Espaces urbains immigrés et fabrication des villes-mondes européennes : Paris et Berlin

Date : 10 et 11 mars 2016

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, Saint Denis

Organisatrices : Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt & Prof. Dr . Maren Möhring

Titre du programme de Formation-Recherche : La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands

Cet atelier qui s’est tenu à la MSH-Paris Nord les 10 et 11 mars 2016 s’inscrit dans le programme de formation recherche (PFR) intitulé « la figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands » et mené en partenariat avec les universités de Leipzig, de Paris XIII (commission recherche), du laboratoire d’Economie de Paris-Nord (CEPN) et le programme interdisciplinaire Sociétés Plurielles de l’université Sorbonne Paris Cité.

Ce PFR a pour ambition de faire émerger, à travers plusieurs rencontres de chercheurs français et allemands, un nouveau champ de recherche portant sur les processus de transformations amenés par la figure du consommateur immigré[1] sur le continent européen. Il combine un cycle de trois ateliers (2016-2017) et une conférence finale (2017).

Alors que le phénomène migratoire est rarement envisagé sous l’angle de la consommation, l’objectif de ce premier atelier était justement d’interroger la figure du consommateur immigré comme agent de transformation de villes-mondes comme Paris et Berlin et d’aborder les dimensions « spatiales » de cette consommation. L’atelier, labellisé par la Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord,  était donc le premier atelier du PFR. Il était organisé autour de trois panels de discussions :

– Welcoming cities ? Lieux de vie, culture matérielle et espaces de consommation des migrants et réfugiés au sein des villes–mondes/ Orte des Lebens, der materiellen Kultur und des Konsums für Migrant_innen und Flüchtlinge inmitten von Weltstädten

– Consommer de l’ethnique : entrepreneurs immigrés et quartiers de consommation « ethniques » au cœur de l’attractivité des villes-mondes / Migrantische Ökonomien: Eingewanderte Unternehmer_innen und migrantisch geprägte Viertel als Attraktivitätsfaktoren von Weltstädten

– Les musées comme nouveaux espaces institutionnalisés de représentation des consommations et des cultures matérielles immigrées / Museen als neue Orte einer institutionalisierten Repräsentation (post)migrantischer Konsum- und Verbrauchskultur

Étant données que les rencontres se déroulaient à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH-PN) à Saint Denis, nous avons demandé à Madame Laurence Bosch, secrétaire générale de l’établissement et à Madame Anne Beerman, responsable de communication, de présenter les principales missions de la MSH-PN. Cette introduction a beaucoup intéressé les participants allemands mais aussi français qui ne connaissaient pas ces nouveaux locaux.

Philippe Batifoulier, directeur du Centre d’Économie de Paris Nord (CEPN) a ouvert les journées en rappelant l’importance des thématiques abordées dans ce PFR pour le laboratoire. Le CEPN est en effet un laboratoire « citoyen » qui éclaire le débat démocratique : le thème de l’immigration est donc un axe de recherche majeur du CEPN. Le laboratoire – composé de chercheurs économistes et gestionnaires – entend développer une approche originale et critique sur ces questions, en faisant dialoguer différentes disciplines des sciences sociales.

Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations a ensuite pris la parole pour présenter sa revue qu’elle conçoit comme une revue d’informations et de formations sur les problématiques migratoires. Depuis 2007, la revue est éditée par le Musée de l’histoire de l’immigration, lieu dans lequel nous avons mené une partie de nos échanges – le deuxième jour des journées des ateliers se déroulant dans les locaux du musée et était consacrée en partie à la visite de la collection permanente. La revue s’intéresse aux émergences thématiques liées au champ des migrations et c’est pour cela qu’elle s’intéresse à ces journées. Les étrangers et immigrés ne font pas que s’adapter à de nouveaux contextes, ils transforment et sont porteurs d’innovation dans les quartiers par le biais de l’entrepreuneuriat immigré.

Après un rapide tour de table, c’est le Prof. Dr. Wolfgang KASCHUBA, directeur du Berliner Integrations- und Migrationsforschung (BIM) Humboldt-Universität zu Berlin, qui a ouvert les journées par une intervention sur le lien entre espaces urbains et culture matérielle des réfugiés à Berlin.

Le premier panel a rassemblé des travaux de chercheurs sur la thématique de « Welcoming cities ? Lieux de vie, culture matérielle et espaces de consommation des migrants et réfugiés au sein des villes–mondes“. Il s’agissait dans ce premier panel composé de contributions issues de trois disciplines des Sciences Humaines et Sociales – histoire, sociologie, ethnologie – d’analyser les processus de transformation des villes-mondes apportés par les réfugiés et migrants à Berlin et à Paris à la fois dans une perspective historique ; mais également d’analyser le rôle du commerce „ethnique“ au prisme de l’intégration sociale. Laura WOLLENWEBER, historienne à la Freie Universität Berlin a présenté une recherche sur les réfugiés cambodgiens à Paris dans les années 1970 et 1980 et sur la signification intégrative des produits „exotiques“.  Puis l’intervention de Ya-Han CHUANG, sociologue au Gemass, Université Paris IV Sorbonne a permis d’explorer le rôle des migrants chinois dans la fabrication des quartiers parisiens. Enfin Sina Arnold, ethnologue au BIM – Humboldt-Universität zu Berlin s’est intéressée à l’arrivée récente de 80 000 réfugiés à Berlin et au rôle du Smartphone, comme outil d’accueil mais aussi comme lien avec le pays.

La deuxième journée s’est organisée autour de deux temps forts. La matinée a eu lieu à la MSH-PN, autour d’un deuxième panel consacré aux entrepreneurs immigrés. Miriam Stock, anthropologue à la  Europa-Universität Viadrina a présenté son enquête sur les cafés arabes à Berlin. Puis Ranam Alkayyali, en sciences de gestion à l’Université Paris Est-Créteil, explique par ses recherches comment les contextes de consommation peuvent être transformés par les mères immigrées et leurs filles, avant que Duygu Dursel de la Humboldt Universität zu Berlin présente la théorie de l’autonomie de la migration.

Le deuxième temps fort de la journée s’est déroulé au Musée de l’Histoire de l’immigration, porte Dorée. Nous avons fait une visite guidée de la collection permanente avant de reprendre nos discussions autour du troisième panel portant sur les musées comme nouveaux espaces institutionnalisés de représentation des consommations et des cultures matérielles immigrées. Deux chercheuses ont présenté leurs travaux : Gwendolin Lübbecke, historienne à l’Universität Kassel a mené une recherche sur la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration du Palais de la Porte Dorée depuis l’exposition coloniale de 1931 jusqu’à aujourd’hui. Dans ses travaux, elle montre les étapes de la transformation d’un palais colonial en Musée de l’histoire de l’immigration. Muriel Flicoteaux, chercheuse en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris 8 analyse dans ses recherches comment l’espace muséal de la galerie des dons est devenu une nouvelle forme d’institutionnalisation des cultures matérielles immigrées.

Ces deux journées se sont terminées par un tour de table et par des échanges autour de ces deux journées ainsi que sur l’organisation des prochains ateliers du PFR. Il a été prévu qu’un numéro spécial, consacré au ‘migrant consommateur dans une perspective franco-allemande’ et coordonné par Virginie Silhouette-Dercourt, Maren Möhring et Marie PoinsoT serait prévu pour 2017.

Nous tenons ici remercier Monsieur Jean-François Grimberg de la MSH-PN pour son efficacité et sa disponiblité pendant ces deux journées.

[1]             Dans ce projet, nous nous intéresserons principalement au consommateur immigré extra-européen. Pour rappel, l’immigré est « une personne née dans un autre pays que celui où elle réside » (Nations-Unies).


Laisser un commentaire