Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes »

Date : 10 et 11 novembre 2016

Lieu :  Institut d’histoire sociale et culturelle comparée, Université de Leipzig, Leipzig

Organisatrices : Prof. Dr . Maren Möhring & Dr. (HDR) Virginie Silhouette-Dercourt

Titre du programme de Formation-Recherche : « La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands »

Les 10 et 11 novembre 2016 s’est tenu à Leipzig le deuxième atelier de recherche franco-allemand organisé dans le cadre du programme de formation-recherche « La figure du consommateur immigré en Europe : regards croisés franco-allemands » et intitulé : « Sociétés post migratoires et transformation des pratiques alimentaires européennes : perspectives franco-allemandes ». Cet atelier a été organisé avec le soutien du CIERA, de l’Universität Leipzig et du Programme Sociétés Plurielles (USPC).

Après un premier atelier consacré aux dimensions spatiales de la consommation immigrée qui a eu lieu les 10 et 11 mars 2016 à la MSH-Paris Nord, ce deuxième atelier était centré sur le rôle de l’alimentation dans les dynamiques culturelles et dans la formation des identités tant sur le plan individuel que collectif. Il s’agissait ici de s’intéresser à l’alimentation des migrants comme agent de transformation des cultures culinaires européennes et plus globalement, aux liens entre alimentation et migrations. À travers les échanges entre chercheurs allemands et français, l’objectif était de cerner les influences réciproques entre cultures alimentaires d’ici et d’ailleurs dans la vie quotidienne et les phénomènes transnationaux contemporains en jeu dans nos sociétés. Que ce soient les restaurants proposant des cuisines d’ailleurs, ou les commerces spécialisés dans les produits « exotiques », l’entreprenariat immigré fait en effet aujourd’hui partie intégrante des économies urbaines des grandes villes européennes. La plupart de ces commerces et entreprises sont tenus ou gérés par des populations issues des migrations tandis que leurs clientèles sont constituées de migrants mais aussi de non migrants. Ces acteurs et leurs activités sont bien souvent des leviers de transformation des cultures et des habitudes alimentaires et culinaires locales. L’objectif de cet atelier était ainsi d’étudier tant les manières de manger – à l’extérieur et à la maison – que les cadres sociaux, économiques, historiques dans lesquels ces pratiques s’inscrivent, afin d’analyser les différences, mais aussi les interdépendances et influences entre ces sphères : comment est-ce que les producteurs, commerçants et consommateurs issus des migrations prennent part aux changements que connaissent les sociétés (post) – coloniales dans lesquelles les migrations ont joué et jouent encore un rôle important ? L’approche était résolument interdisciplinaire et s’appuyait sur une approche comparative et diachronique avec pour objectif de partager les analyses et repérer les grands axes utiles pour aborder ces phénomènes.

Après les discours de bienvenue et un tour de table permettant à chacun de se présenter, Marie Poinsot (rédactrice de la revue Hommes & Migrations, du Musée de l’Histoire des Migrations, Paris) a présenté un point des recherches actuelles relatives aux apports des migrations aux pratiques culinaires en France.

Puis la première table ronde, intitulée « Cuisiner (à) la maison : la transformation de la cuisine à domicile et la question de l’appartenance » a commencé avec une intervention de Chantal Crenn (anthropologue, Université de Bordeaux), sur les retraités « sénégalais » voyageant entre Bordeaux et Dakar et le rôle joué par l’alimentation dans cet espace « entre-deux ». Son analyse met notamment en lumière la façon dont la confrontation de ces retraités « sénégalais » à d’autres manières de manger, de se soigner, de se préoccuper ou non de son corps lors de leur réinstallation temporaire à Dakar interroge leur identité de « vieux » émigrants mais aussi de « vieux » « immigrés » à Bordeaux.

Laurence Tibère (sociologue, Université de Toulouse) a mené des recherches sur le statut de la cuisine et de l’alimentation dans les interactions sociales et ceci dans deux contextes fortement structurés par des migrations anciennes liées à la colonisation : l’île de La Réunion, département et région d’outre-mer (DROM), où en dépit des différences liées aux origines des populations qui ont peuplé l’île, un espace commun (« cuisine créole ») s’est mis en place, cohabitant avec des pratiques spécifiques et diversifiées; et la Malaisie, société multiculturelle restructurée, au temps de la colonisation notamment britannique, autour des migrations et où la construction sociale de plats emblématiques tels que le « nasi lemak » (riz gras) revêt des enjeux politiques. Son analyse portait aussi sur l’existence d’évènements et de lieux d’interactions sociales et interculturelles autour de l’alimentation qui construisent les « vivre-ensemble » dans ces deux espaces différents.

Sandra Vacca (historienne, Universität de Köln) a ensuite présenté son travail d’enquête sur la muséalisation des migrations en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne. Elle s’intéresse aux liens entre mémoires, patrimoines et discours sur la nation.  Les trois pays dans lesquels elle a mené sa recherche offrent d’après elle un matériau intéressant pour une analyse comparative parce qu’ils ne mettent pas l’immigration au cœur de leur mythologie nationale – ou de leur récit national – contrairement aux USA, au Canada, ou à l’Australie par exemple même si ces derniers le font d’une manière sélective). Sa recherche croise les approches historiques et muséologiques et met l’accent sur différents points : les modalités selon lesquelles l’histoire de l’immigration est construite et présentée dans les musées, les expositions, et la question des transferts et influences possibles entre les différents univers. Elle met aussi en évidence l’importance des stratégies des acteurs impliqués dans ces dispositifs et leurs rôles.

Cette première journée s’est clôturée par une conférence du Prof. Dr. Regina Römhild (Institut für Europäische Ethnologie, Universität Humboldt) proposant une réflexion sur une perspective (post)-migratoire de la « gastro-économie ». Après une première étape de reconnaissance de son statut de pays d’immigration (Einwanderungsland), puis de société de la migration (Migrationsgesellschaft), il s’agit de déconstruire les discours dominants et les catégories reproduites par la communauté scientifique afin d’aborder la société allemande comme une société « post migratoire »[1]. Selon ce nouveau paradigme développé par différents chercheurs en Allemagne (voir Bojadzijev & Römhild, 2014)[2]  et très présents actuellement dans les études migratoires en Allemagne, les phénomènes migratoires ne doivent plus être appréhendés comme des dimensions marginales de la vie en société mais comme des faits de société à la fois transversaux et centraux, permettant de comprendre bien d’autres processus sociaux à l’oeuvre. Une perspective à la fois innovante et stimulante dans le contexte allemand, français et européen.

La seconde journée a commencé par une table ronde autour du thème suivant : « Conflits alimentaires : colonialisme alimentaire, chauvinisme alimentaire et tabous alimentaires », avec une approche historique d’Eva Coydon (Universität Augsburg) intitulée “Comment définir des cuisines nationales ? Le cas des discours culinaires allemands et français (1800-1914) ».  Sur la base d’une analyse approfondie des livres de cuisine français et allemands, Eva Coydon compare la manière avec laquelle chacune des cuisines nationales s’est développée, en s’attachant plus particulièrement à explorer les processus de sélection sociaux et régionaux réalisés par les auteurs. Elle s’attache à discuter les notions de cuisines nationales en tant que « traditions inventées »[3] et par conséquent insiste sur le rôle de la culture alimentaire dans les processus de création d’une Nation.

Vincent Marcilhac, géographe à l’Université Cergy-Pontoise et créateur de Géofood,  a ensuite retracé dans une présentation intitulée “luxe alimentaire et chauvinisme en France de la fin du XVIIIe siècle à nos jours”, l’histoire du statut de la haute cuisine en France. Il a mis l’accent sur les postures chauvines qui ont accompagnées cette dynamique et pour laquelle il repère trois grandes périodes : l’émergence des cuisines régionales puis l’affirmation d’une cuisine nationale ; la glorification des cuisines paysannes et des grandes tables françaises qui pose la cuisine française comme marqueur d’un patriotisme français ; et enfin, les temps plus récents qui ont porté sur les travaux d’inventaire du patrimoine culinaire de la France et l’inscription du repas gastronomique des Français sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

L’autre partie de la table ronde s’est centrée sur la question des spécificités et de la façon dont ces spécificités peuvent s’exprimer et se construire dans l’alimentation. Florence Bergeaud-Blackler (sociologue, Université Aix-Marseille) a ainsi partagé certains aspects de son analyse de la filière halal et des stratégies des acteurs en France, à travers le titre suivant : “Le marché halal : une tradition inventée?”. Florence Bergeaud-Blackler souligne le fait que les recherches sur l’alimentation sont utiles pour comprendre les échanges culturels et la formation des identités à condition de ne pas être elle-mêmes instrumentalisées dans des logiques de « nationalisme culinaire ».

Enfin, Duygu Gürsel (sociologue, Universität Humboldt Berlin) a présenté son travail sur les entrepreneurs de la restauration d’origine turque à Berlin, sur leurs parcours, mais aussi sur les regards portés sur eux et sur leurs activités par les autres. Elle repère les difficultés et les rejets mais aussi les formes de solidarité interne qui ont accompagné leur installation sur le marché urbain de la restauration à Berlin.

La session finale était intitulée : « Comment est-ce que les lieux et espaces alimentaires migrants transforment les villes-mondes comme Berlin et Paris ? De la marge vers le coeur des villes ». Ce panel faisait suite à nos premières discussions sur cette thématique dans l’atelier précédent mais en prenant les restaurants et les commerces alimentaires comme base de réflexion et de discussions.

Ruža Fotiadis et Vladimir Ivanović (historiens, Universität Humboldt, Berlin) ont commencé par une intervention ayant pour titre : « Berlin, cuisine des Balkans : la fabrique yougoslave du bon goût en Allemagne ». Dans leurs recherches, ils s’attachent à retracer l’histoire de la « cuisine des Balkans » en Allemagne et à montrer comment cette cuisine a été inventée à Berlin par des restaurateurs ressortissants de l’ex-Yougoslavie. Les restaurants des migrants de l’ex-Yougoslavie installés en Allemagne de l’Ouest et le développement du tourisme dans leur pays d’origine ont largement contribué à la construction de ce qui est aujourd’hui conçu comme la « cuisine traditionnelle » de l’ex-Yougoslavie.

Marie Chabrol (géographe, Université de Poitiers) a ensuite présenté les résultats d’une enquête menée pour la ville de Paris sur le quartier autour de la station de métro Château Rouge.  Désigné comme le “quartier Africain“ et sensé attirer une clientèle africaine, ce quartier présente en effet une autre réalité. Marie Chabrol montre en effet que ce quartier qui accueille des commerces de produits africains, drainant ainsi des vendeurs et des acheteurs venus de différentes zones de Paris, de province ou d’ailleurs, n’est pas „habités“ par les mêmes populations. Elle souligne que ces commerces et les pratiques qui sont liées ont un impact sur les évolutions urbaines et contribuent actuellement à ralentir la gentrification du quartier, en empêchant de nouveaux commerces plus du goût des gentrifieurs de s’y implanter.

Enfin, les deux dernières analyses concernaient les migrations venues d’Asie.  D’abord, le Vietnam, ou plutôt la diaspora vietnamienne en Allemagne, avec Antonie Schmiz (géographe, Universität Osnabrück). Dans sa présentation – “Construire l’authenticité : les géographies de l’alimentation vietnamienne à Berlin” – Antonie  analyse comment les restaurateurs d’origine vietnamienne de la seconde génération construisent ce qu’ils considèrent comme étant la cuisine vietnamienne « authentique » et comment ces processus sont visibles en différents endroits de leurs lieux de restauration et plus largement, de l’espace urbain berlinois.

Puis, Noa Ha (Technische Universität, Berlin) « Die « Thaiwiese“ im Berliner Preussenpark – Community-Picknick am Rande der deutschen Parkordnung“ présente un phénomène populaire dans le parc d’un quartier résidentiel de Berlin, au point d’être aujourd’hui une attraction touristique : les pique-niques des couples mixtes germano-thaï. Ces pique-niques sont à la fois des moments de socialisation mais aussi une forme de résistance des femmes originaires de Thaïlande venues épouser des hommes allemands. Une analyse très intéressante sur les jeux de domination hommes-femmes contemporains mais aussi sur le rôle des femmes dans les « entrecroisements » culturels autour de l’alimentation.

Plusieurs projets de publication ont été discutés en fin d’atelier ainsi que le souhait de mener conjointement des programmes de recherche. Le prochain atelier se tiendra à Paris les 16 et 17 Mars 2017. Il portera sur la jeunesse immigrée et la transformation des pratiques de mode et de beauté en Europe.

 

[1]      Foroutan N., Canan C. & Arnold S. (2014), Deutschland postmigrantisch – Gesellschaft, Religion, Identität, BIM-HU.

[2]      Pour ces deux auteurs, il s’agit de dé-migrantiser la recherche sur l’immigration et de migrantiser la recherche sur la société : « Entmigrantisierung der Migrationsforschung » und « Migrantisierung der Gesellschaftsforschung ».

[3]          Voir Hobsbawm E. et Ranger T. (coord.) (1983),The Invention of Tradition, Cambridge.


Laisser un commentaire