Tous les articles par ciera2

La contribution des féministes allemandes à l’éducation des jeunes filles dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Texte de Sylvie Marchenoir, Université de Bourgogne

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Les femmes allemandes sont de plus en plus nombreuses à recevoir une éducation et à prendre la plume au début du XIXe siècle, dans le sillage des femmes célèbres ayant fréquenté les cénacles romantiques et de celles ayant fait leurs certains idéaux de la Révolution française, mais aussi dans le courant ascendant d’une classe sociale bourgeoise qui commence à réclamer sa part de pouvoir dans une société se décloisonnant très progressivement, soucieuse de donner une instruction à ses fils et, au-delà, une éducation à leurs mères. C’est toutefois dans la deuxième moitié du XIXe siècle que l’éducation des jeunes filles prend un tour nouveau sous l’influence de nombreux facteurs, religieux, sociaux, économiques et politiques, et surtout sous l’impulsion des femmes elles-mêmes, qui prennent peu à peu leur destin en main et n’hésitent pas à intervenir sur le devant de la scène publique, voire politique, pour réclamer des droits et en tout premier lieu le droit à l’éducation. Les femmes allemandes créent des associations qui luttent afin d’obtenir des chances égales pour le développement de l’individu, quel que soit son sexe. Le « mouvement des femmes », comme on l’appelle alors, constitue tout à la fois le premier féminisme allemand et le moteur d’une émancipation des femmes qui passe en priorité par l’éducation des jeunes filles. Pour en mesurer le côté émancipateur et sa spécificité allemande, il convient tout d’abord de brosser un rapide état des lieux en matière d’éducation dans l’Allemagne très conservatrice des années 1850. C’est dans un contexte socio-politique plus favorable que se dégagent ensuite dans les années 1860-80 les grands principes d’une éducation au féminin : la deuxième phase du mouvement des femmes favorise alors le passage de l’éducation à l’instruction et voit le début d’une institutionnalisation de l’éducation des jeunes filles. Enfin, c’est sous l’influence des socialistes allemandes que le mouvement en faveur de l’éducation se radicalise à partir de 1890 pour devenir une lutte de tous les instants en faveur de l’avenir professionnel des femmes et de leur droit au travail.

L’état des lieux à l’issue d’une première phase de féminisme en Allemagne : l’éducation des jeunes filles allemandes dans les années 1850

Le premier mouvement féministe allemand est l’héritier de la Révolution française de 1789 et des révolutions européennes de 1848. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, suivie de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne rédigée par Olympe de Gouges en 1791 et traduite en allemand dès la même année, a suscité chez certaines femmes allemandes l’envie d’être, elles aussi, considérées comme des êtres humains à part entière et notamment de jouir de la même reconnaissance juridique et sociale que les hommes, tout en gardant leur spécificité féminine. En 1792 paraît à Berlin l’essai de Theodor Gottlieb von Hippel Über die bürgerliche Verbesserung der Weiber, où l’auteur réclame l’émancipation des femmes, affirmant que l’égalité juridique et sociale entre les hommes et les femmes nécessite une harmonisation de leur éducation. Selon lui, les différences entre les sexes sont sociales plus que naturelles – d’où l’attention qu’il convient de porter à l’éducation. Il prône donc une éducation commune des garçons et des filles jusqu’à la puberté par des femmes, puis une éducation différenciée pour les préparer à des tâches différentes puisque la société le réclame. Mais il se montre radicalement opposé à la déduction d’une quelconque infériorité féminine au vu de la répartition des tâches : „So lange das andere Geschlecht in der Erziehung von dem unsrigen unterschieden wird, so lange als sie zu den Beschäftigungen nicht angewiesen werden, welche sich unser Geschlecht ausschließlich zutheilet, so lange können wir nicht behaupten, dass es uns nicht gewachsen sei.“ (Theodor Gottlieb von Hippel, Nachlass über weibliche Bildung, Berlin : Voß, 1801, p. 9). Parallèlement, les femmes ne sont pas passives. De 1813 à 1815 sont fondées au moins 700 associations patriotiques de femmes. Mais elles ont plus pour vocation de soutenir les troupes engagées dans le combat contre les armées napoléoniennes et d’apporter secours à la population éprouvée que de défendre la cause des femmes en matière d’éducation.

Les débuts d’un premier mouvement féministe organisé en Allemagne remontent en fait aux années 1840, à la période prérévolutionnaire du Vormärz. C’est à cette époque que se font entendre les premières voix féminines pour remédier à l’ignorance de la majorité des femmes. Des femmes prennent la plume pour thématiser la subordination de la femme dans la société : „Schickt die Mädchen auf die Universitäten und die Knaben in die Nähschule und Küche: nach drei Generationen werdet ihr wissen, was es heißt, die Unterdrückten zu sein“, avait écrit par provocation la Comtesse Ida Hahn-Hahn (1805-1880) dès 1839 dans son romanDer Rechte (Angelika Schaser, Frauenbewegung in Deutschland 1848-1933, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2006, p. 17). Une femme plus engagée encore comme Louise Otto-Peters (1819-1895) exige dès la période révolutionnaire dans une pétition adressée à la commission traitant à Leipzig des questions politiques et économiques l’organisation du travail des femmes pour leur permettre de subvenir à leurs besoins et donc d’être indépendantes et de ne pas sombrer dans la prostitution. Ces pionnières fondent les premières associations de femmes. Elles publient des journaux pour les femmes à visée émancipatrice, et non plus, comme leurs consœurs de la fin du XVIIIe siècle, dans le but de formater des maîtresses de maison, des épouses et des mères conformes au modèle patriarcal et de ce fait bien intégrées dans la société de leur temps. Le journal que publie Louise Otto-Peters en 1849, Die Frauen-Zeitung, porte en exergue : „Dem Reich der Freiheit werb’ ich Bürgerinnen!“ L’éditrice, fille d’un juriste et représentante de la moyenne bourgeoisie cultivée, fait partie des pionnières du mouvement féministe. Ecrivaine engagée dès la période du Vormärz, elle a publié des romans sociaux comme Schloss und Fabrik en 1846, puis s’est consacrée à la cause féminine, luttant principalement pour le droit des femmes à l’éducation et à une activité professionnelle. „Wie ich schon erwähnte, war ich in dem letzten Schuljahr darüber empört, dass ein Mädchen nicht länger als bis zum 14. Jahr in die Schule gehen dürfe […]“, écrit-elle un peu plus tard dans un article où elle évoque sa propre éducation (Louise Otto, „Mädchenunterricht in früherer Zeit (Selbsterlebtes)“, in : Ruth-Ellen Boetcher Joeres, Die Anfänge der deutschen Frauenbewegung. Louise Otto-Peters, Frankfurt am Main : Fischer, 1990, p. 47). Il ne s’agit pas seulement d’une opposition de principe au maintien des femmes dans l’ignorance. La crise économique qui sévit au milieu du siècle ne touche pas que les couches inférieures de la société, mais aussi la bourgeoisie, et en particulier les femmes célibataires qui en sont réduites à gagner leur vie – véritable gageure quand on n’a pas bénéficié d’une formation professionnelle adaptée.

Car, jusqu’au milieu du XIXe siècle, les jeunes filles de la petite bourgeoisie ne peuvent fréquenter que l’école élémentaire (Volksschule), à partir de six ans jusque vers quatorze ans (cf. Fanny Lewald, Meine Lebensgeschichte, Berlin : Janke, 1861). Seuls les garçons vont au lycée. C’est seulement sous l’impulsion des grands pédagogues du début du siècle, Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) et Friedrich Fröbel (1782-1852), qu’apparaissent progressivement les premiers « jardins d’enfants » et les premières « Ecoles supérieures de jeunes filles » (Höhere Mädchenschulen), des établissements financés par des fonds privés et donc réservés aux jeunes filles de bonne famille. En effet, un pédagogue et directeur d’école comme Fröbel était persuadé que la mère demeurait la première et la meilleure éducatrice pour les jeunes enfants. Il s’agissait de donc de former des éducatrices dont la douceur alliée à des activités ludiques allait permettre de materner des générations d’enfants et d’éveiller progressivement leurs capacités intellectuelles. Toutefois, l’enseignement des « Ecoles supérieures de jeunes filles » reste axé sur la sociabilité, une éducation visant à faire de la femme une compagne utile et agréable pour l’homme. Il n’y a ni programme pédagogique obligatoire, ni examen terminal. Une autre initiative de plus grande envergure est l’ouverture de l’« Université de Hambourg pour le sexe féminin » (Hamburger Hochschule für das weibliche Geschlecht) en 1850, destinée à former des éducatrices pour les jardins d’enfants et des professeures pour les écoles supérieures de jeunes filles. Même si l’expérience échoue au bout de deux ans, freinée par la trop faible qualification antérieure des étudiantes et surtout grevée par des difficultés financières, elle n’en demeure pas moins extrêmement novatrice pour l’époque. Mais après l’échec de la Révolution de 1848 et la restauration d’un conservatisme politique dans tous les Etats allemands, qui limite fortement le droit d’association, s’ensuit une période de régression. En Prusse par exemple, la loi sur les associations de mars 1850 interdit « aux personnes de sexe féminin, aux écoliers et aux apprentis » de faire partie d’associations politiques et même de prendre part à des réunions politiques. Les femmes sont maintenues dans une minorité affligeante. Il devient à nouveau très difficile pour elles de faire entendre leur voix dans les lieux décisionnels et de continuer à faire progresser l’éducation des femmes. Même la presse leur ferme ses portes. Le journal de Louise Otto est interdit en Saxe dès 1850 suite à la publication d’une loi sur la presse particulièrement restrictive. Sa rédactrice en chef, qui a un temps trouvé refuge à Gera en Prusse, se voit à nouveau interdite de publication deux ans plus tard suite à la promulgation de la nouvelle loi prussienne sur la presse. D’autres journaux féminins comme Der Freischärler de Louise Aston à Berlin, Die soziale Reform de Louise Dittmar à Leipzig ou Die Frauenzeitung de Mathilde Franzisca à Cologne tombent sous le coup de la censure et connaissent des durées de vie tout aussi limitées.

Ainsi, au milieu du XIXe siècle dans les pays de langue allemande, la situation en matière d’éducation continue d’être très inégalitaire suivant le sexe et le milieu social. Les principes qui président à l’éducation des jeunes filles dans les classes supérieures, de la noblesse à la bourgeoisie, sont encore ancrés dans une vision de la société et des rapports entre hommes et femmes héritée tout à la fois des Lumières, de la Révolution française et de la Restauration de Metternich et liés notamment aux grandes théories littéraires et philosophiques sur les sexes du début du siècle qui ont présidé à la définition du « caractère féminin » opposé au « caractère masculin ». Les vertus féminines que constituent par exemple la moralité, la chasteté, la pudeur et la douceur cantonnent la femme dans la sphère domestique et privée. L’exemple type de cette femme fragile et docile, faite pour vivre dans l’ombre des hommes, demeure la Sophie du roman de Rousseau Emile, ou De l’éducation. Des Lumières, du siècle de la pédagogie, et de l’émancipation du citoyen initiée par la Révolution française, est demeurée l’idée d’une nécessaire éducation de l’individu. Mais, pour les femmes, la conception initiale du savoir encyclopédique émancipateur a été abandonnée au profit d’une instruction minimale, suffisante pour accomplir les tâches ménagères, mais pas pour assister l’homme moderne. Pour la stabilité et l’harmonie du foyer, on ne souhaite pas d’éducation à l’extérieur susceptible d’apporter de néfastes influences étrangères. Il n’y a pas d’éducation commune pour les filles et les garçons : les matières enseignées ne sont pas les mêmes, les cours se déroulent dans une tout autre atmosphère, à la fois plus prosaïque et plus dilettante suivant l’enseignement dispensé. Il s’agit d’une éducation fonctionnelle, utile pour les rôles que la femme doit jouer, à savoir ceux de maîtresse de maison, d’épouse et de mère. Suivant le milieu social, les connaissances qui lui sont inculquées sont plus ou moins rudimentaires, mais la femme doit dans l’idéal savoir coudre, repriser et broder, connaître les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul et, s’il lui en reste le loisir, être initiée aux beaux-arts, musique, chant, dessin et peinture en priorité, de façon à pouvoir charmer un auditoire ou un public masculin dans le cadre domestique. Cette vision de l’éducation féminine est commune tout à la fois aux pédagogues et philanthropes à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle tels que Campe (Vätherlicher Rat an meine Tochter, 1790) et aux idéalistes comme Kant, Humbold et Fichte. Chez les écrivains classiques et romantiques du début du XIXe siècle, notamment dans le roman de Friedrich Schlegel Lucinde, la polarité entre les sexes se trouve exacerbée, mais il se dessine toutefois une complémentarité de nature à valoriser la femme. Jusqu’au milieu du siècle, il est indéniable aux yeux de cette idéologie que la femme bourgeoise transmet des valeurs, qu’elle symbolise l’humanité du foyer au regard d’un monde extérieur, économique et politique, peu favorable à l’être humain. Il existe ainsi une véritable contradiction entre des théories qui valorisent la femme, prônant parfois l’égalité entre les sexes et un épanouissement au féminin, et une réalité sociale qui accorde encore si peu de poids au « beau sexe ». Toutefois, à la faveur de l’émergence d’un nationalisme plus libéral dès les années 1860, notamment en Prusse, le mouvement des femmes gagne peu à peu en influence et en considération, jouant un rôle de plus en plus important sur la scène publique et favorisant l’émancipation des femmes par une instruction plus poussée.

La deuxième phase du mouvement des femmes dans les années 1860-1880 : de l’éducation à l’instruction, vers l’institutionnalisation de l’éducation des jeunes filles

La seconde phase du mouvement féministe allemand s’étend du début des années 1860 à la fin des années 1880. De nouvelles associations sont créées, accompagnées de leurs propres organes de publication et dépassant souvent une audience locale, des centres d’information et de conseils apparaissent, des rencontres ont lieu régulièrement tant au plan régional qu’au plan national, débouchant bientôt sur des congrès internationaux.

Comme aux USA et dans les autres pays d’Europe occidentale, les organisations féministes allemandes ont été créées et sont dirigées par des femmes issues de la bourgeoisie, parfois aussi de la noblesse. Les historiens évoquent un « mouvement bourgeois des femmes » (Florence Hervé, „Dem Reich der Freiheit werb’ ich Bürgerinnen: von den Anfängen bis 1889“, Geschichte der deutschen Frauenbewegung, éd. Florence Hervé, Köln : PapyRossa, 2001, p. 11-35). Cette appellation est justifiée aussi si l’on considère l’origine sociale des membres des associations en question. La sociologue Ute Gerhard estime que 85 % de ces femmes sont issues de familles bourgeoises, 5% de la noblesse et 10 % du milieu ouvrier (Ute Gerhard, « The Women’s Movement in Germany in an International Context », in : Sylvia Paletschek, Bianka Pietrow-Ennker éd., Women’s Emancipation Movements in the 19th Century. A European Perspective, Stanford : University Press, 2004, p. 102-122). Ce sont essentiellement des associations visant à l’amélioration de la condition sociale des classes inférieures de la société et à l’éducation et à la formation professionnelle des femmes (donc essentiellement des femmes de la bourgeoisie). Les visées religieuses, caritatives et éducatives se confondent très souvent ; ce sont autant de justifications sociales pour expliquer que les femmes osent maintenant sortir de leur foyer. De la société de bienfaisance aux regroupements professionnels, il existe tout un éventail d’associations. La structure éclatée du paysage étatique allemand fait que le nombre de grandes villes ou de villes moyennes où de telles associations peuvent se développer est assez nombreux. Les plus connues sont celles fondées à Leipzig par Louise Otto-Peters, la pionnière du Vormärz, devenue entre-temps une autorité reconnue dans le monde féministe : l’« Association pour l’éducation des femmes de Leipzig » (Leipziger Frauenbildungsverein) début 1865, puis l’« Association générale des femmes allemandes » (Allgemeiner deutscher Frauenverein – ADF) en octobre de la même année.

L’« Association pour l’éducation des femmes de Leipzig », fondée le 24 février 1865 par un groupe de femmes entourant Louise Otto-Peters comme Auguste Schmidt et Henriette Goldschmidt, a pour objectif déclaré de promouvoir la cause des femmes :  „die Frauensache, d. h. die Anerkennung der Frauenrechte, die gehörige Würdigung der Fraueninteressen und vor allem: die Hebung der weiblichen Arbeitskraft…“ D’après les statuts, un « comité éducatif » est chargé d’organiser toutes sortes de manifestations culturelles, et notamment des conférences, dans cette intention : „ein Bildungskomitee, das Vorträge, Vorlesungen, musikalisch-declamatorische Unterhaltungenzu arrangieren hat, die zur Fortbildung des weiblichenGeschlechts dienen können“ (Programme du Leipziger Frauenbildungsverein, in : „Vom Protest der Dienstmädchen zum Frauenwahlrecht: Zur Geschichte Leipziger Frauenvereine 1848-1918“, p. 5, http://www.leipzig.de/de/buerger/service/angebote/frauen/wegweiser/geschichte/).

Le 7 mars 1865, Auguste Schmidt fait une conférence sur le thème „Leben ist Streben“ à la bourse des libraires, pleine à craquer. Le lendemain, 35 femmes adhèrent à l’association. Pour une contribution mensuelle tout à fait modique, les habitantes de Leipzig peuvent désormais se cultiver sans prêter attention aux barrières sociales. Le vœu des fondatrices est d’abolir les privilèges et les classes au sein de l’association. Et, de fait, leurs « soirées » remportent un franc succès, réunissant souvent plus de 300 participantes. Pour les jeunes femmes ayant quitté la Volksschule bien trop tôt et n’ayant pas les moyens de poursuivre des études, l’association organise aussi une « école du dimanche » : on y enseigne l’allemand, le français, le calcul, la comptabilité et les travaux manuels. Enfin, l’association s’efforce progressivement de proposer une activité et une formation professionnelle aux jeunes filles des milieux ouvriers, organisant à partir de 1876 des cours de cuisine puis des « cours ménagers » au tournant du siècle. Cette initiative locale est ainsi couronnée de succès et emblématique du travail de fourmi que les féministes allemandes accomplissent à la base.

Mais les théoriciennes de l’émancipation féminine telles que Louise Otto-Peters comprennent aussi très vite qu’il convient de rassembler les forces et de regrouper dans une même association les différentes initiatives locales. C’est pourquoi elles invitent les femmes allemandes engagées dans des actions similaires à les rejoindre à Leipzig du 15 au 18 octobre 1865, où a lieu la première « conférence des femmes allemandes ». C’est l’occasion de fonder une nouvelle association de portée nationale, l’« Association générale des femmes allemandes » (Allgemeiner deutscher Frauenverein – ADF), dont Louise Otto-Peters prend la présidence et Auguste Schmidt la vice-présidence. Les buts principaux sont d’améliorer les chances d’éducation des femmes des classes bourgeoises et de favoriser leur activité professionnelle, les femmes de la très haute société, noblesse et grande bourgeoisie, continuant, elles, de ne pas travailler. A cette époque-là, les métiers ouverts aux femmes de la petite bourgeoisie se réduisent en effet à ceux d’éducatrice, d’institutrice, de gouvernante ou d’exécutrice de travaux à domicile. Elles ne sont pas autorisées à entrer dans les établissements d’enseignement secondaire, l’accès au baccalauréat et aux universités leur est interdit. L’ADF inscrit d’emblée au nombre de ses revendications le droit au travail et la création d’écoles commerciales et artisanales pour les jeunes filles. Les femmes majeures sont membres de plein droit de l’association ; les jeunes filles mineures peuvent assister aux assemblées, mais n’ont pas le droit de voter ; les hommes n’y ont qu’une voie consultative, ce qui vaut à l’association quelques inimitiés. Mais l’ADF se positionne ainsi nettement comme une association féministe, gérée par des femmes et consacrée aux femmes. Grâce à la création immédiate d’un organe de diffusion, le journal Neue Bahnen, elle se donne les moyens de diffuser largement ses idées et toutes informations utiles à la vie associative locale et d’avoir ainsi une audience régionale et même nationale.

Les vingt années suivantes vont apporter une amplification de la lutte, tout à la fois son extension et son approfondissement. Parmi toutes les manifestations de ce phénomène, il convient de citer deux exemples probants : d’une part l’organisation de manifestations nationales et internationales de plus en plus nombreuses, propices à des échanges fructueux, à la confrontation des points de vue et à l’adhésion du plus grand nombre à la cause des femmes et d’autre part la fondation d’associations professionnelles qui défendent des intérêts particuliers avec toute la force et l’expertise nécessaires. Les fondatrices de l’ADF avaient déjà prévu un congrès annuel des femmes dans des villes différentes pour faire connaître leur mouvement et essaimer dans tout le pays. L’association est ainsi passée de 34 membres à sa fondation en 1865 à 10 000 adhérentes cinq ans plus tard. De nombreuses femmes issues de la bourgeoisie ont appris des langues étrangères et eu l’occasion de voyager à l’étranger, voire d’y séjourner pour y étudier ou y travailler comme Minna Cauer, militante pour le droit de vote des femmes et préceptrice à Paris dès 1868. Elles ont noué des contacts avec des consœurs étrangères, engagées comme elles dans la lutte pour le droit des femmes. Le désir d’échanger leurs expériences, de discuter de la question des femmes hors des contingences politiques et économiques nationales, pour ainsi dire « en terrain neutre », les anime. Elles commencent à voyager, assistent à des congrès nationaux ou internationaux et s’engagent dans les premières fédérations internationales de femmes comme The International Council of Women (ICW), fondée en 1888 à Washington D.C. par des Américaines revendiquant le suffrage des femmes. La thématique générale de l’éducation est toujours présente, demeurant au centre des actions de l’aile modérée du mouvement féministe bourgeois, mais un élargissement à d’autres problématiques se profile : le droit au travail est désormais aussi au cœur des débats, et le droit de vote sera bientôt l’une des principales revendications des féministes radicales.

Parallèlement à cette extension nationale et internationale du mouvement a lieu une concentration sur des objectifs particuliers, notamment professionnels. La fondation en 1888 de l’« Association des institutrices de Leipzig » (Leipziger Lehrerinnenverein) en témoigne. Les objectifs sont de renforcer la formation scientifique et pédagogique de ses membres et de promouvoir la situation matérielle des institutrices. Il s’agit bien là d’une véritable association professionnelle au sens moderne du terme, visant à préparer en amont l’accès au métier et à en assurer ensuite l’exercice dans de bonnes conditions. Le métier d’institutrice était l’un des tout premiers ouverts aux femmes, mais il ne leur offrait pas des conditions de travail satisfaisantes, les plaçant dans une situation d’inégalité manifeste vis-à-vis de leurs collègues masculins, à la fois sur le plan de la formation, des débouchés, des disciplines enseignées et du salaire perçu. Cinq institutrices de Leipzig, dont Rosalie Büttner et Käthe Winscheid, s’étaient résolues à lancer un appel à une union de défense dans la presse, qui devait conduire à la création de l’association. Dans les années qui suivirent, les résultats de leurs efforts devaient se révéler fructueux. Si le salaire des institutrices demeure inférieur à celui de leurs homologues masculins, les conditions d’embauche s’améliorent grâce à la mise en place de bureaux de placement un peu partout dans le pays. Lors de nombreuses conférences, les membres du Leipziger Lehrerinnenverein s’associent aux autres associations féminines et aux partis politiques progressistes pour réclamer une réforme du système éducatif et notamment de l’enseignement dispensé aux jeunes filles. Elles militent pour la professionnalisation de cet enseignement et le droit des femmes à exercer une activité professionnelle. C’est ainsi que l’association éditera en 1904 un « Guide pour le choix du métier des jeunes filles » (Ratgeber für die Berufswahl von Mädchen) dont l’introduction conseille aux parents d’aborder ce choix avec le plus grand sérieux : „Bitte nehmen Sie die Berufswahl der Tochter so ernst wie diedes Sohnes“ car exercer un métier est une chance qui doit être offerte à tout individu : „Freude an der Berufsarbeit ist ein Glück, das jedem Menschen zu gönnen ist.“(Vom Protest der Dienstmädchen zum Frauenwahlrecht: Zur Geschichte Leipziger Frauenvereine1848-1918“, p. 8, http://www.leipzig.de/de/buerger/service/angebote/frauen/wegweiser/geschichte/). Certains membres de l’association sont d’ailleurs à l’origine de la création en 1892 d’une première association professionnelle artisanale, le Frauengewerbeverein zu Leipzig, destinée à lutter contre les entraves à l’activité professionnelle des femmes et à défendre leurs intérêts communs dans le cadre du travail.

Les débuts de la formation professionnelle et la lutte pour le droit au travailà partir de 1890

Les féministes des années 1890 parachèvent l’œuvre entreprise par celles des années antérieures. Sur le plan éducatif, les progrès sont particulièrement remarquables. Helene Lange (1848-1930), représentante du mouvement féministe modéré, qui a elle-même fréquenté une « Ecole supérieure de jeunes filles » et est devenue institutrice en 1871, publie en 1888 un texte intitulé « L’Ecole supérieure de jeunes filles et sa vocation » („Die höhere Mädchenschule und ihre Bestimmung“) pour accompagner une pétition, Die Gelbe Broschüre, dans laquelle elle réclame ouvertement au ministre prussien de l’éducation à Berlin de véritables cours de niveau lycée, au contenu scientifique équivalent à ceux que suivent les garçons, et non plus seulement un enseignement basique destiné à faire des jeunes filles de simples épouses, mères et maîtresses de maison : l’enseignement de la couture et du piano doit disparaître au profit de cours de grec ou de latin, les cours d’histoire et de géographie doivent être renforcés, on doit introduire des cours de mathématique, de physique et de sciences naturelles ! (Helene Lange, „Die höhere Mädchenschule und ihre Bestimmung“, in : Lange, Helene, Kampfzeiten. Aufsätze und Reden aus vier Jahrzehnten, tome 1, Berlin : Herbig, 1928). Helene Lange s’appuie alors sur le concept de « maternité spirituelle » (geistige Mütterlichkeit) opposé à celui de « maternité biologique » (biologische Mutterschaft) et développé par Henriette Goldschmidt qui, à la suite du pédagogue Fröbel, attribue aux femmes un don particulier pour l’éducation des enfants et souhaite faire d’elles des éducatrices pour la société tout entière et non pas seulement pour leurs propres enfants biologiques. Elle fonde à la suite en 1890 l’« Association générale des institutrices allemandes » (Allgemeiner Deutscher Lehrerinnenverein -ADLV) et instaure parallèlement les premiers cours privés de niveau lycée, dénommés officiellement « cours de lycée » (Gymnasialkurse) à partir de 1893. En 1896, les six premières élèves ayant suivi ces cours se présentent au baccalauréat allemand (Abitur) en candidates libres et obtiennent leur diplôme. Le gouvernement prussien, qui travaille de son côté depuis la publication de la Gelbe Broschüre à l’harmonisation de l’enseignement dispensé aux filles dans les différentes écoles privées, notamment sous l’influence du ministre de l’éducation Robert Bosse de 1892 à 1899, est le premier à associer des femmes comme Helene Lange à une réflexion sur le devenir de l’éducation des jeunes filles dans différentes commissions ministérielles. C’est ainsi que se réunit à Berlin en janvier 1906 une importante conférence sur l’éducation à laquelle participent pour moitié des hommes et des femmes, pour la plupart professeures, directrices d’école et représentantes d’associations, dont Helene Lange et sa disciple Gertrud Bäumer (1873-1954). Il en ressort les grands principes de la réforme que la Prusse applique en 1908 : des lycées pour filles (Lyzeen) sont créés, dont le programme d’études est approuvé par l’Etat, l’accès des femmes à l’université est autorisé. La Prusse sert également de modèle à d’autres Etats allemands ; la Saxe réforme son système éducatif en 1910, la Bavière et la Hesse en 1911. Les différentes universités allemandes autorisent peu à peu les femmes à s’inscrire comme étudiantes et non plus simplement à assister aux cours comme auditrices libres.

Sur le plan de la formation professionnelle, les avancées sont tout aussi remarquables. Si les femmes de la moyenne bourgeoisie peuvent de plus en plus accéder au métier d’enseignante en étant de mieux en mieux formées, elles peuvent désormais aussi s’orienter vers d’autres carrières : Minna Cauer (1841-1922), représentante de l’aile radicale du mouvement des femmes, réussit à obtenir d’un économiste député au Reichstag, Heinrich Rickert (1863-1936), la mise en place à partir de la fin 1889 de « cours pratiques » (Realkurse) destinés à former les femmes aux métiers de l’artisanat et de la vente. Elle co-organise en 1896 le « congrès international pour les œuvres et les initiatives des femmes » (Internationaler Kongress für Frauenwerke und Frauenbestrebungen).

C’est aussi lors de cette troisième phase du premier mouvement féministe que les ouvrières parviennent progressivement à s’émanciper de la tutelle bourgeoise et à faire entendre leur voix. Elles s’organisent dans des sections de femmes à l’intérieur du parti socialiste ou des associations ouvrières et souhaitent obtenir l’égalité en droit de la femme grâce à la transformation radicale de la société en société socialiste. L’appellation « mouvement bourgeois des femmes » prend d’ailleurs dans leur bouche une connotation péjorative, désignant des associations en dehors du mouvement socialiste. Pourtant, là encore, les femmes à la tête des revendications politiques, nécessairement cultivées, sont dans un premier temps des femmes issues de milieux aisés ou tout au moins des classes moyennes : Lily Braun (1865-1916) née von Kretschmann, éditrice du journal Die Frauenbewegung (1895-1919) et adhérente du parti socialiste à partir de 1895, est une aristocrate de naissance, Clara Zetkin (1857-1933) est la fille d’un instituteur et devient elle-même institutrice avant d’adhérer au parti socialiste et de collaborer à l’organe du parti Der Sozialdemokrat. Elle réclame dès 1904 l’uniformisation du système scolaire et sa gratuité pour tous, du jardin d’enfants à l’université, sans distinction de la classe sociale ou du sexe. Il faut casser le monopole de l’argent en matière d’éducation grâce à la mise en place d’une école élémentaire gratuite, ouverte à tous : „die obligatorische einheitliche Elementarschule, die alle Kinder ohne Unterschied der Klasse und des Geldbeutels der Eltern besuchen müssten“ (Clara Zetkin, discours prononcé à la troisième conférence des femmes social-démocrates à Brême en 1904, cité par Elke Kleinau, „Reformpädagogik und Frauenbewegung: Geschichte einer Ausgrenzung“, Gender-Geschichte/n,Köln/Weimar/Wien: Böhlau, 2008, p. 206). Les principes éducatifs du parti socialiste découlent de la volonté d’instaurer l’égalité des chances pour tous. Il n’est somme toute pas besoin d’une lutte spécifique des femmes, c’est en combattant ensemble avec les hommes contre le capitalisme que les femmes obtiendront l’égalité en droit, sociale et juridique, comme le prévoyait déjà l’œuvre du socialiste August Bebel Die Frau und der Sozialismus, publiée en 1879. Par opposition au précédent mouvement des femmes, ce dernier est appelé « mouvement socialiste des femmes » ou bien « mouvement prolétaire des femmes ». Clara Zetkin s’est par ailleurs toujours refusée à considérer les associations ouvrières comme partie prenante du mouvement féministe. Une théoricienne comme elle subordonne en effet les revendications féministes aux intérêts du parti socialiste – la lutte des classes demeure la priorité. Paradoxalement, Clara Zetkin fait ainsi preuve de moins d’autonomie que les représentantes du mouvement bourgeois des femmes qui s’étaient, elles, abstenues de faire acte d’obédience envers les partis libéraux, même si leurs idéaux les en rapprochaient bien évidemment. Enfin, ces diverses imbrications, tant au niveau de la base qu’au niveau des dirigeantes, font que les frontières entre les différents mouvements sont parfois assez floues. L’important, ce sont finalement moins les divergences que les revendications communes portées par les différentes associations (Florence Hervé, p. 34-35).

Le symbole de ce rassemblement majeur pour l’aile modérée du mouvement des femmes est la création en 1894 de l’« Union des associations allemandes de femmes » (Bund Deutscher Frauenvereine – BDF). La naissance de cette Union marque dans l’histoire des femmes allemandes le début de la troisième phase du mouvement féministe, caractérisée par un gain d’influence considérable et une audience internationale. Cette organisation féministe comprend en effet au fil du temps entre 500 000 et un million de membres. Même si la neutralité politique est proclamée de façon programmatique, elle exclut dès son congrès fondateur les femmes du mouvement ouvrier et condamne assez nettement les socialistes et les pacifistes. Clara Zetkin encourage d’ailleurs cette « scission stricte » entre mouvement féministe bourgeois et mouvement ouvrier (Clara Zetkin, „Reinliche Scheidung“, Die Gleichheit 4, 1894, p. 63). D’autre part, les associations féministes radicales quittent la BDF en 1899 pour fonder la « Fédération des associations féminines progressistes » (Verband fortschrittlicher Frauenvereine – VfFV). Toutefois, au-delà des clivages politiques, la BDF a le mérite de rassembler dès 1894 de multiples associations de féministes modérées dans de nombreux domaines : éducation des femmes et des jeunes filles, protection sociale, droit au travail, égalité politique. Et malgré les dissensions internes ou externes, il est évident pour tous les groupes et groupuscules que l’amélioration des conditions de vie des femmes passe nécessairement par l’union. Parmi les associations à caractère social ou politique, la BDF compte parmi les plus sensibles aux changements et aux exigences d’une société en pleine mutation. Sa naissance et son évolution sont d’ailleurs étroitement liées à l’histoire du nationalisme allemand et à la construction de l’Etat allemand. Ce n’est pas un hasard si elle apparaît dans le sillage de la fondation du second Reich, à une époque où l’Allemagne, toute-puissante et conquérante, ayant réussi son industrialisation, se tourne vers le monde, n’hésitant pas à se lancer dans une campagne de colonisation.

Alors que la seconde phase du mouvement féministe était marquée par son nationalisme et une très nette orientation caritative, voire religieuse, visant au bien-être des femmes dans la société allemande et à leur intégration dans une société patriarcale par le biais de l’éducation, l’internationalisation, la politisation et la radicalisation partielle du mouvement caractérisent maintenant cette troisième phase qui s’étend du début des années 1890 aux premières années du XXe siècle. Il s’agit désormais non plus seulement d’éducation et d’instruction, mais de formation professionnelle et de droit au travail. L’émancipation des femmes passe très clairement par leur indépendance économique.

Il est ainsi manifeste que les féministes allemandes sont particulièrement actives à la fin du XIXe siècle. Après le prélude constitué par le Vormärz puis l’émergence d’un féminisme plus organisé dans les années 1860-1880, elles poursuivent l′œuvre des pionnières au cours de la troisième phase de ce premier féminisme allemand, de 1890 à l’aube du XXe siècle, luttant pour les droits des femmes à l′éducation, au travail, à une vie sociale meilleure et plus juste. Elles politisent et radicalisent le mouvement. L’internationalisation s’amplifie.

Le féminisme allemand de cette seconde moitié du XIXe siècle est loin d′être homogène, son action n’est pas toujours très uniforme. Mais au-delà des clivages politiques entre libéralisme et socialisme et des tensions presque constantes entre nationalisme et internationalisme, l′idée que l′union fait la force reste très présente et sous-tend en permanence le mouvement, lui confère énergie et pouvoir de persuasion. Il s’agit de l’un des mouvements moteurs en Europe, les féministes allemandes sont toujours aux avant-postes des mouvements internationaux. Cela s’explique sans doute d’abord par le fait que les barrières linguistiques sont moindres, les femmes cultivées allemandes pratiquant souvent les langues étrangères et se sentant particulièrement à l′aise dans le monde anglo-saxon. Cela s′explique ensuite par une organisation hors pair, une structuration intéressante, liée sans doute à des raisons historiques et politiques : le morcellement de l’Allemagne pendant des siècles a donné de l’importance au régionalisme, à la base, au concret, à la participation des citoyens, en l’occurrence des citoyennes.

De ces caractéristiques résultent des acquis considérables en matière d’éducation, au fondement de nos sociétés occidentales aujourd’hui, que les féministes allemandes ont contribué à mettre en place : des lycées pour filles, une formation professionnelle autre que l’enseignement et des services d’information et de conseil à l’intention des femmes. Il est certain que l’éducation des jeunes filles a constitué un préalable nécessaire à l’émancipation des femmes. Elle a aussi représenté très longtemps le moteur du mouvement des femmes allemandes. Mais elle a connu à la fin du XIXe siècle un élargissement sans précédent, conduisant à la revendication non seulement du droit à l’instruction, mais aussi à la formation professionnelle pour toutes les femmes, quels que soient leur âge et leur milieu social, et donc à la conquête du droit au travail, véritable fondement de l’émancipation féminine et d’une participation active des femmes à la vie économique et politique de leur pays. Pour certaines de leurs actions, les féministes allemandes se sont révélées être des modèles à suivre. Les femmes allemandes comptent ainsi parmi les premières en Europe à avoir obtenu le droit de vote en 1919, les Françaises ont dû par exemple attendre jusqu′en 1944. De l’éducation à la politique, il n’y avait qu’un pas … de géant(es), que les premières féministes allemandes ont franchi avec audace et détermination !

Internationalisation ou dialogue de sourds? Négociations transnationales autour du premier Congrès international du droit des femmes de 1878

Texte de Annette Keilhauer, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 et 28 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

Perspectives transnationales

« Jeudi soir, une société choisie se réunissait au Grand-Orient, rue Cadet. Il y avait là des femmes laides, des femmes charmantes, de vieilles ladies et de jeunes misses. L’Amérique avait fourni la meilleure part de l’assistance. Quelques hommes se sont égarés dans cette assemblée gracieuse : deux ou trois sénateurs et députés, plusieurs conseillers municipaux. » (Le Figaro, 28/07/1878)

Voilà l’évaluation d’Albert Millaud, journaliste au Figaro, sur un des événements qui a particulièrement marqué l’internationalisation des revendications pour les droits des femmes au XIXe siècle. Ce regard dépréciatif qui réduit les femmes à leur âge et à leur apparence physique, est porté sur le premier congrès international du droit des femmes qui s’est déroulé à Paris du 25 juillet au 9 août 1878. Plus de 600 personnes originaires de 11 pays, dont 219 participants inscrits – parmi lesquels pas moins de 113 hommes – se réunirent pour discuter dans cinq sections des questions de l’éducation et de la formation des femmes, de leur histoire et de leurs droits. Le compte rendu de Millaud constitue donc moins une description réaliste de la réunion qu’un exemple de l’indifférence sinon de l’hostilité que pouvaient encore rencontrer les initiatives pour les droits des femmes en France à cette époque.

Dans son histoire des féminismes européens European Feminisms 1700-1950, ouvrage de référence précieux pour l’histoire transnationale du féminisme, Karen Offen porte un regard tout autrement positif sur la rencontre :

« This congress marked a new stage in the development of a truly international network among feminist activists, a network cemented at the final banquet by Antide Martin’s toast: “to the international perseverance of the partisans of progress!” » (151)

L’objectif plus général de Karen Offen était de retracer le développement continuel et incessant vers une internationalisation des revendications des femmes dans les pays européens. Pour décrire ce développement, elle se sert de la métaphore de la lave qui bouge toujours sous le volcan et qui sort par chaque brèche dans la croûte misogyne et patriarcale vers la surface et se fraie un chemin vers le grand courant de la revendication internationale au XXe siècle.

Ce regard engagé sur l’histoire des féminismes, filtré à travers la vision téléologique d’une solidarisation et d’une libération internationale progressives, est pourtant modalisé et différencié dans des recherches comparatives plus récentes, pour ne citer que les études de Leila Rupp et plus récemment d’Alice Primi et le numéro spécial récent du Journal Women’s History Review.

Si Karen Offen semble avoir surmonté la restriction à l’histoire nationale qui avait longtemps caractérisé les recherches dans ce champ, elle reste souvent dans une logique nationale : elle définit pour toute période les pays avancés ou retardés, les prédécesseurs et les arriérés. L’étape du congrès de Paris est pour elle un moment de domination française dans les initiatives qui va bientôt devoir laisser l’avant-garde aux pays anglo-saxons. Si elle ajoute dans le titre de son ouvrage un pluriel derrière le mot feminism pour souligner les différences culturelles et idéologiques entre les initiatives diverses, elle reste dans l’ensemble dans une logique de la concurrence.

Un regard transculturel différencié doit d’abord constater que cette logique de la concurrence est un écran rhétorique déjà lancé par les contemporains, comme le montre la citation d’Antide Martin. Cet écran a pour fonction de réconcilier une approche universaliste et une appartenance identitaire nationale pendant une période d’instabilité nationale dans nombre de pays européens.

L’intérêt des recherches récentes est davantage porté vers des relations et des mouvements transnationaux : au lieu d’un courant unifiant et d’une mise en réseau internationale, on observe une pluralité d’activités limitées par des préoccupations et des tabous très divers. Les rencontres et mises en réseaux avaient de toute urgence besoin de cette rhétorique de la lutte commune justement parce que la collaboration mettait en lumière des différences, des oppositions et des frictions transnationales qui demandaient des négociations constantes entre les différents points de vue.

La façon d’agir dans le contexte national autant que transnational dépendait pour chaque période de la constellation historique et politique, de la position sociale, idéologique et religieuse des protagonistes dans leur contexte national ou même régional. Leur engagement était directement lié aux stratégies choisies, dépendant en même temps de traditions culturelles symboliques liées à la construction de l’identité sexuelle comme aux représentations stéréotypées de l’étranger.

J’aimerais esquisser ci-dessous quelques aspects centraux de la préparation et réalisation du premier congrès international sur les droits des femmes, et cela à partir d’une perspective franco-italienne. Cela permet non seulement de jeter plus de lumière sur les aléas de la rencontre qui a notamment été réalisée grâce à l’engagement italien, mais aussi de détecter quelques limites politiques, sociales et culturelles pour une entente transculturelle avant et lors de la rencontre. Je procéderai en trois étapes. D’abord j’esquisserai brièvement le contexte historique dans lequel la préhistoire de cette rencontre se situe en France. Puis je proposerai quelques observations sur la préparation proprement dite du congrès et finalement je donnerai quelques exemples des divergences qui surgirent lors du congrès même.

La préhistoire franco-italienne du congrès : différentes stratégies d’internationalisation

La répression qui suivit la révolution de 1848 a longtemps freiné l’engagement des femmes françaises. C’est seulement dans les années 1860 que le climat commence à se rouvrir d’abord par des conférences publiques, puis à partir de 1869 par la publication d’un périodique politique intitulé Le droit des femmes. Comme les femmes françaises durent attendre 1880 pour avoir la permission de sortir elles-mêmes un journal politique, un rédacteur en chef masculin, Léon Richer, prit l’initiative avec la collaboration très active de Maria Déraismes, féministe, républicaine et oratrice engagée dont les conférences publiques avaient connu de véritables succès. Cette initiative bourgeoise agissait avec beaucoup de prudence en ce qui concerne les sujets concrets et le style journalistique. La tendance générale était républicaine, la proximité avec la franc-maçonnerie qui avait déjà rendu possible les premières conférences de Maria Déraismes, resta importante par la suite. On évitait des thématiques dangereuses comme le droit de vote et on se concentrait sur des questions de morale et de législation, sur la situation de la femme dans le mariage ou la réinstauration du divorce. Pour éviter le conflit avec les autorités, le journal changea en 1872 son nom en l’Avenir des femmes, supprimant ainsi toute allusion revendicatrice.

Le début de la Troisième République fut un moment de changement, mais aussi de faiblesse ou il fallait agir de façon prudente pour ne pas déstabiliser la majorité républicaine toujours menacée. La peur d’un retour en arrière était encore très présente dans les milieux démocratiques et les activités des femmes engagées furent étroitement surveillées par les autorités. On suivait une politique plutôt réformatrice qui prenait consciemment ses distances par rapport au passé révolutionnaire des femmes de 1789, de 1830 et de 1848. Le journal gagna rapidement en importance et eut également un lectorat international. Il y avait une section internationale régulière qui affichait son intérêt pour les développements dans d’autres pays et le rédacteur en chef avait un certain nombre de contacts internationaux.

Un premier geste de mise en réseau au niveau international vint de Genève, de la part de Maria Goegg qui en 1868 avait fondé l’Association internationale des femmes avec le soutien notamment de Maria Déraismes et de Léon Richer, mais aussi de l’Italienne Alaide Beccari, de l’Anglaise Josephine Butler et de l’Allemande Rosalia Schönwasser. Les contacts internationaux noués ainsi par la rédaction du journal français semblent vite avoir pris plus d’ampleur puisque dès 1873, l’idée de la réalisation d’un premier congrès international en Europe à Paris était née. Il devait se dérouler en automne, mais l’élection présidentielle du très conservateur maréchal Mac-Mahon au printemps 1873 incita les organisateurs, prudents, à reporter le projet. Dans la même période, une conférence publique sur des questions de femmes par Olympe Audouard avait été interdite; il s’agissait donc probablement d’une décision sage. La nouvelle d’une telle initiative se propagea vite en Europe mais ne trouva pas l’adhésion de tous, ainsi que le montre une réaction dans le journal italien modéré Cornélia, citée le 6 avril 1873 dans L’Avenir des femmes :

« En Italie, par exemple l’annonce d’un tel congrès serait accueilli par des sarcasmes. Nous ne savons dans quelle mesure les femmes françaises, gâtées par leur littérature, par l’esprit futile et superficiel de leur société et par l’influence cléricale pourront concourir à la réussite d’un tel projet, et nous croyons que si ce congrès auquel beaucoup d’hommes illustres ont adhéré a lieu, il sera composé en grande partie de représentants de l’Allemagne, de l’Angleterre et des États-Unis. »

La perspective italienne prononcée ici établit une hiérarchie dans l’ouverture internationale qui place la France nettement derrière les pays anglo-saxons et qui se sert de stéréotypes culturels classiques dans son jugement sur le voisin français tout en donnant à l’Italie la position de lanterne rouge dans le domaine des droits des femmes. Léon Richer ressent le besoin d’un commentaire spontané qui en dit long sur les limites de la solidarisation internationale à l’époque et reste symptomatique pour la suite de la préhistoire du congrès : « Nous comptons bien sûr des représentants d’Angleterre, d’Amérique et même d’Italie, mais nos relations avec l’Allemagne sont complètement rompues depuis la guerre. »

L’idée du congrès n’est reprise qu’au début de l’année 1878, moment propice au succès d’une telle entreprise, comme le pense le comité d’organisation. Car c’est l’année de l’exposition universelle de Paris qui garantirait une bonne publicité à la manifestation. L’Avenir des femmes joue le rôle de circulaire internationale qui diffuse régulièrement des informations sur la préparation du projet. En janvier 1878 Léon Richer lance de nouveau le projet dans un article où il souligne tout d’abord la libéralisation politique en France réalisée par les élections de 1877, qui laisse espérer plus d’ouverture d’esprit pour la thématique. L’annonce se fait donc presque patriotique et l’invitation de participants au niveau international est annoncée de façon programmatique :

« Il va sans dire que nous souhaitons ardemment que toutes les Sociétés d’Angleterre, d’Italie, de Suisse, d’Amérique – de partout – qui agissent si efficacement pour la revendication des droits de la femme, soient représentées à cette importante réunion. » (L’Avenir des femmes, 6/1/1878)

Ni les pays scandinaves ni l’Allemagne ni l’Autriche ne sont mentionnés explicitement bien qu’il y ait aussi des initiatives importantes. On veut nettement initier une manifestation d’importance politique. Le 3 février Richer parle déjà de plus de 100 personnes, dont des parlementaires, qui soutiennent le projet. Il demande le soutien des journaux internationaux pour faire circuler l’information – sans surprise il ne nomme explicitement que trois journaux anglais, trois américains et trois italiens. En avril un comité d’organisation est constitué qui se compose majoritairement d’hommes, dont deux sénateurs et plusieurs parlementaires – tout semble donc se développer à merveille.

Le numéro suivant, début mai, commence par un rapport euphorique sur l’ouverture récente de l’exposition universelle qui semble bien déplacé dans un journal intéressé par la coopération internationale :

« Quelle nation que cette France ! Quoi ! Sept ans sont à peine écoulés depuis l’immense écrasement qui a terrifié le monde, et déjà la voilà debout, plus riche, plus fière, plus grande que jamais ! On la croyait abîmée, morte, ruinée pour toujours, et c’est elle qui convie l’univers à cette fête de la Paix et du Travail, qui le reçoit dans son Paris invaincu, qui déroule à ses yeux ravis toutes les splendeurs, toutes les merveilles de l’industrie, des arts et des sciences. […] Seule, la France pouvait accomplir ce prodige ? Pourquoi ? Parce qu’elle est non seulement la richesse, – mais la vie et la lumière du monde ! » (L’Avenir des femmes, 5/5/1878)

Cette rhétorique nationaliste est suivie par l’annonce lapidaire qu’il faut reporter le congrès. Deux raisons sont données par le comité d’organisation: premièrement, la difficulté de trouver une localité appropriée pendant l’exposition où toutes les grandes salles sont prises par d’autres congrès plus officiels et deuxièmement, la peur que le congrès n’ait pas l’éclat public qu’on voulait lui donner à cause de la concurrence des multiples manifestations officielles de l’exposition universelle. Je cite Léon Richer : « Un demi-succès équivaudrait à un échec. […] Deux jours après la clôture de nos séances, il n’en sera plus question : l’attention se portera ailleurs. »

Les raisons données semblent peu convaincantes, la lectrice soupçonne plutôt des frictions politiques, éventuellement aussi des problèmes financiers derrière la décision. Et peut-être à la fin avait-on été pris de doutes concernant la réputation de la France, pays arriéré par rapport aux pays anglo-saxons concernant quelques aspects importants de la situation des femmes.

Donc, voilà un projet arrêté à mi-chemin, les adhérents internationaux ne pouvaient pas s’en contenter. Entre en scène l’engagement italien en la personne de Maria Malliani di Travers qui développe un dynamisme extraordinaire permettant finalement la réalisation du congrès. La jeune aristocrate féministe d’origine suisse habitait Bergame et collaborait au journal La Donna – le pendant italien de l’Avenir des femmes. Elle entre en contact épistolaire avec Richer dès janvier 1878 et lui écrit cinq longues lettres jusqu’au mois de juin, essentiellement pour le convaincre de se remettre à la préparation du congrès et pour lui offrir du soutien idéel, logistique et financier.

Le 30 mai 1878 Malliani publie un Manifesto dans La Donna qui reprend la décision du comité français pour confirmer avec enthousiasme que les femmes italiennes ont sauvé le congrès de Paris :

« Un articolo in proposito suggerì doversi rimandare l’effettuazione del progetto al 79, al 80, alle calende greche forse, chi lo sa ? (…) Furono le donne italiane che salvarono il Congresso da un ignominioso naufragio, e cosi si vendicarono dei motteggi e del ridicolo sparso a larghe mani su di esse per il tentativo fallito di un Congresso femminile in Roma, ideato l’anno scorso da alcune signore di Firenze. Onore alle donne italiane, che sanno prendersi una tale rivincita! » (La Donna, 30/5/1878)
[Un article sur le sujet suggérait qu’il faudrait reporter la réalisation du projet à l’année 1879, 1880, aux calendes grecques peut-être, qui sait ? (…) Ce sont les femmes italiennes qui ont sauvé le congrès d’un naufrage honteux, et c’est ainsi qu’elles se sont vengées des taquineries et du ridicule dont elles étaient l’objet à cause de l’échec de la tentative d’organiser un congrès de femmes à Rome, conçu par quelques dames de Florence. Honneurs aux femmes italiennes qui savent prendre une telle revanche. Trad. A.K.]

Les Italiennes ont ainsi une avance d’information de quelques jours. Car les lecteurs et lectrices français ne liront la bonne nouvelle dans L’Avenir des femmes que le 2 juin :

« Un grand nombre de nos amis de France, d’Angleterre et d’Italie, se sont émus de la détermination prise par notre commission d’initiative, de renvoyer à l’année prochaine le Congrès international du Droit des Femmes. » (L’Avenir des femmes, 2/6/1878)

Le comité d’organisation, renforcé maintenant par Maria Malliani, est donc revenu sur sa décision. Que s’était-il passé pendant le mois de mai? Le 8 mai, Maria Malliani avait écrit une lettre de 9 pages à Léon Richer, formulée de façon bien directe et impulsive, dans laquelle un véritable feu d’artifice de propositions est complété par plusieurs longues lettres envoyées jusqu’à la fin du mois de mai. D’abord la question de la salle est pour elle un argument bien faible, une pure question d’argent, et elle offre dès la première lettre un soutien financier important. Comme le journal de Richer est toujours financièrement menacé, l’argument est un des aspects concluants. Le budget financier du congrès publié dans les actes dans la suite montre bien qu’en fin de compte c’est surtout grâce à un don extrêmement généreux de 2000 Francs de la part de Maria Malliani que le congrès se réalisera. Cette somme couvrira deux tiers des frais du congrès et de la publication des actes.

Dans ses lettres, Malliani développe une vision tout autre de l’éclat international qu’un tel congrès pourrait avoir. Elle voit justement une grande chance pour le succès du congrès dans l’Exposition universelle car elle attirerait des curieux qui à l’origine n’avaient pas d’intérêt à y aller :

« Non, certes, les indifférents s’en iraient au contraire songeurs, interdits, sérieux, bouleversés, ils se demanderaient tout bas : est-ce là ce que nous voulions ridiculiser, sont-ce des larmes que nous voulions venir verser sur les souffrances de tant d’êtres humains, sont-ce des tressaillements d’indignation que nous pensions éprouver en venant en ces lieux ? »

Elle semble viser notamment un public aristocratique et grand-bourgeois, riche et international, qui se déplace pour les événements de Paris et qui pourrait être gagné sur place. Dans les lettres qui suivent, elle développe avec un style fiévreux des propositions concrètes pour mobiliser des personnalités politiques et mondaines de toute l’Italie.

Fin mai, elle écrit avoir convaincu la féministe italienne de renommée internationale Anna Maria Mozzoni d’adhérer au congrès ainsi que Salvatore Morelli, auteur du livre La donna e la scienza (1861). Et ses propositions s’élargissent vers une liste de personnalités scientifiques, littéraires et politiques. Apparemment elle a déjà fait jouer ses contacts internationaux, quand elle écrit le 27 mai :

« J’ai écrit partout, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse et en plusieurs directions en Italie. (…) Si vous tenez à avoir Lady Anna Gore Langton, Monsieur et Madame Fawcett, Madelle Lydia Becker, Mr. Jacob Bright, Mr. Courtney etc. procurez moi des autographes de Victor Hugo, et je vous garantis leur intervention. Madame Foster dit que son nom est si populaire en Angleterre qu’il peut obtenir tout ce qu’il veut. Les autographes seront si appréciés, qu’il [sic] nous ouvriront mêmes les bourses des Anglaises quant il s’agira de décréter, si l’Avenir des femmes et la Solidarité ont de devenir des journaux hebdomadaires ou non. »

Elle propose enfin de mobiliser ses contacts en Allemagne, d’approcher Hedwig Dohm, dont elle avait traduit le livre Der Frauen Natur und Recht (1876) en italien, qui, de son côté, pourrait convaincre Jenny Hirsch, rédactrice du Frauenanwalt. Avec un geste diplomatique, elle ajoute : « Mais peut-être vous n’aimez pas les Allemandes, alors n’en parlons pas. »

Malheureusement nous ne possédons pas les réponses de Richer à cette prolifération de propositions enthousiastes. Il semble ne pas avoir trop protesté car une semaine plus tard Maria Malliani reprend dans sa lettre suivante: 

« Vous m’avez dit : écrivez partout, aidez-moi : j’écrirais donc même aux dames allemandes qui travaillent pour la cause. Il y en a qui sont très bien disposées envers les Français, ce n’est pas la nationalité, ce sont les principes qui éloignent ou rapprochent les personnes, et les Allemandes doivent s’apercevoir que ce sont plus les Français que les Allemands qui favoriseront la question fém. [sic]. »

Il s’agit là d’une stratégie rhétorique bien vicieuse, car elle lance la rhétorique de la solidarisation transnationale tout en hiérarchisant les initiatives, plus pour rassurer les susceptibilités du Français que par jugement objectif, il nous semble. Elle ajoute même une remarque critique contre Bismarck qui nuirait aux femmes, remarque qui restera la dernière allusion aux Allemandes dans sa correspondance :

« Madame Dohm par exemple, se plaint amèrement du régime despotique de Mr. de Bismarck et du patronage que dans les hautes sphères on exerce sur le mouvement allemand, et en vérité, le souffle de liberté et d’égalité ne nous viendra pas par préférence de l’Allemagne ; les Allemands sont trop imbus de leurs maximes d’autorité en tout et partout, pour comprendre qu’il faut respecter les droits même de la femme. »

Voilà donc en somme une stratégie de grande envergure, la vision d’une manifestation impressionnante réalisée avec brio et éclat. Et voilà aussi un jeu tactique avec un partenaire français difficile, mais indispensable pour réaliser le projet, tactique dont la clé de voûte est la mise en scène de l’Italie comme pays sous-développé en la matière.

L’engagement frénétique que développe Maria Malliani di Travers entre avril et mai 1878 prend fin subitement avec la lettre du 27 mai. En juillet les milieux féministes en Italie tout comme le comité de Paris prennent connaissance avec une grande tristesse de la nouvelle qu’elle s’était suicidée le 29 juin 1878 sans voir la réalisation du congrès pour lequel elle s’était tant engagée. Les raisons pour son suicide sont difficiles à détecter ; elle semble déjà avoir eu une constitution psychique faible à la suite de la perte d’un de ses enfants.

Le congrès se réalisera donc notamment par l’engagement de Maria Malliani qui est aussi responsable pour la participation italienne avec 8 adhérentes – pas de surprise donc que la cérémonie d’ouverture commémore tout d’abord la généreuse Italienne. La liste des participants officiels, imprimée dans les actes publiés du congrès, inventorie 219 personnes de 11 pays, dont 106 femmes avec une participation anglo-américaine particulièrement importante de 13 Anglaises et 17 Américains.

Et les pays allemands dans cette constellation ? Voilà le commentaire qu’on peut lire dans le Journal Der Frauenanwalt de l’été 1878 ; il reprend surtout l’information du journal italien, reçue quelques jours avant le congrès et l’article résume:

« Erst Anfang Juli, nachdem das Juliheft des Deutschen Frauenanwalt die Presse verlassen hatte, sind uns Einladungen und Programme für einen ‚Internationalen Kongreß für Frauenrechte‘, der am 25. Juli in Paris eröffnet werden sollte, zugegangen. Einige Tage früher erhielten wir die erste Mittheilung über die Angelegenheit durch Zusendung einer Nummer der italienischen Frauenzeitung „La Donna“, aus welcher hervorgeht, daß die Pariser Behörden der Sache anfangs sehr kühl entgegengetreten sind, so daß sie beinahe gescheitert wäre. Das italienische Komité hat indeß eine Geldsumme aufgebracht, für welche ein Lokal gemiethet und die Unkosten bestritten werden können, es nimmt dafür die Ehre in Anspruch, den Kongreß gerettet zu haben. […] Wir haben keine Veranlassung, für diesen Kongress zu wirken, wollten aber nicht unterlassen das Programm mitzutheilen, obgleich der Kongreß beim Erscheinen des Heftes bereits stattgehabt haben wird. » (Der Frauenanwalt, n° 3, 1878, 254)

Les Allemandes n’étaient donc pas invitées, le contact avec le journal allemand n’était pas établi officiellement. Il y avait une seule participante de nom allemand sur la liste officielle, dont la provenance est précisée par « Alsace-Lorraine ». Il ne s’agit donc plus de liens rompus, le comité d’organisation a dû décider d’éviter carrément l’invitation officielle d’Allemandes, d’écarter leur participation pour ne pas froisser les sentiments des officiels français.

Le déroulement du congrès : une stratégie du consensus large

Grâce au soutien italien généreux, le congrès voit donc le jour, et son importance est assurée par l’édition de ses actes. Ils donnent un témoignage historique précieux sur les conférences et les discussions lors de la manifestation, témoignage qui montre non seulement l’unanimité dans les résolutions, mais aussi des malentendus et frictions sur certains sujets.

La réalisation du congrès met tout d’abord en évidence le rôle important de la France au niveau national et international. Dans son discours d’ouverture Maria Déraismes utilise des accents particulièrement patriotiques :

« Jamais la France ne s’est mieux possédée ; elle sait où elle va, elle sait ce qu’elle veut et comment elle le veut. Elle travaille gravement, assidûment à sa reconstitution ; et elle recherche toutes les conditions susceptibles d’être favorables à son œuvre. Ce qui concerne les femmes ne lui est donc pas indifférent. »

Dans cinq sections (histoire, pédagogie, économie, législation, morale) 40 intervenants, majoritairement des femmes, discutent un grand nombre de sujets. Pas plus d’un quart des intervenants ne viennent de l’étranger, dont quatre Américaines, 4 Anglaises et 3 Italiennes. La participation italienne est exceptionnelle pour plusieurs raisons. D’abord les deux intervenantes officielles Anna Maria Mozzoni et Aurélia Cimino Folliero de Luna (rédactrice en chef de la Cornelia) sont les seuls participants du congrès envoyés en mission officielle par leur gouvernement, fait qui est souligné plusieurs fois lors du congrès par les organisateurs. Anna Maria Mozzoni n’intervient pas moins de trois fois lors du congrès ; elle aura l’honneur de prononcer la conférence d’ouverture et une adresse officielle lors du banquet final. Le choix d’une « sœur latine » pour ce discours d’ouverture ne semble pas fortuit quand on tient compte de la perspective française esquissée plus haut. L’Italienne semble avoir eu un talent oratoire comparable à celui de Maria Déraismes, mais elle représente surtout un pays qui n’est pas suffisamment avancé dans la cause des femmes pour risquer de faire affront aux organisateurs français. Une attaque par un discours combattif américain aurait pu froisser les officiels français.

Les participants évitent généralement une critique du pays d’accueil ; seul Theodore Stanton, fils de la fameuse activiste américaine Elisabeth Cady Stanton, se permet une petite attaque après avoir évoqué l’origine française de la déclaration des droits de l’homme :

« (…) de même aujourd’hui, les droits de la femme que vous défendez en France théoriquement, nous commençons déjà à les faire passer dans les faits. Ce que la France fit au siècle dernier pour les droits de l’homme, pourquoi ne le ferait-elle pas au XIXe siècle pour les droits de la femme ? »

De temps en temps, derrière la rhétorique de la lutte commune, des fissures se font sentir, et cela notamment dans quatre domaines. Les comptes rendus historiographiques soulignent surtout l’exclusion du sujet du droit du vote du congrès, ce qui se manifeste par la décision d’Hubertine Auclert de publier son discours sur ce sujet séparément. Mais des discussions se font également sur la question du divorce, ce qui peut d’abord surprendre. Léon Richer, spécialiste de la matière esquisse une résolution pour la réinstauration du divorce. Il recueille des protestations dans le public qui nous rappellent la dimension religieuse des positions et l’importance que l’Église avait encore dans le domaine. Car un participant roumain souligne le statut sacré du mariage qui ne devrait pas être mis en question.

Un troisième point concerne le droit au travail pour les femmes et touche une fissure plutôt sociale qui traverse la manifestation. L’assemblée inclut plusieurs participants de tendance socialiste et dans la section Economie, l’intervenant Etienne Pognon déclare : « nous pensons que toutes les femmes indistinctement doivent travailler, même sans nécessité. »

Léon Richer inclut cet aspect dans la résolution sur le travail des femmes :

« Considérant que la dignité, l’indépendance de la femme ne peuvent être sauvegardées que par le travail ;
Que toute femme dont les moyens de vivre dépendent de l’homme, n’est point libre ; le Congrès réclame pour la femme une liberté de travail égale à celle de l’homme, et affirme la valeur et le mérite des travaux de ménage ou d’intérieur. »

Mais par la suite, une discussion prolongée se fait sur cette proposition qui est ressentie comme trop radicale par quelques-uns des participants : Une dame étrangère dont le nom n’a pas été recueilli au procès-verbal, souligne qu’il serait illogique de forcer à travailler des femmes dont le mari gagne assez d’argent :

« La femme ne perd pas sa dignité parce qu’elle vit du travail de son mari. Il y a des femmes riches qui n’ont aucun besoin de travailler, les deux fortunes suffisent aux dépenses de la vie commune. Il ne faut pas faire de toutes les femmes des ouvrières ; il ne faut pas les envoyer à l’atelier ou courir le cachet. Une femme qui court le cachet s’expose à mille inconvénients qui peuvent porter atteinte à sa considération. La femme est faite pour la vie d’intérieur. »

L’intervention est suivie par des acclamations et des protestations dans le public ; la différence des positions montre non seulement des divergences idéologiques, mais aussi des différences sociales entre les participants. L’opposition entre des positions bourgeoises et libérales et des positions plutôt socialistes éclatera plus ouvertement dans les années 1880.

Une dernière fissure n’est pas discutée ouvertement au congrès, mais elle cache une dimension symbolique et culturelle probablement bien plus importante que les stratégies d’apaisement ne le laissent entrevoir. L’Italienne Aurélia Cimino Folliero de Luna avait prévu une intervention, mais on peut lire dans le protocole qu’elle « renonce à se faire entendre. » Que s’est-il passé ?

Aurélia Cimino devait parler après la Hollandaise Elisa Van Calcar et l’Américaine Hotchkiss dans la section de pédagogie. Van Calcar souligne dans son discours la nécessité de ne pas restreindre le rôle de la femme aux devoirs de mère et de femme au foyer, mais de développer une indépendance professionnelle. L’indépendance des femmes dans la société est également soulignée par Mme Hotchkiss, qui développe des thèses encore plus radicales tirées de l’expérience concrète avec l’éducation et la formation des jeunes filles et femmes dans les écoles, lycées et collèges en Amérique. Dans son discours, elle lance un appel radical aux français : « O peuple français, soyez plus sage ! Ne gardez plus les préjugés des siècles, faites l´éducation de vos enfants, libérale et générale, comme vous avez fait votre gouvernement. »

Après la conférence de Mme Hotchkiss la troisième résolution de la section pédagogique, qui se fait assez radicale et égalitaire, est acclamée :

« Considérant que la nature humaine est une ; que la diversité des sexes, si elle révèle une différence d’aptitudes, ne saurait atteindre ni effacer cette identité de nature ; qu’il est prouvé par des expériences nombreuses que les études et les travaux réputés jusqu’ici propres aux hommes, sont également accessibles aux femmes ; qu’il n’y a aucune raison pour fermer aux femmes les carrières parcourues jusqu’ici à peu près exclusivement par les hommes ; qu’en conséquence il n’y a aucun inconvénient à soumettre les jeunes gens et les jeunes filles à un programme commun d’études ; (…) »

Quand on lit la version écrite de l’intervention prévue par Aurélia Cimino, on n’est plus surpris qu’elle ait refusé une lecture publique. Ses thèses et revendications ne sont pas du tout compatibles avec la discussion qui précédait. Après une lecture superficielle, on a tendance à juger l’ensemble de ses assertions comme un discours conservateur. Le seul point commun semble être l’affirmation de l’importance d’une bonne éducation pour les femmes. Le but et le rôle de la femme dans la société sont définis tout différemment : elle doit surtout d’abord remplir ses devoirs de mère et exercer une influence positive sur les hommes. Tout autre engagement de la femme dans la société devrait se restreindre dans la perspective de l’oratrice à un travail charitable.

Sa présentation culmine dans l’esquisse d’une image de la femme qu’on peut rapprocher du dévouement de l’image de la Marie chrétienne :

« Chaque chose a son temps. Nos devoirs commencent par ceux qui nous sont les plus proches. Je dis : ils commencent, ils ne s’y bornent pas. Heureuses les femmes qui peuvent donner une partie de leur vie à l’éducation de leurs enfants et l’autre au soulagement des misères humaines (…) c’est alors, mesdames, que commence pour nous la tâche la plus noble, celle du dévouement à l’humanité. La neige des cheveux, le pas languissant et le regard absorbé, ont bien leur grande beauté morale ; (…) Je voudrais aussi qu’au lieu des mots “obéissance” et “soumission”, on enseignât à la jeune mariée ceux de “prévenance” et de “dévouement”, qui n’abaisseront jamais sa dignité d’être humain. »

Voilà une assertion qui n’aurait certes pas trouvé l’unanimité du public ; la conférencière a bien fait de se taire devant l’assemblée. Ce discours qu’on pourrait à première lecture identifier comme désespérément arriéré, se justifie par contre dans le contexte culturel et historique bien précis de la jeune nation italienne unifiée. La sacralisation du culte de la mère y joue un rôle essentiel pour l’identité nationale, les femmes ont la fonction d’élever les jeunes démocrates avec un dévouement maternel désintéressé et jamais remis en question. Cette symbolique de la maternité est déjà présente dans l’idéalisation de la femme par le théoricien Mazzini bien avant l’unification, mais elle reste une norme pour la rhétorique patriotique du discours national jusqu’à la fin du siècle. « L’angelo del focolare », l’ange du foyer, voilà un rôle dont une patriote italienne doit non seulement se contenter mais être fière. Des traces de cette valorisation de la mère se retrouvent également dans le discours d’Anna Maria Mozzoni et même dans une lettre adressée au congrès de la part de Salvatore Morelli qui avait dû se désister. Dans sa lettre, Morelli propose un prix pour les mères qui élèvent les enfants les plus forts et les plus utiles à la patrie :

« Ce serait d’établir une exposition annuelle d’enfants pour décréter des primes et des décorations aux mères qui élèveront les enfants les plus beaux, les plus forts et par conséquent les plus utiles à la patrie. »

***

Le premier Congrès international du droit des femmes de 1878 constitue sans aucun doute un pas important vers une collaboration transnationale concernant les droits des femmes en Europe. À part une attention nationale et internationale dans les milieux féministes et politiques de l’époque, c’est peut-être l’édition des actes qui est le résultat le plus important de cette initiative française, car ils deviennent une référence historique pour les générations suivantes. Dans sa préparation et dans sa réalisation, cette rencontre laisse en même temps entrevoir les divergences profondes des perspectives, influencées par des positions nationales, idéologiques, religieuses et symboliques diverses. Et elle nous montre comment dans une telle manifestation que tous les participants veulent influente, consensuelle et réussie, des stratégies de marginalisation, de refoulement et d’autocensure jouent un rôle crucial – comme dans toute concertation internationale.

Bibliographie

Sources primaires

Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Collection Bouglé, Fonds Richer, Boîte 1, Correspondance de Léon Richer.

Le Droit des femmes, Revue politique, littéraire et d’économie sociale. Paris 1869-1891 [1871-1878 : L’Avenir des femmes], éd. Léon Richer.

La Donna. Propugna i diritti femminili. Padova, Venezia, Bologna, Torino 1868-1891, éd. Gualberta Alaide Beccari

Der Frauenanwalt: Organ des Verbandes deutscher Frauenbildungs- und Erwerbsvereine. Berlin, 1870/71-1876.

Auclert, Hubertine: Le droit politique des femmes. Question qui n’est pas traitée au congrès international. Des femmes. Paris : Hugonis 1878.

Congrès international du droit des femmes, ouvert à Paris, le 25 juillet 1878, clos le 9 août suivant, 213 pages.

Littérature critique

Anderson, Bonnie S. : Joyous Greetings! The First International Women’s Movement, 1840-1860. New York : Oxford University Press 2000.

Bidlman, Patrick Kay : Pariahs stand up! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France 1858-1889. Westport (CT) : Greenwood Press 1982.

Dickmann, Elisabeth : Die italienische Frauenbewegung im 19. Jahrhundert. Francfort : Domus Editoria Europaea 2002.

Goldberg Moses, Claire : French Feminism in the Nineteenth Century. New York : State University of New York 1984.

Hause, Steven C. / Anne R. Kenney : Women’s Suffrage and Social Politics in the French Third Republic. Princeton : Princeton University Press 1984.

Keilhauer, Annette : « Die Ambivalenz des Öffentlichen: Mediale Inszenierungen und Frauenrechte im Frankreich des 18. und 19. Jahrhunderts », in: Medienereignisse im 18. und 19. Jahrhundert, éd. Christine Vogel, Herbert Schneider et Horst Carl. Munich : Oldenburg 2009, p. 145-163.

Keilhauer, Annette : « Droits des femmes et littérature sous la Troisième République », in : Lendemains, 119/120 (2005), p. 7-60.

Keilhauer, Annette : « Entre solidarité et frictions: Un regard transculturel sur le journalisme féministe en France et en Italie dans la seconde moitié du XIXe siècle », in: La question du « sujet féminin » entre incertitudes, violences et stratégies de liberté, Maghreb et Europe du sud, éd. Christiane Veauvy, Marguerite Rollinde et Mireille Azzoug. Paris : Editions Bouchène 2004, p. 57-68.

Klejman, Laurence / Florence Rochfort : L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques 1989.

McFadden, Margaret H. : Golden Cables of Sympathy. The Transatlantic Sources of Nineteenth-Century Feminism. Lexington : The University of Kentucky Press 1999.

Offen, Karen : European Feminisms 1700-1950. A Political History. Stanford : Stanford University Press 2000.

Pieroni Bortolotti, Franca : Alle origini del movimento femminile in Italia 1848-1892. Torino : Enaudi 1963.

Primi, Alice : Femmes de progress. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870. Rennes : Presses universitaires de Rennes 2010.

Lucia Re : « Passion and Sexual Difference: The Risorgimento and the Gendering of Writing in Nineteenth-Century Italian Culture », in : Making and Remaking Italy. The Cultivation of National Identity around the Risorgimento, éd. Albert Russell Ascoli et Krystyna von Henneberg. Oxford : Berg 2001, p. 155-202.

Rupp, Leila : Worlds of Women: The Making of an International Women’s Movement. Princeton : Princeton University Press 1998.

Women’s History Review. Special Issue “International Feminisms”. 19:4 (2011).

Nature / culture : présupposés historiques et épistémologiques

Texte de Claire Grino

Manifestation : Nature / culture, aller et retour

Date : 6 au 10 septembre 2012

Lieu : Moulin d’Andé

Retour sur la perspective épistémologique

De manière très générale, et pour reprendre le titre de la première conférence, «Nature / Culture: dualisme conceptuel ou ontologique ? »((1)) , il nous a semblé intéressant d’aborder le dualisme nature – culture, objet premier de notre séminaire, par les deux voies mentionnées dans le titre, conceptuelle et ontologique. Mettre les choses au clair à ce niveau, même de manière bien évidemment schématique, nous apparaît nécessaire afin de poser certains repères pour des débats ultérieurs et mieux comprendre les positions des un.e.s et des autres, ainsi que les enjeux à la fois ontologiques et épistémologiques que les différentes perspectives naturalistes ou culturalistes((2)) , dans leur variété, véhiculent.

 

 

Au plan ontologique, c’est-à-dire en ce qui concerne la constitution du monde et les êtres qui le composent, le dualisme nature – culture renvoie à une distinction entre deux domaines de réalité avec d’un côté des choses qui semblent être indépendantes de toute intervention humaine et ne devoir leur existence qu’à elles-mêmes, plus précisément à la force de génération de la Nature des Anciens (ou aux lois de la nature des Modernes), une nature qui se reproduit par elle-même et assure la constitution du cosmos ou de l’univers. On range dans cette catégorie, par exemple, le système solaire, la pluie, les rivières, les os. En rupture avec ce premier registre, le monde comprend également des êtres qui sont le résultat de l’activité humaine, qui dérivent d’un processus historique et culturel, comme par exemple les autoroutes, le Moulin d’Andé, et aussi les institutions ainsi que les représentations ou idées, comme une pièce de théâtre, un fantasme. Se différencient ainsi d’un côté les êtres naturels qui sont donnés et correspondent à un domaine qui existe en soi, qui se présente comme régulier, dont les phénomènes sont reproductibles et sont générés par des causes (l’ordre rationnel du cosmos, les lois de la nature), des êtres culturels qui, d’un autre côté, sont institués, et en tant que tels forment un domaine au sein du réel de choses qui n’existent que d’avoir été produites par l’agir humain, et donc par la médiation de la conscience. Ces dernières entités existent par conséquent pour soi, et échappent dès lors aux pures déterminations naturelles au profit d’une ouverture ou d’une participation à la liberté et à la logique des raisons. Bref, tous les objets du monde ne partagent pas le même mode d’être : tel est le sens ontologique du dualisme.

 

En vertu de l’hétérogénéité des « modes d’être des choses à connaître »((3)) , répartie en deux groupes, deux modes de connaissances distincts ont été dégagés et distingués : on ne connaît pas la « colère » de l’Etna qui mène à une éruption volcanique comme on connaît la colère d’un peuple qui mène à la révolution ! Les régularités causales exigent des approches et des méthodes d’investigation qui ne peuvent être transposées à l’étude des singularités, des raisons, des intentions, et vice versa. À chaque type de phénomène sa science. Le dualisme conceptuel ou épistémologique dérive du dualisme ontologique.

Au regard de cette cartographie du savoir qui repose sur une corrélation entre deux modes de connaissances (des objets à connaître) et deux modes d’être (des objets à connaître), les critiques contemporaines, à l’encontre du dualisme qui structure cette conception des sciences et des êtres, ont été vigoureuses. Deux raisons principales, ou importantes, motivent ce rejet – et par conséquent l’intérêt de revenir pour nous sur ce découpage du savoir et du monde, en somme l’intérêt du séminaire ! Avant de les présenter, ajoutons ceci. Même si nous n’aurons pas vraiment le temps ici d’en examiner les résultats, il est intéressant de mesurer les thèses antidualistes à l’aune du programme qu’elles se sont donné à elles-mêmes, c’est-à-dire des réaménagements qu’elles impliquent aux deux plans mentionnés : ontologique et épistémologique. Au-delà de la fraîcheur et de l’originalité que certaines critiques apportent, ou au-delà, à l’inverse, des aspects sombres, rebutants ou jargonneux de certaines de leurs hypothèses, observer ce qui en découle à ces deux niveaux peut s’avérer surprenant. Cela peut aussi parfois être décevant, et contribuer, finalement, à la répétition de positions antérieures ou à la reconduction déguisée du dualisme.

Une première mise en cause massive du dualisme nature – culture, et sans doute la plus en vogue, relève de l’épistémologie et questionne la pertinence d’une distinction entre deux modes de connaissance. L’argument consiste à avancer l’idée qu’indépendamment de la nature de l’objet à connaître, qu’il s’agisse du flux de la circulation automobile ou du flux des marées, nous n’avons jamais un accès direct aux choses, nous n’atteignons jamais les choses en soi mais nous rapportons toujours à ces dernières par l’intermédiaire du langage, des symboles, des représentations, du contexte social et culturel d’une époque donnée. Nous percevons « simplement » des phénomènes, les choses telles qu’elles nous apparaissent. Dès lors, il faut relativiser l’ensemble de nos savoirs, quels que soit la « solidité » ou les caractères de leur objet.

Les sciences de la nature, comme les sciences de l’esprit, ne manient en effet, poursuit le raisonnement, jamais que des représentations culturelles : nous croyons percevoir des éléments naturels, nous évoluons pourtant dans, et en restons à, des éléments de culture. Le concept biologique de sexe, par exemple, a une histoire. Il n’a pas toujours existé((4)). Ses différentes définitions nous informent davantage sur la vision des relations entre les sexes que portent les sociétés qui les produisent, que sur le fonctionnement organique d’une chose en soi que serait un « sexe ». Nous sommes, en tant que sujets connaissant, prisonniers d’un solipsisme humaniste qui nous réduit à tourner en rond au sein d’une cage des représentations indémontable, y compris là où nous pensions pouvoir y échapper et saisir la « nature » dans sa constitution propre.

Or si les sciences sociales ont largement réfléchi sur leurs propres conditions de connaissance et leurs limites inhérentes, ce n’est pas le cas des sciences « dures » qui jouissent d’un privilège de sciences exactes et du poids politique afférent. La critique se doit par conséquent de prendre en charge cette question et d’analyser les sciences à partir de leurs rituels, leurs modes de fonctionnement, les intérêts qu’elles servent et leur qualité de pratique humaine qui ne leur permet ni d’observer ni de délivrer « la vérité », ou les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes. À ce titre, les sciences naturelles ne sont qu’une culture comme une autre. À la limite, puisque les énoncés (y compris scientifiques) sont ramenés à l’univers symbolique duquel ils procèdent (selon une inspiration structuraliste), et non à l’épreuve du réel, la culture scientifique exprime en fait une vision du monde particulière, rien de plus.

Cette veine culturaliste d’une critique de la science, qu’on qualifie aussi parfois d’antinaturaliste, de constructiviste radicale, émerge dans les années 60 à la faveur des mouvements d’indépendance et dans le sillon de la décolonisation. La science, et son avatar, la technique moderne, sont perçues comme de puissants outils du néocolonialisme, exportant une vision du monde particulière, des institutions et des contrats qui détruisent les structures indigènes. La critique est donc avant tout politique, et se concentre sur les valeurs phares des Lumières, non seulement décevantes mais identifiées comme l’arme des conquérants, telles que les Droits de l’homme, l’individualisme, l’idée de sujet autonome et rationnel, la notion de progrès scientifique, technique et social. C’est au nom des faits (de l’histoire) que ces principes sont rejetés puisque loin d’avoir contribué à la justice et à l’égalité, ils ont au contraire servi à la constitution des empires occidentaux et l’asservissement de nombreux peuples. L’universel, valeur cardinale de cette vision du monde, est récusé en bloc, y compris au titre de critère transcendant. Il est démasqué comme supercherie qui sert toujours d’abord des intérêts particuliers. Et la science n’échappe pas à ces critiques : elle qui prétend, du moins du côté des sciences de la nature, apporter des jugements nécessaires et universels, doit être rapportée aux facteurs particuliers et contingents qui la structurent. De ce point de vue la science ne peut être dégagée de son ancrage historique et elle ne saurait se prévaloir du statut d’universalité. Elle est simplement l’approche qui a réussi à s’imposer. La mise à l’écart des savoirs mineurs (savoirs des autochtones, des femmes, etc…) n’est pas une affaire de vérité, mais de rapports de pouvoir.

Cette perspective, bien évidemment très diverse mais dont on a tiré brièvement quelques traits saillants, s’est exacerbée en gros jusque dans les années 90 et peut-être 2000. C’est dans ce sillage qu’on retrouve, entre autres, l’émergence des Cultural Studies, des critiques sociologiques, anthropologiques ou féministes des sciences et des techniques (un renouveau de l’épistémologie dont participe Latour, Haraway), certaines perspectives des Postcolonial Studies, certaines théories féministes, le regain d’intérêt aux Etats-Unis pour Foucault et Derrida, les thèses de Judith Butler, et citons en amont le structuralisme, la psychanalyse et le tournant linguistique.

À l’égard de ce premier ensemble de critiques, qui interpelle les modes de connaissance, nous ferons deux remarques rapides, et d’ailleurs connues, voire d’usage.

La première concerne la question du dépassement du dualisme, profondément décrié pour son ethnocentrisme et ses conséquences politiques par ces approches, qui en ont souvent fait leur cheval de bataille. Mais ce genre de perspective constructiviste radicale, qui nie la possibilité d’une expérience directe de la nature et insiste sur l’emprise du symbolique dans nos interactions avec l’environnement naturel, suppose un autre type de dualisme : celui qui pose une frontière infranchissable entre le sujet et l’objet. Ce qui veut dire, par exemple, que quelle que soit la manière avec laquelle les peuples qui ne partagent pas notre « cosmologie naturaliste », pour reprendre les termes de Descola, divisent les constituants du monde – réunissant des intériorités que nous séparons ou distinguant des physicalités que nous rapprochons – ils n’entrent pas plus que nous en contact immédiat avec les choses en soi. La lourde charge portée contre la science moderne n’autorise donc pas une requalification des savoirs mineurs à partir du critère d’une affinité plus grande avec la nature (les autochtones ne sont pas plus proches de la nature que les colons occidentaux). En ce sens, et malgré la reconduction d’une forme de dualisme, contraire à la visée initiale de cet ensemble de projets, la substitution du couple sujet – objet au couple nature – culture est sans doute une des forces de cette position.

Par ailleurs, ces approches risquent une position idéaliste, parce qu’elles attribuent au langage une puissance démiurgique. Notre rapport au monde, notre être au monde, s’épuiserait au final dans un ordre symbolique. En réponse à cela, la critique de la dichotomie nature – culture peut également être menée à partir d’une posture réaliste et moniste, qui procède d’un examen des choses.

 

À l’encontre des objections précédentes, qui visent le dualisme méthodologique et recommandent, plutôt que deux approches distinctes, une attention commune aux représentations et à leurs usages, leurs conséquences, leur pouvoir de sédimentation des matérialités, leur pouvoir de normalisation des comportements, etc…, le partage nature – culture peut aussi être questionné eu égard aux choses. La distinction entre des objets naturels et des objets culturels possède-t-elle aujourd’hui encore un sens ? Les pluies sont naturelles, certes, mais la croissance du nombre de tsunamis ? Le Moulin d’Andé doit son existence aux humains bien sûr, mais ne dépend-t-elle pas également de la présence de la Seine ? Loin de la thématique de la construction, qui renvoie à celle de la représentation, c’est la vieille distinction aristotélicienne entre le « naturel » et le « fabriqué » qui peut être mobilisée à l’encontre du dualisme. Cette distinction est-t-elle historiquement, aujourd’hui, encore pertinente pour décrire les constituants du monde actuel ? Au plan ontologique, cela est-t-il désormais seulement possible d’isoler une sphère naturelle d’une sphère culturelle ? Notre monde n’est-il pas composé d’êtres hybrides, de sujets-objets, fruits d’une co-évolution culturelle et naturelle ?

Notons que ce sont le souci environnemental et le développement biomédical, qui, ici, distillent le doute et invitent à une révision de la dichotomie, non pas l’effervescence politique de la décolonisation. Il s’agit d’une critique davantage interne qu’externe d’un même état de fait : le mode de vie capitaliste d’origine occidentale et sa propension impérialiste.

Faut-il pour autant conclure à un monisme ontologique généralisé, qui légitimerait la mise à l’écart du dualisme méthodologique ? Oui et non : à la première partie de la question, la réponse est double. Elle est négative dans la mesure où un monisme ontologique aurait quelque chose de naïf, a fortiori aujourd’hui. Il se ferait au prix d’une réduction de tensions productives et d’une simplification pour le moins paradoxale des évènements d’un monde dont la complexité, générée par les processus de modernisation, ne cesse de croître. La reconnaissance de structures d’être diverses, voire multiples (structures physiques, génétiques, informatiques, techniques, juridiques, économiques…) doit, néanmoins, s’accompagner de la prise de conscience du partage d’un monde commun – la réponse est positive dans cette mesure.

Comment comprendre, sinon, que des étrangers puissent communiquer un tant soit peu ? La perspective culturaliste radicale, à la limite, n’a pas de réponse à cette question. Enfermés dans leurs représentations propres, dont on se demande d’ailleurs comment elles peuvent être collectives, les êtres humains ne disposeraient d’aucune ouverture (à la manière des systèmes et des environnements luhmanniens) à aucun type d’altérité (à aucune altérité « naturelle » des choses en soi, par définition, mais à aucune altérité culturelle non plus : le non-déjà connu n’est pas saisissable, la sur-spécialisation rend aveugle). Dans cette optique de prison culturelle, comment, encore, l’enfant peut-il apprendre une langue ? Puisque ce n’est manifestement pas le partage a priori d’une culture qui rend possible une certaine relation entre nouveaux-nés et adultes, c’est donc autre chose. C’est à ce titre qu’intervient l’hypothèse de l’appartenance de tous ces êtres, à un niveau fondamental, à une même réalité. Elle postule l’existence d’une réalité commune (monisme ontologique), bien qu’agencée de manière extrêmement complexe. Ainsi, nous pouvons comprendre qu’entre deux entités, des choses sont possibles à certains niveaux, mais pas à d’autres. Et à l’inverse, cela explique aussi qu’il n’y a pas de mystère dans le fait que nous sommes « ouverts » aux altérités « naturelles » et « culturelles », c’est-à-dire dans le fait que nous vivons dans un environnement dans lequel nous pouvons – encore un peu – respirer, et communiquer, et partager des symboles, etc… Nous appartenons à un même réel et avons co-évolué.

Dès lors, revenons à la deuxième partie de la question posée plus haut : puisque l’argument ontologique ne soutient plus le dualisme méthodologique, faut-il le remplacer, et par quoi ? Si la réalité, quoique très complexe, n’est pas scindée en ordres de réalité distincts mais est une, faut-il viser un seul type d’approche du réel, synthétique et unitaire ?

 

En l’absence de l’hypothèse de Dieu, une telle thèse, celle d’un savoir absolu, n’est pas défendable. Il nous faut plutôt admettre qu’il y aurait une réalité non pas tant hybride que protéiforme, perçue diversement – à partir de points de vue réducteurs et multiples, ni forcément complémentaires ni nécessairement commensurables. En effet, la réalité est proliférante, multiple et complexe, elle se ramifie et se différencie, sans toutefois cesser de participer à un certain tout (on pourrait dire : une certaine solidarité ontologique primordiale)((5)), qu’il est dès lors indifférent de qualifier de naturel ou d’artificiel (la formule de Descartes selon laquelle « tout ce qui est artificiel est avec cela naturel((6)) », comme l’exemple de l’avion qui ne défie pas les lois de la nature mais les maîtrise admirablement, penchent vers la première qualification ; l’hypothèse de notre entrée dans une ère anthropocène penche pour sa part vers la seconde). Notons pour corroborer ce point que le processus de différenciation peut s’accomplir par l’intermédiaire des humains (qui ont à l’aune de la modernité commencé par distingué le bien du beau et du juste, et n’ont pas cessé le processus de spécialisation depuis), ou non (tous les êtres vivants contemporains descendent de certaines bactéries communes initiales). Mais quoi qu’il en soit des agents du processus de spécialisation, à cette profusion du réel ne correspond aucun entendement ou aucun corps (connu) capable d’en saisir les moindres détails et d’en former un savoir synthétique. Au contraire, à chacun ses lorgnettes (son appareillage perceptif) et par conséquent son monde. Celui de la tique est composé de trois affects, relate Deleuze((7)). Il n’a rien à voir avec celui des dauphins. Ou des humains. Plongés dans un même réel, ils en auront des perceptions radicalement distinctes. Une seule réalité donne donc lieu à une multiplicité d’approches, à des modes de connaissances extrêmement diversifiés.

Pour autant, l’absence d’une intelligence ou d’une sensibilité transcendante (que nous ne possédons pas) n’implique pas l’impossibilité de dire des choses sur le monde. L’impossibilité pour nous d’une prise de vue synthétique du réel ne ruine pas le projet scientifique de connaissance. Nous pouvons, bien sûr, distinguer des types de perceptions. Certaines se donnent pour singulières (le regard amoureux), d’autres sont communes (le sens commun), d’autres enfin se donnent des méthodes de vérification et ne valent que d’être démontrées et corroborées (la science). La perception amoureuse, le sens commun et l’observation scientifique diffèrent, délivrent des informations sur le monde de nature différente. Nous devons simplement en tirer les conséquences appropriées quant à nos propres possibilités de connaissance : que nous les prenions ou pas, nous sommes dépendants de positions sur le monde, qui sont celles à partir desquelles nous l’observons.

Mais, une fois encore, puisque l’argument ontologique est tombé faute de deux ordres de réalités hétérogènes, et puisque une connaissance relative du monde nous est possible, la distinction non pas entre science et non-science, mais entre deux modes de connaissances scientifiques est-elle justifiable ? Pourquoi n’y en aurait-il pas trois, ou plus ? En fait, quelles implications pour le savoir la prise de conscience que nous ne produisons jamais que des « savoirs situés »((8)), quelles que soient les méthodes d’objectivation retenues, entraîne-t-elle ?

 

En guise de réponse rapide, on peut se référer à l’étymologie du terme « co-naissance » qui veut dire « naître avec » ou « naître ensemble » et mobilise l’idée que sujet et objet sont solidaires, se conditionnent réciproquement, de même qu’un système et son environnement, le corps (Leib) et le monde vécu ( Lebenswelt). La réalité est composée de modes d’être divers qui se rapportent les uns aux autres chacun à leurs manières : l’identification de différentes couches de réalité, de domaines hétérogènes au sein du réel, dépend des relations qui sont nouées avec ce dernier, des observations qui sont faites, des appropriations réalisées. Le monde de la tique n’est pas le même que le nôtre. Mais le sien, comme le nôtre, est dépendant respectivement de la tique et de l’humanité. Il en va de même des objets de connaissance, dont les contours, la teneur, les fonctions sont dépendants des savoirs qui les appréhendent, et par conséquent aussi des diverses caractéristiques collectives (institutionnelles, socio-économique, ethnique, de genre etc…) des sujets de connaissance. Les modes d’être des objets à connaître sont co-constitués par les modes de connaissance. Or, si aucune raison ontologique ne préside à la distinction entre deux approches qui procèdent selon des voies propres, on peut en conclure que les familles scientifiques relèvent simplement de traditions culturelles. En somme, nous avons pris l’habitude de découper la réalité en deux grandes classes d’objet, mais cela tient à notre regard, à notre cosmologie, à notre fond culturel, et non à la réalité. Les familles scientifiques pourraient donc évoluer. De nouveaux regroupements pourraient légitimement prendre la relève.

Ce genre de critique d’ordre ontologique à l’égard de la distinction entre les Geisteswissenschaften et les Naturwissenschaften n’est pas nouvelle. Établie par Dilthey, elle a déjà connu les assauts des néokantiens de Bade, qui rapportaient cette distinction non pas à la constitution du monde, infiniment complexe, mais à notre condition humaine, trop peu outillée. Nous avons besoin de découper la réalité en différents domaines pour pouvoir en saisir quelques bribes. La justification des néokantiens est donc purement pragmatique. Dans cette logique déjà, et indépendamment des transformations du monde opérées par l’humanité, il faudrait dire que la séparation entre Geisteswissenschaften et Naturwissenschaften est artificielle, indépendante d’une quelconque assise ontologique.

La reprise actuelle de cet argumentaire finalement fort ancien appelle une remarque contextuelle. Une fois admis la contingence du découpage des domaines du réel, il reste que la distinction massue entre objets naturels et objets culturels ne fait plus consensus aujourd’hui comme elle le faisait jusqu’à récemment (disons jusque dans les années1960-70). Nous le disions, les préoccupations écologiques et dans une moindre mesure biomédicales ont contribué au réexamen minutieux de cette séparation et son étanchéité a été mise à rude épreuve. Et de fait, il ne reste pas un critère de distinction qui ne puisse être contredit (nature – artifice, inerte – vivant, matière – esprit, humain – machine, …((9))). Ainsi, ce qui n’était encore envisagé qu’au plan virtuel de la légitimité au début du 20è siècle, à savoir la possibilité d’un recoupement très différent des appréhensions scientifiques du monde, est sans doute en train de devenir réalité. La culture scientifique et le sens commun sont en mutation à cet égard.

Bien sûr, la curiosité vis-à-vis des autres disciplines et les emprunts que les investigations hors frontières entraînent se sont toujours faits et nourrissent chaque discipline en retour. La mécanique newtonienne est le matériau sous-jacent de la Critique de la raison pure de Kant, le concept d’ « information » a connu un sérieux succès transversal dans la seconde moitié du 20è siècle et fécondé plus d’une discipline. Aujourd’hui, dans le même ordre d’idée, il est intéressant de constater que la recherche en génétique évolue vers une relativisation d’un déterminisme causal simple des gènes à travers le concept d’épigénétique, alors qu’à l’inverse, certains voudraient traiter des objets historiques avec davantage de déterminisme (et parlent de gène de la délinquance…). Néanmoins, la prolifération des thèmes de transversalité, transdisciplinarité, interdisciplinarité, pluridisciplinarité témoignent d’un ébranlement contemporain plus profond des repères épistémologiques. L’ouverture et les emprunts se muent même dans certains cas en réductionnisme sauvage et se donnent pour objectif la recherche d’une vision holiste du monde – qui réduirait aussi bien les prises de vue du monde que ses objets ! Tel est pourtant le programme explicite du National Nanoinitiative, projet vertigineux, lancé en 1999 par le gouvernement fédéral des Etats-Unis, qui vise « une analyse causale du monde physique, unifiée depuis l’échelle nano jusqu’à l’échelle planétaire »((10)), ainsi que celui des projets de recherche NBIC (pour nano-bio-info-cogno), qui se proposent de réaliser une convergence des sciences et des technologies, pour, entre autres, améliorer l’humain.

Cette évolution des approches scientifiques, leur réaménagement en cours comme les échanges collaboratifs que l’on peut se souhaiter, peut être envisagée de deux points de vue : du point de vue des pratiques scientifiques dans une perspective socio-anthropologique mesurant les enjeux de pouvoir que charrie le savoir, ou du point de vue des choses, que l’activité humaine a transformées. Quelle que soit l’approche retenue, nul doute que se donner les moyens, lors d’un prochain séminaire du CIERA, d’engager le dialogue avec des chercheurs des sciences de la nature serait des plus profitables.

  1. Conférence de Gérard Lenclud, mardi 6 septembre à 15h, en ouverture de l’axe 1. []
  2. J’utiliserai ici naturalisme dans le sens de réalisme et culturaliste dans celui de constructivisme radical. []
  3. Je reprends ici les termes de Lenclud, et aussi son exemple très évocateur des deux colères. []
  4. Foucault avance qu’avant, à l’époque de la chrétienté, nous avions une chair. Voir Dits et Écrits, texte 181, « L’Occident et la vérité du sexe », Gallimard, Quarto, Paris, 2001, p. 105 et La volonté de savoir, Gallimard, Tel, Paris, 1976, p. 201-208. []
  5. Évidemment, l’idée de tout est prémoderne mais elle resurgit dans les débats écologistes et est revisitée par science de l’écologie à travers les idées d’interrelation et de dépendance mutuelle, mises de l’avant dans les concepts d’écosystèmes, de biosphère. []
  6. « Et il est certain que toutes les règles des mécaniques appartiennent à la physique, en sorte que toutes les choses qui sont artificielles, sont avec cela naturelles. » Descartes, Les principes de la philosophie, quatrième partie, article 403. []
  7. Ce sont les affects de la lumière, olfactif et calorifique. Deleuze, Spinoza. Philosophie pratique, Paris, éditions de minuit, 1981, p. 167. []
  8. Donna Haraway, « Situated Knowledge : The Science Question in Feminism as a Site of Discourse on the Privilege of Partial Perspective », in Feminist Studies, 14.3, 1988, p. 575-599. Les méthodes visent la suspension du caractère subjectif des observations, mais elles demeurent toujours relatives à une communauté subjective, immanentes au mondes, situées. []
  9. Bien qu’il s’agisse sans doute davantage de reconfiguration que de dépassement (si l’on prend le concept de nature par exemple), il reste qu’aucun de ces pôles ne peut plus prétendre aussi simplement qu’auparavant à un sens propre. Prenons l’exemple de la matérialité : les normes la co-constituent ; celui de la résistance de la matière ou des structures du vivant : l’ordre social est souvent plus réfractaire au changement que l’ordre « naturel » ; celui des raisons : elles ont des causes ; celui de la permanence de l’identité des entités substantielles « naturelles » : dans le monde de l’infiniment petit, il n’en va pas ainsi ; celui de l’indépendance de l’objet « naturel » à l’égard des observations : la théorie de la relativité générale l’invalide ; la capacité d’adaptation du vivant : l’intelligence artificielle confond les observateurs … []
  10. Voir Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte, 2009. []

Images de la nation. Contribution de l’œuvre d’art à la réflexion sur l’identité dans les pays de langue allemande

Texte d’Emmanuel Béhague

Date : 1er au 3 décembre 2011

Lieu : Strasbourg

Organisateur : Emmanuel Béhague

Programme : Mise(s) en scène de la nation dans l’espace franco-allemand. Relectures contemporaines des grandes œuvres du XIXe siècle

Du 1er au 3 décembre 2011 s’est tenu à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace le colloque international « Images de la nation. Contribution de l’œuvre d’art à la réflexion sur l’identité dans les pays de langue allemande » organisé dans le cadre du Plan Formation Recherche CIERA « Mise(s) en scène de la nation dans l’espace franco-allemand. Relectures contemporaines des grandes œuvres du XIXe siècle » (Université de Bayreuth, Tours, Lyon II et Strasbourg). La manifestation a été par ailleurs soutenue par le Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg, l’EA 1341 « Mondes germaniques » et le Conseil Général du Bas-Rhin.

Mise en scène du monde ou elle-même objet d’une mise en scène, l’œuvre d’art peut être envisagée comme le véhicule d’un discours national ou nationaliste explicite (instrumentalisation de l’art à des fins idéologiques). De manière plus fondamentale cependant, elle participe implicitement à la construction, à la consolidation ou au contraire à la remise en cause d’une « conscience nationale » (Nationalbewusstsein) et contribue ainsi, selon les modalités qui sont propres au genre auquel elle est rattachée, à la construction de l’imaginaire collectif autour de l’idée de nation.

Selon les contextes politiques et culturels dans lesquels elle s’inscrit, divers modèles de ce discours de l’œuvre d’art sur l’identité, la mémoire et l’histoire collectives peuvent être mis en évidence, qui dépassent la production d’un contenu affirmatif telle qu’elle pouvait par exemple caractériser les relectures picturales et théâtrales des mythes nationaux au XIXe siècle. L’exacerbation du discours national à travers l’art durant la période national-socialiste interdisant désormais les modalités trop explicites de l’expression d’une identité nationale, les articulations possibles entre l’œuvre d’art et les problématiques identitaires se diversifient et se complexifient au fil des divers contextes politiques jusqu’à la période actuelle, dans laquelle la mondialisation et les ensembles supranationaux constituent un cadre nouveau. Cette diversité a été clairement mise en évidence par les communications des quatorze participants au colloque (le professeur Ulrike Hass, directrice du département d’études théâtrales de la Ruhr-Universität de Bochum a malheureusement dû renoncer au dernier moment à sa participation pour raison de maladie), spécialistes de diverses disciplines, ce qui a permis de mettre en évidence des convergences et des parallèles entre les formes artistiques.

La question de la fonction de représentation nationale allouée à l’art a été, du point de vue des structures de production artistique, plus particulièrement évoquée dans les communications d’Anaïs Feyeux (Pour ne plus être le miroir de l’Allemagne. L’émancipation de la photographie dans la seconde moitié des années 50), consacrée aux conditions commerciales et institutionnelles de la renaissance de la photographie allemande et de Jacques Poumet (Nation et arts plastiques en RDA), qui a rappelé de quelle manière les œuvres picturales en RDA ne peuvent se comprendre sans une prise en compte de la tentative de créer, dans les années 60 et 70, une « nation socialiste ». Par ailleurs, la plupart des contributeurs se sont attachés à décrire et à analyser une production ou l’œuvre d’un artiste de manière précise et selon la problématique du colloque.

La question de l’emploi contemporain des symboles et des mythes nationaux a occupé une place importante dans les communications et les nombreux débats qui leur ont fait suite. C’est notamment le cas dans la communication de Barbara Lafond, (Gegenläufigkeit der Alpen-Diskurse in der Schweizer Malerei des 20. Jahrhunderts. Integrativer Alpen-Mythos, identitätsstiftende Alpen-Emblematik und ihre korrosiven Gegendiskurse), qui a permis d’aborder la question de la représentation du mythe alpestre d’un point de vue diachronique. Emmanuel Béhague ( La mise en scène de Die Hermannsschlacht de Kleist par Claus Peymann (1982) dans le contexte du débat sur l’identité ouest-allemande) a mis en évidence de quelle manière les symboles nationaux sont employés sur la scène de théâtre de manière critique mais détabouisée au moment où s’exprime en RFA, dans les discours politique, journalistique et historiographique, une volonté de normalisation du rapport de l’Allemagne à son passé, dans une conscience néanmoins marquée de la culpabilité. A cette présentation fait écho la contribution de Fabrice Malkani consacrée à une autre œuvre de Kleist („Ein Erisapfel in unsern ästhetischen Gesellschaften“ ? Image(s) de la nation dans la relecture du Prince de Hombourg par Ingeborg Bachmann et Hans Werner Henze (opéra de 1960), dans la mise en scène de Nikolaus Lehnhoff (Munich 1994)),illustrant le principe d’une relecture contemporaine qui s’affranchit des lectures nationales voire nationalistes dont celle-ci a pu faire l’objet au cours de l’histoire. Enfin, Harald Kunde ( Klio im Kostüm. Rollenspiel und Rebellion im Werk von Neo Rauch) a pu montrer de quelle manière le peintre Neo Rauch créé à travers la récurrence de certains motifs (autour de l’architecture par exemple) une nouvelle sémantique symbolique qui renvoie à sa propre biographie dans les années 60 70 en RDA, et donc à un état qui, dans cette période, s’efforce d’inventer une « nation socialiste ». Un lien pertinent a pu également être fait avec la génération précédente de peintres en RDA, présentée par Jacques Poumet.

La question du rapport entretenu à l’histoire nationale tel que le véhicule l’œuvre, que cette histoire soi ou non objet direct de la représentation (filmique, théâtrale, picturale), était également essentielle dans la problématique de colloque. En évoquant diverses productions théâtrales et cinématographiques importantes dans le parcours de Peter Zadek, Mathias Warstat (Heiße Jahre, kalte Zeiten: Reflexionen des Nationalen in Theaterarbeiten von Peter Zadek) est pour sa part sur le revenu sur le rapport complexe entretenu par le metteur en scène à l’histoire allemande, du fait de sa biographie. La question de la représentation de l’Histoire a été abordée par Lucile Dreidemy (30 ans après – Le film scandale « Staatsoperette » ou la difficile remise en question des mythes et tabous liés à la dictature autrichienne). Son analyse a montré par quel biais s’opère cette représentation – celle du Chancelier Dollfuß en l’occurrence – notamment à travers l’emploi du grotesque et la reprise de certains clichés empruntés à la caricature iconographique. Elle a pu également problématiser cette démarche critique : l’art, lorsqu’il reprend de telles représentations déjà connues, ne contribue-t-il pas finalement à confirmer le mythe ? On retrouve dans la communication de Michael Lück une même problématisation de la possibilité d’une représentation dans le cinéma contemporain, ce qui a été montré à l’exemple du film Der Untergang, dans lequel les moyens esthétiques contribuent à la construction d’une pseudo-authenticité. Son approche critique du matériau l’a notamment amené à plaider pour une intégration dans les sciences historiques d’une historiographie des représentations de l’Histoire, thèse qui a permis un débat très intéressant avec le public. Valérie Carré ( Der Räuber de Benjamin Heisenberg ou l’Autriche « surmoderne »), pour sa part, a présenté une analyse du film Der Räuber de Benjamin Heisenberg, inspiré d’un fait divers des années 80 transposé dans le présent. En partant des stratégies de récit, des éléments récurrents et du traitement de l’espace, elle a montré en quoi le film développe implicitement une réflexion sur l’identité autrichienne ainsi que sur l’appréhension même de cette identité.

Une dimension importante du colloque a enfin été l’exploration du lien étroit entre la remise en cause des constructions identitaires et la réflexion d’un genre artistique sur ses propres formes. Ces aspects ont été particulièrement creusés par la communication d’Hubert Klocker sur l’actionisme viennois ( Die österreichische Exilregierung. Wiener Aktionismus und Berlin), qui a mis en évidence la radicalité du geste d’opposition d’artistes tels que Günter Brus et Otto Muehl par rapport à la situation politique et culturelle autrichienne au tournant des années 70. En accordant son intérêt à trois groupes pratiquant un théâtre « hors les murs » – Theater Antagon, Theater Anu, Rimini Protokoll – Eliane Beaufils (Le jeu avec les imaginaires collectifs dans les théâtres hors établissements en Allemagne) a fait apparaître de quelle manière des pratiques délibérément situées en dehors d’une institution théâtrale s’inspirent pourtant des modes de jeu et de l’esthétique des théâtres « traditionnels » tout en s’efforçant de donner forme à des collectifs nouveaux.Enfin, deux contributions ont été consacrées à Christoph Schlingensief, témoignant ainsi de l’importance de cet artiste décédé en 2010 dans le paysage artistique contemporain. Kerstin Hausbei (Mettre en scène l’Autriche : ‘Bitte liebt Österreich’ de Christoph Schlingensief) a ainsi analysé une performance présentée en 2000 dans le cadre des Wiener Festwochen. Reprenant le principe de l’émission « Big Brother » en installant un container près de l’opéra de Vienne, Schlingensief thématisait la situation autrichienne au moment de la participation du FPÖ au gouvernement. Franziska Schößler (Nationale Mythen und ästhetischer Widerstand: Christoph Schlingensiefs differenzielle Wiederholung von Geschichte), enfin, s’est pour sa part attachée à analyser le principe de répétition des symboles nationaux mais aussi et surtout d’autres formes artistiques à l’intérieur de la performance chez Schlingensief, notamment dans le spectacle Atta Bambi Pornoland.

La densité des communications, leur mise en relation autour de la problématique choisie ainsi que la vivacité des débats témoignent de la qualité scientifique de la manifestation. Une publication des communications est en préparation, sous la forme d’un volume enrichi d’autres contributions et, autant que le permettra son financement, d’éléments iconographiques.

Théorie du champ journalistique et circulation transfrontalière des informations. Le cas des médias de la « Grande Région » (Saar-Lor-Lux)

Texte de Bénédicte Toullec, Vincent Goulet et Christoph Vatter

Date : 22 février 2012

Lieu : Université de Lorraine – Metz

Organisateur :  Vincent Goulet

Programme : Les conditions de la circulation transfrontalière des informations médiatiques dans la Grande Région

 

Ce premier atelier a permis de faire le point sur l’utilisation du concept de « champ journalistique » dans un espace transnational. Dans un premier temps, les contributions proposées ont précisé les appropriations scientifiques de ce concept en France et en Allemagne. Cette réflexion s’est poursuivie sur l’opportunité d’utiliser ce concept pour étudier des objets médiatiques tranfrontaliers.

1. Une appropriation différenciée

Les deux chercheurs, l’un français (Julien Duval, CNRS/CRESS), et l’autre allemand (Michael Meyen, Ludwig-Maximilians-Universität München), après avoir brièvement rappelé la littérature scientifique de leur propre pays sur le concept de champ journalistique, ont détaillé leur propre appropriation de ce concept. Se référant tous deux au numéro 101-102 des Actes de la Recherche en sciences sociales intitulé « L’emprise du journalisme », ils ont souligné que le concept de champ devait être replacé dans l’œuvre générale de Bourdieu et relié aux deux autres concepts que sont l’habitus et le capital. Comme outil scientifique (« étudier un espace social comme un champ »), ce concept doit être articulé avec un terrain et des méthodes de recherche soigneusement paramétrées. Julien Duval a ainsi développé son approche du « champ du journalisme économique » à partir de la technique d’analyse factorielle (ACM) lui permettant de dresser une cartographie et  de dégager la structure de cet espace en relevant différentes oppositions. Les principales difficultés sont la circonscription de l’objet étudié et la détermination des variables à prendre en compte pour réaliser l’analyse de correspondances multiples.
Michael Meyen, quant à lui, constate le peu d’écho rencontré par ce concept dans le domaine des sciences de la communication en Allemagne, quand bien même les ouvrages de Bourdieu ont quasiment tous été traduits. La réception des concepts bourdieusiens s’est plutôt réalisée dans d’autres disciplines telles que la sociologie et les lettres. Rappelant les quelques travaux allemands se référant à ce concept dans le domaine des études des médias (Johannes Raabe,  Thomas Hanitzsch, Sabine Schäfer), il évoque les difficultés à employer un concept qui serait difficilement applicable au contexte allemand, notamment en raison des contraintes liées à la dimension d’autonomie du champ journalistique qui s’avèrent davantage discutables en France qu’en Allemagne. L’usage de ce concept lui semble alors davantage pertinent pour dresser une typologie des journalistes, fruit de l’étude des perceptions que les journalistes ont d’eux-mêmes, (et donc permettant d’interroger leur légitimité au sein de ce champ, révélant alors les tensions internes et externes au champ journalistique). Cette approche repose sur l’analyse de 500 entretiens semi-directifs avec des journalistes allemands, une démarche qualitative sur une échelle importante rarement menée  en Allemagne… comme en France.
Les spécificités de l’objet liées à la formation des journalistes et à la structuration des médias en France et en Allemagne sont un indicateur important permettant de comprendre la difficile transposition d’un tel concept d’un pays à l’autre, mais un autre facteur repose sur l’importance accordée au journalisme comme objet d’étude (relativement déconsidéré en Allemagne, notamment parce que souvent mené dans une perspective qui peut être interprétée comme marxisante). Il semble toutefois important de rappeler que si les travaux de Bourdieu sur le champ journalistique n’ont pas rencontré un fort écho en Allemagne, il en serait de même des travaux de Luhmann en France.
Enfin, la confrontation de ces deux approches a conduit à considérer le concept de champ davantage comme un outil d’approche que comme un outil de démonstration. Julien Duval plaide en particulier pour un « usage souple » du concept à condition qu’il soit articulé avec un travail rigoureux de construction de l’objet.

2. Le concept de champ comme moyen d’interroger des objets médiatiques transfrontaliers ?

La seconde partie de l’atelier, durant laquelle sont particulièrement intervenus les doctorants et jeunes chercheurs français et allemands par leurs exposés ou leurs questions, était dédiée à des travaux portant sur des objets transfrontaliers. Elle a permis de souligner dans un premier temps l’existence de mécanismes d’influence, de tensions économiques, juridiques, politiques et linguistiques dépassant le simple cadre national dans lequel les médias étudiés s’inscrivent. L’exposé de ces différents cas a ainsi permis de discuter de l’opérabilité du concept de « champ journalistique » en pointant l’homogénéité effective ou non de cadres de production informationnelle transnationaux.
Ainsi, Vincent Goulet et Bénédicte Toullec (chercheurs à l’Université de Lorraine/CREM) en proposant d’appliquer ce concept de champ journalistique à la Grande Région identifient et soulignent les facteurs permettant de reconnaître l’existence d’un tel espace. Ils s’interrogent toutefois sur la légitimité de parler d’un champ journalistique, reconnaissant la fragmentation de cet espace de production culturelle comme la diversité des acteurs informationnels traitant de ce territoire.
De leur côté, Thilo Von Pape et Michael Scharkow (assistants à l’Universität Hohenheim) soulignent également l’existence d’un espace de communication transnational (Allemagne et France), lié à l’usage de Twitter. Leur étude sur les envois de tweets reposant sur des pratiques de loisirs dans des lieux situés des deux côtés de la frontière conduit toutefois à relativiser l’existence d’un tel espace au vu du faible nombre d’acteurs centraux amenant à des pratiques transfrontalières Si les pratiques de retweet semblent importantes à l’échelle des deux pays, elles restent rares à un échelon bilatéral.
Aurélie Haismann (doctorante aux universités du Luxembourg et de Berne) poursuit ce travail de questionnement d’un espace médiatique transfrontalier en soulignant les stratégies identitaires sous-tendues par des titres de presse luxembourgeois francophones. Elle élabore ainsi une typologie de ces titres : désidentitaire, interidentitaire, supraidentitaire.
Ces tensions identitaires peuvent être par ailleurs renforcées par le caractère polycentrique et réticulaire de la Grande Région décrit par Christian Lamour (doctorant à l’Université de Lorraine/CREM). Ainsi, malgré les pratiques contemporaines de nomadisme individuel de masse, il rappelle le caractère cloisonné des publics européens. Poursuivant les différences entre limes et frontières, ceci le conduit à élaborer une typologie des frontières soit filtrantes, polarisatrices ou fonctionnelles. Révélant alors différents publics, et différents usages, les médias à dimension transnationale sont appelés à interroger leurs offres informationnelles.
Aline Hartemann (doctorante à l’EHESS/Paris et à la Humbold Universität/Berlin), poursuit cette interrogation quant aux capacités des producteurs d’information à concevoir un produit qui soit transnational à partir de l’exemple de l’émission « Zoom Europa » d’Arte puis du journal d’Arte. Poursuivant les travaux de Jean-Michel Utard, elle constate que les tensions tant du point de vue de l’organisation du journal que du traitement des sujets sont restées souvent de l’ordre de la juxtaposition que d’une véritable coproduction. L’importance des cadres nationaux a pris le pas sur le projet initial des fondateurs d’Arte.
Enfin, Martin Baloge (doctorant à l’Université Paris 1/CESSP), termine cette réflexion par un questionnement méthodologique reposant sur la mise en œuvre du concept de champ dans deux pays différents (la France et l’Allemagne). En pointant l’impossibilité de la mise en œuvre d’une telle étude, en raison notamment des différences de structures administratives nationales et de rapports sociaux, il met en avant l’intérêt que peut représenter la circulation de l’information dans ces différents espaces transnationaux, et l’intérêt que représente la dimension qualitative de ce type d’étude. Le concept de champ pouvant toutefois inciter à dépasser certains clivages lors de la conduite des recherches…

Conclusion

Le concept de champ est utile pour favoriser la mise à distance scientifique des objets étudiés et accompagner le travail de conceptualisation.  Concept élaboré en France, son transfert dans d’autres espaces culturels et nationaux n’est pas toujours aisé et demande un travail d’appropriation et de reformulation qui n’en est qu’à ses débuts du côté allemand, du moins en ce qui concerne les médias. Le dialogue nourrit qui a eu lieu durant cette journée a sans doute favorisé cette circulation internationale. Mais, pour l’heure, l’outil de « champ journalistique » semble peu opérant pour décrire des espaces transnationaux ou transfrontaliers, tellement les logiques nationales de production restent fortes.
Pour poursuivre la réflexion entamée lors de ce premier atelier de recherche sur la circulation des informations médiatiques dans un espace transnational tel que la Grande Région Sarre-Lorraine-Luxembourg, deux pistes semblent donc prometteurs : d’un côté, le concept de champ pourrait être éventuellement appliqué aux espaces sociaux particuliers (et transnationaux) qui rassemblent tous les acteurs impliqués dans la construction d’institutions, de territoires ou d’identités transfrontalières (il s’agit alors de limiter l’usage du concept à l’espace des « entrepreneurs de coopération transfrontalière ») ; d’un autre côté, il paraît nécessaire de continuer un travail d’analyse sur les facteurs favorisant ou empêchant la production et réception médiatique dans un espace transnational, sur les barrières institutionnelles, culturelles et linguistiques toujours à l’œuvre ainsi que sur les passages et voies de transfert.

Le journal Neue Bahnen entre 1866 et 1870 : lieu d’expérimentation de nouvelles stratégies « féministes »

Texte d’Alice Primi, université Paris 8

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

 

A l’occasion des révolutions de 1848-1849, un phénomène sans précédent s’était produit en Allemagne : la publication de journaux politiquement engagés, dirigés et rédigés par des femmes. Tous furent relativement éphémères, à l’exception du journal Die Frauen-Zeitung fondé en 1849 par Louise Otto. Celle-ci était alors une jeune écrivaine saxonne, dont les poèmes, romans et articles avaient déjà rencontré un certain succès dans les milieux littéraires démocrates. Malgré la contre-révolution et la censure, Die Frauen-Zeitung joua un rôle important dans l’opposition, du moins à l’échelle du royaume de Saxe, au point que le parlement saxon chercha à faire taire Louise Otto par une loi sur mesure, stipulant que seules les personnes « masculines » pouvaient être responsables d’un journal. Louise Otto parvint à contourner la loi et à faire perdurer son journal jusqu’en 1853. Puis, finalement contrainte de renoncer, elle se consacra de nouveau à l’écriture romanesque et poétique. Pendant la douzaine d’années qui suivit, aucune Allemande n’assura plus la direction ou la rédaction d’un périodique : comme dans les autres pays d’Europe, et même encore plus qu’ailleurs, la presse était redevenue en Allemagne le bastion masculin qu’elle avait toujours été auparavant.

Ainsi, lorsqu’à la fin de l’année 1865, Louise Otto (devenue entre temps veuve Otto-Peters) réunit quelques femmes autour d’elle, à Leipzig, pour rédiger le journal Neue Bahnen, l’événement est certes discret (le premier tirage est de 600 exemplaires) mais il n’est pas anodin. Pour nombre de contemporains, cette initiative a probablement un parfum (ou un relent) révolutionnaire : voir des femmes oser s’emparer ainsi d’une parole publique rappelle forcément les précédents des années 1848-1849, et ravive le souvenir du rôle qu’avait alors joué Louise Otto.

Les temps ont changé, cependant ; même si beaucoup de contemporains aspirent au renouveau, les années 1860 n’ont plus rien à voir avec le bouillonnement intellectuel et politique des années 1840. D’ailleurs, ni Louise Otto-Peters ni ses compagnes ne semblent vouloir renouer avec le passé. Loin des discours nostalgiques, elles proclament leur volonté de rupture et de modernité. Le titre du journal le dit bien : ses rédactrices veulent ouvrir de « nouvelles voies » pour les femmes et engagent leurs lectrices à les suivre.

Quelles sont donc ces « nouvelles voies » proposées aux femmes pour participer « au grand travail du siècle », comme l’écrit le premier numéro du journal ?

Premier et seul journal fait par des femmes depuis Die Frauen-Zeitung, et jusqu’à la fondation de Der Frauen-Anwalt en 1870, Neue Bahnen s’affirme en effet comme un lieu d’expérimentation, qui permet d’appréhender la spécificité de ce premier « féminisme » allemand postérieur à 1848. Ses rédactrices affirment leur désir de se joindre au mouvement de leur temps, tout en proclamant leur indépendance vis à vis des partis politiques, et en étant très critiques envers leur société ; conscientes des échecs vécus par les femmes engagées en 1848, elles n’emploient que rarement et discrètement les mots « liberté » et « égalité », mais veulent prouver leur capacité d’autonomie. Partagées entre la révolte, qui les pousse à certaines audace, et la prudence indispensable à leur succès, elles sont à la recherche des meilleures formulations et des stratégies les plus efficaces pour pouvoir jouer un rôle dans l’espace public.

D’emblée, Neue Bahnen s’inscrit dans une perspective inédite puisqu’il accompagne la naissance d’un mouvement collectif de revendications en faveur des femmes, qui s’organise à une double échelle, à partir de Leizpig : en mars 1865, Louise Otto initie une association culturelle pour les femmes de sa ville et des environs ; à l’automne suivant, elle fonde une association à vocation nationale, le Allgemeiner Deutscher Frauen-Verein (l’ADF), dont le nom fait écho au Allgemeiner Deutscher Arbeiterverein (ADAV) fondé par Ferdinand Lassalle à Leipzig deux ans auparavant. Le mouvement des travailleurs, qui prend forme depuis le début des années 1860, apparaît ainsi comme un modèle. Neue Bahnen est créé comme une œuvre collective – il aura d’ailleurs toujours deux rédactrices en chef, d’abord Louise Otto et Jenny Hirsch, puis Louise Otto et Auguste Schmidt ; il s’affiche comme l’organe de l’ADF, mais il sert aussi de publication au Frauenbildungsverein de Leipzig. Le journal est ainsi la principale source dont nous disposons pour l’étude de ce mouvement des femmes initié par Louise Otto-Peters. Les rédactrices insistent sur le lien avec les organisations de travailleurs en reprenant deux mots d’ordre : le principe de Selbsthilfe et la revendication du travail comme moyen de dignité et d’indépendance.

Enfin, ce qui se produit à Leipzig n’est pas un phénomène isolé : dans d’autres États allemands, d’autres initiatives voient le jour, pour faire évoluer d’une façon ou d’une autre le statut des femmes. Dans les pays voisins également, que ce soit en Grande-Bretagne, en France, en Suisse…, les années 1860 sont celles d’un d’un retour des femmes sur la scène publique, avec un renouvellement des modes d’engagement et des revendications. Si les rédactrices de Neue Bahnen sont attentives à ce qui se passe à l’étranger, et donnent en exemple les conquêtes de pionnières européennes ou américaines dans divers domaines, elles n’oublient jamais pour autant de se présenter en tant qu’Allemandes, fidèles à des valeurs qu’elles définissent comme « nationales », et œuvrant pour l’avenir de leur patrie… Le deuxième point que je développerai concernera ainsi la tentative des rédactrices de Neue Bahnen pour faire de leur journal une tribune de l’idée nationale et un instrument pour intégrer les femmes à la nation allemande en devenir.

 I  Neue Bahnen : un instrument pour intégrer les femmes aux mouvements sociaux de leur temps

Sur les pas des travailleurs qui s’émancipent

Au cours des années 1860, les aspirations au changement social et politique sont largement portées par les associations ouvrières qui appellent à l’émancipation des travailleurs par l’union et par l’instruction. Elles reprennent à leur compte le principe de « Selbsthilfe », développé à l’origine par le libéral Schulze-Delitzsch, et en font un slogan d’auto-organisation, destiné à prouver la capacité des travailleurs à se gouverner eux-même, et donc à s’intégrer au corps des citoyens. Ces associations trouvent un terrain de prédilection en Saxe, État connaissant une industrialisation relativement précoce et bénéficiant d’une certaine libéralisation politique au début des années 1860. Les « associations culturelles de travailleurs » (Arbeiterbildungsvereine), représentent l’un des premiers niveaux d’organisation pour les artisans, petits entrepreneurs et ouvriers qualifiés qui désirent compléter leur instruction et accéder à la culture bourgeoise, tout en créant des réseaux de solidarité et des lieux de réflexion politique.

Lorsqu’en 1865, Louise Otto estime que le moment est venu où les femmes peuvent de nouveau tenter de s’engager publiquement pour transformer elles-mêmes leur condition, elle prend donc modèle sur le mouvement ouvrier en pleine expansion. Elle-même fréquente les milieux sociaux-démocrates de sa ville, et suit probablement de près la fondation d’un Arbeiterbildungsverein à Leipzig en février 1865 ; le mois suivant, elle fonde un Frauenbildungsverein en compagnie de quelques femmes issues de la bourgeoisie locale. L’association propose deux fois par mois des conférences aux thèmes variés. Il s’agit de faire accéder les femmes à une culture générale en principe réservée aux seuls hommes, mais aussi de valoriser le rôle des femmes dans l’histoire et d’inviter l’auditoire à réfléchir aux événements contemporains.

Le journal Neue Bahnen est l’organe de l’ADF mais est aussi au service du Frauenbildungsverein : il annonce les activités des deux associations et en rend compte, cherche à susciter la création d’autres groupes de femmes et à tisser des liens entre ceux qui existent ; il propose aussi de nombreux articles littéraires et historiques qui complètent les objectifs du Frauenbildungsverein. Enfin, les rédactrices de Neue Bahnen sont amenées à plusieurs reprises à défendre la spécificité du Frauenbildungsverein et de l’ADF, à savoir le choix de la non-mixité. En effet, seules des femmes peuvent adhérer à ces deux associations ; 12 hommes – présents lors du congrès fondateur de l’ADF sont considérés comme des membres honorifiques, mais n’ont qu’une voix consultative et ne peuvent siéger au bureau directeur.

 

« Selbsthilfe » plutôt qu’ « émancipation »

La revendication de la non-mixité est alors très audacieuse, et semble être limitée à quelques-unes des associations de femmes qui essaiment dans de nombreuses villes allemandes. Louise Otto-Peters et ses compagnes de lutte se voient qualifiées de « männerfeindlich », y compris par des femmes. Quelques articles de Neue Bahnen tentent légitimer la non-mixité en invoquant le principe de Selbsthilfe : l’idée est d’établir un parallèle avec les travailleurs qui se réunissent entre eux pour éprouver leur force et défendre leurs intérêts propres, selon une évidente logique. Les rédactrices osent aussi dénoncer explicitement la domination masculine, en expliquant que la présence d’hommes entraîne immanquablement des pratiques d’oppression (le monopole de la parole par les hommes, la moquerie envers les femmes, l’autocensure des femmes…) et que, dans l’état actuel des choses, les hommes ne sauraient représenter des intérêts qui s’opposent aux leurs.

La création du journal Neue Bahnen est en elle-même un élément clé de la stratégie de Selbsthilfe : Louise Otto et ses co-rédactrices s’affranchissent ainsi de la dépendance envers les autres journaux pour médiatiser leurs initiatives, et elles proclament la capacité des femmes à utiliser la presse pour s’imposer dans la sphère publique. La loi en vigueur en Saxe (la fameuse Lex Otto) les oblige certes à recourir à un homme sympathisant de leur cause qui assume la responsabilité de la rédaction. Toutefois, ce sont les noms des rédactrices en chef qui figurent en première page, et les huit pages de texte dense qui paraissent deux fois par mois sont presque entièrement rédigées par des femmes.

La revendication du principe et du terme de Selbsthilfe est certes assez radicale, à une époque où les Allemandes ont un statut social de dépendantes, et où l’individualité des femmes est niée. Mais le terme permet de proposer une alternative respectable à la notion d’émancipation. Les rédactrices de Neue Bahnen sont en effet très soucieuses de se distinguer des « émancipées » des années 1830-1840, comme on le voit dès l’adresse aux lectrices du premier numéro (voir l’extrait en annexe).

Après avoir évoqué la volonté de « participer au grand travail du siècle » en sortant les femmes de leur isolement, elles précisent aussitôt :

« Nous ne voulons pas aspirer à ce but par le chemin qui, jadis, avait été choisi par des femmes trop courroucées contre leur destinée individuelle pour prendre à cœur leurs sœurs plus malheureuses, souffrant du manque de travail et de ressources ; un chemin sur lequel le mot « Émancipation » était davantage un signal de danger qu’un cri de victoire. C’est seulement au service de l’humanité, au service de la vraie féminité que nous voulons choisir les nouvelles voies qu’il est convenable de parcourir pour les femmes allemandes du dix-neuvième siècle. »

Sans nommer personne, le texte fait allusion à des femmes comme Louise Aston qui, dans les années 1840, avait employé le terme d’émancipation pour réclamer une égale liberté pour les deux sexes. Suivant un procédé identique à celui déjà mis en œuvre dans Die Frauen-Zeitung, les rédactrices condamnent régulièrement ces folles prétentions du passé, afin de mieux rassurer leur lectorat sur leurs propres revendications. Elles-mêmes se présentent comme des femmes raisonnables, respectueuses de la différence des sexes, soucieuses seulement de redéfinir la « féminité » en conformité avec les besoins de l’époque, en élargissant les champs d’action des femmes.

Le journal affirme ainsi promouvoir la « vraie féminité », leitmotiv de nombreux articles, en rejetant la conception ancienne du rôle des femmes tout autant que les expériences déviantes des femmes qui ont pensé nier leur « spécificité ». A plusieurs reprises, Louise Otto affirme par exemple que la mission de la femme est de propager le Beau, le Bien et l’Amour autour d’elle. De nombreuses auteures font l’éloge de la mère de famille, de la ménagère, de l’éducatrice… Le principe de complémentarité entre hommes et femmes reste intangible ; peu de textes d’ailleurs demandent que les femmes relèvent du droit commun, ou bénéficient de davantage de droits civils. Deux ou trois articles seulement, se distinguent, en remettant indirectement en cause les catégories de genre, en questionnant le sens même du terme « féminin » et sa fonction normative : ils restent complètement exceptionnels par rapport à la ligne générale du journal.

 

L’émancipation par le travail … contre l’accord des travailleurs

Les rares fois où le terme « émancipation » est employé de façon positive dans Neue Bahnen, il est mis en corrélation avec le mot travail. Les rédactrices garantissent ainsi la moralité de leurs intentions en se concentrant essentiellement sur le travail (salarié) des femmes, présenté à la fois comme le moyen et le but de la « Selbsthilfe ». Numéro après numéro, d’innombrables articles, entrefilets et rubriques de tous ordres ont pour thème la promotion du travail des femmes, en conformité avec l’objectif premier affiché par l’ADF. Le journal affirme donc que le nouveau mouvement des femmes allemandes fait œuvre d’utilité publique en proposant de résoudre cette question. Nombre de contemporains s’interrogent en effet sur les moyens de fournir des revenus aux filles et aux veuves des classes moyennes, sur l’opportunité de recruter des femmes pour favoriser l’essor du secteur tertiaire, et sur les contradictions flagrantes entre d’un côté les restrictions pesant sur l’instruction et l’emploi des femmes et d’un autre côté les prescriptions d’un libéralisme croissant. Neue Bahnen informe ainsi de ce qui se produit à l’étranger concernant la formation des femmes et leur conquête de nouvelles professions ; le journal répercute les diverses pétitions de l’ADF demandant aux gouvernements allemands d’admettre les femmes dans de nouveaux emplois ; il argumente enfin en faveur de l’égalité des droits (« Gleichberechtigung ») face à la nécessité de gagner sa vie.

Dans cette campagne, les rédactrices de Neue Bahnen ne peuvent guère compter que sur leurs propres forces. Rapidement, elles doivent perdre leurs illusions quant au soutien qu’elles espéraient trouver dans les milieux démocrates et socialistes, en particulier à l’échelle des organisations ouvrières. En effet, la création de Neue Bahnen coïncide avec le rejet vigoureux du travail des femmes par l’Association Générale Allemande des Travailleurs de Ferdinand Lassalle, sans doute désireuse de nier tout lien avec l’Association Générale Allemande des Femmes. Dans Neue Bahnen, un entrefilet anonyme accuse alors les lassalléens de trahir leurs grandes proclamations en faveur de la liberté et du progrès, et de révéler leur caractère tyrannique en refusant ses droits naturels à la moitié de l’humanité. Ces déclarations indignées et amères se reproduisent plusieurs fois dans les colonnes de Neue Bahnen, au rythme des proclamations successives des organisations ouvrières allemandes et internationales condamnant la concurrence des salaires féminins et renvoyant les femmes à leurs foyers. Louise Otto tente encore en 1867 d’éveiller la solidarité des associations ouvrières allemandes, mais le ton énergique qu’elle emploie dans l’adresse envoyée à leur assemblée générale semble indiquer d’emblée son peu d’illusion :

« (…) C’est seulement lorsque les travailleurs ont pris conscience de leur absence de droits et de l’injustice de cette situation, qu’ils ont commencé à se libérer du poids de l’oppression. Les femmes, qui sont tout à fait dans la même situation viennent seulement de commencer ce processus, et l’association de femmes fondée il y a deux ans en est le premier résultat.(…)

Vous savez mieux que quiconque combien il est difficile de s’élever contre les préjugés et les usages, alors tenez-vous à nos côtés avec votre force, et n’utilisez pas celle-ci pour priver autrui des biens et des droits que vous-mêmes avez conquis avec effort et difficulté, pour mépriser et tenter d’opprimer les efforts et les difficultés identiques d’un sexe plus faible. Conservez-vous à vous-même la conscience pure en luttant contre toute oppression, y compris celle des femmes, et offrez-nous ce triomphe d’avoir cherché et trouvé nos meilleurs camarades non dans les soi-disant hautes sphères de la société, mais au milieu du peuple, parmi les pauvres travailleurs. »
Le programme adopté par les socialistes lors de la fondation du Parti social-démocrate en 1869 signale une nouvelle fin de non recevoir envers les revendications des femmes . L’événement suscite l’indignation de plusieurs rédactrices de Neue Bahnen. L’une d’elles, Luise Büchner, fervente démocrate, invective avec véhémence les participants du congrès d’Eisenach :

« C’est effectivement un programme très prometteur pour l’avenir que le travailleur libre écrit ici sur sa banderole, une interprétation étonnante du principe de la fraternité qui aspire à unir tous ceux qui vivent de la sueur de leur travail. Ce frère dit à sa sœur : à moi la liberté, à toi la servitude ! A moi tous les avantages d’une époque humaine et éclairée, à toi tous les effrois et les obstacles d’institutions médiévales !L’État et la communauté ont coupé la vieille tresse corporatiste, mais nous, les sociaux-démocrates sur qui repose l’avenir, nous la tressons de nouveau, et plus étroitement que jamais, pour enserrer ceux qui n’ont pas besoin de manger et de vivre autrement que par notre grâce, car ils ne sont rien – rien d’autre que des femmes ! »

Les rédactrices de Neue Bahnen se retrouvent ainsi marginalisées par ceux dont elles partagent pourtant les idées et les combats, et sont contraintes à une posture critique extérieure, tant le décalage est immense entre les grandes déclarations de principe des démocrates et leur position concrètes concernant les femmes. Le journal et l’ADF se retrouvent ainsi rejetés du côté des organisations politiques plus modérées, coupés des femmes des classes populaires, et accusés durablement de servir les intérêts de la bourgeoisie capitaliste.

 

II Neue Bahnen : un journal apolitique mais citoyen ?

A La politique pour les femmes

Neue Bahnen prétend se consacrer essentiellement à la défense du travail salarié des femmes et s’en tient à la ligne de l’ADF, qui écarte la question de leurs droits politiques. En tant que journal d’association, il n’est d’ailleurs pas habilité à parler de politique. Les principaux commentaires politiques – toujours assez vagues – concernent les guerres de 1866 et de 1870, ainsi que quelques événements de politique étrangère. Cependant, le journal appelle bel et bien les femmes à s’impliquer dans la vie publique, à se forger une opinion sur les débats et les mouvements politiques contemporains. Il a pour objectif implicite de transformer les femmes en « citoyennes » alors même qu’elles sont privées des droits civiques : la relation des femmes au politique est ainsi présentée dans le cadre d’une redéfinition de la féminité comme un ensemble de droits et devoirs particuliers. Ainsi, à la différences de certaines féministes françaises de la même époque, qui argumentent en faveur d’une politisation de la sphère dite « privée », les Allemandes de Neue Bahnen envisagent plutôt une privatisation du politique, reprenant en cela l’approche privilégiée par Louise Otto dans les années 1848. L’idée générale, exprimée dès l’adresse aux lectrices du premier numéro, est d’encourager les femmes à servir la société et l’humanité de la même manière qu’elles servent leur foyer, et de légitimer ainsi l’agrandissement du cercle d’action ouvert aux femmes. La notion de devoir (de devoir « naturel », lié au sexe) est donc intimement liée à celle de droit, comme le rappelle un article de 1866 :

« Ce n’est pas seulement un droit pour les femmes de se préoccuper des questions politiques, religieuses et sociales qui sont toujours liées et ne peuvent être résolues séparément les unes des autres ; c’est, plus encore, un devoir sacré pour elles que de s’efforcer de le comprendre, car la situation de l’État et de la société ne pourra jamais être fondamentalement améliorée aussi longtemps que l’on ne pourra compter sur la participation des femmes à cette amélioration ».

Paradoxalement, le sujet des droits politiques revient assez souvent dans les pages du journal. Très prudentes, les rédactrices l’introduisent de façon détournée, généralement dans des entrefilets ou des articles non signés, qui reproduisent ou commentent des propos tenus – par des hommes – ou bien des progrès réalisés à l’étranger dans le domaine de l’égalité civique. Au prix de multiples précautions oratoires, ces textes s’indignent de la non représentation des femmes et de l’injustice de l’expression « suffrage universel », mais concluent toujours sagement en estimant prématurée la revendication de droits politiques pour les Allemandes.

La particularité allemande est toujours mise en avant, d’autant que c’est surtout la question nationale qui amène les rédactrices à proclamer l’importance de la politique pour les femmes. Ainsi, au début de la guerre austro-prussienne de 1866, Louise Otto invite les femmes à se faire « les gardiennes du sentiment de l’unité allemande, partout où l’occasion en est offerte, que ce soit dans les associations ou dans la famille ».

La Nation, moyen d’intégration mais obstacle à l’émancipation ?

Le journal est dédié « aux femmes allemandes », et se place ainsi sous la double invocation de l’identité de genre et de l’identité nationale, les deux étant intimement liées.

Les rédactrices de Neue Bahnen expriment régulièrement leur soutien au projet d’unité nationale : elles s’invitent ainsi dans l’un des principaux débats qui agitent l’Allemagne entre 1866 et 1870. Sans jamais prendre position sur les contours géographiques et politiques du futur État-nation, elles en font le cadre et la condition d’une société plus égalitaire et progressiste…

L’un des objectifs de la rédaction est de susciter chez les lectrices un sentiment d’appartenance à la nation allemande. De nombreux articles ont pour but de faire découvrir la géographie et l’histoire des pays allemands – à travers les récits envoyés de diverses régions par des correspondantes du journal, comme à travers des hommages rendus aux empereurs germaniques ou aux héros des batailles antinapoléoniennes. Les « lieux de mémoire » mobilisés depuis le début du XIXe siècle pour constituer une culture nationale se retrouvent magnifiés dans les colonnes du journal, qu’il s’agisse des légendes des Niebelungen, des écrits de Goethe, des contes de la forêt allemande. Les lectrices sont invitées à s’approprier ce patrimoine, d’autant plus que de nombreux textes valorisent le rôle que des femmes illustres ou méconnues ont pu jouer dans l’histoire et dans la culture allemande. Par ailleurs, rappelons que la date de fondation de l’ADF est celle de l’anniversaire de la bataille de Leipzig (en octobre 1813), un épisode mythique des guerres de libération : au-delà du parallèle établi entre émancipation des peuples et émancipation des femmes, il s’agit de revendiquer l’intégration des femmes à l’histoire nationale et à la nation en devenir. Neue Bahnen ne cesse donc d’inciter les femmes à se concevoir comme des citoyennes de la patrie allemande (Deutsches Vaterland : une expression récurrente) : conserver et transmettre la culture germanique, s’impliquer personnellement et collectivement dans la construction d’un État nation est présenté dans le journal comme la version moderne d’une féminité qui combine mission éducatrice de « la Femme » et dévouement « naturel » à l’intérêt général.

En tant qu’organe de l’ADF, Neue Bahnen promeut l’organisation des femmes à l’échelle de l’Allemagne – c’est à dire dans tous les pays de langue allemande. L’ADF compte des membres aussi bien en Prusse orientale qu’en Alsace, en Autriche, ou à Hambourg. Plusieurs de ces membres servent de correspondantes au journal, qui dispose ainsi d’un réseau d’informations assez étendu. La rubrique « Blicke in die Runde », présente dans chaque numéro, permet ainsi aux lectrices de porter leur regard sur tout ce qui les concerne « en tant qu’Allemandes ». Cette rubrique offre aussi des perspectives sur ce qui se passe dans d’autres pays, en invitant souvent à la comparaison avec les femmes étrangères. La démarche est souvent ambiguë, partagée entre la proposition de modèles à suivre et la revendication d’une spécificité, voire une supériorité, des femmes allemandes.

A travers les discours tenus dans Neue Bahnen, on comprend ainsi que les rédactrices estiment indispensables de s’identifier avec la figure idéale de la Femme Allemande, afin d’obtenir une reconnaissance sociale et mériter une extension de leurs droits. La guerre de 1866 donne lieu à de vibrantes affirmations sur le patriotisme des femmes impliquées dans l’ADF. « Nous sommes des femmes allemandes, nous devons de toute la force de notre âme, nous efforcer à ce que la morale allemande, la fidélité allemande, grandissent en nous et avec nous », écrit Auguste Schmidt afin de justifier une meilleure instruction pour les filles et la participation publique des femmes.

La guerre de 1870 surtout donne l’occasion aux rédactrices de Neue Bahnen de faire allégeance à la Nation en redéfinissant leur identité de genre : les représentations de la Femme Allemande aimante et pacificatrice font place à des discours sur la féminité patriotique, sur la Femme gardienne de l’honneur national et qui soutiennent sans faillir les hommes combattants l’ennemi. Pour les Allemandes qui revendiquent un statut de citoyennes dans la future nation, voici venue l’heure cruciale où il leur faut prouver leur soutien indéfectible à la patrie. La plupart des rédactrices semblent alors oublier leurs convictions démocratiques et pacifiques, soucieuses de ne pas être suspectées de faiblesse ou de trahison envers la nation. Plus que jamais, la Femme Allemande est redéfinie par rapport à une représentation repoussoir de la Femme Française, la première étant l’incarnation de la « vraie féminité », alors que la seconde est accusée de transgresser les règles de la « féminité »…

Au moment de la victoire allemande, les rédactrices estiment sans doute avoir donné suffisamment de preuves de leur fidélité à la Nation pour laisser publier un texte demandant ouvertement l’égalité des droits politiques. L’auteure, qui signe Minna K. démontre dans cet article que « la nécessité de l’émancipation politique des femmes répond aux efforts humanistes de l’époque ». Estimant que la nouvelle Allemagne est sur le point de devenir un État moderne, elle ose inclure la citoyenneté des femmes parmi les transformations politiques et institutionnelles imminentes. Son texte s’achève cependant par de prudentes réserves :

« Nous ne voulons pas de précipitation et nous nous en remettons au discernement des hommes (…). Conformément à la réserve et à la modestie qui sont l’apagnage de la femme allemande, nous voulons commencer par faire de la propogande pour nous, (…) persuadées que nous atteindrons sûrement notre but, grâce à notre puissant allié, l’esprit du temps ! (…) Nous allons au devant de l’avenir avec pour devise : par le mérite, vers notre droit! »

Ainsi, même ce texte, le plus radical depuis la création du journal, indique clairement les limites que doivent respecter les Allemandes pour espérer être audibles : toute revendication doit être accompagnée d’allégeance à la figure de la Femme Allemande.

 

En conclusion :

L’étude du journal Neue Bahnen permet de mesurer les contraintes dont les Allemandes doivent tenir compte afin de conquérir une existence publique. Leurs stratégies d’alliance avec les travailleurs échouent, se heurtant au refus de ceux-ci de remettre en question les rapports entre hommes et femmes. Le parallèle entre émancipation des travailleurs et émancipation des femmes a d’ailleurs ses limites, malgré l’emploi commun du terme de Selbsthilfe : si les travailleurs aspirent à se libérer de l’oppression de classe en devenant des citoyens égaux, « ordinaires », les « féministes » de Neue Bahnen ne paraissent pas remettre en cause leur assujettissement à la catégorie du féminin : comment alors se libérer de l’oppression fondée sur le genre ?

En ce temps de définition nationale, il leur faut prouver leur appartenance à la Nation, leur conformité au modèle « national » de la Femme Allemande, ce qui leur rend très difficile de se penser, ou du moins de s’exprimer, en tant qu’individues. Elles ne peuvent que chercher à redéfinir les identités genrées en arguant du progrès général de la société pour faire évoluer le rôle dévolu aux femmes.

Les derniers articles de l’année 1870 témoignent cependant que les plus lucides d’entre elles, notamment Louise Otto, perdent déjà toutes leurs illusions quant à la nature du nouvel État allemand et à la place que les femmes y occuperont. Neue Bahnen perdure encore comme organe de l’ADF jusqu’au début du XXe siècle mais ce n’est plus là que se développent les nouvelles stratégies féministes : dès les années 1880, c’est la presse des femmes socialistes – et bien sûr Die Gleichheit de Clara Zetkin qui incarnent la radicalité des nouveaux combats du siècle.

Bibliographie :

Bussemer Herrad U. , Frauenemanzipation und Bildungsbürgertum. Sozialgeschichte der Frauenbewegung in der Reichsgründungszeit, Beltz Verlag, 1985

Diethe Carol, The Life and Work of Germany’s Founding Feminist: Louise Otto-Peters 1819-1895, Edwin Mellen Press, 2002

Gerhard Ute , Unerhört. Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Hamburg, Rowohlt, 1990

Gerhard Ute, Elisabeth Hannover-Drück, Romina Schmitte (Hg.), « Dem Reich der Freiheit werb’ich Bürgerinnen ». Die Frauen-Zeitung von Louise Otto (1849-1850), Frankfurt, Syndikat, 1980

Planert Ute (Hg.), Nation, Politik und Geschlecht. Frauenbewegungen und Nationalismus in der Moderne, Frankfurt a.M., Campus Verlag, 2000

Primi Alice, « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes. Dernières tribunes des femmes de 1848 », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, tome 52, janvier-mars 2005, p. 129-146

Primi Alice, Femmes de Progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Presses Universitaires de Rennes, 2010

Schötz Susanne, „Blicke in die Runde von Leipzig aus. Regionales und Internationales in den Neuen Bahnen“, in Irina Hundt, Ilse Kischlat (Hg.), Topographie und Mobilität in der deutschen Frauenbewegung, Berlin, 2003

Annexe :

„An die Leserinnen.

Ein neues Jahr hat begonnen – und auch wir beginnen mit ihm ein neues Werk, ein Werk, das wir allen deutschen Frauen widmen, für das wir die Theilnahme Aller in Anspruch nehmen und bei dem uns die sichere Hoffnung leitet, dass viele die „neue Bahnen“ freudig willkommen heissen und eben so freudig entschlossen sind sie mit uns zu wandeln.

Die Frauen, die nicht nur an sich allein, sondern auch an ihre Schwestern und an die ganze strebende Menschheit denken wollen und sich mit betheiligen an der grossen Arbeit des Jahrhunderts sind aus ihrer Gesondertheit herausgetreten und haben sich zu einem großen Bunde vereinigt, weil nur durch Vereinigung ein allen gemeinsames Ziel zu erreichen ist.

Wir wollen dies Ziel nicht erstreben auf dem Wege, der einst von den Frauen eingeschlagen ward, die mehr mit ihrem individuellen Schicksal grollten, als dass sie sich ihrer durch Mangel an Arbeit und erwerb unglücklicheren Schwestern zu Herzen genommen hätten, ein Weg auf dem das Wort „Emanzipation“ viel eher zur Warnungstafel als zum Siegesruf geworden – wir wollen auch nicht am Gängelbande irgend einer politischen Partei auf vorgeschriebenen Pfaden für unsere Rechte in die Schranken treten – wir wollen allein im Dienste der Humanität, im Dienste echter Weiblichkeit die neuen Bahnen einschlagen, die den deutschen Frauen des neunzehnten Jahrhunderts zu wandeln ziemen.

Was das für neue Bahnen sind, das ist am Ende mit einem einzigen kurzen Schlagwort nicht zu sagen – und darum eben haben wir dies Blatt gegründet, damit wir die grosse Frage der neuen Frauenbewegung, ihrer Berechtigung, ihrer Grundzüge, ihrer Bestrebungen und ihrer Resultate vor aller Augen offen darlegen, Irrthümer berichtigen, unklare Vorstellungen aufhellen und unsere Ansichten über die Stellung der Frauen, über ihre Rechte und Pflichten entwickeln können.

Es ist dies der Hauptzweck unsres Blattes, aber es soll nicht sein einziger sein. Wir bieten unsern Leserinnen nicht allein Leitartikel im obigen Sinne, wir bieten ihnen auch Unterhaltung und Belehrung aus allen Gebieten, daran die Frauen ein specielles Interesse haben: Erzählungen, Gedichte, Biographien, Naturwissenschaftliches, Berichte und Notizen über alle bedeutsamen Vorgänge in der gegenwärtigen Frauenwelt und vor Allen werden alle Angelegenheiten des allgemeinen deutschen Frauenvereins, dessen einziges Organ die „neue Bahnen“ sind, Berücksichtigung finden. (…).“

Die Herausgeberinnen [Louise Otto, Jenny Hirsch], Neue Bahnen, n°1, [décembre 1865], Bd. 1, 1866, p. 1

Les féminismes allemand et américain de 1848 au début du XXe siècle : regards croisés

Texte de Hélène Quanquin, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Colloque : Féminismes allemands (1848-1933)

Date : 27 janvier 2012

Lieu : Lyon

Organisateurs : Anne-Marie Saint-Gille (université Lumière Lyon 2), Patrick Farges (université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Programme du colloque

 

Dans un ouvrage sur la comparaison en histoire des femmes, Anna Cova évoque ce qu’elle appelle « les affinités entre histoires des femmes et méthode comparative » et rappelle que celles-ci « ont incontestablement un terrain commun » (Cova 2009, p. 22). Cette proximité est aux fondements de l’un des courants de l’historiographie des féminismes, qui remet en cause l’idée d’un Sonderweg, d’une voie nationale particulière à chaque féminisme, pour au contraire penser la diversité des féminismes, leurs points de rencontre, mais aussi leurs intersections avec les autres mouvements politiques – par exemple le socialisme dans plusieurs pays européens, ou le combat abolitionniste aux Etats-Unis.

C’est dans cette perspective que nous devons considérer les projets d’écriture plus ou moins récents d’une histoire européenne, voire « globale » ou globalisante, des féminismes (voir à titre d’exemples les travaux des historiennes américaines Karen Offen et Bonnie Anderson). Que la première vague des féminismes en Europe et en Amérique du Nord ait coïncidé avec la mise en place d’organisations internationales féministes dans les dernières décennies du XIXe siècle et le début du XXe siècle, et ce que Leila Rupp nomme une « conscience [féministe] internationale » (Rupp 1994, p. 1593), expliquent en partie cet intérêt renouvelé. Les travaux de Bonnie Anderson ont également montré l’existence de liens, de conversations, et d’échanges entre féministes au-delà des frontières nationales dès les années 1830, c’est-à-dire bien avant la constitution d’organisations internationales, voire nationales.

L’analyse des liens entre féminismes allemand et américain permet, notamment par la comparaison, de repenser la diversité du féminisme dès ses origines. D’une façon générale, la comparaison doit permettre, ainsi que l’indique l’historien québécois Gérard Bouchard, de voir «l’événement historique […] comme l’aboutissement d’un scénario parmi d’autres ». Selon Bouchard, « la connaissance des scénarios rejetés par le cours de l’histoire enrichit la compréhension de ceux qui ont prévalu » (Bouchard 2001, p. 49) et la méthode comparative permet ainsi d’analyser, non seulement les « scénarios » adoptés par une société donnée, mais également, par l’intermédiaire de l’analyse des choix effectués par d’autres sociétés à partir d’une situation apparemment identique, ceux qu’elle aura rejetés.

La comparaison était également présente dès les débuts du féminisme. Les échanges au-delà des frontières entre militant-e-s nourrirent en effet les mises en relation et les parallèles. Pour Bonnie Anderson, l’existence d’une « matrice d’un féminisme transcendant les limites nationales » (Anderson 2000, p. 2) entre 1830 et 1860 permit aux féministes européennes et nord-américaines de trouver auprès des militantes d’autres pays « soutien et confirmation » (Anderson 1998, p. 4). Mais l’analyse des échanges entre féministes allemandes et américaines montre aussi qu’elles avaient conscience d’appartenir à des sociétés différentes et d’être contraintes dans leur action par des contextes et des environnements particuliers.

C’est cette mise en relation par les actrices elles-mêmes, mais aussi par les historien-ne-s, que je me propose d’étudier ici en m’appuyant sur trois moments-clés, trois conventions, américaines et/ou internationales, pour les droits des femmes :

  • la convention pour les droits des femmes de Seneca Falls de juillet 1848 ;
  • la première convention de l’International Council of Women à Washington, D.C. au printemps 1888 ;
  • la convention inaugurale de l’International Woman Suffrage Alliance à Berlin en 1904.

 

 

1. Seneca Falls, 1848

Les 19 et 20 juillet 1848, se tint à Seneca Falls, au nord de l’Etat de New York, la première convention pour les droits des femmes aux Etats-Unis, qui fut l’occasion de l’une des premières demandes publiques pour le droit de vote des femmes et la première d’une longue série de conventions locales et nationales dans le pays tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle. L’une des organisatrices, Elizabeth Cady Stanton, figure majeure du mouvement féministe américain, y prononce son premier discours en public, dans lequel elle évoque l’universalité de l’assujettissement des femmes par les hommes. Cette thématique n’était pas neuve et on la retrouve dans deux textes importants qui fondent dans les années 1830 l’émergence d’une « conscience féministe », pour reprendre les mots de l’historienne américaine Gerda Lerner (Lerner 1993, p. 14), aux Etats-Unis : The History of the Condition of Women in Various Ages and Nations de Lydia Maria Child (1835), et Letters on the Equality of the Sexes par Sarah Grimké (1837).

Comme dans ces deux écrits, on trouve dans le discours de Stanton des références à la situation des femmes dans d’autres pays, ou d’autres lieux, qui visent à corroborer l’idée d’une domination masculine universelle. Les exemples que Stanton utilise dans son discours sont nombreux et variés : elle parle des tribus tartares, des Indiens (d’Inde), mais aussi des Allemands. Elle décrit ainsi « l’Allemand qui fume avec suffisance sa pipe pendant que sa femme, attelée au bœuf, creuse son sillon avec la charrue » (“the German who complacently smokes his meerschaum, while his wife, yoked with the ox, draws the plough through its furrow”). Bonnie Anderson note que cette description était communément utilisée par les féministes en Amérique du Nord et en Europe au XIXe siècle, afin de « personnifier » la subordination vue comme exceptionnelle des Allemandes pendant cette période (Anderson 2000, p. 101). Dans un contexte américain, elle est également liée à la représentation que les féministes américaines se faisaient également des immigré-e-s allemand-e-s au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Dans le même discours, Stanton mentionne qu’ « il est courant de voir, dans nos villes, l’immigré allemand les mains dans les poches, marchant avec suffisance aux côtés de sa femme, pendant qu’elle porte le poids d’un gros paquet ou d’un meuble sur la tête » (“It is no uncommon sight in our cities, to see the German immigrant with his hands in his pockets, walking complacently by the side of his wife, whilst she bears the weight of some huge package or piece of furniture upon her head.”). Tout au long de la campagne américaine pour le droit de vote des femmes, qui dura de 1848 à 1920, date à laquelle le XIXe amendement à la Constitution garantit le suffrage féminin aux Etats-Unis, les militantes américaines notèrent de façon récurrente dans leurs écrits l’opposition de la communauté allemande dans les Etats notamment du Midwest où elle était particulièrement importante. Cette opposition était en partie due, selon elles, au fait que les Allemands craignaient que le droit de vote des femmes n’accélère la mise en place de la prohibition de l’alcool alors que les femmes étaient très présentes dans les associations de tempérance.

Cette perception des Allemands et des immigrés allemands comme généralement opposés aux droits des femmes traverse toute la période qui nous intéresse : ainsi, après l’entrée en guerre des Etats-Unis le 6 avril 1917, une frange du mouvement suffragiste décide d’organiser le siège de la Maison Blanche. Tous les jours, des militantes se retrouvent pour protester contre le « Kaiser Wilson », une référence à ce qu’elles perçoivent comme le double discours du Président de l’époque, Thomas Woodrow Wilson : un discours extérieur qui présentait la guerre comme une défense de la démocratie ; un discours intérieur opposé au droit de vote des femmes, contredisant ainsi l’aspiration des Etats-Unis à devenir un modèle démocratique pour l’Europe et faisant de ce pays un simple reflet de l’Allemagne impériale de l’époque.

Mais cette image se complique si l’on considère le contexte de la convention de Seneca Falls et des débuts du féminisme américain. De nombreux historien-ne-s ont déjà noté l’influence du contexte religieux, mais aussi la contribution du mouvement abolitionniste à l’émergence d’une conscience féministe américaine, de nombreuses féministes y ayant fait leurs armes, y compris en faisant l’expérience de la prise de parole en public. Mais le contexte international est aussi important à prendre en compte. Une lecture exclusivement nationale, voire locale, de cette convention doit être nuancée par une perspective internationale et transnationale qui permet aussi d’expliquer la façon dont les droits des femmes furent présentés à l’occasion. Les révolutions européennes de 1848 trouvèrent un écho particulier aux Etats-Unis et elles influencèrent également les débuts du féminisme américain.

La Convention de Seneca Falls est essentiellement connue pour le texte qui y fut adopté et signé par cent femmes et hommes, la « Déclaration de sentiments » (Declaration of Sentiments), rédigée par Stanton sur le modèle de la « Déclaration d’Indépendance » qui fut adoptée par les treize colonies britanniques en juillet 1776. Cette référence à la Révolution Américaine doit être entendue de plusieurs façons : tout d’abord, il s’agissait d’un point de vue stratégique de contredire la vision triomphante d’une démocratie américaine en montrant que les promesses de la Révolution n’avaient pas été tenues ; dans cette perspective, le mouvement pour les droits des femmes était présenté comme la continuation de cet événement fondateur pour les Etats-Unis. Mais la référence révolutionnaire était rendue encore plus pertinente dans le contexte européen, notamment allemand, très présent et commenté aux Etats-Unis. Assez étrangement, la Déclaration de Sentiments mit en mots le paradoxe même des révolutions, américaines ou allemandes, présentes ou passées, en ce qui concerne les droits des femmes : moments qui contribuèrent à l’émergence d’une conscience féministe et à l’investissement de l’espace public par les femmes, elles donnèrent naissance à nombre de promesses et d’espoirs non tenus, ainsi que le montrent en Allemagne les lois répressives adoptées contre la participation des femmes aux organisations politiques.

 

2. Washington, D.C., 1888

Quarante ans plus tard, au printemps 1888, se tient à Washington, D.C., le premier Congrès de l’International Council of Women (ICW). Si l’événement avait pour objectif de mettre en place un réseau féministe international – dans la lignée du Congrès organisé à Paris en 1878 et des voyages d’Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony en Europe en 1882-3 – il fut aussi l’occasion pour les Américain-e-s de célébrer le 40e anniversaire de la Convention de Seneca Falls. Le programme de la manifestation alliait ainsi événements à l’adresse des militant-e-s américain-e-s et événements incluant les délégué-e-s étranger-e-s.

Plusieurs pays étaient représentés à Washington, dont la France, l’Angleterre et certains pays scandinaves. Si aucun-e délégué-e allemand-e n’était présent-e pour l’occasion, une lettre rédigée en anglais et signée par 4 militantes de l’Allgemeine Deutsche Frauen-Vereins fut lue publiquement. Louise Otto Peters, Auguste Schmidt, Aloise Wintor, et Henriette Goldschmidt s’y excusaient de ne pouvoir être présentes (“The season of the year, as well as the conditions of our society, prevent us sending a delegate” : Report of the International Council of Women…1888, p. 219), mais elles joignirent à leur lettre un survol historique du mouvement allemand pour les droits des femmes, dont elles faisaient remonter les origines à la Révolution de 1848, « comme celles de nos sœurs américaines » (« like that of our American sisters »), notèrent-elles.

Dans ce texte, elles soulignaient également les différences entre l’Allemagne et les Etats-Unis de la façon suivante : « La différence entre notre position et celle de nos sœurs américaines est en grande partie due au fait que vous vivez dans une république, et nous dans une monarchie ;  vous dans un pays jeune où tout est nouveau, nous dans un pays qui a plusieurs siècles d’existence, où les idées et les habitudes de pensée sont, pour ainsi dire, incrustées dans les gens » (“The difference between our position and that of our American sisters is largely due to the fact that you live in a republic, we in a monarchy ; you in a young country where everything is new, we in a land centuries old, where the ideas and habits of thought are, so to speak, incrusted in the people.”, p.220). Et alors que plusieurs combats sont mentionnés, tels que le droit à l’éducation, l’absence de toute référence au droit de vote est importante dans un contexte américain. Car depuis Seneca Falls la question du suffrage structurait littéralement le mouvement américain pour les droits des femmes et lorsque les féministes allemandes écrivent qu’elles doivent faire preuve de plus de « tact » (“in Germany we have to work with great tact”, p. 220), il est très probable qu’il s’agit là d’une double allusion : à l’importance du droit de vote chez les féministes américaines par le biais d’associations qui s’étaient constituées dès 1869, et parfois à l’exclusion d’autres enjeux ; mais aussi aux limites objectives à leur action en Allemagne.

On retrouve l’idée d’un écart entre Etats-Unis et Allemagne – suggérant qu’il était plus facile d’être féministe aux Etats-Unis qu’en Allemagne – tout au long du XIXe siècle. Dès 1843, quand Louise Otto signe de son nom un article sur la participation des femmes dans la vie publique comme devoir, elle s’appuie également sur la comparaison de la situation des femmes, selon elle à l’avantage de l’Angleterre et des Etats-Unis (Anderson 1998, p. 9). En 1863, pendant la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, une militante d’origine allemande, Mrs. Chalkstone, prend la parole à une convention de la Woman’s National Loyal League, qui réunit des femmes prêtes à participer à l’effort de guerre contre le Sud esclavagiste. Madame Chalkstone appartenait probablement aux « 48ers », c’est-à-dire au contingent des Allemands qui émigrèrent aux Etats-Unis après la révolution de 1848 en Allemagne. Au sujet de la liberté, elle souligne que « nous les étrangers connaissons l’importance de ce don magnifique et noble bien mieux que vous, parce que vous n’avez jamais connu l’esclavage, alors que nous y sommes nés » ajoutant « l’Allemagne se languit de liberté. En Allemagne, nous avons sacrifié notre richesse et nos ornements, et les femmes de ce pays se sont battus de la même façon » (“We foreigners know the preciousness of that great, noble gift a great deal better than you, because you never were in slavery, but we are born in it. Germany pines for freedom. In Germany we sacrificed our wealth and ornaments for it, and the women in this country fought to do the same.”). Bien sûr, l’interpellation peut paraître étrange dans le contexte de la Guerre de Sécession dont l’un des objectifs fut l’émancipation des esclaves : l’esclavage était bien une réalité américaine à l’époque, mais Madame Chalkstone en exclut de fait les Américains – blancs – qui n’auraient pas fait l’expérience, physique selon elle, de la privation de liberté.

L’écart entre Allemagne et Etats-Unis demeura un thème récurrent aux XIXe et début du XXe siècles, ce qu’attestent les actions énumérées dans le rapport envoyé à l’ICW par les militantes allemandes et qui pouvaient paraître assez peu impressionnantes aux Américaines : la convention de l’Allgemeine Deutsche Frauen-Vereins de Leipzig en 1865 qu’elles présentent comme une convention pour « l’élévation intellectuelle des femmes »; en 1865 encore, la création d’une maison et d’une école pour les jeunes femmes pauvres et les orphelines où on leur apprenait « à gagner leur vie » ; la publication d’un journal jusqu’en 1872. Si les personnes qui écrivirent ce rapport ne représentaient pas toutes les féministes allemandes, leur perspective ne pouvait que confirmer un préjugé présent chez les Américaines.

Les conventions internationales qui suivirent furent ainsi l’occasion, ainsi que le note Leila Rupp, de jugements, de clichés concernant les différentes nationalités qui y étaient représentées : par exemple, le puritanisme des Américaines (Rupp 1997, p. 596), leur aisance financière qui expliquaient leur sur-représentation dans les conventions internationales et leur « monolinguisme » – leur insuffisante maîtrise des langues étrangères (Rupp 1994, p. 1577-1578).

 

3. Berlin, 1904

En 1904 se tient à Berlin la convention de l’International Woman Suffrage Alliance, fondée par des militantes en désaccord avec la timidité de l’ICW sur la question du droit de vote des femmes. Susan B. Anthony, grande figure du féminisme américain (et compagne de route d’Elizabeth Cady Stanton), alors âgée de 84 ans, marque la convention de sa présence et y aurait affirmé – d’après un article de journal publié huit ans plus tard : « c’est sous l’influence d’une Allemande, Madame Mathilde Franziska Anneke, que je suis devenue suffragiste. » (“It was through the influence of a German woman, Madame Mathilde Franziska Anneke, that I became a suffragist…”, Duluth News Tribune, 1er avril 1912).

Mathilde Franziska Anneke naît en Westphalie en 1817 dans une famille de la noblesse. Après un premier divorce, elle écrit des nouvelles, des poèmes et des pièces de théâtre afin de subvenir aux besoins d’elle et sa fille. En 1847, elle épouse Fritz Anneke, officier aux opinions socialistes. A Cologne, ils fondent tous les deux un quotidien socialiste qui fut rapidement interdit de publication. En septembre 1848, Mathilde Anneke fonde le Frauen-Zeitung, journal pour la défense des droits des femmes. Après la révolution de 1848, comme beaucoup d’autres Allemands impliqués dans les événements révolutionnaires, les Anneke choisissent l’immigration vers les Etats-Unis. Une fois installés à Milwaukee, dans le Wisconsin, ils y poursuivent leur combat en faveur des droits des femmes, mais aussi contre l’esclavage. Mathilde Franziska Anneke organise des tournées de conférences, participe à des conventions pour les droits des femmes et reprend la publication de son journal pour les droits des femmes.

Si l’affirmation de Susan B. Anthony selon laquelle elle fut convertie à la cause des femmes par Mathilde Franziska Anneke est probablement exagérée – et n’est pas attestée par ses biographes –, et si l’influence décisive dans son engagement est à chercher plutôt du côté de Stanton, elle s’explique cependant de plusieurs façons : tout d’abord, il s’agissait d’un hommage rendu aux Allemandes qui accueillaient la convention. Venant de celle qui fut l’une des « stars » de la convention de 1904, le commentaire doit être considéré comme une reconnaissance et une confirmation du lien unissant les féministes et plus largement les femmes des différents pays depuis les débuts du mouvement pour les droits des femmes. Mais il atteste également de la position particulière de Mathilde Franziska Anneke dans le mouvement américain pour les droits des femmes.L’analyse de son parcours militant aux Etats-Unis permet d’une certaine façon de préciser et de remettre en cause le radicalisme du mouvement américain pour les droits des femmes (Ginzberg 2002, p. 431).

A titre d’exemple, on citera l’intervention d’Anneke en septembre 1853 lors de la convention pour les droits des femmes de New York, également connue sous le nom de « mob convention » (la convention des émeutes) en référence aux incidents qui émaillèrent l’événement. Elle y prononce un discours en allemand, traduit par Ernestine Rose, dans lequel elle fait l’éloge de la liberté de parole. Comme Madame Chalkstone, elle rappelle son expérience de la tyrannie dans son pays d’origine et son espoir de trouver la liberté aux Etats-Unis, faisant de ce pays un modèle pour les Allemand-e-s. Le constat qu’elle fait cependant, au milieu des sifflets et des cris qui interrompent son discours, est que la liberté de parole n’était au final pas respectée aux Etats-Unis. L’autre aspect est que, malgré l’investissement d’Anneke dans le mouvement américain pour les droits des femmes, il fut souvent réduit à celui d’une Allemande qui s’adressait en priorité aux immigré-e-s allemand-e-s afin de les mobiliser et de les éduquer sur la question des droits des femmes.

 

Conclusion

De fait, les « 48ers » renversèrent le regard américain évoqué au début de ce texte, en pointant les incohérences, les limites, et parfois le conservatisme du modèle mais aussi du féminisme américains : un féminisme lié à certains autres mouvements perçus comme conservateurs, comme le mouvement pour la tempérance ; un féminisme centré en grande partie sur le droit de vote des femmes, dont la centralité renvoie à un paradoxe qui remet en cause sa radicalité – celui de la demande d’une citoyenneté entière des femmes qui se construisit également, notamment après la Guerre de Sécession en opposition avec d’autres groupes, comme les Noirs et les immigrés.

 

 

Bibliographie sélective

ANDERSON, Bonnie, Joyous Greetings: The First International Women’s Movement, 1830-1860, New York: Oxford UP, 2000.

ANDERSON, Bonnie, “The Lid Comes off: International Radical Feminism and the Revolutions of 1848,” NWSA Journal, Vol. 10, No. 2 (Summer, 1998), pp. 1-12.

BOUCHARD, Gérard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Éditions du Boréal, 2001.

COVA, Anna, dir., Histoire comparée des femmes : nouvelles approches, ENS éditions : 2009.

GINZBERG, “Re-Viewing the First Wave,” Feminist Studies, Vol. 28, No. 2 (Summer, 2002), pp. 418-434.

LERNER, Gerda, The Creation of Feminist Consciousness: From the Middle Ages to Eighteen-Seventy, Oxford: Oxford University Press, 1993.

OFFEN, Karen M., European Feminisms 1700-1950: A Political History, Palo Alto, Stanford UP, 2000.

Report of the International council of women, assembled by the National woman suffrage association, Washington, D.C., U. S. of America, March 25 to April 1, 1888, Washington, D.C., R.H. Darby, 1888.

RUPP, Leila J., “Constructing Internationalism: The Case of Transnational Women’s Organizations, 1888-1945,” The American Historical Review, Vol. 99, No. 5 (Dec., 1994), pp. 1571-1600.

RUPP, Leila J., “Sexuality and Politics in the Early Twentieth Century: The Case of the International Women’s Movement,” Feminist Studies, Vol. 23, No. 3 (Autumn, 1997), p. 577-605.

D’un univers culturel à l’autre : La culture populaire dans le regard des autobiographes allemands du XVIIIe siècle

Date : 17 et 18 février 2012

Lieu : université de Lyon 2

Organisateurs : Wolfgang Fink (Lyon II), Françoise Knopper (Toulouse II)

Programme : La dichotomie entre savoirs des élites et cultures populaires dans les pays de langue allemande (1740-1795)

Dans le cadre d’un programme de formation-recherche CIERA, M. Wolfgang Fink (Lyon II) et Mme Françoise Knopper (Toulouse II) ont co-organisé à l’amphithéâtre Benveniste de l’Université de Lyon II ces vendredi 17 et samedi 18 février 2012 un colloque sur le thème de « la représentation du peuple dans les récits autobiographiques du XVIIème et XVIIIème siècle ». Etaient aussi présents Mme Marie- Renée Diot (Amiens), Mme Geneviève Espagne (Amiens), Mme Anne Lagny  (ENS Lyon), Mlle Pauline Landois (doctorante, Toulouse 2), Mme Aline Le Berre (Limoges), M. Fabrice Malkani (Lyon II), M. Thomas Nicklas (Reims) et Mme Marie-Hélène Quéval (Le Mans), et des étudiants de Master. Nous regrettons l’absence imprévue de M. Joseph Gaigl (doctorant de Jena), ainsi que celle de M. Thomas Bremer de l’université de Halle.
W. Fink a rappelé que ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un projet qui a pour objet de recherches la dichotomie entre savoir des élites et culture populaire au XVIIIème siècle. Il a annoncé la parution prochaine du premier volume d’une nouvelle collection bilingue aux éditions universitaires de Halle : Wissensdiskurse im 17. und 18. Jahrhundert / Discours et Savoirs au XVIIème et XVIIIème siècle. Ce premier opus devrait s’intituler « Autorité, Foi, Perception – Culture populaire » / « Glaubensformern zwischen Volk und Eliten ». Au cours des précédents colloques et journées d’études, il était en effet apparu que le terme de « piété populaire » ou Volksfrömmigkeit a été forgé par les élites des Lumières : la Volksaufklärung a attribué au peuple des croyances – comme celle au diable – dont les élites s’étaient débarrassées dans le dernier tiers du XVIIIème siècle, construisant ainsi un adversaire dans le but de mieux le combattre et, sans doute, mieux se rassurer sur son propre sort. M. Fink a de plus souligné l’influence profonde de l’émergence du libéralisme d’Adam Smith : la richesse des nations étant désormais fondée sur le travail manuel et la transformation de la matière, il est donc nécessaire de revoir tous les fondements de la société, en abandonnant la démarche caméraliste. La thèse que W. Fink a résumée en ce début de colloque consiste à postuler que la découverte des masses laborieuses au cours du XVIIIème siècle a entraîné la nécessité de rationaliser certaines croyances et certaines cultures. Mais existe-t-il une telle culture populaire ? Comment se coordonne-t-telle avec l’Aufklärung ? Ces questions sont envisagées ici à partir de témoignages autobiographiques, dont les intervenants ont tâché d’analyser l’authenticité du discours.

I- Fabrice Malkani (Lyon) : Friedrich Breckling

Fabrice MALKANI a profité de la récente publication, en 2005 chez Niemeyer, d’un manuscrit de Friedrich Breckling, intitulé a posteriori Autobiographie : Ein frühneuzeitliches Ego-Dokument im Spannungsfeld von Spiritualismus, radikalem Pietismus und Theosophie par l’éditeur Johann Anselm Steiger, pour s’intéresser à ce fils de pasteur né en 1629 et mort en 1711, dont le nom apparaissait déjà dans l’ouvrage consacré par Bernard Gorceix aux mystiques, Flambée et agonie. Friedrich Breckling a vécu à la charnière des XVIIème et XVIIIème siècles, entretenu une correspondance avec Johann Gichtel, rédigé plus d’une cinquantaine d’ouvrages et transmis en 1688 une liste de « témoins de la vérité » à Gottlieb Arnold intitulée Unparteiische Kirchen- und Ketzergeschichten, qui contient des biographies de mystiques assorties de nuances de valeurs de la part de son auteur. Friedrich Breckling est donc à la croisée des différents réseaux de sociabilité ainsi que de critiques religieuses de son époque.
Le texte de son autobiographie se présente sous la forme de douze folios, conservés jusqu’à aujourd’hui à la bibliothèque de Gotha à Erfurt, où ils ont fait l’objet d’une exposition en 2011. Il s’agit d’un texte hybride, à la fois journal intime, carnet d’adresses et témoignage de l’arrière-plan historique et social dans lequel il a été conçu. Toutefois, il ne s’agit pas d’un texte didactique, comme peuvent l’être les autobiographies mystiques, mais d’un texte purement factuel, proche de la chronique, où l’auteur juxtapose néanmoins l’écriture de soi et du monde. En ce sens, il apparaît comme typique des débuts de l’autobiographie au XVIIIème siècle. Il y est aussi bien fait allusion aux évènements historiques, sociaux et religieux du moment, sans oublier de prendre en compte le développement du savoir scientifique, particulièrement dans le domaine astronomique, mais il devient également le cadre d’une critique des autorités religieuses et temporelles, ainsi que des relations sociales.
Friedrich Breckling appartient à l’élite culturelle de Flensburg (Schleswig). Poussé par son père, pasteur, dont la conception de la piété est proche de celle de Arndt, ce qui lui valut le surnom de « Fénelon de la Réforme », il poursuit de très longues études de théologie, au cours desquelles il voyage beaucoup et entre en contact avec des érudits, théologiens, philosophes, et représentants de l’orthodoxie luthérienne. Sa rencontre des mystiques à l’occasion d’une visite d’études à Hambourg en 1654 bouleverse sa conception de l’existence. Devenu pasteur, il s’engage alors au sein d’un réseau mystique de critique de la théologie luthérienne et devient un des représentants du millénarisme et du spiritualisme radical de la fin du XVIIème siècle. En 1660, il  publie Speculum […] Pastorum, son premier pamphlet contre la Mauerkirche luthérienne, à qui il reproche un manque de piété individuelle. Cette critique lui vaut d’être destitué de son poste. Il émigre donc à Amsterdam, avant de devenir pasteur à Zwolle, où il se marie en 1667, avant de déménager pour la Haye. Dans ces trois villes, qui sont trois centres importants de publications et de critique du luthéranisme, Friedrich Breckling poursuit dans sa chronique la critique d’une Eglise décadente qui se serait détournée de la loi de Dieu, et cela avec le soutien de P. J. Spener, le père du Piétisme. Ce texte est dépourvu de toutes contraintes, puisque Friedrich Breckling ne semblait pas le destiner à la publication.
C’est aux Pays-Bas qu’il a l’idée de rédiger une Histoire de l’Eglise en inversant les paradigmes de l’époque : les martyrisés par l’Eglise y seraient considérés comme les vrais témoins du Christ. Les représentants de cette wahre Geisteskirche – en opposition à la Mauerkirche luthérienne – agissent nécessairement par subversion et se désignent comme les « Partisans du Royaume de Dieu ». On voit donc se superposer dans ce texte une microstructure biographique et une macrostructure historique, où se juxtaposent des éléments factuels et des critiques à caractère eschatologique et apocalyptique. On notera ainsi les nombreuses références au climat et aux intempéries – qui ont fourni à la recherche climatologique de nombreux éléments d’analyse – qui semblent considérés comme les signes annonciateurs du « règne de mille ans ». On notera par exemple la juxtaposition d’une catastrophe naturelle et de l’invasion turque à Candie, ce qui suggère l’annonce de la fin des temps dans les caprices du climat : « Den 10. Octobris ist eine grosse Wasserfluth gewesen. Candia ist von Turken erobert.“ Parfois, Friedrich Breckling va même jusqu’à juxtaposer à de telle prophéties millénaristes d’autres signes physiques annonciateurs qui dénotent également l’intérêt scientifique de l’auteur et du développement du savoir scientifique à l’époque. Les passages de comètes sont ainsi systématiquement relevés.
Ce texte hybride met donc en lumière la genèse du genre autobiographique : la posture religieuse non-conformiste de son auteur y apparaît comme le témoignage d’une affirmation de soi. Cette présentation d’un itinéraire individuel relève de l’ « intersubjectivité » puisqu’elle dénote la volonté d’une émancipation par rapport à la contingence des éléments auxquels l’auteur cherche à donner une cohérence. Ainsi les remarques sur le climat sont-elles un moyen de déceler dans la météorologie les signes annonciateurs de la fin des temps. Une lecture plus attentive pourrait sans doute permettre d’étudier si et dans quelle mesure ce texte recèle une écriture chiffrée. Il apparaît toutefois évident qu’il représente un moment charnière où se juxtaposent la volonté de fixer le récit d’une vie, des éléments factuels de critique sociale et religieuse ainsi que des éléments piétistes, appartenant à une culture populaire dont l’élite ne s’est pas encore tout à fait défaite en ce début de XVIIIème siècle.

La discussion a porté sur la genèse de cette chronique, sans pouvoir apporter de réponse définitive. Il semble en effet difficile de justifier pourquoi et quand Friedrich Breckling en a entrepris la rédaction, ni pourquoi il ne l’a jamais publiée. T. Nicklas suggère que l’on pourrait envisager ce récit comme exemplaire d’une vie de « bon chrétien », mais Fabrice Malkani soulève alors le désintérêt d’un tel exemple s’il reste inédit. A moins que Friedrich Breckling n’ait pas pu, pour une raison ou une autre, le publier, ce qui reste à étudier. F. Knopper, quant à elle, suggère d’y voir un texte destiné à la méditation personelle.
W. Fink suggère également que ce texte semble encourager à avancer la date du début des Lumières. Or, Fabrice Malkani rappelle que tout chez Friedrich Breckling reste lié à la religion. Il s’agirait donc d’analyser dans quelle mesure se met en place chez lui une écriture laïque. A. Lagny rappelle en effet l’importance des « matrices », des prismes dans les représentations de l’époque. La structure de l’autobiographie n’étant pas encore séparée de celle de la chronique, c’est bien par le développement des éléments des dernières que devient possible l’émergence du moi.

II- Anne Lagny  (ENS Lyon)    Adam Bernd entre explication religieuse et naturaliste

Anne LAGNY s’est attachée à étudier le dilemme entre explication religieuse et explication scientifique des phénomènes de superstition dans l’autobiographie d’Adam Bernd, Eigene Lebensbeschreibung [1738]. Adam Bernd est né en 1676 à Breslau et mort en 1748. De confession luthérienne en plein cœur de la Silésie catholique, il reste peu influencé par les conceptions physiques modernes, malgré des études à Leipzig qui lui assurent un premier poste de pasteur à Breslau. Suite à « l’affaire Melodius », il est destitué de son poste. C’est dix ans plus tard qu’il publie son autobiographie, qui intéressera particulièrement la génération suivante dans le cadre d’études sur la mélancolie, le rapport de l’âme et du corps et les maladies de l’âme. Herder le cite ainsi en 1786, parmi Pétrarque et d’autres grands noms, comme un des représentants des grands descripteurs de l’âme humaine. De même, Karl Friedrich Pockels (éditeur du Magazin zur Erfahrungskunde durant le voyage de Karl Philipp Moritz en Italie) en 1787, dans la section « Seelenkrankheiten » du Magazin, considère que le texte d’Adam Bernd charrie des éléments de superstition qu’il convient d’épurer, tels que la représentation du diable. Le projet de Bernd, comme en témoigne la dédicace de l’ouvrage, se situe en effet à la charnière entre une explication religieuse et une explication psychologico-scientifique de ces phénomènes, qui ne coïncide pas encore avec la manière dont l’Homme encore profondément religieux vit ses expériences.
A. Lagny rappelle qu’à une époque d’hésitation entre justification religieuse et scientifique, la religion n’est en effet plus une explication suffisante pour un public savant. Mais il s’agit chez Adam Bernd d’une tentative d’articuler les différents plans de l’expérience, sans que la religion s’efface pour autant progressivement au profit de la science. Le dilemme demeure. Dans ce cadre, la démarche autobiographique est à proprement parler plus spirituelle : pour se penser, s’écrire, on a besoin de recourir à des modèles religieux auxquels les progrès scientifiques encourageraient à ne plus adhérer totalement. Malgré cela, en valorisant l’expérience sensible comme condition de la valorisation de l’expérience populaire, Adam Bernd nous donne des aperçus de la pratique ordinaire et des superstitions populaires, en partie grâce à l’évocation d’éléments de son enfance.
A. Lagny souligne l’opposition entre les conceptions religieuses des deux parents de l’auteur. Si sa mère apparaît comme une figure de la subordination aux autorités religieuses et de l’adhésion non-critique aux superstitions, et comme une figure caractéristique d’un rigorisme « pré-piétiste », son père maraîcher, lui, semble plutôt témoigner d’un « indifférentisme » et d’une conception de la religion basée sur la tolérance comme fruit de l’expérience humaine et des rencontres. Fréquentant les auberges, lieu de passage et d’échanges, y compris entre libres penseurs, il condamne l’antijudaïsme de la mère. L’autobiographie de Bernd permet donc de prendre en compte un arrière-plan général de piété populaire, où la liturgie domestique et les cantiques – transmis par sa mère – jouent un grand rôle, ainsi que le développement d’une opinion publique en dehors de la sphère d’influence des pasteurs. En effet, malgré ces études, Bernd ne rompt pas les liens qui le rattachent à ses origines modestes et garde une certaine distance critique par rapport aux discours érudits de l’époque. A. Lagny rappelle que l’explication naturelle des évènements historiques, sociaux ou météorologiques s’impose en effet rarement à la conscience populaire. Ainsi Adam Bernd donne-t-il les deux explications en laissant son lecteur libre de choisir celle qui lui convient le mieux. Il évoque par exemple l’action des prédicateurs en temps de crise, note ses confrontations – et celles du peuple – à la magie, aux maladies, aux rêves prémonitoires et enregistre tout ce qui est notable ou curieux, éléments qu’il désigne par les termes de « hasard » ou d’ « aventure ».
L’ « épisode des poux » illustre à merveille l’attitude de l’auteur. Bernd rapporte comment une vieille mendiante a un jour frappé à la porte du foyer familial pour demander l’aumône et l’hébergement, avant de quitter les lieux en proférant des menaces contre la famille suite à la réaction de rejet de la mère et des enfants. A la suite de cet évènement, la maison aurait été infestée de poux pendant des années. Adam Bernd apporte un grand soin à la reconstitution des faits, y compris dans la représentation du corps malade et de l’expérience de l’infection. Dans cette description écrite après sa destitution de son poste de pasteur, le pou devient donc le symbole psychologique de la future destinée de l’auteur « réprouvé ». La mère, elle, incarne l’interprétation superstitieuse, voyant dans les poux un châtiment divin pour ceux de la famille qui avaient péché en refusant la charité à la vieille. Précisons, en effet, que seul le père, qui s’était montré indulgent avec la mendiante et avait encouragé sa famille à se montrer charitable, est épargné par le fléau. Et A. Lagny de préciser que c’est tout naturellement cette interprétation qui s’impose alors dans la famille, qui voit dans la vieille une sorcière responsable de leur malheur. Mais A. Lagny a également mis en exergue un autre niveau de lecture dans l’écriture rétroactive de Bernd, puisque celui-ci précise que « nach [seinem] jetzigen Erkenntnis » – après ses études donc -, il lui semble peu  probable que Satan soit plus puissant que Dieu et qu’une telle explication soit plausible. Il suggère donc également un élément d’explication naturelle, mais n’en fait pas moins droit à toutes les pistes. Bernd inscrit ainsi cet épisode dans le cadre des expériences curieuses qui résistent à toute explication. Son autobiographie est à considérer comme le « laboratoire de sa perplexité », où Bernd met en évidence les différentes strates de son discours.
En ce sens, il est représentatif de son époque, entre continuité et rupture, époque dans laquelle cohabitent plusieurs modèles sans que l’individu ressente le besoin d’en évacuer aucun. La dichotomie du cœur et de la raison semble, selon A. Lagny, cohabiter chez Bernd. Toutefois, il ne vit pas « bien » : hypocondriaque, il endure les tourments du corps et de l’âme. Si l’explication naturelle par la maladie lui permet aussi d’amoindrir le sentiment de culpabilité qui le ronge suite au péché commis, la religion lui apporte la certitude du pardon de Dieu et de son salut. A. Lagny souligne enfin ce paradoxe du luthérien Bernd – et de son époque – qui consisterait, finalement, à préférer le modèle du pécheur dans sa relation personnelle avec Dieu, pour conserver un sens à son existence individuelle. A. Lagny rappelle encore que chez K. P. Moritz également, le modèle rationaliste n’apporte pas forcément non plus de réponses aux questions existentielles d’Anton Reiser et que le modèle wolffien, bien que satisfaisant pour l’esprit, ne l’est pas pour autant pour l’individu.

La discussion a porté sur la question du manque, à cette époque charnière, d’une véritable sécularisation des sentiments, ainsi que sur le rapport d’Adam Bernd à l’enfance. A. Lagny précise qu’à la différence de Moritz, chez qui l’enfance est vue par le foyer d’une conscience individuelle psychologique, Bernd en reste au stade de la remémoration d’évènements passés et des traces qu’ils ont laissées en lui.

III- Pauline Landois (Toulouse)     Le témoignage d’un artisan allemand : Samuel Klenner

Pauline LANDOIS, doctorante à l’Université Toulouse II- Le Mirail, s’est intéressée au témoignage d’un artisan allemand, Samuel Klenner, né en 1702 dans une famille aisée de Silésie. Fils d’un maître-tanneur, il entreprend son tour de compagnonnage de 1720 à 1724, qu’il relate dans son autobiographie publiée en 1751 par David Siegert à Liegnitz. Pauline Landois souligne que Samuel Klenner appartient au même milieu artisan que Karl Philipp Moritz, tout en problématisant cette notion. Si le milieu artisan apparaît en effet comme un univers rude et modeste, ce modèle est peu à peu remis en cause au cours du XVIIIème siècle. Samuel Klenner ne se considère en effet pas comme un membre du peuple mais bien comme un compagnon, fier de sa culture et de sa formation. En tant que tel, il apparaît donc à l’interface entre élites et cultures populaires de son temps.
P. Landois s’est d’abord attachée à étudier dans quelle mesure Samuel Klenner pouvait être un représentant potentiel d’une culture populaire. S’appuyant sur les travaux de Peter Burke, elle a montré comment Samuel Klenner remplit les trois caractéristiques des cultures populaires fixées par cet historien, lequel a repris les catégories de Herder et des frères Grimm. Samuel Klenner, en tant qu’héritier d’une longue tradition familiale d’artisanat, serait en effet bien un représentant du « primitivisme » des cultures populaires. Le peu d’occurrences du « je » dans son texte, passée la présentation sommaire de sa vie et de son origine en introduction, témoigne de sa volonté de parler en tant que représentant du milieu des compagnons, se différenciant ainsi également des élites. Il incarnerait également le « purisme » de toute culture populaire mis en évidence par P. Burke. La préface de l’éditeur contient des expressions en latin, ce qui semble destiner cette autobiographie à un public érudit, et non pas exclusivement à un public populaire, contrairement à l’utilisation qu’en feront plus tard d’autres commentateurs. Comme par exemple W. Fischer qui cite Klenner dans son ouvrage Quellen zur deutschen Geschichte des Handwerks paru en 1957 comme étant d’origine modeste – l’opposant ainsi à Jung Stilling et à K. P. Moritz – car il souhaite privilégier ces écritures « naïves », plus aptes, selon lui, à donner accès à une authenticité populaire. J. Amelang, lui, n’hésite pas à le qualifier d’autobiographe populaire, précisant que l’adjectif « populaire » recoupe, dans son ouvrage The Flight of Icarus (1998), le peuple (situé juste en-dessous des familles régnantes et de la noblesse) et la plèbe.
Or, P. Landois rappelle les raisons qui poussent Samuel Klenner à ne pas se considérer comme un membre du peuple. Elle précise que l’artisanat au XVIIIème devient peu à peu un monde fermé, où l’appartenance au milieu des artisans dès la naissance et une fortune suffisante à son installation future sont indispensables à tout prétendant au titre de maître ; ce milieu n’est donc pas si modeste que cela. De plus, le métier de maître-tanneur, à la différence des bourreaux et autres fossoyeurs, est considéré comme honnête (« ehrlich »). En tant que fils de maître, Klenner a accès à un certain nombre de privilèges, comme celui d’une formation solide. C’est sans nul doute en ce sens qu’il faut interpréter le soin particulier avec lequel Samuel Klenner s’applique dès le début de son autobiographie à souligner sa formation scolaire, qui comprend même l’apprentissage du latin, lui ouvrant ainsi éventuellement les portes d’une culture de l’élite. En revanche, il ne s’intéresse pas aux gens du peuple qu’il côtoie au cours de son « tour » et les nomme globalement « Bevölkerung », « Volk », « Leute ». Il évoque toutefois des scènes considérées comme curieuses, tels que des habitants prenant leur repas dans la rue en Hongrie ou les « 18000 » prostituées vénitiennes caractéristiques, selon lui, d’un  laxisme moral vénitien, qui le surprend autant qu’il le choque et le pousse à vouloir se distinguer à tout prix de telles mœurs malhonnêtes.
C’est donc sa propre culture de compagnon que Samuel Klenner cherche à défendre. Il n’appartient ni à une culture populaire, ni à celle des élites. C’est sans doute cette difficulté identitaire qui l’a poussé à faire publier en 1751 ses notes retravaillées, alors même que la plupart des autres autobiographies de compagnons dont disposent les chercheurs à l’heure actuelle n’ont fait l’objet que de publications posthumes. Ce choix r témoigne d’une volonté de représenter et faire connaître sa culture, entreprise justifiée par l’effort statistique et factuel dont Klenner y fait preuve pour rapporter les évènements et éléments qu’il décrit. Il met ainsi en avant la spécificité d’une culture artisanale qui apparaît, à la différence de la culture des élites, comme une « contre-culture conservatrice ». En effet, l’autobiographie de Samuel Klenner présente une certaine stéréotypie commune aux autres ouvrages rédigés par des compagnons. Il s’agit d’un guide de voyages à usage de ses pairs, bien que l’usage – modéré comme le souligne P. Landois – de la première personne du singulier représente un écart par rapport à cette tradition. Samuel Klenner cherche donc, pour justifier sa démarche, à être plus précis que la plupart des autres témoignages de compagnons de la même époque.
P. Landois conclut en disant que Samuel Klenner appartient à une culture populaire, si l’on entend par ce terme une culture différente de celle des élites. Toutefois, il se revendique également d’une culture spécifique, celle des compagnons qui, dans leur démarche professionnelle et par une certaine ascension sociale à l’intérieur même de leur milieu, favorise l’essor d’un pont entre culture populaire et culture des élites. C’est cette culture que Pauline Landois cherche actuellement à définir dans le cadre de sa thèse de doctorat à l’Université du Mirail, en associant au texte de Samuel Klenner d’autres récits de compagnons du XVIIIème siècle. Elle ajoute que le prisme du luthéranisme représente une des pistes de recherche qu’elle envisage, puisque les compagnons ont joué un rôle important dans la circulation de la Volksfrömmigkeit.
La discussion a d’abord porté sur la question de l’authenticité du texte, et sur la légitimité du recours à P. Burke dans cette analyse. Il a été précisé que la représentation de la ville de Venise chez Samuel Klenner constituait avant tout une condamnation morale de la ville et de l’aristocratie qui venait s’y distraire. La moralité apparaît donc bien comme un facteur d’identité chez Samuel Klenner – et sans doute chez les compagnons en général – qui revendique son appartenance au « Bürgerzunft » ainsi que son éducation religieuse et scolaire, tout en étant confronté, de par son statut permanent d’ « étranger », à un facteur de porosité culturelle qui favorise le questionnement identitaire. P. Landois ajoute que, à de fréquentes reprises, c’est moins la vie économique que la question de la confession des populations rencontrées qui fait l’objet d’une prise en compte systématique dans le texte de Klenner, lequel n’hésite parfois pas à faire des détours de plusieurs kilomètres ou à revenir en arrière pour trouver un village protestant où assister à l’office. Toutefois, les recherches en histoire culturelle se réjouiront sans doute de son intérêt pour la bière et le vin dans les territoires visités. Pauline Landois a également précisé que la connaissance du latin – que le compagnon silésien emploie pour tenter de communiquer avec les paysans des pays de langue romane tels que la Roumanie – distingue Samuel Klenner de certain de ses pairs à la naissance et à la carrière similaire. Néanmoins, si cette connaissance pourrait lui ouvrir les portes d’une culture plus élitiste, il semble accorder une grande confiance et une grande fierté à la culture de son milieu, dont il semble difficile de dire s’il voudrait réellement le quitter et si le statut d’ « intellectuel » aurait pour lui un véritable intérêt –aussi bien économique que social.

IV- Thomas Nicklas (Reims)         Hohenlohe und die Autobiographie des Götz v. Berlichingen

Thomas NICKLAS a ensuite fait un exposé sur la réception de l’autobiographie de Götz von Berlichingen, chevalier du XVIe siècle. Il a montré qu’au XVIIIe siècle, entre 1730 et 1793, la culture des élites, intellectuelles et sociales, a relayé l’histoire de Götz, et ce de telle sorte qu’elle a pu être réemployée au XIXe siècle, Götz devenant alors un héros national populaire, représentatif du patrimoine de la Renaissance germanique. Pour T. Nicklas, l’histoire de cette réception illustre la manière dont un sujet historique a pu être peu à peu adapté au goût du grand public et dont un membre de l’ancienne noblesse d’Empire a pu susciter finalement un consensus et servir à tous de référence, indépendamment de son milieu d’origine.
Les mémoires du chevalier ont fait l’objet de copies puis ont été imprimés en 1730 [1731] par Pistorius. On sait que Goethe mit en scène ce destin durant sa période Sturm und Drang, opérant un premier glissement de l’histoire de l’aristocratie à la culture populaire. Un autre élément, moins connu, est  la diffusion de l’autobiographie de Götz telle qu’elle a été assurée en 1793 par Carl Lang, rédacteur d’un Almanach prisé par des lecteurs appartenant à la noblesse. Enfin, la bourgeoisie libérale du XIXe siècle s’intéressera à son tour à Götz, par le biais des  rééditions de son autobiographie, et  surtout par la publication, en 1844, d’un Volksbuch par Ottmar F.H. Schönhuth.  Le chevalier devient ainsi un modèle de vertus germaniques, au détriment des considérations factuelles et sociales. Et ne faudrait-il pas trouver aussi un lien entre le « chancelier de fer » Bismarck et la « main de fer » de Götz ?
Ces rééditions successives illustrent différents paliers de l’intérêt porté par les lecteurs à l’autobiographie de Götz. Il y a eu d’une part un public de chevaliers d’Empire, attentifs à circonscrire leur propre histoire, leur identité, leur patrimoine. A preuve l’acquisition que fit Franziska von Berlichingen, en 1788, de la « main de fer » et le Stammbuch qu’elle fit signer par ses éminents visiteurs, à commencer par l’empereur d’Allemagne François II.
Cet intérêt d’ordre sociologique se doublait d’autre part de celui  des juristes  et historiens du droit qui, comme Pistorius, distinguaient Fehderecht (réservé aux chevaliers) et Faustrecht (pour les autres catégories). Au-delà de ces considérations techniques, l’enjeu était aussi la mise en place de notions qui conduiraient à ce que nous nommons « Etat de droit ». La discussion a de ce fait opposé les tenants d’un droit coutumier (tels que Justus Möser)  aux adeptes de réformes modernes (tels que le professeur J.S. Pütter de Göttingen. Ce dernier voyait dans l’histoire des chevaliers d’Empire la marque d’un retard civilisationnel, la survivance de facteurs entravant l’instauration d’un Etat moderne. Pour Möser et Herder au contraire, le Moyen Age représentait des vertus germaniques. A l’époque où Goethe réactualise l’histoire de Götz, ces querelles entre juristes commençaient à s’apaiser et ce sont d’autres perspectives que la littérature va ouvrir.
Parallèlement, le débat se politisait. Vers la fin des années 1770 et au début des années 1780, les frères Stadion, Johannes von Müller, Friedrich Karl Joseph von Erthal vont plaider en faveur d’un patriotisme d’Empire. Les deux jeunes Stadion, Johann Philipp et Friedrich Lothar, lisent l’autobiographie de Götz et louent les mérites d’une chevalerie qui, comme Götz, avait osé fronder et résister à l’Empereur, à l’instar des chanoines de nombreux chapitres. La liberté devenait une revendication émanant de la noblesse allemande.

La discussion a mis en évidence qu’en reconstituant ces divers paliers, on constate qu’il s’est produit non pas une rupture mais une mutation progressive  dans la réception des mémoires de Götz von Berlichingen, mutation qui a créé peu à peu un terrain favorable à l’appropriation généralisée du récit de Götz telle qu’elle s’effectuera plus tard au XIXe siècle.  En se référant à la chevalerie d’Empire, la culture des élites du XVIIIe siècle se manifestait certes sur le plan sociologique, juridique et historique. Mais, dès les années 1770, cette culture a été associée aux débats précédant la modernisation des institutions, que ce soit par le biais des querelles entre les juristes de Göttingen et les  tenants du droit coutumier ou par celui de la fronde de certains chanoines nobles contre l’ingérence de l’Empereur dans les chapitres. A cela s’ajouta le succès de deux supports textuels susceptibles d’élargir la diffusion de l’autobiographie de Götz : la pièce de Goethe et l’Almanach de Carl Lang.

V- Marie- Renée Diot (Amiens)    Transmission et transformation de l’héritage culturel chez Jung-Stilling

Marie-Renée DIOT choisit de mettre l’accent sur le monde paysan. Johann Heinrich Jung (1740-1817) fut tailleur, médecin (connu pour ses opérations de la cataracte) puis professeur de sciences camérales. Son séjour à Strasbourg où il étudie brièvement la médecine fut déterminant parce qu’il y  a rencontré Goethe et Herder. Dans Dichtung und Wahrheit, Goethe consacre quelques pages à Jung-Stilling. Conscient de la grande originalité du parcours de Jung-Stilling, Goethe l’avait en effet incité à écrire son autobiographie. Le premier tome du récit de vie de Jung-Stilling, paru anonymement, connaît un grand succès en 1777. Jung-Stilling adopta une visée religieuse face au rationalisme grandissant.
Trois éléments de l’autobiographie de Jung-Stilling sont étudiés par M.-R. Diot : la représentation de la vie paysanne ; la poésie populaire ; la vie religieuse.
Le grand-père de Jung-Stilling, Eberhard,  joue un rôle central. Il était paysan charbonnier, s’imposait comme chef de la maisonnée et avait une curiosité intellectuelle certaine.. La vie familiale était hiérarchisée, elle se reflétait dans l’ordre qui régnait autour de la table. La vie paysanne n’est pas idéalisée par Jung-Stilling. Les travaux agricoles sont durs, exigeants physiquement. Wilhelm, le père de Heinrich, est trop faible pour assumer ces tâches ingrates, tout comme sa femme. Il devient alors tailleur et maître d’école.
Eberhard est respecté dans la paroisse. Il est très déçu lorsque le pasteur refuse de manger à la table de paysans. Il lui rétorque qu’un prince passant par là avait, lui, accepté de manger à leur table. Eberhard est conscient de sa dignité, de la respectabilité de ses aïeux qui pour lui sont compatibles avec son statut de paysan.
Grâce à Eberhard, Heinrich a donc accès à une éducation qui passe par la conversation. Il reçoit une éducation morale, découvre notamment les Volksbücher. Il lit aussi des autobiographies piétistes telles que la Historie der Wiedergeborenen. Wilhelm a les mêmes idées que son père Eberhard concernant l’éducation des enfants, du moins dans un premier temps. Il encourage le contact avec la culture populaire avec la lecture de Mélusine. L’église offre aussi de nombreuses opportunités culturelles à travers les cantiques, l’accès à la musique. Heinrich. se distingue des paysans par son goût pour l’orgue, par le fait qu’il est aussi moins superstitieux.
Heinrich évoque des objets présents dans la maison familiale, souvent qualifiés par l’adjectif « schön ». Il garde une mémoire de la vie paysanne. Les traditions familiales se trouvent bousculées à la mort de Eberhard quand un de ses gendres et non un de ses fils reprend l’exploitation, introduisant un nouvel esprit. Cette transformation équivaut à un désir d’argent « ängstliche Begierde nach Geld », une forme d’avidité.
La poésie de Jung-Stilling est simple, populaire. Il livre le trésor de son enfance sous la forme d’ornement. Dans son propre commentaire, Jung-Stilling affirme d’abord qu’il se conforme à la réalité dans le but de plaire à Goethe et Herder. Il est ravi de constater qu’après sa relecture, Goethe laisse les « ornements » que sont les récits légendaires et autres contes. Dans la première partie de l’autobiographie, ces ornements ont une place importante. Les différents récits repris par Jung-Stilling créent un réseau d’histoires reliées aux différents lieux  traversés. Ces histoires seront aussi reprises par les frères Grimm dans Deutsche Sagen, mais sans les allusions à la vie paysanne. Les récits émanent du peuple, des enfants (récits d’autant plus naïfs). Ils sont racontés dans la nature, à l’air libre et non dans le cadre de l’école. On trouve aussi d’autres récits sur des brigands qui relèvent davantage de l’épopée familiale. Jung-Stilling fixe ainsi la tradition orale relayée par Eberhard. On peut voir une certaine parenté entre les ballades de Jung-Stilling et celles de Herder.
Les histoires reprises par Jung-Stilling lui ont-elles vraiment été racontées ? L’auteur soutient que oui, mais souligne qu’il retravaille, réinvente cette poésie populaire. Il dispose pour cela d’une certaine légitimité puisqu’il est lui-même issu d’un milieu populaire. Resté proche de la nature, la lecture d’Homère lui procure un sentiment d’exaltation. Cette tradition populaire orale s’adresse à un public qui recherche de l’authenticité.
M.-R. Diot distingue un tournant dans le travail de Jung-Stilling. Sa position sociale devenue intenable, il se réfugie dans l’écriture. La singularité de son parcours s’oppose au collectif du populaire. La permanence du « ich » dans la poésie reflète l’affirmation du moi. L’autobiographie devient une biographie édifiante.
Jung-Stilling raconte en détails la rencontre entre son père Wilhelm et Niklas, un pasteur réformé sensible au piétisme des petites gens. Cette rencontre fut déterminante pour son père. Niklas est membre d’une communauté qui vit à part, calomniée par la population. Il fut emprisonné pour les critiques théologiques qu’il a formulées.  Pour Niklas, seul le message du Christ est nécessaire pour la vie de l’homme. Il s’appuie sur l’état psychologique de Wilhelm et prépare ainsi sa conversion. Wilhelm est convaincu par la beauté du discours de Niklas. La conversion de Wilhelm introduit une grande rigueur dans l’éducation de Heinrich. Il est tenu à l’écart des autres enfants. L’orthodoxie réformée est contestée par  la prise en compte du cœur. Par la suite, Heinrich rencontre d’autres groupes piétistes, notamment celui de Stollbein. Heinrich développe son esprit critique.
M.-R. Diot conclut en soulignant que l’autobiographie de Jung-Stilling nous montre que la raison et la sensibilité étaient aussi présentes dans la culture populaire.

Durant la discussion, il  a été souligné que cette autobiographie illustre très bien le fait que la culture populaire et la religion au XVIIIème siècle sont intrinsèquement associées. Le personnage d’Eberhard est conscient de sa culture, il rend Jung-Stilling capable d’assimiler des romans, des savoirs. Le paysan n’est insensible ni à la beauté, ni au désir de savoir. L’ascension sociale est voulue par Jung-Stilling qui a la sensation d’être appelé vers quelque chose de plus haut. Eberhard a une curiosité intellectuelle, une réflexion critique, une raison, une logique. Il considère par exemple que le mariage est aussi une question de sentiments. Dans cette autobiographie on retrouve l’affirmation culturelle des paysans, des couches populaires, de leurs valeurs. La physiocratie a joué un rôle important dans l’évolution sociale et culturelle du monde paysan.

VI- Aline Le Berre (Limoges)        La modestie de Bräker: entre feinte et sincérité

Aline LE BERRE s’est intéressée à l’autobiographie de Ulrich Bräker en la distinguant de l’entreprise peut-être moins distanciée et plus narcissique de Jean-Jacques Rousseau, précisant d’emblée que les raisons qui ont poussé Bräker à fixer l’histoire de sa vie semblent d’abord plus pieuses et plus altruistes, son texte étant dédié à ses enfants. Il camoufle ainsi l’individualisme en lui substituant une problématique familiale en introduisant un « nous » plutôt qu’un « je ». Aline Le Berre se demande dans quelle mesure cette modestie ne représente qu’une feinte, un masque d’homme simple et sans malice visant à s’assurer les faveurs du public.
Dans son texte, Bräker se revendique en effet d’origine modeste et met en exergue le caractère plébéien de sa généalogie tout en prétendant ne pas connaître ses ancêtres, empêchant ainsi toute tentative de vérification. Il insiste également sur la trivialité de son quotidien, chargeant par exemple le portrait violent et castrateur de son épouse, ce qui semble donc témoigner le désir de l’auteur de confronter son lecteur à la pénibilité du quotidien populaire. Aline Le Berre est tentée d’y voir également une tentative d’auto-victimisation traduisant le désir, égocentrique sans doute, de susciter la compassion sur soi.
Concédant que le jeu complexe avec la vérité est inhérent à toute autobiographie, Aline Le Berre note le mélange habile de louanges et d’autodénigrement mis en scène par l’auteur, qui se présente par exemple comme d’un abord difficile. Or, si même dans la tradition de l’examen de conscience piétiste, l’oscillation entre humilité et désir de susciter la compassion sur soi permet d’atteindre un équilibre entre narcissisme et affirmation de soi, A. Le Berre montre comment Bräker détourne ici l’humilité en moyen de propagande, en captatio benevolentiae adressée à son public. Ainsi s’efface-t-il, ou affecte-t-il de s’effacer, devant Jung-Stilling, mais dans le but de mieux le tourner à son avantage.
L’écriture devient donc un refuge intérieur, l’autobiographie une thérapie qui permet à Bräker de dépasser ses origines populaires. Car si l’écriture autobiographique lui ouvre la porte de la société des intellectuels, il a l’impression d’y être déplacé, ce qui suscite chez lui à la fois honte et fierté : sans appartenir totalement au milieu intellectuel, il a l’impression d’avoir trahi les siens. Cette expérience bouleverse donc sa sociabilité, le soumettant à l’exclusion et aux préjugés de son milieu d’origine. Sa femme analphabète par exemple, se montre plus retords que jamais à son égard, les banques lui refusent des prêts… Un tel rejet met en évidence le conservatisme des milieux populaires de l’époque qui, peut-être également par jalousie, stigmatise l’acquisition des savoirs. Ainsi l’humilité et la revendication des ses origines modestes chez Bräker semblent-elles témoigner de sa volonté de donner des gages aux pourfendeurs de son milieu d’origine. Son autobiographie serait donc un plaidoyer destiné à rassurer les siens.
A. Le Berre a donc démontré que Bräker est un homme à la fois sensible et scrupuleux mais aussi instable et velléitaire. Si la recherche de sincérité fait aussi le charme de son œuvre, la rédaction de son autobiographie le fait passer du statut d’homme du peuple à celui d’intellectuel, sans pour autant être totalement admis dans le « grand monde ». Cette ascension sociale avortée flatte certes son ego, mais provoque également en lui un malaise dû à un sentiment de culpabilité envers sa classe sociale d’origine. L’ambition de Bräker de se peindre en toute simplicité en tant qu’homme du peuple est donc également une tentative de se minimiser pour se justifier et être à nouveau admis par les siens.
La discussion a porté sur la question religieuse. A. Le Berre a fait remarquer que si Bräker ne présente pas à proprement parler une critique de la religion piétiste, il développe avec l’âge une forme de religion intérieure, s’adressant à Dieu dans un lyrisme pieux, presque sentimental, qui pourrait dévier vers une approche mystique de la religion.

VII- Marie-Hélène Quéval (Le Mans)     Ludwig Suhl

Fils de pasteur, Ludwig Suhl (1753-1819) est né à Lubeck. Il est un représentant des Lumières de la fin du siècle. Il fait ses études à Iéna et à Leipzig où il entre dans une loge franc-maçonnique. Lors de l’occupation napoléonienne, il devient juge de paix. Marie-Hélène QUEVAL rappelle que le destin de Ludwig Suhl est peu courant. Il pratique en effet une nouvelle pédagogie, est un bienfaiteur, un philanthrope qui enseigne aux enfants pauvres, et crée des écoles pour les enfants d’ouvriers et les jeunes filles (Industrieschulen et Mädchenschulen).
Ludwig Suhl est aussi écrivain, essayiste, journaliste. Il publie des articles dans le « Lübekischer Anzeiger ». En 1793, il fonde la Société de Bienfaisance (Gesellschaft zur Beförderung gemeinnütziger Tätigkeit) avec Christoph Adolph Overbeck qui fut maire de Lübeck.
M. H.  Quéval évoque dans un premier temps la carrière atypique de L. Suhl. Après ses études de théologie qu’il a faites à contrecœur pour satisfaire aux exigences de son père, il enseigne au lycée Sainte-Catherine de Lübeck. En 1783, il devient diacre puis archidiacre. Dix ans plus tard, il démissionne, prétextant des crises d’étouffement avant chaque prêche. En 1808, il entame des études de droit à Hambourg. Dans son autobiographie, Suhl évoque la Révolution française sans s’impliquer, il parle de « Frivolität ». Il parle peu de la présence française sauf pour dénoncer l’incertitude économique et sociale qui touche les plus défavorisés. Suhl souligne que la bataille de Lübeck (1806) a nui à ses finances et sa société. La position de Suhl est donc ambiguë puisqu’il perd ses activités mais devient juge de paix.
Le manuscrit de l’autobiographie a été trouvé dans le grenier du musée de la ville de Lübeck par Kammer. Il n’est publié qu’en 1989. L’intention autobiographique de Suhl est claire puisqu’il nomme son texte « Selbstbiographie ». Le manuscrit se présente sous forme de notes rapides, fragmentaires. Il n’y a pas de rédaction. Suhl écrit alors qu’il est retraité. Il fait le bilan d’une vie, emploie un ton serein. Le temps de rédaction est relativement court, seulement deux ans. Selon M. H.  Quéval, plusieurs intentions sous-tendent ce projet autobiographique. Suhl veut réfléchir sur sa vie, ce texte a ainsi une valeur testamentaire certaine. Il veut aussi répondre à la loge franc-maçonnique « Zur Weltkugel » dont la devise est « Connais-toi toi-même ». Son témoignage doit faire progresser les autres. Sans équivoque, il désigne son public, ce sont les frères de la loge, sa famille et les habitants de Lübeck.
Ce testament, qui s’ouvre sur un ton jovial, s’assombrit progressivement. Suhl fait des choix d’écriture  – voire pratique l’autocensure – lorsqu’il supprime certains passages aux raisonnements potentiellement dangereux pour des personnalités de Lübeck. Le moi est mis en scène. Il s’adresse à la postérité. De nombreux éléments traduisent la subjectivité de l’auteur ; ses doutes, certains détails,  ou encore l’omniprésence du « je ».
Suhl suit un schéma rousseauiste en quatre étapes : 1) L’enfance : fils unique d’un pasteur, sa voie est tracée par son père. Dans la veine des Lumières, l’expression devient un principe d’éducation, la violence et le communautarisme sont rejetés. L’autobiographie a un but pédagogique, elle doit donner un modèle aux lecteurs. 2) Les études : Suhl dénonce les méthodes qui sont selon lui dépassées et inefficaces. Sa critique du système scolaire est évidente. M. H.  Quéval y reconnaît le ton du réformateur, de celui qui fondera des écoles pratiques où le travail manuel côtoie le travail intellectuel. Suhl reconnaît avoir reçu une éducation bourgeoise, avoir eu une jeunesse insouciante. Il affronte maintenant avec les désordres du riche héritier. 3) La maturité : Suhl rencontre Pierre Bayle et découvre alors le doute philosophique en lisant le Dictionnaire historique et critique qu’il traduit. C’est son premier acte de révolte contre le père. Ses études sont difficiles mais il rencontre toute une ancienne génération de philosophes et théologiens (Donavius, Crusius). Il découvre Goethe, Wieland et Lessing. En 1793, il démissionne. Il écrit une réforme de la prédication, dans laquelle il propose notamment que les pasteurs aient une spécialité. Il se retrouve dans les idées des Lumières. L’éthique consiste à reconnaître son intérêt véritable en liaison avec l’intérêt commun. 4) Juge de paix : l’âge de l’engagement. L’introduction du code civil, la séparation de la justice et de l’administration (préfets), la paix religieuse, la tolérance, la liberté d’entreprendre sont autant de nouveautés apportées par Napoléon qu’il accueille favorablement. Mais on ton est critique lorsqu’il est nommé juge de paix. La fin de l’occupation ayant été terrible pour lui.
Il vit une crise morale et intellectuelle. Il dresse le bilan d’une vie mais aussi de la philosophie des Lumières. La société est mise au service du progrès social. Son autobiographie est le récit d’une émancipation.

Durant la discussion, il a a été souligné que césure de la Révolution touche autant l’homme public que l’homme privé. Suhl illustre l’attitude d’intellectuels allemands favorables aux réformes. A la question : la philanthropie était-elle assurée par la ville ou par une société privée ? il est répondu que les actions privées de Suhl étaient laïques, financées  par des dons et non par l’impôt même si Suhl  et Overbeck sont des hommes d’Etat. Suhl indique-t-il des références piétistes ? Non, la philanthropie de Suhl n’est pas liée au piétisme. L’éducation ne repose plus sur la lecture de la Bible. Suhl introduit de nouveaux courants d’éducation liant savoir manuel et savoir intellectuel.

VIII- Wolfgang Fink  (Lyon 2)    Außenseiter unterwegs: Carl Friedrich Bahrdt und Magister Laukhard

Wolfgang FINK untersuchte die Autobiographien von Carl Friedrich Bahrdt und Magister Laukhard, die beide sehr aktive intellektuelle Reisende gewesen sind und dadurch eine religiöse Emanzipation erlebt haben, die sie zu Soziologen „avant la lettre“ gemacht hat. Damit wollte W. Fink die Wirkung der Religion auf den Alltagsablauf studieren.
Zuerst stellte W. Fink die biographischen Gemeinsamkeiten zwischen den beiden Autobiographen vor. Beide erscheinen als Außenseiter – es  liefen sogar zahlreiche Gerüchte bezüglich  der Unmoralität Barhrdts –, beide stammen aus einer Pastorenfamilie, wurden als Theologen ausgebildet und haben kurz an der Universität unterrichtet. Allerdings unterschieden sie sich von einander in Religionsfragen, da Bahrdt zum Deismus und Laukhard zum Atheismus zu neigen schienen. Laukhard war übrigens Student von Bahrdt in Gießen, und zwar in der Zeit, wo Bahrdt sich gerade von der Orthodoxie löste. Was ihre politische Entwicklung angeht, bekannte sich Laukhard zu den Ideen der Französischen Revolution und der Sansculotten und entdeckte die Freimaurerei. Seiner Kritik an Wöllner zufolge kam er ins Gefängnis. Deswegen erinnerte W. Fink auch an die Wichtigkeit der soziologischen Komponente in seiner Problematik. Selbst wenn Bahrdt und Laukhard den Sozialisationsmodus der kulturellen Elite durchlaufen, stellt soziologisch gesehen das Bürgertum im 18. Jahrhundert keine eindeutige Kategorie dar, so dass die Frage legitim erscheint, ob die Kultur des Bürgertums und der Elite eindeutig von der Volkskultur getrennt ist.
Die Analyse der Darstellung der Erfahrung und des Umgangs mit dem Aberglauben in den beiden Biographien kann in diesem Fall sehr erleuchtend sein. Beide Biographen betrachten den Aberglauben als das am meisten verbreitete Übel. Schon der Vater Laukhards zeichnete sich unter den anderen lutherischen Predigern aus, indem er im Gegensatz zur Mehrheit nicht an Hexen und Teufel glaubte. Durch den Einfluss Spinozas auf den Vater ist sogar der Sohn zum Atheisten geworden. Im Gegenteil ist Bahrdt abergläubisch, aber das Scheitern einer Geisterbeschwörung („Höllenzwang“) erlebt er als ernüchternde Erfahrung und als Wendepunkt, sodass seine Autobiographie als eine Art Selbstinszenierung im Rahmen der theologischen Entwicklung der Aufklärung in Deutschland erscheint. Die Neigung zum Aberglauben hängt also weder von der sozialen Herkunft noch von dem sozialen Status ab: die Unfähigkeit zur rationalen Analyse und das Fehlen jeglicher kultureller Sensibilität scheinen zum Fanatismus und Aberglauben zu führen.
Die Deutung des Aberglaubens in den beiden Texten scheint die beiden Autoren immer noch zu verbinden. Beide erkennen nämlich den Aberglauben als langfristige Konsequenz der kindlichen Fantasie, die durch Erfahrung, Lektüre trivialer Literatur und Erziehung verstärkt werde. Bahrdt und Laukhard betrachten die Erziehung als eine bloße Einführung in die lutherische Orthodoxie mit ihrer Schar von Wundern, Teufeln… An der Universität, seiner zweiten Sozialisierungsinstanz, besucht der junge Bahrdt den Unterricht von Crusius, den er als „irrationale Verkettungen“ bezeichnet. Da fängt er an, seine Kritik  an den Dogmen – u.a. an der Dreieinigkeit – und eine empirische Widerlegung der lutherischen Orthodoxie zu entwickeln.
In ihrer Analyse der Konsequenzen des von der Orthodoxie verbreiteten Aberglaubens unterscheiden sich jedoch die beiden Autobiographen voneinander. Bahrdt denkt, dieser Aberglaube habe dramatische Konsequenzen im wirtschaftlichen Bereich. Das Individuum fühlte sich von einer höheren Kraft berufen, was bei ihm die Angst, verlassen zu werden, auslöste. Bei Laukhard erscheint die Argumentation politischer und knüpft mehr an das Alltagsleben an. Die zu orthodoxe Einstellung und die mangelnde intellektuelle Flexibilität der Pfarrer werden angeprangert.
Schließlich stellte W. Fink den Versuch einer Einordnung vor. Laukhard und Bahrdt erscheinen als Kinder ihrer Zeit, da sie utilitaristische Absichten hegen. Sie korrigieren aber die Berliner Spätaufklärung um Nicolai, der die Regression in die katholische Orthodoxie befürchtet und bekämpft, während  Laukhard und Bahrdt sich und das Volk aus der Geisterwelt der Orthodoxie zu emanzipieren versuchen. Da der Aberglaube nicht das Eigentum der Volkskultur ist, appellieren sie an eine andere Erziehung des Volkes durch eine Reform der Ausbildung der Pfarrer und Lehrer, um diese Defizite langfristig zu mindern. Denn wenn der Aberglaube die Folge der kindlichen Fantasie sei, dann müsse die Fantasie domestiziert werden, im Gegensatz zur Religion, die bisher die Fantasie erregt habe. Insofern kritisieren Laukhard und Bahrdt die Orthodoxie in ihrer jeweiligen Autobiographie, die als Spiegelbild einer gescheiterten Aufklärung erscheint.

IX – Geneviève Espagne (Amiens)     Roman  d’une vie : un maître d’école vu par Jean Paul

Geneviève ESPAGNE a abordé la problématique de ce colloque sous un angle quelque peu différent, puisqu’elle s’est intéressée à la représentation littéraire du peuple dans La Vie de Wutz de Jean Paul, œuvre qui n’est pas à proprement parler autobiographique, mais qui  comporte un certain nombre d’éléments tirés de la vie  de son auteur. Celui-ci a d’ailleurs rédigé de 1818 à 1819 une Selberlebensbeschreibung d’une cinquantaine de pages, restée fragmentaire et jamais publiée, sans doute en raison du foisonnement de cahiers d’extraits rédigés par Jean Paul, dont c’est finalement l’œuvre tout entière qui constitue l’écriture de sa vie.
La Vie de Wutz, rédigé en quelques semaines en 1791 après des années d’écriture de satires, représente un tournant dans l’œuvre de Jean Paul. On note une certaine intimité entre le personnage de Wutz et son auteur, tous deux fils de pasteur et maîtres d’école, issus d’un milieu social pauvre et exigu, ce qui n’empêche pas Jean Paul de placer dès le sous-titre son roman sous le signe d’ « une sorte d’idylle ».
Est d’abord brièvement rappelée l’histoire du genre au XVIIIème, où la duplicité originelle de l’idylle, à la fois réaliste chez Théocrite et idéaliste chez Virgile, est réactivée par l’essor de la bourgeoisie après un épanouissement de l’idylle idéaliste dans l’Europe renaissante. Ainsi Gessner utilise-t-il par exemple le mythe de l’Age d’Or dans une visée réaliste. Si Voss est considéré comme le père de l’idylle moderne, elle n’en reste pas moins chez lui liée à l’espace-temps mythique et éloigné de l’Antiquité, alors que Jean Paul incorpore le genre de l’idylle comme « Nebenblüte » (fleur secondaire) au roman moderne à visée généralisatrice. Chez Jean Paul, l’idylle et la satire se heurtent dans le texte-même du roman, qui se fait le reflet du développement de la sphère subjective, de la découverte de l’individu de son espace intérieur. Mais le bonheur est-il vécu ou bien n’est-ce qu’une simple illusion, un rêve ? G.  Espagne s’interroge sur la possibilité de considérer l’idéalisation des joies domestiques et l’hédonisme wutzien comme la modernisation de l’idée de pauvreté heureuse chez Jean Paul.
L’enfant Wutz apparaît en effet en constante recherche des plaisirs sensuels : c’est un hédoniste, qui s’attache aux détails tels que le « déshabillé » des jambes féminines, Jean Paul faisant allusion, par ce terme en français dans le texte, à la culture hédoniste à la française de cette époque. De plus, la description de l’enfance de Wutz abonde d’images de la miniature et du « plaisir d’habiter », traduisant ainsi cette découverte par l’enfance d’un espace intérieur agréable, d’un bonheur infini dans la limitation (« Vollglück in der Beschränkung »). G. Espagne souligne que c’est cette dialectique de la minimisation qui amène Wutz au bonheur : plus l’espace extérieur se réduit, puis le « moi » a d’espace intérieur pour « gonfler » : « Wutz war immer eitel. », écrit Jean Paul. La jouissance se nourrit donc chez Wutz d’un jeu sur les dimensions qui dépend autant des sens que de l’imagination, qui amène à l’extase de la réduction de l’infime et de l’infini. Ainsi, lorsque l’enfant Wutz se cache les yeux, l’absence de tout support réel confère aux expériences vécues la magie propre aux souvenirs enfantins. Or, ces souvenirs sont évoqués par le vieux Wutz au début du roman comme une sorte de « Rekapitulation », d’organisation (« Veranstaltung ») de son enfance. G. Espagne montre donc que cette hédonisme relève à la fois de la sensibilité et de l’imaginaire, mais aussi de l’intellect : tout étant calculé et organisé, l’hédonisme de Wutz est aussi un épicurisme.
G. Espagne rappelle en effet que Jean Paul brouille les frontières traditionnelles du dispositif narratif entre personnage, narrateur et auteur : le narrateur est omniprésent et devient presque un double du personnage principal. Sa supériorité sur celui-ci tient à la supériorité de ses connaissances, à sa conscience de la réalité d’un monde extra-idyllique. Le bonheur du maître d’école étant ainsi rapporté dans un cadre plus vaste, il finit par en être circonscrit au cadre du roman.
L’association de la satire est également un autre facteur de circonscription de l’idylle puisqu’elle dénonce également l’indigence des maîtres d’école et les effets ravageurs sur la population du respect au pied de la lettre du principe d’éducation sensorielle dans les écoles de campagne. C’est par exemple un cuisinier qui est proposé pour remplacer le dernier maitre d’école. Par la satire, ce sont donc les carences du pouvoir local et le manque de diffusion des Lumières dans les campagnes et les milieux populaires que dénonce Jean Paul. L’école est présentée comme un cloître pour gamins protestants (« ein protestantisches Knabenkloster ») où ne parvient pas à souffler l’esprit de la Réforme, où règnent la perversion, les ordres absurdes et la faim, et dont la fonction semble plus être de former des sujets (« Untertan ») que des citoyens modernes (« Staatsbürger »).
Le narrateur-auteur semble donc s’interroger sur la pertinence de la fin et des moyens de l’Aufklärung en ce XVIIIème siècle finissant. Déçu par les tentatives de rationalisation, l’enfant Wutz, réfugié dans son « nid » intérieur autarcique et narcissique, pratique donc également la jouissance par anticipation en imaginant, pour lutter contre le froid, un grand feu de cheminée qui lui réchaufferait les mains, qui ne sont pourtant que blotties dans son manteau. De même, sur son lit de mort, le vieux Wutz éprouvera une sorte de plaisir rétroactif en pensant à son enfance : « Er freut sich zurück. » G. Espagne précise, en éclairant les termes de Jean Paul lui-même, que cette joie rétroactive passe à la fois « par l’effort – personnel – et par l’encre » du narrateur-auteur qui poétise et/ou ironise une réalité rétive. L’écriture du narrateur-auteur s’installe dans les manques du petit monde de l’idylle en mettant à disposition sa connaissance du grand monde : l’écriture fictive et poétique rétablit une sorte de justice en constituant un succédané, « göttlicher Ersatz der Welt ». Poésie et réalité sont donc contigües.
G. Espagne termine en constatant que Jean Paul tente de faire profiter les couches modestes de la société du programme émancipateur de l’Aufklärung. Toutefois, à la différence de la littérature d’évasion de style Biedermeier, il explore à la fois les voies du savoir, de la satire et de la poésie, évitant ainsi de présenter le bonheur de « la classe aux mains calleuses » comme une illusion. G. Espagne affirme donc qu’après l’échec des utopies pédagogiques de l’Aufklärung, se dessine déjà dans La Vie de Wutz de Jean Paul la voie d’une utopie poétique.
La discussion a permis à G. Espagne de rappeler la relation ambigüe de Jean Paul au mouvement romantique, dont il est à la fois partie prenante et critique, ce qui, créant une tension dans son œuvre, la rend tout à fait singulière. Toutefois, à l’instar des romantiques, Jean Paul semble bien envisager le recours à l’imaginaire comme une question de survie, où la poésie vaut plus la peine d’être écrite que la vie d’être vécue. Ainsi l’idylle de l’enfance wutzienne est-elle une construction fragile qui doit être soutenue par la poésie du narrateur-auteur pour combler ses manques, sans néanmoins les camoufler.

Compte rendu rédigé par Pauline Landois, doctorante, et Etienne Lapalus, étudiant de Master 2.

Le mécanisme des questions préjudicielles, l’influence de la jurisprudence communautaire sur les décisions nationales en matière de temps de travail et quelles stratégies judiciaires ?

Date : 18 et 19 novembre 2011

Lieu :  Strasbourg

Organisateur :  Groupe d’études franco-allemand sur le contentieux du travail (GEFACT)

Programme :  L’influence de la CJUE sur les contentieux nationaux en droit du travail

Avec le soutien du CIERA, du CERCRID-ERDS, de l’IETL, de l’Université Lyon 2 et de l’Université de Cergy Pontoise

Etaient présents : Meinhard Zumfelde, Gerhardt Binkert, Daniele Reber, Mathias Maül-Sartori, Gerhardt Reinecke, Sonja Jung,  Corinne Sachs-Durand, Philippe Grangier, Patrick Rémy, Bruno Silhol, Sylvaine Laulom, Nicolas Moizard, Anja Johanson, Fabiola Mondo, Lukas Deppenkemper, Marie-Cécile Escande-Varniol.Nous accueillons dans le groupe Bernard Chauvet, Conseiller à la Cour de cassation.
Pour ce séminaire, nous avions choisi d’une part, de poursuivre l’étude de l’influence de la jurisprudence communautaire sur les décisions nationales à travers l’exemple du temps de travail, et d’autre part de s’interroger sur les stratégies judiciaires : pourquoi, quand et comment un juge national décide-t-il de poser une telle question à la CJUE ? Les difficultés ne se limitent pas à des ajustements entre droit national et droit européen, elles viennent également de la diversité des langues. Le Droit est une science du langage, les mots cachent des notions fondamentales ; cette question était aussi à l’ordre du jour de notre rencontre.

I – l’influence de la jurisprudence communautaire sur les décisions nationales en matière de temps de travail

Après avoir étudié, lors de notre dernière rencontre, les domaines de l’information, consultation des salariés, du transfert d’entreprise et des congés payés, nous avions choisi de poursuivre cette étude comparée sur le thème du temps de travail.
Là aussi on voit les difficultés d’une harmonisation du droit européen. Chaque droit a construit au cours du temps ses propres notions dont sont issues les règles nationales. Ainsi, comment qualifier les temps pendant lesquels les salariés sont à la disposition de leur employeur mais n’accomplissent pas un travail effectif ? Sur quelle base rémunérer des temps pendant lesquels les salariés restent à leur domicile mais doivent être en mesure d’intervenir à tout moment ?
Deux directives ont été adoptées sur le temps de travail (93/104/CE du 23 nov. 1993,  modifiée par la Dir 2003/88 du 4 novembre 2003). Il revient depuis à la CJUE d’harmoniser les définitions des différents temps assimilables à du travail subordonné. Les exemples donnés par l’impact de cette jurisprudence sur le droit allemand et sur le droit français montrent la difficulté de la tâche.

A) L’influence de la jurisprudence communautaire sur les décisions allemandes en matière de temps de travail, présentée par Mathias Maül-Sartori

En Allemagne la durée légale du travail est de 48h par semaine, 8 heures par jour. Mais beaucoup d’exceptions sont admises. On pouvait prévoir 10 heures de travail par jour par voie de  convention collective, mais depuis 2003 la Cour fédérale met en cause cette dérogation.
D’autres dérogations viennent de la difficulté qu’il y a à qualifier certaines périodes de travail, en effet, en dehors du temps de travail effectif, pendant lequel le salarié accomplit la prestation de travail prévue par son contrat, le droit allemand connait trois autres catégories de temps :
Le travail de moindre intensité, pendant lequel le salarié est en repos mais peut intervenir s’il le juge nécessaire (temps de repas pris sur place avec une surveillance de machines ou d’un standard par exemple).
Le service de garde, le salarié est tenu de rester dans les locaux de l’entreprise et se tient à la disposition de son employeur (garde des médecins ou du personnel d’éducation en chambre de veille par exemple).
Astreinte, le travailleur n’est pas dans les locaux de l’entreprise, mais il doit rester joignable à tout moment pour intervenir s’il le faut (salariés chargés de la maintenance des machines, ou responsable de service par exemple).

Les difficultés qui surgissent à propos de ces qualifications tiennent d’une part au respect des règles relatives aux limites maximales de temps de travail, et d’autre part à la rémunération de ces heures. Les directives européennes n’ont pas simplifié le travail des juges : le droit européen ne connait que deux situations : le travail et le repos. A lire les définitions (article 2 de la Dir) il n’y aurait pas de place pour des temps « intermédiaires ». Cependant, beaucoup d’exceptions sont également reconnus par la Directive.
La CJCE a du répondre plusieurs fois sur la qualification des temps de garde. A l’occasion de l’important arrêt Simap (aff. C-30/98), elle considère que les gardes doivent être considérées comme du temps de travail. Cette décision et d’autres qui ont suivi, ont eu un impact important sur les droits nationaux. Mais il faut préciser que cet impact ne touche pas directement la rémunération de ces périodes, les salaires ne relevant pas du domaine de compétence de l’UE.

Quelques exemples sont pris dans la jurisprudence allemande :
1er exemple : Temps de travail des sapeurs pompiers et opt-out,
BAG, 23 juin 2010 – 10 AZR 543/09 – NZA 2010, 1081

Un capitaine de pompiers travaillant dans une entreprise de produits chimiques avait intenté une action contre son employeur pour non-respect de la législation sur le temps de travail.
En application d’une disposition spéciale de la convention collective, le salarié travaillait 24 heures consécutives, selon un rythme de 8 heures de travail effectif, 8 heures de travail de moindre intensité et 8 heures de garde. En compensation, la  convention collective prévoit des contreparties en congé et repos. Cet horaire doit donner lieu à une acceptation écrite du salarié, ce qui avait été le cas.
Le sapeur-pompier arguait que cet horaire contrevenait à la loi allemande qui avait transposé la Directive européenne, ainsi que la norme européenne, puisque les temps de moindre intensité et de garde doivent être reconnu comme temps de travail au regard de ce droit.
Le salarié est débouté de sa demande au motif que la loi allemande autorise les dérogations par voie de  convention collective, et que les dérogations sont autorisées par le droit de l’UE, sous réserve du consentement individuel du salarié (clause d’opt-out), ce qui était le cas en l’occurrence.
La juridiction allemande n’a pas jugé nécessaire de poser une question préjudicielle dont la réponse n’aurait eu aucun intérêt pour le litige en cause. La loi allemande, claire et sans équivoque doit être seule appliquée. Cependant, il semble que la Cour fédérale se soit désintéressée des effets de tes systèmes sur la santé du salarié, alors que le fondement de la Directive est la protection de la santé. La conception allemande du temps de travail amène à des dépassements de temps qui ne devraient pas être justifiés par l’opt-out.
2ème exemple : Les astreintes des médecins et leur rémunération
BAG, 24 mars 2011 – 6AZR 684/09 –NZA 2011, 1120

Une salariée, médecin dans un hôpital, était soumises à deux types d’astreintes d’intensité différentes et rémunérées également différemment selon la  convention collective applicable. Un conflit l’oppose à son employeur sur le taux de rémunération des astreintes de type II (plus intensive). La Cour ne la suivra pas dans son raisonnement, concernant que les astreintes ne sont pas du temps de travail. La loi, suivant la Directive européenne, s’intéresse à la durée du travail, imposant des maxima et des dérogations par  convention d’opt-out. Selon la Cour ici, le problème n’est pas lié au temps de travail mais à la rémunération, question qui échappe tant à la loi de transposition qu’à la Directive.
Au final, les différentes formes de travail : travail effectif, service de garde, astreintes, travail de moindre intensité, peuvent être rémunérés différemment. La CJUE a eu l’occasion de le reconnaitre, notamment dans des décisions qui intéressent la France.

B) Influence de la jurisprudence de l’UE sur les décisions françaises en matière de temps de travail, par Anja Johansson

La jurisprudence nationale et communautaire reflètent l’influence du droit de l’UE sur le droit national en la matière de deux manières : d’une part sur les durées maximales de travail et minimales de repos, d’autre part sur la notion même de temps de travail.
La législation française a du intégrer des définitions issues de la Directive de 1993, telles que le repos quotidien, le repos hebdomadaire (art. L. 3132-2 CTr) ou le temps de pause après 6 heures de travail consécutives. Ces règles ayant pour fondement la santé du travailleur, la Cour de cassation en tire les conséquences qu’il se doit : « Vu l’article L. 212-1 du Code du travail,…, interprété à la lumière de la Directive CEE n° 93/104 du 23 novembre 1993 ; l’amplitude du travail doit être calculée sur une même journée de 0 à 24 heures et ne peut dépasser 13 heures ; la salariée devant commencer son travail à 5 heures pour l’achever à 22 heures, était soumise à une amplitude du travail supérieure à 13 heures » (Cass. Soc. 18 déc. 2001, n° 99-43351).
En matière de repos la Directive communautaire prévoit des dérogations (art. 17.2), sous réserve d’accorder des périodes équivalentes. Le droit français se trouve confronté à une difficulté concernant les éducateurs de centres de vacances. Ceux-ci sont à disposition 24 heures sur 24, séjournant avec les enfants dans les centres et assurant l’animation le jour et la surveillance la nuit. Ces animateurs-éducateurs ne peuvent exercer cette activité plus de 80 jours par an. Cette limite n’est pas suffisante aux yeux de la CJUE (aff. C-428/09) qui, interrogée par le Conseil d’Etat a répondu que « Si la nature particulière du travail ou le contexte particulier dans lequel celui-ci est exercé permettent, de manière exceptionnelle, de déroger à l’article 3 de la directive 2003/88 et à l’obligation d’une alternance régulière entre une période de travail et une période de repos, une réglementation nationale ne permettant pas aux travailleurs de bénéficier du droit au repos journalier pendant toute la durée de leur contrat de travail, même s’il s’agit d’un contrat d’une durée maximale de 80 jours par an, non seulement vide de sa substance un droit individuel expressément accordé par cette directive, mais est également en contradiction avec l’objectif de cette dernière » (point 60).
Quant à la notion de temps de travail, la vision du droit européen a bouleversé une partie du droit français. Le droit européen envisage cette notion sous l’angle de la disponibilité du salarié, tout temps à disposition de l’employeur est du temps de travail, quelle que soit l’intensité de ce travail. La logique du code du travail oscille entre protection de la santé et contrepartie financière. Le temps de travail détermine le salaire minimal auquel peut prétendre le salarié. L’écart entre ces deux logiques est particulièrement visible dans la mise en cause d’une règlementation française dite des « temps d’équivalence ».
Depuis fort longtemps, le code du travail prévoit que, dans certaines professions où les temps d’attente sont courants, des équivalences soient prévues par voie réglementaire ou par  convention collective (Ex : 9 heures de nuit dans une chambre prévue à cet effet, équivalent 3 heures de travail effectif et sont donc rémunérées à ce taux). La CJCE a du se prononcer sur la compatibilité de ces équivalences avec le droit communautaire. Elle a répondu le  1er décembre 2005 (aff. C-14/04, Abdelkader Dellas) que « la qualification de temps de travail au sens de la directive 93/104 d’une période de présence du salarié sur le lieu de son travail ne saurait dépendre de l’intensité de l’activité du travailleur, mais est fonction uniquement de l’obligation pour ce dernier de se tenir à la disposition de son employeur » (point 58) et en conclut que « La directive 93/104/CE du Conseil, du 23 novembre 1993, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail, doit être interprétée en ce sens qu’elle s’oppose à la réglementation d’un État membre qui, s’agissant des services de garde que les travailleurs de certains établissements sociaux et médico-sociaux accomplissent selon le régime de la présence physique sur le lieu même de travail, prévoit, pour les besoins du décompte du temps de travail effectif, un système d’équivalence tel que celui en cause au principal, lorsque le respect de l’intégralité des prescriptions minimales édictées par cette directive en vue de protéger de manière efficace la sécurité et la santé des travailleurs n’est pas assuré». Le Conseil d’Etat a tiré les conséquences de cette décision en annulant le Décret sur les heures d’équivalence des éducateurs. L’affaire a connu des suites devant la CEDH (9 janvier 2007, aff. Arnolin. Il est donc certain que le système français des heures d’équivalence ne peut permettre de déroger aux durées maximales de travail telles que définies par la directive.
Le temps maximal de travail ne peut excéder 48 heures, la Cour de cassation en a tiré toutes les conséquences : « Il ne peut être tenu compte d’un système d’équivalence(….) pour vérifier en matière de temps de travail effectif le respect des seuils et plafonds communautaires fixés par la directie n° 93/104/CE du Conseil, telle qu’interprétée par la CJCE, dont celui de la durée hebdomadaire maximale de 48 heures » (Cass. Soc. 30 juin 2010, n° 08-70416).
Cependant, comme en droit allemand, il ne faut pas confondre temps de travail et salaire, même si les deux notions semblent liées. La Cour de cassation  décide que « la Directive européenne n° 93/104/CE du Conseil du 23 novembre 1993, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail ne trouve pas à s’appliquer à la rémunération des travailleurs » (Cass. Soc. 13 juin 2007, n° 06-40823).
En conclusion de cette étude sur les impacts du droit communautaire en matière de temps de travail, on constate à la fois la grande attention que les juridictions portent aux décisions de la CJUE, et les difficultés d’adaptation des droits nationaux à un droit qui sous couvert d’harmonisation bouleverse profondément les notions et habitudes sociales des États-membres.
On comprend donc l’intérêt qu’il y a à s’interroger sur le questionnement même de la CJUE par les juridictions nationales.

II – Le mécanisme des questions préjudicielles

La procédure de la question préjudicielle est, selon le JO de l’UE, « un mécanisme fondamental du droit de l’UE, qui a pour objet de fournir aux juridictions nationales le moyen d’assurer une interprétation et une application uniformes de ce droit dans tous les États-membres ». Elle permet aux juges nationaux des États-membres d’interroger la Cour de justice de l’Union Européenne sur des points d’interprétation du droit de l’UE ou sur la compatibilité du droit national avec le droit de l’UE. Les juges nationaux n’ont aucune obligation de poser la question, celle-ci peut être posée à tous niveaux (1ère Instance, appel ou cassation). Il est donc intéressant de s’interroger sur d’éventuelles « stratégies judiciaires ». Différentes motivations peuvent effectivement conduire la décision du juge : la nécessaire interprétation de textes en apparence contradictoires ou la clarification de positions déjà prises par la CJUE ; la provocation d’un « arbitrage » lors de désaccords internes sur une interprétation, les juridictions du fond s’adressant à la CJUE dans l’espoir de voir leur position confortée. Une attitude moins visible pourrait être qualifiée d’évitement du juge européen, c’est-à-dire que le juge national ne pose pas une question qui risquerait de mettre en cause sa jurisprudence. Ces différentes attitudes ont été identifiées dans les deux ordres juridiques observés, s’y ajoute un problème d’ordre constitutionnel en Allemagne, inconnu en France.

A) La position allemande a été présentée par Daniele Reber, président de Chambre à la Cour d’appel du travail de Berlin-Brandenburg,  Gerhardt Binkert, Président de la  Cour d’appel du travail de Berlin-Brandenburg et Gerhardt Reinecke, Conseiller honoraire de la Cour fédérale du travail.

L’étude de cette question nécessite d’abord quelques précisions d’ordre procédural : Les décisions nationales et Européennes ne répondent pas aux mêmes exigences. La CJUE doit interpréter le droit européen à l’intention de l’ensemble des États-membres, afin d’assurer l’harmonisation des interprétations de ce droit ; les juridictions nationales doivent quant à elles résoudre un litige concret opposant des parties qui demandent l’application du droit national.
Les juges de la CJUE connaissent peu les droits nationaux en cause, pas plus que le contexte de l’affaire ni la langue du procès. C’est le juge national qui pose la question qui doit éclairer la Cour européenne sur ces problèmes. La question préjudicielle doit être posée de manière claire et précise, en donnant les éléments de contexte et les faits de l’affaire, ainsi que l’état du droit national sur le sujet. Le juge national peut même formuler une opinion. Le tout doit être concis car la traduction ne doit pas excéder 25 pages.
Il est constaté qu’à travers la question elle-même le juge national peut influencer le juge européen, la formulation ou les éléments de contexte peuvent être orientés dans le sens de la réponse souhaitée. Cependant, d’un point de vue stratégique, on remarque également que la réponse donnée n’est pas toujours celle qui était attendue, comme on le voit à travers quelques exemples.
Une décision récente, l’affaire Kücükdeveci (C-555/07, 19 janvier 2010) a relancé le débat sur la discrimination en raison de l’âge. La Cour d’appel de Düsseldorf a posé une double question préjudicielle, pour savoir d’une part si la loi allemande qui prévoit qu’en cas de rupture du contrat de travail, la durée du préavis est calculée en fonction de l’ancienneté acquise après l’âge de 25 ans, doit être considérée comme contraire à la Directive 2000/78CE qui interdit les discriminations à raison de l’âge (entre autres), et d’autre part, s’il y a discrimination, le juge national doit-il écarter d’office la loi nationale au profit du principe de droit européen.
Il faut préciser que le droit allemand comporte une spécificité que ne connaît pas le droit français : en Allemagne, un juge ne peut pas écarter l’application de la loi nationale sans interroger au préalable la Cour constitutionnelle. Depuis l’affaire Mangold (CJCE, C-144/04 22 novembre 2005), un débat de fond agite la doctrine juridique relativement à l’abandon de la saisine préalable de la Cour constitutionnelle en cas de contradiction entre une loi nationale et un principe communautaire. La réponse parait fixée : il faut d’abord poser la question préjudicielle à la CJUE avant de saisir le juge constitutionnel. Depuis l’affaire Mangold, en matière de discrimination, le juge allemand peut écarter directement l’application d’une loi nationale discriminatoire.
Suivant toute attente, dans son arrêt du 19 janvier 2010, la CJUE a répondu que la disposition allemande constituait une discrimination à raison de l’âge, prohibée par le droit de l’UE. Elle répond également qu’en conséquence, toute disposition nationale contraire doit rester inappliquée.
Pour autant, la question n’est pas épuisée et une question préjudicielle de la Cour d’appel du travail de Berlin-Brandenbourg du 16 juin 2011 revient sur cette difficulté de la consistance du « droit communautaire primaire » qui commande la mise à l’écart de la loi nationale. Il est noté à ce propos que lorsque le juge décide de poser une question préjudicielle directement liée au litige (en l’occurrence le droit à indemnisation de congés payés par un salarié malade), une autre question sur le fond du droit apparait souvent. En l’occurrence, quelle est la place de la Charte des droits fondamentaux de l’Union ? Doit-elle avoir la préférence sur le droit national, même si la Cour constitutionnelle ne s’est pas prononcée ?
Les stratégies déployées par le juge allemand peuvent être diverses, au-delà des questions de droit essentielles, elles peuvent avoir aussi pour objet de contourner une jurisprudence constante d’une juridiction hiérarchiquement plus élevée : ainsi, la Cour d’appel de Düsseldorf a eu recours à une question préjudicielle sur les congés payés pour faire évoluer la jurisprudence de la Cour fédérale qui refusait de se résoudre aux décisions rendues par la Cour de Düsseldorf. Ce mécanisme peut aussi être utilisé pour conforter une argumentation judiciaire en cas de fraude. L’affaire Paletta, exemplaire en la matière, est ici rappelée.
La juridiction allemande était convaincue que les époux Paletta présentaient de faux certificats de maladie pour prolonger chaque année en Italie, leur pays d’origine, leur congé payé. A la suite d’une première question préjudicielle la CJCE (C-45/90, 3 juin 1992) avait répondu que le règlement 1408-71 sur la coordination des régimes de sécurité sociale devait s’interpréter en ce sens qu’un État-membre ne pouvait mettre en doute les diagnostics posés par une autorité médicale reconnue dans un autre État-membre (l’arrêt maladie rédigé par un médecin italien). Alors que la famille Paletta obtenait gain de cause devant les juridictions du fond, la Cour fédérale du travail a posé une seconde question préjudicielle portant directement sur les pouvoirs du juge national quand à la détection de la fraude. La CJCE reconnait (C-206/94, 2 mai 1996) que les juridictions nationales peuvent mettre en œuvre leurs propres règles relatives aux abus. La juridiction suprême allemande a ainsi les mains libres pour débouter les salariés de leur demande de salaires pour la période litigieuse, après 10 ans de procédure…

B) La position française a été présentée par Pierre Bailly, Conseiller à la Cour de cassation française

Trois situations faisant intervenir une question de droit communautaire sont évoquées :

1 – comme exemple d’un doute sur la portée d’une jurisprudence communautaire, justifiant une question préjudicielle : le droit aux congés payés annuels en cas de maladie
La question est celle de l’ouverture du droit aux congés payés lorsque le salarié est absent pour cause de maladie pendant la période de référence au cours de laquelle s’acquiert ce droit. L’article L.3141-5 du code du travail, tel qu’il résulte d’une loi du 20 août 2008, subordonne toujours l’acquisition du droit aux congés à une période de travail d’au moins dix jours pendant la période de référence (au lieu d’un mois auparavant) et l’article L.3141-5, qui donne une énumération limitative des périodes d’absence assimilées à un temps de présence (notamment : l’absence liée à un accident du travail ou à une maladie professionnelle) n’y inclut pas les durées d’absence liées à la maladie. Or, interprétant la directive 2003/88/CE, la CJCE, dans son arrêt Schultz-Hoff (350/06), du 20 janvier 2009, a dit que le droit au congé annuel payé constituait un “principe de droit social communautaire revêtant une importance particulière auquel il ne saurait être dérogé”. Saisie d’un différend entre un salarié et un employeur privé, la chambre sociale de la Cour de cassation s’est interrogée sur la force de ce principe et  sur un éventuel effet “horizontal” permettant de faire primer le droit aux congés sur une disposition du droit national contraire. Il s’agissait notamment de savoir si ce “principe des droit social communautaire” bénéficiait de la même autorité que, par exemple, le principe général du droit de l’Union de non-discrimination, qui doit, pour la CJCE,  conduire à écarter le droit national contraire dans un litige entre des personnes privées. Ce doute sur la valeur du droit aux congés payés a conduit la chambre sociale a poser le 2 juin 2010 (08-44834) une question préjudicielle, qui porte notamment sur le pouvoir du juge national de ne pas faire application d’une disposition nationale subordonnant l’ouverture du droit aux congés payés à une durée de travail effectif de 10 jours dans l’année de référence.
Entre temps, après notre rencontre, la Cour de justice a rendu sa décision le 24 janvier 2012. C’est sans grande surprise, compte tenu du précédent « allemand » de la décision Schultz-Hoff, que la Cour affirme que la disposition française qui subordonne le droit au congé annuel payé à une période de travail effectif minimale de 10 jours pendant la période de référence est contraire à l’article 7 § 1 de la directive 2003/88. En revanche, sur la question qui nous intéresse de l’effet du droit communautaire et plus précisément de l’obligation pour le juge national de laisser inappliquée une disposition nationale contraire à un « principe », la Cour ne répond pas à la question posée par la Cour de cassation car elle considère que cette question ne se posait qu’en dernier ressort : autrement dit, la Cour de justice  rappelle que le juge national doit d’abord vérifier s’il n’y a pas des moyens de parvenir à une interprétation de la loi nationale qui soit conforme  à  la directive telle qu’interprétée par la CJUE. Or, en l’espèce, il semblerait qu’une telle interprétation conforme soit possible, en tenant compte de l’ensemble des dispositions du Code du travail, c’est-à-dire en l’occurrence, pas seulement de l’article L.223-2 al.1 du Code du travail (ancienne numérotation), mais aussi de l’article L.223-3 du Code (ancienne numérotation). En substance une interprétation large de ce dernier permettrait de neutraliser le premier dans le cadre d’une interprétation conforme, c’est-à-dire sans devoir le laisser inappliqué au sens strict.
On attend donc avec impatience la décision de la Cour de cassation.
2 – comme autre exemple de clarification : les indemnités “de transfert” de joueurs professionnels (affaire de l’Olympique lyonnais).
Dans un arrêt Bosman rendu en 1995 (C-415/93), la CJCE a considéré que l’obligation faite au footballeur professionnel changeant de club à la fin de son contrat de payer une indemnité “de transfert, de formation et de promotion” était contraire à la libre circulation des travailleurs. Dans le cadre d’un litige l’opposant à l’Olympique lyonnais, un joueur “espoir” (joueur en formation) demandait réparation du préjudice que lui avait causé une interdiction de jouer consécutive à son refus de conclure un contrat avec son club. La cour d’appel avait considéré que l’article 23 de la charte du football professionnel qui prévoyait cette obligation était illicite. La chambre sociale, dans un arrêt du 9 juillet 2008, qui fait référence à l’arrêt Bosman, a considéré qu’il existait une difficulté sérieuse d’interprétation du Traité, compte tenu de la situation particulière des jeunes joueurs “espoir” formé par leur premier club. Par un arrêt du 16 mars 2010 (C-325/08), la CJCE, en réponse à cette question, a apporté une atténuation à la position prise dans l’arrêt Bosman, en jugeant que l’indemnisation due au club “formateur” était légitime, à la condition toutefois que ce moyen soit apte à atteindre l’objectif poursuivi et qu’il soit nécessaire. Mais elle a retenu qu’en l’occurrence cette nécessité n’était pas avérée, le montant de l’indemnité prévue étant sans rapport avec le coût de la formation du joueur. A la suite de cette réponse, la chambre sociale a confirmé le 6 octobre 2010 (07-42023) l’arrêt de la cour d’appel écartant l’article 23 de la charte du football professionnel.

3 – comme explication d’une certaine réticence à interroger la CJUE : l’application aux litiges relatifs aux contrats de travail de la prorogation de compétence prévue par l’article 6 du Règlement n° 44/2001 du 22 décembre 2000.
En l’occurrence, un salarié engagé par une société française pour travailler à l’étranger était passé au service d’une société de droit anglais, sans rupture de la relation de travail, pour travailler dans un autre pays, hors d’Europe. Licencié par la société anglaise, il avait saisi un conseil de prud’hommes français de demandes indemnitaires dirigées contre les deux sociétés. Pour justifier la compétence de cette juridiction (du siège social de la société française) à l’égard de la société anglaise, il invoquait l’article 6 du Règlement qui, lorsqu’il y a plusieurs défendeurs, permet de tous les attraire devant la juridiction du domicile de l’un d’eux, lorsqu’il existe entre les demandes ”un rapport si étroit qu’il y a intérêt à les instruire et à les juger en même temps, afin d’éviter des solutions qui pourraient être inconciliables si les causes étaient jugées séparément”. Il fallait  savoir si cette disposition générale pouvait s’appliquer à un litige relatif au contrat de travail, soumis à des règles de compétence spécifiques (art. 19 et 20 du règlement).  La chambre sociale de la Cour de cassation a posé le 7 novembre 2006 une question préjudicielle en ce sens, dans l’espoir que la réponse serait positive, parce qu’elle éviterait alors au salarié d’avoir à saisir les juridictions de pays différents, avec un risque de contrariété des décisions rendues sur la rupture du contrat de travail. Mais, contrairement à l’avis de son avocat général, la CJCE a considéré, le 22 mai 2008 (C-462/06), que la règle de compétence prévue par l’article 6 ne s’appliquait pas à un litige relatif à un contrat de travail. La chambre sociale en a tiré les conséquences, en  cassant l’arrêt qui avait retenu la compétence de la juridiction du travail du siège social de la société française pour se prononcer sur les demandes dirigées contre la société de droit anglais ayant son siège en Grande-Bretagne. Conséquence : le salarié devra  engager deux procédures distinctes à propos de la rupture d’un même contrat de travail exécuté sans interruption au service d’entreprises successives, l’une au Royaume-Uni contre la société anglaise, et l’autre en France, contre la société française…
Ces présentations ont permis de voir que dans les deux pays les juges sont confrontés à la difficulté d’interpréter non seulement le droit européen, mais la jurisprudence même de la CJUE. Les motivations pour poser des questions préjudicielles sont guères éloignées, mais les impératifs du droit national posent des questions juridiques différentes dans les deux pays. Il semble que le juge français, qui n’est pas soumis au questionnement préalable du Conseil constitutionnel, est plus libre de ses interprétations. Il n’en reste pas moins que dans tous les cas le recours à la question préjudicielle reste libre et laisse de ce fait une grande latitude aux juges nationaux vis-à-vis du droit de l’UE.
Mais le droit comparé connait une limite de taille en droit : le sens des mots derrière lesquels se cachent des notions dont le sens échappe souvent à la traduction. Les exemples proposés ci-dessous par Patrick Rémy laissent songeur quant au sens de notions issues du Droit Européen et interprétées par la CJUE, traduites dans 22 langues différentes. Le juge national doit donc adapter ces décisions à ses spécificités.

III) Les difficultés de  traduction des termes juridiques (du français à l’allemand et de l’allemand au français) et l’évaluation du rôle du droit communautaire pour résoudre certaines de ces difficultés, par Patrick REMY

A) Essai de typologie des difficultés de traduction et l’impasse dans laquelle se trouve le droit communautaire pour les résoudre

B) Illustration par un exemple concret de l’une de ces difficultés de traduction

1) A partir de l’arrêt « Junk » de la CJCE du 27 janvier 2005 portant sur l’interprétation de la directive 1998/59 sur les licenciements collectifs : la distinction faite par le droit allemand entre « Entlassung » et « Kündigung » n’est pas conforme à la directive.

2) Les prolongements de la décision « Junk » sur la question de la notification des licenciements collectifs (au sens de « Kündigung ») à l’autorité publique
Etude de la décision de la Cour constitutionnelle fédérale du 25/02./2010, – rendue sur plainte constitutionnelle (mécanisme étranger au droit français)-,  qui censure une décision de la Cour fédérale du travail  au motif qu’elle a violé le « droit au juge » que chaque citoyen tient de la Loi fondamentale en ne posant pas à la CJUE une question préjudicielle sur cette question du moment exact de la notification du projet de licenciement collectif à l’autorité publique.

Marie-Cécile ESCANDE-VARNIOL


	

« Religion » im historischen Diskurs der Frühen Neuzeit

Date : 03 –  04 décembre 2010

Lieu :Erfurt (Allemagne)

Organisateurs : Susanne Rau (Professeur, Université Erfurt) et Gérard Laudin (Professeur, Université Paris-IV La Sorbonne)

Programme : Histoire – Pouvoir – Religion

 

Im Mittelpunkt des Workshops, der im Pagenhaus von Schloss Friedenstein (Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt) veranstaltet wurde, stand das spannungsvolle Wechselverhältnis von „Religion“, „Macht“ und „Geschichte“. In sechs Vorträgen ging man frühneuzeitlichen Formen des Gebrauchs von historischem Wissen nach und diskutierte den jeweiligen Entstehungszusammenhang. Wenn von „historischem Wissen“ gesprochen wurde, stand dahinter auch die Frage nach der Ausbildung wissenschaftlicher Methoden und Weltbilder und inwiefern sich ihre Durchsetzung erklären lässt.

Dem Treffen, an dem neben Historikern und Historikerinnen auch Theologen, ein Ethnologe und ein Germanist teilnahmen, werden weitere Arbeitsgespräche folgen. Das Ziel der Veranstalter, Susanne Rau (Erfurt) und Gérard Laudin (Paris), ist es, jungen Wissenschaftler/innen ein Forum zu bieten, um sie an eine für das Frühjahr 2012 geplante internationale Tagung zum Verhältnis von Religion und frühneuzeitlicher Geschichtsschreibung heranzuführen. Darüber hinaus war dieses Treffen eine Fortsetzung von zwei Tagungen über historische Bezüge und politische Modelle imperialer Macht in Europa (Versailles 2008) und über politische Mythologien und die Entwicklung von nationalem Bewusstsein in der Frühen Neuzeit (Madrid 2009). Neben Nachwuchswissenschaftlern stehen die Workshops auch fortgeschrittenen Wissenschaftlern offen.

PETER VOGT (München) sprach über ein Kapitel aus seiner abgeschlossenen Habilitationsschrift Kontingenz und Zufall, in welchem er die Verwendung des wechselseitigen Topos von virtù und fortuna innerhalb der Frühen Neuzeit untersucht. Zunächst ging er auf unterschiedliche frühneuzeitliche Konzepte von Geschichte ein, die er dann mit den „fortunadominierten“ (J.G.A. Pocock) Geschichtsauffassungen der italienischen Renaissance in Beziehung setzte. An Werken von Leon Battista Alberti, Niccolò Machiavelli, Francesco Guiccardini und anderen arbeitete Vogt heraus, dass sich diese Autoren zum einen gegen die spätantik-christliche „Einhegung“ der Fortuna wendeten und sich zum anderen an römisch-antike Autoren wie Cicero und Seneca anschlossen. Schließlich wies Vogt darauf hin, dass auch im „Herbst der Renaissance“ und im Barock ein Weiterleben des Topos von virtù und fortuna zu beobachten ist. Die Untersuchungsbeispiele dieser Zeitepochen entnahm Vogt unter anderem Werken des elisabethanischen Theaters sowie der deutschen und spanischen Literaturgeschichte des Barocks.

MILAN WEHNERT (Tübingen) ging einem einzelnen Fall aus der französischen Byzantinistik der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts nach. Wehnert zeigte, wie der französische Theologe Isaac Habert in der Edition eines byzantinischen Ritualkompendiums neue methodische Wege einschlug, indem er Rituale der griechisch byzantinischen Kirche in einen spezifischen historischen Zusammenhang einordnete und jedes Aufzeigen einer Überlegenheit der lateinischen Kirche unterließ. Wehnert machte deutlich, dass dieses methodische Vorgehen, so verwandt es zunächst mit modernen wissenschaftlichen Arbeitsmethoden erscheint, dazu diente, Wissensbestände zu erzeugen, die in der zeitgenössischen Auseinandersetzung der Sorbonne mit dem Jansenismus eingesetzt werden konnten. Wehnert argumentierte, es sei Habert in der historischen Kontextualisierung des byzantinischen Ritualkompendiums darum gegangen, ein „organisches Geschichtskonzept“ zur Legitimation der katholischen Monarchie herauszuarbeiten, um auf diese Weise den Jansenismus als künstlich-diskontinuierlich zu delegitimieren.

Um konkurrierende Ansprüche ging es auch MARKUS SCHOLZ (Heidelberg) in seiner Analyse der von Diego de Córdoba y Salinas verfassten Chronik des spanischen Vizekönigreichs Peru. Als kreolischer Franziskanerbruder beschrieb Fray Diego das Leben seiner Ordensbrüder gemäß den Idealen der Franziskaner und blieb in dieser Hinsicht in den üblichen Bahnen der Ordenschroniken, die der Bildung und Erbauung des Nachwuchses dienten. Außergewöhnlich an der umfangreichen Chronik sei hingegen die Tatsache, dass sie als einzige der südamerikanischen Chroniken nach ihrer Vollendung gedruckt wurde. Scholz erklärte dies mit dem Ziel von Fray Diego, die Leistungen des Franziskanerordens in der Missionierung Südamerikas gegenüber den Konkurrenzorden der Dominikaner, Mercedarier und Augustiner (später auch den Jesuiten) ins rechte Licht zu rücken. Schließlich wies Scholz auch darauf hin, dass sich die Chronik auch zur Profilierung einer kreolischen Identität einsetzen ließ, so dass das Werk im Ganzen gesehen sehr unterschiedliche Zielrichtungen besessen habe.

Im Unterschied zu dieser um das Handeln und die Interessen einzelner historischer Personen kreisenden Perspektive untersuchte CHRISTIAN WEDOW (Rostock) theologische Diskurse, die in den Jahren zwischen 1600 und 1648 aus dem Alten Reich nach Schweden importiert wurden. Eine wichtige Rolle nahm hierbei neben den Universitäten und schwedischen Studenten an der Universität von Rostock, die nach der Rückkehr in ihre Heimat das lutherische Wissen verbreiteten, der heimische Buchmarkt ein. Innerhalb seiner Analyse dieses für die erste Hälfte des 17. Jahrhunderts bisher kaum erforschten Wissenstransfers ging Wedow besonders auf die Rezeption einzelner Diskurse durch den schwedischen Adel ein. Anhand von Schriften, die sich zum einen in den Verzeichnissen adeliger Bibliotheken finden und die zum anderen in den breiteren Schichten der Bevölkerung verbreitet waren, wies Wedow darauf hin, dass die Ausbreitung des Luthertums in Schweden langsamer, widersprüchlicher und diskontinuierlicher verlief als dies in der Forschung üblicherweise angenommen wird.

CLARISSE ROCHE (Paris) rückte mit ihrer Untersuchung des weit verbreiteten antijesuitischen Breve Colloqvivm Iesuiticvm wieder einzelne Protagonisten in den Mittelpunkt der Diskussion. Anhand von Christian Francken und Paulus Florenius zeigte sie, wie beide ihre polemischen Angriffe gegen die katholische Kirche und den Jesuitenorden in jeweils unterschiedlicher Weise auf historisch-versachlichten Analysen aufbauten – ein Argumentationsmuster, das Roche als „argument historique“ bezeichnete. Während Florenius die Entstehung des Lichtfestes aus heidnisch antiken Bräuchen herleitete, relativierte Francken den Absolutheitsanspruch der katholischen Kirche durch einen Vergleich mit der japanischen Glaubenswelt. Der außerordentliche Erfolg des Werks führte sich indes darauf zurück, dass die Autoren ihre Kritik an dem Jesuitenorden und der katholischen Kirche als ehemalige Jesuiten übten, was ihnen eine besondere Authentizität verlieh.

DAMIEN SÉVENO (Erfurt/Lyon) ging dem Bauernkrieg von 1525 als einem „lieu de mémoire allemand“ nach. Über die Jahrhunderte hinweg bewegte sich die Erinnerung an dieses einschneidende Ereignis der deutschen Geschichte zwischen den Polen einer „légende noire“, in der die Schrecken der Erhebung in den Vordergrund gerückt und einer „légende dorée“, in der freiheitliche Ziele der Aufständigen betont wurden. In diesem Sinne gab Séveno einen Ausblick auf seine Dissertation, in der er mit Hilfe eines diskurs-, kultur- und politikgeschichtlichen Zugangs die widerstreitenden Aneignungen des Bauernkriegs in Deutschland herausarbeiten möchte, um auf diese Weise ein Licht auf die unterschiedlichen Bedingungen und Ziele in der Auseinandersetzung mit einem Stück der Vergangenheit zu Tage zu fördern.

In der Schlussdiskussion wurde von Rau auf das paradoxe Nebeneinander von „Modernem“ und „Vormodernem“ im historischen Diskurs der Frühen Neuzeit aufmerksam gemacht, das die Vereinbarkeit von Gegensätzen als ein Spezifikum dieser Epoche erscheinen lässt. Ebenso warnte sie vor einer Teleologisierung modern erscheinender Phänomene wie der Ausbildung eines historisch-kritischen Umgangs mit Texten. Laudin merkte daran anschließend an, dass insbesondere das auf Thomas S. Kuhn zurückgehende Modell des Paradigmenwechsels in dieser Hinsicht ein alternatives Erklärungsmodell aufgezeigt habe, das auch geeignet sei, um Veränderungsprozesse im Verhältnis von „Religion“ und „Geschichte“ angemessener beschreiben zu können. Für den kommenden zweiten Workshop, der im März in Paris stattfinden wird, wurde von Ulman Weiß angeregt, kontrastive Gegensätze in den Blick zu nehmen, um so zum Beispiel das religiös Nonkonforme und konfessionelle Auseinandersetzungen in der frühneuzeitlichen Geschichtsschreibung mit in die Diskussion einzubeziehen.

Insgesamt zeigte sich auf der Tagung eine breit gefächerte Themenvielfalt, wobei die meisten Beiträge sich dem Spannungsverhältnis von „Religion“ und „Geschichte“ widmeten (Vogt, Wehnert, Schulz, Roche). Andere ordneten sich dagegen mehr in den Komplex „Religion“, „Macht“ und „Erinnerung“ ein (Wedow, Séveno). Deutlich wurde, dass die Ausbildung wissenschaftlicher Methoden nicht unbedingt im Widerspruch zu christlich-religiösen Weltbildern stehen musste, sondern dass diese durchaus ihre Entwicklung befördern konnten. Für die Erforschung der Geschichte der Geschichtsschreibung hat sich dagegen ein Forum etabliert, welches ebenso internationale und nationale Nachwuchswissenschaftlerinnen und Nachwuchswissenschaftler miteinander ins Gespräch bringt wie es auch eine wohl in dieser Form kaum wieder anzutreffende Möglichkeit darstellt, junge Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler an eine große Tagung heranzuführen.

Konferenzübersicht:

Peter Vogt (München): Virtù vince fortuna: Zur Ideengeschichte eines Topos in der frühen Neuzeit

Milan Wehnert (Tübingen): APXIEPATIKON (Paris 1643) – ein Liber pontificalis Ecclesiae Graecae der Sorbonne und die historische Kontextualisierung des religiösen Anderen bei Isaac Habert

Markus Schulz (Heidelberg): Religion im Dienste Spaniens und Perus – die Crónica Franciscana de las Provincias del Perú (Lima, 1651) von Fray Diego de Córdoba y Salinas

Christian Wedow (Rostock): Die Rolle von politischer Macht bei der Etablierung des Luthertums in Schweden

Clarisse Roche (Paris): L’argument historique comme ferment de la polémique anti jésuite à Vienne dans le Breve Colloquium de 1579

Damien Séveno (Erfurt/Lyon): Les représentations de la Guerre des Paysans de 1525 dans les pays germaniques du XVIe siècle à nos jours

Schlussdiskussion

Praxis der Oral History im ehemaligen Ostblock. Schweigen und Widerstand – Kommunistische Dissidenten in Gesellschaften sowjetischen Typs

Manifestation :  Atelier : Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique

Date : 11/11/2011

Lieu : Vienne, Ludwig Boltzmann Institut

Organisateurs : Muriel Blaive, Sonja Combe

Programme : Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Etude de cas : les intellectuels communistes

Texte d’Agnès Ar

Kurzer Aufriss der Geschichte der OH:

Oral History, wörtlich übersetzt die mündliche Geschichte oder Geschichtserzählung, stellt die älteste form der historischen Überlieferung dar.

Die Oral History als Methode der Geschichtswissenschaft hat ihre Anfänge in den Vereinigten Staaten in den 1930er Jahren. Man kann zwei verschiedene Institutionen herausstellen: Die ersten Schritte unternahmen die Soziologen William Thomas, Florian Znaniecki und Robert Park von der Chicago University, die sich in den 1930er Jahren mit Lebenserzählungen beschäftigten. Sie gründeten eine Denkschule, die seit den 1960er Jahren für viele Nachfolger ein reiches Reservoir an Themen und Inspirationen anbieten konnte. Parallel dazu veröffentliche Oscar Lewis 1961 „The Children of Sánchez. Autobiography of a Mexican Family“, das große Verbreitung und hohen Anklang fand. 1967 publizierte Studs Terkel „Divison Street. America“, Biografien von Einwohnern Chicagos während der Weltwirtschaftskrise von 1929. Dieses Buch wurde ein Riesenerfolg. Studs Terkel, ein ehemaliger Absolvent der Chicago University, verbreitete somit Methoden, Ziele und Errungenschaften der Oral History.

Die zweite OH-Tradition in den USA geht auf Allan Nevins von der Columbia University zurück, der zusammen mit Louis Starr 1948 das Columbia University Oral History Research Office gründete. Ihnen ging es dabei nicht darum, Geschichten „von unten“ zu sammeln, sondern Lebensgeschichten berühmter Amerikaner auf der Grundlage von zuvor mit ihnen durchgeführten Interviews systematisch zu archivieren. 1967 rief Nevins die American Oral History Association ins Leben. Ab 1973 konnten über die Zeitschrift Oral History Review Ansätze und Ideen zur mündlichen Geschichte verbreitet werden. In dieser Phase richtete sich der Blick der amerikanischen Oral History auch nach Nord und Süd. In Mittel- und Südamerika begab man sich auf die Suche nach indianischen Wurzeln, in Kanada boten die dortigen Minderheiten der Frankophonen und der Ureinwohner Motivation für Interviews. Louis Starr spielte dabei eine entscheidende Rolle, indem er selbst aktiv Kontakte ins Ausland knüpfte, um die Arbeit von anderen Oral Historians in den USA bekannt zu machen.

Aus einem ähnlichen Drang heraus agierte in der gleichen Zeit in England der Soziologe Paul Thompson, neben Raphael Samuel eine Schlüsselfigur der Verbreitung der Arbeit mit mündlichen Quellen. Thompson reiste durch Europa, Afrika, Nord- und Südamerika, gründete 1971 die Zeitschrift Oral History und engagierte sich in der Gründung der Oral History Society. Die erste Internationalisierung gelang dezidiert durch Paul Thompson und Ronald Grele aus NYC.

Grele gewann für die neugegründete internationale Fachzeitschrift für Oral History neben Thompson auch Daniel Bertaux, Annemarie Tröger und Luisa Passerini als correspondents, die er zuvor auf der Konferenz in Colchester kennen gelernt hatte. 1980 erschien erstmalig das International Journal of Oral History, für das Luisa Passerini sechs Ziele gesetzt hatte, unter anderem formulierte sie: „to help faster a community of scholars working along semilar lines.“  Die Macher der Zeitschrift versprachen sich von ihr sowohl Interdisziplinarität als auch die Verbreitung der amerikanischen Oral History nach Europa. Dieser Moment schien entscheidend für einige Oral Historians zu sein, Grele erinnert sich demzufolge: „When we met in –Colchester—Essex —1979—, in my memory, the mood was ecstatic. Many of us working alone, in significant ways on the fringes of the academy, found ourselves among comrades.”

Die International Oral History Association als Plattform für Gleichgesinnte.

In der zweiten Hälfte der 1970er Jahre fand eine rasche Verbreitung der Oral History in Europa statt. Es war sowohl eine Zeit der gesellschaftlichen Unruhe und Spannungen als auch von neuen Möglichkeiten, Hoffnungen, die kreatives Potenzial mit sich brachten. Die Entspannungspolitik in den West-Ost-Beziehungen eröffnete neue Horizonte in der Innenpolitik der einzelnen Länder jenseits strategischer Aufrüstung und Systemkonkurrenz. Die Europäische Gemeinschaft förderte das zwischenstaatliche Währungssystem, welches 1979 in Kraft trat; im selben Jahr trafen sich erstmals die Repräsentanten des neu gewählten Europäischen Parlaments. Nach dem Tod Francos 1975 und der Verabschiedung der Verfassung drei Jahre später endete die spanische Diktatur mit der Etablierung des Demokratisierungsprozesses. In Italien wütete der Linksterrorismus der Roten Brigaden, tragischer Höhepunkt war die Ermordung von Ministerpräsident Aldo Moro. In Griechenland wurde die Militärdiktatur endgültig geschlagen. In diesem Klima der Veränderung meldeten sich in ganz Europa Wissenschaftler aus unterschiedlichen Disziplinen zu Wort, die ein wachsendes Interesse für die „Geschichte(n) von unten“ zeigten und nicht selten in Konflikt mit den damals an den Universitäten herrschenden positivistischen Dogmen gerieten. Die Lokalgeschichte wurde zum Impuls für die Legitimationsfrage der linken Parteien. In diesen Jahren entstanden unter anderem innovative Disziplinen wie die Mikrogeschichte, die Alltagsgeschichte oder die schwedische Bewegung „Grabe, wo du stehst“.

Entsprechend und rasch entwickelt sich das Interesse für biografische Forschungen auf internationaler Ebene: Biographische Forscher aus Italien, Frankreich, Polen, Kanada, Westdeutschland, der Schweiz, England, aus Ländern der Dritten Welt bemerken, dass sie an ähnlichen Fragen arbeiten und dass sie in ähnlicher Distanz zum quantitativen Hauptstrom der Sozialforschung stehen. Internationale Konferenzen Ende der 1970er Jahre befördern den Austausch und die gemeinsame Selbstwahrnehmung von Forschergruppen. Bedeutsam waren insbesondere die Arbeitsgruppe auf dem Weltkongress für Soziologie 1978 in Uppsala, die von Daniel Bertaux geleitet wurde, sowie die europäische OH Konferenz in Essex im März 1979.“

In seiner Beschreibung der Genese der Biografieforschung in der Soziologie trifft Werner Fuchs-Heinritz den Kern der Entstehungslogik der IOHA. Denn parallel zu dieser Entwicklung stand das Bedürfnis etlicher Forscher, über thematische und methodologische Fragen des Umgangs mit mündlichen Quellen, mit lebensgeschichtlichen Interviews und deren Wert für die Forschung miteinander in Kontakt zu treten. Unzufrieden mit den national und akademisch geltenden Normen und Praktiken, begaben sie sich auf der Suche nach Gleichgesinnten über die eigenen geografischen Grenzen hinaus. Die heimische intellektuelle Beengung begünstigte die „Flucht“ auf das übernationale Parkett, wo die Möglichkeit eines Dialoges vermutet wurde. Der Blick ins Nachbarland und darüber hinaus war also durch nationale Verhältnisse und Befindlichkeiten bedingt. Die IOHA fungierte in ihren experimentellen Anfangszeiten als Auffangbecken für „Forscher der Zwischenräume“, die Lutz Niethammer auch als „kulturelle Zwischenträger“ bezeichnet.

Entwicklung:

Ab der 70er Jahren wurde die mündliche Geschichtserzählung als Quelle für die Erforschung der verschütteten Geschichte von zur Sprachlosigkeit verurteilten sozialen Gruppen und Individuen betrachtet.

Einige Jahre später riefen der Linguistic Turn und der Postmodernismus heftige Diskussionen unter den Vertretern der Oral History hervor.

=> Artikel von Paul Thompson in der Zeitschrift Oral History aus dem Jahre 1989, in dem der Autor zugibt, dass der anfängliche Enthusiasmus über die Zeugnisse dessen, „wie es wirklich war“, ein wenig naiv war.

=> Nach Bertaux bleibt im Gedächtnis das haften, was für den Menschen wichtig ist; die entscheidende Rolle spielt nicht die Zeit, sondern mehr die Gefühle, die mit dem erlebten Ereignis verbunden sind (Vgl. Bertaux 1985: 151). Ein wichtiger Aspekt – inzwischen auch in Ostmitteleuropa – ist die political correctness, also die Dominanz bestimmter Normen. Oft stellen Befragte die durchlebten Ereignisse auf eine politisch korrekte Weise dar, die den heutigen gesellschaftlichen Normen entspricht.

Zäsur:

=> die Subjektivität der vermittelten Erfahrungen und Deutungen, die fehlende Repräsentativität, die zeitliche Distanz zwischen Erleben und Erzählen, die mögliche Beeinflussung der Interviewten durch die Befragungssituation, die Fragetechniken u.v.a.m. Aus der Erinnerung wurde Wieder- und Weitererzählte als Märchenerzählung betrachtet. Aber: „unrichtige“ Behauptungen sd psychologisch richtig.

Diese Fragen werden am Beispiel der Colchester-Konferenz 1979 / Luisa Passerini’s gehaltenen Vortrag => Dieser Vortrag: eine Zäsur gelten. Passerini: das Schweigen als Konsens mit der Diktatur.

Den Ungehörten eine Stimme geben“  Dann Wechsel.

Je größer das gesellschaftliche Schweigen in einer Gesellschaft war, desto dringlicher empfunden wurden das Bedürfnis und die Notwendigkeit, es zu brechen, und desto größer war die Herausforderung für die Forschung.

Lutz Niethammer, der in Deutschland viel zur geschichtswissenschaftlichen Arbeit mit der Oral History beigetragen hat, verweist darauf, dass diese Forschungsmethode nicht nur sehr aufwändig sei, sondern sich nur dort lohne, wo man keine anderen Quellen habe. Diese Einschränkung führt er auf die Eigentümlichkeiten menschlicher Erinnerungen zurück, die viel mit Gefühlen und Bildern, aber weniger mit „Richtigkeitskriterien“ zu tun hätten.

 

Discussing the Merits of Microhistory as a Comparative Tool : The Cases of České Velenice and Komárno

Manifestation :  Atelier : Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique

Date : 11 novembre 2011

Lieu : Vienne, Ludwig Boltzmann Institut

Responsable : Muriel Blaive

Programme : Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Etude de cas : les intellectuels communistes

Texte de Muriel Blaive (muriel(AT)cefres.cz)

*****************

Draft. Please do not quote without author’s consent.

*****************

History of communism in Central Europe can be read as a history of domination, resistance, collaboration and accomodation. In his book Domination and the Arts of Resistance, anthropologist James Scott shows that the practice of domination always creates a « hidden transcript », both among the dominant(s) and the subordinate(s), and a « public transcript. » The public transcript « refers to an action that is openly avowed to the other party in the power relationship »((1)), it is the « official story » ; the private transcript refers to what actually hides « behind the official story », a « critique of power spoken behind the back of the dominant » as far as the subordinates are concerned, and « claims of their rule that cannot be openly avowed » as far as the powerful are concerned.((2)) Mundanely put, we always speak and behave differently in front of our superiors, equals, and subordinates. Social and power relations entail a permanent adjustment and readjustment of our conduct, speech and attitude.

On the basis of an ethnographical study of Malay peasants and of numerous examples taken from literature on slavery, serfdom and caste subordination, James Scott convincingly claims that a « comparison of the hidden transcript of the weak with that of the powerful, and of both hidden transcripts to the public transcript of power relations offers a substantially new way of understanding resistance to domination. »((3)) Were the hidden transcripts more carefully dissected and analyzed, and the energy source they constitute for a potential rebellion taken into account, social eruptions which see a seemingly all-powerful rule suddenly collapse like in Central Europe in 1989 and the Soviet Union in 1991, or even after a single act of defiance like in Tunisia’s 2011 ‘Jasmine Revolution’ (Mohamed Bouazizi’s self-immolation((4)) ), would cause much less astonishment. Ruling elites (and social scientists) are « often taken by surprise by the rapidity with which an apparently deferential, quiescent, and loyal subordinate group is catapulted into mass defiance » because « they have been lulled into a false sense of security by the normal posing of the powerless. »((5)) Decoding the « hidden transcript » is the only way to overcome these appearances and to reach the social reality beyond. For us historians it is also a precious tool to retrospectively analyze the relations between the rulers and the ruled under a past dictatorship.

If in this project Scott was primarily concerned with « resistance », the issues we may have in analyzing communist and post-communist Czechoslovakia/Czech Republic include also the other face of the coin when dealing with power and domination, i.e. collaboration or at least, in less dramatic terms, accomodation to the rule on a daily basis. Drawing on Scott’s demonstration, I argue that the ideal method to deconstruct hidden transcripts and to analyze the discrepancy – or conformity ! – between the hegemonic public conduct and the backstage discourse resides, in the case of contemporary history as a discipline, in microhistorical studies based on oral history. Even more to the point, it lies in comparative microhistorical studies. Since the advantage of contemporary history is that witnesses are still alive, interviews are ideal to deconstruct and analyze subordinate and dominant discourses, to decode power relations, and to examine both the « key roles played by disguise and surveillance » in these power relations((6)) and the equally key role played by the adaptation of the public transcript to pre-existing sources of legitimacy which the communist regime, as any efficient or relatively efficient ruler, managed to preempt, redefine and (ab)use when taking over power, in order to create and claim a definite amount of popular support.

To substantiate my claim that comparative microhistory is a useful methodological tool to study communism’s social cosmos, I make my argument in three stages.

First, I discuss the predominant resort in the Czech context to a tailor-made, home-grown definition of ‘totalitarianism’ when referring to the communist past. By analyzing the shortcomings of this approach, I point at the ability of microhistorical studies to challenge this theoretical discourse. I argue that they contradict in an essential way visions which present themselves as intrinsically valid for the whole country but which amount to abstract ideologies disconnected from the situation on the ground.

Second, I illustrate my point by switching to field work. I attempt, on the basis of an oral history study I led from 2006 to 2008 in České Velenice, a small Czech town at the border to Austria, to reconstruct essential features of the Czechoslovak communist rule. These results would have been clearly unattainable had I sticked to the ‘Czech totalitarian approach‘, which will allow me to strongly argue in favour of microhistory.

And lastly, I refer to our program at the Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres in Vienna, where we collect microstudy cases as a way to do comparative history of communism.((7)) The conventional comparative level in international scholarship is that of the country – or, in ‘Western‘ terms, of the ‘nation‘ –, which is legitimate insofar as communism was state-centered. But one can extend the possibilities of comparison for instance to given institutions, like factories, within a given country((8)) or by juxtaposing intra- or inter-national (local) cases.

In this latter frame, the comparison level we have chosen is that of border communities. To show how useful this comparative method can be, I then oppose my České Velenice case to another field study I conducted in the Slovak town of Komárno at the border to Hungary, interviewing both Slovaks and Slovak Hungarians. I finally attempt on the basis of this comparison to derive some generalities concerning the Czechoslovak communist rule which can answer to the situation in the whole country, or even contribute to the history of communism as such, without contradicting these two specific cases. This will finalize my case in favour of comparative microhistorical studies as a way to contribute to history of communism.

Microhistory is a valid method for studying communism : the Czech case

Considering the quality and amount of scholarship written on East Germany((9)), or even on Poland((10)) and Hungary((11)), it might appear superfluous to underline that microhistory is a valid method for studying communist countries and that it has significantly contributed to our knowledge of communist rule. Yet if the reader might bear with the following explanations, in the Czech context it is not such an established point of reference since neither micro-, nor everyday or even oral history are much developed as far as history of the communist and post-communist period is concerned.((12)) There have been only very few such studies worked out since 1989, and most of what does exist has been written by sociologists or anthropologists in the form of qualitative research rather than by historians.((13))

The reason for this state of being is that Czech historiography of communism has generally developed since 1989 a « strict concern with political history. »((14))  This « one-dimensional approach » is « indebted to a simplified theory of totalitarianism, stressing coertion at the cost of consent as the foundation of dictatorial regimes », an orientation which « brought about a narrowing of themes and questions. »((15)) The predominant narrative has been one of victimization, which progressively came to be symbolized in the course of the 1990s and even more in the 2000s by the use of the term ‘totalita‘ (totality.) It culminated in 2007 with the creation of the Institute for the Study of Totalita[rian] Regimes (Ústav pro studium totalitních režimů), an ‘institute of national memory’ on the German and Polish model. Research in the past twenty years, even if and when it is of good quality, has been centered on show trials, dissent, repression and resistance and/or around the three key events of the Czechoslovak communist rule : 1948 (the takeover), 1968 (the Prague Spring) and 1989 (the Velvet Revolution.) Monographs are the exception, source editing is the rule.((16))

« Those who do not know their past are doomed to repeat it », opens law 181/2007 which created what I coin the ‘Totalita institute.’ « The Parliament of the Czech Republic, aware of its duty to cope with the consequences of the totalitarian and authoritative regimes of the 20th century, hereby expresses its will to investigate and recall the consequences of the activity of criminal organizations based on the Communist and Nazi ideologies advocating suppression of human rights and rejecting the principles of a democratic state in the years 1938-1945 and 1948-1989. »((17)) The mission of the institute as defined by the law is not only explicitly to document the « systematic destruction of the traditional values of European civilization, deliberate violation of human rights and freedoms, moral and economic decline accompanied with judicial crimes and terror against proponents of different opinions […] »((18)) but implicitly, since no other indication is given, to research only in the direction of this repression and of an a priori expected, corresponding resistance.

The increasing domination of the ‘totalita narrative’

In what we could call a national transcript, i.e. a collective point of reference in public and private speech, both among academics, political elites, journalists and average citizens, people commonly say ‘under totalita’ to say ‘under communism.’ But despite the fact that historians have increasingly come to analyze the ‘totalita’ period in the frame of the ‘totalita’ paradigm, to the best of my knowledge no epistemological reflection was ever led on the difference between ‘totalitarianism’ (‘totalitarismus’ in Czech) and ‘totalita.’ Both terms are being used indifferently and interchangeably in academia((19)) as well as in standard or even specialized dictionaries ((20)) (including in translations from Western languages), yet ‘totalita’ has little in common with Hannah Arendt’s theory in its original subtelty, especially as regards the population’s participation to the domination scheme.((21))

In the absence of a public definition of the difference between the two terms, one of the first ‘explanations’ of totalita in post-1989 historical works can be found in a 1995 article by Milan Otáhal in the journal Soudobé dějiny :

The years 1969-1989 constitute the final stage of the communist totalitarian rule in Czechoslovakia. […] November 1989 simultaneously put an end to the period of totalita, which constituted a definite anomaly in Czech history, and opened a new phase characterized by the return to the original values of European civilization.((22))

As there was no mass terror anymore in the 1969-1989 era, the « communist totalitarian rule » cannot be seriously meant here in a strict sense, nor can it be equalled to the 1948-1953 period in a long-term filiation, as opposed to what the formulation « final stage » would imply. But for the vast majority of authors, academics as well as journalists, totalita did come to implicitly equate, at various degrees, a denial of the Czech democratic tradition because of police repression, an unforgivable and irreversible moral disqualification.((23))  The communist regime’s resort to violence means that this period has been excluded from any legitimate place in a Czech history permeated with the quest for a national (democratic) identity, what Pavel Kolář and Michal Kopeček call the « paradigm of nation-centered history. »((24)) Collective dealing with the communist past through this original denial has translated into a persistent refraining from the vast majority of Czech contemporary historians to publicly confront and analyze the population’s role in accepting and maintaining the communist dictatorship for over forty years, i.e. to concentrate on, or even only consider, collaboration and accomodation to the communist rule. Everyday and oral history would have been ideal methodological tools in this perspective ; this is why they are correspondingly underdeveloped.((25))

A few historians don’t feel bound by this implicit, but unacknowleged and hence undiscussed, intellectual frame and their works are shedding a highly interesting light on Czech communism. Michal Kopeček’s recent volume Seeking the revolution’s lost meaning. Birth and development of marxist revisionism in Central Europe, 1953-1960 offers a counter-narrative both to right-wing anti-communist fundamentalists and to left-wing supporters of ‘drawing a thick line over the past’ (and thus forgetting about history of communism) with the words : « If we want to understand our own national, Central European or European past, we have to understand the [historical] defects [of nazism and communism] not as something external, un-organic, standing outside of us, but as an essential component of our own past and thus of our identity. »((26)) The totalita paradigm would fail not only to explain, but even to restitute, the internal rifts and intellectual diversity within an allegedly monolithic system at the beginning of the 1950s which the author describes and analyzes here.

Michal Pullmann, in his volume on Perestroika and the Fall of Communism in Czechoslovakia also claims the « necessity to put aside our prejudices concerning normalization, to stop demonizing it and to acknowledge that it is not useless to analyze the speeches of Yuri Andropov or of Lubomír Štrougal. […] At the same time, it is important not to remain at the level of the communist leadership or of the oppositional circles, but to subject other sections of pre-revolutionary society to a detailed examination. »((27)) Both volumes bring to the knowledge of communist Czechoslovak intellectual and economic history and point to the insufficiences of the totalita narrative by unveiling a complex social reality beneath the public transcript of domination.

Reaching beyond the surface

In his volume, James Scott comes up with a vivid anthropological description of social actors’ agenda. In the epigraph to his own text, he quotes sentences pronounced by president Václav Havel in May, 1990 : « Society is a very mysterious animal with many faces and hidden potentialities, and […] it is extremely shortsighted to believe that the face society happens to be presenting to you at a given moment is its only true face. None of us knows all the potentialities that slumber in the spirit of the population. » His other epigraph, an Ethiopian proverb, phrases a similar contents in irreverent terms : « When the great lord passes, the wise peasant bows deeply and silently farts. »

The totalita narrative’s most prominent shortcoming is that it fails to go beyond the « hegemonic purpose » made apparent by displays of domination and consent.((28)) On the surface, the public transcript provides an illusionary appearance of power relations through a « stereotyped, ritualistic cast. » In simpler terms, « the more menacing the power, the thicker the mask » of subordination on the part of the ruled.((29)) Yet this picture of absolute power and domination is misleading. The reality of social relations was, and remains, infinitely more complex :

First, the public transcript is an indifferent guide to the opinion of subordinates. (…) At the very least, an assessment of power relations read directly off the public transcript between the powerful and the weak may portray a deference and consent that are possibly only a tactic. Second, to the degree that the dominant suspect that the public transcript may be « only » a performance, they will discount its authenticity. It is but a short step from such skepticism to the view, common among many dominant groups, that those beneath them are deceitful, shamming, and lying by nature. Finally, the questionable meaning of the public transcript suggests the key roles played by disguise and surveillance in power relations. Subordinates offer a performance of deference and consent while attempting to discern, to read, the real intentions and mood of the potentially threatening powerholder.

In consequence, we can appreciate why « even close readings of historical and archival evidence tend to favor a hegemonic account of power relations. »((30)) If social scientists take the strategic pose of the powerless and the overdramatization of the powerful’s mastery at face value, they fail to restitute the vast world of social interacting, of micro-resistance but also of micro-collaboration, what German historian Alf Lüdtke calls the « agenda » of social actors (Eigen-Sinn), which is lying behind this appearance wall :

The theatrical imperatives that normally prevail in situations of domination produce a public transcript in close conformity with how the dominant group would wish to have things appear. The dominant never control the stage absolutely, but their wishes normally prevail. In the short run, it is in the interest of the subordinate to produce a more or less credible performance, speaking the lines and making the gestures he knows are expected from him. […] In ideological terms the public transcript will typically, by its accomodationist tone, provide convincing evidence for the hegemony of dominant values, for the hegemony of dominant discourse. […] Any analysis based exclusively on the public transcript is likely to conclude that subordinate groups endorse the terms of their subordination and are willing, even enthusiastic, partners to their subordination.

We might argue that this faulty reading of the public transcript is in a way an anthropological, current transcription of certain aspects of Arendt’s totalitarianism’s theory – which were illuminating in the 1940s and 1950s but which, as is shown here, need readjustment today. Like the original totalitarian theory, the totalita narrative doesn’t ascribe much interest to private transcripts, but it is also much more superficial : its opportunistic first or second-degree reading of the public transcript (either as the ‘truth’ or as the ‘exact opposite of the truth’) leads it to the pre-drawn problematique, in any given power situation, that subordinate groups were either forced into submission without any agenda of their own (the process of daily compromission is turned into a mere reaction to abject terror) and this, regardless of the period under study (stalinism, post-stalinism, Prague Spring or normalization((31)) ), or that they heroically engaged into anti-regime activities, or that they betrayed their family or their nation.((32))

Human beings in all their complexity tend to be classified into superficial categories of ‘victims’, ‘heroes’ and ‘traitors’, practically without any in-between.((33)) In this logic, social actors who implement any micro-agenda of their own, for instance James Scott’s ‘farting peasant’, tend to become ‘anti-communist activists’, people who try to negotiate a micro-deal for a punctual issue in their lives become ‘resistants’, people who surrender to a micro-concession become ‘agents’, people who are unjustly arrested for any offence become ‘heroes’ as long as the offence in question was not clearly criminal((34)) – or sometimes even in that case : journalist and civil rights activist Petr Uhl has criticized the new law proposition on the so-called ‘Third Resistance’ (an armed resistance to the communist rule of debatable size, motivation and modus operandi but held in high esteem by the proponents of the ‘totalita institute’) by pointing out that half of the designated ‘heroes’ inventoried by historians Prokop Tomek and Ivo Pejčoch, who were executed by the communist regime, had been prosecuted for criminal offences before the communist takeover.((35))

As we will now see, micro- and oral history are adequate tools to fight this systematic ideological overinterpretation. The « meaning of the appearances can be known only by comparing it with subordinate discourses outside of power-laden situations »((36)), i.e., in our case by interviewing ‘small people’, ‘regular’ social actors and local elites.

České Velenice, a small town at the border to Austria

In the course of the Velenice project, I led 40 interviews of town people on their life at the border under communism and post-communism, as well as on their perceptions and images of Austrians and of themselves, all semi-directive.((For a discussion of the methodology and for a full presentation of the results, see Muriel Blaive, « České Velenice, eine Stadt an der Grenze zur Österreich » (České Velenice, a Town at the Border to Austria), in Muriel Blaive and Berthold Molden, Grenzfälle. Österreichische und tschechische Erfahrungen am Eisernen Vorhang (Border Cases. Austrian and Czech Experiences of the Iron Curtain) (Weitra, Bibiothek der Provinz, 2009), 137-270. The interviews quoted here are taken from this volume.)) I proceeded by ‘snow-ball effect’, although maintaining as much as possible equal proportions between genders and generations (approximately 20-, 40-, 60- and 80-year-olds) and representing a variety of social backgrounds, with however a predominance of workers and employees due to the town’s economic structure.

The Iron Curtain entailed a tough border regime in Czechoslovakia, all the more so in České Velenice that, like East Berlin, the town was literally sitting on the border (before 1918, it constituted the industrial suburb of the Austrian town of Gmünd) and the Forbidden Border Zone was sometimes no wider than 25 meters. The predicament of living in a town in eye’s view of the capitalist enemy was that people had to participate in the guarding of the border by denouncing potential escapees – and by denoucing each other if they failed to denounce these escapees. Auxiliary Borderguards, i.e. civilians (very often workers) who denounced trespassers to the border guards and were even entitled to arrest them under certain circumstances, were massively recruited among the local population. Olga Rájová, a 58-year old industrial photographer who moved into town from the hinterland in the 1970s, describes the social atmosphere :

O.R. Here I disliked it from the very first moment. Even the people were somehow close-minded, they were mean, I don’t know, I don’t know. I disliked it from the first and I still dislike it.
M.B. How would it show that people were rude ?
O.R. Like this : here, every other person was an ‘Auxiliary‘, either at the border guards or at the police. They denounced each other, they hid things from one another, they envied each other.
M.B. What would they denounce, for instance ?
O.R. Small crap things, I would say. Nobody had any relationships, there was nothing here, actually everything was monitored. […] And the people have remained the same [until now.] I tell you, it will take another two generations before the people mix up with others, before these things are slowly forgotten, before it becomes different.

What these interviews rapidly revealed is indeed the extent to which this surveillance and control network was oriented against the town’s own collective body, i.e. the extent to which it was a self-surveillance and self-control network. The interviewees collectively estimated that perhaps up to half of the town population was spying on behalf of one or another of the state authorities, as did a documentary film from state-owned Krátký film shot in 1990 which sneered : « As it were, half of the population in the border region was collaborating with the borderguard units. »((37)) In the absence of nearly any research on this topic in the Czech Republic, this claim is at the moment impossible to substantiate but it is not unrealistic in view of German findings currently being worked out at the research department of the German Federal Commissioner for Stasi Files (BStU) and elsewhere.((38))

Focussing on the grim reality of communist Czechoslovakia hence means confronting the issue of the collaboration of the population with the secret police (StB), or the other services that used civilians for denunciation purposes, i.e. the army and the border guards. But the social practice of denunciation has to be analyzed in the context of a permanent negotiation taking place between the rulers and the ruled on the precise terms of the domination scheme. Former dissident, then president Václav Havel analyzed already in the 1970s in his famous essay The Power of the Powerless the ideological language which allowed this negotiation to take place. He grounds his analysis on a fictitious character, a greengrocer who puts the sign Workers of the world, unite! in his shop window in order to display his compliance with the socio-political order :

Let us take note: if the greengrocer had been instructed to display the slogan « I am afraid and therefore unquestioningly obedient“ he would not be nearly as indifferent to its semantics, even though the statement would reflect the truth. The greengrocer would be embarrassed and ashamed to put such an unequivocal statement of his own degradation in the shop window, and quite naturally so, for he is a human being and thus has a sense of his own dignity. To overcome this complication, his expression of loyalty must take the form of a sign which, at least on its textual surface, indicates a level of disinterested conviction. It must allow the greengrocer to say, « What’s wrong with the workers of the world uniting? » Thus the sign helps the greengrocer to conceal from himself the low foundations of his obedience, at the same time concealing the low foundations of power.((39))

The agreement upon such a ‘slogan’ is what James Scott would call a public transcript. In everyday life under communist rule, respecting the public transcript allowed negotiations to take place between the people and regime. The bargaining process of a tit for a tat was made possible by the ideological, official language : ‘I sign this paper supporting socialism, but you let my child go to university.’ – ‘I write reports on this colleague sabotaging the working morale by his criticism of socialism but you promote me to the position which I deserve.’ – ‘I join the party and officially support the regime of popular democracy but you let me buy this plot of land to build my house.’ To quote Havel again, « The primary excusatory function of ideology is to provide people, both as victims and pillars of the post-totalitarian system, with the illusion that the system is in harmony with the human order and the order of the universe. »((40)) As he underlines it, people move in this logic from supporting the system to becoming the system.

To save appearances, however, both parties always negotiate in the realm of what is potentially acceptable for the other party. This is illustrated by the testimony of Jiří Tajemný, a train driver from České Velenice whom I interviewed and who was ‘offered’ (in reality: pressed) to step into the communist party [KSČ] :

I had two small children then, so I stepped into the KSČ and then they tried to drag me into the Militia and there I resisted. I told them I would not go carrying weapons in any militia, and that was it.

If a mutual agreement was shattered by a vehement refusal, for instance : ‘You will not get a visa to go to Spain’ ; ‘I will not carry any weapons and join the militia’, the other party usually did not insist and a compromize was sought on a new base ; a new public transcript was brokered. The problem is of course to know when a person found the strength to resist and to negotiate a better deal : some refused to become even a party member, some refused to become an informant or a member of the militia, some refused everything and some refused nothing. Fear is not a quantifiable entity and the authorities resorted to the worst types of blackmailing and pressure to lead people to ‘voluntarily’ behave in the way which they expected of them.

But as in all negotiation, counterparts were offered and sought. České Velenice’s inhabitants were forced to live in a severely policed town and to watch each other, but the train drivers had privileged access to foreign consumer goods since they were allowed to travel to Austria and to the rest of the Eastern bloc, most people had outstanding housing conditions compared to the rest of the country and many benefited from an excellent education (the Velenice railways gymnasium was renowned) and from a genuine social mobility upward. The fact that the town was secluded and shut down also from the rest of the country rendered it in a way claustrophobic but also exceptionally safe, quiet and protected.

České Velenice’s situation was not the result of an abstract ‘totalitarian’, evil system, but of a real, concrete, compromize on a daily basis. Josefa Kramárová, a 38-year old train station employee, analyzes how the denunciation logic and the overwhelming police presence defined social relations in town :

J.K. Here, there was a policeman behind each corner, they searched you, they escorted people all the way to their houses, there was simply a lot of denunciation going on, you see ?, there was a real totalitarian crassness here. […]
M.B. You said people denounced each other. Did they know it about each other or was it secret ?
J.K. They knew it.
M.B. And they didn’t mind ?
J.K. Well, like this they had [the others] in their palm, they had something on them, everybody had something on everybody else like this.
M.B. It must have been a very unpleasant atmosphere.
J.K. It was their own mistake. I guess it suited them in a way, considering how they splashed about in this [mud], I guess they simply liked it.

In fact, she intuitively underlines the importance of the citizens’ own involvement in a form of bargain with the regime :

M.B. Why was the regime so tough here and not somewhere else ?
J.K. Because people created this among themselves. They made it worse.
M.B. Because they collaborated with the border guards, the militia, the StB ?
J.K. Yeah, they simply went too far. The people themselves denounced each other. They simply made it worse. Not the regime but the people made it tougher for themselves in this regime. People created this themselves !

Police repression and threats played a crucial role in creating this particular atmosphere, and without it this state of affairs would not have endured, but actual violence was not resorted to on a massive scale in České Velenice. The benefit of switching scales((41)) and of observing a small community so to speak with a microscope resides precisely here : the communist regime lasted in time and was rooted in society only because the people themselves participated in the repression policy by surveying and denouncing each other. Judging by the number of secret police informants uncovered in the archives after 1989 (some 160,000((42)) of them guided by more than 12,000 full-time functionaries for a 15 million population((43)) – and in fact disproportionately concentrated on the 10-million Czech part of Czechoslovakia), the generalization potential of this discovery at the level of the Czech nation cannot be questioned.

Four findings on communist rule as derived from České Velenice

To summarize my findings concerning the cmmunist rule in general as I could derive them from my České Velenice microstudy, I would cite these four elements :

the acute awareness on the part of the interviewees themselves that life under communism was a history of simultaneous collaboration and resistance and that the thin line between the two was going through each and every individual. As one of my interviewees put it when describing the atmosphere of massive denunciation which was reigning in town, « People created this themselves ! » ; and as another one put it in a parable about the border : « The border between good and bad was not so clear. Why should it be ? Nothing is like this in life. »

social relations between the rulers and the ruled were permeated by a permanent bargaining process, in which the regime and the population negotiated and renegotiated the price of the subordinates’ continued subordination. The rise of consumer society in Europe in the 1970s combined with regular shortages which exacerbated the Czech consumer’s appetite turned consumer goods into a major negotiation factor in this process.

the relative success of communist rule was predicated on capturing the ‘national transcript‘ of Czech culture : egalitarianism, democracy (understood by the communists in the sense of increased social security and social equality, if not as political democracy) and anti-German/Austrian feelings, which the communist regime confiscated to its own benefit with consumate professionalism. The role of propaganda was here crucial.

and finally, a uniform domination doesn’t exist. Terror exerted against individuals and arbitrariness do pervade the relationship between the rulers and the ruled even in the moments when they exist only as threats and are not applied ; but as a counterpart, « subordinates in such large-scale structures of domination nevertheless have a fairly extensive social existence outside the immediate control of the dominant. »((44)) In a perspective in which the issues of dignity and autonomy are privileged, social reality becomes more complex than the outward appearance of a police state. « Slaves and surfs ordinarily dare not contest the terms of their subordination openly. Behind the scenes, though, they are likely to create and defend a social space in which offstage dissent to the official transcript of power relations may be voiced »((45)), i.e. in historical terms, to have their own agenda (Eigen-Sinn.)

None of these findings is earth-shattering in comparison to similar studies led in Germany, Poland or Hungary. However, it shows that Czechs experienced a comparable predicament to their neighbours. The historical and political elites who are now trying to promote a thoroughly anti-communist ‘1989 ideology’, would certainly not be wishing to hear that « People created this themselves » or that « The border between good and bad was not so clear. » If only for this intellectual challenge, microhistory is fundamental. Let us however proceed to my second point : microhistory has its own intrinsic value as a comparative method.

Microhistory as a comparative method: the case of Komárno

The classic criticism addressed to microhistory as a discipline is that generalizations of single cases might be misleading or hazardous, that they are sometimes too predicated on the specific to bring a relevant contribution to the global picture. at the Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres in Vienna, we collect and confront microstudy cases as a way to do comparative history of communism – between different countries but also within single countries, namely among border communities. To show how useful this comparative method can be, I will now oppose my České Velenice case to another field study I conducted in the Slovak town of Komárno at the border to Hungary.((46))

If České Velenice was part of the Austrian town of Gmünd before 1918, Komárno was part of the Hungarian town of Komárom. Both are avatars of the Allies favourable disposition towards newly-born Czechoslovakia in the post-World War I settlement. But this redrawing of the map created sizable ethnic minorities (Austrians in České Velenice, Hungarians in Komárno, which constituted in fact some 80% of the latter’s population under the First Republic) and fueled nationalist resentment in both cases. Democratic Czechoslovakia and authoritarian Hungary entertained hostile relations in the interwar period. Southern Slovakia was reoccupied by Hungarian troops after the 1938 Vienna Awards under Hitler’s patronage, just like Bohemia was invaded by Nazi Germany.((47))

To British observers, the hatred against Germans in Bohemia after the war was equalled only by the hatred against Hungarians in Slovakia.((48)) Yet the parallel ends here. President Beneš wanted to expell 200,000 Hungarians from Slovakia but this request was rejected at the Potsdam Conference in August, 1945 and replaced by the principle of a population exchange.((49)) The Slovak Hungarians were also expropriated on the basis of the ‘Beneš Decrees’ (just like the Sudeten Germans, the ‘collaborators’ and the ‘traitors.’) An agreement was signed in 1946 with unhappy Hungarian state representatives((50)), as well as a peace treaty in 1947, which reestablished the 1938 borders.((51)) Relations were very bad between the two countries, including among communists.((52)) But all in all, ‘only‘ 50,000 Hungarians were sent to Hungary, while another 50,000 was deported to Bohemia, although the latter were allowed to come back in the 1950s and their citizenship and minority rights were progressively restituted by the communist regime.

This situation partly explains why the public and hidden transcripts in Komárno have been very different from those in České Velenice. The two towns were part of the same country for 75 years but have been worlds apart in the way they have experienced communism and post-communism. In České Velenice, as we have seen, the Iron Curtain border was invested with a high political significance. It was heavily guarded and ascribed the highly symbolical value of defending the country against the so-called ‘Western threat.’ It was overdetermined by rule and domination.

In Komárno, the border didn’t have such a crucial political importance, since Hungary was also a communist country. Both regimes were eager to prevent any trouble with the Slovak Hungarians. Kádár’s Hungary did not want to be accused of encouraging Hungarian revisionism and Husák’s Czechoslovakia feared the contamination potential of a regime which was more liberal than its own. The two governments thus agreed to limit contacts despite their citizens’ numerous overcrossing family ties. On the Slovak side, visas were limited to a maximum of two a year, which could be extended to four a year for the borderland population.

The main human and historical issues in Komárno thus have little to do with communism, collaboration, or dealing with the communist past. Because the local Komárno population was not mobilized to take part in the border guarding, the issue of collaboration is greatly relativized. Because the people were not massively ‘compromized’ before 1989, they don’t have to deal with this issue today. The most striking trait in the Komárno interviews is in fact the absence of interest for socio-political and ideological issues. Pell-mell, communism, democracy, Hungarian fascism, listening to Radio Free Europe, belonging to the communist party, the differences between the Hungarian and the Czechoslovak communist regimes, settling accounts with the old communist system, 1956, 1968, 1989, even 1993 (the establishment of the new Slovak state), or Slovak politics, are all items which prompted indifferent and absent-minded responses from the interviewees.

The question of nationalities

If it was more or less spared this collaboration ordeal, the Komárno population had to deal, however, with another type of historical predicament: that of having to share one territory between two ethnic communities. Since the 1920 Trianon treaty, the Hungarians in Komárno and in Slovakia in general have been mobilizing their energies, if not obsessing, with their own identity in their new national status. The salient essentialist and metaphysical issue at stake in both Komárno communities is one of mirrored identity: for the Hungarians as a minority in Slovakia and for the Slovaks as a minority in the town. The interviewees had much to say on these topics and I questioned them in detail on how they conceive of their own cohabitation, on language questions, parents and children, school and education, national and state loyalty, and on their relationship to Hungarians from Hungary. I led 30 interviews, out of which 20 with Slovak Hungarians of all generations and 10 with Slovaks (so as to answer to the ethnic proportion in the town.)

The communist rulers didn’t manage nor even attempt to deny this existential question ; they instrumentalized it to redefine the local public transcript. The regime was judged by the Komárno population not only on the realm of its socio-economic program or utopian ideology (although it did seduce about 30% of them, in a town after all solidly industrial, to vote for the communist party already before the Second World War), but mainly on the place it could offer to the Hungarians as a national minority in Slovakia and to Slovaks as a national minority in Komárno.

This switch in the people’s central issues of concern as compared to the České Velenice inhabitants exerted a significant influence on the historical perception of the Hungarian interviewees. In my sample, they collectively share a vision of history in which the ideological question is reduced to its national dimension. The issue is not whether communism was better as a regime than democracy, but of how the Hungarians have been treated as a national minority under either regime. I had a surprising dialogue with an 85-year old Hungarian worker, during which I had a hard time to figure out who he meant as being « the democratic president » :

G.C. I was born in 1923 under the First Czechoslovak Republic. At the time we Hungarians had more rights than now. Then the Hungarians were oppressed. I think it’s not right.
M.B. When ?
G.C. Until there was democracy, or whatever it is called. Because what’s his name, the president who brought home the Hungarians from the Czech Republic ?
M.B. Dubček ?
G.C. No, before him.
M.B. Masaryk ? Novotný ? Zápotocký ?
G.C. No, he was a communist.
M.B. Gottwald ?
G.C. Yes, Gottwald. He was a true democrat. Because before him, Beneš and Masaryk sent away the Hungarians to the Czech Republic and Gottwald brought them back home.

To see Klement Gottwald, known as the architect of the stalinization of the Czechoslovak Communist Party in the 1920s and as Stalin’s most faithful Czech pupil in the 1950s((53)), the person who bears the biggest responsibility in the country for the show trials and for the policy of everyday terror((54)), depicted as « the true democrat » among the past Czechoslovak presidents can indeed happen only either to a fanatical communist – or to a Hungarian from Slovakia.

I also asked a young Hungarian interviewee (aged 16) what she thought of the Hungarian minority rights before 1989 :

T.B. Before 1989 ? Well, the Beneš decrees are still valid until now, and that’s why it’s a prejudice and it was surely so already before.

This peculiarly politicized view on history also contributes to relativizing the importance of the 1989 Velvet Revolution. Many of my Hungarian interviewees (but not the Slovaks) didn’t attribute any symbolic importance to the 1989 events, to the point that some couldn’t remember in which year exactly it took place and wondered why I kept questioning them on this particular date (for instance with the question « How has your life changed from a social and economic point of view since 1989. ») The old worker I quoted before provided again an interesting answer :

M.B. How has your life changed since 1989 ?
G.C. Until I retired I was working, and then I went into retirement.

So much for revolution, democracy, market economy and other liberal and neo-liberal sources of pride in transitional Czechoslovakia. His answer displays his utter uninvolvement in politics – and would make some Prague elites, self-satisfied and proud of the 1989 events, shudder.

The commonalities between the two cases

We may now wonder what can be found in common between Komárno and České Velenice, two towns in one and the same country, but where the problematiques at hand are widely diverging, where the population had a completely different experience of communism and correspondingly a very different experience of post-communism.

The answer resides in the fact that we can find in Komárno, just like in České Velenice, an ‘Eigen-Sinn‘, a collective and individual agenda of social actors : maintaining their own ethnic identity on the territory of Komárno, i.e. survive as Hungarians in Slovakia and as Slovaks in this Hungarian town – both communities interestingly arguing that their culture was better defended under communism. We can also outline a public transcript (‘Don’t interfere with the communist rule and we will guarantee your minority rights.’) The interaction with the regime in Komárno was indeed centered on the national question : can the Hungarians strike a deal with the regime to cherish and develop their own identity ? Can the Slovaks strike a deal with the regime to integrate the Hungarian minority while developing a Slovak state culture ? The answer being positive in both cases, the social ‘agreement’ appeared to have functioned to the mutual satisfaction of the parties concerned.

The juxtaposition of these two studies shows that the regime was quite flexible ideologically speaking and willing to make a number of compromizes to ensure a certain harmony in the different communities composing the country. It managed to capture the national transcripts through radically different contexts : in České Velenice, it used and instrumentalized anti-Austrian feelings, in an explicitly xenophobic and demagogic way, to legitimize its own rule and social practice of denunciation ; in Komárno, where legitimizing its own rule entailed on the contrary to act as an appeasement force, it used and instrumentalized the concerns both of the Hungarian majority (but minority in Slovkia), who wanted and needed a free space where to express its national identity, and after 1969 of the Slovak minority (but majority in Slovakia), who was intent on making a serious claim on being a Slovak state within Czechoslovakia. In the Czech borderlands, the regime’s explicit will was to worsen national tensions and to encourage xenophobia. In the Slovak borderlands, the same regime’s explicit will was to defuse national tensions and to discourage xenophobia. Czechoslovak communism appropriated for itself, reshaped and instrumentalized nationalism or nationalist feelings (unless it is the various communities which used and instrumentalized communism for their own purposes) at the expense of its ideological coherence but effectively so as to ensure its own rule.

These individual cases are each in their way ‘extreme‘: no other town was so close to the Iron Curtain as České Velenice, no other relatively important town (35,000 inhabitants) was as ‘Hungarian‘ as Komárno. But they show that when the national question was concerned, the communist rulers could hold completely contradictory positions in order to negotiate separate, but effective public transcripts adapted to local contexts. The comparative microhistorical method which I am defending here shows that communism and nationalism went hand in hand, despite the propaganda on proletarian internationalism which characterized communist ideology. This is certainly yet another key to the regime‘s decades-long stability – and this, not only in Czechoslovakia.

The hidden transcripts

On the other hand, the hidden transcripts that could be unveiled in the course of this oral history study did show points of disagreement with the communist rule. For instance, the České Velenice people were upset by the policy of shooting to kill if trespassers attempted to pass the border. Nearly all of the interviewees volunteered disparaging comments at this modus operandi and claimed to disapprove of violence under any form. Keeping people prisoners of their own country is a cornerstone of the communist dictatorship which was simply never understood nor accepted.

In Komárno, the Hungarian interviewees and their families never endorsed either the official version of history presented by the communist regime (and by post-1989 Slovak democracy) concerning the war and post-war period : for instance, fascist leader Admiral Horthy (who invaded Southern Slovakia in 1938 and restituted it to Hungary) is still seen as a hero by Komárno Hungarians of all generations, even by the youngest, a vision which has been transmitted for decades in the family environment as a counter-narrative to school teaching. The entry of the Soviet troops in 1945 is also still widely seen as an ‘occupation’, whereby the Slovaks of Komárno (and the Czechs of České Velenice) see it as a ‘liberation.’ The latter two communities followed the regime on this count but not on the 1968 Warsaw Pact intervention, which they massively see, even in the most communist families, as an ‘occupation’ despite all propaganda to the contrary – and despite the corresponding public transcript.

In fact, the particular hidden transcript around the 1968 invasion, and the particular, subsequent public transcript, i.e. the communist interpretation of this event, are not just ‘any’ hidden and public transcripts: they constitute a distinctive sore point in the ‘bargain’ between the regime and the Czechoslovak population because it was non-negotiable and thus could never be resolved or pacified. The narrative of the ‘fraternal help’ was perceived not only as a lie (which was, after all, the fate shared by much of communist propaganda), but as a lie which gashed national honour and which could never be warranted adequate compensation in the frame of the communist domination relationship ; being universally, albeit secretly, resented, it is one of the elements which sealed the regime’s eventual fate. At the crucial, historical moment called Velvet Revolution when this hidden transcript was first uttered publicly under the form of the slogan ‘Living in truth’, the communist order of things instantly collapsed. The interviews of former local regime officials which I could lead show that they were painfully aware, for twenty years, that the apparent acceptance of this Soviet occupation was only a pose on the subordinates’ part. They knew it all the better that theirs was also a pose, an intellectually, politically and morally ‘corrupted’ attitude which proved to constitute a lethal breach to the domination system because it was due to backfire sooner or later.

Conclusion

These two studies taken in a comparative perspective can contribute to the historical study of communism in Czechoslovakia, and doubtlessly in the rest of East Central Europe as well, by the finding that there were degrees to the hidden and public transcripts : some were ‘negotiable’, others ‘irreconcilable.’ The ‘negotiable’ ones allowed the dictatorship to function relatively smoothly on an everyday basis because the public transcript, despite its stonewalling discourse and its monopoly of violence, was flexible to a degree. Microstudies reveal interaction between the rulers and the ruled in every case. Despite their subordinate position, the dominated exerted a significant influence on the public transcript, and modified it by exerting pressure until a version acceptable to all parties (admittedly in the specific, uneven and unfair framework of a dictatorship) could be brokered. These ‘negotiable’ transcripts are to be studied in order to understand and analyze how these regimes could last so long and what compromizes everyday domination demanded, and obtained, on both sides. The ‘totalita’, and even the totalitarian, paradigms are perfectly ineffective at this level.

The ‘irreconcilable’ transcripts, on the other hand, are those which caused in the long term the fall of the regimes and are to to be studied and catalogued in order to understand how the latter could collapse in what appeared to be such a sudden manner.

In both cases, only comparative microstudies can triangulate the issues of concern and sources of legitimacy at any given scale (town, region, nation, country, the Eastern bloc, Europe) which found the basis for this social relationship. All levels contribute a different and useful viewpoint, and all need to be practiced.

  1. James C. Scott, Domination and the Arts of Resistance. Hidden Transcripts, (New Haven: Yale University Press, 1990), 2. []
  2. Idem, xii. []
  3. Idem, xii. []
  4. See http://en.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Bouazizi, accessed 28 January 2011. []
  5. James Scott, Domination, 224. []
  6. Idem, 3. []
  7. See the program “Border studies” led by Libora Oates-Indruchová in the frame of the research field “Communist and post-communist times in Central Europe” on http://ehp.lbg.ac.at. []
  8. For instance Sandrine Kott in her study of East German factories, see Sandrine Kott, Le communisme au quotidien (Paris: Belin, 2003). []
  9. For isntance and among a wide choice, Alf Lüdtke, ed., The History of Everyday Life : Reconstructing Historical Experiences and Ways of Life (Princeton: Princeton University Press, 1995) ; Konrad Jarausch, ed., Dictatorship as Experience : Towards a Socio-Cultural History of the GDR (New-York:  Berghahn, 1999); Thomas Lindenberger, ed., Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR (Cologne, Böhlau, 1999) ; Sandrine Kott, Emmanuel Droit, eds., Die Ostdeutsche Gesellschaft. Eine transnationale Perspektive (East German Society. A Transnational Perspective) (Berlin: Ch. Links Verlag 2006) ; Katherine Pence, Paul Betts, eds., Socialist Modern: East German Everyday Culture and Politics (Ann Arbor, University of Michigan Press, 2008); Belinda Davies, Michael Wildt, Thomas Lindenberger, eds., Alltag, Erfahrung, Eigensinn. Historisch-anthropologische Erkundungen (Everyday, Experience, Agency. Historico-Anthropological Investigations) (Frankfurt; Campus, 2008). []
  10. See for instance Jan Kula, Sandrine Kott, Thomas Lindenberger, eds., Socjalizm w zyciu powszednim. Dyktatura a spoleczenstwo w NRD i PRL (Socialism in Everyday Life. Dictatorship and Society in the GDR and in the People’s Republic of Poland) (Warsaw: Trio, 2006) and generally the other volumes published in the editorial collection W krainie PRL (In the shadow of the Polish Democratic Republic) at the same publisher’s, for instance Krzysztof Kosiński, O nową mentalność. Życie codzienne w szkołach 1945-1956 (On a New Mentality. Daily Life in Schools 1945-1956) (Warsaw : Trio, 2000) or Błażej Brzostek, Robotnicy stalinowskiej Warszawy. Konflikt społeczny 1950–1954 (Workers in Stalinian Warsaw. Social Conflict 1950-1954), (Warsaw : Trio, 2002). []
  11. For instance Mark Pittaway, “The Social Limits of State Control: Time, the Industrial Wage Relation and Social Identity in Stalinist Hungary, 1948-1953”, Journal of Historical Sociology, Vol.12, No.3, September 1999, 271-301;  Martin Mevius, Agents of Moscow. The Hungarian Communist Party and the Origins of Socialist Patriotism, 1941-1953 (Oxford: Oxford University Press, 2005); Sándor Horváth, Kádár gyermekei: ifjúsági lázadás a hatvanas években [Children of Kádár: Youth Rebels in the 1960s] (Budapest: Nyitottkönyv, 2009); Sándor Horváth, Lordok Háza. Társadalmi gondoskodás Budapesten 1945 után [House of the Lords. Social Care in Budapest after 1945] (Budapest: Napvilág, 2011, forthcoming). []
  12. The only ambitious oral history publication these past twenty years has been a large collection of interviews with former dissidents and former communist officials, see Miroslav Vaněk and Pavel Urbášek, eds., Vítězové? Poražení? Životopisná interview. I.díl Disent v období tzv. normalizace II.díl Politické elity v období tzv. normalizace (Victorers? Vanquished? Biographical Interviews. Vol.1. Dissent in the so-called Normalization Period. Vol.2. Political elites in the so-called Normalization Period) (Prague: Prostor, 2005), 1960 pages (two volumes.) The Oral History department, led by the said Miroslav Vaněk at the Institute for Contemporary History in Prague, is dynamic and productive but currently consists of two full-time researchers and one part-time student helper, which certainly indicates what priority it has in the scale of this approximately 50-researcher strong institute. []
  13. For instance the project « Ourselves », see Zdeněk Konopásek, Otevřená minulost. Autobiografická sociologie státního socialismu (Open Past. Autobiographical sociology of State Socialism) (Prague: Karolinum, 1999) ; or the project « The reconstruction of communist rule » with the microstudy of a small town by sociologists and social anthropologists, see Jiří Kabele, « Late socialist and revolutionary achievements of the township of Filipov », in Muriel Blaive, ed., Communism from the Viewpoint of Societies (Prague: CeFReS, 2006), 101-115. See also the excellent study Jiří Kabele, Martin Hájek, Jak vládli? Průvodce hierarchiemi reálného socialismu (How Did They Rule? A Guide to Hierarchies of Real Socialism) (Brno, Doplněk, 2008). For an overview of Czech qualitative research from the 1980s to the 2000s, see Barbora Špalová, « ‘La révolution de velours’ dans les sciences sociales tchèques », Critique internationale, n°32, July-September 2006, 107-131. For valuable historical works which are not centered on political history but on cultural history despite not being microhistorical works in the strict sense, see Paulina Bren, The Greengrocer and His TV. The Culture of Communism after the 1968 Prague Spring (Ithaca: Cornell University Press, 2010), Petr Roubal, “Politics of Gymnastics. Mass gymnastic displays under communism in Central and Eastern Europe“, Body and Society, vol.9, no. 2 (2003): 1-25 or Martin Franc, Řasy, nebo knedlíky? Postoje odborníků na výživu k inovacím a tradicím v české stravě v 50. a 60. letech 20. století (See-weed or Dumplings? The Attitudes of Nutrition Experts on Inovation and Tradition in Czech Cuisine in the 1950s and 1960s) (Prague, Scriptorium, 2003). An excellent micro-analysis of the Secret Police methods and of the reaction and attitude an individual could have in the face of persecution can also be found in the personal testimony of former underground poet and musician Petr Placák : Petr Placák, Fízl (Snooper) (Prague: Torst, 2008). []
  14. Pavel Kolář and Michal Kopeček, « A difficult quest for new paradigms : Czech historiography after 1989 », in Sorin Antohi and Balázs Trencsényi and Péter Apor, eds., Narratives Unbound. Historical Studies in Post-Communist Eastern Europe (Budapest: CEU Press, 2007), 220. []
  15. Idem, 220. []
  16. See for instance Petr Blažek and Tomáš Bursík, eds., Pražský proces 1979. Vyšetřování, soud a věznění členů Výboru na obranu nespravedlivě stihaných. Dokumenty (The Prague Trial 1979. Investigation, Judgement and Jail Sentence of the Committee for the Defense of the Unjustly Persecuted Members. Documents) (Prague: ÚSD, 2010); Katka Volná and Jakub Jareš and Matěj Spurný and Klára Pinerová, eds., Prověřená fakulta. KSČ na Filozofické fakultě UK v letech 1969-1989 (Vetted Faculty. The Czechoslovak Communist Party at the Faculty of Arts in Prague in 1969-1989) (Prague: ÚSD, 2009); Jiří Hoppe and Jiří Suk, Dvojí identita Klubu angažovaných nestraníků. Před invazí 1968 a po pádu komunismu 1989 (Double Identity. The Club of Engaged Non-Party Members. Before the 1968 Invasion and After Communism’s Fall) (Prague: Euroslavica, 2008), etc. []
  17. See the text of the law in English translation on the webpage of the said institute, http://www.ustrcr.cz/data/pdf/normy/act181-2007.pdf, accessed 14 January 2011. []
  18. Idem. []
  19. See for instance the issue Totalitariansim in Czech history (Das Konzept des Totalitarismus in der tschechischen Geschichte/Existoval v českých dějinách totalitarismus?), jointly published by the prestigious Czech and German journals Soudobé dějiny and Bohemia in which, despite the editors’ best efforts and wishes, no author proceeded to any epistemological analysis of ‘totalita.’ []
  20. For instance in the Slovník cizích slov (1993), Slovník spisovné čestiny pro školu a veřejnost (1994), Akademický slovník cizích slov (1995), Oxfordský slovník světové politiky (2000), Slovník antropologie občanské společnosti (2006), etc. []
  21. For an excellent reading of Arendt, see Abbot Gleason, Totalitarianism. The Inner History of the Cold War (Oxford: Oxford University Press, 1995). []
  22. Milan Otáhal, « K některým otázkám dějin ‘normalizace’ » (Some Questions Concerning the History of ‘Normalization’), Soudobé dějiny, 1/95, 5. []
  23. On the crucial role played by democracy in Czech self-representation, see Muriel Blaive, « La démocratie pour les Tchèques: une légitimité politique et une composante identitaire », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 1/2003, 59-82. []
  24. Pavel Kolář, Michal Kopeček, « A difficult quest », 176. []
  25. Idem, 219. The table of contents of the journal Soudobé dějiny in its first fifteen years illustrates the general absence of interest for topics other than repression, resistance and the ‘three dates’ of Czech communism (1948, 1968, 1989.) See Věra Břeňová, ed., Soudobé dějiny, Bibliografie 1993-2008. Obsah ročníků I-XV (Soudobé dějiny. Bibliography 1993-2008. Contents of the Volumes I-XV) (Prague: ÚSD, 2009). []
  26. Michal Kopeček, Hledání ztraceného smyslu revoluce. Zrod a počátky marxistického revizionismu ve střední Evropě 1953-1960 (Prague: Argo, 2009), 10. For an English-speaking review of this book, see Muriel Blaive, H-Soz-u-Kult, 9 November 2010, accessible on http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/rezensionen/id=13847&type=rezbuecher&sort=datum&order=down&search=blaive. []
  27. Michal Pullmann, Konec experimentu. Přestavba a pád komunismu v Československu (The End of the Experiment. Perestroika and Communism’s Fall in Czechoslovakia) (Prague: Scriptorium, 2011), 13-14. []
  28. James Scott, Domination, 12. []
  29. Idem, 3. []
  30. Idem, xii. []
  31. On this refusal to distinguish separate periods of the communist rule, see Pavel Žáček, « Nejsme nástroj pomsty » (We Are Not an Instrument of Vengence), Mladá fronta Dnes, 14 November 2007, 14. []
  32. See for instance this article on the « Theory of totalitarianism and the concept of radical transformation of the countryside », where the ‘totalitarianism theory’ is reduced to Carl Friedrich’s definition in five points (ideology, mass party, monopoly of violence, monopoly of information, physical and psychological control of the population) as a « methodological background » to account for collectivization, without the peasant population being considered a social actor of its own at any point or in any way. See Petr Blažek, « Teorie totalitarismu a koncept radikální proměny venkova » (The Totalitarianism Theory and the Concept of Radical Transformation of the Countryside), in Jan Němec and Markéta Šůstková, eds., III. Kongres českých politologů. Olomouc 8.-10.9.2006 (III. Congress of Czech Political Scientists) (Prague: Česká společnost pro politické vědy, 2006), 838-842. []
  33. A textbook example of this primitive conceptualization is the accusation of ‘informant’ uttered against Milan Kundera by the head of the oral history department at the Institute for the Study of Totalitarian Regimes, Adam Hradílek : see Adam Hradilek and Petr Třešňák, « Udání Milana Kundery » (Milan Kundera’s Denunciation), Respekt, 19, n°42, 13 October 2008, 38-46. For a full analysis of this case, see Muriel Blaive, « L’ouverture des archives d’une police politique communiste: le cas tchèque, de Zdena Salivarová à Milan Kundera », in Sonia Combe, ed., Archives et écriture de l’histoire dans les sociétés post-communistes (Paris: La Découverte, 2009), 203-226. []
  34. See the interesting analysis of the so-called “Third Resistance” movement, i.e. essentially random victims of the communist repression who progressively came to reinterpret their life of victimhood as one of active resistance to the regime, in Françoise Mayer, Les Tchèques et leur communisme (Paris, EHESS, 2003). []
  35. See Petr Uhl, « Lépe je morálně nesoudit » (The Best is Not to Cast Any Moral Judgement), Právo, 24 January 2011. See also his opponents’ answer, historians of the ‘totalita’ inspiration, Ivo Pejčoch and Prokop Tomek, « Protikomunistický odboj existoval » (The Anti-communist Resistance Did Exist), Právo, 24 January 2011. []
  36. James Scott, Domination, xii. []
  37. See the film Hranice bez opony (A Border Without Curtain), Petr Kudela, Krátký film, 1990. []
  38. Cf. for instance Gerhard Sälter, Grenzpolizisten. Konformität, Verweigerung und Repression in der Grenzpolizei und den Grenztruppen der DDR 1952-1965 (Border Policemen. Conformity, Refusal and Repression in the Border Police and Border Guards of the GDR 1952-1965) (Berlin: Christoph Links Verlag, 2009) or Edith Sheffer, Burned Bridge: How East and West Germans Made the Iron Curtain, PhD Dissertation, Berkely, University of California, 2009, accessible on http://gradworks.umi.com/3353455.pdf (accessed 2 December 2010), forthcoming at Oxford University Press, August 2011. []
  39. Václav Havel, « The Power of the Powerless », in Paul Wilson, ed., Open Letters. Selected Writings 1969-1990 by Václav Havel (New York: Vintage, 1992) (first edition of the essay, 1978), 133. []
  40. Idem, 134. []
  41. This is a reference to the ‘bible’ of microhistory, with a key discussion on the comparative merits of the microhistorical scale as opposed to traditional forms of history or other social sciences : Jacques Revel, ed., Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience (Paris, EHESS, 1996). []
  42. If the figure stemming from a list stolen at the Ministry of Interior and published unofficially in 1992 by former dissident and fanatical anti-communist Petr Cibulka is to be believed. See « Kompletní seznam spolupracovníků StB » (Full Inventory of the Secret Police Collaborators), Rudá krávo, 2, (13), 1992, Rudá krávo, 2, (14), 1992 (II. díl), Rudá krávo, 2, (15), 1992, (III. díl). []
  43. See Pavel Žáček and Petr Blažek, « Czechoslovakia », in Krzysztof Persak and Łukasz Kamiński, eds., A Handbook of the Communist Security Apparatus in East Central Europe 1944-1989 (Warsaw: Institute of National Remembrance, 2005), 109. []
  44. James Scott, Domination, xi. []
  45. Idem, xi. []
  46. See Muriel Blaive, « Identity and Ethnicity at the Slovak-Hungarian Border », in Muriel Blaive, Barnabás Vajda, Final Report on the Border Study Komárno/Komárom (Vienna: LBI EHP, forthcoming, 2011). For additional literature on Komárno, see Elena Mannová, « Southern Slovakia as an Imagined Territory », in Steven G. Ellis and Raingard Esser, eds., Frontiers, Regions and Identities in Europe (Pisa: Edizioni Plus, 2009), 185-204 ; Elena Mannová, « ‘Sie wollen keine Loyalitat lernen!’ Identitatsdiskurse und lokale Lebenswelten in der Südslowakei 1918-1938 » (‚They Won’t Become Loyal!’ Identity Discourse and Local Experiences in South Slovakia 1918-1938), in Peter Haslinger and Joachim von Puttkamer, eds., Staat, Loyalitat und Minderheiten in Ostmittel- und Südosteuropa 1918-1941 : Buchreihe der Kommission für Geschichte und Kultur der Deutschen Südosteuropa (State, Loyalty and Minorities in Easteran and South-Eastern Europe) (Munich: Oldenbourg, 2007), 45-67 ; Eva Irmanová, Maďarská menšina na Slovensku a její místo v zahraniční politice Slovenska a Maďarska po roce 1989 (Hungarian Minority in Slovakia and Its Place in Slovak and Hungarian Foreign Policy After 1989) (Prague: Albis International, 2005) ; Stefano Bottoni, « Komárom/Komárno. Offizielle und inoffizielle Beziehungen in einer ungarisch-slowakischen Zwillingsstadt (1960-1985) » (Komárom/Komárno. Official and Inofficial Relations in a Twin Hungarian-Slovak Town 1960-1985), in Włodimierz Borodziej and Jerzy Kochanowski and Joachim von Puttkamer, eds., « Schleichwege ». Inoffizielle Begegnungen sozialistischer Staatsbürger zwischen 1956 und 1989 (‘Secret Paths’. Inofficial Encounters of Socialists Citizens 1956-1989) (Cologne: Böhlau, 2010), 67-89. []
  47. See R.W. Seton Watson, A History of the Czechs and Slovaks. “People of whom we know nothing” (Hamden: Archon Books, 1965) (1st edition 1943), 374. []
  48. See John Parker, “Power and Politics”, in Czechoslovakia Six Studies in Reconstruction (London: George Allen & Unwin, 1946), 14. []
  49. See Stephen Borsody, “State- and Nation-building in Central Europe: The Origins of the Hungarian Problem”, in Stephen Borsody, ed., The Hungarians: A Divided Nation (New Haven: Yale Center for International and Area Studies, 1988), 371. []
  50. See Stephen D. Kertész, Diplomacy in a Whirlpool (Notre-Dame: University of Notre-Dame Press, 1953), 124-125. []
  51. See Stephen Borsody, “State- and Nation-building”, 371. []
  52. In the immediate postwar period, the good-willing, internationalist, discourse of communist ideology on ‘brotherly cooperation’ was completely overcome by national hatred, as is testified by the very hostile clash between Czechoslovak and Hungarian communist leaders at the first meeting of the Kominform in Szklarska Poręba in September, 1947. See Giulano Procacci, ed., The Cominform Minutes of the Three Conferences 1947/1948/1949 (Milan: Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, 1994). []
  53. See Jacques Rupnik, The Other Europe (London: Weidenfeld & Nicolson, 1988). []
  54. See Karel Kaplan, Dans les archives du Comité central (Paris: Albin Michel, 1978). []

Les droits nationaux interprétés « à la lumière des directives telles qu’interprétées par la CJCE (UE) »

Dates : 6 et 7 mai 2011

Lieu : Düsseldorf

Organisateurs :  Groupe d’études franco-allemand sur le contentieux du travail

Programme : L’influence de la CJUE sur les juridictions nationales

Le droit communautaire a remodelé les droits nationaux dans leurs dispositions, par l’adoption de textes nouveaux conformes ou par modification des textes existants. Mais au-delà de ces réformes légales, les juges, lorsqu’ils sont appelés à appliquer un texte de droit national, doivent l’interpréter en tenant compte des normes de l’UE et de l’interprétation qu’en fait la CJUE. La Cour de cassation française utilise une expression très significative : elle interprète « à la lumière des directives telles qu’interprétées par la CJCE/UE ». La rencontre des 6 et 7 mai 2011 avait pour objet de comparer les usages et pratiques des juges allemands et français confrontés à l’application d’un texte national ayant donné lieu à des normes et interprétations européennes (Sont exclues ici les normes du Conseil de l’Europe et l’interprétation de la CEDH).
Rappelons que les interprétations données par la CJUE s’imposent aux juges nationaux, quelle que soit l’origine de la question préjudicielle. L’interprétation donnée en réponse à une question allemande s’impose au juge français, bien que les règles nationales soient différentes. Les juges doivent donc connaître la jurisprudence de la CJUE et l’adapter à leur droit. Ceci explique en partie certaines évolutions dans les domaines de prédilection du droit social européen.

Selon une méthode éprouvée au sein du GEFACT, nous avons choisi trois thèmes clés relativement à la problématique envisagée et confié leur présentation à un « couple » mixte franco-allemand. Le vendredi après-midi Sonja Jung (Allemagne) et Chantal Verdin (France) ont traité du transfert d’entreprise ; samedi matin Corinne Sachs-Durand (France) et Meinhard Zumfelde (Allemagne) ont traité de l’information et de la consultation des salariés ; samedi après-midi Gerhardt Binkert (Allemagne) et Philippe Grangier (France) ont traité des congés payés. Ces exposés sont systématiquement suivis de débats.

1. Le transfert d’entreprise
Sujet emblématique des bouleversements opérés dans l’ensemble des droits des États-membres, quel que soit leur droit national avant l’adoption de la Directive 77/187/CEE du 14 février 1977 ; qu’ils connaissent ou non le mécanisme du transfert automatique du contrat de travail au « repreneur », il a fallu s’adapter au nouveau « vocabulaire européen » et en adopter les concepts propres en la matière.

a. Allemagne
En droit allemand, le sort du contrat de travail en cas de transfert d’entreprise a été fixé dans le Code civil dès 1972, par la suite l’article 613 BGB a été révisé à différentes reprises pour se mettre en conformité avec les directives européennes (1977, 1998 et 2001) ; la dernière réforme date du 4 janvier 2002.
La vision allemande du transfert d’entreprise s’attache plus au maintien des droits collectifs, à la survivance des institutions représentatives (comité d’établissement) qu’au maintien du contrat de travail pris individuellement. Ceci marque une différence essentielle entre les deux droits étudiés quant à la compréhension de cette notion ; là où la France met l’accent sur le maintien des contrats, le droit allemand préserve le comité d’établissement.
Cette vision pose problème en cas de transfert partiel de l’entreprise : comment interpréter « l’entité économique »  chère au droit européen ? Celle-ci est assimilée par la jurisprudence allemande à la notion d’établissement, ensemble constitué par une communauté de travailleurs subordonnés  œuvrant pour un entrepreneur et par des biens matériels ou immatériels au service de cette entreprise. Mais la CJCE condamne cette vision trop « organisationnelle » qui met hors champ de la règle les salariés isolés (aff. C-466/07, Klarenberg). Le BAG a fait évoluer sa jurisprudence et se réfère désormais à la notion européenne d’entité économique  permanente et s’intéresse à la préservation de son identité en appliquant la méthode du faisceau d’indices1. La situation est désormais examinée in concreto (BAG 24.4.08, 8 AZR 268/07).
Cependant, les juges allemands restent attachés à la notion d’établissement, privilégiant le critère de la structure organisationnelle du travail (BAG 17.12.09 – 8 AZR 1019/08, NZA 10, 499). D’importants problèmes se posent pour identifier « l’unité économique » dans les entreprises de services dont l’actif est plus constitué d’éléments incorporels, essentiellement les salariés, que de biens corporels. Le cas des cantines est exemplaire : le BAG considère rarement que cette activité puisse constituer une unité économique et refuse d’appliquer les règles sur le transfert d’entreprise (BAG NZA 2010, 499).
De même, les opérations de concession et de sous-traitance ont donné lieu à des controverses jurisprudentielles parfois réglées par la CJCE qui étend le domaine de l’application des règles protectrices du transfert d’entreprise le plus largement possible dès lors qu’il y a, selon sa définition, une entité économique qui conserve son identité, même parfois sans transfert d’éléments corporels significatifs (en particulier lorsque ces éléments appartiennent à l’entreprise cliente, aff. Güney-Görres, CJCE NJW 2006, 889, BAG NZA 2006, 1039).
Dans le droit allemand comme dans le droit français, les difficultés viennent du caractère concret de la notion de transfert au sens européen, qui lui donne un aspect changeant selon les espèces et difficilement saisissable, d’autant que les juges tendent de déjouer les stratégies d’évitement des entreprises.
b. France
Chantal Verdin rappelle l’ancienneté de la règle française : le maintien du contrat de travail en cas de modification dans la situation juridique de l’employeur est inscrit dans le Code du travail depuis 1928. Dans un arrêt célèbre de 1934 la Cour de cassation en faisait application dans une affaire de concession de gestion de la distribution d’eau dans laquelle aucun lien juridique existait entre l’ancien et le nouveau concessionnaire (attribution par la ville). La Haute juridiction française soulignait alors l’esprit du texte rédigé dans le sens d’une plus grande protection du salarié (arrêt Goupy, 27 fév. 1934, GADT n° 62).
Malgré l’ancienneté de la règle, dont le texte est resté quasi inchangé, les juridictions françaises ont du adapter leurs décisions à l’interprétation que la CJUE a faite de la Directive de 1997 sur le « transfert d’entreprise », réformée par la Directive du 12 mars 2001. Ainsi, en 1986 (Cass. Soc. 12 juin 1986), la Cour de cassation était revenue sur sa propre jurisprudence de 1934, en jugeant que la règle sur le maintien du contrat de travail ne s’appliquait pas lorsqu’aucun lien de droit n’unissait les concessionnaires successifs. La CJCE en a décidé autrement par un arrêt du 10 février 1988, aff. Tellerup, ce qui a obligé la Cour de cassation à opérer un nouveau revirement dans des arrêts rendus en Assemblée plénière le 16 mars 1990.
Au fur et à mesure de ses décisions, la CJCE a élaboré une définition du transfert d’entreprise, inscrite désormais dans la directive et reprise dans les décisions nationales. Pour autant des zones d’ombre demeurent d’autant que chaque situation appelle un examen concret de la situation. Il n’en reste pas moins que les contrats doivent être maintenus dès lors que ce qui est transféré (possible transfert partiel) constitue une organisation structurée, et que ce transfert s’accompagne de « moyens corporels et incorporels ».
Cependant, une difficulté subsiste concernant les entreprises de services, essentiellement composées de main d’œuvre (nettoyage, bureaux d’études…). En ce cas l’interprète s’intéresse aux aspects économiques : y a-t-il transfert d’entreprise ou simple perte d’un marché ? Sur ce point la CJCE a eu une jurisprudence hésitante, tandis que la Cour de cassation a toujours considéré que la « simple perte d’un marché » n’entrainait pas le transfert obligatoire du contrat de travail. Certaines  conventions collectives imposent ce transfert au nouvel attributaire du marché (cas des entreprises de nettoyage par ex.), sans que cette obligation engage le salarié qui peut dans ce cas refuser le transfert, tandis que dans les cas de transfert relevant de la règle légale le salarié ne peut s’opposer au changement d’employeur.
Un autre point a donné lieu à débat en France, c’est celui de l’identité des employeurs. Après avoir jugé que la règle n’avait pas lieu de s’appliquer en cas de transfert entre personnes privées et personnes morales, la Cour de cassation a du se conformer à la vision européenne pour qui le statut de l’employeur importe peu, ce qu’il faut examiner c’est la situation concrète de travail, dès lors qu’il y a subordination et transfert d’entreprise, le contrat doit être maintenu(CJCE 26 sept. 2000, C-176/99, aff. Mayeur ; Cass. Soc. 25 juin 2002, Bul. Civ. V n° 209). Cette position a obligé le législateur français à revoir le statut de la fonction publique pour permettre d’incorporer des salariés venant du secteur privé par reprise d’une activité économique (Ex. : une clinique absorbée par un hôpital public).
Il n’en reste pas moins que certaines divergences demeurent en particulier quant aux moyens matériels qui sont transférés, la Cour de cassation ne reprend pas la distinction européenne concernant les entreprises constituées essentiellement de personnes. Il semble d’ailleurs que la Cour de cassation soit prudente face à des entreprises dont les  conventions collectives prévoient la reprise d’une partie (en %) du personnel, le risque d’une interprétation trop sévère serait la dénonciation de ces  conventions collectives protectrices malgré tout des salariés.

2. L’information et la consultation des salariés
Samedi matin, Meinhard Zumfelde et Corinne Sachs-Durand présentaient la problématique posée en matière d’information et de consultation des salariés.

a. Allemagne
Selon la méthode traditionnelle d’approche concrète chère au GEFACT, Meinhard présente une affaire soumise au tribunal du travail de Gelsenkirchen (30.11.2006 – 5 BVGa 9/06). En l’espèce, un hôtel employant 140 salariés avait décidé d’externaliser la partie nettoyage (40 salariés concernés) à une entreprise spécialisée. En cas de restructuration, la loi allemande oblige l’employeur à négocier avec le Betriebstrat (BR) un accord de compensation ou un plan social, mais la loi sur la constitution de l’établissement n’interdit pas à l’employeur de poursuivre l’opération de restructuration alors même que les négociations sont en cours. En l’occurrence, le BR intentait une action contre l’employeur pour que les juges interdisent le transfert des salariés tant qu’un accord n’avait pas été trouvé.
Le Tribunal de Gelsenkirchen reconnait l’urgence de la situation et constate que bien que les contrats des 40 salariés concernés soient repris par le nouvel employeur, cette restructuration entraîne une profonde modification de l’établissement. Il y a donc, selon le Tribunal, une obligation de négocier et en vertu de la Directive 2002/14/EC établissant un cadre général relatif à l’information et la consultation des travailleurs dans la Communauté européenne, il existe un véritable droit à la négociation du BR. La compensation du défaut de négociation prévue par la loi allemande qui se résume à des dommages et intérêts est insuffisante relativement à la violation du droit. La sanction la plus adéquate est la suspension de l’opération de restructuration tant que l’accord n’a pas été trouvé. Ainsi en a décidé le Tribunal du travail de Gelsenkirchen. La référence au droit européen n’est pas réservée aux juridictions suprêmes.
La décision peut être critiquée sur l’application directe de la Directive, lui attribuant un effet horizontal douteux. Un autre argument aurait pu être tiré de la loi sur la procédure et les pouvoirs du juge en matière de mesures provisoires. Quoi qu’il en soit, l’effet utile du droit européen est ici respecté en même temps que l’obligation de négocier prévue tant par le droit allemand que par le droit de l’UE.
b. France
Corinne Sachs-Durand souligne les difficultés en droit français, posées particulièrement dans les groupes de société et qui concernent au premier plan les groupes européens. En son temps l’affaire Renault-Vilvoorde avait défrayé la chronique et montré l’intérêt du droit européen en matière de comité d’entreprise européen. Les questions en termes de pouvoir et de responsabilité se posent notamment lors de la mise en place des institutions représentatives du personnel et lors des restructurations au sein du groupe.
En matière de mise en place des institutions représentatives du personnel (IRP), le droit français n’impose aucune obligation d’information des salariés tant sur l’effectif que sur la structure sociale. Cependant, la jurisprudence européenne (aff. Bofrost du 29 mars 2001, C-62/99, Ads Anker du 15 juillet 2004, C-349-01, et Kühne et Nagel du 13 janvier 2004) reconnait une information nécessaire des salariés des entreprises concernées par la mise en place d’un comité d’entreprise européen. La Directive révisée en 2009 intègre cette jurisprudence, on peut y voir une préfiguration d’un droit plus général des salariés à l’information en matière de mise en place des IRP.
Le droit français doit évoluer dans ce sens, non seulement pour la mise en place d’instances européennes mais pour toutes les IRP (délégués du personnel, comité d’entreprise).
Dans le domaine des restructurations, le droit européen prévoit une portée assez large de l’information et de la consultation des représentants des travailleurs (Directves 2002/14/CE, cadre général relatif à l’information et la consultation, 2001/86/CE, statut de la société européenne, 2009/38/CE, comité d’entreprise européen). Mais la responsabilité des entreprises semble traitée différemment par la CJUE selon qu’elle porte sur les questions économiques ou sociales. En matière économique la société mère est responsable tandis qu’en matière sociale ce sont les filiales qui sont responsables (S. Vernac, L’information et la consultation des représentants des travailleurs lors de la restructuration d’un groupe, à propos de l’arrêt Akavan c/ Fujitsu Siemens, CJCE 10 septembre 2009, RDT 2010 p. 285).
En France, la Cour de cassation adopte une position comparable à celle de la CJUE (Cass. Soc. 13 janvier 2010, Flodor, P. Bailly, L’obligation de reclassement dans le groupe, AFDT 8 octobre 2010), seul l’employeur est responsable de l’obligation de reclassement, même si celui-ci doit être recherché dans l’ensemble des sociétés du groupe en France ou à l’étranger.
Pour autant, les droits d’information et de consultation du comité d’entreprise évoluent également dans le contexte d’internationalisation et de restructuration des groupes d’entreprise. Dans un arrêt du 26 octobre 2010 la Cour de cassation a reconnu au comité d’entreprise de deux filiales françaises d’un groupe néerlandais le droit de recourir à une expertise relative à une opération de concentration lancée par une société américaine sur la société mère. La Cour de cassation considère que dans la mesure où les salariés des filiales françaises pouvaient être indirectement affectés par cette opération ils avaient un droit légitime à une information économique circonstanciée (P. Bailly, Précisions sur l’obligation d’information et de consultation en cas de concentration, Liaisons sociales Europe n° 264, p. 4).
Peut-on envisager le développement d’un droit général à l’information des salariés et d’une responsabilité en termes d’information dans les groupes de sociétés ? La question reste en débat.

3. Les congés payés
Le troisième axe de ce séminaire a donné lieu à exposés avec cas pratiques de Gerhardt Binkert et Philippe Grangier. La question des congés payés est plus nouvellement arrivée sur la scène judiciaire européenne, mais le dialogue avec les juges nationaux est nourri et pose des questions insoupçonnées jusqu’alors, entrainant dans les deux droits étudiés de profonds bouleversements dans des jurisprudences considérées jusque là comme constantes. On constate d’ailleurs que ce sont les mêmes points qui suscitent interrogations et bouleversements dans les deux pays.
a. Allemagne
La loi fixe le cadre général et la période de référence, les conventions collectives contiennent des dispositions plus favorables et plus précises. Le congé payé est annuel et ne peut être reporté sur l’année suivante que dans des cas très exceptionnels. Les congés non pris sont perdus, même si la maladie en est la cause, sans indemnisation possible. Ce n’est qu’en cas de rupture du contrat que les congés non pris donnent lieu à indemnisation pour l’année en cours.
Une différence d’interprétation opposait la Cour d’appel du travail de Düsseldorf à la Cour fédérale qui réformait ses arrêts rendus en matière d’articulation entre maladie et congé. La Cour fédérale considérait que le salarié malade pendant toute ou partie de l’année ne pouvait prétendre à des indemnités pour congé non pris. La Cour de Düsseldorf a posé une question préjudicielle à la CJCE qui a répondu par la décision du 20 janv. 2009, aff. C-305/06 et C/6520/06, Schultz-Hoff et Stinger. Son interprétation rejoint celle de la Cour d’appel, fondé sur la Directive 2003/88/CE : la finalité du droit au congé annuel est de permettre au travailleur de se reposer, l’expiration de la période de référence ne peut mettre fin à ce droit et si le salarié ne peut prendre ce congé en raison de son état de santé, il doit être indemnisé à hauteur des droits acquis.
La décision de la CJCE a conduit la Cour fédérale à réviser sa jurisprudence, ce qu’elle a fait dans un arrêt du 24 mars 2009 (9 AZR 983/07), sans faire une application directe de la directive qui n’a pas d’effet horizontal, elle modifie son interprétation du droit national en se référant directement à l’interprétation communautaire. En l’occurrence, la loi allemande pouvait être interprétée ainsi sans nécessiter une intervention du législateur pour rendre une « interprétation conforme ».
Gerhardt Binkert fait part de son avis critique vis-à-vis de la décision de la CJCE qui a obligé la Cour fédérale à revoir sa jurisprudence. Il reproche à la Cour de Justice de ne pas respecter les fondements des droits nationaux et de donner ici une valeur quasi patrimoniale au congé qui peut être monnayé, alors que la finalité est le repos annuel. La Cour européenne, par une « jurisprudence débordante » ébranle un édifice législatif au-delà de la seule question traitée.
D’autres exemples pris dans la jurisprudence sont présentés :
Cour d’appel de Düsseldorf, 31.3.2010, 12 Sa 1521/09. Un salarié cadre qui n’a pas pris de congé pendant six ans réclame une indemnisation équivalente à ces périodes. En se référant à la jurisprudence de la CJCE (Schultz-Hoff et Vicente Pereda), la Cour d’appel condamne l’employeur à payer les congés non pris.
Cour d’appel de Berlin-Brandenbourg du 7.10.2010, 2 Sa 1464/10. Un salarié, malade du 10 août 2006 au 30 juin 2008 (rupture du contrat), réclame les indemnités de congés payés pour 2006, 2007 et 2008. Contrairement à sa jurisprudence constante, la Cour d’appel opère un revirement pour se mettre en conformité avec le droit communautaire et reconnait en quelque sorte la valeur patrimoniale du droit à congé payé en octroyant l’indemnité demandée. On s’éloigne ainsi d’un droit au repos.
Cour fédérale du 23.3.2010, 9 AZR 128709.
Cour d’appel de Düsseldorf du 20.1.2011, 11 Sa 1493/10. La  convention collective pour le secteur des services publics prévoit que le congé payé s’éteint au 31 mars de l’année suivante. Cette règle issue d’un régime spécial relève de la négociation collective. Les partenaires sociaux sont libres de fixer leurs règles et la Directive ne peut limiter ce droit, donc l’interprétation qui en est faite par la CJCE ne s’impose pas. Le droit en ce cas s’éteint effectivement le 31 mars de l’année suivant l’année de référence.
Cour d’appel de Düsseldorf du 8.2.2011, 16 Sa 1574/10
Cour d’appel de Düsseldorf du 18.1.2011, 8 Sa 1274/10. Une  convention collective prévoyait un accroissement du nombre de jours de congé selon l’âge des salariés (moins de 20 ans = 30 jours… 31 ans et plus = 36 jours), une salariée de 24 ans réclame 36 jours de congé. Elle obtient gain de cause sur le fondement d’une discrimination liée à l’âge.
b. France
La loi française fixe à cinq semaines la durée légale des congés payés annuels. Les  conventions collectives peuvent prévoir des aménagements plus favorables. Un salarié travaillant au mois cumule deux jours et demi par mois, mais ne peut en profiter qu’au cours de l’année suivant la période de référence  qui va en général du 1er juin au 31 mai suivant.
La question des congés payés a donné lieu à un dialogue récent fondé sur l’interprétation de la Directive 2003/88CE relative au temps de travail qui impose à tous les États membres la mise en place d’un congé payé annuel obligatoire de quatre semaines. Des problèmes de conformité sont apparus sur trois points particuliers : le droit au report des congés payés à raison de l’absence du salarié pendant la période de référence, le droit de percevoir une indemnité compensatrice en cas de rupture du contrat de travail et le droit à congé lié à une durée minimale de travail effectif.
I. Le report des congés payés en cas d’absence s’analyse différemment selon la cause de l’absence : maladie ou congé parental notamment.
Traditionnellement, la jurisprudence française considérait qu’en cas de coïncidence entre congés payés et absence (maladie ou congé maternité ou autre), la première cause de suspension prévalait sur la seconde. Ainsi, un salarié en arrêt maladie avant la date prévue de son congé continuait à bénéficier du régime de l’arrêt maladie et conservait la totalité de ses droits à congés payés, tandis que le salarié malade pendant ses congés continuait à consommer ses jours de repos en se soignant. La CJCE appelée à se prononcer sur ces questions a considéré d’une part que le droit à des congés annuels est « un principe du droit social communautaire revêtant une importance particulière auquel il ne saurait être dérogé et dont la mise en œuvre par les autorités nationales compétentes ne peut être effectuée que dans les limites expressément énoncées par la directive » (CJCE 10 sept. 2009, aff. C-277/08, Pereda, S. Laulom, Le droit aux congés annuels des salariés malades sous influence communautaire, Sem. Soc. Lamy 2010 n° 1444). La juridiction européenne ne fait pas de distinction selon l’ordre dans lequel interviennent les motifs de suspension (CJCE 14 avril 2005, aff. C-519/03, Merino Gomez ; CJCE 20  sept. 2007, aff. C-116/06, Kiski). Les congés annuels doivent permettre au salarié de se reposer (directive fondée sur la santé et la sécurité des travailleurs), tandis que la finalité des régimes d’arrêt maladie  est seulement curative. Le salarié malade pendant ses congés ne peut bénéficier d’un repos réparateur.
La Cour de cassation s’est conformée à l’interprétation européenne, considérant que les congés doivent être pris dans une période distincte du congé maternité (Cass. Soc. 2 juin 2004, n° 02-42 405), que le salarié a droit à un report de ses congés en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail (Cass. Soc. 27 sept. 2007…). Enfin, se référant directement au principe énoncé par la CJCE, la Cour de cassation a décidé en 2009 que « lorsque le salarié s’est trouvé dans l’impossibilité de prendre ses congés payés …en raison d’absences liées à une maladie… les congés payés acquis doivent être reportés après la date de reprise du travail » (Cass. Soc. 24 fév. 2009, n° 07-44 488).
De même, en matière de congé parental, la Cour de cassation considérait que la décision du salarié d’exercer son droit à cette suspension, purgeait les droits à congés annuels en cours (Cass. Soc. 28 janvier 2004, n° 01-46 314). La CJUE, considère quant à elle que le salarié a acquis un droit au repos qui ne peut être fondu dans un autre droit dont la finalité est différente (CJUE, 22 avril 2010, aff. C-486/8, Zentralbetriebstrat der landeskrankenhaüser Tirols). La Cour de cassation française sera donc probablement amenée à réviser sa position sur ce point.
II. Indemnité compensatrice en cas de rupture du contrat de travail
Sur ce point, il semble que droit national et droit européen soit plus en phase : le salarié ne peut prétendre à une indemnisation pour congé non pris qu’en cas d’empêchement majeur, c’est-à-dire lorsque le contrat est rompu avant que le droit à congé soit épuisé (CJCE, 20 janv. 2009, aff. C-305/06 et C/6520/06, Schultz-Hoff et Stinger). La finalité de ce congé est bien le repos, la restauration des forces physiques et morales, elle ne peut se traduire financièrement. On notera que cette rigueur touche essentiellement le congé payé annuel, d’autres repos tels que ceux acquis en application d’accords de réduction du temps de travail peuvent donner lieu à certaines capitalisations.
Cependant, la CJCE a considéré que le salarié malade pendant la période de référence devait voir ses congés reportés ou bien indemnisés s’il ne peut les prendre sur la période suivante. La Cour de cassation n’est pas encore allée jusque là, considérant que le droit s’éteint avec la fin de la période de référence, mais elle sera probablement amené à réviser cette jurisprudence et, à l’instar de son homologue allemand, de reconnaître le droit du salarié empêché à une indemnisation financière.

III. Le droit lié à une durée minimale de travail
Sur ce point on relève une divergence entre les deux ordres juridictionnels. Le droit français exige une ancienneté minimale de dix jours (un mois avant loi du 20 août 2008), alors que la CJUE y voit une discrimination, les salariés employés sur des courtes durées étant traités moins favorablement que les autres (aff. Zentralbetriebstrat der landeskrankenhaüser Tirols précit). La Cour de cassation pourrait donc être amenée à écarter l’application de la loi française, cependant il faut noter qu’une proposition de loi supprimant le délai de carence est d’ores et déjà déposé au Parlement.

4. Conclusion
Ce premier séminaire de travail a permis de constater l’impact des décisions de la CJCE/UE sur les interprétations nationales. Celles-ci ont été profondément remaniées par la vision européenne. La CJCE/UE doit désormais être considérée comme une forme de Cour suprême dont les décisions tendent à harmoniser l’interprétation du droit communautaire. Néanmoins ce rôle est fort complexe dans la mesure où la Cour de justice répond le plus souvent à des questions posées par des juridictions nationales qui ont des problèmes de compatibilité entre le droit européen et leur droit national, mais la réponse qui est donnée s’impose aux vingt-sept États-membres qui doivent à leur tour réinterpréter leur propre droit.
Ces difficultés et l’ampleur de l’impact sont particulièrement visible dans le domaine ancien du transfert d’entreprise et celui, plus nouveau des congés payés. Progressivement ce sont les notions elles-mêmes qui sont mises en cause : l’établissement cède sa place au contrat individuel, le droit au repos prend une valeur patrimoniale.

Marie-Cecile Escande-Varniol