences populaires éclatent à Milan en avril 1945, après la réunion du conseil des ministres. Mussolini est exécuté le 28 avril, à l’initiative du Comité de libération nationale, qui prône une renaissance politique et morale du pays.

L’épuration judiciaire, qui se déroule dans des cours d’assises extraordinaires, est compliquée à mettre en place et des épurations sauvages sont pratiquées : la transition démocratique est difficile, du fait d’une certaine « culture de l’illégalité » italienne, selon Valeria Galimi. Les alliés, inquiets du poids du parti communiste, font alors pression en faveur d’un retour à l’ordre et préconisent l’engagement d’un processus de paix civile. L’amnistie ne peut être pensée que dans ce contexte, entre culture nationale et pression internationale, entre histoire politique italienne et histoire transnationale.

Convergences des épurations européennes ?

Date :  28/02/2014

Lieu :  Rennes

Organisateurs :  Marc Bergère , Maître de conférences, Université de Rennes 2

Programme : Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale

Compte rendu de Fabien Lostec, université Rennes 2.

Marc Bergère et Emmanuel Droit, maitres de conférences en histoire contemporaine,  organisaient le 28 février 2014 à l’université de Rennes 2 une journée d’étude en forme de session inaugurale du programme de formation recherche du Ciera intitulé Pour une histoire transnationale des épurations en Europe au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Afin de réfléchir à ce beau sujet, la volonté initiale des participants était de penser les convergences des épurations européennes. Une perspective longtemps négligée en raison du Rideau de Fer et du développement d’historiographies avant tout nationales.

En introduction, Marc Bergère souligne combien il peut être intéressant de travailler autour d’un moment 1945, correspondant à la défaite du fascisme en Europe. Au-delà d’une sortie de guerre à géométrie variable, une « soif de justice » touche alors l’Europe. Sans être totalement commune, l’épuration est alors une expérience vécue et partagée par un grand nombre d’Européens. Dès lors, l’historien souhaite interroger les différences qui peuvent exister dans les processus épuratoires et leurs mémoires entre l’est et l’ouest de l’Europe. Dans un second temps, il précise que l’historiographie de l’épuration est certes dense, mais inégale entre les pays et lacunaire car il n’existe que peu de synthèses sur le sujet à l’échelle européenne. Ces précisions faites, quelles sont les formes d’écriture de l’histoire qui peuvent être privilégiées ? La première démarche consiste en une histoire comparée, qui met en exergue les parentés et les dissemblances dans les normes, les pratiques, les vécus et les bilans. Toutefois, cette histoire peut entrainer une dissymétrie de traitement en raison d’une inégalité dans la quantité et/ou la qualité des sources récoltées dans chaque pays. La seconde relève d’une histoire croisée, qui est davantage relationnelle. Il s’agit, par exemple, d’étudier un groupe de population spécifique afin de comparer sa situation face à l’épuration dans différents pays((1)). La troisième piste, sans doute la plus prometteuse, s’attache à une histoire connectée, étudiant les circulations, les échanges et les appropriations par certains Etats des pratiques répressives((2)). Puis, Marc Bergère note qu’une épuration peut en cacher une autre, comme le montre l’influence de l’épuration post-Première Guerre mondiale sur l’épuration post-Seconde en Belgique. Sans une mise en perspective diachronique, les épurations y sont incompréhensibles. En conséquence, les espaces d’épurations successives comme l’Alsace, la Pologne, la Russie ou les pays baltes méritent une attention particulière. Entre les « traîtres », « les conspirateurs » ou encore « les bandits de la collaboration »((3)), la figure de l’ennemi est-elle stable ou évolutive ? De même, l’observation d’objets transnationaux paraît féconde. C’est par exemple le cas des populations déplacées et/ou de certaines composantes nationales punies par l’épuration. Ainsi, quel sort a été réservé aux minorités allemandes chassées des pays voisins ou aux Baltes en proie à la répression des soviétiques ? Enfin, il convient d’analyser l’exil des criminels de guerre et des collaborateurs en Europe et au-delà. Leurs mouvements, leurs réseaux et leurs connexions sont à repérer car ils permettent la mise en relation de milieux différents((4)).

La matinée se poursuit par l’intervention d’Emmanuel Droit qui invite à réfléchir à l’échelle transnationale et sa plus-value pour une histoire des épurations. Ce concept connait de nombreuses migrations entre linguistes, juristes, économistes et politistes avant d’être adopté par la discipline historique. Le véritable tournant s’effectue dans les sciences politiques dans le courant des années 1970, lorsque des théoriciens libéraux proposent de penser les espaces et acteurs transnationaux non-étatiques, et de réfléchir principalement aux circulations. Vivement critiquée, cette approche gagne toutefois du terrain. Elle effectue son entrée dans les sciences sociales à la fin des années 1990, en pleine période d’internationalisation de la recherche, qui s’inscrit elle-même dans le sillage d’une accélération de la mondialisation et de la construction européenne. Depuis le début des années 2000, une nouvelle génération d’historiens, principalement allemands et anglais, propose de faire une histoire des interactions, des échanges et des déplacements entre les individus, les groupes, les organisations et les Etats qui agissent au-delà des frontières nationales. Si  ce concept s’est imposé dans bon nombre de pays européens, il reste à dynamiser en France. En effet les historiens français qui ont adopté cette nouvelle façon de faire de l’histoire demeurent encore peu nombreux, malgré les appels à un changement d’échelle historiographique((5)),  à un transantional turn en histoire politique((6)), ou encore l’admirable étude de Romain Bertrand((7)). Pour autant, les champs d’études susceptibles de profiter de ce tournant épistémologique sont nombreux en histoire contemporaine, à l’image de l’histoire du communisme et des polices politiques en Europe. Enfin, Emmanuel Droit souligne qu’en faisant une histoire transnationale des épurations, l’historien touche au cœur du « continent des ténèbres ». Dénationaliser les histoires nationales peut permettre une meilleure compréhension des faits étudiés et la construction de passerelles avec d’autres sciences sociales ou d’autres périodes, fondant ainsi un langage scientifique commun.

L’après-midi est introduite par Daniel Bonnard, doctorant à l’université de Marburg, qui nous informe sur l’historiographie allemande de l’épuration. En Allemagne, le terme « épuration » n’existe pas. Seul le mot générique et ambivalent de Säuberung est utilisé. Il renvoie à une soumission politique au groupe dominant. Die Säuberung concerne la dénazification et les procès de criminels de guerre effectués par les Alliés ainsi que les procès des criminels nazis devant les tribunaux allemands. L’interdépendance entre les deux Allemagne est alors forte. Une histoire croisée parait donc indispensable pour comprendre la manière dont s’effectuent les poursuites des criminels de guerre. Il faut attendre le début des années 1990 pour que l’étude systématique de l’épuration soit effectuée, l’historien bénéficiant notamment de l’ouverture des archives consécutive à la chute du bloc de l’est. Les travaux sur l’occupation alliée se multiplient et l’après 1989 est étudié à l’aune de l’épuration post-Seconde Guerre mondiale. Les réactions des Allemands vis-à-vis des procès et les lois d’amnistie des années 1950, époque durant laquelle la RFA se reconstruit sur un socle anticommuniste, sont au centre des attentions. Ces lois promulguées par les autorités fédérales investies par d’anciens nazis, certains évoquent une « renazification », laissant ainsi transparaître les peurs de l’époque. Si ce terme parait exagéré, du moins peut-on parler d’une neutralisation de l’épuration. Comme l’indique Dominik Rigoll dans la discussion, cette neutralisation peut être provoquée par d’anciens nazis, mais aussi par des démocrates allemands et des Alliés. Toujours est-il qu’à cette époque, l’idée selon laquelle les autorités fédérales défendent les criminels de guerre se propage. Celles-ci favoriseraient ainsi l’échec de l’épuration opérée par les Alliés. Dans les années 2000, cette dernière est revalorisée et étudiée comme un laboratoire de la justice internationale actuelle. A la même époque, on assiste à un glissement sémantique. Ce n’est plus de la « justice des vainqueurs » qui est évoquée mais la « justice d’après-guerre ». Aujourd’hui, les historiens s’intéressent aux fonctions narratives et médiatiques des procès. Le paradigme de la justice transitionnelle est questionné et les conditions institutionnelles et politiques de la justice post-guerre sont étudiées. Pour finir, Daniel Bonnard insiste sur l’intérêt à porter aux formes de légitimation d’une épuration allemande qui vient de l’extérieur.

Ensuite, Jonas Campion nous propose une approche historiographique des épurations dans l’espace Benelux. Les 3 pays étudiés connaissent des situations différentes sous l’Occupation ainsi que des interprétations juridiques distinctes à la Libération, mais cela n’empêche aucunement une réflexion croisée. Les premières publications relatives à l’épuration sont concomitantes au phénomène. Aux Pays-Bas, elles émanent d’une commission d’enquête chargée de faire le bilan de l’occupation, instituée par le gouvernement au sortir de la Seconde Guerre mondiale. A cette période située à l’interface de l’histoire immédiate et de la littérature militante, succèdent les premiers véritables travaux scientifiques, publiés dès la fin des années 1970. Ils sont l’œuvre de journalistes au Luxembourg et de juristes aux Pays-Bas. Tous s’attaquent aux mythes nationaux et démontrent qu’une collaboration a existé. En Belgique, il faut attendre 1991 et le travail de deux sociologues pour bénéficier d’une analyse scientifique sur la répression des collaborateurs((8)). Depuis, la connaissance du phénomène a énormément progressé. Les formes et les temps de l’épuration ainsi que les différents groupes d’épurés sont maintenant bien connus. Si l’épuration post-Première Guerre mondiale a été interrogée en amont, le regard porté sur les grâces et les amnisties permet de mieux comprendre le phénomène épuratoire en aval. Mais Jonas Campion indique que les acquis de la communauté scientifique sont en décalage par rapport à ceux de la société. Du coup, certains médias, tout en se faisant l’écho d’une forte demande sociale, avivent des polémiques. Le passé se retrouve notamment au cœur des tensions actuelles entre Flamands et Wallons en Belgique. Les débats sont également vifs aux Pays-Bas et au Luxembourg, suite à la récente thèse de Vincent Artuso sur la collaboration((9)). Enfin, des questions restent en suspens, notamment en ce qui concerne les transferts et les influences entre espaces voisins. Les échanges qui suivent la communication de l’historien belge nourrissent la réflexion. Marc Bergère pense qu’une analyse fine de la littérature jurisprudentielle apporterait beaucoup à l’histoire transnationale des épurations. Quant à Xavier Rousseaux, il note qu’il serait intéressant d’effectuer une histoire transnationale des mémoires de l’épuration.

La journée n’a pas passé sous silence les territoires les plus à l’est de l’Europe, grâce à l’intervention de Vanessa Voisin sur l’URSS. Le mot « épuration » n’y existe pas plus qu’en Allemagne. De même, Jonas Campion observait que le terme n’est pas d’usage systématique au sein du Benelux : la Belgique parle de répression des inciviques quand le Luxembourg préfère le terme de dénazification. En URSS, les sources évoquent plutôt la lutte contre les traitres ou les ennemis. Si cette « épuration de guerre » est bien différente des purges des années 1930 et 1950, il n’est cependant pas nécessaire de créer un nouveau code pénal puisque l’arsenal juridique est amplement suffisant. L’historiographie du sujet est jeune,  encore assez largement extérieure et inscrite dans un contexte post Guerre froide. L’épuration est longtemps taboue et il faut attendre l’ouverture des archives pour voir une multiplication des travaux sur la collaboration, brisant ainsi l’image d’une société russe unie contre cette dernière. En effet, l’idée prédominante a longtemps été celle d’une « poignée de misérables » dans un pays uni voire unanime dans la grande guerre patriotique. Les historiographies occidentale et russe demeurent ainsi longtemps hermétiques. Vanessa Voisin précise que les dossiers archivés sont d’une très grande diversité et concernent aussi bien des nationalistes que des collaborateurs avec l’ennemi. Mieux, ces dossiers sont parfois mélangés avec les dossiers de non-épurés. Des statistiques sont donc très difficiles à établir. Depuis la chute du bloc de l’est, chaque pays étudie son épuration, non sans usage politique du passé au service de l’affirmation nationale face à la Russie, comme en Lettonie. Les conflits de mémoire sont par ailleurs fréquents entre milieux émigrés après-guerre (exopolitie) et population restée sur place. Cependant, si les travaux sur la collaboration  (en particulier armée) se sont multipliés, l’épuration demeure un parent pauvre historiographique. Plusieurs pistes de travail pour une histoire croisée sont donc évoquées. L’étude des zones d’occupation allemandes et des tribunaux étrangers qui dénazifient serait à creuser. Le rapatriement des soviétiques en URSS est également très intéressant. Ces derniers passent par plusieurs filtrages qui font office d’épuration, sur place et à la frontière de leur pays. D’aucuns suspectés d’avoir collaboré sont même envoyés dans des camps de travail le temps que le NKVD enquête sur eux. Le retour des prisonniers de guerre des troupes de l’Axe mérite également une grande attention. Pour eux, une coopération entre l’ouest et l’est se met en place et la question de savoir s’ils bénéficient de protections est posée. Un travail sur les pratiques symboliques d’épuration, comme les tontes, mériterait d’être entamé. Dès 1943, des décrets policiers sont rédigés afin de sanctionner les personnes qui se compromettent intimement avec l’ennemi. D’autres réintroduisent des châtiments comme la pendaison ou le bagne en URSS pour les complices de l’ennemi. L’étude de la coopération judiciaire et archivistique entre l’est et l’ouest ainsi que des rapports qui existent entre purifications nationales et châtiment des criminels de guerre s’avère indispensable, tant ces deux derniers aspects s’entremêlent. Une nouvelle fois, la discussion qui suit la communication est très stimulante. Est ainsi évoquée « la dimension rampante de l’épuration » (Marc Bergère) via un processus d’ostracisme social qui frappe un individu mais aussi souvent son entourage.  Ainsi, selon Vanessa Voisin, le fait d’avoir été dans un camp étant noté sur le passeport, les anciens déportés sont souvent rejetés par la communauté villageoise à leur retour.

Enfin, Xavier Rousseaux conclut la journée. Il souligne que l’histoire transnationale de l’épuration doit s’intéresser aux lieux, aux hommes, aux mots mais aussi, de manière plus concrète, travailler sur les objets qui passent d’un pays à l’autre. Afin d’éviter toute comparaison indue, les emboitements d’échelles sont à mobiliser. De même, faut-il souligner l’importance de la chronologie. Après avoir insisté sur la nécessité de replacer chaque épuration dans l’histoire du XXe siècle, Xavier Rousseaux invite le groupe de travail à s’engager dans la voie de l’anthropologie historique. L’épuration s’inscrit en effet dans l’histoire longue de la violence et de la vengeance. En régulant celles-ci, elle marque le retour à l’utilisation légitime de la force par l’Etat. Aussi, elle participe à un vaste mouvement de resocialisation qui s’effectue à travers l’élimination des menaces de la société. L’historien qui travaille sur ce sujet est également confronté à l’étude des politiques du passé. Les questions de la légalité des pratiques et de la sévérité de l’épuration ne manquent jamais d’être posées. Aussi devront être interrogés les objectifs de l’épuration. Sans perdre de vue qu’elle vise à former de bons citoyens, elle contient une dimension fonctionnaliste. Qu’en est-il par exemple des politiques de réintégration et des demandes de reconnaissance des épurés ? Certains usent des outils qui leur permettent de court-circuiter ce qu’ils considèrent être des injustices nationales. Dès lors, ils font appel à l’ONU ou à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui apparaissent là encore comme de véritables objets transnationaux. Les épurés s’inscrivent dans une logique de victimisation et s’appuient sur les valeurs démocratiques qu’ils ont tant honnies par le passé. L’épuration est bel et bien un processus collectif de naissance, de connaissance et de reconnaissance.

Succès indéniable donc que cette journée qui revêtait à la fois une dimension programmatique et historiographique. La qualité des interventions et les nombreuses discussions qui l’ont ponctuée, auxquelles n’ont pas hésité à participer les nombreux étudiants de master et de licence présents dans l’assistance, ont aidé à la réalisation des objectifs fixés par les organisateurs. Une dynamique de travail collective est née et nul doute que les apports et les pistes de réflexion ouvertes seront complétés et enrichis par les deux prochaines sessions de travail programmées à l’ENS/Ulm (le 27 mars 2014) et à l’université belge de Louvain (les 4 et 5 décembre 2014).

  1.           Voir à ce titre le travail de Jonas Campion, Les Gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, 346 p. []
  2.               Valeria Galimi démontre par exemple que le modèle judiciaire créé pour épurer les traitres s’inspire de la France. Galimi, Valeria, « Collaborationnisme et épuration judiciaire en Italie et en France », dans : Causarano, Pietro, Galimi, Valeria, Guedj, François et al. (dir.), Le XXe siècle des guerres, Paris, Editions de l’Atelier, 2004, p. 374-380. []
  3.                Denis, Juliette, « Identifier les ennemis en Lettonie : une priorité dans le processus de resoviétisation (1942-1945), Cahiers du monde russe, n°2/3, 2008, p. 297-318. []
  4.       Sur cette question, voir par exemple le récent travail de Marc Bergère, La postérité de Vichy au Québec. L’affaire des réfugiés politiques au Canada : retour sur l’événement, sa mémoire et l’écriture de son histoire, Mémoire inédit d’HDR, Université Paris I, 2013. []
  5.     Douki, Caroline, et Minard, Philippe, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n°54-5, 2007/5, p. 7-21. []
  6.          Sirinelli, Jean-François, « L’histoire politique à l’heure du transnational turn : l’agora, la Cité, le monde… et le temps », Revue Historique, n°658, 2011/2, p. 391-408. []
  7. Betrand, Romain, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Le Seuil, 670 p. []
  8.              Huyse, Luc, et Dhondt Steven, La Répression des collaborateurs 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, éditions du Centre de recherche et d’information socio-politiques (CRISP), 1993 [Première édition belge en 1991 sous le titre Onverwerkt verleden], 345 p. []
  9.        Artuso, Vincent, La collaboration au Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945). Accommodation, Adaptation, Assimilation, Frankfurt am Main, Peter Lang, coll. « Etudes luxembourgeoises », 394 p. []

Silence et prise de parole. Les intellectuels communistes dans les sociétés de type soviétique

Date : 14-15 juin 2013

Lieu :  Berlin

Organisateurs :  Sonia Combe

Programme : Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Etude de cas : les intellectuels communistes

Co-organisé par l’Institut des Sciences du Politique (CNRS-Université de Paris-Ouest-Nanterre), le CERCEC (EHESS), L’institut Ludwig Boltzmann (Vienne), avec l’aide de la Rosa-Luxemburg-Stiftung (Berlin), de l’Université de Paris-Ouest-Nanterre et le financement du CIERA (PFR)

En marge des recherches consacrées aux sociétés de type soviétique qui privilégient l’étude de la dissidence, de la répression et des rapports de/au pouvoir politique, ce colloque portait sur une catégorie d’acteurs sociaux peu étudiée : celle des intellectuels gagnés au projet de société et déçus par sa mise en pratique mais, qui, par loyauté, restaient au sein du parti. Si le schéma de Alfred O. Hirschman (Exil-voice-loyalty) pouvait, dans un premier temps, servir de cadre conceptuel, ainsi que cela avait été précisé dans l’appel à communication, il devait être prolongé en mettant l’accent sur la loyauté. Négligée dans l’historiographie de l’expérience soviétique postcommuniste, cette catégorie d’acteurs sociaux peut être repérée dans les mémoires, journaux personnels et autobiographies (ego-documents) rendus publics après le « tournant ». Par-delà les démarches (auto)justificatives, sont souvent relatées des tentatives de prise de parole au sein des partis (ou unions professionnelles), tandis que l’on s’interdisait toute expression critique à l’extérieur. Les archives des différents PC confirment, à des degrés divers, ces tentatives de prises de parole. Sans nier d’autres facteurs à l’origine d’attitudes, le postulat de la contrainte était volontairement mis de côté afin de ne pas évacuer la question du choix.

La temporalité de la loyauté étant à relier à ces dates-charnière que sont 1953, 1956, 1968 et 1981 selon les pays, il s’agissait à chaque fois de réinscrire dans le contexte politique national la question du comportement social des intellectuels au sein du Parti. Trois figures pouvaient paraître emblématiques de cette attitude : G. Lukacs, en Hongrie, Adam Schaff, en Pologne et Jürgen Kuczynski en RDA. Pour autant, dans quelle mesure pouvait-on trouver d’autres « Linientreuen Kommunisten » (cet oxymore attribué à Jürgen Kuczynski qui nous avait semblé pertinent), dans chacune de ces sociétés ? Comment s’était effectuée leur prise de parole ? Quel avait été le ratio du coût/bénéfice de la prise de parole alors évalué ? Quel rôle jouèrent ces communistes « dissidents » au sein du parti et quelle influence eurent-ils en définitive sur la dissidence, soit la prise de parole publique ?

Le premier bilan que l’on peut tirer de ce colloque, c’est qu’il tint ses objectifs en abordant l’ensemble de ces sociétés : Albanie, Bulgarie, Hongrie, Pologne, RDA, Roumanie et Tchécoslovaquie. C’est ainsi qu’ont pu émerger des figures jusqu’ici discrètes, voire inconnues, représentatives de cette catégorie dans l’ensemble de ces sociétés : la sociologue Erika Kadlecova (Ondrej Matejka, Université Charles, Prague), le journaliste Sandor Haraszti (Anne-Marie Losonczy, EPHE, Paris), le dramaturge Heiner Müller (Kristin Schulz, Université Humboldt, Berlin), le sociologue Miron Constantinescu (Stefan Bosomitu, Institut pour la mémoire de l’exil, Bucarest), le psychologue Ferenc Merei (Horvath Zsolt, université Elte, Budapest), le mathématicien Mihai Botez (Ana Maria Catanus, Romanian Academy, Bucarest), le théoricien agraire Jerzy Tepicht (Jean-Charles Szurek, ISP-Université Paris-Ouest Nanterre), tandis que Klinga Kuligowska (Marburg Institut) croisait les biographies de Leslek Kolakowski, Bronislaw Baczko et Zygmunt Bauman, que Helmut Fehr (Akademia TU Bielsko-Biala)  comparait les intellectuels communistes en Pologne, Tchécoslavaquie et RDA) et que Artan Fuga (Université de Tirana) et Ivaylo Znepolski (université de Sofia) abordaient la question à partir de groupes, celui des « dissidents staliniens » en Albanie, opposés à la ligne de rupture avec l’URSS d’Enver Hodja) et celui de philosophes « révisionnistes » revendiquant l’autonomie scientifique à l’université de Sofia à la suite du 20e congrès du PCUS et du rapport Khrouchtchev. Libora Oates-Indruchova (Luwig Boltzmann Institute) mettait de son côté l’accent sur les rapports entre censure, capital social et statut d’auteurs en Tchécoslovaquie normalisée.

Bien que l’émergence de ces figures ait permis dans chaque cas une incursion au cœur du système, elle autorisait surtout à saisir, à travers l’examen de trajectoires individuelles, les différences du mode de relation de chaque parti communiste avec ses intellectuels. Ces derniers se sont avérés les « vaincus » de l’histoire (on pense ici surtout aux intellectuels communistes est-allemands dont Christa Wolf fut le porte-parole) dont la vision, lorsqu’ils l’ont exprimée, pourrait être plus « profonde » (R. Koselleck) – du point de vue de l’entendement interne du régime – que celle des vainqueurs. Mais ce loyalisme vis-à-vis de ses propres idéaux de jeunesse exprimé au mieux, comme aime à le souligner le politiste Michel Dobry, dans Partie de chasse d’Enki Bilal (1983), posait la question de la stabilité de l’habitus sur plusieurs décades. Chaque cas ici exposé attestait de stratégies diverses et c’est à un inventaire des différences et des spécificités qu’on put conclure.

Tandis que la plupart des participants étaient de jeunes chercheurs est-européens, leurs communications ont été discutées par des chercheurs confirmés dans le domaine : Muriel Blaive (Ludwig Boltzmann Institute), Sonia Combe (ISP), Aurélie Denoyer (Centre Marc Bloch), Marie-Elisabeth Ducreux (CNRS), Catherine Gousseff (EHESS), Jens Gieseke (ZZF, Potsdam), Béatrice von Hirschhausen (CMB), Sandrine Kott (Université de Genève), Jean-Charles Szurek (ISP). Introduit par Patrice Veit, directeur du Centre Marc Bloch, le colloque fut conclu par Michel Dobry (Université de Paris 1).  Fidèle au principe de mise à contribution des témoins à l’écriture de leur propre histoire, il devait s’achever par une table ronde qui réunit des intellectuels anciens membres du Parti. L’historienne Annette Leo (RDA), le philosophe Ivaylo Znepolski (Bulgarie) et le journaliste Daniel Passent, qui eut la générosité d’accepter de remplacer Karol Modzelewski (Pologne), firent part de leur expérience respective, tandis que, voix de l’ « Ouest », la sociologue (Paris-Montréal), Régine Robin relatait la position de nombre d’intellectuels communistes français au sein du PCF.

Etude transversale et comparative, la question de la prise de parole et du silence abordée à partir de figures exhumées et emblématiques du monde communiste est-européen a paru à l’ensemble des participants nécessiter un prolongement par une recherche élargie aux républiques de l’Union soviétique. Plusieurs réponses à l’appel à communication auxquelles il n’a pu être répondu favorablement dans la mesure où il avait été décidé de se limiter aux pays satellites proposaient l’examen de cas de figures de « dissidents » silencieux que la recherche sur les sociétés de type soviétique commence à entrevoir et qu’il serait judicieux d’encourager. On pense ici notamment à l’étude de l’historien américain, Stephen Cohen, sur les communistes survivants du Goulag (The victims return, 2010) que devraient étayer des mémoires, autobiographies – ou encore des premières études prosopographiques entreprises par la recherche russe sur l’expérience communiste.

Sonia Combe, août 2013

Ganzheit und Fragmentierung. Zur Ideengeschichte Europäischer Sammlungen

Date : 8-9 novembre 2012

Lieu :  Leipzig

Organisateurs :  Ralf Zschachlitz

Programme : Techniques culturelles de la collection

Auteurs du compte rendu :  Prof. Dr. Dieter Burdorf, Dr. Leonhard Herrmann

Projektbericht

Als Teil des auf drei internationale Workshops angelegten Projekts „Kulturtechniken des Sammelns“ der Germanistischen Institute der Universitäten Lyon II, Leipzig und Kraków fand am 8. und 9. November 2012 an der Universität Leipzig der Workshop „Ganzheit und Fragmentierung. Zur Ideengeschichte Europäischer Sammlungen“ statt. Kern – jedoch nicht ausschließlicher Gegenstand – war dabei die in Kraków befindliche „Sammlung Varnhagen“, die – so das Ziel des Gesamtprojekts – in ihrem europaweiten ideengeschichtlichen Kontext beleuchtet werden sollte. Das Treffen versammelte unmittelbar an dem Projekt Beteiligte ebenso wie namhafte Experten, die gemeinsam die übergreifende Funktion von Sammlungen am Beginn und im Laufe des 19. Jahrhunderts diskutierten und entsprechende Forschungsprojekte vorstellten. Zahlreiche Gäste aus der akademischen wie außerakademischen Öffentlichkeit, aus Leipzig wie von auswärts, bereicherten die Diskussionen und bezeugten eine weit gespannte Aufmerksamkeit für das Projekt (vgl. Online-Konferenzbericht von Janine Katins auf http://digitalintellectuals.hypotheses.org/966).

In seinem den Workshop einleitenden Abendvortrag am 8.11. behandelte Dr. Marcel Lepper (Deutsches Literaturarchiv, Marbach am Neckar) Wilhelm Diltheys Sammlungsidee und ihre Konsequenzen für die Sammlungstätigkeit im Laufe des 19. Jahrhunderts. Eine rege Diskussion um die Kontinuitäten entsprechender Sammlungskonzeptionen bis in die Gegenwart schloss sich an, dies insbesondere dadurch angeregt, dass Lepper auch die Tätigkeit der eigenen Institution in die Reflexionen integrierte.

Der Folgetag begann mit einer Reihe von Vorträgen zu literarischen Texten seit der Zeit um 1800, die als Beiträge zu Konzeptionen des Sammelns gedeutet wurden. Prof. Dr. Fabrice Malkani (Lyon) befragte Goethes 1798/99 in Briefform verfassten Aufsatz „Der Sammler und die Seinigen“ nach einer Philosophie der Sammlung, die neben Fragen der (auch formalen) Integration verschiedener Sammlungselemente auch Probleme der Klassifizierung und Zugänglichmachung aufwerfe. PD Dr. Dirk Werle (Leipzig) deutete imaginierte Bibliotheken in zwei Novellen Ludwig Tiecks als Rekurse auf den Sammlungsdiskurs im frühen 19. Jahrhundert, die sich romantischer Erzählformen bedienen – ein Miteinander, das den Gedanken vom Sammeln als einem spezifisch romantischem Projekt nicht zufällig evoziere. PD Dr. Silke Horstkotte (Leipzig) schloss an diese Überlegungen an und beschrieb das Motiv des „exzessiven Sammelns“ in Clemens Brentanos „Großem Gockelmärchen“ als Bestandteil erzählerischer Selbstreflexion der Romantik. PD Dr. Katarzyna Jastal und Dr. Pawel Zarychta (Kraków) lenkten die Aufmerksamkeit der Konferenz auf die in Kraków befindliche Sammlung Varnhagen, indem sie die Ergebnisse einer ersten Bestandsaufnahme eines Teils der Sammlung präsentierten: den bislang nicht zureichendedierten Briefwechsel des Ehepaars Varnhagen mit Fürst Hermann von Pückler-Muskau. Kulturgeschichtliche Fragen zur Sammlungstätigkeit im 19. Jahrhundert begegneten sich dabei mit solchen zur Bedeutung des Briefs, der als Ausweis der Individualität seines Urhebers im 18. wie 19. Jahrhundert von Bedeutung war.

Prof. Dr. Ralf Zschachlitz (Lyon) beendete den Workshop mit einem Ausblick auf Sammlungskonzepte des 20. Jahrhunderts und beschrieb das Konzept des Sammlers und der Sammlung bei Walter Benjamin, wobei sich Parallelen zu ,romantischen‘ Sammlungskonzepten des 19. Jahrhunderts ergaben.

 

Ausblick

 

Für die übergreifenden Ziele des Projekts hat der erste von insgesamt drei Workshops wichtige Grundlagen gelegt. Zentrale Gemeinsamkeiten unterschiedlicher ,romantischer‘ Sammlungsideen haben den intellektuellen Horizont deutlich gemacht, vor dem die Sammlung Varnhagen im frühen und mittleren 19. Jahrhundert entstanden und weitergeführt worden ist. Die folgenden Workshops werden an die Diskussionen anschließen und diese hinsichtlich der öffentlichen Funktion von Sammlungen und der Möglichkeiten zu ihrer Wiederzugänglichmachung bereichern.

Auch in pragmatischer Hinsicht war der Projektauftakt ein großer Erfolg, indem weitere Akteure, die sich mit der Sammlung Varnhagen befassen, auf das Projekt aufmerksam wurden und sich rege an den Diskussionen beteiligten – der Grundstein für eine weitere, über das Projekt hinausgehende Arbeit an der Sammlung Varnhagen ist auf diese Weise gelegt worden.

 

 

Héritage, mémoire et transmission de l’expérience communiste : les intellectuels dans le parti

Date : 22 janvier 2013

Lieu :  Paris

Organisateur :  Sonia Combe (ISP-CNRS/ Centre Marc Bloch, Berlin)

Programme :  Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Etude de cas : les intellectuels communistes

Intervenante : Sonia Combe (ISP-CNRS/ Centre Marc Bloch, Berlin)

Discutante : Muriel Blaive, (Ludwig Boltzmann Institut, Vienne)

Coordinatrice : Catherine Gousseff (EHESS-CERCEC)

Intitulée « Héritage, mémoire et transmission de l’expérience communiste : les intellectuels dans le parti » et centrée sur la figure de Jürgen Kuczynski (1904-1997), l’intervention a porté sur la posture de « Linientreuer Dissident » (dissident fidèle à la ligne du parti- LTD). Sonia Combe a présenté la catégorie des membres du Parti (SED) qui avaient opté pour le silence à l’extérieur du Parti, mais mené un combat à l’intérieur, comme en atteste la consultation des archives du Parti (SAPMO), de celles de l’Akademie der Künste, à Berlin, ou encore les dossiers de surveillance de la Stasi, première instance à détecter la « déviance idéologique ». Les autobiographies et journaux personnels publiés après la disparition de la RDA constituent également des sources pour analyser le comportement social de ces communistes silencieux, au nom d’une loyauté à un idéal « dévoyé » – ce qui distingue leur attitude du simple opportunisme, carriérisme ou conformisme de la pensée.

Interrogeant la définition de « Linientreuen Dissidenten » (définition non scientifique, mais donnée par un éditeur en titre d’un ouvrage autobiographique de Jürgen Kuczynski), S.C. émet l’hypothèse que l’influence de ces communistes critiques a empêché l’émergence, à l’instar de ce qui s’est passé dans les autres sociétés de type communiste, d’une véritable dissidence. Elle distingue deux générations de LTD :

–          Celle de Kuczynski : génération des pères (et mères) fondateurs de la RDA. Marxistes (davantage que communistes au sens de membres du Parti ou Parteintellektuellen (Gramsci), mais intellectuels dans le Parti), ils forment une génération (au sens de Mannheim) soudée par un passé commun, le combat antifasciste, l’exil ou le camp. Souvent d’origine juive, comme JK, cette identité est largement supplantée par l’identité communiste. Enfin, ils ont fait le choix conscient en faveur de la RDA. JK est rentré dès 1945.

–          Celle de Christa Wolf : génération qui avait 20 ans au moment de la fondation de la RDA, avait vécu l’effondrement du 3e Reich et avait participé à l’enthousiasme de la création d’une société nouvelle, construite en opposition radicale avec l’ancienne. Cette génération a eu pour modèles les précédents (Anna Seghers, Brecht, Kuczynski etc.) et s’est réalisée professionnellement en RDA.

Faisant état de recherches dans les archives citées ci-dessus, Sonia Combe a donné des exemples de discussions critiques très poussées à l’intérieur du Parti, surtout à partir du 11e Plenum de décembre 1965. Elle a relaté des stratégies d’évitement pour ne pas prendre les positions publiques auxquelles le Parti encourageait ses figures publiques (dénonciation de la politique d’Israël pendant la Guerre des Six-jours, en 1967, solidarité avec l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie en août 1968, critique de l’Archipel du Goulag de Soljénitsyne, etc.), jusqu’à l’affaire Biermann (1976) qui ouvre la période de la prise de parole avec la première action collective contre le régime.

La discussion a porté sur a) la comparaison avec les autres sociétés de type communiste b) les raisons du silence dans une éventuelle entreprise réflexive après la chute du communisme.

Les activités artistiques à travers les dossiers de la Stasi. Prises de positions et légitimité à parler

Date : 28 septembre 2012

Lieu :  Berlin

Organisateur :  Sonia Combe

Programme :  Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique

Intervenant : Jérôme Bazin (Université de Paris-Est)
Discutant : Jens Gieseke (ZZF-Potsdam)

Résumés des interventions
Jérome Bazin :
In dem Vortrag interessiert uns die Frage: „ce que parler veut dire“ (was Sprache sagen will) im Kontext der sozialistischen Ordnung. Es handelt sich um die Rolle der Sprache in der sozialistischen Welt kritisch zu erforschen. Hauptpunkte sind dann:
– die Mehrdeutigkeit der Sprache, die anders interpretiert werden kann.
– der außersprachliche Kontext der eine Aussage wirksam macht. Die Stellungnahme zu hören genügt nicht, der Historiker soll die Bedingungen verstehen, die eine Stimme gut und weit tragen.
– die Legitimität zu sprechen, das heißt die Verteilung zwischen denjenigen die sprechen dürfen und denjenigen die nicht sprechen dürfen.
Dafür haben wir vier Fallstudien vorgestellt. Alle vier finden in Dresden Ende der fünfziger – Anfang der sechziger Jahre statt. Die zwei ersten beruhen auf Stasiakten, die dritte auf einem Bild und die vierte auf einem Bericht.
Die erste Fallstudie betrifft die Kunstsammlerin Ursula Baring. Die ist ein Beispiel von Repression, wie wir viele in der DDR kennen. Der Stasi gelingt es, Baring zum Schweigen zu bringen. Trotz und auch wegen ihrer bürgerlichen Erziehung kann sie sich nicht gegen die Stasioffiziere verteidigen.
Die zweite Fallstudie betrifft den Kunsthändler Johannes Kühl. Kühl wird nicht zur Zielscheibe der Stasi, er wird ihr Mitarbeiter. Die Zusammenarbeit mit der Stasi gehört zum Geschäft. Sie wird ein Element kommerzieller Strategie, die zu einer echten künstlerischen Leidenschaft führt (und diese Leidenschaft ist keine Leidenschaft zum sozialistischen Realismus, sondern zur Moderne). Der Fall Kühl zeugt von der erfolgreichen Umdeutung der bürgerlichen Dispositionen im Rahmen der sozialistischen Ordnung.
Die dritte Fallstudie beruht nicht auf Stasiakten, sondern auf einem Gemälde, das heute im Kunstfonds Dresden liegt: Spontane Demonstration, Bernhard Kretzschmar, 1958-1972. In dieser Fallstudie handelt es sich um eine besondere Art von Sprache, die bildliche Sprache. Wie ist diese besondere Sprache in der sozialistischen Ordnung betrachtet? Spontane Demonstration macht eigentlich stutzig – das Gespenst des 17. Juni geht um im Bild.
Schließlich zur 4. Fallstudie wird eine ganz andere Konfiguration gewählt, weit von der bürgerlichen Kunstwelt entfernt: ein Besuch von Arbeiterbrigaden in einem Kulturhaus. Diese Situation illustriert die ständige Bemühung, die Arbeiter trotzdem sprechen zu lassen. Auch wenn ihre Stimme nicht eingetragen werden, werden sie ständig aufgefordert, ihre Meinung auszudrücken.
Dr. Jens Gieseke
In seinem Kommentar ging Dr. Jens Gieseke (Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam) zunächst auf die ambivalente Situation von sich selbst als sozialistisch verstehenden wie auch „bürgerlichen“ Künstlern in der DDR der fünfziger und sechziger Jahre ein. Sie standen einerseits unter dem Druck des stalinistisch-autoritär agierenden Regimes, dem gegenüber die sozialistischen Künstler sich in Werken und Äußerungen überwiegend kritisch-positiv zu positionieren versuchten, während die aus bürgerlichen Milieus stammenden Künstler eher die Ausweichbewegung in eigene Refugien suchten. Andererseits standen sie in einem ebenso prekären Verhältnis zur breiteren Bevölkerung, die ihnen in ihrer „postfaschistischen“ und intellektuellenfernen Haltungen (in unterschiedlichem Maße) gleichermaßen fremd blieb.
Im zweiten Teil ging Gieseke auf die Rolle der Staatssicherheit ein, die diese Szene als potentiellen Gefährdungsraum geheimpolizeilich observierte und mithin Künstler entweder als „unsichere Kantonisten“ observierte oder als Informanten anzuwerben versuchte. Er unterstrich die Spezifik und Problematik der polizeibürokratischen Überlieferung der Stasi-Akten, die einerseits die Verhaltensstrategien nicht ohne weiteres erkennen lässt, andererseits einen mikrohistorischen Zugang zu den alltäglichen sozialen Praktiken in den observierten Szenerien erlaubt.

Les enjeux religieux du discours historique à l’époque moderne

Date : 22 – 24 mars 2012

Lieu : Erfurt (Allemagne)

Organisateurs : Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne)

Programme : Histoire – Pouvoir – Religion

 

Ce colloque qui s’est tenu à Erfurt était organisé avec le soutien financier de :

Université d’Erfurt, Université Paris-IV La Sorbonne, groupe de recherche international « Histoire et pouvoir » du Centre de Recherche du Château de Versailles (CRCV), Centre interdisciplinaire d’études et de recherche sur l’Allemagne (CIERA) et Bureau de coopération universitaire Potsdam, Institut français d’Allemagne.

Colloque placé sous la direction de Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et de Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne).

L’ouverture de ce colloque international a été assurée par Madame Susanne Rau et Monsieur Gérard Laudin qui rappellent que ces travaux s’inscrivent dans le prolongement de deux colloques sur l’idée d’Empire qui se sont tenus à Versailles en 2008 (actes publiés) et à Madrid en 2009 (actes en cours de publication). Ils s’inscrivent aussi dans la suite des « ateliers » plus spécialement destinés aux doctorants qui se sont tenus les 3 et 4 décembre 2010 au Forschungszentrum Gotha de l’Université d’Erfurt et les 18 et 19 mars 2011 au Centre Malesherbes et à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne. Les travaux de ces trois jours de colloque constituent ainsi la conclusion de cette phase et sont destinés à dresser le bilan de l’ensemble de ces recherches.

Les multiples aspects de la problématique ont conduit les organisateurs à proposer une articulation des travaux autour de sept thèmes différents suivis d’une table ronde :

  1. La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

  2. Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

  3. L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

  4. Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

  5. Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

  6. Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

  7. L’historiographie des minorités religieuses et des dissidents / hétérodoxes, essais d’historisation de l’altérité religieuse

  8. Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

I – La controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne

Après l’accueil des participants par Madame Susanne Rau (Université d’Erfurt) et les paroles de bienvenue de Monsieur Philippe Wellnitz (Attaché de Coopération Universitaire à l’Institut de français de Berlin), Madame Chantal Grell (Versailles-St. Quentin) présente les enjeux de ces travaux sur « Histoire et Pouvoir », rappelle l’ensemble du programme de recherches à travers l’évocation des colloques de Madrid et de Versailles et en récapitule les premiers résultats. Gérard Laudin (Paris-IV La Sorbonne) ouvre alors les travaux du colloque dans une introduction centrée sur la controverse historiographique entre Eglise(s) et Etat(s) à l’époque moderne.

II – Sacralisation de l’Eglise et désacralisation du monde – ou vice-versa ?

La contribution de Clarisse Roche (M.A. Paris-IV La Sorbonne/Universität Wien) s’attache à la figure du prédicateur viennois Georg Scherer (1540-1605). Dans un sermon prononcé en 1585 le paysage viennois sert de coulisse à sa perception de l’Histoire Sainte : interprétant pour ses auditeurs le livre de la Nature, il décèle les traces de l’Histoire Sainte dans l’espace et dans le temps présents. Les épisodes de la création, de la résurrection et de la vie éternelle sont perceptibles hic et nunc, dans l’Autriche du XVIe siècle. La sacralisation du monde à laquelle se livre le prédicateur jésuite va alors de pair avec une sacralisation de l’Eglise, révélant ainsi, par delà le schisme religieux qui marque la ville à la fin du XVIe siècle, la continuité entre l’Eglise catholique et l’histoire viennoise.

Ulman Weiß (Université d’Erfurt) s’intéresse à l’univers des médecins paracelsiens qui étaient convaincus, à la seule condition d’une praxis pietatis personnelle, de l’effet immédiat de l’esprit de Dieu. Jakob Schalling (1587-1632), qui a étudié à Erfurt et à Jena, fait partie de ces médecins : dans son « Traité d’Ophtalmologie » (Ophthalmia) publié en 1605 en latin et en allemand, il fut le premier à décrire la cataracte comme opacité de la lentille de l’oeil. Schalling qui faisait partie de l’ordre hermétiste des Rose-Croix voulait œuvrer à la rénovation de la société dans son ensemble, certain d’y parvenir en exerçant son activité de chymicus et de medicus dont l’archidiater est le Christ seul. Dans ses ouvrages, il souligne notamment la nécessité d’une « General Reformation » qui ne réussira que si le medicus, guidé par l’esprit, montre aux hommes le chemin qui permettra de parvenir à une véritable réforme du monde.

III – L’écriture de l’histoire, une stratégie historico-politique : genres, modèles narratifs, instrumentalisation et production d’une « évidence » historique

Le professeur Alfredo Alvar Ezquerra (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, Madrid) aborde le problème de la construction de la mémoire à travers la canonisation de saint Isidore (patron de la ville de Madrid) vers 1620. Si saint Isidore est censé avoir vécu en Espagne au XIe et au XIIe siècle, la première biographie manuscrite qui soit parvenue jusqu’à nous date en réalité du XIIIe siècle. C’est sur la base de ce texte que furent écrites les hagiographies du XVIe siècle qui sont à l’origine de la tradition actuelle. Il manquait à la ville de Madrid, siège permanent de la cour à partir de 1561, des symboles susceptibles de lui donner une identité propre. Dans ces conditions, le souhait de la population de Madrid d’avoir un saint patron protecteur trouve le soutien du magistrat de la ville, même si la canonisation se heurte à divers problèmes qui expliquent qu’elle n’eut lieu qu’en 1622. L’étude des pièces ayant servi au Saint Siège dans le cadre de cette canonisation révèle l’absence de tout document scientifique, les seuls arguments en faveur de la canonisation de saint Isidore semblant se réduire au besoin que l’on avait de créer une figure tutélaire à laquelle on pourrait s’identifier.

Pierre Lurbe (Université Paul Valéry – Montpellier 3) met en évidence les tentatives de légitimation historique de l’Eglise d’Angleterre dans une perspective anglicane, de William Laud à Edward Stillingfleet. S’appuyant sur l’affirmation de William Laud « We live in a Church Reformed, not in a Church made new », l’Eglise anglicane cherche à légitimer son existence grâce à la construction d’un fondement historique qui remonte jusqu’aux origines pauliniennes. L’ouvrage de Gilbert Burnet History of the Reformation (1679) et, quelques années plus tard, celui d’Edward Stillingfleet Origines Britannicae (1685) retracent l’histoire de l’Eglise anglicane dans cette perspective. Au début du XVIIIe siècle, John Inett complète l’histoire de Stillingfleet dans son Origines Anglicanae (1704-1710) en la poursuivant jusqu’au moyen âge. Usant des plus récentes avancées dans le domaine de l’historiographie, ces auteurs réécrivent l’histoire dans une double perspective : légitimer l’Eglise anglicane et consolider la monarchie, ces deux institutions étant, depuis l’Act of Supremacy (1534,1558) inextricablement liées.

La contribution de Jan Marco Sawilla (Université de Constance) intitulée De la religion des Native Americans dans les écrits historiques et ethnographiques du XVIIIe siècle traite, à partir des écrits consacrés à la French and Indian War, des tentatives qui cherchent à comprendre les us et coutumes des indigènes nord-américains dans une perspective ethnographique. A partir de la confrontation du contenu des mémoires et journaux de guerre avec les publications ethnographiques, on peut s’interroger sur la perception européenne de la religiosité des populations indigènes qui ne saurait se réduire à la traditionnelle dichotomie entre « barbare » et « civilisation ». Peu à peu, l’image des « indiens » s’éloigne en effet de la simple représentation de peuples exotiques et gagne des contours qui lui sont propres. En comparant les quatre volumes des Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps publiés en 1724 par le jésuite Joseph-François Lafitau, un travail réalisé dans la tradition des ethnographes antiques, et les nouvelles perspectives qui découlèrent de la confrontation directe avec les indigènes, il est possible de s’interroger sur la pertinence de positions d’observation différentes et sur leur évolution au XVIIIe siècle.

La présentation d’Eckard Leuschner (Université d’Erfurt) en collaboration avec Yahya Kouroshi (M.A. Université d’Erfurt) s’interroge sur les notions de topographie et de partialité à partir de l’ouvrage de Bernhardino Amico publié en 1609 à Rome et en 1620 à Florence : Terra Sancta. Dans ce compendium consacré aux sites sacrés de Bethlehem et de Jérusalem, l’auteur mêle les informations topographiques objectives et la dénonciation de la difficile situation des chrétiens locaux. Ce franciscain qui a longuement séjourné à Jérusalem a dédié la seconde édition de son ouvrage, richement illustré par Jacques Callot (les gravures de la première édition sont de Antonio Tempesta), au grand duc Cosme II de Médicis qui n’avait pas entièrement abandonné l’idée d’une nouvelle croisade. Dans sa description des sites, Amico oscille en permanence entre les traces de la vie du Christ et des premiers chrétiens et les réalités politiques de sa propre époque. L’analyse de ces descriptions et de leur visualisation permet de mettre en évidence le « sens chrétien » dont Amico charge la structure urbaine de la Jérusalem ottomane.

IV – Histoire – Pouvoir – médias : institutions et médias de la production historiographique, de la censure et de la diffusion

Caroline Callard (Université de Paris-IV La Sorbonne) interroge l’articulation historique et l’histoire civique à partir des archives sacrées de l’Italia sacra de Ferdinando Ughelli (1596-1670). Publiée entre 1644 et 1662, cette histoire des évêques de la péninsule italienne écrite par un abbé cistercien a été réalisée grâce à la mobilisation d’un vaste réseau de correspondants (483 correspondants pour 1533 courriers) qui confirment l’intensité de la coopération entre Rome et les diocèses italiens. L’articulation de l’ouvrage qui combine écriture historique et publication des sources est le fruit de cette collaboration qui témoigne d’un dialogue fécond entre Rome et ses diocèses dans l’élaboration d’une histoire de l’Eglise italienne : elle constitue une parfaite illustration du gouvernement de l’Eglise qui est loin de se réduire au simple constat de la prééminence centralisatrice du Vatican.

V – Adaptations et appropriations : circulation des savoirs, historicité et anhistoricité, subversion

Dans cette cinquième partie du colloque, David García Hernán (Université Carlos III de Madrid) analyse la littérature du Siècle d’Or dans une contribution intitulée : Los contenidos historiográficos politico-religiosos subyacentes en la literatura del Siglo de Oro español. Centré sur l’analyse des messages de nature politique et religieuse contenus dans l’excellente littérature de cette période, son étude prend non seulement en compte les traités, essais et travaux d’historiographie mais aussi des genres tels que le théâtre, les récits ou la poésie qui véhiculent souvent un important substrat idéologique dont l’efficacité est souvent plus grande encore en raison de la nature indirecte de sa transmission. Ces messages, à travers leur répétition, contribuaient sans aucun doute à la création d’une conscience historique dans l’esprit du public. Certes, cette conscience n’était pas toujours en rapport avec la réalité des faits, mais pour une nation « convaincue de sa mission » cette conscience historique avait des conséquences non négligeables sur ses relations avec les autres pays.

Dominik Fugger (Université d’Erfurt) s’intéresse dans son article à Nicolas Lenglet du Fresnoys (1674-1755). Dans sa contribution intitulée Subversion avec méthode. Nicolas Lenglet du Fresnoy et la fable de la papesse Jeanne, il analyse un ouvrage publié en 1713 et souvent réédité : Méthode pour étudier l’Histoire. Cet ouvrage prévu à l’origine en deux volumes atteindra finalement pas moins de quinze volumes dans l’édition posthume de 1772. L’importance de cette « méthode » explique qu’il en existe deux traductions en allemand : l’une parue à Leipzig en 1718, l’autre à Gotha en 1752-1754. La fable de la papesse Jeanne fait partie de ces « événements » qui trahissent l’appartenance confessionnelle des historiens de la première modernité. Avec les Lumières, les stéréotypes commencent à s’effacer peu à peu : sur ce chemin, David Blondel et Leibniz constituent des étapes particulièrement significatives. Avec l’acceptation progressive du caractère fictionnel de ce personnage s’ouvre chez Lenglet du Fresnoys la possibilité d’une réflexion sur la fonction des éléments non-historiques dans l’histoire. Mais les limites de ce discours qui touche à l’exigence contemporaine de la vérité historique dans l’historiographie sont fixées par la censure qui détermine le cadre du dicible.

Stefan Bauer (Italienisch-Deutsches Historisches Institut Trient) présente un travail sur L’opposition entre compilation et analyse comme point d’entrée dans l’histoire de l’Eglise au XVIe siècle : le cas Onofrio Panvinio. Dans sa contribution, il s’intéresse à deux textes, ou groupes de textes : les histoires des familles romaines, et l’histoire des élections pontificales de l’ermite augustinien Onofrio Panvinio (1530-1568). L’histoire des élections pontificales, De varia creatione Romani pontificis, est la première étude exhaustive de ce genre. Onofrio Panvinio a-t-il fait simplement œuvre de compilateur, se contentant de collecter et de sélectionner ses textes de référence, ou bien a-t-il procédé à une analyse de ce matériel pour en tirer un sens historique ? En réalité, la sélection des sources, les textes retenus et les « délaissés » constituent déjà une première analyse interprétatrice, mais ces textes permettent aussi plus largement de mettre en évidence la nature du travail historiographique au XVIe siècle. La tension entre compilation et analyse apparaît ainsi comme une donnée intrinsèque des travaux historiques de cette période.

VI – Pratiques de l’érudition historique : colliger, cataloguer, compiler, indexer, gloser, résumer…

Thomas Wallnig (Université de Vienne) et Joëlle Weis (M.A. Université de Vienne) s’interrogent sur les pratiques érudites à partir de la correspondance de Jean Frédéric Schannat. Chaque pratique érudite contient des « vertus épistémiques », c’est-à-dire un cadre de valeurs à respecter par les savants. Cette vérité générale l’est davantage encore pour les membres de l’Eglise qui voient ces valeurs fixées par le cadre institutionnel dans lequel ils évoluent. Mais les correspondances érudites qui témoignent de l’apprentissage et de la mise en pratique de ces vertus permettent aussi de déceler leur remise en question par les gens de lettres. A partir d’une analyse sélective de la correspondance de Jean Frédéric Schannat (1683-1739), érudit luxembourgeois au service de plusieurs dignitaires ecclésiastiques, cette contribution analyse l’adaptation permanente de ces pratiques érudites chez un érudit dont la flexibilité constitue la garantie d’emploi auprès des maîtres successifs qu’il est amené à servir.

Mona Garloff (M.A. Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) propose une analyse de la légitimation de la pensée irénique vers 1600 à travers les éditions et bibliographies de Jean Hotman. La contribution de ces écrits au débat de l’humanisme tardif s’appuie sur l’idée de paix dans l’Eglise, un des topoï les plus importants de cette période. L’argumentation des textes iréniques sera actualisée pendant des siècles afin notamment de légitimer les projets de conciliation entre les Eglises à des moments où les affrontements religieux étaient les plus intenses. Pères de l’Eglise et théologiens humanistes constituent des textes de référence pour les auteurs iréniques qui rejettent la logique confessionnelle qui s’est mise en place. Dans la pensée irénique, l’état idéal de l’Eglise du futur se présentait comme un reflet d’une Eglise antique idéalisée pour son caractère consensuel. L’œuvre de Jean Hotman (1552-1636) est exemplaire de ce discours irénique : deux éditions de théologiens de la première moitié du XVIe siècle et une bibliographie des œuvres iréniques permettent à l’auteur de pointer les lignes imaginaires qui reliaient les projets œcuméniques de la première moitié du XVIe siècle aux efforts de son époque. Une analyse des méthodes de sélection, de compilation et de corrections permet de comprendre le travail réalisé par Hotman pour adapter ces textes aux contextes politiques et ecclésiastiques contemporains.

Jean-Claude Colbus (Université Paris-IV La Sorbonne) présente une contribution consacrée au problème de l’historiographie au début du XVIe siècle à travers la Chronique de Sebastian Franck. Si Sebastian Franck est sans conteste un des plus éminents historiens allemands du début du XVIe siècle, c’est avant tout un écrivain qui sait manier la langue allemande avec une rare précision, soutenu en cela par une conscience aiguë de l’importance d’un outil qu’il ne cesse de perfectionner. Dans sa Chronique, un ouvrage au ton particulièrement subversif publié en 1531 à Strasbourg et réédité en 1536 à Ulm, il dénonce avec une vigueur sans précédent les dérives des autorités tant ecclésiastiques que civiles. Constatant l’échec de la réforme luthérienne, dû selon lui à la polysémie d’une parole inadaptée à l’édification d’une Eglise nouvelle, Sebastian Franck trouve dans l’histoire une autre voie d’accès à la Révélation. Opposant à la polysémie du Verbe, la monosémie de l’expérience, de l’image visualisatrice, l’historien invite son lecteur à le suivre sur le chemin d’un doute novateur. Cette communication analyse certains procédés de l’écriture historienne afin de mettre en évidence l’importance du travail de ré-écriture. Au bout de cet « iconoclasme spirituel » se profile alors la nouvelle vision d’une communauté spirituelle de tolérance, diaspora universelle des hommes en quête de Dieu.

Anne Lagny (Ecole Normale Supérieure de Lyon) analyse l’image de l’Eglise à travers l’historiographie piétiste. Publiés en 1675, les Pia Desideria du pasteur Philipp Jacob Spener sont le manifeste du piétisme luthérien. Partant du constat de la corruption de l’Eglise actuelle, il propose une réforme de cette institution : les fidèles doivent se concentrer sur la pratique de la foi, à l’image des chrétiens de l’Eglise primitive ; quant à l’Eglise, en bannissant l’esprit stérile de la controverse et de la querelle religieuse, elle pourra restaurer l’idéal de la piété évangélique. L’histoire de l’Eglise et des hérésies de Gottfried Arnold (Unpartheyische Kirchen- und Ketzerhistorie) parue à Quedlinburg en 1699 est la transposition de ce programme religieux dans l’écriture de l’histoire. En se recentrant sur la présence de l’Eglise invisible dispersée parmi les peuples, l’Eglise retrouvera la pureté de l’Eglise primitive : la réception contrastée de cet ouvrage qui prétend réserver un traitement équitable aux hérésies et aux hérétiques – des éloges de Thomasius aux injures des théologiens orthodoxes – témoigne de son inscription dans le champ de la controverse. Comme on peut le constater, cette histoire prétendument « impartiale » de l’Eglise est, elle aussi, une histoire engagée…

Frédéric Hartweg (Strasbourg/Oberhausbergen) présente une contribution intitulée : Identité et appartenance nationale, ecclésiale et linguistique aux XVIIIe et XIXe siècles au miroir de témoignages et de l’historiographie contemporaine dans le Refuge huguenot en Prusse-Brandebourg. La question de l’identité occupe une place centrale dans l’abondante production historiographique publiée à l’occasion du jubilé du Refuge huguenot. Dans le creuset que fut Berlin, les classes dirigeantes intellectuelles, administratives et ecclésiastiques se rapprochèrent rapidement des milieux politiques locaux. Si la question de l’identité se pose d’emblée, elle prend des proportions nouvelles dans la deuxième moitié du XVIIIe et au début du XIXe siècle. La deuxième, mais plus encore la troisième génération sera confrontée à la question de la pérennité de la colonie et de ses institutions. Que ce soit le maintien d’associations caritatives internes à la colonie ou la défense de la langue française dans le cadre des offices religieux, les exemples sont nombreux qui témoignent de ces difficultés grandissantes. Les guerres napoléoniennes donneront finalement à la colonie l’occasion d’exprimer sa loyauté envers la dynastie prussienne et favoriseront aussi l’émergence d’un sentiment national allemand.

VIII – Table ronde : l’historicisation par le biais de la Polémique confessionnelle ?

La contribution de Jörg Rüpke (Université d’Erfurt) dans le cadre de la table ronde finale est dédiée aux origines de l’historiographie religieuse à Rome. L’analyse de l’historicisation du phénomène religieux dans la République romaine tardive se fait en deux temps. D’une part, un commentaire sur le calendrier romain dans le temple d’Hercules Musarum, tel qu’il est analysé dans le cadre des Annales d’Ennius et de son Euhemerus (première moitié du IIe siècle av. J.-C.). Le supplément aux listes des dates et des consuls prend la forme d’une interprétation historique de l’institution du calendrier. Dans un deuxième temps, l’analyse se concentre sur l’œuvre fragmentaire de Varron (50 av. J.-C. environ), en particulier les Antiquitates rerum divinarum. Contrairement à ses prédécesseurs, Varron présente l’histoire d’un empire en train de s’établir : l’histoire est ici utilisée pour créer de nouveaux liens entre les futurs citoyens de l’Imperium Romanum. Dans cette même période, on trouve, quelques décennies plus tard, les origines de l’historiographie universelle.

Conclusion et discussion finale

C’est Markus Völkel (Université de Rostock) qui tire un premier bilan de ces trois jours de travaux. Soulignant la grande variété des thèmes et des époques abordées, il insiste sur la nécessité de dégager des outils méthodologiques communs susceptibles de mieux cerner la réalité historiographique du discours historique sur la religion. Poursuivant dans cette voie, plusieurs intervenants mettent également l’accent sur la nécessité de prendre en compte la position sociale, politique, institutionnelle de l’historien qui exerce une influence déterminante sur ses travaux historiques. En matière religieuse, comme en bien d’autres domaines, l’historiographie apparaît bien souvent comme la traduction de l’instrumentalisation plus ou moins consciente du matériau historique à des fins qui lui sont étrangères.

Une présentation par affiche pour jeunes chercheurs vient compléter ces travaux :

Sever-Cristian Oancea (Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt a. M.) présente l’image du règne catholique dans l’historiographie saxonne transylvaine (1690-1750) : les ouvrages de Martin Schmeizel notamment contribuent à l’éloignement de la « culture officielle » de Vienne et à la formation d’une identité saxonne qui perdurera jusqu’à l’arrivée du communisme en Roumanie.

Damien Séveno (Erfurt/Lyon) dévoile une affiche visualisant les représentations de la Guerre des Paysans dans les territoires allemands du XVIe siècle jusqu’à nos jours. Tour à tour présentés comme des révoltés sanguinaires ou chantés comme les premiers révolutionnaires d’une ère nouvelle, cette page de l’histoire subit des mutations dans la représentation historique qui traduisent bien l’instrumentalisation de l’histoire à des fins de propagande.

Compte rendu rédigé par Jean-Claude Colbus (Paris-IV La Sorbonne)