La modernité littéraire dans l’Allemagne divisée

Date : 26 février  2016

Lieu : Nantes

Organisateur : Bénédicte Terrisse et Werner Wögerbauer

Titre du programme : Modernité Est-Ouest : Hilbig et (toute) la modernité

 

Cet atelier doctoral qui s’est tenu à l’université de Nantes le 26 février 2016 s’inscrit dans le programme de formation recherche 2015-2017 « Modernité Est-Ouest : Hilbig et (toute) la modernité » soutenu par le CIERA et mené en partenariat avec les universités de Paris-Sorbonne et de Iéna. Alors que la RFA est généralement considérée comme le lieu de la modernité littéraire et artistique après 1945, l’objectif de cette journée était d’interroger dans quelle mesure la modernité aurait aussi pu être mise en œuvre en RDA et donc de revenir sur le postulat d’une polarisation opposant les deux États.

Les divers travaux présentés à cette occasion ont pu ainsi montrer le rapport de l’Allemagne de l’Est à la modernité entre instructions officielles et réalité, mettant à jour une évolution des positions. Ils se sont également attachés à la réception des auteurs canon de la modernité comme Büchner et Hofmannsthal ainsi qu’à la réception des courants de la modernité après 1945 comme la phase tardive de Dada et le Nouveau Roman.

La première intervention de l’atelier doctoral a mis l’accent sur la pièce de Büchner La mort de Danton (1835), une source d’inspiration pour de nombreux écrivains et considérée comme très moderne, en particulier par la forme de l’œuvre qui déroge au schéma classique et renonce à un point de vue surplombant. Laetitia Devos (Rennes) a présenté comment deux importants philologues marxistes, Georg Lukács et Hans Mayer, ont pu interpréter cette pièce. Elle a montré que leurs analyses échappent à une lecture unique de l’œuvre de Büchner, qui serait allée dans le sens du régime communiste, dans un contexte où la littérature expressionniste, qui a pu prendre Büchner comme source d’inspiration, est fortement remise en question.

Laetitia Devos a pour cela commenté les réponses de Lukács et de Mayer sur la position de Büchner par rapport au déterminisme historique. Ainsi un passage de La mort de Danton montre un Danton fataliste qui est à rapprocher d’une lettre Büchner lui-même : quelle est alors la position de Büchner sur ce point ? Büchner exprime-t-il ses idées par la voix de Danton ? Lukács, dans son article « Der faschisierte und der wirkliche Georg Büchner » (1937/1951), défend l’auteur qui ne serait pas nihiliste mais dans la lignée des grands révolutionnaires. Pour lui, Büchner est plus proche de la position de Robespierre. Cependant il ne cache pas l’ambiguïté de Büchner, qui en fait distribuerait ses idées entre plusieurs personnages. Pour Hans Mayer (Georg Büchner und seine Zeit, 1946), La mort de Danton n’est pas non plus une pièce à thèse. Comme Lukács, il ne sépare pas le Büchner écrivain du Büchner révolutionnaire, mais explique par le contexte historique la position de Büchner et le fatalisme exprimé par Danton, le Vormärz, et le recul historique qu’il pouvait avoir sur les événements de la révolution française. Hans Mayer met aussi en garde contre une analyse psychologique superficielle de l’œuvre qui ne ferait pas le partage entre les sources historiques directement réutilisées par Büchner et ses propres ajouts.

En conclusion, Lukács et Mayer proposent des analyses nuancées de La Mort de Danton, ils n’en font pas une pièce à thèse et ne taisent pas les contradictions, celles-ci expliquées par la situation de l’époque de Büchner et le point de vue rétrospectif sur la révolution. En ouverture à la fin de la présentation ainsi que lors de la discussion des participants, l’accent a été mis sur l’histoire des représentations de la pièce de Büchner (par exemple la première représentation en RDA par Kurt Barthel) qui pourrait éclairer comment la pièce a pu être interprétée.

La deuxième intervention (Michael Woll, Osnabrück) a porté sur la réception de l’œuvre de Hugo von Hofmannsthal en RDA en cherchant à approfondir et à dépasser le constat du rejet dont il a fait l’objet. La réception est en effet déterminée par l’idéologie de l’État, pour qui il est un poète bourgeois, décadent et réactionnaire, et en même temps avec une esthétique trop moderne. La question centrale de l’exposé était la suivante : est-il possible d’identifier une individualité des interprétations malgré le poids idéologique ?

Michael Woll s’est concentré sur trois articles de Hans Mayer dans lesquels le critique exprime une lecture personnelle de l’œuvre de Hofmannsthal et non une lecture idéologique ; les catégories, les commentaires habituels, comme par exemple la critique d’un « art culinaire », sont réappropriées par Hans Mayer, donnant ainsi une forte dimension subjective à ses articles.

La discussion qui a suivi les deux premières interventions a souligné le point commun qu’est la figure de Hans Mayer ainsi que la continuité entre Büchner et Hofmannsthal. Il a aussi été remarqué que Lukács et Mayer travaillent plus sur une modernité de société que sur une modernité esthétique, une séparation qui semble aussi avoir eu lieu en philosophie de l’histoire.

Les deux présentations suivantes se sont tournées vers la modernité chez Stefan George et dans son sillage Karl Wolfskehl. Na Schädlich (Osnabrück) a étudié le discours porté sur Stefan George par Adorno puis plus tard par Erberhard Lämmert. La question au centre de l’intervention était celle de la lecture, de la méthode herméneutique pour analyser l’œuvre malgré sa difficulté, son hermétisme, et en particulier quelle doit être la place de la subjectivité entre une lecture personnelle et une lecture orientée vers la réception de l’œuvre par le lecteur. Le travail a porté sur les différentes analyses de Adorno et de Lämmert du poème « Titellos » dans Das Jahr der Seele (1897). Adorno part de l’individualité du poème et d’une analyse « immanente » de l’œuvre. Lämmert se rattache à Adorno et reprend l’idée d’une mystique de la langue, mais il a une autre perspective plus orientée vers la réception chez le lecteur et incluant l’auteur, George, lui-même pour la compréhension de l’œuvre.En pendant à l’intervention sur George, Sonia Schott (Toulouse) a montré la modernité de la première partie de l’œuvre de Karl Wolfskehl à la lumière des analyses de Hugo Friedrich. Dans un premier temps elle a présenté les prises de position poétologiques de Wolfskehl qui se situent dans la continuité de George (Wolfskehl ayant fait partie du cercle de George), dans une perspective d’autonomie de la poésie, de l’art pour l’art. Wolfskehl est ainsi un épigone de George, ce qui se voit jusque dans le code typographique qu’il utilise et le décor des couvertures. Dans un deuxième temps Sonia Schott a proposé une lecture contrastive d’un poème de George et d’un poème de Wolfskehl, qui montre que ce dernier s’éloigne de la fonction dénotative et opère un divorce entre la fonction de communication et la fonction poétique comme l’a analysé Hugo Friedrich dans son étude de la modernité. Enfin, l’analyse du poème « Zarathustra » a mis en évidence le travail sur la langue avec les nombreuses allitérations. La première partie de l’œuvre de Wolfskehl, avant le tournant de 1933 qui le mène vers une poésie marquée par une crise existentielle et par le judaïsme, est donc résolument moderne dans le sens de Hugo Friedrich.

Le fait de s’appuyer sur les analyses de Hugo Friedrich a été le point de départ des questions au moment de la discussion. En effet, Friedrich se montrait critique envers cette modernité et se servait de son analyse pour démontrer ses réserves : comment alors utiliser ces analyses pour juger de la « modernité » d’une œuvre ? Une autre remarque a situé Wolfskehl dans une dimension beaucoup plus épigonale que ne l’avait fait Sonia Schott, le travail sur la langue n’étant à l’époque sans doute plus véritablement expérimental. Enfin, la notion de « métaphore absolue » a été proposée pour étudier de manière contrastive George et Wolfskehl.

La présentation d’Agathe Mareuge (Paris/Zürich) portait sur le rapport de l’avant-garde dada à la modernité dans sa phase tardive d’après 1945 et a mis en lumière le double paradoxe de cette avant-garde qui d’une part tend à s’institutionnaliser et d’autre part se redéfinit en s’appropriant la modernité qu’ils rejetaient auparavant. Agathe Mareuge s’est appuyée pour cela sur les actions des auteurs eux-mêmes, qui contribuent activement à leur propre diffusion, et sur les acteurs de la vie littéraires comme les éditeurs.

Trois enjeux traversent l’exposé : Le risque de canonisation ou d’institutionnalisation de cette avant-garde qui désire se faire un public, avec les stratégies mises en œuvre (stratégies de mystification…) ; la question de la marginalité géographique : qu’en est-il après la guerre de la pluralité des centres ? La Dadaïstes germanophones se caractérisent par un rejet des régimes politiques allemands, leur activité se faisant alors plus en marge, où la Suisse en particulier joue un rôle important ; enfin, l’articulation avec la modernité, où se superposent le discours des Dadaïstes et des chercheurs. Deux conceptions de l’avant-garde s’opposent, l’avant-garde comme pointe la plus avancée de la modernité ou l’avant-garde prise comme réaction à l’autonomisation de la sphère artistique.

Pour finir, Agathe Mareuge a développé le contexte spécifique à l’Allemagne et à la division en deux champs littéraires, à l’Ouest et à l’Est. Ainsi, en RFA les Dadaïstes ont fait le lien avec la jeune génération artistique de l’après-guerre (poésie expérimentale et sonore…). La réception de Dada en RDA a été plus problématique, en partie aussi du fait des artistes dada eux-mêmes. Cependant la transmission a eu lieu, la réception tardive des années 1980 ayant été préparée par une réception personnelle par les poètes de RDA.

La présentation suivante (Clément Fradin, Nantes) examine comment la poésie de Paul Celan a été perçue, par la presse en particulier et en rapport avec la modernité littéraire. Après avoir introduit des éléments biographiques, Clément Fradin a évoqué sa position particulière dans le champ littéraire allemand, à la fois en son cœur et dans une position d’exterritorialité (Paris). Il a ensuite analysé le discours de la critique de presse à partir des articles conservés par Celan lui-même, qui était très sensible à la critique. Les thème récurrents sont la langue inhabituelle, le caractère indicible exprimé par sa poésie, le caractère gratuit de la poésie pure, et tout particulièrement le caractère surréaliste de son œuvre. Ainsi dans un article de novembre 1953 est-il explicitement renvoyé aux surréalistes, il est dénommé le « heimatloser Surrealist ». En réalité Celan a bien un rapport ambigu au Surréalisme, mais il est ici surtout jugé par l’environnement surréaliste des lieux où il a vécu (Bucarest, Vienne). La critique renvoie ainsi Celan à du déjà connu et évite en quelque sorte de penser la difficulté de sa poésie. En dernier lieu Clément Fradin a parlé de la critique universitaire, en particulier de Peter Paul Schwarz, bien accueillie par Celan, et celle de Peter Horst Neumann, à laquelle il a réagit en écrivant un poème. La modernité de Celan se situe donc peut-être là selon C. Fradin, moins dans une tradition de la modernité que dans la manière de réagir à l’actualité par la voie poétique.

Moritz Holler (Düsseldorf) a présenté des éléments sur l’écrivain et journaliste Joseph Roth, ses caractéristiques modernes et sa réception des deux côtés de l’Allemagne. Surtout connu comme journaliste, il connaît le succès en 1930 avec son roman Hiob. Il analyse dans ses romans les problèmes de générations, l’industrialisation, la société. En 1933 il doit partir en exil à Paris. Par la suite, Roth va traiter de la monarchie austro-hongroise, ses œuvres seront alors bien moins reçues en RDA. Moritz Holler a ensuite développé les caractéristiques modernes, en particulier thématiques : les romans de Roth thématisent en effet la modernité et les changements de la société de son temps. En ce qui concerne la réception, ses romans ont connu beaucoup d’adaptations cinématographiques en RFA. En RDA, malgré la thématique austro-hongroise, il a pu être reçu comme auteur réaliste et a été utilisé par Georg Lukács pour soutenir sa théorie sur le réalisme.

Il a été proposé lors de la discussion d’élargir l’étude de la réception aux nombreuses adaptions cinématographiques et théâtrales.

L’idée de la présentation de Solange Arber (Paris-Sorbonne) est d’étudier la modernité littéraire dans les deux Allemagne à l’aune du Nouveau Roman qui, en renouvelant les formes du roman, incarne justement la pointe de la modernité. Il s’agit pourtant ici de contourner la dichotomie Est/Ouest et de montrer que, finalement, certains points de la réception sont proches tant en RFA qu’en RDA.

Le public ouest-allemand montre une certaine curiosité pour le Nouveau Roman, de nombreux articles paraissent et les commentaires négatifs du fameux critique Marcel Reich-Ranicki contribue à diffuser le thème. En RDA la réception est d’emblée plus problématique, il n’est pas possible de se revendiquer ouvertement du Nouveau Roman. Il faut cependant nuancer ce point de vue, en 1966 par exemple Nathalie Sarraute est publiée, le thème du Nouveau Roman apparaissant aussi dans la revue Sinn & Form à partir de 1965. Il faut en effet replacer la RDA dans le contexte plus général des pays de l’Est : en 1964 Michel Butor est invité à la rencontre du PEN international à Budapest, ce qui permet désormais d’aborder ce thème. On observe également une hausse des publications en RDA tandis qu’elles baissent en RFA et en France.

Les limites de la réceptions sont assez semblables à l’ouest comme à l’est : on reproche au Nouveau Roman son rapport à la réalité, son rapport au lecteur (illisibilité, élitisme) et son antihumanisme (déshumanisation, refus de l’engagement).

Ainsi, la référence au Nouveau Roman reste incontournable comme paradigme de la modernité littéraire et des réactions qu’elle suscite. Une réception a bien eu lieu en RDA (plus tardivement, ce qui soulève la question, évoquée dans la discussion, s’il y eu l’effet d’un besoin de « rattrapage » souvent convoqué dans les discussions sur la modernité en RDA), et les champs littéraires ouest et est-allemand se rejoignent sur une même critique du Nouveau Roman. Enfin, Solange Arber a également souligné dans sa présentation le rôle des « passeurs », des figures qui ont introduit le thème Outre-Rhin, et le rôle des pays frontaliers.

Les deux dernières interventions ont eu pour sujet l’œuvre du poète est-allemand Wolfgang Hilbig. Florian Gödel (Jena) examine comment Hilbig, dans son roman Das Provisorium (2000), s’inscrit dans le discours de la modernité en se confrontant à la question de la Shoah. Le roman montre de nombreux traits renvoyant à la modernité, en particulier la grande quantité de références intertextuelles et les références à Rimbaud. Dans la comparaison entre la Shoah et le goulag, il compare les deux États allemands et critique d’une part la culture de la consommation de masse de l’Ouest et d’autre part le système de la RDA. Dans la comparaison entre Shoah et goulag se pose néanmoins la question de la différentiation entre les deux et de leur singularité ; le point de vue de Hilbig n’est cependant pas historique.

Dans la dernière présentation, Jonathan Scholbach (Jena) analyse la négativité à l’œuvre chez Hilbig, terme pensé dans son sens logique de ce qui n’est pas, de l’absence. Elle s’exprime dans une scission entre la voix du Je et son corps, sa matérialité : une coupure entre res cogitans, ou plutôt ici une res loquens, et res extensa, pour reprendre la fameuse distinction faite par Descartes. Dans cette scission le corps est aliéné, il est quelque chose d’étranger au Je lyrique. L’aliénation et la déchirure entre la matérialité et la parole, sont des caractéristiques de la modernité. Rapportées à la biographie de Hilbig, elles peuvent cependant aussi renvoyer à son alcoolisme et à sa situation en RDA et exprimer la tension entre réalisme et idéalisme.

Ces deux derniers exposés se rejoignent sur la question de la modernité dans une Allemagne divisée, montrant en particulier que le sentiment d’aliénation typique pour la modernité est également présent dans l’œuvre de Hilbig écrite en RDA. Mais c’est une modernité qui prend sa source avec Auschwitz.

Thomas Magnan, étudiant en master 2 Allemand-Lettres à l’université Paris-Sorbonne.


Laisser un commentaire